//img.uscri.be/pth/ee98f9771f7b2bf55a90c8e6a1f76877c721ec9c
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

C'est encore la rentrée!

De
115 pages

Ils y sont tous allés de leur réforme, de Haby le magnifique à Allègre le dégraisseur. Mais qui a parlé des hommes et des femmes qui font fonctionner la machine? MOI!

Publié par :
Ajouté le : 16 juin 2011
Lecture(s) : 276
EAN13 : 9782748120486
Signaler un abus

C est encore larentrØe !PIGA
C est encore larentrØe !
ESSAI' manuscrit.com, 2002
ISBN: 2-7481-2049-3 (pourle fichiernumØrique)
ISBN: 2-7481-2048-5 (pour le livreimprimØ)Avertissement de l Øditeur
DØcouvertparnotrerØseaudeGrands Lecteurs(libraires,revues,critiques
littØraires etde chercheurs),ce manuscritestimprimØ telunlivre.
D Øventuellesfautesdemeurentpossibles;manuscrit.com,respectueusede
lamiseenformeadoptØeparchacundesesauteurs,conserve,àcestadedu
traitement de l ouvrage, le texte en l Øtat.
Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com
5bis, rue de lA’ sile Popincourt
75011 Paris
TØlØphone:0148075000
TØlØcopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.comA mes fidŁles lectrices, lecteurs et mŒme aux autres.
Mon prØcØdent ouvrage, "C est la rentrØe !", qui a
rencontrØ l immense succŁs que l’on sait, saluØ par les
critiques du monde entier et dont la lecture à haute dose
asuscitØdesØclatsderireentendusdanslescontrØesles
plus reculØes, ce bouquin donc, ciselØ avec soin par mes
petitsdoigtsagiles, abienmØritØunpetitfrŁre, unesuite
travaillØe dans un bureau sombre, à la lumiŁre blafarde
d une ampoule vieillie avant l ge devant une montagne
de canettes vides et les restes de saucisson sec.
Ce fut un travail titanesque dont je ne sors pas indemne
puisque, depuis, j ai rØintØgrØ l h pital psychiatrique
dont je n aurais jamais du m Øvader.
Je subodore que vous apprØcierez mes efforts.Enfin le grand jour ! Un grand jour ? Le grand
jour !
C est encore la rentrØe !
La rentrØeau collŁge, bandesdeparents indignes
et indolents.
Finidesebronzerlaprostateetlesseinsavachisà
l’ombredusoleiltorridedel ØtØdØcroissantdelune.
Finidese prØlasser souslescocotiersenpinparasol
deslandes de gascogne. Finilescanettes de biŁre et
lepastisfrais. Finil oisivetØdØgradanteetlessiestes
crapuleuses.
Les enfants reprennent l Øcole et y a intØrŒt à se
magner la rondelle. Une minute de retard, et sßre-
ment une scolaritØ de foutue.
-MarieMadeleine,AngeGabriel,vousŒtesprŒts
meschØris?
- C te question, papa paillard et maman trou du
cul !
-Onneparlepasainsiàsesparents,mesamours.
- On vous emmerde les mythos !
Le pŁre s astique nerveusement les trous de nez
poilus. La mŁre se ricille fØbrilement les sourcils
broussailleux. Papa serre les dents, maman claque
desfesses. Ladescentedesescaliersressembleàune
descente aux enfers.
9C est encore la rentrØe !
Le trajet en voiture ne libŁre pas des sujØtions
angoissantes. Fouette diligence postillon, et faite
cocher. PŁre qui roule n amasse pas mousse mais
gagne du temps.
Enfin, du c tØ de la ligne bleue des Vosges, l ho-
rizon s illumine. Se rØvØlant telle une enseigne de
super marchØ aux rayons fluorescents, l inscription
"collŁge"ØblouitlesregardsembrumØsdecettep le
et triste matinØe automnale.
La foule se presse et s empresse, s agglutine et
baratine. Une bataille de retrouvailles. Les anciens
se reconnaissent, les nouveaux se rivalisent.
La sonnette teinte. Rose claire.
Les conversations s apaisent. Les tŒtes se
tournent vers la cour, les mains se pressent dans un
dernier geste de fraternitØ filiale, une derniŁre tape
sur les fesses, une caresse dans le cou et roule ma
poule.
Lesparentsinvestissentleslieuxetsemettentpi-
teusement en rang.
Al appeldes noms, lestorsesseredressenttelles
des bites au souvenir de leur premiŁre pipe, les poi-
trines bombent sous la poussØe d’une fermetØ mira-
culeusement retrouvØe.
Les parents suivent la croupe ondulante du corps
Øducatif mais nØanmoins national et disparaissent
dans le grand b timent de la culture laˇque obliga-
toire.
Dehors, les enfants, un peu tristes, voient s Øloi-
gner la chair de leur chair.
Dans quelØtat vont ressortir les gØniteurs ?
Surtout que les mammifŁres frØquentØs sont pas
jojos.
C Øtait inØvitable ! Un pauvre bougre, complŁ-
tement partial, absolument caricatural, pratiquant la
mauvaise foi comme d autres la politique, s est in-
vesti dans ce travail mØprisable de dØcryptage et de
10PIGA
dØcodage des hommes et des femmes qui font l ins-
titution.
La maison collŁge se compose de trois grands
groupesdebipŁdeshumano desparquØsdansdesen-
clos diffØrents pour Øviter la confusion des genres :
les inutiles, les superflus, les insupportables. Toute
enquŒteethnologiquequiserespectedevantsemon-
trerd uneimplacableprØcisionscientifiquepouras-
seoir sa crØdibilitØ, chaque groupe est subdivisØ en
sous-groupes : les nuisibles et les besogneux pour
les premiers, les trŁs anciens, les anciens et les mo-
dernes pour les seconds, les p tits cons et les grands
conspourlesderniers,autantdeportraitsmisØrables,
vilseticonoclastesdontlalisten estniexhaustive,ni
reprØsentative. Que ceux qui se reconnaissent dans
ces miroirs se taisent à jamais, les autres, patience,
leur tour viendra…
11