Du refus d'être père : contours de l'infécondité masculine

-

Livres
120 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ne pas vouloir d'enfant, ne pas vouloir être père... S'il faut en croire l'opinion générale, il n'est rien de mieux pour un homme que de devenir père, de s'occuper de ses enfants, de s'accomplir via la paternité. Que l'homme veuille réellement devenir père ou qu'il ne s'agisse que d'une résignation pour coïncider avec les obligations sociétales, voilà une question qui n'est guère posée. Que l'homme veuille construire une vie sans enfants, voilà une attitude qui le range immanquablement dans la catégorie des gens suspects, à la limite de la trahison envers toute la société. Pourtant, c'est bien de cela dont il s'agit ici : refuser d'être père. Au-delà des références historiques qui jalonnent cet essai, l'occasion est donnée de laisser la parole à quelques hommes qui ont effectué un tel choix et en assument les conséquences. Ils sont plus nombreux qu'on ne le pense et se font entendre chaque jour davantage. Y compris l'auteur de ce livre qui remercie par avance tous ceux qui le liront intégralement avant de chercher à entamer la discussion avec lui.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 janvier 2014
Nombre de lectures 5
EAN13 9782849243527
Langue Français
Signaler un problème
Du refus d’être père
Contours de l’infécondité masculine volontaire
La collection« Essai »se veut ouverte aux nouveaux regards portés sur les sciences, les faits de société et les questions contemporaines. (dirigée par Annie Verdelet-Lamare)
Dans la même collection :
L’islamisme radical et l’Occident,Sophie Viollet Polynésiens et Indiens d’Amérique du Nord, Mikko Heikinheimo Plaidoyer pour les cochons, Michelle Julien La condition politique des Français d’origine non européenne, Adda Bekkouche Le réveil du monde arabe : douze scénarios d’avenir, Gilles Chenève Pas simplement quand ils nous rasent,Christophe Médici Crises économiques et régulations collectives, Michel Leis Amnesty International : enquête sur une ONG génétiquement modifiée, Marc Girot L’Afrique des timocrates, Léon Koungou L’athéisme et la foi confrontés aux savoirs actuels, Thierry Karpiel La vache à lait : notre consommation, leur martyre, Michelle Julien Les jeunes et la discothèque, Éric Marlière École, violence et domination, Pierre Badiou & Dominique Vachelard Sociologie des immigrés âgés, Emmanuel Jovelin & Fatima Mezzouj Crise : une chance pour l’entreprise ?, Jean Burnod Intervenir auprès des mineurs étrangers isolés, Francisco Mananga Le management noir, Christophe Médici Le krach de la dette publique, Sébastien Groyer L’accueil des demandeurs d’asile, Carolina Kobelinsky L’immigration : problématiques et défis, Violette Daguerre L’Internet des objets, Geoffrey Zbinden Les droits de l’enfant : une fausse bonne idée, Philippe de Dinechin Hyperphagie : l’obsession de manger, François Faucon La nudité : pratiques et significations, Christophe Colera Écoterroristes ou écoguerriers ?, Roger Ribotto Le souverainisme : une idée certaine de la France, Philippe Boulanger La jeunesse qui range sa chambre, Grégory Kapustin Philosophie du ménage, Sébastien Groyer L’écologie profonde, Roger Ribotto La sexualité collective, Radu Clit Chirurgie esthétique : les conseils d’un chirurgien, Vladimir Mitz Psychologie de la fatigue, Jean-Louis Dupond J’accuse la dérive de la psychanalyse, Sylvie Lanzenberg
Image de couverture :Le petit poucet, gravure de Gustave Doré, 1867. © Éditions du Cygne, Paris, 2014
www.editionsducygne.com ISBN : 978-2-84924-352-7
François Faucon
Du refus d’être père
Contours de l’infécondité masculine volontaire
Éditions du Cygne
« Avoir commis tous les crimes, hormis celui d’être père. » Cioran,De l’inconvénient d’être né,1973.
L’auteur tient à remercier Y. M., Roland Jaccard, Théophile de Giraud, Chuck Coutiches, Marc Quatrefages, et Patrice Cmolik pour leurs précieux témoignages.
Avertissement
Ce livre se xe pour ambition de combler un vide : l’étude des hommes qui, hier et aujourd’hui, ont volontairement choisi de rester inféconds, sans enfants. Autant dire un tabou, tout comme peuvent l’être la violence des femmes, le viol des hommes, l’infanticide ou l’inceste. Dans les pays anglo-saxons, 1 2 de tels livres existent déjà. Leurs auteurs (Lafayette , Veevers et 3 Lunneborg) relatent à l’envi la difculté de faire entendre la voix des hommes sur ce sujet. En France, ces témoignages restent encore très condentiels. De fait, beaucoup diront qu’il s’agit-là d’un thème marginal. Que l’objectif inavoué de ce livre est de prendre le contrepied machiste du féminisme et de ses luttes. Que le refus d’être père n’est qu’un moyen permettant d’éluder la « lâcheté » supposée viscérale des hommes. Que ceux qui ne voulaient pas d’enfants ont ni par rentrer dans le rang et qu’ils ne s’en plaignent pas. Voire, que je suis moi-même un acteur du complot « sionisto-féministe d’accablement des goys masculins 4 sous couvert de laïcité, d’athéisme et de franc-maçonnerie »… D’autres avanceront que ma légitimité pour une telle étude fait défaut. Cette remarque est plus pertinente et nécessite quelques précisions. Tout d’abord, je suis historien et cherche à recons-truire des faits. En l‘occurrence : partir en quête de ceux qui, au l du temps, ont refusé de devenir père et l’ont fait savoir. Par contre, je ne saurai en aucune façon m’imposer comme socio-logue ou juriste spécialisé dans les questions de bioéthique par
1.Why Don’t You Have Kids ?, Zebra, 1995. 2.Childless by choice, Butterworth-Heinemann Ltd, 1980. 3. Voir bibliographie. 4. Mail du 6 mars 2012 en réponse à mes recherches de témoignages sur les réseaux sociaux...
7
exemple. Pour la période contemporaine, je renverrai donc aux études existantes. Elles ne sont guère nombreuses. Concerné à titre personnel par le refus d’être père, cette étude se veut également un témoignage sur la difculté de faire entendre un tel positionnement, volontaire et conscient. On ne s’étonnera donc pas du côté engagé, parfois subjectif de la présente étude. C’est an d’entrer dans le vif du sujet, que j’ai choisi de débuter en laissant la parole aux témoins. Après tout, ne sont-ils pas les premiers concernés par ce refus ?