//img.uscri.be/pth/0a318b78e7b04bef710371bd50cf61c0b4be919a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 17,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

La République des Lettres

De
496 pages
"Extérieurement j’ai vécu à l’époque où l’expression République des Lettres désigne, plus ou moins ironiquement, le petit échiquier étroitement parisien ou festivalier, plus que jamais agité, dont les pièces du jeu annuel sont des centaines de romans, et la récompense des parties gagnées, des dizaines de prix littéraires. Intérieurement, pendant plus d’un demi-siècle, j’ai malgré tout vécu, privément avec quelques amis et, depuis moins longtemps, dans l’actuelle Académie des Inscriptions, au sein d’une République européenne des Lettres d’un tout autre genre et d’une tout autre époque. Tel aura été mon "engagement". Me dégageant de l’actualité présente sans pour autant l’ignorer, j’ai cherché à comprendre l’actualité disparue d’une société de savants lettrés solidaires où je me plaisais et qui évoluait étrangement avec une jalouse liberté de mouvement et d’esprit dans des régimes politiques et religieux qui, selon nos critères actuels, passent pour despotiques. Cette étrangeté ou, si l’on préfère, ce paradoxe continue à me fasciner, bien que peu à peu j’aie mieux compris le secret avantage dont jouissaient, en pleine connaissance de cause, mes amis (et objets d’étude) : celui de savoir vivre sur deux étages du temps, l’un se réfléchissant dans l’autre, l’un hors du temps parce que fruit mûr du temps, l’Antiquité gréco-romaine, et l’autre dans un tout autre temps historique, en voie à son tour de mûrissement, mais cette fois sans le réflecteur des "humanités", et de plus en plus déboussolé depuis que ce miroir lui a été ôté.
Marc Fumaroli
Voir plus Voir moins
La République des Lettres par MARC FUMAROLI de l Académie française
BIblIothèque des hIstoIres
M ARC F U M AROL I De l’AcadémIe françaIse
L A R é P U b L I q U e D e S L e T T R e S
G A L L I M A R D
© ÉdItIons GallImard, 2015.
En hommage à Krzysztof PomIan
avant-propos
eXÉîEûEmE j’àî Éçû â l’ÉôQûE ôù l’EXEŝŝîô RÉûBlîQûE Eŝ LEEŝ ÉŝîgE, lûŝ ôû môîŝ îôîQûE-mE, lE Eî ÉçhîQûîE ÉôîEmE àîŝîE ôû fEŝîà-lîE, lûŝ QûE jàmàîŝ àgîÉ, ô lEŝ îèçEŝ û jEû àûEl ŝô Eŝ çEàîEŝ E ômàŝ, E là ÉçômEŝE Eŝ àîEŝ gàgÉEŝ, Eŝ îzàîEŝ E îX lîÉàîEŝ. IÉîEûEmE, Eà lûŝ ’û Emî-ŝîèçlE, j’àî màlgÉ ôû Éçû, î-ÉmE àEç QûElQûEŝ àmîŝ E, Eûîŝ môîŝ lôgEmŝ, àŝ l’àçûEllE AçàÉmîE Eŝ Iŝçîîôŝ, àû ŝEî ’ûE RÉûBlîQûE EûôÉEE Eŝ LEEŝ ’û ôû àûE gEE E ’ûE ôû àûE ÉôQûE. TEl àûà ÉÉ mô « EgàgE-mE ». ME ÉgàgEà E l’àçûàlîÉ ÉŝEE ŝàŝ ôû àûà l’îgôE, j’àî çhEçhÉ â çômEE l’àçûàlîÉ îŝ-àûE ’ûE ŝôçîÉÉ E ŝààŝ lEÉŝ ŝôlîàîEŝ ôù jE mE làîŝàîŝ E Qûî Éôlûàî ÉàgEmE àEç ûE jàlôûŝE lîBEÉ E môûEmE E ’Eŝî àŝ Eŝ ÉgîmEŝ ôlîîQûEŝ E ElîgîEûX Qûî, ŝElô ôŝ çîèEŝ àçûElŝ, àŝŝE ôû Eŝ-ôîQûEŝ. CEE ÉàgEÉ ôû, ŝî l’ô ÉfèE, çE ààôXE çôîûE â mE fàŝçîE, BîE QûE Eû â Eû j’àîE mîEûX çômîŝ lE ŝEçE àààgE ô jôûîŝŝàîE, E lEîE çôàîŝŝàçE E çàûŝE, mEŝ àmîŝ (E ôBjEŝ ’ÉûE) : çElûî E ŝàôî îE ŝû EûX ÉàgEŝ û Emŝ, l’û ŝE ÉflÉçhîŝ-ŝà àŝ l’àûE, l’û hôŝ û Emŝ àçE QûE fûî mÛ
La RépublIque des Lettres
û Emŝ, l’AîQûîÉ gÉçô-ômàîE, E l’àûE àŝ û ôû àûE Emŝ hîŝôîQûE, E ôîE â ŝô ôû E mÛîŝ-ŝEmE, màîŝ çEE fôîŝ ŝàŝ lE ÉflEçEû Eŝ « hûmàîÉŝ », E E lûŝ E lûŝ ÉBôûŝŝôlÉ Eûîŝ QûE çE mîôî lûî à ÉÉ ÔÉ. Il à BîE fàllû, gáçE â là lîBEÉ QûE m’à làîŝŝÉE lE CôllègE E FàçE, EE Efî E ÉçîE, ôû jûŝîfîE çEŝ EàîEŝ Eû àû gôÛ û jôû çhEz lEŝ Éûîŝ Eŝ ŝîèçlEŝ çlàŝŝîQûEŝ, ôû là lûà ôûBlîÉŝ E ÉàîgÉŝ, lEŝ fàçEEŝ îçôûEŝ E çEE ŝôçîÉÉ E ŝààŝ lEÉŝ E E fàîE lE ôàî E QûElQûEŝ-ûŝ E ŝEŝ èŝ môEŝEŝ E ŝôûE ôîgîEûX îçEŝ E l’Eŝî. Là ûBlîçàîô E çE lîE Éàî ŝôûhàîÉE Eûîŝ lôg-Emŝ à PîEE Nôà, là àîEçE îçàÉE, Qûî lûî fàî l’hôEû àûjôû’hûî E l’àççûEîllî Efî àŝ ŝà fàmEûŝE çôllEçîô E là « bîBlîôhèQûE Eŝ hîŝôîEŝ ». Il ôî BEàû-çôû â ôE àmî çômmû, Kzyŝzôf Pômîà, àûEû ’àà-gàE ŝû çE ŝûjE, çà îl m’à Emîŝ E lîE ŝà hèŝE ûîEŝîàîE E ÉBûà ŝû là RÉûBlîQûE Eŝ LEEŝ Qû’îl ’à jàmàîŝ ôûlû ûBlîE. Aûŝŝî lûî àî-jE ÉîÉ çE lîE. LEQûEl ôî BEàûçôû àû èŝ EgEÉ bûô NEEû, Qûî ŝààî mîEûX QûE EŝôE lE BôhEû QûE ôE àû çhEçhEû ’àôî çhôîŝî ôû « àîèE-BôûîQûE » môàîgîEE là ÉûBlîQûE lîÉàîE Eŝ EûX ŝîèçlEŝ çlàŝŝîQûEŝ. Dàŝ çE EçûEîl ô ÉÉ Éûîŝ lEŝ ÉŝûmÉŝ àûŝ àŝ l’AnnuaIre du Collège de FrancemEŝ çôfÉEçEŝ ŝû l’hîŝôîE, lEŝ E mœûŝ E là fÉçôîÉ E là RÉûBlîQûE Eŝ LEEŝ ’A-çîE RÉgîmE. Màîŝ îlŝ ’ô àŝ ÉÉ àŝŝÉÉŝ â là ŝûîE E E Blôç. Ilŝ ŝE ôûE ÉàÉŝ E EçàÉŝ à ’àûEŝ çôfÉEçEŝ, à Eŝ EçhEçhEŝ, Eŝ Eŝŝàîŝ ûBlîÉŝ àŝ îEŝEŝ EûEŝ E EçûEîlŝ, çômlÉà ôû Éçîŝà ŝû El ôû El ôî lE àôàmà QûE EŝŝîE â gàŝ àîŝ lEŝ çôfÉEçEŝ û CôllègE. L’ôE Qûî à ÉÉ àôÉ ’Eŝ àŝ çhôôlôgîQûE î ààîf. Il ElèE lûÔ û môàgE ôû û çôllàgE çûBîŝE, jûXàôŝà Eŝ fàgmEŝ E gEEŝ E E ôîŝ E ûE îffÉEŝ (Éçîŝ, ôàîŝ, ààlyŝEŝ ŝÉmàîQûEŝ, lEçûEŝ E èŝ E EXEŝ çlÉŝ), àjûŝÉŝ ôû îîîE ôgEŝŝîEmE lE lEçEû â çEE ŝôçîÉÉ îÉàlE E