Les os, les cendres et l

Les os, les cendres et l'Etat

-

Livres
336 pages

Description

Qui aujourd'hui se préoccupe des os et des cendres des personnes décédées? Personne, est-on tenté de répondre tant on répète à l'envi que notre société individualiste vit dans le déni de la mort. Et pourtant, l'enquête sociologique d'Arnaud Esquerre révèle à l'inverse que l'Etat ne s'est jamais autant soucié des morts. Depuis que le contrôle de l'Eglise sur les restes humains a perdu de sa vigueur, la puissance publique a commencé à s'intéresser aux os et aux cendres. Face aux bouleversements des trente dernières années (essor de la crémation, développement des preuves par l'ADN, demandes de restitution des têtes maories, etc.), l'Etat déploie une nouvelle politique : interdire que les morts, même réduits en cendres, séjournent ailleurs que dans l'espace public, empêcher ou limiter l'exposition de restes humains, même s'ils sont considérés comme des oeuvres d'art, distinguer les morts "nationaux" appelés à rester sur le territoire et les autres, instituer la notion de profanation, largement punie. Derrière ces changements majeurs des relations entre les os, les cendres et l'Etat se joue une nouvelle politique de la mort, méconnue et passionnante.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 26 octobre 2011
Nombre de lectures 40
EAN13 9782213664194
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un abus
Qui aujourd'hui se préoccupe des os et des cendres des personnes décédées? Personne, est-on tenté de répondre tant on répète à l'envi que notre société individualiste vit dans le déni de la mort. Et pourtant, l'enquête sociologique d'Arnaud Esquerre révèle à l'inverse que l'Etat ne s'est jamais autant soucié des morts. Depuis que le contrôle de l'Eglise sur les restes humains a perdu de sa vigueur, la puissance publique a commencé à s'intéresser aux os et aux cendres. Face aux bouleversements des trente dernières années (essor de la crémation, développement des preuves par l'ADN, demandes de restitution des têtes maories, etc.), l'Etat déploie une nouvelle politique : interdire que les morts, même réduits en cendres, séjournent ailleurs que dans l'espace public, empêcher ou limiter l'exposition de restes humains, même s'ils sont considérés comme des oeuvres d'art, distinguer les morts "nationaux" appelés à rester sur le territoire et les autres, instituer la notion de profanation, largement punie. Derrière ces changements majeurs des relations entre les os, les cendres et l'Etat se joue une nouvelle politique de la mort, méconnue et passionnante.