Les racines idéologiques du djihadisme : étude comparative de l'État Islamique et Boko Haram

-

Livres
150 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Avec cette étude, l'auteur nous permet de comprendre en trois volets un grand nombre d'aspects de l'islamisme radical.
Cet ouvrage retrace ainsi l'évolution idéologique de l'islamisme radical depuis l'apparition de l'islam, en passant par la création d'Al-Qaïda lors de la guerre en Afghanistan dans les années 1980, jusqu'à l'analyse de deux organisations djihadistes contemporaines : L'État Islamique et Boko Haram.
Par le biais d'une synthèse facilement accessible des principaux penseurs de l'islamisme radical durant treize siècles, l'auteur nous propose de déchiffrer l'idéologie revendiquée par les leaders du Jihad contemporain comme Ben Laden, Al-Zawahiri ou encore Al-Baghdadi et d'expliquer à qui et à quels concepts ils se référent.
À partir de cette base théorique, l'auteur propose une étude de cas entre l'État Islamique au Moyen-Orient et Boko Haram en Afrique afin de décoder la structure de ces organisations.
Cette étude comparative peut servir de méthodologie de référence pour l'analyse des autres organisations djihadistes.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2016
Nombre de visites sur la page 16
EAN13 9782849244401
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0112 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Les racines idéologiques du djihadisme
Étude comparative de l’État Islamique et Boko Haram
Collection « Géo-sécurité »
dirigée par Jean-Jacques Patry
Géo-sécurité est une collection répondant à une double ambi-tion : ouvrir les horizons du lecteur sur les conflits contemporains et les stratégies de sécurité d’une part ; promouvoir les auteurs qui contribuent à cet élargissement d’autre part. Ces derniers sont pour l’essentiel formés au sein du mastère géopolitique et sécurité internationale de l’Institut Catholique de Paris. Ils sont analystes/ planificateurs pour des ONG, des sociétés de veille stratégique en zones « chaudes » ou des institutions de sécurité et disposent pour certains d’une expérience de terrain. Les Éditions du Cygne font la pari que spécialité littéraire et formation universitaire supérieure ne sont pas incompatibles : profitons-en !
Dans la collection :
La politique régionale russe dans l’espace post-soviétique, Melody Wenz L’interculturalité dans les opérations militaires,Nathalie Ruffié Arctique : le grand jeu des puissances asiatiques, Julie Babin La diplomatie de la Corée du Sud, Delphine Lagarrigue Où va le Mali ?, Rodolphe Cathala L’Australie et les relations internationales, Charlotte Balssa La narco-criminalité au Mexique, Kevin Chalton
Image de couverture : Frontière Turquie/Syrie © Éditions du Cygne, Paris, 2016
www.editionsducygne.com ISBN : 978-2-84924-440-1
Olivier Baconnet
Les racines idéologiques du djihadisme
Étude comparative de l’État Islamique et Boko Haram
Préface d’Antoine J. Sfeir
Éditions du Cygne
Remerciements
La réalisation de cette étude a été possible grâce au concours de plusieurs personnes à qui je voudrais témoigner toute ma reconnaissance. Je voudrais en premier lieu remercier le Docteur Sihem Tlemsani pour ses précieux conseils qui m’ont aidé à orienter ma réexion et à structurer cette étude. Je remercie également Monsieur Philippe Gros, chercheur à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS), pour son aide métho-dologique apportée dans l’exécution de l’étude comparative suivant une approche systémique. Je voudrais exprimer ma reconnaissance à Monsieur Jean-Jacques Patry, en tant que Directeur du Master 2 Géopolitique et sécurité inter-nationale à l’Institut Catholique de Paris, pour la qualité de la forma-tion dispensée qui m’a permis d’acquérir les compétences nécessaires à l’accomplissement de ce travail. Je tiens également à témoigner ma gratitude à Monsieur Marc-Antoine Pérouse de Montclos, chercheur spécialiste sur le Nigéria, pour avoir pris le temps de me rencontrer pour échanger nos points de vue et notre analyse sur Boko Haram. Et nalement, je tiens à remercier tout particulièrement Monsieur Antoine Sfeir, politologue et spécialiste du Moyen-Orient, pour avoir pris le temps de répondre à mes questions et clarier des éléments essentiels au contenu de cette étude, et pour avoir enrichi le contenu de ce livre par l’écriture de la préface.
Préface
L’ouvrage d’Olivier Baconnet est avant tout un formidable travail académique. Au départ, ce mémoire intitulé «L’Islamisme radical. D’une idéologie ancestrale aux organisations djihadistes proto-étatiques – Étude comparative de l’État Islamique et Boko Haram » couronnait un travail de chercheur universitaire. Qu’une maison d’édition ait décidé de le publier est tout à son honneur. En effet ce travail minutieux qui reprend la problématique de l’islamisme et celle du salasme en se plongeant dans la genèse de ces courants extrêmes au sein de l’islam méritait d’être accessible au plus grand nombre. En remontant aux origines de l’islam on a l’impression que l’auteur a voulu prendre son lecteur par la main et lui faire monter les escaliers de l’histoire marche par marche jusqu’à nos jours. Et pourtant dés le début, nous sommes dans l’actualité brûlante lorsqu’il fait le lien qui nous paraît évident sous sa plume entre les origines de l’islam radical avec les penseurs de l’islamisme d’aujourd’hui ; ou encore lorsqu’il nous explique le « succès de la doctrine chiite » en l’op-posant dès le départ à l’échec de l’islam radical. L’apport d’Olivier Baconnet est également celui de l’ana-lyste qui commence par revenir sur l’étymologie des termes utilisés au quotidien à mauvais escient d’ailleurs par la presse, les médias, les politiques et tous les autres commentateurs. Un seul exemple sufrait à démontrer la minutie de l’auteur qui n’hésite pas à renter dans les nuances les plus subtiles et qui démontre la démarche d’Olivier Baconnet et surtout sa connaissance de l’islam et du Coran lorsqu’il nous parle du « Jihad : «À l’origine, le « jihad » signie l’effort sur soi-même aux niveaux individuel et social pour un perfectionnement moral et religieux. Il peut également prendre la
5
signication de combat mais c’est alors dans le sens de se défendre ou de se protéger, que cela concerne la famille ou la religion. Dans le Coran, ce sont les mots « harb » et « qitäl » qui sont employés pour mentionner la guerre. Le mot « jihad » a été utilisé de manière abusive dans le sens de « guerre sainte ». Nous emploierons ce mot uniquement à partir de ses néologismes « djihadiste » et « djihadisme » faisant référence aux organisations armées qui mènent la « guerre sainte » contre l’Occident et tout musulman n’adhérant pas à leur version de l’islam ». Ces précisions émaillent tout le travail du chercheur à la fois précis et méticuleux. Et c’est tout naturellement qu’il nous amène à l’étude qu’il entreprend de l’idéologie de ces organi-sations islamistes, salastes, et djihadistes avant d’aborder leur structure et leur mode opérationnel : il met en exergue la territo-rialisation de ces organisations mais aussi leur rapport aux popu-lations qu’elles contrôlent, sans oublier d’aller chercher l’origine de leurs ressources. La grande qualité de cet ouvrage demeure néanmoins cette idée sous-jacente à chaque page : décortiquer, analyser, expliquer, rendre compréhensible ce qui peut nous paraître complexe… pour éradiquer la peur de ce que nous ne connaissons pas. Le savoir et la connaissance que nous sert l’auteur sur un plateau nous permettent d’affronter un ennemi dont nous avons appris la mentalité et donc de ne plus en avoir peur. Ces éléments de compréhension des aspects idéologiques, structurels, opéra-tionnels et organisationnels de ces groupes mettant en avant les socles communs (ou pas) entre eux et nous donnent à la fois des éléments de réponse et des pistes de réexion. Un tel ouvrage serait le bienvenu au chevet de nos hommes politiques : il leur servirait d’outil de travail et peut-être égale-ment à tous ceux qui se sont autoproclamés spécialistes dans cette matière.
Antoine J. Sfeir
Introduction
La géopolitique mondiale a connu une totale mutation e depuis la n du XXsiècle. Avec la chute de l’Union Soviétique, le monde a cessé d’être partagé en deux, tiraillé entre les deux grands géants qui cherchaient à étendre leur idéologie en se livrant des guerres par procuration. Seulement le monde de la géopolitique internationale n’apprécie pas les déséqui-libres trop prononcés, et une seule superpuissance ne peut pas contrôler le reste de la sphère sans engendrer l’apparition d’une force d’opposition qui essaiera de contester cette hégé-monie. Il aura fallu seulement une décennie pour que les États-Unis soient frappés en plein cœur économique du si symbo-lique Manhattan. Cette date du 11 septembre 2001 a marqué l’apparition d’une force « djihadiste » prête à attaquer l’Occi-dent dans toute sa grandeur. Depuis ce jour, les américains et leurs alliés européens ont riposté, le Moyen-Orient s’est embrasé et s’est enfoncé dans le chaos, et les incessantes rébel-lions africaines de la période post coloniale se sont islamisées. Même si, comme nous le verrons, les visions hégémoniques du e traditionalisme musulman prennent leurs racines au IXsiècle, ce dernier a été bouleversé au contact de la modernisation apportée durant la période coloniale pour prendre une orien-1 e tation nouvelle. Ainsi, l’islam connaît en ce début de XXIsiècle un des moments les plus difciles de son histoire avec une minorité d’individus se regroupant au sein d’organisations en lutte contre toute personne qui n’adhèrerait pas à cette idéo-logie radicale, ou qui tout simplement ne se soumettrait pas à leur volonté.
1. Mouline Nabil,Aux racines du djihadisme : Surenchères traditionalistes en terre d’islam, Le Monde Diplomatique, mars 2015, p3.
7
Les qualicatifs utilisés pour désigner ces organisations sont toujours plus nombreux et leur diversité montre bien la dif-culté à comprendre la complexité du phénomène. Si la signica-tion exacte de ces termes et ce à quoi ils se réfèrent est souvent ambigu, ils sont également sujets à de nombreuses controverses alimentant un débat qui trouve ses origines bien avant ces évène-ments récents. En conséquence, préalablement à l’étude de ce sujet, nous proposons d’apporter brièvement quelques préci-sions sur certains termes (et non d’en donner des dénitions dont le consensus serait très difcile à obtenir) an de clarier l’emploi que nous en ferons tout au long de cette étude. Tout d’abord, si l’islamisme connaît de nombreuses signications, nous l’aborderons dans le sens d’islam politique, c’est à dire d’un mouvement religieux visant à mettre l’islam au centre de la politique. Ainsi, l’islamisme radical, tout en restant dans le même concept, revendique en plus un islam puriste se référant uniquement à la tradition islamique des textes sacrés, le Coran et laSunna. L’islamisme radical est par conséquent fondamenta-liste mais il faut aussi comprendre par cela que l’islamisme n’est pas obligatoirement radical. L’islamisme radical se rapproche étroitement du salasme. Par son origine étymologique «salaf», signiant « ancêtres », il adhère également au retour à l’islam des origines et au respect des textes sacrés. Mais au contraire de l’is-lamisme radical, le salasme n’a aucune revendication politique. Il faut également noter que le concept de salasme ne se trouve 2 que dans l’islam sunnite . Ensuite, nous emploierons régulière-ment le mot «jihad» et ses néologismes occidentaux « djihadiste et djihadisme ». À l’origine, le «jihad» signie l’effort sur soi-même aux niveaux individuel et social pour un perfectionne-ment moral et religieux. Il peut également prendre la signica-tion de combat mais c’est alors dans le sens de se défendre ou de se protéger, que cela concerne la famille ou la religion. Dans le Coran, ce sont les mots «harb» et «qitäl» qui sont employés pour
2. Sfeir Antoine,Islam – Salafisme, jihadisme, Le blog d’Antoine Sfeir issu du Dictionnaire du Moyen-Orient, Bayard Éditions, 2011.
8