Petit précis à l

Petit précis à l'usage de l'amateur de littérature chinoise contemporaine

-

Livres
156 pages

Description

La littérature chinoise a connu une évolution fulgurante depuis la mort de Mao en 1976 jusqu'à l'attribution du prix Nobel de littérature à Gao Xingjian en 2000. Ce Petit précis, clair et facile d'accès, propose à l'amateur des clés pour se retrouver dans le foisonnement des mouvements et des écoles, ou tout simplement avoir des informations sur les auteurs. Il privilégie les œuvres traduites en français et englobe les littératures de Hong Kong, Taiwan et les écrivains vivant à l'étranger.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 12 décembre 2013
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782809705515
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Petit précis à l’usage  de l’amateur de littératur chinoise contemporaine
(1976-2006)
Edition revue et complétée
Extrait de la publication
© 2002, Editions Philippe Picquier © 2006, Editions Philippe Picquier, pour la présente édition Mas de Vert B.P. 20150 13631 Arles cedex Conception graphique: Picquier & Protière Mise en page: Ad litteram, M.-C. Raguin – Pourrières (Var)
ISBN : 2-87730-588-0
Extrait de la publication
La littérature chinoise contemporaine est qu’au début des années 1980 pratiquementabsente des librairies et des bibliothèques d’O ccident, à lfférencea di des littératures japonaise ou latino-américai connu un essor considérable durant la deuxième moit du siècle qui vient de s’achever. La situationpoli tique de la C hine en est responsable, puisque, de 196 pendant la R évolution culturelle, les écriva n’ont eu aucune possibilité de s’exprimer, sice n’est pour chanter les louanges du Parti communiste au pouvoir et de son grand leader. La disparition de M aonZedong e 1976 a donc été décisive pour la renaissancelittérade la ture chinoise. Parallèlement, en O ccident, ledével oppe ment des études chinoises a permis la for chercheurs et de traducteurs qui se sont attella tâcheés à de faire connaître cette nouvelle littérature bouleversements profonds que la C hine a connus à partir de la fin des années 1 9 7 0 . Sous la plume jeunes ou moins jeunes sont nées des œuvrespuissan tes, originales, inspirées des réalités du pays, mais au ssi irri guées par les re c h cehres formelles menéesen au Japon ou en Amérique latine. N o m ber romans ou nouvelles en langue chinoise quiont été tra duits en français depuis deux décennies ; milieu des années 1 9 9 0 , le rythme s’estac mesure de l’engouement du public françaispour les arts
5
Extrait de la publication
delangue chinoise à re c eovir cettedistincti q u’amplifier le phénomène. Le nombre des traductions reste cependa si on le met en re g adr avec les centainesd’ œ u v r paraissent chaque année en C hine, mais la sélection déjà effectuée par les traducteurs et les éditeurs espérer au lecteur français qu’il dispose d’œuquavres de lité ou qui, au moins, auront été re m aqru monde littéraire chinois. L’amateur aborde souvent cette l i t t é r aet auur hasard d’une flânerie en libr e m purnt dans une bibliothèque ou de la le critique dans la presse. M ais il est quelque pmunieu dé lorsqu’il cherche des repères pour se retrouver dans le foi sonnement de mouvements, courants, écol fleuri depuis la R évolution culturelle, outo ment pour avoir des informations sur lesa études restent rares, surtout pour la pério 1 récen.teLes articles dans des revues spéci certes plus nombreux, mais pas toujours faciles à c onsul ter pour tout un chacun. La production romanesque chinoise est issue exc l u seimvent de la C hine continental développée selon des voies originales aussi bien à etàHongKongquedansdautesrrégionsAsie du Sud-Est, Etats-Unis d’Amérique eturEurope, s tout depuis les événements dramatiques de 1989 qui ont poussé à l’exil nombre d’intellectuels. C ette littérature de la « diaspora » fait figure de parent pauvre en O ccident les études sont quasi inexistantes en frança
1. Voir la bibliographie en fin d’ouvrage.
6
Extrait de la publication
quelles conditions un roman, une nouvelle, ou une pièce de théâtre, ont pu être écrits, dsentere pré leursauteurs,delessituerdanslhisteoliitr noise, et de montrer parfois comment l’œuvre a été reçue en C hine et dans les pays francophones. Aussi, puis que beaucoupdœuvesroriginalesresteonrtinac lecteur non sinophone, nous avons délibérém de privilégier la présentation d’œuvres traduites, tout en signalant certaines qui ne l’ont pas été et mériter aient de l’être. Un tel parti pris présente évidemmentle ris que de n é g l i ,gpearce qu’ils n’ont pas été traduits, influents dans le monde littéraire chinois etde privilégier tel ou tel écrivain parce qu’il aurait connu lesuccès à par tir de traductions de ses œuvres à l’ é t r an g e r est réel de renvoyer de manière déformée l’image que les C hinois se font de leur littérature en la considérant à tra vers le prisme de la critique occidentale. efforcerons donc chaque fois que possible deconfro nter l’évaluation littéraire occidentale avec celle qui a cours en C hine – ou dans « les C hines ». Les récentes études chi noises sur la littérature contemporaine montrent so uvent que le succès remporté à l’étranger par un auteur n e fait que renforcer l’aura qui l’entoure dans son propre pays, même s’il l’a quitté. Au cours des trente dernières années, depui Mao Zedong en 1976 jusqu’à aujourd’hui, l’é v la vie littéraire chinoise a été d’une fulgurante l’instar des transformations en profondeur qu chinoise a connues dans de nombreux doma poésie « o b s ceu»rau roman néoréaliste, de la des cicatrices » à l’ é c r ietpuorstmoderniste, des
7
Extrait de la publication
l’extrémitédufild’Ariane quile guiderada r i n t h e . D epuis 2002, date de la parution de la première édi tion de cet ouvrage, l’engouement pour la accru et le nombre des traductions de littérature c hinoise n’a fait qu’augmenter. L’organisation des Années croisées entre la C hine et la France en 2003-2004 et2004-20 05, et l’invitation de la C hine au Salon du livrede Pa ris en m a r s2 0 0 4 ont re n f océr ce phénomène.D ments et des notes ont été rajoutés au fil despage s lors q u’une ou plusieurs œuvres d’un écrivains s’ajouter à celles que nous avions déjà évoqus laées dan première édition. Les goûts personnels de l’auteur de ces liglenes, éga ment traducteur, ont naturellement influencoix,é ses ch q u’il assume et livre au débat et à la critiqu désir est de donner envie de connaître et demieux com prendre cette littérature issue d’une traditionprestigieuse et qui est en train de pre n dersa place dans littéraire mondial.
Extrait de la publication
La littérature des premières années du régime (1949 -1966)
D epuis le fameux discours que M aoZ 1 nonça en 1 942 à Ya n’ a n– où les communis regorupésen1935aprèslaLongueMarch que la littérature et les arts devaient jouer dan n’était plus soumis à discussion : ils étaient servicedesouvriers-paysansetsoldats».L étaient priés de réserver leurs attaques et leur aux anciennes classes dirigeantes et de sete ment du côté du peuple. « La littérature etl’ a r riens, déclarait M ao Zedong, font partie de delacauserévolutionneaadiur pro l é t r i a t comme disait Lénine, “une petite roue et un du mécanisme général de la révo l u t i o»nL. talisation des arts et lettres devenait un dog serait plus remis en cause jusqu’à la fin desan même si quelques tentatives infructueusesp un peu le rôle de la littérature seront fai é c r iaivns comme Wang M eng (1 9 34 -) ou ( 1 9 2 5 - ) .
1 . Mao Z edong, « In t evrentions aux causeries surl l’art à Yan’an », dansŒuvres choisies, Pékin, Editions enlangues étran gères, 1963, t. III, p. 72-98.
9
Extrait de la publication