Une époque de transitions

Une époque de transitions

-

Français
414 pages

Description

Après les bouleversements des années 1990, le monde se recompose. Mais les transitions, qu’on annonçait faciles, se révèlent laborieuses, malaisées et, dans certains cas, porteuses de menaces plus que de promesses.

Présentée comme le triomphe de la démocratie sur le totalitarisme, la victoire du monde occidental n’a été contestée ni dans son effectivité, ni dans sa légitimité. Mais, on le sait, plus une légitimité est forte, et plus elle suscite des attentes qui ne souffrent pas d’être déçues ; or, il semblerait qu’on ait pris le parti d’y répondre dans la seule langue du marché.

A l’échelle européenne, sans que l’on puisse parler d’échec, la réunification allemande n’est pas aussi facile à réaliser que certains l’avaient cru, et il n’est pas impossible que l’Union européenne ait, elle aussi, à souffrir d’avoir sous-estimé, en s’élargissant, l’insolubilité de l’histoire dans l’économie notamment si elle tarde (ou, pire, si elle échoue) à se doter des moyens de son intégration politique.

Par ailleurs, à l’échelle mondiale, on sait depuis le 11 septembre 2001 que la globalisation sans frein du marché et l’hégémonisme arrogant de l’Occident engendrent bien plus que des résistances.

Tels sont les principaux thèmes abordés par ces écrits politiques, rédigés entre 1998 et 2003. Autant de plaidoyers en faveur d’une politique animée par les principes de justice et de démocratie.

On trouvera, en outre, dans ce recueil les textes qui furent à l’origine de la réflexion récente de Jürgen Habermas sur les problèmes de la médecine reproductive face à l’individualisme marchand.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 11 mai 2005
Nombre de lectures 37
EAN13 9782213656243
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Après les bouleversements des années 1990, le monde se recompose. Mais les transitions, qu’on annonçait faciles, se révèlent laborieuses, malaisées et, dans certains cas, porteuses de menaces plus que de promesses.

Présentée comme le triomphe de la démocratie sur le totalitarisme, la victoire du monde occidental n’a été contestée ni dans son effectivité, ni dans sa légitimité. Mais, on le sait, plus une légitimité est forte, et plus elle suscite des attentes qui ne souffrent pas d’être déçues ; or, il semblerait qu’on ait pris le parti d’y répondre dans la seule langue du marché.

A l’échelle européenne, sans que l’on puisse parler d’échec, la réunification allemande n’est pas aussi facile à réaliser que certains l’avaient cru, et il n’est pas impossible que l’Union européenne ait, elle aussi, à souffrir d’avoir sous-estimé, en s’élargissant, l’insolubilité de l’histoire dans l’économie notamment si elle tarde (ou, pire, si elle échoue) à se doter des moyens de son intégration politique.

Par ailleurs, à l’échelle mondiale, on sait depuis le 11 septembre 2001 que la globalisation sans frein du marché et l’hégémonisme arrogant de l’Occident engendrent bien plus que des résistances.

Tels sont les principaux thèmes abordés par ces écrits politiques, rédigés entre 1998 et 2003. Autant de plaidoyers en faveur d’une politique animée par les principes de justice et de démocratie.

On trouvera, en outre, dans ce recueil les textes qui furent à l’origine de la réflexion récente de Jürgen Habermas sur les problèmes de la médecine reproductive face à l’individualisme marchand.