//img.uscri.be/pth/76e5d3415a1b8cdc58ab0e082e7580ca5c57be6f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - PDF - MOBI

sans DRM

Vision lointaine - danger immédiat

De
108 pages

La machine humaine s'emballe, on construit de plus en plus de voitures, de trains, d'avions, de tout... Les écologistes nous avertissent : nous ne disposons que d'un stock limité de métaux, pour un siècle environ. Faut-il engager la décroissance de notre activité, ralentir, continuer notre croissance et ses excès ? Un juste milieu est à trouver. Les guerres effectuées et préparées pouvant s'amplifier compliquent le problème. Nous n'avons droit ni à une guerre mondiale ni à une seule explosion atomique. Les raisonnements doivent changer, certains sont apportés, à l'international comme au niveau national. Àlong terme, il faudra accéder aux métaux de l'espace. Début d'un engrenage. Une vision de l'homme progressant dans l'univers est exposée... vers une destinée ultime ?


Voir plus Voir moins
Couverture
Copyright
Cet ouvrage a été composér Edilivre
175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis
Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50
Mail : client@edilivre.com
www.edilivre.com
Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays.
ISBN numérique : 978-2-332-94388-0
© Edilivre, 2015
dicace
A ma maman aujourd’hui disparue, sans qui je n’aurais pu vivre au sens propre du terme, nous nous retrouverons, cet écrit est largement son œuvre.
Introduction
L’humanité fait perdurer son fonctionnement, tous les jours, par un apport de matières premières dont les métaux, et cet apport va croissant sans cesse, sans qu’apparemment cela doive s’arrêter dans le futur. Concernant les métaux nous avons devant nous environ un siècle de réserves, encore est-ce pour les plus répandus comme le fer ou l’aluminium, on ne sait pas comment l’humanité pourra vivre ensuite, il faudra en principe mettre la clef sous la porte, renoncer aux communications entre les hommes, aux transports, aux s oins, aux œuvres géniales de nos artistes, et cela sera probablement pire. Dès que le premier kilo de métal a été arraché au sous-sol, l’or d’abord il y a huit mille ans, puis le cuivre et l’argent il y a six mille ans, le plomb, l’étain, puis le fer il y a trois mille cinq cents ans, la consommation des métaux a été faible d’abord, puis s’est accentuée dans des limites raisonnables, jusqu’à la révolution industrielle qui a vu tout s’accélérer. Premier pont métallique en 1880, puis premier bateau, révolution industrielle qui a conduit, par une augmentation d’année en année, à un milliard six cent millions de tonnes de fer produites en 2010. Et cela va encore augmenter. L’humanité est devant un mur, les écologistes nous avertissent et ne sont pas suffisamment écoutés. Un débat s’est instauré entre la nécessité d’une décroissance ou au contraire la continuation de notre croissance actuelle et de ses excès pour certains. Il faut envisager que le progrès puisse se répandre partout à la surface de la planète, en particulier le confort et l’accès aux soins, et cela implique des contraintes. Une ouverture pour solutionner ce problème sera d’abord expliquée par un regard à long terme sur les nécessités qui existeront pour la planète sur ce sujet, trois siècles en avant quand beaucoup raisonnent à court terme, certains sur plusieurs décennies, d’autres enfin ne voient pas de solution à un siècle, le débat croissance/décroissance n’est pas tranché. Une solution est présentée. Solution qui aura des conséquences sur tous les raisonnements qui se font à la surface de la planète, puisque continuer à préparer une guerre atomique impossible quand une seule explosion nous crucifierait en notre époque de grande fragilité de l’effort humain ne nous est pas permis. Une guerre mondiale est également inenvisageable, Vladimir Poutine, Benyamin Netanyahou, Daech nous y conduisent, des raisonnements seront donc faits sur tous ces foyers de guerre qui peuvent dégénérer et nous conduire à une guerre mondiale qui nous détruirait, nous avons un siècle de métaux ! Des raisonnements suivront sur l’argent et les organisations politiques gérant ce problème car c’en est un. Non seulement ni une explosion atomique, ni une guerre mondiale ne peuvent se produire, mais des milliers, des millions de problèmes humains nécessitent des efforts également humains pour les observer, les étudier, les contenir, les réduire, les supprimer par des professionnels qui logiquement consomment de l’électro-ménager, des meubles, des propriétés, des bateaux, des loisirs, donc…………………… des métaux !, pour eux et pour tous ceux qui construisent ces biens. En notre époque tous ces problèmes, mafias, blanchiment d’argent, drogue, délinquance, malhonnêteté, on en passe, auraient plutôt tendance à s’amplifier qu’à être résolus. Des raisonnements sur la France cette fois, suivront pour essayer de démêler tout cela, les problèmes viennent de l’international, ou ont une source nationale et tous les partis politiques prennent position sur ces problèmes, le « problème » précisément est que la lutte politique consiste à avancer ses solutions en niant les solutions de l’autre, d’où une diversité des réponses apportées par les partis. Des raisonnements suivront sur les théories de ceux-ci avec l’introduction, la proposition, d’une force politique révolutionnaire et communiste dans le camp de la droite, proposition de communisme partiel, de fonctionnement, et non de communisme d’état. On peut avoir des idées révolutionnaires et être pour la logique et le développe ment des entreprises selon les lois du marché sans limites dans la mesure où la nécessité existe pour elles de se développer à l’international, avec de la régulation bien sûr, entre logique d’état
et libéralisme total. Cette force nouvelle n’aura pas plus raison que les autres mais serait de nature à faire apparaître plus nettement beaucoup de contradictions chez les autres partis. La solution exposée sur le problème des métaux est qu’il faudra accéder aux métaux de l’espace d’ici un à deux siècles. Ce sera le début d’un engrenage, l’homme devra quêter les métaux partout où il voudra aller. Ce sera peut-être le début d’une conquête de l’univers, dont certains parlent, que d’autres considèrent comme impossible, sur laquelle, si elle se réalise, il est possible d’émettre quelques raisonnements, d’en avoir une vision.
Chapitre 1 Trois siècles à venir
IMPORTANCE DU DEBAT SUR L’ECOLOGIE
Existe en France une lutte entre différents partis, dont le parti écologique, les idées de l’écologie sont reconnues et se réalisent partout, sont discutées dans tous les partis, vers une efficacité suffisante ou insuffisante, ce que chacun estimera à des degrés divers ce qui n’est pas exactement le même problème, au niveau de la politique du gouvernement comme au niveau variable selon les partis. L’écologie, qui est une nécessité résultant du développement croissant du progrès se réalise partout, dans les principaux pays, France, Etats unis, Russie, Chine, et bien d’autres. Une grande majorité d’hommes et de femmes raisonnent aujourd’hui sur la nécessité de l’écologie et la nécessité de sa réalisation toujours plus dans l’avenir. Le message écologique le plus porté par le mouvement qui en porte le nom, consiste à dire que nous devons protéger la nature, recycler, limiter notre consommation, et déclare depuis quelques années que la planète dispose d’un stock limité de ressources en matières premières, en métaux, et un débat s’est instauré entre ceux qui sont partisans d’une décroissance et ceux qui pensent que la croissance est toujours nécessaire pour le développement de l’effort humain, deux objectifs opposés, nouveau conflit aux côtés d’autre conflits, libéralisme contre communisme, toujours existant, athéisme contre foi en un dieu essentiellement par les religions, le premier a conduit à la guerre froide qui a failli nous mettre en danger. A chaque fois comme pour ce nouveau débat, les partisans d’un camp nient les arguments de l’autre si dans celui qui se présente il y a débat plus que dans les deux autres. Ce débat croissance contre décroissance, comme les autres peut s’envenimer, il est capital pour notre avenir, des propositions de solutions vont suivre. La vie existe depuis quatre milliards d’années dans un univers qui lui est vieux de treize, l’homme existe depuis environ deux millions d’années, la civilisation depuis environ trois mille ans, le progrès depuis deux ou trois siècles et tout s’accélère actuellement, aboutissant à un développement toujours croissant, la machine humaine s’emballe, la consommation de matières premières et de métaux augmente sans cesse, le problème parait insoluble, les espérances de vie des métaux vont en gros de trente ans pour certains à un peu plus de cent ans pour d’autres selon les estimations, dans un siècle au plus tard, en théorie, l’humanité devra mettre la clef sous la porte, revenir en arrière et il sera estimé très en arrière, des raisons d’espérer existent et vont être développées sous un jour nouveau. Faute d’un métal essentiel et probablement faute d’un métal tout court, même si un métal manque peu ce sera le grain de sable qui dérangera complètement la machine humaine, l’humanité ne pourra alors plus fonctionner, elle ne pourra se stabiliser à un niveau élevé, dépassant celui qui est le nôtre actuellement, elle devra régresser, mais l’évolution de la vie ayant toujours été de pair avec la croissance, elle régressera rapidement plutôt que lentement si ce n’est de façon foudroyante par l’extinction qui en résultera alors des matières premières entraînant toutes les possibilités de construction, de véhicules, des voitures aux fusées en passant par trains et avions, il est des raisons de penser que ce sera rapide plutôt que lent et même foudroyant plutôt que rapide.
DANGER EXISTANT – TROIS DANGERS NOUS MENACENT
Un danger réel et majeur pour l’humanité se présente donc, et après cette présentation plutôt alarmiste vont suivre de puissantes raisons d’espérer. La vie a toujours surmonté tous les dangers qui l’ont menacée au cours de son histoire, à plusieurs grandes extinctions dont la dernière a tué les dinosaures et a permis aux mammifères de commencer leur développement conduisant à l’apparition de l’homme, donc à nos existences actuelles, selon les scientifiques.
Cette logique peut se vérifier une nouvelle fois pour que l’humanité surmonte une nouvelle fois une épreuve, mais cette hypothèse ne fait pas avancer les choses. Avant d’en venir aux raisons d’espérer, parlons de deux possibilités qui, jointes à ce problème des matières premières, métaux, peuvent accroître le danger au point que nous n’y survivrions pas. Une guerre mondiale d’abord, aurait 99,9 % de chances, pour ne pas dire 100 %, par le stock de matières premières et de métaux qui serait utilisé, d’abord pour détruire, pour reconstruire ensuite à la condition que ce soit encore possible, quand il a été dit que le stock de métaux était limité et l’épuisement prévu à court terme ou relativement court terme. Une explosion atomique, unique, sur notre Terre qui augmenterait tous les clivages humains, les divisions, créerait des camps avec des risques ou la réalisation de guerres quand nous peinons extrêmement à trouver des solutions aux les problèmes de guerre actuellement, c’est le moins qu’on puisse dire, nous tuerait également. Rappelons-nous les bonds de cabri du Nasdaq, bourse américaine, à une époque déjà ancienne, que certains ou beaucoup jugeaient dangereux, sur de simples rumeurs de crise asiatique, alors que l’effort humain était moins puissant. L’effort humain aujourd’hui est devenu plus puissant, une explosion atomique donc serait énormément plus qu’une rumeur, provoquerait un fracas dans tous les raisonnements humains ainsi que dans les bourses, donc des conflits surviendraient comme il a été dit avec toutes les conséquences décrites. Non seulement une guerre mondiale ou une explosion atomique deviennent inconcevables, mais il y a intérêt à résoudre le plus rapidement possible les foyers actuels de tensions ou de guerres, Ukraine, Moyen orient, terrorisme, au minimum empêcher qu’ils explosent mais ce ne sera sans doute pas suffisant. Le débat entre capitalisme et communisme, non résolu puisque ces deux logiques existent toujours, complètement ou partiellement partout, entre pour une part importante dans l’existence de ces conflits, une proposition va être faite pour au moins rapprocher les raisonnements des deux camps, sans résoudre la fatalité de l’antagonisme, des raisonnements également sur les débats politiques et d’idées, les premiers étant influencés par les seconds.
VISION DU PROBLEME SUR TROIS SIECLES
Essayons d’avancer dans le débat croissance nécessaire ou bien décroissance.
Quand beaucoup, sinon tous, ne voient pas de solution à court terme, plaçons ce débat dans toute l’histoire de l’homme et examinons la situation dans les trois siècles qui sont survenir, la façon dont va évoluer l’humanité, et cela va éclairer le problème à défaut de le résoudre. L’humanité aura besoin, autant qu’elle voudra survivre, d’un apport de matières premières dont les métaux, pendant des décennies, des siècles, des millénaires. Cela ne sera possible, longtemps, que si elle parvient à réaliser son fonctionnement par une consommation très faible de chaque métal, qui devra se réaliser d’ici deux ou trois siècles par exemple et toujours ensuite. Autant une croissance faible est impossible car que signifierait-elle ? : l’arrêt du fonctionnement, la consommation perdurant pour ceux qui consomment, serait interdite à l’autre partie de l’humanité, cela conduirait tôt ou tard à l’épuisement des métaux, une réduction pour la partie consommant, l’autre en étant privée, ne ferait que reculer l’échéance. L’extension toujours plus de la consommation à ceux qui en sont privés en même temps que se développerait une réduction de la consommation ne ferait que reculer le raisonnement précédent, à la fois géographiquement, car il y aurait toujours une partie de la population mondiale à satisfaire, à combler, et dans le temps donc par les raisons déjà développées. L’accentuation actuelle de la consommation par les inégalités, liées à la surconsommation des riches, au sommet des ultra-milliardaires, l’exemple le plus net étant la logique inégalitaire des Etats-Unis, l’impossibilité que cette surconsommation se démocratise à l’ensemble de la
planète comme le disent les écologistes, constitue un grave danger si le danger est total par une croissance faible, très dangereux donc par la croissance qui est actuellement la nôtre, il faut différencier la croissance des entreprises et la croissance de la consommation de l’élite, autant par les entrepreneurs eux même et en premier lieu les plus riches que par l’économiste Piketti qui prend une position de gauche, justifie qu’on impose très lourdement les riches ce qui ira à l’encontre du fonctionnement des entreprises, même si selon lui les Etats-Unis ont à une époque concilié lourde imposition et bon fonctionnement de l’économie, les conditions ne...