Grégory - La machination familiale

Grégory - La machination familiale

-

Français
253 pages

Description

Fait divers le plus retentissant de la seconde moitié du xxe siècle, le meurtre de Grégory Villemin, 4 ans, le 16 octobre 1984 dans les Vosges, restait un cold case, une énigme non résolue que l'on croyait embourbée à jamais dans les eaux vaseuses de la Vologne.
Quand soudain, le 14 juin 2017, l'histoire rebondit avec les arrestations de membres de la famille Jacob, grand-oncle et grande-tante de Grégory Villemin. Cette affaire criminelle, où s'entrechoquent chaos judiciaire, délires médiatiques et secrets de famille, ressurgit de façon spectaculaire plus de trente-deux ans après les faits. Révoltée par le monstrueux gâchis humain qu'elle a généré, Patricia Tourancheau s'est replongée dans les archives, elle a rencontré certains des protagonistes encore vivants, dévoilé les derniers interrogatoires, pour raconter cette affaire comme un feuilleton.
La journaliste s'est reportée plus de 315 000 heures en arrière, aux origines d'une haine souterraine, fossilisée dans les fondations d'une famille. Quels longs détours ont donc emprunté les magistrats et les enquêteurs pour revenir ainsi au point de départ ? C'est la course contre le temps gâché qui traverse cet ouvrage, le plus complet jamais publié sur le meurtre de Grégory.


Journaliste freelance spécialiste des dossiers criminels et des cold cases, Patricia Tourancheau collabore au site d'information Les Jours, avec lequel ce livre a été conçu, ainsi qu'à L'Obs et à GQ Magazine, après avoir exercé vingt-neuf ans à Libération. Elle est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Guy Georges, la traque (Fayard, 2010) et Le 36. Histoires
de poulets, d'indics et de tueurs en série (Seuil-Les Jours, 2017). Elle participe également à l'écriture de scénarios de films et de séries.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 11 janvier 2018
Nombre de lectures 1
EAN13 9782021389579
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Grégory
DU MÊME AUTEUR
, mOde d’emplOi Ramsay, 1990
Les POstices Un gang des années  Fayard, 2004
Brigade anti-criminalité avec Sébastien BennardO Flammarion, 2013
GuY GeOrges. La traque Fayard, septembre 2010 et Pocket, mars 2013
Le  HistOires de pOulets, d’indics et de tueurs en série SeuilLes Jours, 2017
Patricia Tourancheau
Grégory La machination familiale
 7----
© ÉditiOns du Seuil, janvier 
Le COde de la prOpriété intellectuelle interdit les cOpies Ou reprOductiOns destinées à une utilisatiOn cOllective. TOute représentatiOn Ou reprOductiOn intégrale Ou partielle faite par quelque prOcédé que ce sOit, sans le cOnsentement de l’auteur Ou de ses aYant cause, est illicite et cOnstitue une cOntrefaçOn sanctiOnnée par les articles L - et suivants du COde de la prOpriété intellectuelle.
www.seuil.cOm
Avertissement
Les faits relatés dans cet Ouvrage sOnt réels et en cOurs d’ins-tructiOn à la cOur d’appel de DijOn. La juge Claire Barbier a mis en eXamen plusieurs persOnnes pOur « enlèvement et séquestratiOn suivie de mOrt » de GrégOrY Villemin, le  OctObre 4, à DOcelles, dans les VOsges. TrOis prOtagOnistes visés par la justice, les septuagénaires Jacqueline et Marcel JacOb, ainsi que Murielle BOlle,  ans au mOment du rapt de l’enfant, cOntestent fOrmellement les accusatiOns pOrtées cOntre euX et multiplient les requêtes en annulatiOn de leurs mises en eXamen faute, selOn euX, « d’indices graves et cOncOrdants ». Je tiens à rappeler que ces persOnnes sOnt présumées innOcentes tant qu’une cOur d’assises ne les aura pascondamnées définitivement. De même que ces mis en cause peuvent bénéficier d’un nonlieu qui les blanchira. Malgré l’existence de charges sérieuses contre Bernard Laroche d’avoir kidnappé son neveu Grégory, son décès le 29 mars 1985 par arme à feu imputé à son cousin JeanMarie Villemin, alors qu’il était toujours inculpé pour assassinat, a entraîné l’extinction des poursuites judiciaires à son encontre. Je tiens à préciser également que, si JeanMarie Villemin a été condamné à cinq ans de prison dont quatre ans ferme pour le meurtre de Bernard Laroche, Christine Villemin a été reconnue innocente de la mort de son fils par la justice qui a délivré un non lieu en sa faveur le 3 février 1993 pour « absence totale de charges ». Patricia Tourancheau
PrOlOgue
La recerce du temps perdu
e Fait divers le plus retentissant de la secOnde mOitié du  siècle, le meurtre de GrégOrY Villemin, 4 ans, le  OctObre 4, dans les VOsges, restait uncold case, une énigme nOn résOlue que l’On crOYait embOurbée à jamais dans les eauX vaseuses de la VOlOgne. La dernière apparitiOn publique des parents de l’enfant, Cristine et Jean-Marie Villemin, au printemps 4, dans l’émissiOnLa Marche du siècle, n’était plus qu’un lOintain sOuvenir. Et les vaines tentatives de la justice de relancer l’affaire grâce auX prOgrès scien-tifiques de la génétique dataient des années . Depuis, plus rien. Enfin le crOYait-On. Quand sOudain, le 4 juin 7, l’istOire rebOndit avec les arrestatiOns de membres de la famille JacOb, des persOnnes âgées de plus de sOiXante-diX ans. Ce crime sur un enfant Où s’entrecOquent caOs judiciaire, délire médiatique et secrets de famille, ressurgit de façOn spectaculaire plus de trente-deuX ans après les faits. PassiOnnée par ce fait divers survenu pendant mes études de jOurnaliste, je ne l’avais pas cOuvert à l’épOque, mais je dévOrais les articles de presse sur le sujet. En stage àLibérationpendant l’été , j’avais suivi au sein de la rédactiOn l’élabO-ratiOn du « repOrtage » de l’écrivain Marguerite Duras, titré « Sublime, fOrcément sublime » qui désignait sans précautiOn Cristine Villemin, tOut juste inculpée pOur infanticide, cOmme la cOupable, fOrcément cOupable… L’attitude de certains cefs
GRÉGoRy
et intellectuels, qui accablaient « la mère » mais la trOuvaient « absOlument géniale », m’avait laissée perpleXe. Et puis dans les années , j’ai eu l’OccasiOn d’écrire sur les eXpertises en ADN de pièces à cOnvictiOn qui n’Ont rien dOnné. Mais ces actes scientifiques m’Ont permis de mesurer à quel pOint Cristine Villemin avait été victime d’une erreur judiciaire. La parutiOn, en , du livre de l’eX-capitaine de gendarmerie d’Épinal, Étienne Sesmat , cef d’enquête à ses tOut débuts, que j’ai alOrs interviewé, a acevé de me cOnvaincre du mOnstrueuX gâcis umain généré par cette affaire. Aussi, lOrsqu’elle revient dans l’actualité en 7, je cerce à cOmprendre cOmment les enquêteurs Ont remOnté le temps pOur en arriver là, par quel miracle ce dOssier qui relève de l’arcéOlOgie judiciaire a pu en ressOrtir. Je me replOnge dans les arcives de GrégOrY et je pars en quête des prOcès-verbauX récents, pOur le racOnter cOmme un feuilletOn pOur le site d’infOrmatiOn Les JOurs.
Persuadée que ces rebOndissements ne peuvent se lire qu’à l’aune du passé, je dOis me repOrter plus de   eures en arrière, auX Origines d’une aine sOuterraine, fOssilisée dans les fOndatiOns d’une famille. Je cOmmence par le cOmmen-cement, par le cOrbeau à deuX vOiX – l’une, rauque de mâle, et l’autre, déguisée de femelle – qui a déversé ses fielleuses menaces sur les Villemin, parents, grands-parents et frères, de  à , dans des centaines d’appels télépOniques et trOis lettres anOnYmes. Jusqu’à l’éruptiOn de la fureur du cOrbeau qui signe le crime cOntre le fils du « cef » Jean-Marie Villemin : « VOilà ma vengeance pauvre cOn ! » J’embOîte le pas des gendarmes qui privi-légient à nOuveau, près d’un tiers de siècle plus tard, la première YpOtèse du cOup mOnté par un clan d’eXclus au sein de la lignée familiale. À l’épOque se prOfilait déjà cette piste d’un meurtre
. COlOnel (e.r.) Étienne Sesmat,Les Deux Affaires Grégory, BelfOnd, .
