Mad-In-France 3

Mad-In-France 3

-

Livres
33 pages

Description

C’est curieux, chez les Méditerranéens, ce besoin de faire des phrases.
C’est une manie ancienne, puisque bien avant qu’Audiard ne grave pour l’éternité cinématographique les dialogues des Tontons Flingueurs, on s’échinait à raconter la vie des gens et la mort des dieux, ou vice-versa, sur du papyrus biodégradable ou de vieilles pierres garanties pour au moins quarante siècles, sinon l’éternité.
Et 100% des citoyens des cités des alentours de Mare Nostrum sont accros, du plus humble presqu’esclave indigné qui tagge « Dégage ! » avec une bombe ... de peinture sur un vieux drap pour les caméras aux plus grands qui improvisent pour les micros des « Je vous ai compris » à jamais énigmatiques mais immédiatement explosifs.
Parfois, c’est drôle comme un discours de Charles Pasqua ou une tirade de Fernandel, et pas seulement à cause de l’accent parce qu’entre les explications de celle-ci sur ses voyages en avion et les silences lourds de malentendus de celui-là sur des escapades touristiques de tiers au Maroc, point n’est besoin de Pagnolade pour faire sourire.
Parfois, c’est bien moins comique, et malgé l’accent on a un peu de mal à trouver amusant qu’untel joue les Borsalino de la démocratie d’un côté de la Méditerranée pendant que d’encore plus inquiétants anonymes menancent de confisquer les bouquets de jasmin de l’autre.
Parfois, c’est franchement tragi-comique, comme quand ça tourne au bizarre dés que BHL a le dos tourné et que les locaux de l’étape en profitent pour penser, ou pire, au pogrom d’une minorité trop visible, comme au plus mauvais vieux temps des conquêtes par le glaive.
Et entre ceux qui aiment être payés pour écrire des éléments de langage incendiaires pour les sondages, ceux qui crient des slogans brûlants dans les rues pour chauffer l’audimat et ceux qui attisent les braises des réseaux sociaux on ne sait pas trop pour cuire pour la soupe de qui, il y a comme des lettres de feu dans l’air, et vice-versa.
Et puis, au Caire, on autodafe les livres de l’Institut d’Egypte en un sinistrissime écho.
Ce qui est curieux, même si on peut le comprendre parce qu’entre la crise et tous les toussa-toussa qui ne vont pas trop bien, tout le monde à plein de chats à fouetter, c’est que soudain plus personne à Paris ne semble avoir grand-chose à dire autour du feu.
C’est parce que c’est Noël ? Ou parce que les grandes douleurs sont muettes ?
C’est ce qu’on (se) demande autour de la Méditerranée.
Sur Twitter, aussi.
RF - 20/12/2011

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 19 juin 2012
Nombre de visites sur la page 3 485
EAN13 9782820671288
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème