Mad-In-France

Mad-In-France

-

Livres
49 pages

Description

La France en a vu d’autres … fous furieux qui inquiétaient parfois un peu mais amusaient souvent beaucoup ses voisins européens.
D’abord, il y a eu un certain nombre de rois et assimilés avec perruques et uniformes d’opérette dont la plupart ont honnêtement fait leur job d’après leurs biographes mais qui ont mal fini : Dont acte, on ignorait à leur époque les risques de la consanguinité.
Ensuite, il y eut une assez longue période où des artistes, intellectuels, scientifiques, et puis Jean-Claude Killy et Marcel Dassault aussi, assurèrent un rayonnement et une gloire inespérés à l’ex-Grande Nation en dépit d’une conquête et d’une perte d’Empire un rien frustrantes et d’aventures militaires assez consternantes.
Après, on a gagné une coupe du monde de foot à la surprise générale, un skieur dont on a oublié le nom a remporté une descente olympique et un chercheur a découvert le virus du SIDA avant de devoir émigrer au Etats-Unis ou en Chine parce que le Code du Travail était devenu le petit Livre Rouge de la France du moment et que les monarques de la fin du millénaire, dés cadors dont on parlera encore dans 100 ans, avaient un peu faibli sur leurs vieux jours, surtout de la tête.
Depuis, on essaye péniblement de passer au 21è siècle mais la France, l’Allemagne l’Europe et même le monde ne sont plus ce qu’ils étaient avant que la Chine s’éveille et que les Soviets prennent enfin leur retraite de Russie comme tout le monde. C’est « Bonjour Tristesse » depuis la mort de Sagan : les mômes n’ont plus d’orthographe et les djeuns plus de boulot et les vieux qui font de la politique professionnelle parce qu’ils ne parlent pas assez anglais pour faire consultants, financiers ou publicitaires, ont une conception parfois surprenante de la grammaire des affaires publiques, une vision souvent très personnelle de l’intérêt général et des talents très modestes en comptabilité nationale, probablement à cause des maths modernes et de l’Euro(pe).
Et puis DSK (s’en) fut ! Et la triste réalité apparut au monde entier qui aurait voulu croire à « France is back ». Quel gâchis ! On avait payé des fortunes aux communicants pour pouvoir causer aux maîtres du monde réel à Davos, discuter avec les gouvernants du monde politique au G20 et faire le buzz sur Internet et Facebook avec www.france.fr.
En tout cas c’est ce que l’ l’Europe (se) dit.
Et c’est ce qui se dit sur Twitter.
On en parle un peu également dans Net-Land-Art, mais c'est une autre histoire, ou pas.
RF 1/12/2011

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 19 juin 2012
Nombre de lectures 4 744
EAN13 9782820671264
Langue Français
Signaler un problème