Dans l

Dans l'ombre de Londres

Livres
3 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

Dans l'ombre de Londres Vainqueur de la Coupe Davis en 2011, l'Espagne devra normalement faire sans Nadal. C'est pratiquement de la concurrence déloyale. 2012 sera une année olympique et donc synonyme, pour le tennis mondial, de tournois individuels masculin et féminin au programme des Jeux de Londres (sur le gazon de Wimbledon) et donc, des calendriers ATP et WTA. Et malgré tout l'argent qu'ils amassent au cours de la saison, les meilleurs joueurs de la planète restent sensibles au prestige d'une médaille olympique. A l'instar du meilleur joueur des années 2000, Rafael Nadal, qui a ainsi annoncé fin 2011 vouloir défendre son titre de Pékin... et donc mettre sa participation à la Coupe Davis en veilleuse (le nouveau capitaine espagnol Alex Corretja espère le faire changer d'avis). Il venait de remporter le Saladier d'argent aux dépens de l'Argentine (5ème victoire pour l'Espagne) et on ne peut donc pas imputer ses propos à une éventuelle déception d'avoir perdu. En tout cas, le plateau 2012 de la Coupe Davis sera privé d'un de ses meilleurs joueurs en simple, et le tenant du titre en devient également nettement plus vulnérable.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 janvier 2012
Nombre de visites sur la page 11
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Dans l'ombre de Londres Vainqueur de la Coupe Davis en 2011, l'Espagne devra normalement faire sans Nadal.

C'est pratiquement de la concurrence déloyale. 2012 sera une année olympique et donc synonyme, pour le tennis mondial, de tournois individuels masculin et féminin au programme des Jeux de Londres (sur le gazon de Wimbledon) et donc, des calendriers ATP et WTA. Et malgré tout l'argent qu'ils amassent au cours de la saison, les meilleurs joueurs de la planète restent sensibles au prestige d'une médaille olympique. A l'instar du meilleur joueur des années 2000, Rafael Nadal, qui a ainsi annoncé fin 2011 vouloir défendre son titre de Pékin... et donc mettre sa participation à la Coupe Davis en veilleuse (le nouveau capitaine espagnol Alex Corretja espère le faire changer d'avis). Il venait de remporter le Saladier d'argent aux dépens de l'Argentine (5ème victoire pour l'Espagne) et on ne peut donc pas imputer ses propos à une éventuelle déception d'avoir perdu. En tout cas, le plateau 2012 de la Coupe Davis sera privé d'un de ses meilleurs joueurs en simple, et le tenant du titre en devient également nettement plus vulnérable. Pour peu que d'autres joueurs majeurs du circuit fassent eux aussi l'impasse sur la mythique épreuve par équipes, la 101ème édition de la Coupe Davis pourrait être jugée "au rabais" a posteriori si une équipe mineure ou simplement moyenne dans une configuration de compétition normale, avec l'ensemble des forces en présence possibles venait à s'imposer. Ou passer des tours aux dépens de la logique sportive, à l'image par exemple du Kazakhstan, qui affrontera "l'ogre" espagnol au 1er tour. Non, il n'y a pas de faute de frappe, les guillemets autour de "ogre" sont bien de rigueur car l'équipe victorieuse en 2011 pourrait bien être singulièrement amputée de ses meilleurs joueurs en 2012. Outre Nadal, David Ferrer, Feliciano Lopez et Fernando Verdasco pourraient eux aussi déclarer forfait, soit le quatuor des deux succès de 2009 et 2011, les deux derniers étant alignés en double. "Ça sera difficile de retrouver cette configuration à quatre. On vieillit et on a tous notre propre agenda. La fête est finie", prévoyait ainsi Ferrer, 29 ans, quelques heures après la victoire contre l'Argentine. De là à ce que la jeune (fondée en 1995) ancienne république soviétique réalise l'exploit, comme elle l'a fait en 2011 au 1er tour contre la République tchèque, il n'y a qu'un pas que le vivier espagnol ne devrait pas lui permettre de franchir. Finaliste malheureuse de la dernière édition, comme en 2008, 2006 (2-3 contre la Russie) et 1981 (1-3 contre les Etats-Unis), l'Argentine affrontera l'Allemagne à l'autre extrémité du tableau.

Federer présent pour battre les Etats-Unis? Là aussi, Del Potro, qui a pris deux sets à Ferrer Là aussi, Del Potro, qui a pris deux sets à Ferrer et un à Nadal en simple lors de la finale, n'est pas certain de participer à la campagne 2012, même s'il a forcément très envie de participer à une première conquête du Saladier pour son pays. A condition de bien négocier, donc, le premier match face à l'Allemagne, laquelle n'a pas pesé bien lourd en quarts de finale en 2011 contre la France et semble loin, très loin de son niveau de 1988, 1989 et 1993, ou de 1991, lorsque les Stich, Becker et Jelen balayaient sans ménagement en quarts de finale les Frana, Jaite et Miniussi (5-0) pour la seconde victoire allemande en six confrontations (la première 4-1 en quarts de finale en 1936, succès argentins 3-2 en quarts en 1990, 4-1 au 1er tour en 1984, 3-2 en barrages en 1982, 3-2 au 1er tour en 1981, et 50 au 1er tour en 2006). Dans les autres confrontations, la Suède tentera de prendre une revanche sur la Serbie, qui l'a battu 4-1 en quarts l'année dernière et qui mène donc 5-4 si on compte les matches ayant opposé l'équipe scandinave à la Yougoslavie. Là encore, la présence ou non de Robin Söderling d'un côté et de Novak Djokovic, qui a peiné à digérer mentalement et physiquement le succès de son pays en 2010, de l'autre, changera forcément la physionomie de la rencontre, le premier n'ayant pas affronté le second, qui ne participait d'ailleurs qu'au double, après avoir pourtant disputé le 1er tour. Humiliés par le Kazakhstan au 1er tour en 2011, Tomas Berdych et la République tchèque voudront eux prendre une revanche face à l'Italie et oublier le revers de l'édition 1995 (1-4 au 1er tour), même si là encore, l'ensemble des confrontations est à l'avantage du pays natal d'Ivan Lendl si l'on considère les matches de la Tchécoslovaquie (7 victoires tchécoslovaques contre 2 italiennes) entre 1928 et 1980. Dans le même nouvel ordre des choses depuis la chute et l'explosion des anciennes nations soviétiques ou communistes, la Russie n'a pas encore eu l'occasion d'affronter l'Autriche, battue à deux reprises par l'URSS en 1981 et 1984. Le premier duel Russie-Autriche, (ou le troisième) sera donc pour 2012, de même qu'entre le Japon et la Croatie. La France et le Canada se sont eux affrontés à une reprise, en 1966 (victoire 5-0 de Jauffret, Darmon, Contet et Beust), mais aucun des joueurs présents sur le terrain en mars prochain n'étaient nés à l'époque.

Ma cabane au Canada...

1er tour Coupe Davis (10 - 12 février) Espagne*-Kazakhstan Russie-Autiche* France- Canada* Etats-Unis-Suisse* Italie-République tchèque* Suède-Serbie* Japon*-Croatie Allemagne*-Argentine Quarts de finale (6 - 8 avril) Demi-finales (14 - 16 septembre) Finale (16 - 18 novembre) *Pays qui reçoit

Espagne et Allemagne reviennent en Fed Cup

Et alors qu'il y aura le tournoi de Montpellier la semaine précédente, à 10 000 kilomètres de Vancouver, Guy Forget pourrait être lui aussi forcé de sélectionner des "seconds couteaux". "C'est un tirage qui n'est pas le pire, mais pas le plus simple non plus, a déclaré Guy Forget, le capitaine français. Raonic a un grand gabarit, Daniel Nestor est toujours dans le top 5 mondial en double. Un match à l'extérieur (à Vancouver, Ndlr), ça n'est jamais facile. Devant leur public, les Canadiens vont vouloir montrer ce qu'ils ont dans le bras. Il faut se méfier d'une équipe comme celle-là." L'équipe de France pourrait néanmoins pouvoir se qualifier quand même, alors que pour la Suisse, la présence ou non de Roger Federer dès le 1er tour face... aux Etats-Unis n'auraient pas du tout les mêmes conséquences. Le Bernois, qui boude habituellement les premiers tours de Coupe Davis... ou du Groupe I comme en 2011, pourrait cette fois faire l'inverse, défendre son drapeau en huitièmes de finale face aux Américains pour tenter d'assurer le maintien de son équipe, et faire ensuite l'impasse sur les quarts ou les demi-finales... Suisse-Etats-Unis, ce sera l'autre belle affiche de ce 1er tour, surtout si l'on se souvient des confrontations de 1992 (3-1 pour Agassi, Courier, Sampras et McEnroe contre Rosset et Hlasek), 2001 (3-2 pour la Suisse de Federer et Kratochvil) et 2009 (4-1 pour les Etats-Unis en l'absence de Federer)... Le vainqueur de cette quatrième confrontation affrontera ensuite la France ou le Canada, tandis que dans les autres quarts de finale potentiels, on pourrait assister à Espagne-Russie, République tchèque-Serbie et Croatie-Argentine ... Pour les femmes également, l'édition 2012 de la Fed Cup pourrait être chamboulée. Pas forcément à cause des J-O, les matches en deux sets gagnant des tournois féminins étant moins éprouvants pour les organismes et les joueuses peuvent davantage glisser le tournoi olympique au milieu de leur saison. Les bouleversements de l'épreuve féminine par équipes sont en fait dus à une redistribution des cartes et à la relégation dans le Groupe II de nations historiques du tennis mondial... A commencer par les Etats-Unis, nation la plus titrée (et de très loin) avec 17 succès et onze finales perdues, qui n'ont toujours pas trouvé la relève et devront reconstruire une équipe compétitive au deuxième échelon mondial. Les blessures à répétition des soeurs Williams et l'absence d'autres joueuses dans le top 10 mondial ont été fatales aux Américaines, battues en quarts de finale du Groupe Mondial par la Belgique de Clijsters (4-1) puis balayées en play-offs par les Allemandes Petkovic, Görges et consorts (5-0) qui retrouvent donc l'élite mondial. Les joueuses d'outre-Rhin affronteront la République tchèque, tenante du titre, et qui avait été directement à l'origine de la relégation allemande en 2010. Deuxième au palmarès de la Fed Cup (7 victoires et 10 finales perdues), l'Australie est elle aussi, malgré Samantha Stosur (victorieuse de l'US Open), obligée de passer par le Groupe II, après deux défaites contre l'Italie (1-4 en quarts) puis l'Ukraine (2-3 en barrages). Quant à la France, son purgatoire pourrait être plus long, le niveau de jeu montré face à l'Espagne en barrages (1-4) après une courte défaite en Russie, future finaliste (2-3) et l'absence dans le haut du classement des Françaises concernées par la Fed Cup (Marion Bartoli refuse d'y participer si son père ne l'accompagne pas) ne permettant pas d'être optimistes face à la Slovaquie. " Cela fait pas mal d'années que je préviens tout le monde sur le niveau du tennis féminin français, déclare sur le site de la Fédé le capitaine français Nicolas Escudé. Quelque part, nous sommes à notre place dans ce Groupe mondial 2. Il y a aussi des nations très fortes dans ce groupe, en l'occurrence la Slovaquie. Elles ont de très bonnes joueuses avec Dominika Cibulkova (18ème au classement WTA) et Daniela Hantuchova (24ème). A Wimbledon, Cibulkova a eu de très bons résultats (quart de finale). C'est une équipe très forte. En plus, elles seront chez elles, à domicile. Sur le papier, on ne part pas favoris, mais l'objectif est de remonter le plus vite possible." Ces trois relégations profitent à l'inverse, outre à l'Allemagne donc, à l'Espagne, qui retrouve l'élite et affrontera la Russie, et à l'Ukraine, qui a trois revanches à prendre face à l'Italie de Francesca Schiavone après les victoires italiennes de 1997 (3-0), 2008 (3-2) et 2010 (4-1). Le dernier quart de finale, entre la Belgique et la Serbie, sera la première confrontation entre les deux nations (troisième si l'on considère les deux victoires belges face à la Yougoslavie en 1975 et 1991) et ouvrira la porte à une demi-finale face à l'Espagne ou la Russie. La Fed Cup, comme la Coupe Davis pourraient donc sacrer en 2012 un nouveau lauréat. Et tant pis pour les absents, aussi prestigieux soient-ils.

Emmenées par Kvitova, les Tchèques ont remporté la 1ère Fed Cup de leur histoire.

Les Françaises en... 2ème Division

1er tour Fed Cup (4 - 5 février) Russie*-Espagne Belgique*-Serbie Ukraine-Italie* Allemagne*-République tchèque *Pays qui reçoit Demi-finales (21 - 22 avril) Finale (3 - 4 novembre) Groupe 2 1er tour (4 - 5 février) Etats-Unis*-Bélarus Japon*-Slovénie France- Slovaquie* Suisse*-Australie *Pays qui reçoit