Djokovic-Nadal, duel de numéros 1
3 pages
Français

Djokovic-Nadal, duel de numéros 1

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

Description

Djokovic-Nadal, duel de numéros 1 Nadal a décidé de jouer avec une raquette plus lourde pour gagner en puissance. Le serviceLe service C'est le point faible des deux joueurs. Novak Djokovic et Rafael Nadal ne sont pas connus pour sortir de gros services à l'inverse de Tsonga, Isner, Roddick ou encore Lopez. Ils basent surtout sur un service précis et varié. Nadal a beaucoup évolué ces dernières années (il a d'ailleurs décidé cette saison d'alourdir sa raquette pour gagner de la puissance). D'une moyenne de 150 km/h en début de carrière, il est aujourd'hui un peu plus de 190 km/h. Djokovic n'affole pas non plus les chiffres. Sur la saison dernière, ils sont d'ailleurs tous les deux au-delà de la 20ème place au niveau des aces (26ème avec 343 aces pour Djoko contre 36ème avec 267 aces pour Nadal). Mais leur force se jauge d'abord sur leur régularité respective lors de leurs mises en jeu. Djokovic affiche au compteur en 2011, 65% en première balle et Nadal 68%. Même s'ils ne sont pas les plus puissants au service, ils ne perdent que rarement leurs mises en jeu (86% de jeu gagné pour Djokovic et 83% pour Nadal). Et même sous pression en deuxième balle, ils sont capables de faire basculer la décision en leur faveur comme l'attestent leurs places au nombre de points remportés sur le deuxième service, 2ème et 3ème derrière Federer avec 57 % pour l'Espagnol et 56 % pour le Serbe. Avantage : Egalité Le retour Incontestablement, ce sont deux maîtres de la spécialité qui s'affrontent.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 janvier 2012
Nombre de lectures 16
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Djokovic-Nadal, duel de numéros 1 Nadal a décidé de jouer avec une raquette plus lourde pour gagner en puissance.

Le service

C'est le point faible des deux joueurs. Novak Djokovic et Rafael Nadal ne sont pas connus pour sortir de gros services à l'inverse de Tsonga, Isner, Roddick ou encore Lopez. Ils basent surtout sur un service précis et varié. Nadal a beaucoup évolué ces dernières années (il a d'ailleurs décidé cette saison d'alourdir sa raquette pour gagner de la puissance). D'une moyenne de 150 km/h en début de carrière, il est aujourd'hui un peu plus de 190 km/h. Djokovic n'affole pas non plus les chiffres. Sur la saison dernière, ils sont d'ailleurs tous les deux au-delà de la 20ème place au niveau des aces (26ème avec 343 aces pour Djoko contre 36ème avec 267 aces pour Nadal). Mais leur force se jauge d'abord sur leur régularité respective lors de leurs mises en jeu. Djokovic affiche au compteur en 2011, 65% en première balle et Nadal 68%. Même s'ils ne sont pas les plus puissants au service, ils ne perdent que rarement leurs mises en jeu (86% de jeu gagné pour Djokovic et 83% pour Nadal). Et même sous pression en deuxième balle, ils sont capables de faire basculer la décision en leur faveur comme l'attestent leurs places au nombre de points remportés sur le deuxième service, 2ème et 3ème derrière Federer avec 57 % pour l'Espagnol et 56 % pour le Serbe.

Avantage : Egalité

Le retour

Incontestablement, ce sont deux maîtres de la spécialité qui s'affrontent. Au moment de recevoir le service de leurs adversaires, Novak Djokovic et Rafael Nadal sont capables de déborder rapidement ces derniers sur un seul coup. Pour s'en convaincre, il suffit de constater que plus d'un tiers de leurs points sont gagnés sur le premier service adverse. Et lorsqu'ils reçoivent une deuxième balle, le taux grimpe à plus de 50%. Autrement dit, Nadal et Djokovic gagnent plus d'un point sur deux après que leurs adversaires aient commis une première faute au service. Cela leur permet bien évidemment de mettre leurs adversaires directement sous pression et de les asphyxier sur leurs points forts et leurs mises en jeu. Ils sont rarement débordés et même quand ils le sont, ils sont capables de redresser une balle à bout de bras. En 2011, Novak Djokovic s'est d'ailleurs montré impressionnant dans cet exercice. Gagnant ainsi la plupart de ses rencontres. Montrant clairement ses progrès car avec 40% de jeux adverses gagnés en 2011, le Serbe est devenu un maître. Nadal a eu clairement du mal à tenir la comparaison. Face à Djoko notamment.

Avantage : Egalité

Le coup droit

On ne peut pas le nier, le bras gauche de Rafael Nadal est l'un des plus puissants du circuit. C'est de loin son meilleur coup. Sa façon de frapper donne un effet lifté que seul lui sait faire. Même les balles slicées de ses adversaires comme Federer ont souvent eu droit en réponse à un coup droit dévastateur. Qu'il soit croisé, parallèle à la ligne ou long, il donne toujours la même densité à sa frappe. Quand il prend le jeu à son compte, l'Espagnol sait se mettre rapidement en action pour prendre l'ascendant. Novak Djokovic possède également un bon coup droit, mais il est clairement inférieur à celui de l'Espagnol. Le Serbe est pourtant capable de trouver de surprenantes diagonales ou le long de ligne sans pour autant réussir à déborder son adversaire à coup sûr. Son véritable point fort demeure le court-croisé. Quand il arrive à le placer, il est difficile à récupérer.

Avantage : Nadal

Le revers

Tous les deux utilisent un revers à deux mains. Rafael Nadal n'était pas connu et reconnu pour avoir un revers dès plus efficace à ses débuts. Cependant, il a su le faire évoluer au fur et à mesure des années pour en faire un coup capable de lui faire gagner des matches. Son slice permet souvent de casser le rythme des échanges. Mais la plupart du temps, le natif de Majorque cherche avant tout à croiser en profondeur pour terminer sur son coup droit. Alors que pour Novak Djokovic, son revers est une évidence. Fluide, précis, solide, il est sa principale arme. A l'image des meilleurs comme André Agassi, son revers lui permet de tenir en respect son adversaire. Il cible n'importe quelle zone du court. Il dicte souvent avec son revers le rythme de l'échange pour souvent conclure par un slice, une volée, une amortie ou un coup droit pour déborder. Avantage : Djokovic

La volée

C'est le domaine du Serbe. Souvent habitué à jouer en double, notamment en Coupe Davis avec la Serbie, Novak Djokovic possède un beau toucher de balle. Il n'est pas rare qu'il prenne le filet durant une rencontre pour écourter l'échange ou déstabiliser son adversaire. C'est une variante qu'il possède. Pour Rafael Nadal, la volée est très peu utilisée. Souvent prêt à répondre du fond de court avec un long échange, l'Espagnol ne s'avance au filet que lorsque le point est déjà acquis. Même si lors de ses victoires à Wimbledon, on l'a vu capable de monter pour conclure rapidement et ainsi surprendre son adversaire.

Avantage : Djokovic

La défense

Ce sont deux monstres capables d'épuiser le plus inventif des adversaires. Même sur le recul, Djokovic et Nadal sont rarement débordés. Leurs courses et leurs palettes de coups gagnants leur permettent de couvrir une bonne partie du terrain et de tenter des coups impossibles dont ils ont le secret. De nombreux joueurs comme Paul-Henri Mathieu à Roland-Garros en 2006 ou Juan Martin Del Potro en finale de la Coupe Davis 2011 ont souvent cru prendre le dessus sur l'Espagnol pour au final perdre tous les deux. En 2011, Novak Djokovic a également épuisé plus d'un adversaire dont Rafael Nadal qui n'a jamais réussi à le déborder malgré son puissant coup droit. Que ce soit à Madrid, Rome, Wimbledon ou l'US Open, il a toujours su écoeurer l'ancien numéro 1. Avantage : Djokovic

Le physique

Quand il est en pleine possession de ses moyens, Rafael Nadal est un monstre inépuisable sur le terrain. C'est également là que Nadal puise sa force sur le court. Mais cette année, celui-ci a trouvé ses limites. Quand il n'est pas au top, l'Espagnol n'est plus capable de donner le petit plus qui lui a permis de dominer le tennis ces dernières années. Plus fin, Novak Djokovic n'en est pas moins endurant. C'est d'ailleurs sur la distance que le Serbe est capable de prendre la mesure de ses adversaires. Il a appris à gérer ses efforts pour enfoncer le clou au moment opportun. Nadal a déjà prévu d'alléger son calendrier pour souffler un bon coup en 2012 car que ce soit à Wimbledon ou à l'US Open, l'Espagnol n'était pas à 100 %. Avantage : Nadal

Le mental

C'était le point fort de Rafael Nadal ces dernières années. Il se battait sur toutes les balles et ne lâchait rien. Mais c'est bien connu. Très souvent le physique et le mental sont liés. Et en 2011, c'est Novak Djokovic qui a pris la mesure de l'Espagnol. Ce dernier a également prouvé que son nouveau statut n'était pas pour lui faire peur. Même si quelques fois, il est encore capable de sautes d'humeur, le Serbe sait désormais se contrôler pour offrir le meilleur de lui sur un terrain. En chiffres, Djoko et Rafa culminent à plus de 65% de balles sauvées sur leurs services respectifs. Ce qui prouve la difficulté de leur prendre un point. Le propre des grands champions.

Avantage : Djokovic

Verdict

Au jeu des comparaisons, Novak Djokovic a clairement pris de l'avance sur le Taureau de Manacor. L'actuel numéro 1 est aujourd'hui, à 24 ans, dans la forme de sa vie. Psychologiquement, il a également pris la mesure de Rafael Nadal en remportant toutes leurs dernières confrontations en finale de grands tournois. Et même si pour le moment, en 29 confrontations, Nadal reste en tête avec 16 victoires, l'année 2012 devrait inverser la tendance. C'est à ce prix-là que Djokovic pourra rêver de conserver sa place de numéro 1.