LA BAULE Promenez-vous le nez en l
3 pages
Français

LA BAULE Promenez-vous le nez en l'air...

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats PDF et ZIP

Description

LA BAULE Promenez-vous le nez en l'air... La Baule-Escoublac est une commune française située dans le département de Loire- Atlantique et la région des Pays de la Loire. Station balnéaire de la Côte d'Amour, elle est réputée pour sa longue plage située au fond de la baie du Pouliguen, son casino et ses palaces en bord de mer. Avec une population estimée à environ 16 000 habitants, la population estivale peut atteindre 150 000 habitants. La commune doit son essor au développement du tourisme à la fin du XIXe siècle. Bénéficiant d'une forêt de pins plantée dès 1840 pour enrayer l'avancée des dunes de sable, la ville voit d'abord s'implanter des familles aisées qui font construire de belles villas le long de la plage. Après avoir connu un âge d'or durant les années folles, la ville subit le contrecoup de la crise économique des années 1930 puis de la Seconde Guerre mondiale. Elle retrouve de la vigueur dans les années 1960, entraînant une nouvelle forme d'urbanisation, son économie étant toujours basée sur le tourisme. Monuments et lieux touristiques Le phare de la Banche est le seul monument de la ville inscrit au titre des monuments historiques. Le front de mer a été bordé de villas entre 1880 et les années folles, mais sa physionomie s'est progressivement modifiée à partir des années 1960 quand la station balnéaire s'est popularisée. Au XIXe siècle il est constitué d'immeubles de taille moyenne construits après 1960.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 juillet 2011
Nombre de lectures 40
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

LA BAULE Promenez-vous le nez en l'air...

La Baule-Escoublac est une commune française située dans le département de Loire- Atlantique et la région des Pays de la Loire. Station balnéaire de la Côte d'Amour, elle est réputée pour sa longue plage située au fond de la baie du Pouliguen, son casino et ses palaces en bord de mer.

Avec une population estimée à environ 16 000 habitants, la population estivale peut atteindre 150 000 habitants.

La commune doit son essor au développement du tourisme à la fin du XIXe siècle. Bénéficiant d'une forêt de pins plantée dès 1840 pour enrayer l'avancée des dunes de sable, la ville voit d'abord s'implanter des familles aisées qui font construire de belles villas le long de la plage. Après avoir connu un âge d'or durant les années folles, la ville subit le contrecoup de la crise économique des années 1930 puis de la Seconde Guerre mondiale. Elle retrouve de la vigueur dans les années 1960, entraînant une nouvelle forme d'urbanisation, son économie étant toujours basée sur le tourisme.

Monuments et lieux touristiques

Le phare de la Banche est le seul monument de la ville inscrit au titre des monuments historiques.

Le front de mer a été bordé de villas entre 1880 et les années folles, mais sa physionomie s'est progressivement modifiée à partir des années 1960 quand la station balnéaire s'est popularisée. Au XIXe siècle il est constitué d'immeubles de taille moyenne construits après 1960. Il reste de nombreuses villas de la Belle Époque, notamment en arrière du littoral.

La commune compte plusieurs hôtels prestigieux dont le Castel Marie-Louise, l'Hermitage, bâtiment de style néo-classique construit en 1926-1927, l'hôtel Royal, établissement de santé pour enfants tuberculeux entre 1897 et 1902, et l'hôtel Majestic. La gare de La Baule-Escoublac, construite en granit, date de 1927. Elle a été installée à 300 mètres de la gare originelle. La gare de La Baule-Les-Pins a été construite en même temps.

Le cimetière militaire britannique d'Escoublac-La Baule (avenue de la Ville-Halgand) abrite 325 tombes de militaires britanniques, dont 74 non identifiés, et trois de soldats des Forces polonaises. Beaucoup de ces soldats sont des marins du Lancastria coulé en 1940 et des soldats qui participèrent à l'attaque contre le port de Saint-Nazaire en 1942.

Une bâtisse (sur un terrain privé, avenue de la Tour), parfois présentée comme le reste d'une lanterne des morts, est probablement la base d'un moulin de structure particulière, avec partie supérieure en bois, dit «moulin turquois». Le moulin de Beauregard ou moulin de la falaise (chemin du Moulin) existait au XVe siècle et est resté en activité jusqu'en 1922.

Le manoir de Ker-Allan bâti en granit au XVe siècle est le seul de la commune à avoir conservé une fuie ; sur le domaine, se trouve une chapelle initialement consacrée à Saint-Nicolas, puis transformée en pressoir. Datant également du XVe siècle, le château de la Saudraie (chemin du Ménigot) comporte une tour carrée peu fréquente dans la région. Le château de Lesnérac a été bâti au XVe siècle. Du XVIe siècle à 1789, Escoublac était sous la juridiction seigneuriale de Lesnérac. Au début du XIXe siècle son propriétaire, le comte de Sesmaisons, crée la grande allée joignant le château à la route de Guérande et fait construire deux pavillons italianisants au bord de cette route. Le manoir de Brédéra (route de Brédérac) du XVIIIe siècle a été la propriété du poète Paul Desforges-Maillard connu pour avoir mystifié le monde des lettres, notamment Voltaire, en se faisant passer pour une poétesse.

Patrimoine religieux

L'église Saint-Pierre d'Escoublac inaugurée en 1786 est située à Escoublac. L'édifice comprend des éléments de style médiéval. La chapelle Sainte-Anne est construite entre 1880 et 1886 et prolongée par deux nefs latérales en 1903. Laissée à l'abandon par la suite, la chapelle est acquise par la ville en 1981. En 1989, après rénovation, l'édifice se mue en centre culturel. L'église Notre-Dame de La Baule dans le centre de La Baule, édifiée de 1931 à 1935, est de style néo-roman. Un temple protestant est édifié en 1931 pour répondre à l'augmentation du nombre de fidèles de ce culte, notamment dans la période d'affluence touristique. La croix de la Ville Massonet a été un lieu de rogations jusqu'au XIXe siècle.

La plage

La plage, que la ville partage avec les communes du Pouliguen et de Pornichet, mesure plus de huit kilomètres et considérée par beaucoup comme «l'une des plus belles plages d'Europe». Elle borde les quartiers de La Baule-les-Pins, La Baule-Centre et Casino-Benoît. Près du Pouliguen, la plage Benoît est réputée pour son sable blanc très fin. Son estran recèle de grandes quantités de coques.

Une anse de sable blond de 9 km, un remblai à n'en plus finir, une mer transformée en véritable stade nautique à marée haute... Vous êtes sur la Côte d'Amour, là où s'étire la plus belle plage d'Europe. A Pornichet, les enfants et leurs parents plongent dans le plaisir grâce à cette entreprenante Station Kid. Chic et choc, La Baule s'ancre au centre de la baie et concentre boutiques de luxe, restaurants chaleureux, et villas impressionnantes. Au bout de la promenade, Le Pouliguen offre un point de vue unique sur la baie !

PORNICHET La plage de Sainte-Marguerite est appréciée des familles. Un club pour les enfants ainsi qu'une école de voile et de kayak s'y trouvent. Plage de Bonne Source : grande plage de Pornichet sur laquelle la pêche à pied peut être pratiquée.

La plage de Pornichet située sur la baie de La Baule est appelée plage des Libraires. Elle s'étend à partir du port d'échouage le long du quartier de Mazy. Sa faible pente et ses équipements, club enfants et écoles de voile, en font une plage familiale.

. LA BAULE La plage de La Baule prolonge la plage des Libraires. Il y a plus de huit kilomètres de plages autour de la baie. Cette plage réputée de La Baule est très animée en saison, de nombreux clubs de voile ou clubs pour les enfants contribuent à son attrait.

Dans la tradition des stations balnéaires, des cabines et des tentes de plage se trouvent tout le long de la baie et peuvent être louées. Plage Benoît : en pente très douce, cette plage est largement découverte à marée basse. Elle est bordée par une promenade piétonne.

. Plage du Nau : plage familiale surveillée en saison située dans le prolongement de la plage Benoît sur l'autre rive de l'étier du Pouliguen. Des clubs pour les enfants et un terrain de volley agrémentent cette plage.

Les plages situées au-delà de la pointe de Penchâteau ne sont accessibles qu'à marée basse et permettent de découvrir des grottes. Elles sont bordées par le sentier des douaniers.