Magazine Le Figaro du 01 septembre 2011
37 pages
Français

Magazine Le Figaro du 01 septembre 2011

-

Description

Venez lire le Figaro magazine du 01/09/2011

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2011
Nombre de lectures 6
Langue Français
Poids de l'ouvrage 10 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

erjeudi1 septembre2011 LEFIGARO
2 recto VERSO
Le26août
dernier,
unpick-updes
rebellesparticipe
à labataille
duquartier
d’AbouSalem,
unedes
dernièrespoches
derésistance
deTripoli.
ETIENNE
DEMALGLAIVE
CommentilsontprisTripoli
l y a six mois encore, ils étaient informati- poli, a résisté à plusieurs tentatives des forces de pes directement dans les faubourgs est de Tripoli,
ciens, employés de bureau, étudiants, com- Kadhafi.Ravitaillédepuisleterritoiretunisien,pro- danslequartierdeTajoura.«Onestentrésaumatin
merçants ou ingénieurs pétroliers. Arborant che de Tripoli, le djebel devient la base idéale d’où dansleportdepêche»,racontel’ingénieurAhmed,
lunettes de soleil, keffieh ou chapeau de lancerl’offensivecontrelacapitale. l’un des membres de ce commando, originaire de
brousse, juchés sur leurs pick-up aux ca- Pendant plusieurs mois, les fronts se stabilisent. Misrata,maisquialongtempsvécuàTajoura.«Les
mouflagesflamboyantsetimprovisés,recou- KadhafitientfermementTripoli,lacôteendirection habitants nous attendaient. Tout le monde meIvertsdeboue,peintsennoiroumouchetésà de la Tunisie, et son bastion tribal de Syrte, ainsi L’offensivedesrebelles connaissait. Nous avons fait notre jonction avec eux.
la bombe de peinture, les révolutionnaires libyens qu’unepartiedudésert.Lessceptiquescroientàun NousétionsdansTripoli.»
roulentàprésentdanslesruesdeTripolienfaisantle enlisement,préludeàunepartitiondupays.Maisles Les défenses des loyalistes cèdent partout. Di-contrelacapitale
signedelavictoire.Ilsviennentderenverserleseul rebellesmettentcedélaiàprofitpours’organiseren manche21août,enfind’après-midi,lesrebellesat-
dirigeant qu’ils aient jamais connu, un dictateur au vuedel’offensivefinale.Armésdemissilesantichars teignentlecentredeTripoli.SurlaplaceVerte,de-libyenneestunmodèle
pouvoir depuis quarante-deux ans, qui n’avait pas Milan parachutés par la France, aidés et conseillés vant le Sérail Hamra, le palais rouge des corsaires
hésité à envoyer contre eux une armée équipée de parunepoignéedeforcesspécialesfrançaisesetbri- barbaresques, où Kadhafi avait, au début de la ré-dugenre.Elleobéit
charsetd’artillerielourde.L’appuiaérienoccidental tanniques,quiguidentlesavionsdel’Otancontreles volte,prononcésondiscoursmenaçant,promettant
leuraétéd’unsecoursvital.Maislavictoirefinale,au pointsderésistancekadhafistes,lesrebellesduDje- detraquercommedesratslesinsurgés,«maisonparàunplansimple,maisboutdesixmoisdelutte,estlaleur. bel Nefousa attaquent à la mi-août. Dévalant les maison,ruelleparruelle»,lesrebellesarrachentles
LeuroffensivecontreTripoli,coordonnéeavecle routesenlacetsquidescendentdel’escarpement,ils portraits géants du dictateur. Malgré la disparitionparfaitementcoordonnésoulèvementdelaville,estunmodèledugenre.Elle bousculent les défenses de Kadhafi et foncent vers desunitésconstituéesdeKadhafi,dontlaredoutable
témoignedel’expérienceacquiseaucoursdesmois Zawiya. Cette ville côtière, à une cinquantaine de brigadeKhamis,commandéeparsonproprefils,desaveclesoulèvementdesdeguérillapardesrebellesquionttoutapprissurle kilomètres à l’ouest de Tripoli, a été reprise avec pochesderésistanceetdestireursembusquéstien-
tas.Commencéepardesmanifestationsdésarmées, peine par les loyalistes, et est restée foncièrement nentencoredansplusieursquartiersdeTripoli.
larévolutionlibyennes’estmilitariséeenréactionà hostileaurégime.BeaucoupdejeunesdeZawiyaont insurgésdel’intérieur.
Bulldozerauxportesdupalaisla violence de la répression lancée par Kadhafi. prislaroutedelaTunisie,et,delà,ontgagnéleDje-
Après quelques jours d’un soulèvement qui gagne belNefousa. LecombatfinalselivrelelendemainautourdulieuElletémoigne
commeunetraînéedepoudrelaplupartdesvillesdu leplussymboliquedurégime,lacasernedeBabal-
Dansl’attentedusignaldesoulèvementpays au cours du mois de février dernier, Kadhafi Aziziya.Derrièreunetripleenceintedebétonpeintdel’expérienceacquise
prometdenoyerl’insurrectiondans«unerivièrede Lescombatsfontragependantplusieursjoursdans d’unecurieusecouleurverdâtre,cecomplexeforti-
sang». Les troupes du colonel entrent en guerre lecentredeZawiya,autourdel’hôpitaletdelaraffi- fié,moitiécaserne,moitiérésidenceprivéedeKad-aucoursdesmois
contre leur propre peuple. Tripoli est momentané- nerie.Lorsquelarésistancedeskadhafistescesse,la hafi,estuneforteressebourréed’armesetparcou-
ment matée et le dictateur manque de peu de re- routecôtièreverslaTunisie,derniercordonombili- ruesdesouterrainsaucœurdelaville.Aucentre,sedeguérillaparprendreparlaforcelecontrôledupays.Seulel’in- calreliantlerégimeaumondeextérieur,estcoupée. trouvelarépliqued’uncampbédouin,petitXanadu
tervention aérienne de l’Otan à la mi-mars, Le19août,Gharian,ausuddeTripoli,tombeàson avec tentes et palmiers-dattiers munis d’estradesdeshommesquiontemmenéeparlaFranceetlaGrande-Bretagne,per- tour,coupantlaroutedudésertetdesoasis,parla- pourqueledictateurpuisselesmangeràmêmel’ar-
met aux zones libérées d’échapper de justesse à la quellelesarmesetleravitaillementparvenaienten- bre. La bataille fait rage pendant plusieurs heures
vengeancedeKadhafi. coreàKadhafivialavilledegarnisondeSebha.Le toutapprissurletas. devantlesportesblindéesetleschicanesdebétonde
mêmejour,àl’est,lesrebellesdeMisratapercentà l’entrée principale. Les rebelles tirent des missiles
PARADRIENJAULMESDescuirassésroulants leurtourleslignesloyalistes,ets’emparentdeZlin- Milancontrelesportes,etarrosentàlamitrailleuse
ENVOYÉSPÉCIALÀTRIPOLI
Trois bastions de la rébellion vont se constituer et ten.Lafinestproche. lourdelesmeurtrières.Lespertessontlourdes,mais
permettreàlarévolutiondefinalementtriompher. Comme toutes les opérations militaires réussies, enfind’après-midi,ilsfinissentparforcerl’encein-
Mêmesitousreconnaissentl’autoritéduConseilna- l’assautfinalsurTripoliobéitàunplansimple,mais teaubulldozer,renversantlespansentiersdemurs.
tional de transition, organe aux contours flous qui parfaitement coordonné avec le soulèvement des Souslefeudesdernierstireursembusqués,lepillage
rassemblelesreprésentantsrebellesdetoutlepays, rebelles de l’intérieur. Pendant des mois, les habi- du palais du dictateur commence. On piétine les
lestroissecteurss’organisentséparément. tantsdelavillesesontorganisésencellulesclandes- portraitsduGuide.La«prisedelaSmala»deKad-
LepremierestceluideBenghazi,dansl’Est,oùle tines,quartierparquartier.«Onavaitstockédesar- hafi marque le moment symbolique de la chute du
CNTs’installe.Maisl’impéritiemilitairedesrebelles mes qu’on faisait rentrer clandestinement par régime.
de l’Est ne leur permet pas de prendre l’offensive. voitures»,expliqueAbdallahTarhouni,responsable Il faudra encore quelques jours aux rebelles pour
Leurs milices désorganisées sont vite arrêtées dans rebelle dans le quartier d’Andalous, à Tripoli.«On nettoyer les dernières poches de résistance de Tri-
ledésertparlesloyalistes,autourdesbourgadesde attendaitlesignaldusoulèvement.» poli, dans le quartier d’Abou Salim, où la sinistre
Brega et de Ras Lanouf. Mais la Cyrénaïque et ses Lorsque le mot d’ordre est lancé par le CNT le prisondurégimeestenfinlibérée,etautourdel’aé-
ressourceséchapperontjusqu’àlafinàKadhafi. 19août,lesinsurgéslibèrentdesquartiersentiersde roport. Dans la ville libérée, après des mois de ré-
MisrataetleDjebelNefousa,lesdeuxautresbas- laville,ens’emparantdesédificespublicsetendé- pression et de pénuries, les rebelles installent des
tionsrebelles,fontmontredeplusd’espritcombatif. sarmantleskadhafistes.«NousavionsreçuduCNT points de contrôle dans les rues et s’emparent des
Coupéedumondeextérieur,assiégéeparlesforces deslistesdebâtimentsàteniretàprotéger»,ditIs-clés.
dudictateur,Misratas’organisedefaçonautonome. sam,chefduquartierdeFurnaj.«Noussommesallés Dèsledébutdel’offensive,leCNTestdécidéàne
Le principal port de la Libye possède une classe chezleskadhafistes,etnousleuravonsdemandéleurs pas reproduire les erreurs commises en Irak. Son
d’hommesd’affairesprospèresetentreprenants,qui armes. Certains nous les ont données et sont restés président,MahmoudJibril,l’arépétédanssonappel
organisentparlamerleravitaillement.Desbateaux chezeux.D’autressesontjointsàlarévolution.» au soulèvement: «Le monde entier nous regarde.
affrétés depuis Malte ou Benghazi débarquent vi- Pendantquelescolonnesdepick-upfoncentvers Pasdevengeances,pasdepillages,n’insultezpasles
vres,médicamentsetmunitionsdansleportbom- Tripolidepuisl’estetl’ouest,uneaudacieuseopéra- étrangersettraitezcorrectementlesprisonniers!»
bardé par les roquettes Grad de Kadhafi. Comme tionamphibieestmontéeparlesMisratais.Deuxna- SeuleslesvillasetlesrésidencesdeKadhafietde
dans un remake de la guerre civile espagnole, les vireschargésdecombattantsdébarquentdestrou- safamillesontmisesàsac.Lerestedelavilleestlar-
métallurgistes de Misrata fabriquent des cuirassés gement épargné. On dénombrera quelques règle-
roulantsenbardantdeplaquesd’acierdespick-up, ments de comptes, mais la plupart des kadhafistes
et ces escadres terrestres résistent dans de féroces capturéssonttraitésrelativementcorrectement.Les
combatsderuesauxoffensivesdesloyalistes. rebellesnetirentpasn’importecomment,obéissent
Quand les raids de l’Otan finissent par desserrer Lemondeentiernousregarde.Pasde auxordresdeleurschefs.LalibérationdeTripoline
l’étauautourdeleurville,lesMisrataissemettentà s’estpasfaitedansunbaindesang.Sidenombreu-vengeances, n’insultezpaslesétrangersetpréparer l’étape suivante, la conquête de Tripoli. sesincertitudesdemeurentencoresurlefuturdela
Mais le rôle crucial sera joué par la troisième zone Libye, cette victoire populaire rend son élan à untraitezcorrectementlesprisonniers!»rebelle. Le Djebel Nefousa, région montagneuse si-« printemps arabe que la répression de Kadhafi avait
MAHMOUDDJIBRIL,PRÉSIDENTDUCNTtuéeàunecinquantainedekilomètresausuddeTri- presqueinterrompu.
A
AP
TEL. 01.55.35.20.20erjeudi1 septembre2011 LEFIGARO
Envidéo:MartineAubrycritiqueDSK:jet’aime,moinonplus
L’ÉDITORIALDEPAUL-HENRIDULIMBERT l’attitudedeDSKvis-à-visdesfemmes4 francePOLITIQUE PAGE15 WWW.LEFIGARO.FR/POLITIQUE
LeretourdeDSKnefaitpasl’affaire
dessocialistes
BientôtenFrance,l’ancienpatronduFMI
n’estpasattenduàbrasouverts.
« Je pense la même chose que beaucoup
FRANÇOIS-XAVIERBOURMAUD
de femmes sur l’attitude de Dominique
OPPOSITIONDominique Strauss-Kahn? Strauss-Kahn vis-à-vis des femmes», a
Connaispas.AlorsqueleretourenFran- lâché Martine Aubry mardi soir sur Ca-
ce de l’ancien directeur général du FMI nal+. Après l’émission, en prenant
est annoncé pour la fin de la semaine, connaissancedeladépêcheAFPtiréede
peut-êtredimanche,sesalliéscommen- sesproposettitré«Aubrysedémarque
cent à prendre leurs distances, embar- deDSK»,lacandidateàlaprimaires’est
rassésparleurslienspolitiquesavecl’an- empressée de joindre par téléphone les
cien favori du PS pour l’élection strauss-kahniensquilasoutiennentpour
présidentielle de 2012. Après l’arrêt des les rassurer. « Elle a rappelé que, dans
poursuitespénalesàNewYorkpourune cette affaire, elle avait toujours assis son
affaired’agressionsexuelleauretentisse- attitude sur un triptyque : le respect de la
présomption d’innocence, le de la
victime et de sa parole et enfin le refus de«Jerecommande
relayer des rumeurs à l’encontre de Domi-àchacundeprendre
nique », raconte l’un d’entre eux. Undelahauteur,
autre explique que « Martine a décidéd’êtredigne,décent»
d’être libre. En tant que première secrétai-MANUELVALLS
re, elle a été hypercorrecte avec Domini-
ment planétaire, DSK a fini par devenir que. Maintenant qu’elle est en campagne,
un brin encombrant pour les socialistes. elle est dégagée des contingences d’appa-
Notamment pour Martine Aubry qui reil ».Bref,Aubryessayedes’émanciper
avait passé un accord avec lui en 2008 à de ce lien embarrassant au moment où,
l’occasion du congrès de Reims pour dans les sondages, les Français s’expri-
s’emparerduPS.Ils’agissaitalorsd’em- mentfortementcontreunretourdeDSK DominiqueStrauss-KahnetAnneSinclairquittentleurrésidence,lundi,àWashington,pourserendreausiègeduFMI. AFP
pêcherSégolèneRoyaldeprendreleparti surlascènepolitique.
pourconserverleschancesdeDSK,pen- dredelahauteurenpublic. « Après tou- « Vous n’aurez de ma part aucune petite mentséduitparlesthèsesdeDSK.Hier
Gommerlesliensdant son «exil» au FMI, de pouvoir se tes ces déclarations d’amitié forcenée entre phrase qui dégrade le débat présidentiel, sur i-Télé, il lui a demandé en gros de
présenteren2012. Pour l’heure, il n’en est pas question. Martine et Dominique et ces confidences a-t-elle dit. Parce que je sais que si de- s’excuser puis de se taire. « Je crois
Sesexcusesformuléeslundidevantses « S’il parle, ce ne sera pas par rapport à la régulières sur leurs échanges téléphoni- main j’ai cette responsabilité-là, j’aurai la qu’avec l’esprit du retrait et du silence qui
anciens collaborateurs du Fonds moné- primaire mais par rapport à lui, ne serait- ques quotidiens, j’ai été un peu surpris par responsabilité de faire monter la France devrait être le sien, il sera nécessaire qu’il
taire international et le fait qu’il recon- ce que pour se dégager de la pression des les propos de Martine. L’amitié, ça ne se d’un cran et vous pouvez compter sur fasse les mêmes gestes que ceux qu’il a pu
naisse devant eux avoir commis une paparazzi et tenter de retrouver une vie découpe pas en tranches »,glisse,perfide, moi.»Delahauteur,donc.CommeMa- faire en raison des préjudices que nous
« erreur »alibérélaparolechezdesso- normale », assure l’un de ses amis. Il un partisan de François Hollande. nuelValls,quiavaitretirésacandidature avons tous subis dans cette affaire »,a
cialistes qui s’apprêtaient à lui confier la n’empêche, en pleine primaire du PS, le Aujourd’hui favori pour la primaire, ce au profit de DSK avant de la reprendre déclaré le député de Saône-et-Loire.
conquête de l’Élysée. Hier, Michel Ro- retour de Strauss-Kahn en France n’en dernier rappelle à qui veut l’entendre aprèsle14mai.« Je recommande à cha- Depuis le 14 mai, les socialistes n’arri-
card a même présenté ses excuses pour finitpasdeperturberlacompétitionso- qu’ilétaitcandidatbienavantqueDSKne cun de prendre de la hauteur, d’être digne, vent pas à se sortir du feuilleton DSK.
avoirparlé,àproposdeDSK,de« mala- cialiste. Car si Aubry s’efforce tant bien soit empêché. Une posture de « distance décent»,a-t-ildemandéhiersurFrance Chaque fois qu’ils pensent avoir tourné
die mentale»etde « difficultés à maîtriser que mal de gommer ses liens avec DSK, froide»,selonunstrauss-kahnien. Info. lapage,c’estpourdécouvrirunnouveau
ses pulsions ». Les mots des socialistes sesconcurrentsfonttoutpourlesrappe- SégolèneRoyals’estrefuséehieràtout EtpuisilyaaussiArnaudMontebourg chapitre.Leprochainestsûrementpour
sonttoutefoisbeaucoupplusmesurés. lerencoulissestoutenaffectantdepren- commentaire sur le retour de DSK: quines’estjamaismontréparticulière- bientôt.
ÀSarcelles,laparoleselibère
alors ne te reproche rien. »Desonécriture re, je recommencerai. » « Je souhaite que tu
LAURENCEDECHARETTE
régulièreetsoignée,lajeunefilleâgéede me rendes un dernier service, demande la
QUAND il évoque Dominique Strauss- prèsde22anstented’expliqueràsonpère jeunefilleàsonpère : je veux que tu dises à
Kahn,qu’ilaconnulorsdesesannéesde sonchoix, « celui de cesser de vivre et je te Dominique qu’il m’a rendue très heureuse et
militantismeàlamairiedeSarcelles,An- demande de le respecter et d’essayer de le que je lui souhaite d’être heureux, que la vieAndré
dré M’Bissa, père de Marie-Victorine, la comprendre (…) Je suis épuisée de faire soit généreuse avec lui. »M’Bissa
jeune femme qui a publiquement expli- semblant d’être heureuse alors qu’à l’inté- Àlafindecettemissivefiguraitunnu-montreune
qué cet été avoir eu une «liaison» avec rieur de moi, je me sens comme un oiseau mérodetéléphone,racontelepère.An-photodesa
filleMarie- l’hommepolitique,prononceduboutdes dréM’Bissaracontequ’aprèsavoiralerté
Victorine, lèvres: « ce monsieur ». les secours il a composé le numéro… et
lajeune L’homme, âgé de près de 65 ans, qui serait tombé sur DSK. « Il m’a écouté
femmequia «Jenevoulaispasvientdeporterplaintepour « subornation quelques instants, puis m’a raccroché au
publiquement de témoin »,visantunadjointdumairede descandale.Sansl’épisode nez »,détailleAndréM’Bissa. « Quand je
déclaré Sarcelles, jette un regard amer sur l’en- suis arrivé à l’hôpital, tout le gratin de la
cetétéavoir américain,toutcelaserait
semble des années écoulées depuis mairie était là, le premier adjoint du maire,
euune encorederrièremoi»ce10février1998,lejouroùsafilleaînéea son chef de cabinet… mais pas lui.»« Plus
«liaison» ANDRÉM’BISSAeffectué une tentative de suicide. André tard, quand elle est sortie de l’hôpital, j’aiavecDSK.
M’Bissaestalorsveuf,depuisprèsdedeux tenté de lui demander : pourquoi ? Elle m’aMARMARA/
ans. En rentrant chez lui un peu avant mort. » Marie-Victorine raconte à son seulement répondu : “Il m’a menti.”LEFIGARO
13heures,iltrouvesurlatableunelettre pèresarencontreavecDSKlorsd’unecé- « À l’époque,poursuitAndréM’Bissa, j’ai
de sa fille, l’aînée de ses trois enfants. rémoniedevœuxunanauparavant,puis fait exactement comme la mère de Tristane
« Cher Papa, écrit alors Marie Victorine, sa souffrance depuis « le silence » entre Banon, j’étais militant socialiste de longue
quand tu liras cette lettre je serai partie. Je eux. « Je crois qu’il me déteste », date, ma fille suivait de bonnes études, je ne
vais connaître enfin la paix de l’esprit. Je confie-t-elle,expliquantnepasencom- voulais pas de scandale. Sans l’épisode
tiens à te dire que tu n’es pas responsable de prendre la raison. « J’aurais tout accepté américain, tout cela serait encore derrière
mon départ. En tant que père, je crois que tu de cet homme, le silence, la clandestinité, moi. L’histoire était finie pour moi. »
as fait ce que tu as pu pour me protéger, tout. Oui, je l’ai accepté, et si c’était à refai-
5millionsd’euros
Maisdepuis,leretraitéaétécontactépar
leséquipesdeKennethThompson,l’avo-
catdeNafissatouDiallo,quiétaientàlare-MartineAubryprendnettementsesdistances cherche de Marie-Victorine, partie vivre
près de deux ans après ce drame aux
de la maire de Lille, selon elle. l’énergiehydraulique.Unsymbole soutenue par une partie des an- États-Unis. Puis, affirme André M’Bissa,
NICOLASBAROTTE
« C’est ce que j’ai déjà dit »,assu- de politique de réindustrialisation ciens partisans de DSK, qui pour- quiestpassédepuisduPSàl’UMP,estap-
ENVOYÉSPÉCIALÀMONTCEAU-LES-MINES
re-t-elle. « Au mot près »,ajoute- réussie. « Quand on veut être prési- raient ne pas apprécier les leçons paruàsontour,courantaoût,l’undesad-
PAS unmot deplus, depeurd’un t-on dans son entourage. La se- dent de la République, il vaut mieux demorale.Àmoinsqueleréalisme joints du maire de Sarcelles. « Tonton, ta
mot de trop. Dans le train qui maine dernière sur RTL, elle dé- avoir des propositions »,dit-elle. politique l’emporte. « Elle prend fille parle trop, m’a-t-ilexpliqué. Il voulait
l’emmèneauCreusot,hier,Marti- claraitàproposducomportement ses distances proprement. C’est ses coordonnées pour ses chefs.»Lorsd’un
Réalismepolitiquene Aubry prévient: elle ne dira deDSK: « Cela a choqué certains, compréhensible qu’elle le fasse », second rendez-vous, le 11 août, selon la
riensurDominiqueStrauss-Kahn. je peux le comprendre. » Le mou- L’affaire DSK parasite la campa- expliqueunpartisandeDSKquia déposition d’André M’Bissa, Youri Ma-
« Vous pouvez reprendre le train vementd’éloignementétaitenga- gnedelaprimairesocialiste.Pour ralliéFrançoisHollande. zou-Sackoluiauraitproposéunemonnaie
dans l’autre sens »,lance-t-elleen gé.Maishier,surRMC,elleaaussi Martine Aubry, elle relève du di- AlorsqueleretourenFrancede d’échange.AndréM’Bissaavanceunchif-
riant.Elleveutparlerd’emploi.Et tenu à montrer qu’elle avait lemme. Si Dominique Strauss- l’ancienpatronduFMIsembleim- fre:5millionsd’euros.Selonlui,l’hommeOnaparlé
s’afficher auprès de Pierre Joxe: conservésesliensaveclui,malgré Kahn,sonamietalliépolitique,a minent, les partisans de Martine« écritlechiffresurunpapier,puiss’enva.Il
del’affaire.l’ancienministreetfigurehistori- l’affaire: « On en a parlé. Il m’a étélibéré,sonimageestsidégra- Aubryrestentdubitatifssurl’inté- nedonneraplusdenouvelles.
que de la gauche, qui la soutient, aussi parlé de moi, de ce qu’il pou- déedansl’opinionquelacandida- rêt d’une prise de position de sa UneenquêteaétéouverteparleparquetIlm’aaussi
l’accompagne pour ce déplace- vait me reprocher. Quand on est teàlaprimaireneveutpasappa- partpendantlaprimaire.Lamaire dePontoisepoursubornationdetémoinetparlédemoi,de
mentdansl’ancienneterreindus- amis, on se parle de tout. » raître comme cautionnant son de Lille ne demande rien, ce qui Mazou-Sackodevaitêtreentendudansla
cequ’ilpouvaittrielle. Mais elle ne veut pas s’ex- Martine Aubry s’agace qu’on comportement. « C’est bien de le veut tout dire. Après l’arrestation semaine. François Pupponi, le maire de
pliquer sur la distance qu’elle a l’interroge sur DSK. « Je com- rappeler », confie un de ses pro- de DSK, « la vie du parti a conti- Sarcelles a démenti ces accusations. Maismereprocher.
priselaveilleavecDSK. prends que certains n’ont pas envie ches.Danssonéquipe,ontentede nué », résume Jean-Marc Ger- André M’Bissa est allé plus loin: aux en-Quandonest
Mardisoir,surCanal+,Martine qu’on parle de la manière de réen- passer à autre chose. «Onneva main, son directeur de cabinet. quêteursdelapolicejudiciaire,ilaraconté
amis,onseAubryaassuréqu’ellepensait«la chanter l’avenir et préfèrent nous pas faire une heure sur DSK »,se « François et Martine ont pris sa ses déboires des dix dernières années: la
même chose que beaucoup de fem- demander de parler de sujets dont il plaint le sénateur de Paris David place »dansl’opinion,assure-t-il. vente,qu’ilestimeirrégulière,desonpa-parledetout»mes de l’attitude de DSK vis-à-vis faut parler mais qui ne doivent pas Assouline, dépêché par sa candi- DSK caracolait dans les sondages. villon(iladéposéuneautreplainte),lesre-
des femmes ». Belle périphrase occuper 90 % de notre temps », dateauprèsdesjournalistes. Lesdeuxfavorisfontpresqueaussi fus de la mairie de lui attribuer un loge-
pourunecritique.Maisquinese- ironise-t-elle à l’issue de la visite L’essentielaétédit.Ilnefautpas bien que lui. L’ancien patron du mentsocial. « Depuis l’histoire de ma fille,
rait pas nouvelle dans la bouche d’une entreprise spécialisée dans trop insister: Martine Aubry est FMIseraitdoncdevenuinutile. j’étais devenu indésirable à Sarcelles. »
AerLEFIGARO jeudi1 septembre2011
5francePOLITIQUE
E N B R E F
Règled’or: HuchonrassurePécresse…
«Noussommessérieux!Deslois
àabroger,ilyenaurad’autres
avantcelleduGrandParis»,
aindiquéhierleprésidentPSSarkozyveut
delarégionIle-de-France
enréponseàValériePécresse,
quicraintlamortduGrandParis
silagauchearriveaupouvoirpousserlesfeux
en2012.«L’accordavecl’État
seradelonguedurée,jusqu’en
2025»,ajuréHuchon.Avant de décider de convoquer ou non le Congrès,
Taxationdeshautsrevenus:le chef de l’État cible le PS. Larcherveutabaisser
leplafonddéployer ses troupes, les mobiliser au plus NicolasSarkozyCHARLESJAIGU prèsdelafrontière», commente un habi- Favorableàunabaissementademandé
ÉLYSÉE «Toutlemondegagnera » à ac- tué de l’Élysée. Ainsi, depuis deux mois, duseuilpourtaxerleshautsàsestroupes
cepter une règle d’or budgétaire, a expli- le chef de l’État a minutieusement fait revenus,fixéà500000eurosdetirer
qué hier Nicolas Sarkozy lors de la confé- monter la pression. Pour y parvenir, lemaximum parFrançoisFillon,Gérard
debénéficesrence des ambassadeurs, à l’Élysée. En François Fillon a d’abord obtenu fin LarcheravancedansLesÉchos
politiquesattendant le résultat des consultations juillet, à l’arraché, le vote conforme de lechiffrede250000euros.
dessondagesque doit mener François Fillon à ce sujet l’Assemblée et du Sénat en faveur de LeprésidentduSénatajoute:
montrantdans les prochaines semaines, le chef de l’inscription de la règle d’or dans la «Cepourraitêtreencoremoins»
lesFrançaisl’État veut faire monter les enchères. Sur Constitution. toutenassurantque«l’équité
deplusenplus
le fond, il ne sait pas encore s’il convo- n’estpasladémagogie».
préoccupés«Egoïsmepolitique»quera le Parlement (Assemblée + Sénat) parlesdéficits LeMairepenseen Congrès. Sur la forme, il a bien vu C’est ensuite Nicolas Sarkozy qui a poussé publics. quel’indemnisationl’utilité de l’enjeu.«Larègled’or?Iln’est les feux, en déplaçant le problème au ni- MARMARA/ duchômagedoitchangerpas question de laisser tomber le sujet!», veau européen. En août, il s’est tourné LEFIGARO
tranche un intime. Dès le mois de juillet, vers Angela Merkel, dont le pays a adopté «Pouvons-nousgarder
Nicolas Sarkozy a prévenu les siens qu’il la règle d’or en 2009, à la suite d’une ini- très peu de chances d’être ratifié aux trois choix,soitparunelettreauxparlementai- undispositifd’indemnisation
fallait absolument gagner cette bataille de tiative des sociaux-démocrates. La chan- cinquièmes par le Parlement réuni à Ver- res,soitdevantlesFrançais», prévient un duchômageparmilesplus
communication. celière allemande a cosigné un appel à sailles.«Ilfaudradetoutefaçonattendre proche conseiller de Sarkozy. L’interven- généreuxaumonde,
L’Élysée a constaté l’évolution des l’ensemble des pays membres de l’Union le résultat des sénatoriales, fin septem- tion présidentielle aura d’autant plus enparticulierpourlescadres
sondages, qui depuis deux mois mettent européenne pour adopter l’objectif bre.Tout dépendra ensuite de l’état des d’impact que la décision du chef de l’État àhautssalaires?»,s’interroge
pour la première fois la lutte contre les d’équilibre budgétaire dans leur loi fonda- marchésenoctobre.Lapressionserapeut- aura été dramatisée dans les semaines qui leministredel’Agriculture,
déficits parmi les priorités des Français. mentale. Enfin, la fébrilité des marchés, être trop forte, elle contraindra le PS à précèdent. «Tout cela objectivera le fait égalementenchargeduprojet
«C’estunsujetquipréoccupeaussibienla en août, a achevé de convaincre l’Élysée plier », explique un sarkozyste. quelePSestprêtàsacrifierlesintérêtsfon- présidentieldel’UMP
droitequelagauche», précise un proche qu’il ne fallait négliger aucun moyen pour «Qu’il convoque le Congrès, ou qu’il y damentauxdupays», conclut le ministre pour2012,dansun
du premier ministre. Dans les semaines lever les inquiétudes des spéculateurs. renonce, le président s’expliquera sur son de la Recherche, Laurent Wauquiez.■ entretienàL’Express.
qui viennent, Sarkozy a demandé à ses Même si le PS s’emploie à dénoncer en
troupes d’en tirer le maximum de bénéfi- Sarkozy«unpompierpyromane» le gou-
ces politiques, et de porter le fer contre vernement Fillon a beau jeu de dénoncer
un Parti socialiste présenté comme indif- «l’égoïsme politique» de l’opposition.
férent au nouveau consensus européen Mais porter le débat dans les médias ne
sur ce sujet. «Le président sait que pour veut pas forcément dire convoquer le
prendre l’ascendant psychologique, il faut Congrès. L’Élysée le sait, le projet de loi a
ÉtiennePintefavorableàunréférendum
L’ÉDITORIALISTE de RTL, Alain Duha- 4 juillet auprès de François Fillon, puis
mel,n’estpaslepremieràavoirpropo- le9aoûtsurEurope1,ensuggérantau
sé mardi l’organisation d’un référen- chef de l’État de passer par la voie ré-
dum sur la «règle d’or» pour ne pas férendaire. «C’est une démarche
risquer un vote négatif du Parlement gaulliste. Mettre dans la Constitution
enCongrès.Lapaternitédecetteidée, cette disposition est suffisamment
jugéepérilleusepolitiquement,revient importantpourquelepeuplepuissese
au député UMP des Yvelines Étienne prononcer», argue Étienne Pinte, qui
Pinte.Ceprochedupremierministrea nesefaitguèred’illusionsursapropo-
plaidé en faveur du référendum le sition. S.H.
HortefeuxveutquelePSvive
son«momentdevérité»
Car l’ex-ministre de l’Intérieur trou-JUDITHWAINTRAUB
ve que leur position est tout sauf claire.
POUR BRICE HORTEFEUX, «la règle Si la France conserve son triple A sur les
d’orfaitpartiedel’intérêtcollectif». In- marchés, le PS mérite selon lui un«tri-
vité hier du « Talk Orange-Le Figaro », pleC» pour la«cacophonie» qui a do-
le vice-président du conseil national de miné son université d’été, la «catas-
l’UMP a assuré qu’il ne devait pas y trophe budgétaire» qu’il provoquerait
avoir d’«d’arrière-pensées, de calculs s’il était au pouvoir et la «calamité»
politiciensdanscedomaine».«Ilyades que constituerait son projet. «Il n’y a
momentsbienparticuliersdansl’Histoire pas eu une idée nouvelle à La Rochelle le
où il faut savoir dépasser ses intérêts week-end dernier, a-t-il affirmé. Ils
égoïstespourdéfendrecequiestl’intérêt auraient pu dire exactement la même
général», a-t-il lancé à l’adresse des chose en 2007, en 2002 Le monde chan-
socialistes. ge,l’Europechange,laFrancechange,le
Le conseil vaut-il pour Nicolas PSnebougepas.»
Sarkozy, qui aura à décider après les sé-
Les«moutonsnoirs»duPSnatoriales de septembre s’il prend ou
non le risque de soumettre la règle d’or Sauf en ce qui concerne ses « moutons
au Parlement réuni en congrès ?«C’est noirs ». Mardi soir, sur Canal +, Martine
au président de la République d’en déci- Aubry a glissé qu’elle pensait «la même
der», a prudemment répondu son chosequebeaucoupdefemmessurl’atti-
principal lieutenant, en reprenant l’ar- tude de Dominique Strauss-Kahn vis-à-
gumentaire de l’UMP sur le «moment vis des femmes». «Il y a quelques mois
de vérité» qu’il serait salutaire de faire encore,lePSavaitl’intentiondeprésenter
vivre aux socialistes. DominiqueStrauss-Kahnàl’électionpré-
sidentielle, a persiflé le dirigeant de
l’UMP.Lessocialistesdécouvrentaujour-
d’huiqu’ilsdoiventprendredesdistances,
c’estsansdouteunpeutard.»
C’est avec le même «étonnement»
teinté de satisfaction que Brice Horte-
feux constate le durcissement du ton du
PS vis-à-vis de Jean-Noël Guérini de-
puis que l’UMP en a fait une cible privi-
légiée. Le président du conseil général
des Bouches-du-Rhône, soupçonné
dans l’affaire de marchés publics de dé-
charges qui éclabousse son frère, est
convoqué par la justice le 8 septembre.
«M. Guérini était jusqu’à il y a très peu
de temps très courtisé, a rappelé Brice
Hortefeux, et aujourd’hui, bizarrement,
il est dénigré.» L’ancien ministre de
l’Intérieur a pris note des déclarations
de Martine Aubry et d’Harlem DésirBRICEHORTEFEUX,
mais il donne «rendez-vous le 8 sep-hier,danslestudio
tembre» à la direction du PS pour voirduFigaro.S.SORIANO/LEFIGARO
si elle met ses menaces à exécution.■
Cerjeudi1 septembre2011 LEFIGARO
Sarkozyetlacohérence Kadhafiaccusédeviolpar
duvolontarisme sesex-«amazones»6 international L’ANALYSEDEPIERREROUSSELIN PAGE15 WWW.LEFIGARO.FR/INTERNATIONAL
Sarkozycélèbre
leréveil
duleadership
européen
Devant les ambassadeurs de France, hier,
le chef de l’État a tiré les leçons de la guerre
en Libye et du relatif effacement américain.
États-Unis se sont mis en retrait, pers-
ALAINBARLUET
pectives électorales obligent : l’appel a
DIPLOMATIE Comme regonflé par ses servi de fil rouge, hier, au propos prési-
actions reparties à la hausse sur l’index dentiel. Explicitement même, car «le
international, Nicolas Sarkozy a délivré président Obama a présenté une nouvelle
une feuille de route volontariste aux am- visiondel’engagementmilitaireaméricain
bassadeurs réunis hier à l’Élysée pour qui implique que les Européens assument
leur traditionnelle conférence annuelle. davantagedeleursresponsabilités», a-t- NicolasSarkozy,hier,aumilieudesambassadeursdeFrance,réunisaupalaisdel’Élysée. WOJAZER/REUTERS
Tirant les leçons d’une «année excep-
tionnelle» marquée notamment par l’in- etc’estsonhonneur,prendrel’initiativeet si, au Proche-Orient,«lerôledesÉtats- d’abordendemeurerlapremièrepuissance
tervention en Libye, le chef de l’État a AuProche-Orient, montrer le chemin à deux moments déci- Unis est incontestable et irremplaçable», économique», a rappelé Nicolas Sarkozy
souligné qu’«à travers l’initiative de la sifs». Autant de choix«justes,politique- a-t-il souligné. Mais «ils ne peuvent en embouchant la trompette de la défense«lerôledesÉtats-Unis
FranceetduRoyaume-Uni,lesEuropéens ment et moralement» qui ont permis de réussir seuls», a dit Nicolas Sarkozy en de l’euro, qui s’est imposé depuis dix ans
estincontestableont démontré pour la première fois qu’ils concrétiser, «pour la première fois» le soulignant que l’Union européenne«ne comme une«monnaieforte,tropforteet
étaientcapablesd’intervenirdefaçondé- principe de la responsabilité de protéger, peutsecontenterd’unstrapontindansune stable». «Je veux dire aux spéculateursetirremplaçable,maisils
cisive, avec leurs alliés, dans un conflit a enchaîné Nicolas Sarkozy. négociation qui la concerne au premier quenousneleslaisseronspassedéchaînernepeuventréussirseuls»
ouvertàleurporte». Pas comme en Bos- S’agissant de la Syrie, il n’a certes pu chef». Une négociation dont«lamétho- sans réagir», a-t-il lancé. Le chef de
nie, en 1995, où«lesAméricainsontfait que déplorer hier le statu quo actuel en den’estpaslabonne», a rajouté Nicolas l’État a rappelé les deux piliers sur les-
le travail que les Européens auraient dû il dit. En vantant l’ardente obligation lançant un anathème fort contre Bachar Sarkozy, en indiquant que la France quels doit «reposer la zone euro» :
faire», a dit Nicolas Sarkozy qu’on sait européenne, Nicolas Sarkozy n’en a pas el-Assad : «Il a commis l’irréparable.» «travaille» pour que l’UE s’exprime d’abord un véritable gouvernement éco-
hanté par le souvenir de Srebrenica. pour autant mis son drapeau tricolore Certes aussi, «au-delà de la Libye, l’Eu- d’une seule voix lorsque se posera, plus nomique, «qu’il n’aurait pas été possible
Des Européens qui doivent être néces- dans sa poche. En France et en Côte rope est menacée de rétrécissement stra- tard ce mois-ci, le cas de la Palestine à depréconiserilyaunanencore». Deuxiè-
sairement plus engagés alors que les d’Ivoire, s’est-il félicité,«laFranceasu, tégique», a-t-il dit, compte tenu notam- l’ONU. Dans le contexte des révolutions me pilier, une «coordination et une sur-
ment de la baisse de ses efforts de arabes, la«glaciation» du processus de veillance accrue» des politiques écono-
défense. Le fer de lance européen se ré- paix au Proche-Orient est«uneformede miques. Un chantier ardu auquel la
sume au duo franco-britannique… scandale», s’est indigné le chef de l’État. France entend s’attacher avec l’Allema-
Mais la nouvelle donne transatlanti- La diplomatie française ragaillardie ne gne, envers et contre tout. Cette nouvelle
que, tangible au sein de l’Otan durant peut faire l’impasse sur la crise financière étape de la convergence des deux écono-«LaFranceagagnélerespect
el’affaire libyenne, impose aux Européens qui a pesé durant ces dernières semaines. mies devrait coïncider avec le 50 anni-
de prendre l’initiative, a déclaré en subs- «Pour peser de tout son poids politique versaire du traité de l’Élysée, en jan-duPentagone»
tance le président de la République. Ain- dans les affaires du monde, l’UE doit vier 2013, a anticipé le chef de l’État.
est«unexempledeleadershippourlereste
LAUREMANDEVILLE
del’Alliance», a confié un haut responsa-
CORRESPONDANTEÀWASHINGTON
ble militaire qu’elle cite.
DEPUIS qu’elle est arrivée sur le campus Et pourtant, ce qui est intéressant dans
de l’American University il y a quelques cette reconnaissance d’une France apte au Ladiplomatierusse
jours, la jeune étudiante de master en combat et à prendre l’initiative est qu’elle
science politique Charlotte de Wailly n’en se fait à mi-voix et, dans une large mesu- déboussoléeparleprintempsarabe
revient pas d’entendre les étudiants en re, à contrecœur à Washington. Attachée
relations internationales qu’elle rencon- à son leadership militaire, obsédée par ses série de juteux contrats pétro- militaires».
PIERREAVRIL
tre lui dire leur admiration pour l’action batailles internes, l’Amérique observe ce liers, militaires et ferroviaires, Échaudé par l’épisode libyen,
CORRESPONDANTÀMOSCOU
de Nicolas Sarkozy.«Ilestpro-atlantiste qui se passe en Libye du point de vue de sa signés sous l’ère Kadhafi. «La le président Dmitri Medvedev
etilafaitdusuperboulotenLibyeenassu- contribution. Soit les analystes, encoura- L’EXPÉRIENCE libyenne a coûté Russie a perdu la partie. Elle ne opposera son veto, au nom du
mantleleadershipalorsquenoushésitions gés par la communication de la Maison- cher à la Russie et son onde de sera présente à Paris que pour sacro-saint principe de non-in-
àlefaire», lui ont-ils confié.«Quandon Blanche, louent l’approche d’Obama et sa choc devrait se faire ressentir sauver la face», résume l’ana- gérence, à toute résolution onu-
arrivedeFranceoùilesttellementcritiqué, «victoiresilencieuse», sa capacité«àdi- encore longtemps. C’est un di- lyste des questions internatio- sienne prônant le recours à la
l’enthousiasmeestfrappant», note la jeu- rigerdepuislescoulisses», sans apparaître plomate de second rang que nales Fiodor Loukianov. Un pis- force dans le pays. Moscou esti-
ne Française en riant. Ce mouvement po- au premier plan, comme le fait David Moscou a envoyé aujourd’hui à aller, selon cet expert : sur me d’ailleurs que ses alliés occi-
sitif de l’opinion, après les flots de fiel dé- Remnick dans leNewYorker. Soit, dans le Paris, en la personne de Mikhaïl l’échiquier diplomatique de dentaux se rangeront à ses vues.L’Ouest«versés sur la France par les tabloïds sillage des ténors conservateurs, ils expli- Marguelov, qui aura officielle- Moscou, la Libye n’a jamais «L’Ouest n’engagera aucune
n’engageraaméricains à la faveur de l’affaire DSK, té- quent qu’Obama a affaibli le leadership ment pour tâche de convaincre constitué une pièce maîtresse. hostilité contre le Syrie pour la
américain en refusant de s’engager à fond aucune ses partenaires du G8 que le Il en va tout autrement avec la simple raison qu’une telle inter-
et en laissant l’Otan en première ligne. Les Kremlin a«soutenuleprintemps Syrie, dossier sur lequel la Russie ventionserefléteraautomatique-hostilitécontre«LaFranceajouéun
mots France et Grande-Bretagne sont ra- arabe», selon la propre expres- est aujourd’hui certaine de gar- ment sur la sécurité d’Israël»,arôlemajeur»enLibye, laSyriepour
rement prononcés sur les ondes. sion de l’émissaire. affirmé hier l’ambassadeur russe
«gagnantlerespectdu En réalité,«ilestdifficilepourlePenta- lasimpleraison Il y a quelques mois, alors que auprès de l’Otan, Dmitri Rogo-«LaRussiePentagone,quiregardait gone, de s’habituer à une position secon- l’offensive rebelle s’enlisait, zine.aperdulapartie.qu’unetelleaveccondescendance daire», note Elizabeth Bumiller. Selon Mikhaïl Marguelov, président du Elleneseranombred’armées intervention Moscoujouelamontreune source diplomatique française, cette comité international du conseil présenteàPariseuropéennes» sereflètera de la Fédération, avait tenté de De la Chine à l’Iran en passanthésitation américaine entre admiration et quepoursauver
ELISABETHBUMILLER,NYT
scepticisme reflète en réalité une bataille jouer les missi dominici entre le par le Brésil et l’Afrique du Sud,surlasécurité laface»
interne au Pentagone entre deux appro- Conseil national de transition et la Russie compte ses soutiens etFIODORLYOUKANOVd’Israëlmoigne de l’agréable surprise qui a saisi ches. L’une en ligne avec la vision « réa- le régime de Kadhafi, faisant la poursuit sa diplomatie arabe pa-»
DMITRIROGOZYN,les élites politiques de Washington, en ob- liste » de la Maison-Blanche, estime que navette entre Benghazi et Tripo- der la main. Moscou est le prin- rallèle. Mardi, le chef adjoint du
AMBASSADEURRUSSE
servant la gestion de la crise libyenne par l’Amérique doit s’habituer à partager le li. Peine perdue : Moscou a vite cipal fournisseur d’armes de la ministère des Affaires étrangè-AUPRÈSDEL’OTAN,
Paris et Londres. Comme le note un ré- leadership,«c’est-à-diresesrisquesmais été dépassé par les événements. Syrie, possède depuis 1971 une res, Mikhaïl Bogdanov, s’est
cent article duNewYorkTimes, oubliée la aussilagloire». Ulcéré par le soutien militaire au base militaire à Tartous, dans rendu à Damas pour rencontrer
période de 2003, où l’Amérique dépei- L’autre clan, unilatéraliste, resterait sol apporté par l’Occident aux l’ouest du pays, et voit en Bachar Bachar el-Assad, et a réclamé un
gnait les Français comme«dessingesdé- très méfiant vis-à-vis de partenaires jugés rebelles libyens – en contradic- el-Assad le garant de la stabilité «arrêtdesviolences,d’oùqu’el-
faitistes mangeurs de fromage» et expli- peu fiables. Échaudé par une Europe qui a tion selon lui avec la résolution régionale. Une amitié qui a été lesviennent». Cet été, des séna-
quait que «le dernier char produit par la pris l’habitude de laisser l’Amérique assu- 1 973 de l’ONU qu’il s’était sim- nouée de longue date, sous l’ère teurs russes auraient également
Franceavaitsixvitesses,toutesbranchées mer l’essentiel du fardeau militaire, sans plement abstenu de voter - le soviétique. Hier, le Comité de rencontré des représentants de
sur la marche arrière». «Quelque chose doute veut-il en savoir plus sur la viabilité pouvoir russe s’est senti trahi solidarité avec les peuples de Sy- l’opposition syrienne. Mais ces
s’estpassé…LaFranceajouéunrôlema- budgétaire de nos ambitions avant de se par Londres et Paris. rie, un lobby pro-el-Assad assez démarches ne doivent pas faire
jeur» en Libye, «gagnant le respect du laisser séduire et vérifier qu’elles iront au- Aujourd’hui, la Russie refuse influent dans le pays, a dénoncé illusion. Moscou reste décidé à
Pentagone,quiregardaitaveccondescen- delà des considérations électoralistes pré- toujours de reconnaître le CNT l’existence d’un «complot jouer la montre, sans craindre
dance nombre d’armées européennes», sentes dans le calcul de Sarkozy. Notam- (ex-rebelles) comme «seule contre la Syrie organisé par des outre mesure de se voir doublé
écrit Elisabeth Bumiller dans le quotidien ment dans la période incertaine qui autorité» du pays et s’apprête, forces extrémistes impérialis- par l’Occident sur la scène di-
new-yorkais. L’action militaire de Paris s’ouvre en Libye. logiquement, à perdre toute une tes», causant la mort «de 500 plomatique.
CEUX QUI CHANGENT LE MONDE SONT À MARSEILLE
DÉBATS 14/15 OCTOBRE - PALAIS DU PHARO www.rencontrescapitales.com
CerLEFIGARO jeudi1 septembre2011
Dossierspécial:
Révoltesarabes 7international
WWW.LEFIGARO.FR/INTERNATIONAL
LanouvelleLibyes’échafaudeàParis
Laconférencequisetientaujourd’huidoitnotammentsepenchersurlesortdesavoirsgelésàl’étranger.
N’estdoncconcernéeàcestadequ’une «annulées»parunedécisioninverse.Le ternel, affirmant que «20000 hommes obstat à l’intervention militaire et rechi-
ALAINBARLUET
petitepartied’unemannebiendifficileà Comité des sanctions, qui s’est prononcé armés» étaient prêts au combat. Dans le gnentàappuyeràfondleCNT.«Ilfautles
DIPLOMATIE Laquestiondesavoirsgelés évaluer, compte tenu de sa diversité ces derniers jours, ne peut agir qu’à la même temps, un autre rejeton du Guide, cajoler», dit-on à Paris, où l’on préfère
àl’étrangerseraaucentredelaconféren- (participations, investissements, biens marge,pourraisonshumanitaires. Saadi,sedisaitmandatéparsonpèrepour s’enremettreàunerésolutionplusgéné-
ce des «amis de la Libye», organisée immobiliers…) et de sa répartition sur Àquandunerésolution?ÀParis,onne négocieravecleCNT…voiremêmeprêtà ralequi,lemomentvenu,préciseralerôle
aujourd’huiparlaFrance.Unesoixantai- tous les continents, en Europe, dans le veutpasseprécipiter.Carmêmesilelevier serendre. del’ONUdanslaremisesurpieddupays.
ne de délégations, dont 13 chefs d’État, Golfe,enAsieetauxÉtats-Unis.Dansce financier est essentiel, la transition reste «Nousvoulonsnousgarderlapossibilité Un sujet dont Ban Ki-moon parlera
sont attendues. «L’occasion pour les Li- pays,l’argentlibyenreprésenteraitquel- incertaine.Hiersoir,l’undesfilsdeKad- de recourir aux frappes tant qu’il le fau- aujourd’huiaveclesreprésentantslibyens
byens d’exprimer leurs besoins en aide que40milliardsdedollars.Etlàcomme hafi,Seïfal-Islam,amisengardelesrebel- dra», explique un diplomate. Des pays etlesmembresduConseildesécurité,tous
d’urgence»,souligne-t-onàl’Élysée,où ailleurs, la transparence reste à faire lescontreunassautcontreSyrte,lefiefpa- comme la Chine digèrent mal leur nihil présentsàParis.■
sedérouleralarencontre. autourdelatraçabilitédecesfondsetde
Pourfairefaceauxpremièresnécessi- leursbénéficiaires.
tésd’unpaysfrappéparsixmoisdeguer-
Desdizainesdemilliardsre, manquant d’eau et d’électricité, le
Conseil national de transition (CNT), Hors de Libye, les avoirs sur lesquels le
l’organe politique de la rébellion, a sou- clanKadhafiavaitlahautemainoscillent
haité disposer rapidement de 5 milliards entre50et180milliardsdedollars,selon
de dollars sur les fonds de Mouammar les sources. «On peut raisonnablement
Kadhafiàl’étranger.L’ONUadéjàdonné parlerdeplusieursdizainesdemilliardsde
son feu vert pour débloquer 1,6 milliard dollars», estime-t-on dans l’entourage
dedollarsimmobilisésenGrande-Breta- de Nicolas Sarkozy. «Une cinquantaine
gne et 1,5 milliard aux États-Unis. La de milliards de dollars, d’après les pays
France,poursapart,ademandéledéblo- avec lesquels nous avons travaillé», pré-
cagede1,5milliardd’eurosavantlafinde cise-t-on. «Mais on ne nous a peut-être
la semaine, sur les 7,6 milliards d’euros pastoutdit…»
détenus dans ses banques. Par ailleurs, Ledégeldelatotalitédesavoirspassera
l’Unioneuropéenneaindiquéhierqu’elle parunenouvellerésolution,assure-t-onà
comptaitleverdèsdemainunepartiedes l’Élysée.Lessanctionsfinancièresprévues
sanctions prises contre des sociétés pé- parlesrésolutions1970et1973duConseil
trolièresetdesportslibyens. desécuritédel’ONUdoiventeneffetêtre
Latensionmonteentremilices
rivalesaprèslamort
d’unchefmilitaireàBenghazi
ÀBenghazi,lesLibyenssesontrassembléshierpourcélébrerlepremierAïdel-Fitr,lacérémoniequimarquetraditionnellementchait à faire rentrer dans le rang toutes
PIERREPRIER lafinduRamadan,del’èrepost-Kadhafi. AL-FETORI/REUTERSles milices, dont plusieurs sont dirigéesENVOYÉSPÉCIALÀBENGHAZI
pardesislamistes.
DANSlesalonderéceptiondeleurvilla, Sans vouloir devancer la justice, Ta- armes livrées par le Qatar.» Le riche tribudeYounes,etdestribusquilasou- noyées dans la joie du premier Aïd el-
celledeleurpèreassassiné,lestroisfils req,MoatassemetHussamestimentque émiratduGolfe,membredelacoalition tiennent. Leur ultimatum devrait expi- Fitr sans Kadhafi. Les rues étaient dé-
du général Abdel Fattah Younes fixent les islamistes ont bénéficié de soutiens anti-Kadhafi,aeffectuédenombreuses rer au même moment que celui donné sertées par les habitants, qui ont couru
un ultimatum: «Si le résultat de l’en- ausommetduCNT.Ilsrappellentquele livraisons de matériel, souvent par par le CNT à Syrte, bastion kadhafiste, les boutiques jusqu’aux petites heures
quête sur la mort de notre père n’est pas jour de sa mort, leur père avait été ra- avion,avecl’accorddel’Otan. pour se rendre. Un mauvais moment demercredimatin,pouracheterlesca-
entièrement connu le quatrième jour de menédufrontsurconvocationdel’ex- Quoiqu’ilensoit,cescertitudessont pour Benghazi. Hier, ces vives tensions deaux traditionnels, gâteaux et vête-
l’Aïd, nous réagirons.» L’Aïd el-Fitr, la vice-premier ministre Ali Aïssaoui, li- ancrées dans les esprits des Obeidat, la n’apparaissaient pas au grand jour, mentspourlesenfants.■
fêtedefinduRamadan,aétécélébréele mogé depuis. Une convocation dont le
30 août. La date butoir est donc fixée à président du CNT, Moustapha Abdelja-
samedi, le 3 septembre. Le gouverne- lil, a par la suite déclaré n’avoir pas eu
ment provisoire, le Conseil national de connaissance.Legénéralesttombédans
transition (CNT), a promis de publier à unpiège,ditTareq:«Ilm’aappeléd’une
cettedatelesconclusionsdesinvestiga- voiture, me disant qu’il avait été arrêté
tionsjudiciaires.LegénéralYounes,an- par une force de 400hommes et qu’on le
cien ministre de l’Intérieur de Kadhafi, ramenait à Benghazi. Il a été emmené à
devenulechefmilitairedelarébellion,a l’université,quiservaitdebaseàdesmili-
été assassiné à Benghazi dans des cir- ces.Nousnel’avonsjamaisrevuvivant.»
constancestroublesle23juillet.Depuis, Le corps du général a été retrouvé le
sesfilsréclamentlavérité.Hussam,in- lendemain. D’après les rapports médi-
firmier,Tareq,ingénieuretMoatassem, caux, il avait été affreusement torturé.
étudiant en médecine, disent ne pas Pouvait-il s’agir d’une vengeance per-
êtresseulsàprendredate.«Plusdecent pétréepardesvictimesdelarépression
tribussontavecnous»,assurent-ils. mise en œuvre à Benghazi du temps de
Kadhafi? Les motifs ne manquent pas.
Leaderstribaux Ses fils assurent que c’était bien le chef
Undocumentaeneffetétésignépar119 militaire de la rébellion qui était visé,
représentants tribaux, appartenant à la non l’ancien ministre de l’Intérieur. À
plupart des grands groupes libyens, au lesécouter,leurpèreétaitl’enjeud’une
début du mois d’août. Il exige une en- luttedepouvoir.Ilspointentdudoigtla
quêtetransparentesurlamortdugéné-
ral et l’intégration des milices sous un
commandement unique. Ces leaders AuposteavancédeNofilia,
tribauxsoutiennenttouslesObeidat,la endirectiondeSyrte,
tribu d’Abdel Fattah Younes. Quelques lesmembresdel’embryon
jours après sa mort, nombre d’Obeidat
avaient pris les armes pour descendre denouvellearméecôtoient
dans les rues de Benghazi. Afin de les deshommesàlabarbe
calmer,leCNTacouvertlavilledepos- broussailleusepeudiserts
tersrendanthommageaugénéral.Mais
les tribus demandent plus. Pour elles,
comme pour ses trois fils, Abdel Fattah présence au sein des autorités, aujour-
Younesaétéassassinéparcequ’ilcher- d’hui, de nombreux islamistes, Frères
musulmans et anciens du Groupe de
combat libyen, un mouvement qui se
revendiquedjihadisteetasubiuneter-
rible répression du pouvoir kadhafiste
danscetterégion,laCyrénaïque,àlafin
des années 1990. Un combattant de ce
groupe, Abdelhakim Belhadj, est réap-
paruenchefmilitairedeTripoli.Ilajuré
de fondre les milices en une seule ar-
mée.Maisàl’est,entoutcas,cetteinté-
grationnesemblepasenroute.Auposte
avancédeNofilia,endirectiondeSyrte,
les membres de l’embryon de nouvelle
armée côtoient des hommes à la barbe
broussailleusepeudiserts.
Ressentiment
LamortdugénéralYounescristalliseles
dissensionsentreceshommes,leCNTet
lestribus,plusconservatricesqu’extré-
mistes. Les ressentiments ne s’arrêtent
pas aux frontières libyennes. Le docu-
ment des tribus demande également la
LegénéralYounes,ancienministre création «d’une armée pour le pays, et
del’IntérieurdeKadhafi,devenulechef non contrôlée par des gens de l’exté-
militairedelarébellion,aétéassassiné rieur». Les fils d’Abdel Fattah Younes
àBenghazile23juillet. REUTERS accusent:«Lesmilicesontpris90%des
C