Magazine Le Figaro du 06 avril 2011
38 pages
Français

Magazine Le Figaro du 06 avril 2011

-

Description

Decouvrez le Figaro magazine du 06/04/2011

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 avril 2011
Nombre de lectures 19
Langue Français
Poids de l'ouvrage 8 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

1,40€ mercredi6avril2011 -LeFigaroN°20738-www.lefigaro.fr-Francemétropolitaineuniquement-Figaroscopevenduuniquementdanslesdépartements60,75,77,78,91,92,93,94,95.
Côted’Ivoire: 40Gbagboaccroché Figaroscope idéesaupouvoir desortieOùdîneravant pourlesjusqu’aubout
etaprèslecinéma enfantsPAGES6et7
“Sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloge flatteur” Beaumarchais
LeFigaroéconomie L’Italieouvre
PourPôleemploi lesportesdel’Europe
lechômage auxréfugiéstunisiens ProjetPS:
baisseraen2012
et2013PAGE20
Énergie:le plusd’État,gouvernement
limitelahausse
desprix PAGE21 plusdeBrossard
bientôt
racheté
parJacquet
PAGE23 dépenses
Sénatorialesà DSK, Royal, Hollande ou Aubry devront ront
Paris:guéguerre endosser un programme qui augmente
auseindela fortement la pression fiscale sur les Français.
fédérationUMP
PAGE5 LE PROJET du PS présenté çais. Le PS compte trouver niches créés depuis 2002,
hier par Martine Aubry des marges de manœuvre nous en annulerons
cherche à jouer la carte de financières en revenant 50 milliards», annonce leLibye:Kadhafi
la crédibilité économique. sur ce qu’il considère être texte. Ce qui revient à
Il est certes financé, mais les «mauvaises déci- dire : augmenter les im-chercheune
au prix d’une pression fis- sions » de la droite. Au to- pôts de 50 milliards.portedesortie cale accrue pour les Fran- tal,«surles70milliardsde PAGE4ETL’ÉDITORIALPAGE15
PAGE8
Laïcité:26propositionsUMPpour
encadrerlapratiquedesreligions
L’UMP a tenu hier sa gislative. Le secrétaire gé- peut maintenant «refer-
convention sur la laïcité néral, Jean-François Copé, merlapage», comme l’y a
qui, depuis deux mois, a estime avoir fait œuvre invité à la tribune FrançoisHaïti:Michel suscité une vive polémi- utile en organisant ce dé- Baroin. Le porte-parole duLe gouvernement de Silvio Berlusconi a décidé d’accorder des
que, y compris au sein de bat auquel ont finalement gouvernement s’est félicitéMartelly,le permis de séjour temporaires à des centaines de clandestins
la majorité. Le parti pré- participé des représentants que le parti ait «réaffirmé
tunisiens qui sont arrivés dans l’île italienne de Lampedusa.chanteurdevenu sidentiel a adopté 26 pro- de toutes les grandes reli- unecertaineidéedelalaïci-
Ces derniers voient ainsi s’ouvrir les portes de l’espace positions, dont certaines gions, ainsi que de nom- té» grâce à son secrétaireprésidentPAGE16
Schengen, une citadelle aux remparts bien fragiles. PAGE9 auront une traduction lé- breux ministres. L’UMP général. PAGE3
AffaireTapie:
laCourdes HISTOIRE DUJOURcomptestrès
critiquePAGE10 Lesreineségyptiennesavaient
grM Vingt-Trois déjàlesartèresbouchéesdénonceune
st-ce l’abus de bonne chère, inhé- disséquées virtuellement, ont raconté lesFrancemarquée
rent au mode de vie royal, un man- chercheurs en présentant leurs travaux àpar«lapeur» Eque d’activité physique ou encore un congrès de cardiologie américain.
PAGE10 une prédisposition génétique ? La reine Ces cas d’athérosclérose, les plus anciens
égyptienne Ahmose-Henutempet, morte connus à ce jour, confirment donc que
à la quarantaine il y a quelque 3 600 ans, cette maladie n’a rien de moderne. Les
avait déjà des artères en piteux état. Égyptiens qui vivaient ilya35 siècles ne
En examinant intégralement sa momie au fumaient pas de tabac, mangeaient moins
scanner, des chercheurs américains ont de viandes et de graisses que nous et
mis en évidence de nombreuses plaques étaient physiquement plus actifs. Et pour-
d’athérome, ces dépôts de graisse et de tant, ils souffraient des mêmes prédispo-
calcium qui encrassent les vaisseaux et sitions aux accidents cardio-vasculaires.
font le lit des infarctus et autres attaques Les plus fatalistes y verront un argument
cérébrales. Des lésions de même nature en faveur de l’importance des facteurs gé-S.KAMBOU,C.HERMANN/AFP-
N.NASSER/AP-L.LUNG-F.BOUCHON, ont été retrouvées chez sa sœur, la prin- nétiques, contre lesquels il est difficile de
J.-C.MARMARA/LEFIGARO cesse Ahmose-Meyret-Amon, et plus gé- lutter; les plus optimistes une raison de
néralement chez la moitié de 44 momies commencer encore plus tôt les mesures de ChronomatÉricBessonBessonon
de la haute société égyptienne antique prévention SANDRINECABUT
Invité
du«Talk k
DÉBATS&OPINIONS RENDEZ-VOUSOrange-
L’ÉDITORIALd’YvesThréard PAGE15LACHRONIQUELeFigaro» o»
d’Alain-GérardSlama LECARNETDUJOUR PAGE13
PAGE3
Cultedelaprévention, APARTÉd’AnneFulda PAGE38
rejetdelasanction PAGE15Ministredel’Industrie TOUTEL’ACTUALITÉSURlefigaro.fr WWW.BREITLING.COM
ALG:185DA. AND:1,50€. BEL:1,50€. DOM:2,10€. CH:3,20FS. CAN:4,25$C. D:2,10€. A:3€. ESP:2,10€. GB:1,70£. GR:2,30€. ITA:2,30€. LUX:1,50€. NL:2,10€. H:830HUF.
PORT.CONT.:2,20€. SVN:2,30€. MAR:14DH. TUN:2,5DTU. USA:4.25$. ZONECFA:1600CFA. ISSN0182.5852
M 00108 - 406 - F: 1,40 E
3:HIKKLA=]UVYUY:?k@o@a@g@a;
CARLOHERMANN/AFP
Cmercredi6avril2011 LEFIGARO
2 recto VERSO
CarlosGhosn,PDGdeRenault,dévoile
lenouveauplanstratégiquedugroupepour
2013,le10févrierdernier. BOUCHON/LEFIGARO
Depuis la vraie fausse
projet dans lequel Renault et Nissan ont investi 4 mil-
liards d’euros, était perceptible fin juillet, juste avantaffaire d’espionnage,
que le « corbeau » n’accuse dans une lettre anonyme
deux des trois cadres de toucher des«pots-de-vin».Àles 12000 salariés
l’époque,LeFigaro dévoile le prix envisagé par Renault
pour sa Zoe électrique prévue pour mi-2012 : moins dedu Technocentre
15000 euros, plus un abonnement mensuel pour la
batterie. Une chasse aux sorcières est lancée pour sa-de Guyancourt sont
voir qui a parlé. Suspecté, un attaché de presse reçoit
des e-mails accusateurs de sa hiérarchie. C’est ensuitedéstabilisés. Ils ont perdu au tour d’un conseiller du PDG d’être pressé de ques-
tions, pour avoir déjeuné avec le journaliste.«Ilfallaitconfiance en leur uncoupable», se souvient un témoin.
«Insécuritépermanente»direction et déplorent
Ce mauvais roman noir témoigne aussi, pour beau-
coup, de la perte des valeurs de l’ex-Régie.«Aprèslala déshumanisation
nationalisation,en1945,etjusqu’àLouisSchweitzer,le
prédécesseurdel’actuelpatron,Renaultétaituneen-d’un fleuron industriel.
treprisepaternaliste,considéréecommeunevitrineso-
PARCYRILLEPLUYETTE ciale.Elles’esttransforméesanstransitionenungrou-
pemondialisé,basésurlaculturedurésultat», ajoute
un ancien cadre dirigeant, qui déplore sa«déshuma-
nisation». Cette transformation tiendrait au style
n apparence, rien n’a changé au Tech- même du PDG.«CarlosGhosn,c’estl’excèsd’esprit
nocentre de Guyancourt, en région pa- degéométrie.Mêmelesproblèmeshumainssonttraités
risienne. Chaque matin, les 12000 sa- de façon analytique», critique un patron qui le
lariés du centre de recherche de connaît bien. Peu après son arrivée à la tête de l’en-
Renault se rendent de bonne heure treprise, en 2005, les trois objectifs du plan stratégi-
dans cet immense bâtiment aux allures que 2006-2009 sont déclinés à tous les niveaux hié-Ede vaisseau spatial. Ils franchissent des rarchiques. Une partie des rémunérations est
sas ultrasécurisés à l’aide de leurs badges électroni- indexée sur les résultats. Conséquence, en 2007, 31 %
ques, puis sont accaparés par l’urgence du quotidien. des employés du centre d’ingénierie sont en situation
Après tout, le constructeur, qui vient de lancer son de«travailtendu», selon une étude. Le récent déra-
plan stratégique 2010-2013, ne peut se permettre un page a également mis en lumière l’absence de con-
échec. Il faut aussi scruter les conséquences du séisme tre-pouvoirs chez Renault. La chaîne hiérarchique
au Japon, qui déstabilise l’allié Nissan et perturbe la s’est enfermée dans l’erreur, sans qu’aucune voix
chaîne d’approvisionnement. discordante ne s’élève.«DutempsdeLouisSchweit-
Si l’entreprise semble fonctionner normalement, zer, on pouvait s’exprimer librement, contester une
en réalité, rien n’est plus tout à fait comme avant, de- idée du patron. Aujourd’hui, tout le monde a peur»,
puis que cette affaire d’espionnage a fait «pschitt». Il raconte un cadre.«CarlosGhosnavul’audaceetles
suffit de tendre l’oreille à la cafétéria pour s’aperce- débats chez Renault comme des ennemis qui avaient
voir que des grains de sable commencent à gripper la conduitàdeséchecsl’AvantimeoulaVelSatis,
belle mécanique. «C’est devenu un triste feuilleton. sans comprendre que c’est aussi sur ces caractéristi-
Ons’échangelesdernièresnouvellessurl’affaire,puis ques que le groupe avait construit ses succès, comme
onessaied’oublierpourseremettreauboulot», soupi- l’Espace», renchérit un patron.
re un cadre. C’est ici, dans le centre névralgique du À la crainte qu’inspire le PDG, auréolé du sauveta-
constructeur, où sont conçues ses futures voitures, ge de Nissan, s’ajoute l’organisation matricielle qu’il a
que travaillaient Michel Balthazard, ancien directeur mise en place. Chaque manager est à la fois responsa-
de la division «amont et projets», Bertrand Rochet- ble d’un métier, d’une zone géographique et d’un
te, son bras droit, et Matthieu Tenenbaum, ex-ad- projet. Et doit en plus répondre aux exigences d’une
joint des véhicules électriques. Ces trois cadres accu- dizaine d’équipes transverses, focalisées sur des ob-
sés d’espionnage ont été débarqués le 3 janvier au jectifs précis, comme la réduction des coûts. Ces
matin, pour espionnage industriel. Après avoir mar- équipes, dirigées par de jeunes cadres qui rapportent
telé qu’il avait des preuves «multiples» de leur directement au boss, ont été inventées par lui pour
culpabilité, Carlos Ghosn, le PDG, a admis le 14 mars, éliminer les baronnies. Mais l’encadrement, écartelé
au journal télévisé de 20 heures, s’être trompé.
Paranoïa
Chez les Renault, c’est l’écœurement. Car pendant
plus de deux mois, ces managers, qui ont pour la plu-
part fait toute leur carrière dans l’entreprise et sont
d’une fidélité sans limite, ont relayé auprès de leur Leprofondmalaise
équipe, les«certitudes» de la direction à l’encontre
des trois cadres « chassés ». Le Technocentre avait
déjà été traumatisé, fin 2006 et début 2007, par le sui-
cide de trois salariés. «Aujourd’hui, le personnel de
Renault, surtout en France et dans l’ingénierie, est
ébranlé.Saconfianceennouss’estdégradée », recon- descadresdeRenault
naît Patrick Pélata, le directeur général délégué, dans
un message publié sur l’intranet. Pour lui, l’entreprise
«doitseprotégerdèsquelerisqueestélevé.Aurisque hiculeélectriquesansentendreenretourladéfiance», direction a conscience d’avoir licencié trois cadres entre plusieurs objectifs, ne sait plus où donner de la
del’injustice». Ces justifications ont choqué. Un pro- se plaint un employé sur l’intranet. Ce sentiment est sans preuve et que tout repose sur un mystérieux in- tête. «En théorie, la multiplication des contrôles de-
fond malaise s’est diffusé chez les 54000 salariés fran- largement partagé.«Mêmenosamisnousprennentà formateur, connu du seul Gevrey. Les excuses de Car- vraitempêcherlesdérives.Maiscommetoutlemonde
çais de Renault.«Chacunseditqu’ilauraitpusere- partie.C’estdémoralisantdevoirl’imagesedétériorer los Ghosn, sur TF1, ont aussi fait grincer des dents. estresponsabledequelquechose,enréalitépersonnene
trouverdanslapeaudecescadres.Unedirectionquia quandonsebatpouraméliorerlaqualitédesproduits», «Lefaitqu’ilrenonceàsonbonusn’arienrésolu, lâche l’est,ettoutreposesurletopmanagement.Cesystème
agiavecunetellelégèretéestcapabledetout, s’inquiète témoigne un ingénieur. un responsable commercial. Pire, la découverte du laisse prospérer des poches de médiocrité. Il faut
un ingénieur.ChaquefoisqueCarlosGhosnetPatrick À la cantine du Technocentre, les derniers rebon- montant(1,6milliond’euros)qu’ils’apprêtaitàtoucher convaincre tellement d’interlocuteurs, si l’on veut se
Pélata s’adresseront à nous dans un amphithéâtre, dissements alimentent toutes les conversations. Der- amismalàl’aise.Lesingénieurs,quin’avaientpasreçu faireentendre,quelaplupartdesgenspréfèrentsetaire
j’aurai en tête leur comportement dans nièrement, les salariés ont découvert deprimependantlacrise,ontmesurélesannées-lumiè- etobéirauxordres », se plaint un cadre.«Noussom-
cettehistoire.» La violence avec laquelle avec stupéfaction un enregistrement pi- requilesséparaientdeleurpatron.» mesdansl’insécuritépermanente,personneneprendle
ont été traités les espions imaginaires rate diffusé dans la presse. On y entend, Plus grave, un pernicieux sentiment d’insécurité rè- tempsderéfléchir», complète un autre.
suscite l’indignation. Michel Balthazard, le 14 février, Christian Husson, le direc- gne à Guyancourt.«Onréfléchitàdeuxfoisavantd’en- Désormais, le personnel attend une totale transpa-
emembre du comité de direction, plus de teur juridique, et M Jean Reinhart, voyerunfichierélectronique.Onsedemandesiunein- rence sur la façon dont ont été prises les décisions
trente ans de maison, n’a même pas été l’avocat du groupe, sommer Dominique formation est confidentielle, ou pas. Tout devient plus dans cette histoire. Les premières conclusions de l’en-
reçu par la direction. «Ils ont eu de la Gevrey, un membre du service de sécu- compliqué.J’enarrivemêmeàrépondreàdescollègues quête confiée à un cabinet externe seront présentées
chance qu’aucun de ces cadres n’ait été rité de Renault aujourd’hui mis en exa- que je ne dispose pas des dossiers qu’ils me demandent au conseil d’administration le 11 avril, à quelques se-
plus abîmé psychologiquement ou n’at- men, de dévoiler l’identité de sa « sour- pour ne pas prendre de risques», admet un manager. maines d’une assemblée générale qui promet d’être
tente à sa vie», observe un salarié. ce ». Leur panique est palpable, dans Les salariés ont également peur de s’exprimer à l’exté- houleuse. Le gouvernement a demandé que des«res-
«Nous avons été humiliés publiquement. cette scène aux dialogues dignes des rieur. «J’espère que le fait de vous parler ne me nuira ponsabilités individuelles» soient pointées. Mais il ne
JenepeuxplusparlerdeRenaultouduvé- Tontons flingueurs. Dès cette époque, la pas», déclare d’entrée de jeu l’un d’eux. Pendant l’in- semble pas vouloir décapiter l’entreprise, détenue à
terview, dans un restaurant pourtant loin de son lieu de hauteur de 15% par l’État. Pas plus que les syndicats.
travail, il ne cessera de regarder nerveusement autour Parmi les salariés, beaucoup souhaitent«qu’ilyaitduLepersonneldeRenault,surtout de lui. Un autre envoie ce SMS après l’entretien :«Je ménage». Et certains n’hésitent plus, en privé, à ré-
vousdemandedegarantirmonanonymat,ycomprissur clamer la tête de Carlos Ghosn, actuellement protégéenFranceetdansl’ingéniérie,estébranlé. mafonction.Jenepeuxpasmepermettredeproblèmes par son rôle de ciment de l’alliance Renault-Nissan.
encemoment.» L’affaire révèle la paranoïa qui entoure «Noussommessouslefeudesmédias,maiscelapasse-Saconfianceennouss’estdégradée»« la voiture électrique, dont les secrets «risquaient de ra», a-t-il déclaré en substance à ses troupes. Pas sûr
PATRICKPÉLATA,DIRECTEURGÉNÉRALDÉLÉGUÉ BOUCHON/LEFIGARO fuiter» vers la Chine. Cette hypersensibilité, sur un toutefois que les salariés lui pardonnent.
12, boulevard de Bonne Nouvelle - 75010 PARISCROISIÈRES, CONFÉRENCES, VISITES GUIDÉES
Tél. 0149491550CROISIÈRE et vols inclus dans le programme CROISIÈRES
E-mail : info@rivagesdumonde.fr
EN BIRMANIE EN ALBANIE www.rivagesdumonde.fr LES C IVILISATIONS A U L ONG C OURS
Je souhaite recevoir la brochure 2011 :12 JOURS/11 NUITS 8 JOURS/7 NUITS
Au fil de l’Irrawaddy - Birmanie
Escales en Albanie
AU FIL DE L’IRRAWADDY DES TRÉSORS MÉCONNUS
MONSIEUR MADAME MADEMOISELLE
YANGON, BAGAN, MANDALAY… MONTÉNÉGRO, CROATIE, ALBANIE,
NOM PRÉNOMCORFOULE PAYS AUX TOITS D’OR ADRESSE
à bord du M/Y Pegasus
à bord du Road to Mandalay VILLE CODE POSTALDÉPARTS de Paris les 5, 12, et 19 juinDÉPART de Paris le 9 octobre 2011 Culturelles, francophones, nos croisières enrichissent votre détente ADRESSE MAIL18 et 25 septembre 2011
M/Y Pegasus Coupon à retourner à Rivages du Monde : 12 boulevard de Bonne Nouvelle 75010 Paris
A
IM075100099 - Garantie APS
FigQuot06/04et09/04/2011

LEFIGARO mercredi6avril2011
«Laïcité:l’importanceLeTalkenvidéo
del’espritdelaloide1905» 3WWW.LEFIGARO.FR/LE-TALK francePOLITIQUE
LATRIBUNED’ÉMILEPOULATPAGE14>
Laïcité:Copé
espèreavoirfait
œuvreutile
Après sa convention, l’UMP veut clore deux mois
de polémiques, y compris dans la majorité.
nistres présents ont compris le message.
JEAN-BAPTISTEGARAT Jean-FrançoisCopé
Les absents aussi sans doute, FrançoisETJUDITHWAINTRAUB (surl’écran),
Fillon en tête. FrançoisBaroin
DROITE Ouf ! Tous les dirigeants de Le parti présidentiel peut maintenant etGillesBernheim,
l’UMP, Jean-François Copé en tête, «refermerlapage», comme l’y a invi- grandrabbin
l’ont pensé, mais seule Nadine Morano a té à la tribune François Baroin. Le por- deFrance,
exprimé à voix haute son soulagement te-parole du gouvernement, qui avait hieràParis.
SORIANO/LEFIGAROd’en avoir fini, après la convention laissé transparaître des réticences, a
d’hier, avec ce«fichudébat» sur la laï- rendu un hommage appuyé à son
cité. La formule n’est pas de la ministre «ami» Copé en jugeant que l’UMP a quelques années, et distribuée aux res- cessité d’une loi qui généralise le re- Il a fallu l’intervention du journaliste
été«utileauprojetprésidentiel» parce ponsables politiques. Au cas où cet cours aux baux emphytéotiques, façon Farid Hannache, coauteur avec l’imam
qu’elle a«réaffirméunecertaineidéede ouvrage se serait«perdudanslesméan- habituelle pour les collectivités publi- Hassan Chalgoumi de Pour un islam de
«Silesintégristes lalaïcité». Il a, aussi, souligné les limi- dresdel’administration», a-t-il ironisé. ques de financer indirectement la France, pour que les objectifs politiques
ontledroitdedébattre, tes de l’exercice en expliquant que la Ce fin politique - il est également aumô- construction des lieux de culte. «Pour de l’intégrisme soient explicitement rap-
lesrépublicains République disposait déjà d’un arsenal nier des parlementaires - a précisé qu’il les églises, nous pouvons faire et nous y pelés à la tribune. «Il n’y a pas de délit
enontledevoir!» de textes«quirèglentàpeuprèstoutes représentait l’Église catholique, en pre- mettons les orgues, s’est-il écrié. Mais blasphématoire pour un débat, a-t-il ex-
nosproblématiques», à l’instar de celle nant soin de rappeler qu’elle avait déjà pourlafuturemosquéedeMarseille,iln’y pliqué. L’UOIF (Union des organisationsFARIDHANNACHE,JOURNALISTE
des minarets qui «relève du Code de dépêché une représentante, en décem- apaslessous!» islamiques de France)amontéilyaquel-
de l’Apprentissage, mais du secrétaire l’urbanisme». On peut, selon lui, bre, au débat sur la laïcité que le PS avait La construction de nouveaux lieux de que temps un débat sur la laïcité et l’isla-
général, qui a rappelé les«insultes» et «conforter» les dispositions existan- organisé à l’Assemblée. culte pour les musulmans est la seule ré- mophobie. Si les intégristes ont le droit de
les «amalgames sordides», par exem- tes, mais guère plus. ponse envisagée par l’UMP au problème débattre, les républicains en ont le de-
Nouveauxlieuxdeculteple avec la France des années 1940, aux- C’est également l’avis exprimé par des prières dans la rue. Jean-François voir!» Une réponse cinglante, d’autant
quels il a eu droit ces deux derniers Matthieu Rougé, prêtre du diocèse de Heureusement pour le secrétaire géné- Copé a même signalé hier qu’il n’était plus qu’elle émane d’un musulman, aux
mois. Et pas seulement de la part de la Paris. En réponse au projet de«codede ral de l’UMP, Jean-Claude Gaudin a mis «pas obligatoire d’en faire des tonnes» adeptes de la théorie du complot qui prê-
gauche, même si au sein de la majorité, lalaïcité» de l’UMP, l’une des 26 propo- toute son autorité de maire de Marseille sur le sujet, qu’il a réduit à un simple tent aux organisateurs de ce débat les ar-
le ton a été plus feutré. Se tournant vers sitions présentées lors de la convention dans la balance pour proclamer la né- problème de voie publique. rière-pensées les plus machiavéliques.
les rangées réservées au gouvernement, (nos éditions d’hier), il a promis à Jean-
le chef du parti majoritaire a d’ailleurs François Copé de lui offrir à nouveau la
lancé : «C’est bien que nous fassions les compilation de toute la réglementation
choses en équipe.» Les nombreux mi- sur la laïcité réalisée par le diocèse il y a
Fillondénoncele«procès»faitàGuéant
LE PREMIER ministre a dénoncé hier le coupées en morceaux, avec les bonnes
«véritable procès» fait à Claude vieilles méthodes des procès stali-
Guéant,quiasuscitéunenouvellepolé- niens», a lancé François Fillon à l’As-
mique après des propos sur les musul- semblée, en réaffirmant à Guéant tout
mans.Leministredel’Intérieuraestimé son «soutien». Le président de l’As-
lundi,enmarged’undéplacementàNan- semblée, Bernard Accoyer, s’est dit lui
tes,que«l’accroissementdunombrede aussi «scandalisé» par ces attaques.
fidèles(musulmans),etuncertainnom- «On ne se laissera pas intimider»,
bredecomportements,commelaprière confie-t-on dans l’entourage du minis-
danslarue,posentproblème».«Iln’ya tre.Aulendemaindudébatsurlalaïcité
aucune raison pour que la République organiséparl’UMP,ClaudeGuéantsere-
accorde à une religion particulière plus trouveenpremièrelignepourmettreen
dedroitsqu’ellen’enaaccordésen1905 musique les mesures que le gouverne-
à des religions anciennement ancrées mentretiendra.Ilenréserveralaprimeur
dansnotrepays»,a-t-ilajouté.LePSa aux représentants des cultes, reçus le
vivement critiqué ces propos. «Ces 15avrilPlaceBeauvau.
phrases sont sorties de leur contexte, SOLENNDEROYER
PourBesson,leconsensus
aeffacélestensionsàdroite
Il n’y a pas de «fracture» à l’UMP entre sociaux
et tenants de l’ordre, estime le ministre.
son. Et hier matin encore, au petit déjeu-
JEAN-BAPTISTEGARAT ner de la majorité,«ilyavaitunconsensus
ÉRIC BESSON l’assure : il n’y a pas besoin autourdelatablesurtouslessujetsabor-
de trêve entre les ténors de la majorité, dés», y compris le débat sur la laïcité. De-
entre François Fillon et Jean-François vant le bureau politique de l’UMP, Fran-
Copé, puisque tout est aujourd’hui aplani. çois Fillon avait pourtant fait connaître
Tout juste le ministre de l’Industrie re- ses réserves à l’encontre de cette conven-
connaissait-il, hier sur le plateau du tion, voulue par Nicolas Sarkozy et orga-
« Talk Orange-Le Figaro », une«tension nisée par Jean-François Copé, estimant
endébutdesemainedernière». C’est«in- qu’un tel débat risquait de«stigmatiser»
contestable», précisait-il. Mais depuis la les musulmans de France. Mais pour Bes-
«miseaupointavecunpactedetravailen son, les propositions mises sur la table
commun établi dès le mardi matin», tout hier«devraientrassurertoutlemonde».
serait en ordre.
L’«aubergeespagnole»duPS«Chacun a dit sa volonté de travailler
main dans la main, c’est l’expression de Ce débat est d’autant plus essentiel qu’il
Jean-François Copé», précise Éric Bes- répond, selon lui, aux attentes des Fran-
çais.«Lasociétéfrançaise,onlevoitbien
aveclamontéeduFN,abesoind’unretour
aux sources républicaines», estime-t-il.
C’est-à-dire «marcher sur deux jam-
bes» : la République sociale et l’ordre ré-
publicain. Le ministre de l’Industrie ne
croit donc pas à une «fracture entre les
partisans d’une politique régalienne et
ceux d’une République sociale», fracture
qui est la principale motivation de Jean-
Louis Borloo à quitter l’UMP.
Pas plus qu’il ne croit au programme
présenté par le PS. «C’est une auberge
espagnole, où chacun visiblement peut
trouver ce qu’il veut», explique celui qui
avait participé à l’élaboration du projet
socialiste en 2006.«Datéetpresquedéjà
obsolète», le document présenté hier par
Martine Aubry est à ses yeux«unhymneÉRICBESSON,
aux impôts» et se révélera «beaucouphier,danslestudio
pluscoûteux» que les 25 milliards d’eurosduFigaro.J.-C.MARMARA/LEFIGARO
annoncés.
TEL. 01.55.35.20.205.35.20.20
Amercredi6avril2011 LEFIGARO
«Ledéprimisme Infographie:leprojetPS
socialiste» décryptépardeuxexperts4 francePOLITIQUE
L’ÉDITORIALD’YVESTHRÉARDPAGE15 WWW.LEFIGARO.FR/POLITIQUE
LeprojetPSaugmenteraitlapression
fiscalede50milliardsencinqans
Si elle arrivait au pouvoir, la gauche reviendrait sur les déductions fiscales de la droite.
Du coup, le projet est certes financé, d’impôt recherche». Mais au total, «sur Au total, la moitié de l’argent récupéré
MARIEVISOT
mais au prix d’une pression fiscale large- les 70 milliards de niches créées depuis par la hausse de la pression fiscale ira aux
ÉCONOMIE Martine Aubry a présenté ment accrue pour les Français. Explica- 2002, nous en annulerons 50 milliards», dépenses supplémentaires pour les me- Propositions
hier officiellement les propositions du PS tions : le PS compte trouver des marges annonce le texte. Ce qui revient à dire : sures en faveur de la compétitivité, de
pour la campagne présidentielle de 2012. de manœuvre financières en revenant augmenter les impôts de 50 milliards. l’emploi, de l’éducation, de la santé et de phares
Destiné à servir de base au programme sur ce qu’il considère être les « mauvai- la sécurité, à raison de 5 milliards par an.
Lesheuressupplémentairesdu futur candidat, le texte veut jouer la ses décisions » de la droite. Après avoir L’autre moitié serait consacrée à la ré- Rétablissementdel’âge
carte de la crédibilité économique : examiné au peigne fin toutes les niches Le projet socialiste précise par exemple duction du déficit. «La condition du suc- légaldelaretraiteà60ans
«RedressementdelaFranceetredresse- fiscales et sociales créées depuis 2002 que les emplois d’avenir pour les jeunes cès,c’estlerétablissementdesfinancespu- Créationde300000
mentfinanciersontinséparables», peut- (bouclier fiscal, niches sur l’ISF, sur l’im- (3,6 milliards) seront financés par la bliques», plaide-t-on au PS. «Nous «emploisd’avenir»
on lire en préambule. Compte tenu du pôt sur le revenu et sur l’immobilier, dé- suppression de la détaxation des heures voulonsinverserlacourbedeladetteleplus pourlesjeunes
contexte particulièrement tendu pour taxation des heures supplémentaires, supplémentaires, «qui rend les embau- rapidementpossible-dèsdébut2014-pour Créationd’uneallocation
les finances publiques, «on ne peut pas TVA réduite dans la restauration, aligne- chespluschères,quiadétruit90000em- quelesmargesdemanœuvresoientconsa- d’étudespourlesjeunes,
promettreautantaujourd’huiqu’en2002 ment de la fiscalité des stock-options, plois et bloque tout espoir de baisse du créesnonpasaupaiementdesintérêtsmais sousconditionderessources
ou en 2007», explique Michel Sapin a bonus sur les revenus du travail…), la Rue chômage». Pour financer «l’améliora- àdespolitiquespubliquesnouvelles», ren- Prioritéàl’écoleprimaireet
tout va. Pour ce projet, «nous n’avons de Solferino prévoit ainsi de supprimer tion des aides au maintien à domicile des chérit Michel Sapin. L’objectif est un re- aupremiercycleuniversitaire
pas voulu partir de la liste de ce qu’on ou recalibrer celles qui sont «trop coû- personnes âgées dépendantes» et que tour « du déficittrèsnettementendessous nRefontedesrythmes
voulait faire et ensuite chercher les teuses, inefficaces ou injustes». «Nous chacune puisse«déciderdesonmodede de3%duen2017». À condition que scolairesetdesprogrammes
moyens de les réaliser mais au contraire n’allons évidemment pas tout remettre en vie», la gauche prévoit de rétablir la fis- la prévision de croissance retenue par le PS Miseenplace
commencer par l’évaluation des possi- cause, relève Michel Sapin.Nousnesom- calité sur les grosses successions à son - une hausse du PIB de 2,5 % en moyenne duCVanonyme
bles», détaille le député de l’Indre. mes pas pour la suppression du crédit niveau d’avant 2007. sur les cinq années - se réalise… Passagede20à25%
delogementssociaux
parcommune
Construction
de150000logements
sociauxparan
Augmentationdelataxe
surleslogementsvacants
Plafonnementdesloyers
pourlapremièrelocation
ouàlarelocation
Plafonnementdessalaires
despatronsd’entreprises
oùl’Étatestprésent
Fusiondel’impôtsur
lerevenuetdelaCSG
avecprélèvementàlasource
Taxationdesrevenus
del’épargneauniveau
desrevenusdutravail
Taxeeuropéennede0,05%
surlestransactions
financières
Augmentationdesdroits
dedouanepourlespaysne
respectantpaslesnormes
socialesetenvironnementales
Modulationdel’impôt
Lepatrondu Laprésidente Entant Candidat surlessociétésenfonction
FMIn’apasété dePoitou- quepremière déclaré del’investissement
directement Charentesa secrétaire, auxprimaires, Créationd’unebanque
associéà faitpasserses elleapiloté iltient
publiqued’investissement
l’élaboration idéesentoute lapréparation àsapriorité,
Légalisationdumariageduprojet. discrétion. duprojet. lajeunesse.
homosexueletdel’adoption
parleshomosexuels
Créationde10000postesDominique SégolèneRoyal MartineAubry FrançoisHollande
degendarmesetpoliciersStrauss-Kahn Distancée Ladéfense Engagé (surcinqans)
Créationdezonesducollectifmaisdéterminée maislibreIlobservedeloin desécuritéprioritaire
Favori des sondages, le directeur géné- Elle a insisté et obtenu ce qu’elle voulait : La première secrétaire a gagné son pari : À l’automne dernier, François Hollande Créationd’emplois
ral du FMI semble raccord avec le projet l’inscription dans le projet de la pénalisa- obtenir l’assentiment de tous sur le pro- s’était clairement démarqué des proposi- demagistratsetdegreffiers
du PS, si l’on en juge par son discours tion des entreprises qui réalisent des bé- jet socialiste pour 2012.«C’estuntravail tions du PS lors de la convention sur supplémentaires
prononcé lundi à l’université George- néfices et qui licencient. Mais si Ségolène collectif», s’est-elle félicitée. Après le l’égalité réelle. Les proches de l’ancien Créationd’unepolice
Washington. Dominique Strauss-Kahn Royal se satisfait du projet («ilyaunso- bon résultat des cantonales, c’est le premier secrétaire du PS avaient dénon- desquartiers
a dénoncé le «côtéobscur» de la mon- cle, il y a une base, il y a une boîte à deuxième signal qu’attendaient les par- cé la«hotteduPèreNoël». Cette fois, le Sortieprogressive
dialisation, comme un écho au préam- outils»), elle ne s’interdit toutefois pas tisans de Martine Aubry pour souligner député de Corrèze, candidat déclaré aux dutout-nucléaire
bule du projet du PS qui dresse un état d’y apporter sa touche personnelle. que sa légitimité comme leader du PS est primaires, a salué le travail réalisé.«Je Réinvestissement
des lieux crépusculaire du monde, de «Chacunprendralalibertédedirequelles renforcée. En proposant un changement me reconnais dans le cadre qui me paraît d’unepartiedesprofits
l’Europe et de la France.«Ilestclairque sontsespriorités», a-t-elle assuré. L’ex- de«modèledesociété» et en s’ancrant à cohérent(…)sérieux,etdanslesproposi- desgroupespétroliers
lacroissancedoitsefaireavecunedistri- candidate de 2007 n’a pas renoncé au gauche, le texte reprend ses positions, tionsquisontfaites», a-t-il déclaré hier Introductiond’unedose
bution des revenus plus équitable», a thème de «l’ordre juste» qu’elle avait même si certaines de ses expressions ne sur France Inter. Le projet«engage» les deproportionnelle
ajouté DSK. À Paris, Jean-Christophe porté en 2007 et qui ne figure pas dans le sont pas reprises, comme la défense du candidats, a-t-il convenu. Avec une auxélectionslégislatives
Cambadélis s’est déclaré satisfait, quali- texte. Très en retard sur ses concurrents «justeéchange». Sur le nucléaire, autre nuance cependant :«Ceseraaucandidat Votedesétrangers
fiant le projet du PS de«bonprogramme dans les sondages, elle compte sur la nuance :«personnellement,jepensequ’il de faire à la fois l’ordre des priorités, de auxélectionslocales
pourunebonnegauche(…),sérieuxmais campagne des primaires pour avancer de faudra sortir du nucléaire» a-t-elle dé- donnerlethèmeprincipaldelacampagne Créationd’undroit
surtout efficace». Un projet qui n’em- nouvelles propositions nées des universi- claré. Le texte préconise de «sortirdela etdecompléteréventuellementlespropo- àlacompensation
pêche en rien, selon lui, le retour de tés populaires participatives qu’elle dépendance du nucléaire et du pétrole». sitions, voire même d’en écarter certai- delaperted’autonomie
DSK :«Ceprogrammen’estfaitnicontre continue d’organiser. Elle est convaincue Ses partisans rêvent désormais d’avan- nes.» François Hollande insiste sur deux Régularisationdesimmigrés
quelqu’un, ni pour quelqu’un mais pour que la donne changera, dès lors que la lis- cer vers une candidature. Martine Aubry priorités : la jeunesse et la réforme fisca- surlabasedecritèresclairs
répondre aux Français et redresser la te des candidats sera définitivement ar- attend juin pour faire connaître sa déci- le, qui se retrouvent dans le projet socia- ettransparentsetcontrats
France.» rêtée. sion. liste. d’accueiletd’intégration
F.-X.B. N.B. N.B.F.-X.B.
Unmélanged’idéesnouvellesetderecettesanciennes
une France en«crisedesens»,«ravagé nevousapaséchappéquenousnesommes chant que certains, dont je suis, estiment quenousl’avonsprévu», a-t-elle assuré.
NICOLASBAROTTE
parlechômage,lesinégalités,larelégation plusaupouvoirdepuislongtemps», justi- qu’ilfautallerplusloin», a-t-elle déclaré. Le bout pour elle, c’est juin, date du dépôtETFRANÇOIS-XAVIERBOURMAUD
sociale(…) lamontéedesincivilitésetdela fiait lundi le porte-parole Benoît Hamon. «Personnellement, je pense qu’il faudra des candidatures. Mais elle a aussi tenu un
LE MONDE a changé, la France et les violence gratuite». Martine Aubry s’en Certaines propositions sont le fruit sortir du nucléaire». Théoriquement, le propos ambigu, quand elle a été interro-
Français aussi. Et les socialistes ? En dé- est aussi pris à Nicolas Sarkozy au mo- texte peut évoluer jusqu’au vote final par gée sur sa priorité :«Jevouslediraiquand
voilant leur projet pour 2012, ils espèrent ment où à l'UMP, «on débattait de l’is- les militants, en mai. jeseraicandidate.» Certains y ont vu unMartineAubryl’aentoutconvaincre qu’ils seront à la hauteur des lam». «Un président doit réconcilier les D’ici là, la direction du PS compte or- signe ; Martine Aubry jure qu’on l’a mal
attentes nées de la crise. Martine Aubry Français», a-t-elle assuré. casassuré:c’esten ganiser une centaine de débats dans les comprise. Elle a corrigé en complétant sa
l’a en tout cas assuré : c’est en écoutant Pour répondre à cette situation, le PS départements. Un porte-parole du projet phrase :«Sijelesuis».écoutantlesFrançaisque
les Français que le PS a bâti son texte. mise sur ses trente propositions. Le projet a été nommé : Jean-Marc Ayrault. Marti- Pour l’instant, la compétition entre leslePSabâtisontexte.«Noussommesallésàleurrencontre»,a socialiste mélange idées nouvelles (ban- ne Aubry devrait participer elle-même à prétendants reste maîtrisée. Pour
rappelé la première secrétaire. Les socia- que publique d’investissement, encadre- quelques déplacements. Les socialistes Guillaume Bachelay, la plume du texte,
listes en sont revenus avec l’expression ment des loyers, limitation des écarts de d’un arbitrage politique délicat, comme espèrent installer le débat sur leurs posi- «on nous promettait les pires déchaîne-
de«l’angoissed’undéclin» et«l’inquié- salaire dans les entreprises à participation la question du nucléaire. Le projet promet tions. «Il faut fixer le décor», dit Benoît mentsautourduprojetetnousavonsleplus
tuded’undéclassement».«“L’assistance publique…) et recettes anciennes. Sur les de«sortirdeladépendancedunucléaireet Hamon. beaurassemblement.Ilenirademêmepour
n’est plus publique, l’éducation n’est plus emplois jeunes, les socialistes assurent du pétrole». Martine Aubry aurait sou- Les socialistes voudraient faire vivre les primaires». Les socialistes veulent
nationale, la sécurité n’est plus sociale”, que l’idée avait fonctionné sous le gou- haité une formulation plus en phase avec leur projet… Jusqu’au début des primai- croire qu’ils pourront débattre sans se di-
nousa-t-ondit», a rapporté la patronne vernement Jospin. Quant à la fusion de les positions des écologistes. «Aujour- res ? Pas question pour Martine Aubry de viser, se différencier tout en défendant le
du PS. D’où la trame très sombre du l’impôt sur le revenu et de la CSG, dans le d’hui,cedébatcontinue.Ilyauneposition changer ses plans. «Nous avons un che- même texte. Les uns et les autres enten-
préambule du projet socialiste qui décrit tiroir de la gauche depuis longtemps :«Il quenousavonsunanimementactéeensa- min, je suis têtue. J’irai jusqu’au bout tel dent mettre en avant leurs priorités.
C
J.-C.MARMARA/S.SORIANO/LEFIGARO;ÉRICBAUDET/FEDEPHOTO;M.MEDINA/AFPLEFIGARO mercredi6avril2011
5francePOLITIQUE
EN BREFDeuxsénateursUMPdeParis DécèsdeDeniseEsnous,
anciennecollaboratrice
dePompidou
DeniseEsnous,quifutchefpartentenguerrecontreJouanno dusecrétariatparticulierde
GeorgesPompidou,deJacques
Chirac,puisd’ÉdouardBalladur,
estdécédéesamediàl’âgeCatherineDumasetPhilippe
de83ans.Secrétairegénérale
adjointedel’AssociationDominatirefusentque
Georges-Pompidou,elles’est
éteintelejouranniversairedulaministredesSportssoit
décèsdel’ancienprésident
delaRépublique,le2avril1974.têtedelisteauxsénatoriales.
Conflitsd’intérêts:
SOPHIEDERAVINEL verslanomination
d’undéontologueSÉNAT Deux sénateurs UMP de Paris,
Catherine Dumas et Philippe Dominati, Lebureaudel’Assemblée
Lafédérationpartent en guerre contre Chantal Jou- nationaledevraitdécider
UMPdeParisannoetcontrelafédérationparisiennede aujourd’huilanominationd’un
estaccuséel’UMP. Ils accusent la fédération, prési- «déontologue»pourexaminer
devouloiredéeparledéputémaireduXV ,Philippe leséventuelsconflitsd’intérêts
privilégierGoujon, de favoriser la ministre des desdéputés.Lebureaudoit
ChantalJouanno
Sports qui souhaite être tête de liste aux examinerlesconclusions
auxprochaines
sénatoriales de septembre. Dans cette dugroupedetravailsur
électionsde
bataille, Dumas et Dominati affirment «lapréventiondesconflitsseptembre.
avoir le soutien du Sénat, de l’UMP et d’intérêts»misenplaceparleMATTHIEU
mêmeduchefdel’État.Onavance,dans présidentUMPdel’Assemblée,RONDEL/IP3
leur entourage, des propos qui auraient BernardAccoyer.
été tenus, de retour de Chine, par un droite parisienne. C’est bien inutile à la Embauché au cabinet de Chantal «l’écume habituelle» de la constitution
Jean-MarieLePenrelaxéconseillerdel’Élyséesurlafédérationde veillede2012»,ajouteCatherineDumas, Jouannocethiver,Jean-JacquesGianne- des listes et assure garder «le calme des
Paris:«C’estlamêmeeauquisoutientle alors que Philippe Dominati dénonce sini, secrétaire fédéral UMP de Paris, vieillestroupes».Illuienfaudraaussiface Accuséd’incitationàlahaine
bateauquiunjourpeutlefairechavirer.» «destactiquesquivisentl’éclatementplus s’indigne des accusations contre la mi- à Pierre Charon. L’ancien conseiller à racialepardesassociations
eLa commission d’investiture de l’UMP quel’unité». nistrequi«s’implantedansleXII,unar- l’Élyséesedit«assuré»defairesonsiège àcaused’affichesdecampagne
prévoit de se réunir mi-mai sur le cas Membre, comme Philippe Goujon, de rondissementdifficileoùelleseprésentera au Sénat, même en cas de dissidence. Il disantnonàl’islamisme,
toujourssensibledelacapitale. la commission d’investiture, le député auxlégislatives».«Toutlemonden’apas s’estrenduhieraudébatdel’UMPsurla Jean-MarieLePenaétérelaxé
e«Je ne peux plus me taire!», tonne maireduXVI ,ClaudeGoasguen,soutient ce courage», glisse-t-il, «certain» de laïcité«avecBriceHortefeuxetdesélusde hierparletribunal
pourtant Catherine Dumas. En pointe «lessénateurssortantsquiontfaitdubon l’intérêtdeFillonpourParis.Goujon,de Paris». Un geste de soutien à Copé correctionnel
travail». Mais surtout, derrière cette af- soncôté,conseilleauxélushostilesdene contre Fillon. «À Paris, prévient-il, les deNanterre.
faire,ilvoitvenirlesmunicipalesde2014. pas aller «trop loin». Mais il relativise allianceschangent.»Dominatidénonce ChantalJouannoadéjàindiquéqu’ellefe-
«destactiques rait campagne à Paris avec François
Fillon, si le chef du gouvernement déci-quivisentl’éclatement
daitdeselanceraprèss’êtreinstalléàPa-plusquel’unité» risauxlégislativesde2012.«SiFillonveut
êtrecandidat,lanceGoasguen,qu’ilsedé-
dansladéfensedesmétiersd’artetdela cide après la présidentielle, mais qu’il ne
gastronomie, la sénatrice dénonce «le profitepasdessénatorialespourplacerses
systèmedefonctionnementopaque»dela pions.» Parmi ces «pions», Claude
fédération et les «initiatives solitaires» Goasguen vise aussi Daniel-Georges
dePhilippeGoujon,qui«gèreleséchéan- Courtois, un ex-conseiller du premier
eces à venir de façon incompréhensible». ministre,éluduXV etsoutenuparPhi-
«Promouvoir Jouanno qui n’est pas élue lippeGoujonpourêtreenbonneplacesur
auConseildeParisetn’apasfaitsespreu- lalistesénatoriale.LalisteUMPpeutes-
vessurleterrain,maisquicherchesonas- pérercinqélusaugrandmaximum,trois
surance-vie, cela ne sert pas l’unité de la s’ildevaityavoirunelistedissidente.
ÀDijon,lescadresécolos
craignentune«primairesale»
Réunispourleurrencontreannuelle,lesélus
Vertsredoutentunnouveau«duelfratricide».
candidat.L’hypothèsed’unecandidatureRODOLPHEGEISLER
horsprimairedeHulotestredoutée.ENVOYÉSPÉCIALÀDIJON
Pour Emmanuelle Bouchaud (Pays de
ÉCOLOGISTESOccuper le terrain. Alors la Loire), «ce serait un gâchis total».
queNicolasHulottergiversetoujourssur Mais dans leur grande majorité, beau-
sastratégiepourannoncersacandidatu- coupconfientnepasavoirfaitleurchoix:
re, Eva Joly multiplie les apparitions de- «Ce qui devrait d’abord compter, c’est
vantlesmilitants.ÀDijon,hiersoir,ellea notreprojet.C’estdommagedenouscha-
profité des rencontres annuelles des élus mailler comme au PS.» D’autres s’aga-
régionaux d’Europe Écologie-Les Verts centducomportementdeHulot.«Ilnous
(EELV) pour répéter son envie de porter fait un caprice de star! S’il n’est pas
lescouleursdel’écologieen2012. content du vote de dimanche (fixant les
Samedidernier,àParis,elleavaitpro- modalités de la primaire, NDLR),il
fitéduconseilfédéraldupartipourinvi- n’avait qu’à venir. Il était invité.» Marie
terlescadresécolosdansuncabaretpari- Bové(Aquitaine),bienqueplutôt«jolys-
sien.«C’estlastratégieduLièvreetdela te»,espèrequ’uncompromissedégage,
Tortue.Maisàlafin,onsaitquigagne», «quitte à imaginer un ticket avec, pour-
ironisait hier un élu «hulotiste», qui quoipas,HulotentêteetJolyetDuflotder-
rappelait que son champion multipliait rière». «Ce serait le trio gagnant»,
lui aussi les rencontres. «Mais en petits croit-ellesavoir.
comitésetàl’abridescaméras»,ajoutait- Beaucoup d’élus craignent qu’«une
il.Auxterrassesdescafésdijonais,pour- primaire sale» ne casse leur dynamique
tant,lesconversationsn’étaientpastou- électorale.VéroniqueBérégovoy(Haute-
tes aussi sereines. Beaucoup avouent Normandie) joue la discipline de parti:
craindre un nouveau «duel fratricide» «Jesuiséluedeceparti.Àcetitre,jesou-
comme entre Alain Lipietz et Noël Ma- tiendrai le candidat désigné.» Laurence
mère, en 2002. À l’époque, les écolos Abeille (Ile-de-France) ne dit pas autre
avaientdûchangerencoursderoutede chose: «Je serai derrière le candidat du
parti. De toute façon, je ne crois pas que
Hulotpuisseseprésentersans!»
Laquestiondes500signaturespourse
présenter est posée. Sur le papier, EELV
dispose en effet d’un matelas de 400 si-
gnatures: celles de leurs 260 conseillers
régionaux, des 50 conseillers ou encore
des quatre députés et trois sénateurs.
Pour autant, le «scénario catastrophe»
d’une candidature «hors primaire»
n’estpasécartépartous.ChristopheRos-
signol (Centre) la brandit toujours. Pour
«mettrelapression»surladirection,ila
commencéàrécolterdessignaturespour
un «référendum d’initiative militant»,
qui,selonlesstatutsduparti,autoriseun
adhérentàredemanderunvote.D’autres
évoquent la possibilité d’une «motion
ponctuelle»,quipourraitêtresoumiseau
EvaJolymultiplielesapparitionsdevant congrès début juin. Soit une semaine
lesmilitants. LAFITE/WOSTOKPRESS:MAXPPP avantlepremiertourdelaprimaire…
01 42652875 - paris@canali.it - www.canali.it
Amercredi6avril2011 LEFIGARO
Suivezlesévénements
endirect6 international
WWW.LEFIGARO.FR
LACRISEENCÔTED’IVOIRE
Acculéàlareddition,Gbagbotente
uneultimenégociation
L’ex-président a demandé un cessez-le-feu mais refuse
de reconnaître la victoire de son rival Alassane Ouattara.
les affrontements semblaient avoir cessé les bases des FDS à l’exception de la pou-TANGUYBERTHEMET
dans la zone. La situation était très floue, drière d’Akouedo, un important dépôt deENVOYÉSPÉCIALÀABIDJAN
tout comme les positions respectives des munitions au nord d’Abidjan, et de la ca-
COMBATS Tout, dans la crise ivoirienne, Forces républicaines de Côte d’Ivoire serne d’Agban, où se concentraient les der-
tournait hier soir autour de Laurent Gbag- (FRCI), l’armée d’Alassane Ouattara et des niers engins blindés des stratèges « gbag-
bo, réfugié dans un bunker dans les sous- FDS, sur l’échiquier militaire qu’est deve- bistes ». Au petit matin, les survivants des
sols de sa résidence, et de ses ultimes re- nue depuis quatre jours la mégalopole ivoi- raids s’agitaient pour tenter, en vain,
quêtes, fantasques au vu de l’écroulement rienne.L’une des rares certitudes est que le d’empêcher les soldats français de prendre
de son régime et de la demande de cessez- quartier chic de Cocody, où se trouve la ré- le contrôle des deux ponts de la ville. Dans
le-feu de son armée. Le chef d’État sortant sidence de Laurent Gbagbo, reste au centre l’après-midi, ces ponts étaient empruntés
a refusé, comme le demandaient la France des opérations. Dans la matinée, des com- par des miliciens semblant prendre la fuite.
et l’ONU, de signer un document dans le- bats ont déchiré la Cité rouge, des loge- Les Abidjanais se prenaient hier à rêver
quel il renonçait au pouvoir et admettait la ments universitaires où se concentrent les d’une fin rapide à cette brutale bataille, à
victoire du président Alassane Ouattara, Patriotes et un poste de gendarmerie loya- laquelle, il y a une semaine encore, person-
élu au scrutin du 28 novembre dernier. liste. Mais le but ultime reste la demeure de ne ou presque ne croyait vraiment. Les ha-
« Pourquoi voulez-vous que je signe ça ? (…) Laurent Gbagbo. Pendant la nuit, les as- bitants, souvent privés d’eau, parfois
Si je reconnaissais la victoire de Ouattara, ça sauts des FRCI se sont succédé pour en d’électricité, en sont réduits à prier. «On
se saurait », a-t-il rétorqué dans un entre- prendre le contrôle. « C’est maintenant ne peut pas sortir. Il y a des gens en armes
tien à LCI. Et d’enjoindre son rival : « Que calme, mais les tirs ont été intenses. Toute la partout qui tirent sur tout ce qui bouge »,se
l’on s’asseye et qu’on discute. » « Je trouve nuit, c’était un enfer, on ne savait même plus désespère Georges, un résidant d’Adjamé,
absolument ahurissant que la vie d’un pays d’où les coups partaient », raconte un voi- couché depuis trois jours sur le sol de sa
se joue sur un coup de poker de capitales sin. Les FRCI seraient arrivées à moins de maison. Les blessés, touchés par des balles
étrangères », a-t-il lancé à l’intention de 100 m des grilles de la résidence avant que perdues ou des éclats d’obus, ne peuvent
Paris et de l’ONU, qui, depuis la nuit de la résistance des derniers miliciens de être conduits dans les hôpitaux. Des corps
lundi, mènent des discussions discrètes Gbagbo soit parvenue à endiguer l’offensi- jonchent les rues. L’ONU évoque une situa-
pour obtenir une reddition, notamment via ve. reconnaissait hier un officier des FRCI tion humanitaire catastrophique, un bilan
l’ambassadeur de France, Jean-Marc Si- qui espérait sans l’avouer que les négocia- dramatique. Les temps incertains qui s’an-
mon, dont la résidence jouxte celle de Lau- tions permettraient de mettre un terme à noncent pour Abidjan pourraient le rendre
rent Gbagbo. Dans la soirée, les pourparlers cette bataille de plus en plus insensée. plus lourd encore.
n’avaient pas débouché ; le ministre des
LadébandadedesmiliciensAffaires étrangères, Alain Juppé, disait Dimanche,desCasquesbleusjordaniens
patrouillentdansAbidjan. HAHN/APpourtant la France « à deux doigts de Dans le même temps, le général Philippe
convaincre M. Gbagbo de quitter le pou- Mangou, chef d’état-major des FDS, et les
voir ». Hier, Alcide Djédjé, le ministre des responsables de la gendarmerie et de la Le quartier de Cocody, enjeu des combats
garde républicaine, les généraux Kassaraté
et Dogbo Blé, ont appelé à un cessez-le-feu
L’hommes’accrocheau immédiat. Pour sa part, Nian, le secrétaire
général de la Fédération estudiantine etpouvoir,alorsquelesobus ONUCIA B IDJ A N
scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci), bastions’écrasenttoutprès Territoiresdes extrémistes pro-Gbagbo, réclamait lui
desonultimebastion aussi un arrêt des combats. RTI RIVIERA pro-Ouattara avantATTÉCOUBÉ
Seront-ils entendus ? Rien n’est moins l’offensive de début marsCOCODY
Affaires étrangères de Laurent Gbagbo, sûr. Autour de la résidence du président AmbassadeADJAMÉ Résidence Bouakédiscutait de nouveau avec les forces inter- déchu, des témoins affirmaient hier que
ONUCI de Gbagbo
nationales et les proches d’Alassane Ouat- des miliciens, qui n’obéissent que de très Ambassade YamoussoukroHôtel du Golftara, par l’entremise française. Rien ne fil- loin au commandement militaire, af- Duékoué
BLOKOSSOPLATEAUtrait sur le contenu de ces négociations. fluaient pour se livrer à un ultime et san-
glant baroud d’honneur. De leur côté, les Enlèvement Lagune ÉbriéPrimature GagnoaNovotelSituation très floue de 2 Françaisproches d’Alassane Ouattara redoutaient là Présidence (ville dont est originaire ABIDJANAprès le temps des interventions aérien- une énième manœuvre pour gagner du Laurent Gbagbo)
Pont Charlesnes, l’heure des combats au sol a sonné hier temps, une des stratégies favorites du pré- Pont Félix
de Gaulle ANOUMABOHouphouët- 100 kmdans Abidjan. Au matin, les canonnades de sident sortant pour éluder les problèmes, si MARCORYGarde
Boignyla nuit avaient fait place au claquement sec importants soient-ils. républicaine
des kalachnikovs et au son mat des tirs de Car l’issue de cette guerre absurde est ABOBOLagune
RPG. Les rues du Plateau sont pourtant dé- évidente pour tous. L’entrée en jeu, hier, KOUMASSITREICHVILLE CampÉbriésertes. Les derniers enragés des Forces de des hélicoptères de combat français et de ÎLE DE PETIT-BASSAM militaireCamp de
défense et de sécurité (FDS), encore fidèles l’ONU a encore un peu plus aggravé le dé- d’Akouédogendarmerie
à Laurent Gbagbo, ont pris position dans les séquilibre des forces. En à peine quelques d’Agban
immeubles. Mais, en début de soirée, tous heures, les MI-24 et les Gazelle ont détruit
ATTÉCOUBÉBIÉTRY
YOPOUGON COCODY
PLATEAU
Hôtel
WafouLe«coupdemain»dessoldats TREICHVILLEAéroport
Principaux combats international ÎLE BOULAY BIÉTRY
Félix Houphouët-françaisàladémocratie VRIDILieux de regroupement PORT-
Boigny VRIDIBOUËT PORT-des Français
BOUËTde façon aussi radicale contre les forces Base militaireISABELLELASSERRE 1 km 4 km de Laurent Gbagbo. Vu de Paris, la neu- eGolfe de Guinée (43 Bima)
MILITAIREMENT, l’affaire était large- tralité africaine défendue par la nouvelle
ment à la portée des forces françaises. politique africaine de Nicolas Sarkozy
Diplomatiquement, c’était comme mar- n’était plus tenable. Le chaos qui s’était
cher sur une ligne de crête. « Licorne » a emparé d’Abidjan prenait des allures de Nations unies adoptée mercredi, qui
donc frappé fort, avec quatre hélicoptè- guerre civile. Les tueries perpétrées par autorise « toutes les mesures nécessai-
res lancés à l’assaut des pièces les deux camps faisaient ressurgir res » pour mettre hors d’état de nuire les EnCôted’Ivoire
d’artillerie, des blindés et des deux des pires cauchemars de la « armes lourdes » menaçant les civils,
camps militaires de Laurent communauté internationale, était donc étroit. LAUREMANDEVILLE
Gbagbo. Avant de relâcher restée passive face aux mas- Le reste des actions françaises s’est fait
CORRESPONDANTEÀWASHINGTON
la pression pour voir l’ef- sacres de Srebrenica en plus discrètement, dans des clairières1650
fet obtenu. Bosnie en 1995 et face au ombragées, à l’abri des médias. Après L’AMÉRIQUE a longtemps été criti-soldats.Les frappes menées génocide rwandais en 1994. avoir fait tonner les canons et les missiles quée pour son interventionnisme uni-
composentlaforce
lundi soir par la force de de ses hélicoptères, la France a été la latéral. Va-t-elle l’être désormais pour
Licorneactuellement, Unecoordinationréaction rapide à la de- première à entamer, dans la nuit et se- son excès de prudence et son multila-contre900 directemande de l’ONU ont été in- crètement, des négociations avec le pré- téralisme ? Lourdement impliquée enhabituellement
terrompues hier, en tout cas Mais engager l’armée française sident déchu. Elle a aussi agi en amont. Afghanistan et absorbée par ses ba-
provisoirement. Un coup unique trop tôt, trop fortement ou de ma- Diplomatiquement en poussant très fort tailles budgétaires internes, l’Admi-
mais acéré, censé aider suffisamment les nière trop visible, fût-ce sous parapluie son projet de résolution sur les armes nistration Obama a visiblement décidé
hommes d’Alassane Ouattara pour leur onusien, aurait comporté d’autres ris- lourdes à l’ONU. Militairement en enca- de courir ce risque, en refusant de se
permettre de prendre le pouvoir, gagné ques. Les 12 000 expatriés français de drant, au minimum, les rebelles de mettre en première ligne dans les
en novembre dans les urnes et confisqué Côte d’Ivoire sont autant de cibles po- Ouattara avant qu’ils ne passent à l’of- conflits chauds de Libye ou de Côte
depuis par le président sortant. Une es- tentielles pour les Jeunes Patriotes de fensive. Les contacts téléphoniques éta- d’Ivoire. Une nouvelle doctrine
pèce de coup de main donné à la démo- Laurent Gbagbo. En 2004, une véritable blis lundi soir entre Nicolas Sarkozy et d’autolimitation du « gendarme » pla-
cratie. L’ancienne puissance coloniale, si chasse aux Français avait contraint Paris Alassane Ouattara prouvent, s’il en était nétaire qu’elle était jusque-là ?
souvent critiquée pour s’être portée mi- à évacuer d’urgence ses ressortissants. besoin, l’existence d’une coordination Dans les deux cas en tout cas, la Mai-
litairement au secours des régimes afri- Une intervention française d’envergure directe et au plus haut niveau, entre son-Blanche a endossé, au nom de la
cains, même les moins fréquentables, aurait également pu gêner les premiers l’Élysée et le président vainqueur des ur- morale et de la démocratie, la nécessité
lorsqu’ils étaient menacés par des rébel- pas au pouvoir d’Alassane Ouattara, s’il nes. La France n’est pas la seule à avoir d’une intervention militaire pour
lions, avait pourtant tenté de rester à avait dû son entrée dans le palais prési- aidé les rebelles à organiser leur offensi- « porter protection aux civils », refu-
l’écart des combats, ne voulant surtout dentiel à des étrangers. ve. Depuis les élections, de nouvelles ar- sant la passivité et le syndrome du
pas être impliquée une nouvelle fois dans Si les exactions commises par ses for- mes, notamment des mitrailleuses qua- Rwanda. Mais dans les deux cas, elle a
la crise ivoirienne. Mais les 900 soldats ces dans l’ouest du pays sont confirmées, druples, ont fait leur apparition sur les aussi décidé de laisser les premiers rô-
aguerris de « Licorne », portés à 1 650 il aurait été mal venu que Paris apparais- pick-up des Forces nouvelles. Une partie les à d’autres : la France, la Grande-Obamaaététrèsactifsurlevolet
ces derniers jours, étaient les seuls capa- se trop engagé auprès de ses forces. Le de l’équipement proviendrait du Nige- politiquedelacriseivoiriennelorsqu’elle Bretagne et d’autres alliés de l’Otan,
bles, parmi les 10 000 hommes de chemin d’une intervention française, ria. Mais le coup décisif pourrait bien aéclatécethiver,aulendemaindes épaulés par le Qatar et les Émirats ara-
l’Onuci, la force des Nations unies, à agir même pavé par la résolution 1975 des avoir été porté par la France. élections. PETESOUZA/THEWHITEHOUSE bes unis, en Libye. La France et les
CLEFIGARO mercredi6avril2011
Vidéo:lesinterventionsdeFillon «Parisaudéfidetenir
etJuppéàl’Assemblée troisfrontsmilitaires» 7international
L’ANALYSED’ALAINBARLUET PAGE15WWW.LEFIGARO.FR/INTERNATIONAL
LACRISEENCÔTED’IVOIRE
Lesportesdesortie
d’unperdant
L’ex-président pourrait négocier un départ en exil, mais
il se trouve sous la menace de la Cour pénale internationale.
CPI, Luis Moreno-Ocampo, a annoncé hier Bensouda, la Cour est«prêteàagirvite».
PIERREPRIER
que des pourparlers étaient en cours avec Mais le procureur, généralement prudent,
AFRIQUE DE L’OUEST Quelles portes de des pays d’Afrique de l’Ouest pour obtenir pourrait attendre de voir si Ouattara
sortie reste-t-il à Laurent Gbagbo, s’il dé- des informations sur des «atrocités dans confirme sa saisine une fois installé, ou si la
cide de signer un document de renoncia- l’ouest de la Côte d’Ivoire», sans préciser justice ivoirienne s’empare du cas du pré-
tion au pouvoir comme le lui demande Pa- quelle partie pourrait être inquiétée, si ce sident déchu. Dans ce cas, les tribunaux lo-
ris ? L’ex-président est sans doute tenté de n’est les deux. La décision d’un État mem- caux auraient préséance et la CPI leur lais-
négocier un exil pour lui et sa famille. Des bre de la CPI de lui soumettre le dossier serait la main.
pays africains pourraient-ils l’accueillir ? «serait très utile», a ajouté le procureur. Laurent Gbagbo peut-il être jugé en Côte
Selon l’Union africaine, la Mauritanie se Mais il n’a pour l’instant pas cité le nom de d’Ivoire ? Il n’est pas certain qu’Alassane
serait proposée. Son vieux compagnon de Laurent Gbagbo, seulement celui de Char- Ouattara souhaite donner l’image d’une
lutte Alpha Condé a été élu dans la Guinée les Blé-Goudé, le leader des Jeunes Patrio- « justice de vainqueur ». En outre, la posi-
voisine. Des pays comme l’Angola ou tes, les milices de Laurent Gbagbo, qui l’a tion du président élu n’est pas si simple.
l’Afrique du Sud l’ont soutenu presque jus- nommé ministre de la Jeunesse. L’enquête préliminaire de la CPI concerne
qu’au bout. Le Sénégal est exclu, tant les les événements de Côte d’Ivoire en général.
Escadronsde lamortrelations sont exécrables entre Gbagbo et le D’éventuels crimes commis par les troupes
président Abdoulaye Wade. Mais ce der- Pour Moreno-Ocampo «si ceux que Blé- de Ouattara pendant leur avance sur Abid-
nier a donné asile à un chef d’État condam- Goudé a incités à la haine commettent des jan pourraient eux aussi être examinés. En-
né en justice qui coule des jours sereins à crimes,ilserapoursuivi». Le procureur de fin, si Laurent Gbagbo réussissait à partir en
Dakar. La capitale sénégalaise abrite tou- la CPI évoque aussi «des généraux» res- exil, aurait-il les moyens de vivre ? Divers
jours le dictateur tchadien Hissène Habré, ponsables des escadrons de la mort chargés gouvernements, dont la France, ont lancé
condamné à mort par contumace dans son d’éliminer des opposants. Laurent Gbagbo, des enquêtes sur ses comptes à l’étranger, à
pays. De nombreux pays africains seraient dont le nom n’est pas mentionné, est ce- la requête de l’ONU qui en a demandé le
en tout cas prêts à accueillir ses proches, pendant l’objet d’une saisine de la CPI dé- gel. Mais les banques sont parfois longues à
«quellesquesoientleurserreurs», a précisé posée le 9 mars dernier par les avocats de répondre, surtout en l’absence de procé-
hier le ministre de la Défense Gérard Lon- Ouattara. Selon la procureur adjointe Fatou dure pénale en cours.
guet.
Laurent Gbagbo n’est à l’heure actuelle
l’objet d’aucune poursuite. Risque-t-il de
se retrouver dans le box de la Cour pénale
internationale ? La juridiction de La Haye
surveille la Côte d’Ivoire. Une enquête pré-
Laurentliminaire est ouverte. Le procureur de la
Gbagbo
sortd’un
bureau
devote,
le31octobreDeuxmilleétrangerssousprotectionde«Licorne» dernier
àAbidjan,
avant les bombardements par l’Onuci et tions techniques. Selon ThierrySTÉPHANEKOVACS lorsde
la force française « Licorne » de camps Burkhard, porte-parole de l’état-major l’élection
PARIS s’inquiète pour les quelque militaires, du palais présidentiel et de la des armées, deux milliers de ressortis- présidentielle
12000 Français de Côte d’Ivoire, dont résidence du président sortant. «Six ou sants étrangers ont été rassemblés sur les
7300 binationaux. Regroupés «sur une septélémentsarmés,entreillis,ontfaitin- différents points de regroupement à Abi- ISSOUF
basevolontaire» en«troispointssécuri- trusion dans le Novotel», situé en plein djan. Les autorités françaises ont en mé- SANOGO/AFP
sés» d’Abidjan en compagnie de plus de centre-ville, dans «une zone contrôlée moire les troubles de 2004, qui avaient
1200 étrangers, 700 à 800 ressortissants par le camp Gbagbo», a précisé un té- vu la communauté française prise pour
français se tiennent prêts à être rapatriés. moin. Les Français enlevés sont le direc- cible par des miliciens, conduisant à une
On est toujours, par ailleurs, sans nou- teur de l’hôtel et le président du conseil évacuation massive dans l’urgence.
velles des deux Français enlevés lundi d’administration du groupe agro-indus- La situation humanitaire à Abidjan est
après-midi à l’Hôtel Novotel d’Abidjan - triel ivoirien Sifca, Yves Lambelin. devenue «absolument dramatique»
avec un Béninois et un Malaisien. «Nous pour les civils pris dans les combats, a in-
Unesituation humanitairesommespleinementmobiliséspourdéter- diqué l’ONU. «La plupart des hôpitaux
«absolumentdramatique »mineroùilssontetquiestàl’originedecet ne fonctionnent pas, ils manquent d’oxy-
enlèvement, affirme un porte-parole du Après avoir pris le contrôle de l’aéroport gène… quant aux ambulances, elles ne «Lesoutiendestroupes
Quai d’Orsay.Notreambassademettout d’Abidjan, les forces françaises ont com- fonctionnent pas non plus, et quand elles
enplacepourlesretrouver.» Ces enlève- mencé l’évacuation de ceux,«assezpeu roulent, on leur tire dessus», explique la françaisesétaitnécessaire»
ments sont intervenus quelques heures nombreux», qui le souhaitaient, a an- porte-parole du Bureau de coordination
noncé hier François Fillon. Depuis di- des affaires humanitaires de l’ONU, Eli- mener des frappes simultanées contre
PROPOSRECUEILLISPAR
manche, environ 250 Français ont déjà sabeth Byrs. L’accès aux populations ci- les armes lourdes, chars, véhiculesALAINBARLUET
rejoint, à leur demande, Dakar et Lomé, viles est impossible,«enraisondespro- blindés, mitrailleuses et RPG en tout
profitant d’avions effectuant des rota- blèmes de sécurité», a ajouté la SECRÉTAIRE GÉNÉRAL adjoint de genre. Faute de pouvoir frapper simul-
porte-parole, faisant état «de cadavres l’ONU, chargé des opérations de main- tanément, nous nous serions inévita-
de personnes tuées gisant dans les rues tien de la paix, Alain Le Roy revient sur blement exposés à des tirs en retour.Lapetitephrasede… depuisplusieursjours». les modalités de l’appui des militaires
BERNARDVALERO PORTE-PAROLEDUMINISTÈRE Selon le Haut-Commissariat de l’ONU français de « Licorne » aux forces desDESAFFAIRESÉTRANGÈRES
aux droits de l’homme, des dizaines de Nations unies en Côte d’Ivoire. «L’ONUdoitintensifier
Entre700et800ressortissantsfrançais personnes auraient trouvé la mort dans encoresespatrouilles
etplusde600libanaissont les combats à l’arme lourde qui se sont LEFIGARO.-LesForcesdesNations pourprotégerles
réfugiésaucamp déroulés ces derniers jours dans la capi- uniesenCôted’Ivoire(Onuci) populationsciviles,
de“Licorne“àPort-Bouët
tale économique ivoirienne. ontsollicitél’appuidesmilitaires cequirestelecœur
françaisdéployésdanslecadre desonmandat»
delaforce«Licorne».
Commentcelas’est-ilpassé? EnCôted’Ivoire,c’estdonclapremière
Alain LE ROY. - La résolution 1962 du foisque«Licorne»prêtemain-forte
21 décembre 2010 donne clairement auxCasquesbleusdel’Onuci?etenLibye,Obamasecontentedessecondsrôles
mandat aux forces françaises en Côte Oui, de façon aussi intense, mais il y a
troupes africaines de la force onusien- janvier auFigaro la sous-secrétaire aux que des appareils destinés au ravi- d’Ivoire d’intervenir à la demande eu de nombreuses collaborations préa-
ne Onuci, sous mandat de l’ONU, dans affaires africaines du département de taillement et au renseignement, est l’Onuci. Le 30 mars dernier, la résolu- lablement, toujours en vertu de la ré-
le cas de la Côte d’Ivoire. la Défense, Vicky Huddelston. Nous plus problématique. Les alliés de tion 1975, votée à l’unanimité des solution 1962. Il y a aussi eu des précé-
Accusé par ses adversaires républi- avonsintérêtàcoopérerpournepassu- l’Otan, France y compris, ne possèdent membres du Conseil de sécurité auto- dents ailleurs. Ainsi, en 2003 en Ituri,
cains et les spécialistes de l’Afrique perposerlesefforts,vulesmoyenslimi- pas les avions d’attaque au sol aux ca- risait«touteslesmesuresnécessaires» province orientale de la République
d’avoir été peu présent sur le continent tésquelaFranceetlesÉtats-Unispeu- pacités très spécifiques, que les Améri- pour mettre hors d’état de nuire les démocratique du Congo (RDC), la force
depuis son discours d’Accra sur la né- vent mobiliser». «Notre objectif est cains avaient engagés dans la bataille «armes lourdes» menaçant les civils de l’ONU dans ce pays, la Monuc, a ob-
cessaire démocratisation de la région, aussi de développer les capacités mili- pour traquer les forces de Kadhafi,«ce en Côte d’Ivoire. Or, depuis plusieurs tenu le soutien de l’opération « Arte-
Obama a été très actif sur le volet poli- taires africaines à travers Africom», qui pourrait mettre en péril l’opéra- jours, l’usage des armes lourdes par les mis », mise en œuvre par l’Union
tique de la crise ivoirienne, quand cel- expliquait-elle. tion», avertissait vendredi le sénateur partisans de Laurent Gbagbo s’était européenne, dans un moment critique
le-ci a éclaté cet hiver au lendemain C’est dans le prolongement de cette McCain dans une interview au Figaro. fortement intensifié contre la popula- pour nos troupes. De même, l’UE a ap-
des élections, qui ont donné la majorité logique, que les États-Unis ont appelé Surtout, Français et Britanniques esti- tion civile ainsi que les Casques porté son soutien à la Monuc, en 2006,
à Alassane Ouattara. la France et l’Onuci à intervenir ven- ment que le «signal politique envoyé bleus. Dimanche, Ban Ki-moon a donc pour les élections générales en RDC.
dredi dernier, pour protéger les popu- par ce retrait n’est pas bon au moment demandé à l’Onuci de prendre toutes
Œuvrerensemble lations. Pas question d’aller là où les où le soutienautourdeKadhafis’effrite les mesures nécessaires pour neutrali- Quelestaujourd’hui
En concertation étroite avec l’ONU, Français, présents sur place avec etoùilfautmaintenirlapression», no- ser ces armes lourdes. Compte tenu de lerôledel’Onuci?
l’OUA et la France, il a activement 1 500 soldats, sont les mieux armés tait hier un diplomate français. leur nombre, il a demandé le renfort de Les armes lourdes menaçant les popu-
contribué à l’isolement et aux sanc- pour agir. «De ce point de vue, nous À la demande pressante de Paris et la force « Licorne », conformément à lations civiles ont été pour l’essentiel
tions mises en place contre le président sommes totalement en phase, note un de Londres, les Américains ont accep- la résolution 1962. Le secrétaire général mises hors d’état de nuire. Laurent
sortant Gbagbo. Très loin de la rivalité diplomate français.CertainsEuropéens té de prolonger leurs sorties le week- de l’ONU a eu Nicolas Sarkozy au télé- Gbagbo a demandé un cessez-le-feu et
franco-américaine, qui avait prévalu veulent que les Américains fassent tout, end dernier. Mais depuis hier, ce re- phone pour lui demander ce renfort. Le négocie les conditions de la transition.
par exemple pendant la crise du maisnoussommes,defait,prêtsàpar- trait est effectif. La Maison-Blanche président français a donné son feu vert L’Onuci est là pour offrir ses bons offi-
Rwanda, Paris et Washington ont tra- tagerlefardeaulàoùc’estpossible.» juge visiblement nécessaire de porter et l’accord a été confirmé par échange ces. Par ailleurs, elle doit intensifier
vaillé main dans la main pour le pous- ses efforts sur d’autres dossiers. No- de lettres. encore ses patrouilles pour protéger les
Miseen périlde l’opérationser à partir, œuvrant ensemble à une tamment, celui de la succession au La mise au point du plan d’intervention populations civiles, ce qui reste le cœur
gestion africaine de ce défi. Dans le cas de la Libye, la mise en re- Yémen, où les Américains sont très n’aura pris au total que quelques heu- de son mandat. Cela peut désormais
«La vision stratégique de la France trait des États-Unis, qui ont retiré hier impliqués, pour tenter d’y préserver res. L’Onuci ne disposant que de trois être fait dans de meilleures conditions
recoupe la nôtre: démocratie, dévelop- leurs avions du théâtre d’opération, leurs intérêts et leurs relais pour la hélicoptères d’attaque, le soutien des de sécurité puisque les armes lourdes
pement, droits de l’homme, confiait en expliquant qu’ils n’enverraient plus lutte antiterroriste. troupes françaises était nécessaire pour se sont tues.
C