Magazine Le Figaro du 08 mai 2010

Magazine Le Figaro du 08 mai 2010

-

Livres
38 pages

Description

Redecouvrez le Figaro magazine du 08/05/2010

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 mai 2010
Nombre de lectures 27
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

1,30€ samedi8-dimanche9mai2010 -LeFigaroN°20455-www.lefigaro.fr-Francemétropolitaineuniquement
LeforcingdesconservateursLestroupes
américaines britanniquespourdéfilentsur
trouverunemajoritélaplaceRouge David
PAGE4ETL’ÉDITORIALPAGE17 CameronPAGE8
“Sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloge flatteur” Beaumarchais
LeFigaroéconomie
Lesgrandes Sommetdecrise
enseignes
quiparientsur
lesBleus PAGE24 poursauverl’euroWallStreet
s’interrogesur
lekrachéclair
dejeudi PAGE22
Opération
séductiondes
producteurs
eseseseeeseseseseseseeseseseseseseseeseseseseseseseeseeseseseeseeeseseeseseseseseseseseseseeeseeseseseseseseseeseeeseeseeeseseseseseeseeeseseeseeseeeseeseeseeseseeseseseseeseesesesespagnolsssssssssssssssssssssssssssssspppppppppppppppppppppp
de
fraises
PAGE23
Électioncapitale
HermanVanRompuy,
NicolasSarkozyetJoséManuelpourMerkel
Barroso, hieràBruxelles.
enRhénanie-
WestphaliePAGE9 Les chefs d’État européens promettent de réduire les déficits et s’engagent
L’outrageau à lutter contre la spéculation.PAGES20,21,22et27
drapeaubientôt
sanctionnéPAGE11 LesnaufragésdeXynthia HenriGuaino:«Ilfaut
satisfaitsdesindemnisations gardersonsang-froid»
DANS UNE INTERVIEW au Fi- qui voulaient doubler le plan deLES PREMIÈRES offres de ra- porte-parole de l’association
garo, le conseiller spécial de relanceetquiaprèsvociféraientchat de maisons promises à la de défense des victimes des
Nicolas Sarkozy demande du contre les déficits. » Il défenddestruction après la tempête inondations de La Faute-sur-
«sang-froid » dans cette pé- aussi le projet de loi sur la bur-Xynthia, une vingtaine pour Mer. Les maisons seront ra-
riode troublée. À propos du gel qa, en expliquant que chacunl’heure, ont été accueillies chetées au prix du marché es-DesPrixNobel
des dépenses publiques, il dé- doit«prendresesresponsabili-avec soulagement par les timé avant la tempête avecdéfendentles nonce les critiques de la gau- tés». «Jamais, depuis des dé-1 500 propriétaires concernés. une indemnité supplémentai-
che sur le «plan de rigueur »: cennies, la France n’a été aussi«Les estimations sont tout à re de 10 % et la prise en char-climatologues
«Ceux qui hurlent à la rigueur influente sur la scène du mon-fait correctes, nous sommes ge des frais de déménage-PAGE14
aujourd’hui, ce sont les mêmes de», se félicite-t-il. PAGE2rassurés», a ainsi déclaré le ment. PAGE10
LesOpéras
àlaconquête HISTOIRE DUJOURd’unnouveau
publicPAGE30 Lederniermoulinàmarée
del’îledeRén’estplusmenacé
ans le triste tableau de l’après- destruction. Pétition, alertes dans la
tempête et des zones noires, l’île presse, les Rétais se sont mobilisés et laDde Ré vient de se trouver un épi- préfecture de Charente-Maritime pu-
LaComédie- logue heureux. Xynthia ne fera pas sa bliait hier un communiqué en forme
dernière victime. Une bâtisse blanche d’apaisement, assurant qu’une démoli-Française aux petits volets de bois, qui enjambe tion du moulin «n’est pas envisagea-
nonchalamment depuis quelques siècles ble ». Certes, il y est question d’«acqui-danslesjardins
le tranquille chenal du port de Loix. Un sition à l’amiable » par l’État d’unduPalais-Royal moulin à marée, comme il y en avait bâtiment qui ne devrait plus servir à
autrefois six autres dans l’île, mais qui, l’habitation. Mais le moulin et son écluseenseptembre
bien qu’il fût le dernier, n’a jamais été seront sauvés. Cette trace du patrimoine
2011PAGE29 inscrit à l’inventaire du patrimoine. industriel de l’île, qui a vu passer tant de
Or, ce moulin si blanc est aujourd’hui en marées, tant de tempêtes, sans que ja-
zone noire ; en zone de solidarité, dit mais on ne s’avise d’un quelconque dan-S.KARPUKHIN/REUTERS;L.PITARAKIS
/AP;F.BOUCHON,R.VIALERON/LE l’euphémisme administratif. Et les Rétais ger, survivra au principe de précaution.
FIGARO;A.SCHAAD/AP;V.SAMSON
ont soudain tremblé pour lui, puisqu’il «Tufaistournerdetonnomtouslesmou-
appartient à une famille de Bordelais qui lins de mon cœur », chante l’île de Ré à
HuberttVéVédrineédrdrinine l’habite parfois, et risque à ce titre la son moulin de Loix. NATACHAPOLONY
Invité
du«Talk k DÉBATS&OPINIONS RENDEZ-VOUS
Orange-
L’ÉDITORIALdePierreRousselin PAGE17LACHRONIQUE
LeFigaro» o» d’AlexandreAdler LECARNETDUJOUR PAGE15
L’heuredel’EuropesonnePAGE6 APARTÉd’AnneFulda PAGE38
surBigBenPAGE17
AncienministredesAffairesétrangères TOUTEL’ACTUALITÉSURlefigaro.fr
ALG:170DA. AND:1,40€. BEL:1,40€. DOM:2,00€. CH:3FS. CAN:4,25$C. D:2,00€. A:2,80€. ESP:2,00€. GB:1,60£. GR:2,20€. IRL:2,20€. ITA:2,20€. LUX:1,40€. NL:2,00€. H:700
HUF. PORT.CONT.:2,00€. SVN:2,20€. MAR:13DH. TUN:2DTU. USA:3,95$. ZONECFA:1500CFA. ISSN0182.5852
T 00108 - 508 - F: 1,30 E
3:HIKKLA=]UVXUZ:?a@p@a@s@a;
MICHELEULER/AP
Csamedi8-dimanche9mai2010 LEFIGARO
2 francePOLITIQUE
Dansunrécentrapport,lemédiateurLe conseiller spécial delaRépublique,Jean-PaulDelevoye,
décritunesociétéfrançaiseauborddu chef de l’État deladépression.Celafait-ilpartiedubilan?
La dépression française est réelle mais elle n’a pas
évoque le gel HenriGuaino commencé avec Nicolas Sarkozy. Changer le rap-
dansson port à l’avenir, c’est peut-être le plus grand défi que
bureau nous ayons à relever. Mais on ne change pas lesdes dépenses publiques,
àl’Élysée. mentalités, les représentations collectives du jour au
BOUCHON/
lendemain.la crise grecque LEFIGARO
NicolasSarkozyavaitpromiset tire les leçons
d’êtrele«présidentdupouvoird’achat».
Était-ceuneformulemalheureuse?des trois premières
Pas du tout. La question du pouvoir d’achat, com-
me celle de l’emploi, est au cœur du malaise fran-années du mandat çais. Mais le pouvoir d’achat ne se décrète pas. La
clef est dans la croissance, dans le partage de lade Nicolas Sarkozy. valeur ajoutée, la revalorisation du travail, le recul
du chômage… Si ceux qui travaillent sont de moins
PROPOSRECUEILLISPAR
en moins nombreux et ceux qui sont à charge deCHARLESJAIGU
ETJACQUES-OLIVIERMARTIN plus en plus nombreux, c’est sans issue. C’est ce
que Nicolas Sarkozy a toujours dit. Et je crois que
de plus en plus de Français le comprennent. De-
puis 2007, des heures supplémentaires au RSA en
LEFIGARO.-FrançoisFillonaannoncéjeudi passant par la fin des 35 heures, le contrat de tran-
ungeldesdépensespubliquesjusqu’en2013. sition professionnelle, ou le cumul emploi-retrai-
Lagauchedénonceun«planderigueur». te, toute la politique économique et sociale va dans
Queluirépondez-vous? ce sens.
Henri GUAINO.- La «rigueur», c’est l’ajustement
économique par la baisse du pouvoir d’achat. Ce Lacrisede2008n’a-t-ellepasinvalidé
n’est pas du tout la politique du président de la Ré- leprojetde2007?
publique et du gouvernement. Une telle purge dé- Bien au contraire. A-t-il jamais été plus nécessaire
flationniste casserait la reprise et creuserait davan- de réhabiliter l’effort, le travail, l’esprit d’entreprise
tage les déficits au lieu de les réduire. Quelle est la face à la spéculation, à la rente, à l’assistanat? A-t-il
politique du gouvernement depuis trois ans? Ne pas jamais été plus urgent de restaurer la prééminence
augmenter les impôts, investir, réduire les dépenses de l’économie réelle, de mettre en œuvre une politi-
courantes, poursuivre les politiques structurelles que industrielle, de sauver notre agriculture, d’in-
pour rétablir la compétitivité de notre économie. vestir à long terme?
Cette politique ne change pas. Ceux qui hurlent à la
rigueur aujourd’hui, ce sont les mêmes qui vou- Lacrisegrecqueetsesrisquesdecontagion
laient doubler le plan de relance, et qui après vocifé- nedémontre-t-ellepasquetoutresteàfaire
raient contre les déficits. enmatièrederégulation?
Elle montre que tout le système financier, bancaire
Depuistroisans,ledéficits’estbeaucoupcreusé… et monétaire doit être remis à plat. C’est dire ce que
Comme dans tous les pays, parce que la crise a pro- sera la responsabilité de la France pendant l’année
voqué une chute des recettes fiscales et une aug- où elle va présider le G20 à partir de la fin 2010.
mentation des dépenses sociales. Il y a bien sûr aussi
le plan de relance. Mais il a été ciblé sur l’investisse- Celanemet-ilpasenlumièrelesgravesproblèmes
ment plutôt que sur la stimulation à fonds perdus de degouvernancedelazoneeuro?
la consommation. C’est dire s’il n’y a eu aucun C’est une évidence constamment rappelée par Ni-
laxisme dans la gestion de nos finances publiques.
Depuis trois ans, le gouvernement tient fermement
le cap entre ceux qui veulent jeter l’argent par les
fenêtres et ceux qui ne voient de salut que dans les
politiques sacrificielles. Guaino:«IlfautgarderLasituationdenosfinancespubliques
n’est-ellepasdangereuse?
Il faut apurer le passif de la crise, mais sans étouffer
le retour de la croissance. Le mot d’ordre du prési-
dent c’est: «Garder son sang-froid.» Plus le climat
est à la fébrilité, plus c’est nécessaire. sonsang-froid»
Lacrisegrecquenepousse-t-ellepas
àunepolitiqueplusrestrictive?
La crise grecque n’a rien à voir là-dedans. Maisavecletemps,cevolontarismenetourne-t-il Il fallait provoquer une masse critique de chan- colas Sarkozy depuis trois ans et qui commence en-
pasàvide? gements pour remettre la société et l’économie fin à s’imposer. Mais le problème n’est pas qu’insti-
Troisansaprès,quereste-t-ildelarupture? Heureusement qu’ilyaeule volontarisme de Nico- françaises en phase avec la marche du monde. tutionnel. Il nous faut aussi sortir des manières de
La fin du renoncement : nous ne sommes pas las Sarkozy face à toutes les crises traversées depuis Quand on recule sur tous les tableaux, il faut se raisonner, de penser qui nous ont menés au désastre
condamnés à subir. Malgré les difficultés de tous or- trois ans. Sans la France, sans Nicolas Sarkozy, la battre sur tous les terrains. La carte judiciaire at- de 2008. Sinon les mêmes causes produiront les mê-
dres, malgré les crises sans précédent qu’il a dû af- Géorgie aurait été rayée de la carte, il n’y aurait pas tendait sa réforme depuis des décennies, la fu- mes effets.
fronter depuis trois ans, il n’a pas un instant dévié eu de G20, ni de réponse européenne à la crise finan- sion de l’ANPE et des Assedic était un projet de
de cette ligne. Après tant d’années de renonce- cière, ni de plan de sauvetage de la Grèce. Où en se- Philippe Séguin, ministre des Affaires sociales en NicolasSarkozyabeaucoupparlédenation,
ments, d’inaction, de résignation, pour moi, c’est rions-nous s’il n’avait pas décidé avant tout le mon- 1986, la taxe professionnelle était déjà jugée deRépublique.Finalement,laloisurlaburqa
l’essentiel. de de ne laisser tomber aucune banque? Que ce comme un impôt imbécile par François Mit- devraitvoirlejour.Avecunrisquejuridique,
serait-il passé s’il n’avait pas mis en œuvre le plan de terrand ! puisqueleConseilconstitutionnelpourrait
NicolasSarkozyvoulaitincarnerlevolontarisme, relance en brisant tous les tabous de l’orthodoxie? ladéclarernonconforme.N’est-cepas
nedécouvre-t-ilpaslesvertusdel’humilité? Etlataxecarbone,remiseàplustard, unexempledecesposturesquinedébouchent
Croyez-vous vraiment qu’il ait jamais pensé un seul MaislesFrançaisattendenttoujours devaitêtreledébutd’unerévolutionfiscale… suraucunchangementconcret?
instant que ce serait facile? Croyez-vous qu’il ne sa- desrésultatsconcrets… Nous ne pouvons taxer nos entreprises que si un mé- On disait la même chose pour le foulard à l’école… Si
vait pas que la France est un grand pays difficile à La crise est passée par là. Elle aurait été bien pire canisme compensatoire aux frontières de l’Europe la burqa est indigne, contraire à nos mœurs, à nos
gouverner? Que la France n’est pas une page blan- sans ce volontarisme. Comparez les indicateurs éco- les protège contre la concurrence déloyale des pays valeurs, alors, la seule attitude cohérente est de l’in-
che? Croyez-vous qu’il ignorait que la France n’est nomiques de la France avec ceux de ses partenaires! pollueurs. terdire. C’est cela la République. Et chacun doit
pas seule au monde et que son sort est lié à celui des Mais le plus important, c’est le retour à une politique prendre ses responsabilités. C’est ce que fait le gou-
autres? Il est au contraire le premier président de la structurelle qui prépare l’avenir. Je pense au Gre- Legrandempruntportesur35milliards. vernement. Je voudrais dire que derrière la burqa se
République à tirer toutes les conséquences de la nelle de l’environnement, à la politique industrielle, Vousréclamiezplus.N’est-cepasunedéception? trouve posée une question essentielle pour notre
complexité du monde moderne, de l’Europe, de la à la recherche, à l’autonomie des universités, au C’est une rupture considérable par rapport à l’habi- avenir: à la fin des fins, dans quelle société voulons-
mondialisation… Non pour se résigner à une forme fond stratégique d’investissement, à la suppression tude prise pendant des décennies de sacrifier l’inves- nous vivre? Oui ou non voulons-nous la Républi-
d’impuissance mais au contraire pour en faire un le- de la taxe professionnelle, au grand emprunt, à la tissement public. Pour la première fois depuis long- que? Oui ou non refusons-nous le communautaris-
vier. Il est le premier à tirer toutes les conséquences réforme de l’État… Cela portera ses fruits. temps, on reconnaît que l’on paye les dettes d’hier me? Oui ou non voulons-nous l’égalité de l’homme
du fait que dans le monde d’aujourd’hui on ne peut avec les revenus de demain et que les revenus de de- et de la femme? Oui ou non voulons-nous défendre
plus séparer la politique intérieure de la politique Reconnaissez-vous,commeFrançoisFillon, main ce sont les investissements d’aujourd’hui… notre identité, notre modèle de civilisation, notre
extérieure. Je suis convaincu que l’histoire lui ren- avoircommisdeserreurs?Leprésident conception de la laïcité? Le moment est venu que
dra justice sur ce point. nes’est-il pastropdispersé? Lestyleduchefdel’Étatestconstammentcritiqué. chacun réponde.
A-t-ildésacralisélafonction?
Jamais depuis des décennies la France n’a été aussi Leprésidentavaitannoncéleretourdel’autorité
écoutée, aussi présente, aussi influente sur la scè- etlaliquidationde«l’héritage68».
ne du monde. Cela ne rend que plus extravagant le Yêtes-vousparvenus?
procès en illégitimité que font au chef de l’État Toutes ces notions sur lesquelles l’idéologie de
certains médias et certains milieux qui n’ont ja- Mai 68 avait jeté l’opprobre - l’autorité, mais aussi le
mais accepté son élection. À voir tous les jours ce mérite, le travail, le devoir, la nation - Nicolas
qu’il donne de lui-même dans l’exercice de ses Sarkozy les a remises au centre du discours et deDescroisièresd’exception fonctions, je ne peux m’empêcher de me deman- l’action politiques. Songez d’où l’on vient, et ce
der s’il faut chercher la cause des attaques inces- qu’était le politiquement correct d’il y a encore à
Offre spéciale « Partez à deux pour le prix d’un » santes dont il est l’objet dans la bassesse ou bien peine quelques années.
dans la dérive d’une société qui, en détruisantParcourez la Méditerranée à bord d’un authentique voilier au
toute forme d’intimité, désacralise toutes les Aprèstroisansàl’Élysée,décor raffiné et à l’ambiance chic et décontractée. Offre spé-
ciale « Deux pour Un » sur une sélection de départs : fonctions et toutes les institutions. Dans tous les éprouvez-vousdelalassitude?
cas, c’est inquiétant. Il reste encore tant à faire…• De Monaco ou Cannes : 22 mai (4 nuits), 26 mai (3 nuits),
29 mai, 5 et 26 juin 2010 (7 nuits)
• D’Athènes/Le Pirée : 15 et 29 mai, 12, 19 et 26 juin 2010
(7 nuits)
Croisière en pension complète, hors transport, taxes et boissons. NicolasSarkozyestlepremierprésidentdelaRépubliqueOffre limitée valable jusqu’à fin mai 2010, soumise à conditions.
àtirertouteslesconséquencesdelacomplexitédumonde•Information au 01.39.21.10.98 www.starclippers.com
En vente dans votre agence de voyages habituelle moderne,del’Europe,delamondialisation…« »
A
LEFIGARO samedi8-dimanche9mai2010
Vidéos:lesmomentsforts
delasemainepolitique 3francePOLITIQUE
WWW.LEFIGARO.FR/POLITIQUE
EN BREF
Fillonsedéfend Parité:Fillonveutdes
sanctions«insupportables»
Lepremierministreaplaidéhier
enfaveurdepénalitésfinancières
«insupportables»contred’instaurer
lespartisquinerespecteraient
paslaparitéauxlégislatives.
Devantles«étatsgénéraux»
delafemme,lepremierministrelarigueur
aapportésonsoutien
àunepropositiondeloi
encesensdeladéputéeUMPLe premier ministre dément toute politique
ChantalBrunel,etécarté
àl’inversel’instaurationdelad’austérité et prend le pari
proportionnelleauxlégislatives.
qu’il n’y en aura pas d’ici à 2012. DuflotetCohn-Bendit
affichentleurententepre définition d’une telle politique : «La
CHARLESJAIGUETBRUNOJEUDY
rigueur,c’estquandonréduitlesdépen- «J’aimebienDanielCohn-Bendit,
EXÉCUTIF Un anniversaire austère. ses et qu’on augmente les impôts. Nous, c’estclair,netetprécis»,
Pour fêter les trois ans du quinquennat, nousavonschoisi,leplanderelancemisà aassuréCécileDuflotaucours
Nicolas Sarkozy et François Fillon ont part,deréduirelapressionfiscalelorsque d’uneconférencedepresse
décidé d’amplifier les efforts d’écono- c’étaitpossibleetdediminuerladépense auxcôtésdudéputéeuropéen
mies budgétaires. En trois jours, le pre- publique. Nous sommes donc dans une d’EuropeÉcologie.
mier ministre est allé crescendo. Mer- gestionquin’estpascelled’unplanderi- Enretourcelui-ciareconnu
credi, il annonçait un gel des dépenses gueur.» Rien à voir, selon lui, avec les quelapatronnedesVerts
publiques. Jeudi, il en donnait le mode précédents plans de 1995 (Chirac-Jup- avait«brillammentsumener
NicolasSarkozyetFrançoisFillon,mercrediàl’Élysée. L.BONAVENTURE/REUTERSd’emploi. Hier, lors d’une conférence pé), 1982 (Mitterrand-Mauroy) ou en- labarque»desécologistes.
de presse conjointe avec son homologue core 1976 (Giscard-Barre). Si Fillon dé- Cetterencontrevisaitàafficher
portugais José Socrates, il a confirmé et ment toute politique d’austérité et res de coordination économique en vue que de Villepin à François Bayrou -, qui l’ententedesdeuxresponsables
défendu ce plan. Mais à un détail près. prend le pari qu’il n’y en aura pas d’ici à de consolider la zone euro. lui reprochent son laxisme, il anticipe aprèslestensionsapparues
Pas question de le baptiser « plan de ri- 2012, il prend la précaution d’ajouter«à l’échéance de 2012. Le président sait que aulendemaindesrégionales.
Prendredategueur », comme le disent aussi bien les condition que nous mettions en œuvre la cette question de la dette sera au centre
Sondage:Sarkozyenhaussecommentateurs que l’opposition (lire politiqueéconomiquequiestlanôtre». Nicolas Sarkozy, qui a laissé son premier de la prochaine campagne présidentielle.
ci-dessous). Un peu plus tôt, le porte-parole du ministre évoquer seul cette cure d’austé- Dans son propre camp, Jean-François NicolasSarkozyregagnetrois
gouvernement, Luc Chatel, était monté rité, devait prendre le relais dans la soi- Copé, qui nourrit des ambitions pour points,à37%deconfiance,
en première ligne: «Pourquoi nous ne rée après le dîner avec ses homologues 2017, en a fait l’un des sujets prioritaires selonlebaromètreCSA-«Larigueur,c’estquandon voulonspasdelarigueur,parcequelari- européens, dans la capitale belge. Pour le de son club politique Génération France. LeParisien.Avec44%
réduitlesdépensesetqu’on gueur c’est l’augmentation des impôts et chef de l’État, ce tour de vis budgétaire L’ancien ministre du Budget souhaite deconfiance,
ça pourrait briser le début de reprise que est l’occasion de prendre date. Face aux ainsi faire inscrire l’équilibre budgétaire FrançoisFillonaugmentelesimpôts»
nousconnaissons», a-t-il justifié. critiques de ses adversaires - de Domini- dans la Constitution. progressedesixpoints.
L’annonce du plan d’économies de
François Fillon, favorable depuis 10% des dépenses de l’État sur trois ans
longtemps à une plus grande orthodoxie (dont 5% en 2011) se fait évidemment
budgétaire, a récusé cette querelle de dans le contexte des attaques spéculati-
sémantique. Pour lui, la France est«loin ves sur la dette grecque. Mais elles inter-
d’un plan de rigueur» qui «n’existe pas viennent aussi pour rassurer Bruxelles, le
et qui n’existera pas», a-t-il averti. Le jour où un sommet extraordinaire réunit
chef du gouvernement a donné sa pro- les chefs d’État pour réfléchir aux mesu-
Lapetitephrasede...
CHRISTINELAGARDE MINISTREDEL’ÉCONOMIE
Ondoitrestaurerlesgrandséquilibres
denosfinancespubliquesparceque
jenevoudraispasqu’onsetrouve
danslasituationdelaGrèce
LePScritiquelegouvernement
sanspréciser
saligneéconomique
le plan d’aide à la Grèce, mais qui dénon-NICOLASBAROTTE
cent le vendredi les mesures gouverne-ETFRANÇOIS-XAVIERBOURMAUD
mentales pour éviter qu’une telle crise
ILS L’ANNONCENT avec insistance de- ne se produise en France. Au PS, on voit
puis les élections régionales. Alors hier, le piège. Et l’on rappelle que si les parle-
après la décision de François Fillon de mentaires ont voté le plan d’aide, ils en
geler les dépenses de l’État pendant ont dans le même temps dénoncé les
trois ans, les socialistes ont entamé la contraintes. À savoir, la cure d’austérité
dénonciation du «plan de rigueur» du imposée aux Grecs.
gouvernement sur l’air du «on l’avait Derrière ce débat qui agite la Rue
bien dit».«C’estunvraicoupdebambou Solferino, c’est la querelle entre l’aile
quitombesurlesFrançais(…),unplande gauche et l’aile droite du parti qui se
rigueur,unpland’austérité,d’unesévéri- joue. Quand les partisans de Domini-
tésansprécédent», a déploré Benoît Ha- que Strauss-Kahn évitent de hausser le
mon, le porte-parole du PS. ton contre un plan d’aide à la Grèce
Si le premier ministre refuse de parler auquel le directeur général du FMI a
de rigueur, les socialistes se font un plai- largement contribué, les tenants d’un
sir d’appeler un chat un chat.«Ilfautar- virage à gauche du PS ont du mal à re-
rêter de jouer sur les mots car, en réalité, tenir leurs coups.
c’estunerigueurgigantesquequiestpro-
grammée», a assuré l’ancien ministre de «Ilfautarrêter
l’Économie Michel Sapin. Pour le prési- dejouersurlesmotscar,
dent PS de la commission des finances à enréalité,c’estune
l’Assemblée nationale, Jérôme Cahuzac, rigueurgigantesque
le premier ministre s’abrite derrière la quiestprogrammée»
crise grecque pour annoncer un plan de MICHELSAPIN
gel des dépenses publiques bâti depuis
plusieurs mois. «Ce n’est que la confir- Entre ces deux camps, la tension est
mation, dans une mise en scène dramati- vive. D’autant que les sujets propres à
sée, du programme de stabilité transmis renvoyer l’image d’un PS écartelé entre
par la France aux autorités communau- ses deux tendances ne manquent pas. La
taires en janvier, soit avant le début de la participation jeudi d’un représentant du
crisegrecque», a dénoncé Jérôme Cahu- PS au meeting unitaire de la gauche
zac dansLeMonde. contre la réforme des retraites a provo-
qué un coup de colère du maire socialiste
«Tourdevissocial» de Quimper, Bernard Poignant. Il a dé-
Pour le PS, la solution n’est pas là. Il suffit noncé «une forme de schizophrénie de la
selon eux d’annuler le bouclier fiscal, ce directionduPS»:«J’entendsàlafoisune
qu’ils réclament avec constance depuis partie de la direction appeler Dominique
son adoption à l’été 2007.«Jepensequele Strauss-KahnàsortirduFMIpourentrer
gouvernementdevraitrevenirsurlesbais- dans la compétition présidentielle et, de
ses fiscales qu’il a accordées pour essayer l’autrecôté,j’entendsqu’uneautremoitié
defairefaceauxdéficitsplutôtquededon- de la direction participe à un meeting
ner l’impression qu’il veut redonner un autourd’OlivierBesancenot.»
nouveautourdevissocial», a demandé à Jusqu’à présent, Martine Aubry a Claude Bartolone sur France 2. réussi à naviguer entre ces deux ten-
Dans la majorité, on se gausse de l’at- dances. Mais à l’approche des primai-
titude des socialistes qui votent le lundi res, il lui faudra bien choisir.
M.SEGAR/REUTERS
MARMARA/LEFIGARO
A 1samedsassamsameaamamemedii8-didimanchemanche9mamaii20120100 LELEFFIGAROIG
Brouillardpolitique
àLondres4 Granndede-Bretagnelégislatives L’ÉDITORIALDEPIERREROUSSELIN4 PAGE17
CameronoffreàCleggdes’allier
pourgouverner
Arrivés en tête, les conservateurs ont besoin
des LibDems pour obtenir une majorité.
la Chambre des communes. Comme cela
CYRILLEVANLERBERGHE
était prévu en cas de Parlement minori-
CORRESPONDANTÀLONDRES
Davidtaire, Clegg se retrouve faiseur de roi.
CameronDAVID CAMERON a tendu la main hier à Mais sa position est loin d’être conforta-
avantsaNick Clegg pour organiser un gouverne- ble, car la cleggmania s’est totalement
conférencement d’alliance ou de coalition capable dégonflée. Sa formation centriste a
depresse,d’avoir une majorité absolue à la Chambre même perdu du terrain, avec seulement
hierdes communes. Les conservateurs sont 57 élus. «C’est un résultat désastreux
àLondres.
devenus la première force politique du pourClegg,quiavaitl’ambitiondegagner NICHOLSON/
Parlement de Westminster avec 306 dé- entre20et30nouveauxsièges», consta- AP
putés à l’issue du vote de jeudi, mais ils te Tony Travers, politologue à la London
n’ont pas obtenu les 326 élus nécessaires School of Economics.
pour gouverner seuls. Malgré les appels du pied répétés des
Gordon Brown a essuyé une lourde travaillistes pendant la nuit pour or-
défaite en perdant 91 sièges, pour arriver ganiser un front anticonservateur
à un total de 258 députés, mais il reste avec les LibDems, Clegg a tenu sa 65,2%premier ministre tant que Cameron et promesse de soutenir d’abord le
Clegg n’ont pas annoncé un accord qui parti qui aurait la plus grande lé- letauxleur donnerait le contrôle de la majorité à gitimité populaire. «Je pense
departicipationqu’il revient maintenant au Parti
auscrutindejeudi,conservateur de prouver qu’il est avons besoin de pro- projet travailliste de carte d’identité tout le week-end, avec l’objectif affiché
supérieuraux61%
capabledetenterdegouvernerdans grammes qui assurent obligatoire - et bien sûr la réforme du d’aboutir à un accord formel avantde2005Ladéfaite l’intérêtgénéral», a-t-il annoncé en le redémarrage de l’éco- système électoral. l’ouverture des marchés financiers lundi
fin de matinée, clarifiant quelque peu nomie et nous avons besoin Ce dernier point risque d’être le plus matin.dupremier
une situation encore incertaine. d’un gouvernement qui comprenne que épineux à négocier entre Cameron et Les fonctionnaires britanniques avaient
ministreirlandais Dans l’après-midi, les derniers doutes degrandschangementssontnécessaires Clegg. Les libéraux-démocrates criti- anticipé cette éventualité et ont préparé
sur les intentions des conservateurs - al- afinderétablirlaconfianceennotresys- quent depuis des années le mode de des salles de rencontre secrètes dans les
laient-ils tenter de former un gouverne- tèmepolitique», a insisté Cameron. scrutin actuel - majoritaire à un tour - locaux de Whitehall pour accueillir lesLA PLUS grande surprise de la nuit
ment minoritaire avec le soutien au coup qui leur donne cette année moins de 9 % tractations. Avant de conclure un accord,électoralebritanniqueaétéladéfaite Lignes rougespar coup de petits groupes comme les des députés pour 23 % des suffrages. les statuts internes des LibDems obligentde Peter Robinson, premier ministre et points d’accordunionistes protestants d’Irlande du Mais ils militent pour l’introduction Nick Clegg à faire valider ses projets pard’Irlande du Nord et chef des unio-
Nord ? - ont été levés par Cameron. Conscient que la perspective d’une al- d’un système proportionnel, une for- les députés de son groupe.nistes démocrates protestants
Après avoir félicité son mouvement liance ou d’une coalition avec les Lib- mule à laquelle les conservateurs sont Gordon Brown a reconnu hier qu’il(DUP). Son autorité au sein de son
groupe avait d’abord été ébranlée d’avoir«remportéplusdenouveauxsiè- Dems ne serait pas du goût de tous les très opposés. était légitime que Cameron et Clegg es-
par la liaison de sa femme, Iris, avec ges que Margaret Thatcher en 1979», le militants conservateurs, il a fixé des li- William Hague, le numéro deux de saient de se mettre d’accord en premier,
un jeune homme de 19 ans, puis par leader conservateur a tout de même re- gnes rouges à cette coopération, en Cameron en charge des Affaires étran- mais il s’est empressé de rappeler qu’en
desaffairesfinancièresetimmobiliè- connu qu’il n’était pas en position de rappelant qu’il ne comptait pas transi- gères, a néanmoins été assez clair en cas d’échec, il était prêt à ouvrir sa porte
res louches. Sa défaite, alors qu’il gouverner seul. ger sur l’Europe, l’immigration, la dé- évoquant l’idée d’une participation de aux LibDems. Le premier ministre ne
siégeaitàWestminsterdepuistren- Il a donc fait une proposition d’ac- fense et la lutte contre les déficits. Il a en libéraux-démocrates au sein d’un gou- sera obligé de démissionner qu’à partir
te et un ans, met en doute sa posi-
cord «large, ouvert et global» de par- revanche mis en avant les points de vernement conservateur, en échange de du moment où ses adversaires pourronttion à la tête de son parti, dont les
tage du pouvoir aux libéraux-démo- convergence possibles entre les deux leur soutien à Westminster. Les deux se prévaloir d’une majorité absolue auhuitdéputéssontconvoitésparDa-
crates. «Je veux que nous travaillions partis, sur des dossiers qui pourraient se partis vont négocier en secret durant Parlement.vidCameron,ainsiquesonrôledans
ensemble pour résoudre les problèmes transformer en portefeuilles ministé-lepartagedupouvoiraveclesindé-
importantseturgentsdenotrepays», a- riels : l’éducation, en particulier l’aidependantistesdeSinnFéinàl’assem-
t-il affirmé devant la presse. «Nous aux élèves issus de milieux défavorisés,bléerégionaledeBelfast. La nouvelle Chambre des communes
Cy.V. avons besoin d’un gouvernement qui la réforme de la fiscalité, la défense des EN NOMBRE DE SIÈGES
rassurelesmarchésinternationaux,nous libertés civiles - contre, notamment, le
Conservateurs Travaillistes Libéraux démocrates Autres partis
LechefdesLibDemsenpositiond’arbitre
29258
LORSQUE Nick Clegg est arrivé à son tion de force – tel était hier le paradoxe crédibilité. «Tout accord qui laisserait
quartier général londonien, hier, por- Nick Clegg. Avec David Cameron, le lesmainslibresauxtoriesseraituneépée
tant une cravate rouge, les commenta- leader libéral-démocrate a engagé une de Damoclès suspendue au-dessus de
teurs ont cru un instant qu’il s’apprêtait partie serrée. Le chef des tories a évo- NickClegg», estime Patrick Dunleavy, Chef de l'opposition
à tendre la main aux travaillistes de Gor- qué des terrains d’entente (en matière professeur de sciences politiques à la Tribune
Présidentdon Brown. C’est pourtant avec David de soutien aux élèves issus de milieux London School of Economics. sièges,Total :650(speaker)Cameron qu’il a engagé dès hier des dis- défavorisés, de réforme fiscale, d’éco- La pression est énorme sur les épaules
Tribune Majorité : 326cussions.«Lesconservateurs,quiontre- nomie « verte »…) mais a aussi pointé du sémillant leader de 43 ans. Tout com-
Premier ministrecueilli le plus de voix, ont la priorité pour les divergences, sur l’Europe, l’immi- me les attentes qu’il suscite – contribuer
tenterdeformerungouvernement», a-t- gration ou la Défense. Des lignes rouges à la réforme du système électoral qui a
il déclaré en rappelant cet engagement qui sont autant de conditions posées largement montré ses limites. Gordon
fait durant la campagne. Dans la foulée, aux libéraux-démocrates pour envisa- Brown a déclaré hier que si les pourpar- 57
David Cameron lui a fait une«offrelar- ger leur soutien. Le dirigeant tory a ac- lers entre David Cameron et Nick Clegg 306
ge ouverte et globale» pour partager le cepté de lancer la réflexion sur la réfor- venaient à échouer, il était prêt à discu-
pouvoir. me électorale – une revendication ter avec lui… notamment d’une réforme
majeure des libéraux-démocrates sur du mode de scrutin. Source : BBC News
envoyéspécialàLondreslaquelle Nick Clegg joue maintenant sa A.B.( )«Lesconservateurs,
quiontrecueillileplus
devoix,ontlapriorité
pourtenterdeformer
ungouvernement» LesBritanniquesdéboussolésparunscrutinsansvainqueurNICKCLEGG
«Déçu» par ses résultats, comme il plutôt trépidante, le scrutin a débouché, claire, a manqué la cible. Hier après-mi- de l’ex-centrale électrique de Battersea,
ALAINBARLUET
l’a concédé hier, le chef de file des Lib- au petit matin, sur une douche froide. di, traits tirés et cravate bleue, il a tendu au bord de la Tamise : les visages desENVOYÉSPÉCIALÀLONDRES
Dems apparaît donc, plus que jamais, L’avenir, comme le Parlement, semble la main aux libéraux-démocrates, faute candidats apparaissaient dans des boules
comme un incontournable faiseur de À LA SAINT Stephen’s Tavern, la bière a suspendu dans la confusion. Même dépri- de pouvoir faire cavalier seul. Gordon de loto – les Anglais adorent les jeux,
roi. Dans les urnes, il a pourtant perdu un goût amer. Mais si les têtes tournent, ce me dans les pubs de Notting Hill et de Brown, démonétisé, a certes évité la dé- «ils ont suivi la campagne comme La
son pari. Révélé par les débats télévisés, n’est pas à cause des blondes ales tirées Kensington, le fief des yuppies, où les an- route annoncée, mais ses adversaires lui Nouvelle Star», souffle le politologue
devenu une véritable star, il n’est pas des fûts du vieux pub, à deux pas de West- ciens se souviennent que l’on avait dansé contestent le«droitmoral» de demeu- Jacques Reland !
parvenu à traduire cette popularité minster. La gueule de bois vient plutôt de sur les tables à la victoire de Margaret rer à Downing Street. Hier matin à À part cela, l’ambiance n’y était vrai-
soudaine en termes de sièges. Arrivé en la profonde incertitude dans laquelle un Thatcher en 1979. Sur Sky News, un com- 7 heures, sa Jaguar l’a déposé devant le ment plus. À Millbank, au quartier général
troisième position, il n’est même pas scrutin sans vainqueurs a plongé les Bri- mentateur lâche son verdict :«Nousnous des tories, des couples se pressaient à une
parvenu, avec 57 députés (23 % des tanniques. Durant la nuit électorale, les retrouvonsavecuneliguedelosers.» soirée qui ressemblait plus à une première
«Nousnousretrouvonsvoix), à atteindre son score de 2005 (63 clients se sont attardés, verre à la main Trois perdants, en effet. David Came- guindée qu’à la folle nuit de la victoire. Sur
députés). Affaibli – et pourtant en posi- mais sans passion. Après une campagne ron, arrivé en tête mais privé de majorité Victoria Street, les cameramen faisaient leavecuneliguedelosers»
pied de grue devant les locaux du Labour,
assez sinistres. Le service de presse des
« 10 ». Le premier ministre est descen- travaillistes avait prévenu dans un e-Lalivreplongeaprèsl’annonced’unParlement«suspendu» du, visage fermé mais air résolu, maniè- mail :«Nousn’organisonsriendeparticu-
re de dire : «J’ysuis,j’yreste»… pour le lier ce soir»… Il fallait avoir la chance
moment. À la mi-journée, il a, lui aussi, d’être convié à la soirée de la BBC sur uneLA LIVRE STERLING est tombée hier à PhilMcHughdechezCurrenciesDirect.Il gré ces inquiétudes et la volatilité des
lancé les dés en direction des LibDems, péniche pour croiser quelquepeople (Joanson plus bas niveau depuis treize ans faudraaumoinsattendreledébutdese- marchésdesdevises,lesagencesdeno-
pour le cas où ses deux rivaux échoue- Collins, Ben Kingsley…) et se remonter lefaceaudollaraprèsl’annoncedesrésul- maineprochainepoursavoirquelleader, tationMoody’setStandard&Poor’sont
raient à s’entendre. Quant à Nick Clegg, moral au chardonnay. Dans plusieurs cir-tatsdeslégislativesbritanniques.L’issue David Cameron ou Gordon Brown, arri- maintenu hier leurs notes d’excellence
indéciseavecunParlementsansmajorité veraàs’allieravecNickCleggpourpou- AAA pour le Royaume-Uni. La plupart lastbutnotleast, l’enfant chéri des mé- conscriptions, des milliers d’électeurs,
absolueainquiétélesmarchésfinanciers voirgouverner.«Lesinvestisseurssont deséconomistesdelaCityavaientpréci- dias, tant courtisé hier par les états-ma- eux, n’étaient pas à la fête : ils faisaient
sur la capacité de la Grande-Bretagne à inquiets à l’idée qu’un Parlement sans sé avant les élections qu’ils pensaient jors, les électeurs lui ont donné une belle toujours la queue à l’heure où fermaient
gardersouscontrôleundéficitpublicquia majoriténeparalyselamiseenplaced’un que les conservateurs étaient le parti le gifle. Tout ça pour ça. les bureaux de vote engorgés et n’ont pu
explosé avec la récession, atteignant plan crédible de réduction du déficit», a plus à même de prendre les décisions Londres, pourtant, avait fait les choses déposer leur bulletin dans l’urne. L’amer-
11,6%duPIB.«Noussommesenterrain expliquéMarkBolsom,dechezTravelex. d’austériténécessairespourstabiliserles en grand : Big Ben couronné de lasers tume, encore, comme celle de ce père de
inconnu en ce moment et les marchés À son plus bas niveau, la livre s’échan- dépensespubliques.
verts, London Eye, la grande roue, scin- famille de Sheffield : «Nos boys sont en
n’aimentpasl’incertitude»,acommenté geaitcontre1,44dollar,et1,15euro.Mal- Cy.V.
tillante de mille feux. Les résultats ont Afghanistan pour y installer la démocratie
été projetés en direct sur la façade géante etnous,ici,onnepeutpasvoter…»
A
Fonctionnairessamedi8-dimanche9mai2010 LEFIGARO
Unetribune6 international deVanRompuyPAGE16>
L’ANNIVERSAIREDELADÉCLARATIONSCHUMAN
60ansaprès,l’Europesechercheencore
L’association EuropaNova avance soixante propositions pour fonder une « puissance européenne »
Pour répondre à la paralysie actuelle, fonder une puissance européenne » se développement prioritaire, en réfléchis- Le rapport préconise une réforme du
PIERREROUSSELIN
une nouvelle impulsion s’impose. Le rap- veut nouvelle. « Au lieu de présenter la sant à la formation, au travail et à l’inté- système monétaire international en mi-
port des sages, présidé par l’ancien prési- construction européenne en termes de défi, gration sociale, tout au long de la vie. sant sur un partenariat euro-japonais.
UNION EUROPÉENNE Le 9 mai 1950, la dent du gouvernement espagnol Felipe nous avons préféré examiner comment l’Eu- La crise grecque a montré la nécessité Sur le plan de la défense, il suggère une
déclaration de Robert Schuman lançait la Gonzalez, formule ses recommandations rope peut projeter ses intérêts dans le mon- de « bâtir une politique économique dura- « clause de défense collective » et propose,
construction européenne. Soixante ans de. Tel est le véritable enjeu des prochaines ble plus efficace, plus anticipatrice et moins en cette période de réductions budgétai-
après, notre continent traverse une phase décennies », explique Guillaume Klossa. naïve, aboutissant à la création d’un gou- res dans les États membres, l’ouverture
critique née, entre autres, de la crise fi- CréerunFondsmonétaire Le rapport pose la question de la cultu- vernement économique ». La mise en pla- d’un débat sur la notion d’armée euro-
nancière internationale. Le traité de Lis- re et de l’identité européenne en propo- ce d’un Fonds monétaire européen est péenne.européendanslecadre
bonne était censé faciliter la prise de dé- sant notamment la mise en chantier d’un préconisée pour « renforcer la crédibilité L’anniversaire de la déclaration Schu-destraitésexistants
cision dans une Union à vingt-sept et manuel d’histoire européen sur le modèle de la zone euro en matière budgétaire en man suscite un florilège de propositions.
l’aider à trouver sa place dans le monde. adopté dans le cadre franco-allemand. Il précisant le cadre institutionnel dans lequel Reste à savoir si les gouvernements
Près de six mois après son entrée en vi- (lire ci-dessous), qui ont été nourries par suggère également un curriculum euro- elle entend gérer les risques de défaut en auront la volonté politique de relancer
gueur tant attendue, ce nouvel instru- un autre rapport (*), celui de l’association péen qui jetterait les bases d’une connais- son sein ». Cela ne devrait pas impliquer une construction européenne dont les in-
ment s’avère très décevant. Et l’histoire EuropaNova, présidée par Guillaume sance partagée. une renégociation des traités existants. suffisances alimentent le scepticisme des
de ces six dernières décennies montre Klossa, également conseiller du groupe des Compte tenu du vieillissement rapide Un accord gouvernemental devrait suffi- opinions.
que c’est souvent dans les crises que l’Eu- sages. L’approche de ce document qui de la population européenne, EuropaNo- re, comme cela fut le cas pour la création (*) http://www.artkode.com/design/mise
rope a trouvé un souffle nouveau. présente « soixante propositions pour va propose de faire de la santé un axe de de l’espace Schengen. enpage18.pdf
ZOOM
Le«rapportdessages»sansconcessionssurlesdéfisàrelever
Maréenoire:le«couvercle»
JEAN-JACQUESMÉVEL antifuitemisenplace
CORRESPONDANTÀBRUXELLES
Le«couvercle»géantdestiné
ENTRE les attaques contre l’euro et la àcolmaterlafuiteàl’origine
hantise du déclin, l’Europe marque sans delamaréenoiredanslegolfe
exubérance les soixante ans de son acte duMexiqueétaitencoursde
de naissance. Obligation du calendrier, descentehieraufonddelamer.
c’est aussi ce week-end que Felipe Gon- LesresponsablesdeBP,exploitant
zalez remettra aux Vingt-Sept la feuille delaplate-formeàl’originede
de route que l’UE lui a commandée en lacatastrophe,espèrentqu’ilsera
Des2007, pour les vingt prochaines années. «opérationnel»d’iciàlundi.
commandosDepuis trois ans, la toile de fond s’est as- Parailleurs,desnappesdepétrole
françaissombrie, les ambitions sont rabotées. Le ontcommencéàarriveraularge
del’opérationrapport des douze sages - parmi lesquels descôteslouisianaises,
européennele Polonais Lech Walesa, l’architecte oùuneréservenaturelle
«Atalante»
néerlandais Rem Koolhaas, l’ancien pa- souilléeaétéferméedéployés
tron de Nokia Jorma Ollila ou encore la aupublicpournettoyage.dansl’ocean
syndicaliste Nicole Notat - n’échappe Indien,
pas à son temps. Bordé d’incertitudes, aulargedela
cet « Agenda commun pour l’Europe » Somalie,pour EN BREFpèse plus par l’âpreté du constat que par luttercontre
les remèdes proposés. Le Figaro se l’est lesactions
depiratages.procuré. En voici les points forts. Nucléaire:KimJong-ilprêt
P.VERDY/AFP àreprendrelesnégociations
2010,l’annéedécisive Ledirigeantnord-coréenKimLa crise financière n’est que la der- l’UE. Si ces gouvernements persistent à Savoir d’une très grande espérance de vie et Jong-ilaachevéhierunevisitenière d’une série qui ébranle nos considérer l’UE et ses pouvoirs comme L’Europe est à la traîne dans la course d’une très faible fécondité. Dans les enChinedurantlaquelle,selon
convictions. Les vingt années passées des institutions étrangères, voire ad- au savoir. En 2030, l’Asie s’imposera à quarante prochaines années, elle risque Pékin,ils’estditdisposéàla
nous ont perturbés. Les vingt années verses, il y a peu d’espoir que l’Europe l’avant-garde du progrès scientifique et de faire face à un ratio de 4 personnes au reprisedesnégociationssurson
qui suivent seront encore plus déran- réussisse à susciter l’assentiment et technologique (…). L’Europe est en retard travail pour 3 en retraite. Hors migra- programmenucléairealorsque
geantes. (…) 2010 peut marquer le début l’identification dont elle a besoin pour dans l’éducation supérieure, avec seule- tions, la population active de l’UE bais- sonpaysavaitclaquélaporte
d’une phase nouvelle : l’Europe réussi- son succès. ment 27 des 100 meilleures universités au sera de 68 millions de personnes d’ici à l’andernier.
ra-t-elle encore à donner le ton dans le monde, contre 57 aux États-Unis. Elle 2050. (…) L’Europe a besoin d’une ap-
L’IranienKakavanddemi-siècle qui vient ? Ou bien ses États Marchéetmodèlesocial compte trop d’universités de deuxième proche dynamique de l’immigration. aquittéParispourTéhéranvont-ils sombrer dans la marginalisa- L’essor du marché unique reste freiné rang (…). Le système doit rompre avec le
tion et finir telle une insignifiante pé- par une double tendance : la réticence clientélisme et s’ouvrir à l’entreprise, à Sécuritéetdéfense L’ingénieuriranienMajidninsule du continent asiatique ? de certains États à en appliquer les règles l’Europe et au reste du monde. Dans la lutte contre le terrorisme, Kakavand,quelajustice
de bonne conduite (…) et la compétition l’Europe reste gênée par la résistance françaisearefuséd’extradervers
Identitéeuropéenne individuelle lancée par d’autres sur les Recherche des États à partager le renseignement et lesÉtats-Unis,aquittélaFrance Jusqu’ici, les gouvernements natio- baisses d’impôts. Non contrôlées, ces Malgré tous les discours, l’investisse- à coordonner leur action sur ce qu’ils hierpourTéhéran.Cedépart
naux ont échoué dans la mobilisation tendances risquent d’aboutir au natio- ment de l’UE reste collé à 1,8 % du PNB. considèrent comme un domaine natio- pourraitfavoriserunretour
des citoyens européens, mesure essen- nalisme économique (…) ou au nivelle- Le besoin est estimé à 5 %. L’effort de- nal sensible. (…) Militairement, l’UE enFrancedeClotildeReiss.
tielle de l’ambition et de la légitimité de ment des protections sociales par le bas. vrait bénéficier aux petites et moyennes compte 1,8 million d’hommes en armes,
Nouvellesviolencesentreprises qui représentent 50 % du soit 500 000 de plus que les États-Unis.
àBangkokPNB européen mais ne recueillent que Mais elle est incapable de déployer une
15 % des programmes de recherche et force d’intervention extérieure de Aprèsunesemainedecalme,
développement. 60 000 hommes. En fait, 70 % des for- latensionestremontéed’uncran
ces terrestres européennes sont inaptes hiersoiràBangkok.Unpolicier
Climat à opérer sur des théâtres étrangers. aététuéetplusieursautresblessésL’Europe peut exercer un rôle d’en- aprèsunefusilladeet
traînement moral et politique sur le cli- Influence desexplosionsdanslequartiermat. Mais il faut le faire sans perdre de L’Europe doit se doter de toute ur- financierdeSilom,proched’un
vue les dividendes économiques et gence d’un « concept stratégique » qui campde«chemisesrouges».VENTE AUX ENCHÈRES
commerciaux. L’Europe doit agir vite, intègre ses politiques étrangère, militai-
Affrontementsavant que les autres lui passent devant. re et commerciale aux volets extérieurs
dansleSud-Estturc:7mortsLes États-Unis investissent déjà des res- de sa politique économique (monétaire,
sources considérables dans ce domaine, énergie, transports, etc.). Seule cette Desaffrontementsentreforces
sous forme de capital-risque. intégration permettra de faire de l’aide turquesetrebelleskurdesontfait
consentie par l’UE au reste du monde - 7morts–5insurgés
Vieillissement de loin la plus importante - l’outil véri- et2soldats-dansL’Europe combine les extrêmes table d’une politique d’influence. lesud-estdelaTurquie.
HubertVédrinesouhaiteunegouvernance
économiqueeuropéenne
Selon l’ancien ministre, la crise grecque a
montré la solidarité au sein de la zone euro.ARBRES mais. » Pour Hubert Védrine, la crise a
TANGUYBERTHEMET
mis en « évidence des solidarités de fait. »
DIPLOMATIE Hubert Védrine refuse de « Il s’agit maintenant de dissuader les at-&RARES sombrer dans le pessimisme ambiant. In- taques sur l’Espagne et le Portugal » et de
vité, hier, du « Talk Orange-Le Figaro » tirer les leçons de la crise.DE COLLECTION l’ancien ministre des Affaires étrangères À plus long terme, l’ancien ministre
ne voit pas dans les atermoiements euro- estime nécessaire la mise en place d’une
LUNDI17MAI2010À14H30-HÔTELMARCELDASSAULT péens qui ont entouré la crise grecque de agence de notation indépendante, d’un
véritables raisons de s’inquiéter. « Les Fonds monétaire européen et, « point
Européens ont fini par se mettre d’accord central », d’une gouvernance économi-
Exposition publique jusqu’au mercredi 12 mai et c’est cela qui compte à mes yeux », dit- que européenne. « L’Allemagne, qui a
Domaine des Rochettes 49420 La Prévière il en affirmant que le « plan de 110 mil- toujours refusé que l’on parle de cette gou-
Contact : arbres@artcurial.com liards est suffisant si les Grecs ont le cou- vernance, y vient. » Mais, prévient-t-il, HUBERTVÉDRINE,
rage de l’assumer ».« Il faut cesser d’épi- « le mécanisme ne devra pas être seule-Cataloguesurdemandeetenligne : www.artcurial.com hier,danslestudio
loguer. Les gens qui font cela ont dans la ment punitif, mais donner des perspectives
HôtelMarcelDassault • 7, Rond-Point des Champs-Élysées 75008 PARIS • Tél. : +33 (0)1 42 99 20 20 • contact@artcurial.com duFigaro.RICHARDVIALERON/LEFIGARO
tête une Europe idéale qui n’existera ja- d’avenir ».
C
AGRÉMENT N° 2001-005
AGRÉMENT N° 2001-005L’énergierenouvelable aleventenpoupe.
NouscomptonssurEmilia
pourfairetournerleséoliennesdeCampidano.
EmiliaViscontiestenchargedelaréalisation
duprojetéoliendeCampidanoenSardaigne.
Deplusenplusconcernéeparlaprotectiondel’environnement,
cen’estpasunhasardsiEmiliaachoisidemettresescompétencesd’ingénieure
auserviced’EDFEnergiesNouvelles.Maintenantelleprendencharge
laréalisationdecentraleséoliennescommecelledeCampidanoquifournit
70000foyersenélectricité.
Découvrez les histoires de ceux qui changent l’énergie
dès aujourd’hui sur edf.com
L’énergieestnotreavenir,économisons-la!
EDF 552 081 317 RCS PARIS, 75008 Paris – Photo: Geoffroy de Boismenu –