Magazine Le Figaro du 13 avril 2012
38 pages
Français

Magazine Le Figaro du 13 avril 2012

-

Description

Consultez le Figaro magazine du 13/04/2012

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 avril 2012
Nombre de lectures 6
Langue Français
Poids de l'ouvrage 18 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

1,50€ vendredi13avril2012 LE FIGARO -N°21057-www.lefigaro.fr -Francemétropolitaineuniquement Dernièreédition
lefigaro.fr
« Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur » Beaumarchais
Iran: LanouvelleDS
àlaconquêtedernières
delaChinenégociations
pour éviter la
guerre
SamedienTurquie,lesgrandespuissances
mondialesvonttenterdeconvaincrel’Iran
derenonceràsonprogrammenucléaire,alorsque
DévoiléfinavrilauSalondePékin,leconceptcarhautdegammedeCitroënservirade
planelamenacedefrappesisraéliennes. PAGE8 baseauxprochainesberlinesproduitesparlamarqueauxchevrons. PAGE25
Tennis:objectif États-Unis:Thérapie
terrepourNadal lacriseracialecellulaire:des etDjokovic del’èreObama
malvoyants Les deux meilleurs joueurs Le meurtre du jeune Noir
mondiaux entament lundi Trayvon Martin secoue lerecouvrent un combat de deux mois pays qui renoue avec ses
sur terre battue. PAGE14 divisions. PAGE2lavue PAGE13
NEWYORKTIMES éditorial parPaul-HenriduLimbert
Lesmeilleurs ▼articlesdelasemaine Réconcilierenfrançais Hollande : la double contrainte
Qui dit dettes dit créan- bien que c’est rigoureusement le contraire. argent et utilité sociale
ciers. La France a une det- Les créanciers de la France veulent être ras-
te, elle a donc des créan- surés après le second tour. S’ils ne le sont pas,
ciers. Elle en a tellement ils lui prêteront toujours de l’argent, certes,Questiondujour
qu’elle leur verse chaque mais à un taux plus élevé. Soit des milliards Vouspensezquelorsquedesmondess’affron-Présidentielle: année quelque 50 mil- d’euros en plus à verser à ce «mondedelafi-
tent, ils peuvent aussi s’enrichir mutuellement.liards d’euros. La faute à qui ? À trente an- nance» qu’on se proposait de terrasser.souhaitez-vousque
Pour cela, vous croyez aux vertus du partagenées d’insouciance budgétaire et à une crise L’affaire est d’autant plus périlleuse pourlesmédiasattendent
financière sans précédent qui, depuis 2008, François Hollande qu’il aura, s’il gagne, une etvoussouhaitezagircontrelamisèreenmisant20heurespour
étrangle les finances publiques des pays oc- autre contrainte. Jean-Luc Mélenchon n’est sur la richesse humaine.annoncer cidentaux. pas loin de penser qu’il faudrait suspendre à
Avez-vous penséà créer votre fondationlesrésultats? Par facilité de langage, on appelle ces créan- la lanterne place de Grève tous les acteurs de
familiale ?ciers « les marchés », ou mieux encore « le la finance mondialisée. À ses yeux, une bon-
Réponsesàla mondedelafinance». Dans son discours fon- ne politique est une politique dépensière, un
La Fondation Caritas France vous accom-questiondejeudi: dateur, celui du Bourget, François Hollande bon budget est un budget déficitaire. Les
pagne dans votre projet de fondation abritée,en a fait son ennemi juré. Et en cette fin de mots « économies » ou « rigueur » ne fontLacampagneprésidentielle
campagne, il relance son offensive contre évidemment pas partie de son vocabulaire,aborde-t-elle sans apport fnancier important. Vous pou-
« le mur de l’argent ». C’est Mitterrand et alors que ce sont précisément les mots quesuffisammentlessujetsqui vez ensuite financer et suivre en famille les
Blum réunis. souhaiteraient entendre ceux qui prêtentvoustouchent? actions et projets qui vous tiennent à cœur enQue valent ces déclarations de guerre ? Pas tous les jours de l’argent à la France.
France et dans le Monde.grand-chose, et François Hollande en est le Dès lors, que pourrait faire François HollandeOui:14,71%
premier convaincu. Le candidat PS est passé s’il était élu ? Gérer perpétuellement une
par la Cour des comptes et il est assez averti double contrainte : rassurer « la finance » Fondation abritanteNon:85,29%
de la rude réalité des choses. Un pays suren- sans désespérer Mélenchon, qui a le déses- pour lutter contre la pauvreté15078votants detté vit sous la contrainte, qu’il le veuille ou poir facile. Il a bien conscience que c’est mis-
c/o Secours Catholique
non. François Hollande explique qu’il a dans sion impossible. Il devra donc choisir : c’est
106 rue du bac - 75007 Parisson viseur « les marchés », alors qu’il sait l’un ou c’est l’autre. ■
Tél : 01 45 49 75 82
ALG:185DA. AND:1,60€. BEL:1,60€. DOM:2,20€. CH:3,20FS. CAN:4,50$C. D:2,20€. A:3€. ESP:2,20€. CANARIES:2,30€. GB:1,70£. GR:2,40€. ITA:2,30€. LUX:1,60€. NL:2,20€. Retrouvez-nous sur : www.fondationcaritasfrance.org
H:830HUF. PORT.CONT.:2,20€. SVN:2,40€. MAR:15DH. TUN:2,5DTU. ZONECFA:1700CFA. ISSN0182.5852
M 00108 - 413 - F: 1,50 E
STEVEHELBER/AP
3:HIKKLA=]UVZUX:?a@e@b@n@k;
CITROËN
Cvendredi13avril2012 LE FIGARO
2 recto verso
Unemarche
deprotestation
s’estdéroulée
le31mars
devantleslocaux
delapolice
deSanford.
LUCASJACKSON/REUTERS




d’arrêterGeorgeZimmermanetdelepoursuivrepour tions.«CommelesNoirssontplusimpliquésdanslesSanford,petitevillemeurtre sans préméditation, un chef d’accusation crimes,celaentraîneunesortedecerclevicieux,oùla
lourd,quilaissepenserqu’elledisposed’élémentssé- polices’estimeendroitdeprocéderàdesprofilagesra-LAUREMANDEVILLE
ENVOYÉESPÉCIALEÀSANFORD(FLORIDE) rieuxsurundossierentourédezonesd’ombre. ciaux,mêmequandlesjeunesn’ontrienfaitdemaletdeFloridesecouéepar
lmandeville@lefigaro.fr Pourl’heure,unechoseestsûre,l’Amériquevitsa se promènent dans un lotissement comme Trayvon,
premièrecrise«raciale»depuisl’arrivéedeBarack dit-il.Pourlesystèmepolicier,unAfro-AméricainestlemeurtredujeuneNoir
ObamaàlaMaison-Blanche.Oubliél’espoirexprimé, un criminel en puissance. C’est une forme de racisme
au moment de l’avènement d’un président métis, internalisé,plussubtiletpluscachéqu’avant»,dit-il.TrayvonMartin,offre
l était une fois une ville noire qui s’appelait d’une ère «postraciale». Brusquement, Sanford est
«Unregrettableaccident»Golsboro.Ellen’existeplussurlescartesde- devenuelaparaboledestensionsracialesdel’Améri- àl’Amériqueuneparabole
puiscentans.Mais,danslecœurdelacom- que.Lelieuoùlanationtoutentières’estànouveau Il n’est pas le seul à penser ainsi. De Baltimore au
munauté noire de Sanford, bourgade cossue miseàsemirer,entamantunesortedepsychanalyse Connecticut en passant par Tulsa, en Oklahoma oùdes«frontières
deFloridecentralelovéelelongd’unlac,son collective.«Oui,jecroisqu’onpeutparlerdepremière trois Noirs ont été abattus cette semaine, les Afro-
souvenirresteuneplaieouverte.Celle-cis’est criseracialedel’èreObama,estimeNathalieJackson, Américains dénoncent les délits de faciès des forcesinvisibles»quipersistentIbrusquementravivéeilyaunmois,quandla avocatedelafamilleMartin,quiestaussilafilledela de l’ordre. Il y a quelques jours, un journaliste de la
communautéaeulesentimentquel’«undessiens», directricedumuséedeGolsboro.Biensûrquebeau- radio NPR racontait que, dans la vie de tout garçonentrelesraces.UnmurTrayvon Martin, avait perdu la vie parce qu’il était coupdeprogrèsontétéfaitsdepuisl’époquedesdroits afro-américain, vient un moment où il est prévenu
noir;etquelapoliceserefusaitàarrêterleresponsa- civiques. Mais les Noirs disent au pays: nous voulons parsesparents«deschosesqu’ilnefautjamaisfaire».
bledesamort,GeorgeZimmerman,parcequ’ilétait avoir une nouvelle conversation. Montrez-nous que la d’incompréhensionqu’on «Nejamaissortird’unmagasinsansavoirprisunsacà
blanc. Soudain, les «frontières invisibles» entre justiceestlamêmepourtous,quel’Amériqueestbien course, pour ne pas être soupçonné de vol. Ne jamais
BlancsetNoirsqueleprésidentObamaavaitdécrites l’Amérique.» répondremalàunflic…»croyaitsurmontédepuis
dansson«discourssurlesraces»sesontànouveau Mêmesil’émotionsuscitéeparl’affaireTrayvona
Lapoliceenaccusationdressées comme des murs. «C’est parce que cette largementdépassélecadredelacommunauténoire,l’électiond’Obama.
frontièren’ajamaisdisparu»,s’exclameFrancesOli- CesoirdePâques,devantlachapelleAllen,rueOli- plusieurssondagesmontrentàquelpointlapercep-
ver,uneancienneenseignantedel’époquedesdroits ver, au cœur du quartier noir, des familles afro- tiondecettetragédiediffèreselonlesraces.Dansla
civiques. américaines endimanchées convergent pour une population blanche de Sanford, et dans le reste du
ePour comprendre, il faut se rendre sur la 13 Rue soiréedeprièrespascommelesautres.Leshommes pays, on a le sentiment que le débat a dégénéré de
ouest,danslepetitmuséeafro-américaininstalléde- sont en costume et en chemise claire. Les femmes manièrecaricaturale.L’interventiondevieillesfigu-
puislemoisd’aoûtdansunpréfabriquébleu,etécou- portentdesrobesdecouleur.Quatreoucinqmem- resafro-américainesaudiscoursdiviseuretexcessif,
tercettegrandefemmenoirede68ansauxlongues bres des Black Panthers font leur numéro sans que commelerévérendAlSharptonoulepolitiqueJesse
dreadlocks blondes et au sourire désabusé parler de nul n’y prête attention. La communauté accueille Jackson,ajetéunfroid.«Pournous,cetteaffaireest
l’histoiredeGolsboro,villenoireautoadministréepar unequarantained’étudiantsdeFloride,quiviennent avanttoutunregrettableaccident»,confieSamantha,
seshabitants,crééeen1891.Elleétaitladeuxièmede d’arriveràSanfordaprèsunemarcheàlamémoire uneAnglo-AméricainedeSanford.«Cettevillen’est
cetypeàvoirlejourenFloride,ÉtatduSudoùl’escla- de Trayvon. «Que voulons-nous? La justice! pas raciste, c’est faux, renchérit son mari Samuel
vage,aboliparLincoln,perduraitdefacto.Seshabi- Quand? Maintenant!», clament-ils. Ces étudiants Samhaoui,Marocaind’origine.Toutlemondesemé-
tants étaient fiers d’avoir leur propre maire et leur quise sontbaptisés «rêveurs», enallusionaurêve langeici.S’ilyatensions,c’estquecertainsserefusent
propre administration. Préférant travailler aux che- de Martin Luther King, parlent de lancer une nou- àallerdel’avant»,dit-il.
mins de fer ou ouvrir leur business, ils se mirent à velle«révolution»contrelespréjugésraciaux.Mais « Le scepticisme s’explique aussi par les chiffres,
prospéreretenvinrentàrefuserderamasserlecéleri, lemomentleplusfortvientquandVelmaWilliams, note Kenneth Adams, professeur de droit pénal àPourmoi,culturelocaledominantedelavilleblanchevoisinede laseuleconseillèremunicipalenoiredeSanford,s’en l’universitédeFloridecentrale,quiluiestblanc.Se-
Sanford.Lestensionsmontèrententrelesdeuxlocali- prendàlapolice.«Leproblèmequenousavons,c’est lon lui, les gens se demandent pourquoi l’affairecen’estpas
tés, séparées par l’Interstate 92, qui porte ici le nom ledépartementdelapolicedeSanford.»Mêmesielle TrayvonMartinaétémontéeenépinglealorsquela
d’Avenue française. En 1911, Sanford, qui voulait appelleànepas«stigmatisertouslesofficiersdepoli- plupartdesviolencescontrelesNoirssontcommisesunequestion
s’étendreversl’ouest,décidal’absorptionbrutalede ce»,VelmaWilliamsvajusqu’àparlerde«cancer». pardesNoirs.Quelque150hommesafro-américains
Golsboro, dont l’administration fut brutalement dé- «Policedémission!»,répondlasalleenflammée. sonttuéstouteslessemainesauxÉtats-Unis,à94%deracisme,mais
mantelée.Lequartiersevidadesarichesse,revenant Plus tard, Velma Williams, solide bout de femme pardesmembresdeleurcommunauté.
àlaréalitédesquartiersnoirstypiques.Francesexhi- élueilya16ans,nousreparlede«ceracismeinstitu- plutôtuneforme Devant la chapelle Allen, le journaliste écrivain
bed’uneboîtelespapiersadministratifsjaunisparles tionnel»quiimprègne,selonelle,lesforcesdel’or- Mark Pinsky se demande pourquoi les seuls Blancs
années,quelemairenoirdel’époque,WalterClark, dre et l’ensemble du système judiciaire américain. d’innocuité présents(àpartlui)sontdesjournalistes.«Pourmoi,
avaitgardés,dansl’espoird’obtenirunjourrépara- «Ces préoccupations bouillonnent depuis long- ce n’est pas une question de racisme, mais plutôt uneculturelleauxtion.Pourelle,centansplustard,«rienn’avraiment temps»,dit-elle.Unesociétédeconsulting,chargée forme d’innocuité culturelle aux problèmes des Noirs.
changé». Les Noirs vivent toujours sur l’emplace- d’enquêter sur la police, avait déjà conclu à des Ils disent: je croyais qu’on en avait fini avec tout ça,problèmesdesment historique de l’ancien district, tandis que les «dysfonctionnements»etunnouveauchefavaitété Obama n’est-il pas président?» Pinsky pense que
Blancs vivent à l’est. «Les patrouilles de policiers nommépourinstallerde«nouvellesprocédures»et pourbeaucoupdeBlancs,lesNoirsrestentenréalitéNoirs.Ilsdisent:
continuent d’arrêter les jeunes garçons noirs, de la embaucherplusdepoliciersnoirs.«Maisaprèsson «uneabstraction».«Aveclescommunautésclôturées
mêmemanièrequ’ilslesembarquaienten1911,leurcol- départ, le système a repris ses droits», dit Velma, quifleurissentpartout,celas’aggrave.»jecroyaisqu’on
lant une fausse accusation pour les forcer à aller tra- évoquant «les multiples meurtres de Noirs enterrés Aufond,lemodèlecommunautaireaméricain,où
vaillerdansleschampsdecéleri,ditFrances.Trayvon par le département». Devant la chapelle, nombre chacunestdésignéparsaraceousonappartenanceenavaitfiniavec
aussiestmortenraisondelacouleurdesapeau.» d’habitantsracontentdesombreshistoiressurlesfils identitaire,entretientlesmursinvisibles.Laségréga-
L’écrasantemajoritédelacommunauténoireest- etlesfrèresdontlamortn’ajamaisdonnélieuàen- toutça,Obama tion géographique perdure, malgré les droits civi-
ellefondéeàpenserainsi?Oufait-ellefausseroute, quête,«parcequ’unmortnoir,çanepèserien». ques,etavecellelesstéréotypes.Lesmariagesmixtesn’est-ilpas«restée mentalement scotchée aux années 1960», «Àcausedel’héritagedel’esclavage,lapolicereste restent très rares (pas plus de 1% de la population
commesesenfantsleluireprochent?Depuisunmois vue comme une force d’occupation dans la commu- américaine),mêmes’ilsaugmentent,mêmedanslesprésident?»etdemi,laquestionpassionneetdivisel’Amérique.Le nauté noire», explique Lee Ross, professeur associé Étatssudistes.«Ilfaudrasansdouteattendrequenotre
départementdepolicedeSanfordaétéaccusédeparti dedroitpénalàl’universitécentraledeFloride,qui générationmeure,souritFrancesOliver,quiaétééle-
MARKPINSKY,JOURNALISTE-
prisetsonchefWilliamLeeadûdémissionnerprovi- estafro-américain.Ilaffirmequ’ilyadesraisonsob- véedansunenvironnementtotalementnoir.Mafille,ÉCRIVAIN
soirement. La procureure spéciale Angela Corey, jectives à cela, les Afro-Américains représentant elle,agrandidansunmilieumixte.EllenepensepasenAP
chargéedel’enquête,afinalementdécidécemercredi 13%delapopulationtotale,mais30%desarresta- noiretblanc.»
A
vendredi13avril2012 LE FIGARO
Présidentielle4 politique




Leplateaudelasoiréeélectorale
deLCI,lorsdupremiertour delaprésidentiellede2007. IBO/SIPA
Lestélésbelges LeCanada
etsuisses s’estadapté
devraientdonner TANDISquelaFrances’interroge
surlanécessitéderéformerlesdesestimations règlesdediffusiondesrésultats
électorauxàl’heuredesnouveauxdès18h30. médias,leCanadaadéjàtranché.
LegouvernementdeStephen
Harpervadéposercetteannée
ALBERTZENNOU
unprojetdeloivisantàabroger
l’article329duCodeélectoral.
CAMPAGNE Ce sera inédit. À l’heure des Adoptéen1938,cedernier
réseaux sociaux, Twitter et Facebook, des interditdediffuserlesrésultats
sites Internet d’informations et des télés d’uneélectionenprovenance
d’infos en continu (LCI, BFM, i-Télé…), desbureauxdevotedelacôteest
les soirées électorales risquent de ne plus alorsquelacôteouest,décalage
être tout à fait les mêmes. Le 22 avril, il ne horaireoblige,voteencore.
sera plus forcément besoin d’attendre Lescontrevenantss’exposent
20 heures pile pour connaître des estima- àcinqansdeprison
tions à peu près fiables du premier tour. ou25000dollarscanadiens
En effet, la RTBF, la télévision publique une radio ou un site Internet, c’est égale- service qui a plus de 5 millions d’abonnés munication au public par voie électroni- d’amende(19000euros).
belge francophone, a annoncé vouloir ment un utilisateur de Twitter. Écrire un en France est devenu un puissant outil de que », c’est-à-dire sur des sites directe- «Notregouvernementaentendu
consacrer une émission spéciale le 22 avril SMS en faisant état d’une estimation n’est communication. «C’estunevéritablepré- ment accessibles. Il ne s’applique pas à des lesCanadiensdirequenon
dès 18 h 30, soit une heure et demie avant pas répréhensible. «Le SMS est une cor- occupation,toutàfaitinédite », reconnaît émetteurs situés hors de France. seulementcertainesrègles
la fermeture des bureaux de vote dans les respondance privée, rappelle Guyomar. Mattias Guyomar. Le risque principal de la divulgation des encadrantledéroulement
grandes villes. La télévision belge annon- Mais le faire par Twitter ou par Facebook résultats avant 20 heures est la rupture de- desélectionssontdépassées,
«L’impactseraittrèsfaible»ce qu’elle donnera alors les estimations et faitdesonauteurundiffuseurquipeuten- vant l’égalité de l’information. Certains maisqu’ellesbrimentaussila
résultats de sondages sortie des urnes dis- suiteêtrepoursuivientantquetel.Ilenva Toute infraction à l’article L90-1 du Code électeurs voteraient « à l’aveugle » tandis libertéd’expression»,aexpliqué
ponibles. La télévision suisse prévoit éga- delaresponsabilitéindividuelledechacun. électoral sur la publication des sondages que les derniers électeurs d’un bureau de leministrecanadiendelaRéforme
lement un dispositif équivalent. En 2007, Notresouhaitestdefaireprendreconscien- est passible d’une amende pouvant at- vote fermant à 20 heures auraient, eux, des démocratique.Seloncedernier,
les sites Internet de grands quotidiens ce,àtousceuxquiseraienttentésdefaire teindre 75 000 euros. L’article L52-2 pu- tendances électorales sérieuses. Pour l’actuelleloi«alepotentielde
belges et suisses étaient même devenus état de sondages ou d’estimations avant nit, lui, d’une amende de 3 750 euros la autant, y aurait-il altération de la sincérité rendrelesCanadienspassiblesde
inaccessibles en raison du trop grand 20 heures, qu’il en va du bon fonctionne- publication d’un résultat. Cet article, mo- du scrutin ? Les sondeurs doutent d’une lourdesamendespouravoirutilisé
nombre de connexions. mentdeladémocratie.» Et l’apparition de difié en 2004 pour inclure Internet dans influence sensible. Principal argument : les destechnologiesquiconstituent
Or la législation française est poin- Twitter dans l’univers de l’information son champ d’application, vise la presse, premières estimations ne seront connues desmodesd’expression
etilleuse sur ce point : il est strictement in- complique sérieusement les choses. Le les radios, les télévisions et «toute com- que vers 18 h 45. Il ne resterait qu’environ quotidiensduXXI siècle».
terdit, depuis le vendredi minuit précé- une heure aux derniers abstentionnistes Aprèscetteréforme,médias
dant un scrutin de diffuser, de quelque pour se précipiter dans l’isoloir et orienter etinternautespourrontdiffuser
manière que ce soit, sondages et estima- leur vote en fonction des informations re- librementlespremièresCHRISTIANDAURIAC, CHEFDERÉDACTIONÀLARTBF
tions. «Les diffuseurs de telles informa- çues. Or, à cette heure, «90% des Fran- estimationsenprovenancetions encourent des poursuites », assure çaisdécidésàallervoterontremplileurde- del’estdupayslorsdesélections«Nousnesommespasconcernésparlaloifrançaise.Nousferons
Mattias Guyomar, le secrétaire général de voir électoral. L’impact serait très faible », généralesde2015.
doncnotreboulotdejournalistesenfaisantcirculerl’information
la commission des sondages. Et un diffu- assure Jérôme Fourquet, directeur du pôle CHLOÉWOITIER
etendonnantlesrésultatsdèsqu’ilsserontdisponibles»
seur n’est pas seulement une télévision, opinion de l’Ifop.
!
"
pénales et sera passible d’une amende liers de personnes qui auront l’info. Nous, scoop des médias belges et suisses. À ronsqu’êtresuivisteparrapportauxmé-
PAULEGONZALES de 75 000 euros. Une somme, certes, médias audiovisuels, sommes, contraire- France Télévisions, le patron des rédac- diasbelgesetsuisses. » Même son de clo-
peu dissuasive au regard des coûts de mentàInternet,hyperrégulés.Etbienen- tions, Thierry Thuillier, met en exergue che du côté de TF1. Pour Catherine Nayl,
LE SUPPLICE de Tantale. Le dimanche programmes de la plus petite chaîne tendunousrespecteronslaréglementation deux autres points: «Nous avons déve- qui dirige l’ensemble des rédactions de
22 juin prochain, les télévisions, les ra- télé. Mais les télévisions, média roi de ce etinterdironsànosjournalistesdetweeter loppédesportailsd’informationtrèsréac- TF1, LCI comprise, «il est hors de ques-
dios françaises et leurs déclinaisons nu- type d’élections, le jurent la main sur le ou d’utiliser Facebook, mais personne tifs,etjustementfondéssurl’utilisationet tion qu’un seul de nos journalistes tweete
mériques seront mises à rude épreuve. cœur : «Iln’yaurariensurnosantennes n’échapperaàladisséminationsurlesré- lareprisedesréseauxsociaux.Cediman- ou utilise Facebook pour la reprise de ce
Alors qu’à nos frontières bruisseront avant 20 heures ». L’explosion des ré- seaux. Le paradoxe, c’est que ce sont che-lànousironsàcontre-courant type d’information. Ils sont l’incarnation
toutes les rumeurs et estimations sur le seaux sociaux rend toutefois l’exercice nousquipayonstrèscherdesson- denotreusageprofessionnelet delachaîneetengagentlemédiapourle-
résultat du premier tour, nul ne pourra, redoutable pour des médias qui ont tous dagesetdesestimationsquise- il ne sera pas facile de tout quelilstravaillent». Mais «ceseradur »,
en France, entre 18 et 20 heures, faire développé leur portail d’information, rontdivulguéspard’autres.» bloquer.» admet-elle.«LaRTBFavraimentplacéla
état du moindre «sondage, estimation encouragé leur rédaction à investir Fa- Et,defait,celacoûteauxté- À cela s’ajoute «leris- barretrèshautaveccetteémissionspécia-75000ou résultat partiel ». Celui qui trans- cebook et Twitter et sont désormais lévisions entre 200000 et quedefaussesrumeurset le qui risque non seulement d’être reprise
gressera sera sous le coup de poursuites dans une course effrénée à l’audience et 300000 euros de com- de fausses informations surleNetmaisquiseraaussiaccessibleàeuros
au clic. mander ce type de sonda- qui circuleront sur ces touslesFrançaisfrontaliers.»
Lemontantdel’amendeges aux différents instituts. réseaux et qu’il sera très Tous les responsables des chaînes qui
encouruesil’onannonce10minutesdegloire Et si les grands médias sont difficiledecanaliser ». Al- ont déjà avalé la pilule amère de la stricteLessitesd’actu prématurément
Pour Guillaume Dubois, directeur de la sous le contrôle attentif du bert Ripamonti, le direc- égalité du temps de parole demandent
lesrésultats.
rédaction de BFMTV, «la question est Conseil supérieur de l’audiovi- teur de la rédaction d’i-Télé, aujourd’hui la réforme d’une législationrespecterontlaloi
moins celle de la télévision ou de quelques suel, il sera beaucoup plus compli- est clair :«Iln’yaurarien.Aucun rendue obsolète par les nouvelles tech-
Lesgrandssitesd’information mails que celle des réseaux sociaux. La qué, voire impossible, pour la Commis- de nos journalistes ne donnera la moindre nologies. La solution préconisée étant au
surInternetassurentqu’ils grande première c’est Twitter. Jusque-là, sion nationale de contrôle de l’élection infoavant20heures,quelquesoitlemode moins une fermeture des bureaux à la
respecterontl’obligationlégale seuls quelques milliers d’initiés étaient au présidentielledepoursuivreetsanction- de diffusion. Il serait par ailleurs idiot de même heure. Une solution déjà préconi-
denepasdonnerlesrésultats courant de ces premières estimations. nerlescentainesdemilliersd’internau- s’offrir 10 minutes de gloire pour 10 mois sée en 2007 par le CSA et la commission
duscrutinavant20heures,alors Maisen2012cesontdescentainesdemil- tes qui tweeteront et retweeteront le deprocédure,alorsqu’enplusnousnefe- de contrôle des élections.
quelespremièresestimations
s’échangerontprobablement
bienavantsurlesréseauxsociaux
etlessitesétrangers.«Pas