Magazine Le Figaro du 13 février 2010
42 pages
Français

Magazine Le Figaro du 13 février 2010

-

Description

Decouvrez le Figaro magazine du 13/02/2010

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 février 2010
Nombre de lectures 24
Langue Français
Poids de l'ouvrage 10 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

4,50€ samedi13-dimanche14février2010 - Le Figaro N° 20 384-www.lefigaro.fr- France métropolitaine uniquement
LeFigaroMagazineRendez-vouslundi
Lefuturs’écritavec
àShanghaïLLeL Figarosanté
38pagesspéciales
expositionuniverselle
Le Figaro
et ses
magazines
auprix
de4,50€
“Sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloge flatteur” Beaumarchais
LeFigaroéconomie
Les JO de VancouverSimplifier
prennent leur envollesdémarches LaFrance
administratives
grâceàInternet
PAGE25 résistemieuxLesfabricants
deskis
s’adaptent
àlanouvelle àlacrise
donne
mondiale PAGE27 quesesvoisinsMichelin
arenforcé
Le PIB français a progressé de 0,6 % au quatrièmesespositions
trimestre 2009, contre 0,1 % en zone euro.en2009 PAGE26
DOPÉE par la consommation des mé- +0,6 %
nages, la croissance française a termi-
+0,3%Les relations né l’année mieux que prévu, en hausse +0,2% Le PIBer
1 trim.de 0,6 % au quatrième trimestre. Un françaisse tendent
chiffre largement supérieur à la en 2009
moyenne des pays de la zone euro.entre socialistes
Malgré cette éclaircie, 2009 s’inscrira VARIATIONet Verts PAGE4 dans l’histoire comme l’année de la TRIMESTRIELLE
e e eplus forte récession subie par l’Hexa- 2 trim. 3 trim. 4 trim.
gone depuis 1945. PAGE24 –1,4%François Fillon Source : Insee
en campagne
dans les régions Unprojetpouraller«gagnables»
PAGE3 surMarsen40jours
ALLER sur en 39 jours, un nouveau moteur magné-
au lieu des six à huit mois re- toplasmique, mis au point
quis avec les modes de pro- par un ancien astronaute de
pulsion actuels, permettrait la Nasa, permet d’envisager
de réduire considérablement sérieusement cette hypothè-Après la cérémonie d’ouverture la nuit dernière et
le risque d’exposition de se. À un moment où l’agence
les premiers sauts en compétition, les premières médailles
l’équipage aux radiations a décidé de mettre de grosSans-papiers: vont être distribuées aujourd’hui à Vancouver. cosmiques ainsi que les effets moyens sur la recherche
Le rendez-vous majeur du week-end, la descente néfastes de l’apesanteur sur spatiale après l’arrêt du pro-Besson veut
hommes, est menacé par la météo perturbée. PAGES14ET15 le corps humain. Le Vasimr, gramme lunaire. PAGE13faciliter les
expulsionsPAGE12
HISTOIRE DUJOUR
Des députés
algériens tentent BonsbaisersdeDeauvilleet…de« criminaliser»
la colonisation «chabadabada!»
PAGE6
a météo prévoit un bon – 1° ce films ». «Les hommes se mettront là où
week-end en Normandie. Qu’im- était Jean-Louis; les femmes, là où se te-Alain Chamfort L porte ! Dimanche, à Deauville, le naitAnouk.Puis,toutlemondevacourir,met
soleil se lira sur les lèvres. À l’heure du etjefilmerai », explique Claude Lelouch.
Saint déjeuner, les amoureux sont conviés sur Le cinéaste rappelle volontiers à quel
cette plage qui vit, ilya44 ans, Jean- point sa vie a changé après le tournageLaurent
Louis Trintignant et Anouk Aimée s’em- d’Un homme et une femme et après l’im-en
brasser passionnément devant la caméra mense succès du «chabadabada »
musique de Claude Lelouch. Promis, juré : le réa- chanté par Nicole Croisille. La plage de
lisateur sera à nouveau là, caméra au Deauville, ses planches et ses cabinesPAGE32
poing, prêt à capter les images de cou- rayées y ont gagné quelques galons ro-
ples (encore) inconnus. En principe, les mantiques. Dimanche, il faudra plutôt
séquences filmées seront diffusées sur prévoir « Des hommes et des femmes » :MARTINBUREAU/AFP-S.SORIANO-LE
Internet – plus précisément sur le site de on attend plusieurs centaines de person-FIGARO-J.P.COUDERC/ROGER-
la mairie, grande organisatrice de l’évé- nes pour cette Saint-Valentin du septiè-VIOLLET-NASA
nement. Mais Claude Lelouch conserve- me art et le réalisateur parle déjà d’un
ra aussi les rushs pour, sait-on jamais, futur «baiserdemasse ».RachidaDati
les insérer dans «l’un de ses prochains CLAIREBOMMELAER
Invitée
GPdHAsia
Best ladies watch 2009du«Talk
DÉBATS&OPINIONS RENDEZ-VOUS RM 016Orange-
A partir de 52 000€
L’ÉDITORIAL de Paul-Henri du Limbert PAGE21 LECARNETDUJOUR PAGEs17à19LeFigaro»
LACHRONIQUE d’Alexandre Adler PAGE21 APARTÉ d’Anne Fulda PAGE41
PAGE 4
DÉBATS«Avatar»:leretouràla«Terre
A RACING MACHINE ON THE WRISTDéputéeeuropéenne Mère» Michel Maffesoli PAGE20 TOUTE L’ACTUALITÉ SURlefigaro.fr
www.richardmille.com
ALG:170DA. AND:1,40€. BEL:1,40€. DOM:2,00€. CH:3FS. CAN:4,25$C. D:2,00€. A:2,80€. ESP:2,00€. GB:1,60£. GR:2,20€. IRL:2,20€. ITA:2,20€. LUX:1,40€. NL:2,00€. H:700
HUF. PORT.CONT.:2,00€. SVN:2,20€. MAR:13DH. TUN:2DTU. USA:3,95$. ZONECFA:1500CFA. ISSN0182.5852
JAVIERSORIANO/AFP
wolkoff-arnodin.com
Csamedi13-dimanche14février2010 LEFIGARO
2 recto VERSO
Il y a cinquante ans
aujourd’hui,
Paris réalisait son premier
essai atomique dans
le Sahara algérien,
s’imposant du même coup
dans le club des grandes
puissances. Depuis,
la dissuasion nucléaire,
adaptée aux nouvelles
Le13février
1960,à7h04,menaces, reste le laFrance
réalisaitson
premieressaifondement de la politique
nucléaire,
baptiséde défense française.
Gerboisebleue,
àReggane,PARISABELLELASSERRE
dansleSahara
algérien. AFP
ourra pour la France! De-
puis ce matin, elle est plus
forte et plus fière.»Ce«
13 février 1960, le général
de Gaulle exulte auprès de
son ministre des ArméesHPierre Messmer. Après
quinze ans d’efforts, l’essai nucléaire Gerboise
bleue, réalisé à 7h04 à Reggane, dans le Sahara algé-
rien, a fait entrer la France dans le petit cercle privé
des puissances atomiques, jusque-là monopolisé par
les États-Unis, l’Union soviétique et la Grande-Bre-
tagne. Gerboise bleue, du nom d’un petit rongeur du
désert, sera suivi d’une Gerboise blanche, puis d’une
rouge, puis d’une verte. Au total, la France réalisera
210 essais en Polynésie et dans le Sahara, jusqu’à ce
qu’elle signe le traité d’interdiction complète des es-
sais nucléaires, en 1996.
Cinquante ans après Gerboise bleue, le 27 janvier
dernier, la France a discrètement franchi une nou-
velle étape dans la modernisation de son arsenal en
réussissant le premier tir à la mer du missile M51
(sans tête nucléaire) depuis le sous-marin Terrible.
Avec une portée de 8 000 kilomètres et une préci-
sion supérieure à son prédécesseur, le M45, le M51
constitue un «tournant stratégique» pour la dis-
suasion française. «Il renforcera l’invulnérabilité du
SNLE (sous-marin nucléaire lanceur d’engins) et
permettra d’élargir ses zones de patrouilles, jusqu’à
pouvoir frapper des pays aussi éloignés que la
Chine », explique Jean-Marie Collin, auteur de La
Bombe (1).
Cinquante ans après la première explosion, la dis-
suasion est toujours au cœur de la politique de dé- LejouroùlaFrance
fense de la France. Elle fait l’objet de ses attentions
budgétaires, techniques et doctrinales. «Letirréus-
si du M51 montre que la dissuasion française est un
systèmevivantquifonctionnebien », explique Bruno
Tertrais, chercheur à la Fondation pour la recherche aconquislabombestratégique (FRS) (2).
Mouvementantinucléaire
Cet anniversaire n’est pas fêté partout avec la même
eferveur. En Algérie, les Moudjahidins du peuple or- Mais c’est l’avènement de la V République et l’ar- pour accéder au statut nucléaire. Washington espé- des budgets, la dissuasion française est redimen-
ganisent fin février une conférence internationale rivée au pouvoir de De Gaulle qui font franchir à la rait cependant que la France suivrait la voie britan- sionnée. La composante terrestre est démantelée, la
sur les conséquences des essais nucléaires sur l’en- France un cap décisif. Avec de Gaulle, qui s’entoure nique et se doterait d’une arme qui serait intégrée composante océanique diminuée et le nombre de
vironnement. Les associations estiment que la loi d’une équipe de chercheurs et de militaires de haut dans l’Otan. C’est l’arrivée de John Kennedy au têtes nucléaires ramené à 300. Mais, tout en annon-
d’indemnisation des victimes est «insuffisante» et niveau, la bombe devient un enjeu politique et na- pouvoir, en 1961, qui provoque un raidissement. çant une réduction des forces stratégiques françai-
que la décontamination des sites est «inexistante ». tional. «Sans de Gaulle, la France serait peut-être «L’équipe au pouvoir réalise alors avec inquiétude ses, qui doivent correspondre au principe de stricte
«Danslesérailpolitique,avecceprojetdeloipropo- restéeunepuissancenucléairevirtuelle,commel’Inde que la bombe française va être totalement indépen- suffisance, Nicolas Sarkozy, dans son discours de
santdecriminaliserlacolonisation,toutcequiatraità après son essai nucléaire de 1974 », explique Bruno dante.C’estaussiledébutdelapolitiquedenon-pro- Cherbourg en 2008, confirme l’attachement de la
la France est utilisé pour nourrir la polémique », ex- Tertrais. Pour le Général, qui s’inquiète de la menace lifération. Il faudra attendre Nixon pour que l’Admi- France à ce qu’elle considère comme son «assu-
plique un spécialiste du dossier. soviétique et n’a qu’une confiance limitée dans les nistration américaine accepte pleinement le nouveau rance-vie ».
Les vétérans de l’armée française qui ont participé États-Unis et leur engagement auprès des Alliés, la statutfrançais », rappelle Tertrais. Certes, les notions initiales de «dissuasiondufai-
aux essais luttent toujours pour faire connaître leur bombe atomique est le meilleur moyen de rendre à la bleaufort»etde«pouvoirégalisateurdel’atome »
«Assurance-vie»histoire. À 71 ans, atteint d’un cancer de la peau, Gé- France son statut légitime de grande puissance. C’est ont évolué avec les changements internationaux.
rard Dellac, l’homme qui a planté le drapeau fran- un instrument d’autodétermination, qui permettra à En multipliant les programmes d’armements pen- Mais la dissuasion n’est pas uniquement liée à une
çais dans le cratère de la première bombe atomique, Paris d’avoir une politique étrangère autonome et de dant la guerre froide, la France réussit à se hisser à la question de rang et de prestige. Considérée comme
à Reggane, est de ceux-là.«Àl’époque,onétaitfiers. réintégrer la cour des grands, en brisant au passage troisième place des États dotés. Dans les années 1960 la meilleure protection dans un monde incertain,
Onnesavaitpasquec’étaitdangereux.Ilseraittemps le duo occidental anglo-américain. De Gaulle, qui et 1970, elle réceptionne ses premiers bombardiers elle s’appuie aussi sur le principe de réalité. Or, du
queleshommespolitiquesreconnaissentqu’ilsontfait regrettait que la France ait été exclue des conféren- nucléaires, constitue une frappe sous-marine, puis Pakistan à la Corée du Nord en passant par l’Iran, la
deserreurs.» ces de Yalta et de Potsdam, savait que dans le monde développe une composante de missiles terrestres sur prolifération nucléaire ne s’est jamais aussi bien
Mais, alors que les États-Unis d’Obama ont fait du nouveau qui émergeait de la Seconde Guerre mon- le plateau d’Albion. Entre-temps, elle fait exploser portée dans le monde.
désarmement nucléaire une priorité de leur politi- diale, l’influence internationale allait son premier engin thermonucléaire, Dans un récent ouvrage consacré à la question, le
que étrangère, que des voix s’élèvent à Berlin pour désormais appartenir aux puissances une bombe H, plus puissante que la A, général Pierre-Marie Gallois (3) prévient : «Avant
réclamer le retrait des dernières armes nucléaires qui disposeraient de l’arme absolue. le 24 août 1968, sur l’atoll de Mururoa deréclamerlasuppressiondel’armenucléaire,ilvau-
américaines en Allemagne, que la Grande-Bretagne La France pouvait d’autant moins s’en dans l’océan Pacifique. La France, qui a drait mieux que les gouvernements des démocraties
s’interroge sur la nécessité de conserver une dissua- passer qu’elle n’avait pas, à l’époque, quitté le commandement intégré de occidentales réfléchissent. Peut-être vaut-il mieux
sion autonome, la bombe atomique fait toujours les moyens de mener une course aux l’Otan en 1966, veut avoir la possibilité prépareruneguerreatomiquequinepeutavoirlieuet
consensus à Paris. «L’arrêt des essais en France et armements conventionnels face à de se défendre tous azimuts sans dé- cependant maintenir un état d’équilibre (…) que se
l’absencedemenaceimmédiateontaffaiblilemouve- l’URSS. pendre d’un protecteur. donnerlesmoyensd’unconflitquiseraitpossiblepar-
mentantinucléaire », commente Bruno Tertrais. Les États-Unis ont d’abord regardé Avec la fin de la guerre froide, l’évo- ce qu’il serait mené par les moyens uniquement
L’histoire de la bombe nucléaire française com- avec bienveillance les efforts français lution des menaces et la diminution conventionnels.» En France comme aux États-Unis,
emence sous la IV République, avec la création, en la bombe nucléaire a sans doute encore de beaux
1945, du Commissariat à l’énergie atomique (CEA). jours devant elle.
À l’époque, il s’agit d’effacer le souvenir de la défaite
traumatisante de 1940 et de créer un armement nu- (1) «La Bombe. L’univers opaque du nucléaire», Jean-
cléaire permettant de rétablir l’égalité, sur le plan SansdeGaulle,laFranceseraitpeut-être Marie Collin, Éditions Autrement, 2009. (2) Bruno Ter-
politique et militaire, entre Paris, Londres et trais,«LaFranceetladissuasionnucléaire»,Documen-restéeunepuissancenucléairevirtuelle,Washington. Le programme nucléaire français tationfrançaise,2007.Dernierouvrageparu:«LaGuer-
avance pas à pas, doucement poussé par une com- re», Que sais-je?, 2010. (3) Pierre-Marie Gallois,commel’Indeaprèssonessaide1974»munauté scientifique, politique et militaire qui« «Stratégiedel’âgenucléaire»,ÉditionsFrançois-Xavier
BRUNOTERTRAIS,CHERCHEURcultive la discrétion. deGuibert,2009.
A
FRS
LEFIGARO samedi13-dimanche14février2010
3francePOLITIQUE
PourFrançoisFillon,«iln’yapasdefief
imprenable»
VenusoutenirhierlalistemenéeenPaca
parThierryMariani,lepremierministreaappeléles
électeursà«nepassedisperser»surlesextrêmes.
MondevoirestdedirelavéritésurlesdéfisSOPHIEHUET
quenousdevonsrelevertousensemble.AuENVOYÉESPÉCIALEÀTOULON
servicedenotreavenir,jen’opposepasles Hiersoir
RÉGIONALES À moins d’un mois du régionsetl’État.Jenedivisepasl’intérêt àToulon,
premier tour des élections régionales, général,jenedivisepaslesFrançais.» lepremier
FrançoisFillonestvenuhiersoiràTou- FillonaaussiaccusélePS,quipréside ministre
Françoislon apporter un soutien appuyé à 20 régions sur 22, de ne pas se sentir
FillonThierry Mariani, le chef de file UMP en «partie prenante de l’effort de maîtrise
avivementProvence-Alpes-Côted’Azuretprinci- des comptes publics». Ajoutant: «Je
attaquéla
pal challenger du président PS sortant, vousdemanded’incarnerlaresponsabili-
gauchequi
Michel Vauzelle. Devant plus de 1500 té fiscale face à ceux qui refusent de le
«souhaite
personnesréuniesauPalaisdescongrès, faire.» Pour Thierry Mariani, qui atta-
faire
enprésencedumairedeToulon,Hubert que le bilan de son adversaire, Paca est desrégions
Falco,secrétaired’ÉtatauxAnciens «larégionlaplusendettéedeFrance, descontre-
Combattants, et du maire de et celle où les dépenses d’inves- pouvoirs».
Nice, Christian Estrosi, mi- tissement entre 2004 et 2008 OLIVIER
nistredel’Industrie,lepre- ont été les plus faibles» PON/REUTERS
mierministre,quieffectue (498 euros par habitant).30%un tour de France des ré- Lechefdefilerégionalde urnes. Thierry a le talent pour bousculer dopélemoraldestroupesdelamajorité. «respecte», il les a mis en garde:«Ne
pourlalisteUMPenPacagions «gagnables» par la l’UMP dénonce aussi «la lesclivagesetlesscénariosécritsd’avan- ThierryMarianiveuttoutfairepouratti- vouslaissezpasmanipuler,nevouslaissez
aupremiertourcontremajorité,avivementatta- politiquedesaupoudrage» ce.Iln’yapasdefiefimprenable.» rer,dèslepremiertour,lesélecteursdu pas trahir une fois de plus. Depuis douze
24%àlalistesocialiste.quélagauchequi«souhai- pratiquée par Vauzelle, LesondageOpinionWay-Fiducial(nos FN afin d’éviter, comme en 2004, une ans,LePenestenréalitélabouéedesau-
(BaromètreOpinionWay-te faire des régions des con- tout comme le font les éditions du 10 février) qui place la liste triangulaire.«Jean-MarieLePensemo- vetage de Michel Vauzelle.» François
FiducialpourLeFigaro
tre-pouvoirs». Verts,bienqu’ilsfassentpar- Mariani six points devant celle de Vau- quedesproblèmesdelarégionPaca.Ilest Fillon a lui aussi appelé les électeurs à
etLCI)
«C’estabsurde,maisc’estaussi tiedelamajoritésortante. zelle au premier tour, et crédite Jean- làpoursefaireplaisiretpourfaireunder- «ne pas se disperser»: «Voter pour les
pernicieuxsurleplaninstitutionnel,parce FrançoisFillonaensuiteattaquésurle Marie Le Pen, le président du FN, de niertourdepiste»,a-t-illancéhiersoir. partis extrémistes», a-t-il déclaré, re-
quelesassembléesrégionalesn’ontpasà terraindel’immigration.EnPaca,ilaes- 13% à 15% des voix, n’en a pas moins S’adressant aux électeurs du FN, qu’il vientà«voterpourlessocialistes».
se substituer au Parlement qui incarne, timéque«lamajoritéestlapluscrédible
avecleprésidentdelaRépublique,lasou- pourcombattrelaluttecontrel’immigra-
veraineténationale»,ainsistéFillon.Ila tionclandestine».Ilarenduhommageà
accusé l’opposition de «s’être réfugiée Thierry Mariani, un spécialiste de ces
depuis2007danslacritiquesystématique, questionsàl’Assemblée:«Thierry,c’est
sansprésenteraucunepolitiquealternati- cefilsd’unartisanitalienpourquilafierté
ve».Lechefdugouvernements’estex- d’êtrefrançaisaunsens,unhommequine
clamé:«Nosrégionsnesontpasdesbas- cèdepassurlesprincipes,quiécouteetqui
tionshorsdelaRépublique(…)Iln’yapas rassemble.»Plusglobalement,ilaaccu-
d’uncôtél’État,del’autrelescollectivités sélagauchede«préférerlabataillepour
locales.» Très en verve, le premier mi- lesplacesàladéfensedesesconvictions».
nistreapoursuivi:«Ilfautconvaincreles Au passage, Fillon a fait un sort aux
Français que ce front du refus est stérile sondages qui donnent Michel Vauzelle
pourlaFrance,commepournosrégions. en tête: «Les sondages ne sont pas les
QuandHervéMorin
s’interrogesurlastratégie
d’unionavecl’UMP
LeprésidentduNouveauCentreveutprésenter
descandidatsautonomesauxcantonales
etauxsénatorialesde2011.
rité auraient-elles été meilleures si elle
JUDITHWAINTRAUB avait présenté des listes séparées au
MAJORITÉ Nicolas Sarkozy a voulu premier tour? «Il est probable qu’au
l’union, les centristes l’ont faite. Mais deuxièmetourlalisted’unionauraitfait
selon Hervé Morin, le président du mieux que l’addition des scores du pre-
Nouveau Centre (NC), «les régionales mier tour, estime Hervé Morin. Mais
vont démontrer que l’union ne suffit pas est-cequeçaauraitsuffipourchangerle
pourgagner».Enéchangedeleurpar- résultat final dans les régions? Rien
ticipation à des listes communes, le n’est moins sûr. Le pouvoir en place n’a
chef de l’État a été généreux avec les jamaisgagnéd’électionintermédiaire.»
anciensamisdeFrançoisBayrou.Siles
«Nouvelleétape»cadres de l’UMP ont sifflé la présenta-
tion de ces listes en conseil national, L’objectif final du NC étant de présen-
c’est bien d’ailleurs parce qu’ils s’esti- ter une candidature centriste à la pré-
maient lésés par rapport aux autres sidentiellede2012,unéchecdel’union
partis de la majorité, et particulière- aux régionales pourrait lui donner des
ment au NC. «Pour être honnête, arguments pour défendre ses propres
concède un expert électoral centriste, couleursauxsénatorialesetauxcanto-
c’estvraiquelaplacequinousaétéac- nales.Morinneconfirmepasexplicite-
cordée dans certaines régions est supé- ment ce scénario, mais il souligne que
rieure à ce que nous représentons. Mais «lescantonalessontdeséchéancesplus
onaaussiacceptémoinsquecequinous importantes que les régionales» pour
avait été promis dans d’autres régions, consolider l’implantation d’un parti.
notammentenIle-de-France.» Dèslelendemaindesrégionales,ilveut
Moyennant quoi, les candidats lancerune«radiographie»desfé-
du NC jouent le jeu «loyale- dérations pour trouver «l’homme
ment», tout en ayant pour la ou la femme idoine dans chaque
plupart le sentiment que le cli- canton». Début avril, un conseil
mat n’est pas des plus favora- national lancera officiellement la
bles. «Quand on tracte sur les «nouvelle étape» de la construc-
marchés, on se fait en- tion du Nouveau Centre: la
gueuler à cause de conquête de son propre
Quelques bulles pour fêter la Saint-Valentin...Proglio ou de l’affaire «drapeau». Une étape
de l’Epad, rapporte de «différenciation»
l’un d’entre eux. Et vis-à-visdel’UMP,qui Le champagne BILLECART-SALMON et ses partenaires
quand on voit les seraformaliséeenjuin vous donnent la chance de gagner des cadeaux d’exception...
sondages, on n’est par un congrès où, si
dans plus de 200 restaurants en France* !guère porté à l’op- leschosessepassent
timisme.Enrevan- comme l’a prévu
che,quandontient Hervé Morin, il
des réunions sera réélu à la *Détails de l’opération et liste des restaurants participants sur
publiques, on fait présidence du www.champagne-billecart.fr
salle comble, ce qui NC.
montrequenotreélecto-
rat est malgré tout HervéMorin,président
mobilisé.» duNouveauCentre. L’ABUSD’ALCOOLESTDANGEREUXPOURLASANTÉ.ÀCONSOMMERAVECMODÉRATION.
MARMARA/LEFIGAROLeschancesdelamajo-
Csamedi13-dimanche14février2010 LEFIGARO
LeTalk Dossierspécial«PS-Verts:
envidéo4 letempsdesfrictions» Régionales2010francePOLITIQUE
L’ÉDITORIALDEP.-H.DULIMBERTPAGE21 WWW.LEFIGARO.FR/LE-TALK WWW.LEFIGARO.FR/LE-TALK
Régionales:lesrelationssetendententre
lessocialistesetlesécologistes
L’impossibilité de faire liste commune en
Languedoc-Roussillon contre Georges Frêche
a accentué le malaise entre les deux partis.
quePSquedeproposerunevraiealternati-FRANÇOIS-XAVIERBOURMAUD
MartineAubryveàFrêche».ETRODOLPHEGEISLER
(PS)etCécileLe député socialiste Christophe Cares-
Duflot(Verts)OPPOSITION Des fissures dans les fonda- che va plus loin. Pour lui, la désunion de
enaoût2009tions de la maison commune de Martine la gauche en Languedoc-Roussillon est
àLaRochelle.Aubry ? Après l’échec de la tentative de «catastrophique» car elle assure la vic-
Derrièreles
rapprochement entre le PS et les Verts toire de Georges Frêche. Or, «les Verts discussions
dans le Languedoc-Roussillon pour con- ontacquisunelégitimitécontreFrêchequi pourles
trer Georges Frêche et après les autorise à revendiquer la régionales,
le regain de tension entre les première place», indique-t- tousontLapetite
deux formations en Île-de- il auParisien. déjàentêtephrasede…
France, les alliés tradition- Seulement, à la lecture des l’échéance
HENRIEMMANUELLInels de la gauche sont entrés sondages, le PS pense qu’il va présidentielle
DÉPUTÉPSDESLANDES
de2012.dans une zone de turbulen- retrouver sa place au centre
CÉCILEOSSIEUX/ces. de gravité de la gauche. IlDansune
CIT’IMAGESDans les deux camps, on agit en conséquence, passituationdifficile,
s’efforce de minimiser la mécontent de la perspectiveEuropeÉcologie
portée de ces deux épisodes de creuser à nouveau l’écartenaprofitépour
en les reléguant au rang de avec les Verts qui le talon-essayerdefairede
simples «escarmouches» à lasurenchère,cequi naient dangereusement de-
un mois du premier tour des n’estpeut-êtrepas puis les élections européen-
trèsresponsable.pélections régionales. Offi- nes de juin 2009. Hormis
ciellement, il n’y a donc au- l’Alsace, le PS devancerait
cune objurgation entre eux. les écologistes presque par- les mains en constatant que «les Verts déjàficelédesaccords.» Derrière ces dis-
ZOOM«Ilyade petites tensions tout ailleurs. sonttombésdansundiscourspoliticien». cussions pour les régionales, tous ont déjà
ponctuellesàParisetdansle Pour autant, les ponts ne sont pas cou- en tête l’échéance présidentielle de 2012.
LespontsnesontLanguedoc-Roussillon, mais pés entre socialistes et écologistes. Char- Chez les Verts, deux écoles s’affrontent.
pascoupésellesnesontpasreprésentati- gé des élections chez les Verts, Jean-Marc Celle de Daniel Cohn-Bendit, prêt à sou- Bayrouseveutconfiant
ves d’une tendance structu- «LesVertsétaientpersuadés Brulé nie toute brouille et assure«êtreen tenir le candidat socialiste dès le premier dans«lerésultat
relle de fond. Cela reste des d’être beaucoup plus proches contact» avec son homologue au PS, tour moyennant un accord pour les légis- delabataille»
casparticuliers», veut croi- de nous qu’ils ne le sont au- Christophe Borgel. «Nous essayons de latives qui suivront. Puis celle de la direc- LeprésidentduMoDem,
re François Kalfon, respon- jourd’hui dans les sonda- mettre en place un groupe de travail pour tion qui souhaite un candidat autonome FrançoisBayrou,aestiméhier
sable des enquêtes d’opinion ges», note Claude Bartolo- discuterdel’entre-deux-tourspourqueles pour défendre son propre projet. àSeilh,prèsdeToulouse,que
Rue de Solferino. ne, l’un des lieutenants de Martine fusionsprévuessepassentdefaçonration- Côté PS, on sait avoir besoin des Verts. lessondages,quilecréditentde
Le discours des Verts est à l’avenant, Aubry. Forcément, cela rassure les socia- nelleetméthodique», raconte-t-il. Clau- Claude Bartolone l’assure : «L’élection 4à6%d’intentionsdevote,
même si affleure une pointe d’amertume listes. Un président de région se félicite de Bartolone le reconnaît :«Letéléphone primordiale est la présidentielle. Le ras- neprésageaientpasforcément
à l’égard de l’attitude du PS. «On ne ainsi«quelesVertsfassentmoinslesfiers continue à fonctionner. Il ne faut pas que semblement de la gauche et des Verts est desrésultats,attendant«le
s’embrouilleplus,mêmequandonn’arrive etqu’ilsneparlentplusduPScommed’un lescontactssoientrompus,maisonnepeut impératif pour la remporter. Sans cela, résultatdelabataille».«Nous
pas à se mettre d’accord en Languedoc- parti de ringards». Et le même se frotte pas non plus donner l’impression d’avoir c’estimpossible.» pensonsquelerésultat,c’est
Roussillon», assure Jean-Vincent Placé, quandlabatailleaeulieu»,
numéro deux des Verts, qui estime néan- a-t-ilaffirmé.«Lenombrede
moins que les socialistes«ontcommisune coursesgagnéespardes
grosse erreur en ne s’alliant pas avec chevauxquin’étaientpasfavoris
nous». Tout au plus déplore-t-il que le audépartestassezimportant.PourJouanno,des«alliancessourced’inefficacité»
parti de Martine Aubry «ait donné l’im- Ilarrivequelesfavorisgagnent,
pressiondes’êtreplusoccupédelabouti- fus de la vidéoprotection par les non plus, n’est ni de droite ni maisilarrivequelesoutsiders
PROPOSRECUEILLISPAR
Verts à Paris)… Sur l’idée même de gauche. Mes arguments sont gagnent»,arappeléleSOPHIEDERAVINEL
de la croissance économique en faveur d’une écologie popu- présidentduMoDemquia,par
TÊTE de liste UMP à Paris, puisque les Verts sont contre. laire. ailleurs,admisl’existencedeCollombjuge Chantal Jouanno est secrétaire Ces tensions préfigurent des ac- «divisions»auseinde
d’État chargée de l’Écologie. cords à venir difficiles à trouver Quelssont-ils? sonpartienLanguedoc-Frêchelégitime
entre les deux tours et, à terme, L’écologie populaire est d’abord Roussillon.
LEFIGARO.-Destensions des mésalliances source d’inef- celle de la croissance. L’ex-
GEORGESFRÊCHEn’apasquedesad-
entreVertsetPSagitentles ficacité. Elles sont d’autant plus plosion démographique nous y
versaires au Parti socialiste. Certains
régionales.Qu’endites-vous? fortes que les Verts se sentent oblige. Cette écologie s’appuie
responsables, comme Pierre Mos- EN BREFChantal JOUANNO. - Elles boostés par leurs résultats aux aussi sur la participation de lacovici, sont prêts à voter pour lui au Ces« existent depuis longtemps. À européennes. En Paca, Lauren- société civile. Elle ne tombe passecond tour (si la liste officielle du PS tensions Paris, le bras de fer entre la ce Vichnievsky, d’Europe Éco- d’en haut, mais elle est le fruit LesJeunesUMPripostentn’est pas qualifiée), d’autres sont en-
préfigurent mairie socialiste et ses alliés logie, se permet donc de dire du Grenelle de l’environne- aumaired’Angoulêmecoreplusclairs.GeorgesFrêchea«la
légitimitéduvotedesmilitants»,adé- Verts est une réalité depuis des qu’elle refusera de diriger la ré- ment, c’est-à-dire de la parti- LeprésidentdesJeunesdesaccords
claréhierlemairedeLyon,GérardCol- années. Le projet Autolib’- la gion avec des personnes mises cipation de l’ensemble des ac- Populaires,BenjaminLancar,
àvenirlomb. «Si effectivement la direction voiture électrique en libre-ser- en examen… Les Verts ne cher- teurs de la société civile réunis venuhieràAngoulêmepour
du Parti socialiste avait voulu qu’il ne difficiles vice - du maire Bertrand Dela- chent pas tant des alliances qu’à autour d’une table. Cette écolo- s’expliqueraveclemairePS,
soitpascandidat,c’étaitenseptembre noë, auquel s’opposent les montrer qu’ils peuvent diriger gie croit aussi au progrès tech- PhilippeLavaud,n’apasàtrouverqu’ilfallaitledire»,a-t-ilcritiqué. Verts, en est une illustration des régions. nologique, même s’il n’apporte rencontrél’élu.Celui-ciavait
Hier, Didier Codorniou, un proche du entreles emblématique. Tout cela s’exa- que 50 % des réponses aux défis comparéjeudilemouvement
présidentduconseilrégional,adéposé
cerbe pendant la campagne, Surquoireposevotre posés. Le reste repose sur la desjeunesUMPaux«jeunessesdeuxtoursune assignation en justice pour faire » c’est évident. Avant le premier argumentaireenfaveurd’une modification des comporte- hitlériennes»,aprèsladécouverteannuler la décision du PS d’investir la
tour, on observe de profondes écologiededroite? ments. Ces modifications sont surFacebookdephotosprivéesmaire de Montpellier, Hélène Man-
divergences dans leurs pro- Il n’y a pas d’écologie de droite. des choix personnels. Pas ques- deluiassortiesd’insultes.droux.
N.B. grammes, sur les transports, la L’écologie est transversale, au tion, pour nous, de dicter les «Nousenvisageronsd’autres
sécurité (citons d’ailleurs le re- même titre que le social qui, lui comportements. poursuitessurleterrain
judiciaire»,aexpliquéLancar.
JeanFerratsoutient
leFrontdegaucheRachidaDatiencampagnepourfairela«pédagogie»
AprèsavoirsoutenuJoséBové,
en2007,lechanteurJeanFerrat
apporterasavoixauFrontdesréformesdugouvernement
degauchelorsdesélections
régionales,a-t-onapprishierLa députée européenne, invitée du « Talk », soutiendra les candidats UMP qui le lui demandent.
auprèsdesonentourage.
cipales», qui l’a vue succéder à Michel De la pédagogie, il en faudra notam-JEAN-BAPTISTEGARAT BesancenotdénonceeDumont à la mairie du VII arrondisse- ment pour défendre la réforme de la pro-
la«polémiquepoliticienne»MAJORITÉ Maître Dati. La maire du ment de Paris en 2008. Quant aux euro- cédure pénale et la suppression du juge
e surlacandidatevoiléeVII arrondissement de Paris et députée péennes, elle rappelle qu’elle formait d’instruction.«C’estmoiquiailancécet-
européenne prêtera mercredi son ser- avec Michel Barnier un «tandem si im- teréforme.C’étaitunevolontédemapart Ledébatsurlaprésenced’une
ment d’avocat à la première chambre de probable» qu’ils ont réalisé un «score dès que je suis devenue garde des candidatevoiléesurunelistedu
la cour d’appel de Paris. «J’ai souhaité aussiimprobable», le meilleur de la droi- Sceaux», revendique l’ex-ministre de la NPAest«légitimeetcomplexe»,
exercerunmétier», a expliqué l’ancienne te en Ile-de-France depuis 1979. Justice qui a quitté le gouvernement en areconnuhierleleader
garde des Sceaux, invitée du « Talk juin. «La suppression du juge d’instruc- d’extrêmegaucheOlivier
«Rienn’estjouéd’avance»Orange-Le Figaro » hier.«C’estlecasde tion n’est qu’un volet» de l’ensemble, Besancenot.«Cequ’onrefuse
nombreuxhommesetfemmespolitiques», À quatre semaines du premier tour des tempère-t-elle en soulignant cependant c’estlapolémiqueindigneet
a-t-elle justifié en réponse à un internau- régionales, et alors que les sondages sont que le juge d’instruction«doitinstruireà politiciennequimélangetout(…)
te qui s’interrogeait sur l’opportunité défavorables à la majorité, Rachida Dati chargeetàdécharge» :«C’estbiensurle cherchantunenouvellefoisàfaire
d’un tel cumul. Quoi qu’il advienne, as- assure que «rien n’est joué d’avance». papiermaisdanslaréalitéc’estassezschi- peur»,a-t-ilexpliquésurLCI.
sure-t-elle, son «engagement politique «J’iraisoutenirDamienAbadàLyon,Ar- zophrène, c’est pas possible», estime «Onpeutdiscuter,maisnepas
demeureratelqu’ilaété». naudDanjeanàChalon-sur-Saône», dé- Dati.«L’essentielleestquelaréformesoit participeràcettemeutequis’est
Dati le prouvera à l’occasion des régio- taille-t-elle. Et pas en Ile-de-France aux faite», poursuit Rachida Dati qui ne précipitéepourgagner
nales. «J’adore les campagnes électora- côtés de Valérie Pécresse ?«Jevaislàoù semble pas avoir de regret de n’avoir pu desvoix,parcequel’air
les», se réjouit-elle en rappelant son en- on me demande de venir apporter mon la mener jusqu’au bout. L’actuelle garde dutempss’yprête.»
gagement lors de la «bonne campagne soutien», explique Dati en assurant des Sceaux «Michèle Alliot-Marie mène RACHIDADATI,
pourlaprésidentielleen2007», quand elle qu’elle sera présente pendant la campa- très bien la réforme et elle le fera avec hier,danslestudio
était porte-parole de Nicolas Sarkozy, et gne pour faire«lapédagogie» des réfor- beaucoupd’engagementetdeprofession- duFigaro. SORIANO/LEFIGARO
de l’«excellentecampagnepourlesmuni- mes que le gouvernement mène. nalisme».
Csamedi13-dimanche14février2010 LEFIGARO
6 international
LedialoguenepasseplusentreParis
etAlger
Les différends bilatéraux s’accumulent,
aggravés par une récente proposition
de loi des Algériens sur la colonisation.
Le 18 janvier, une visite à Alger de Ber-ALAINBARLUET
nard Kouchner préparée de longue date a
MAGHREB «Ledialoguepolitiquefranco- été reportée, officiellement à l’initiative
algérien est en panne» : dans la bouche du ministre français. Mais une coïnciden-
d’un diplomate français, l’euphémisme ce n’a échappé à personne : quelques jours
traduit le sérieux malaise qui prévaut dans avant l’ajournement de ce déplacement,
des relations toujours aussi passionnelles les Américains publiaient une liste noire,
entre les deux pays. Il y a quelques jours, reprise par l’Union européenne, plaçant
l’annonce par l’Assemblée populaire na- l’Algérie parmi les « nations à risques
tionale (APN) d’une proposition de loi pré- terroristes », au même titre que le
voyant des«tribunauxspéciauxpourjuger Yémen et l’Afghanistan.
les responsables des crimes coloniaux» a Si entre les deux pays«lefond
provoqué un nouvel accès de fièvre dans del’œiln’estpasbon», selon le 10un climat déjà passablement alourdi par mot d’un diplomate français,
toute une série de dossiers épineux. «c’est pour des raisons cumu- milliards
latives qui se sont ajoutées les c’estlemontantdes
unes aux autres sans qu’il y ait échangescommerciaux
debonnenouvellepouramortirle «Ces sujets ne sont le rapatriement des bénéfices : «tous ces NicolasSarkozyentrelaFranceCHRONOLOGIE accueilli,àConstantine,choc». pasnouveaux,maisilsde- aspects ne visent pas spécifiquement laetl’Algérie
endécembre2007,Les raisons de fond ramènent in- viennent des désaccords France», insiste-t-on, côté algérien.
parsonhomologuealgérien,1830 variablement à la « mémoire » de la colo- lorsque le climat est mauvais et À Paris et à Alger, on relativise quelque
AbdelazizBouteflika.Lestroupesfrançaises nisation et de la guerre. En décem- quelesAlgérienslesmettentenavant», af- peu la brouille en affirmant que la coopé-
EFEFERBERG/AFPdébarquentàSidi-Ferruch. bre 2007, en se rendant sur place, Nicolas firme-t-on à Paris. Plus récemment, l’af- ration économique, culturelle et surtout
Débutdelacolonisation. Sarkozy avait dénoncé un système colo- faire Mohammed Ziane Hasseni a été le sécuritaire, contre al-Qaida au Maghreb,
nial«profondémentinjuste» tout en refu- principal sujet de mécontentement invo- ne connaît pas de creux. L’annonce, cette
sant la repentance qu’Alger, d’ailleurs, ne qué par les Algériens. A l’été 2008, ce chef semaine, de la prochaine implantation de1954
réclame pas. Mais la question, qui touche du protocole a été arrêté à Marseille, puis Renault en Algérie, ouvre des perspecti-Débutdelaguerre
à la légitimité même du régime, ressort inculpé, au motif qu’il aurait commandité ves propices. Mais des contrats stratégi-enAlgérie.
périodiquement, notamment depuis la loi l’assassinat de l’opposant algérien Ali ques dans le domaine de la défense (ma- questionsà...
française du 23 février 2005 vantant«le Mecili, à Paris en 1987. «Une homony- tériels militaires, hélicoptères, dispositifs31962 rôlepositif» de la colonisation française. mie», protestent l’intéressé et les autorités de surveillance des frontières…) restent DanielLefeuvre
algériennes, qui déplorent les lenteurs de bloqués par les rapports de force au som-
PROFESSEURD’HISTOIREÀL’UNIVERSITÉContratsbloqués la justice française pour éclaircir l’affaire. met du pouvoir algérien, principalement
DEPARISVIII-SAINT-DENIS
Le dossier du Sahara occidental est une Cette semaine, le parquet de Paris vient entre le président Bouteflika et les géné-
autre divergence récurrente. Sur la ligne enfin de requérir un non-lieu en faveur du raux. Des luttes où les relations avec la POURQUOIcetteproposition
défendue par le Maroc, qui a annexé cette diplomate, mais reste encore au juge à se France restent un enjeu de politique inté- decriminaliserlacolonisation
colonie espagnole en 1975, Paris considè- prononcer. rieure. «Face à ces aigreurs qui sont lancéepardesdéputésalgériens?
re comme « irréaliste » l’indépendance Autre sujet de friction, les mesures éco- d’abord l’affaire des Algériens, laissons Je n’imagine pas que ces quelque 173
de ce territoire réclamée par le Front Po- nomiques restrictives décidées l’été der- passerl’orage», tempère-t-on à Paris. À parlementaires aient lancé leur initia-
lisario, soutenu par Alger. Le dossier est nier par Alger dans le but de rééquilibrer l’Élysée, Claude Guéant, qui connaît bien tivesansl’avaldugouvernement,qui
d’abord sensible pour les généraux algé- ses comptes extérieurs excessivement dé- les « réseaux » avec Alger, veille au déciderasicettepropositionseradis-
Accordsd’Évian.
riens. Ceux-ci ont été très agacés par le pendants des revenus déclinants du pé- grain. Le test sera la venue, attendue de cutée.Elleestagitéecommeuneme-Indépendancedel’Algérie
récent témoignage d’un militaire français trole. Contrôle des changes, limitation des longue date, du président Bouteflika en nace à l’égard de la France, même siaprèshuitansdeguerre.
mettant en cause l’armée dans l’assassi- importations, contraintes visant les inves- visite d’État ou lors du sommet Afrique- tout cela relève aussi d’un scénario
nat des moines de Tibéhirine. tissements étrangers, les joint-ventures et France, en mai prochain. interne. Est-ce une réplique à la loi
2007 française du 25 février 2005 sur«le
Visited’ÉtatdeNicolas rôle positif» de la colonisation? Je
Sarkozy,quidénonce n’ensuispassûr.Avantcettedate,les
lesystèmecolonialcomme Algériens avaient créé une fondation
«profondémentinjuste». pour la mémoire des événements duQuandlavieillegardeduFLN
8mai1945àSétifetGuelmaetévo-
qué leur caractère «génocidaire».2009 veut«criminaliser»laguerred’Algérie
Le FLN revendique un million et demiAbdelaziz
Bouteflika mentaires algériens ont frappé fort. Dans le collimateur des enquêteurs de«martyrs»delaguerred’Algérie.
AREZKIAÏTLARBI
rééluàlatête Aussi tardive que démesurée, une pro- du Département du renseignement et L’enjeu,chaquefoisquelegouverne-
ALGER
del’État position de loi a été déposée la semaine de la sécurité (DRS, services secrets), mentestendifficulté,estd’utiliserun
algérienpour EN RIPOSTE à la loi française du 23 fé- dernière par cent-vingt-cinq députés plusieurs ministres se tiennent le ven- bilan mythifié pour échapper à ses
untroisième vrier 2004 glorifiant les « aspects po- algériens de l’Alliance présidentielle tre. Comme Chakib Khellil, ministre propresresponsabilités.En2010,cel-
mandat sitifs de la colonisation », les parle- pour « criminaliser la colonisation » et de l’Énergie et des Mines, accusé les des gouvernements qui se sont
créer « des tribunaux spéciaux pour ouvertement par l’opposition de succédé depuis 1962 sont bien plus
juger les responsables de crimes colo- «servir les intérêts américains». considérables que les aspects néga-
niaux ». Émanant d’une assemblée Même Saïd Bouteflika, l’omnipotent tifs de l’héritage colonial, surtout
soumise à l’exécutif et qualifiée par frère-conseiller du chef de l’État à qui quandonpenseàlamannepétrolière.
l’opposition de « caisse de résonan- l’on prêtait, il y a quelques mois, des LaFondationpourlamémoire,
ce », cette nouvelle salve nationaliste, projets de succession à l’orientale, est annoncéeàParisest-elle
qui tente de ranimer une guerre en devenu bien discret. unesolution?
différé contre la France, apparaît Dans un climat de fin de règne sur Oui,siellefavoriselarecherchesurla
comme une manœuvre de diversion fond de luttes d’influence au sommet colonisationetlaguerred’Algérie.Les
VENTE EN PRÉPARATION MARDI11MAI2010 interne. de l’État, le pays est paralysé. Les par- archives françaises sont largement
tenaires étrangers attendent le dé- ouvertes, les Algériens doivent en
nouement du sac de nœuds, que même faire autant. Le risque, pour l’État al-AbdelazizBelkhadem,
les familiers du sérail peinent à déchif- gérien, est de se retrouver face auxquigèrelevieux
frer. D’où, sans doute, la prudence du crimes du FLN dont ont été victimespartiuniquepourHERMÈS VINTAGE Quai d’Orsay qui refuse de voir la pendantlaguerreles«messalistes»,
lecompteduprésident main de l’exécutif dans la charge in- lesharkisetlescivilseuropéens.
Bouteflika,esten
tempestive des parlementaires algé- Larelationfranco-algériennemauvaiseposture
riens. n’est-ellepasentrain
desebanaliserauprofit
DespolémiquesÀ la veille d’un congrès chahuté d’autrespartenaires?
eprévu en mars prochain, le FLN, pi- demaquisardsdela25 heure Même s’il y a une certaine banalisa-
vot de la majorité, est secoué par une Après le voyage officiel de Nicolas tion, souhaitable d’ailleurs, les rela-
crise de légitimité. Son secrétaire gé- Sarkozy à Alger, en décembre 2007, tions avec la France
néral, le « national-islamiste » Ab- les deux chefs d’État semblaient en resteront tou-
delaziz Belkhadem, qui gère le vieux phase pour aller vers un « partenariat jours spécifi-
parti unique pour le compte du pré- d’exception » par une démarche prag- ques, compa-
sident Bouteflika, est en mauvaise matique. Dès l’été 2008, les sujets qui rables, toutes
posture. Les courants minoritaires fâchent vont pourtant se multiplier. choses égales
marginalisés tentent de remonter Dernier en date, la décision de classer parailleurs,au
bruyamment la pente. Contestant l’Algérie parmi les pays à risques pour lien franco-al-
ouvertement son leadership, ils dé- les transports aériens. lemand.
A.BAnoncent «l’intrusion d’opportunis- À chaque épisode, ultras de l’Algérie
etes», et prônent un fonctionnement française et maquisards de la 25 heure
démocratique. tentent d’entretenir la polémique, en
jouant sur la mémoire d’une histoire
Luttesd’influence tourmentée. Ceux qui se sont affrontés
Au-delà, d’autres « hommes du prési- sur le terrain ont pourtant tourné la
SACS • MAROQUINERIE • HORLOGERIE • BIJOUX • MONtRES • ARt dE LA tABLE • CARRéS • SELLERIE… dent » sont éclaboussés par des scan- page depuis bien longtemps.
dales de corruption. Plusieurs diri- Dans les villages de montagne, il n’est
Faites estimer vos objets gratuitement et confidentiellement geants de Sonatrach, la puissante pas rare d’assister aux retrouvailles de
compagnie des hydrocarbures qui combattants de l’Armée de libérationRenseignements : Cyril Pigot, +33 (0)1 42 99 16 56, cpigot@artcurial.com
brasse plus de 80 milliards de dollars algérienne et d’appelés du contingent
e de chiffre d’affaires annuel, et des res- français. Dans l’émotion et la convivia-Hôtel Marcel Dassault – 7, Rond-Point des Champs-Élysées – Paris VIII
ponsables du projet d’autoroute est- lité, ils évoquent, sans haine, le souve-
www.artcurial.com ouest sont emprisonnés ou placés sous nir douloureux des accrochages qui
contrôle judiciaire. auraient pu leur coûter la vie.
C
NURELDINE/AFP;RENESAINTPAUL/RUEDESARCHIVES
AGRÉMENT N° 2001-005
AFPsamedi13-dimanche14février2010 LEFIGARO
NotreblogChine8 international HTTP://BLOG.LEFIGARO.FR/CHINE
PékinpoussePyongyangaudialoguenucléaire
Lespressionschinoisespourraientdébouchersurunereprisedespourparlersàsix.
mer par Washington, serait la première De retour hier d’une visite de quatre sieursmoislapressionsursonpetitfrère
SÉBASTIENFALLETTI
entrel’AdministrationObamaetladicta- joursàPyongyang,LynnPascoe,l’émis- rouge. Rompant avec son soutien sans
SÉOUL
turedepuislavisiteendécembreàPyon- sairedusecrétairegénéraldel’ONU,s’est failledupassé,laChineauraitconditionné
ASIE L’hiversibérienesttoujoursinstallé gyang de Stephen Bosworth, l’envoyé dit «très satisfait» de ses discussions son aide économique à un retour aux
sur la péninsule coréenne, mais les pre- spécialduprésidentaméricain. avec les autorités nord-coréennes, qui pourparlersqu’elleparrainedepuis2003,
mierssignesdedégelpercententrePyon- acceptaient pour la première fois depuis affirme Cheong Seong-chang, du Sejong
Pasd’emballementgyang et la communauté internationale. 2004derecevoirunhautreprésentantde Institute. Un changement de cap «qui a
Une nouvelle salve d’efforts diplomati- Ils’agiraitd’unpasimportantverslare- l’ONU. Un signe qui témoigne de la vo- prisdecourt»KimJong-iletexpliquerait
quesmenéeparlaChineetl’ONUouvrela prisedespourparlersàsix,carlesdiplo- lonté du royaume ermite de briser son l’aggravationactuelledelasituationéco-
porteàunerelancedesnégociationsnu- matesaméricainsetnord-coréenssese- isolementdiplomatique,alorsquesestra- nomiqueenCoréeduNord.
cléairesensabléesdepuisdesmois. raient mis d’accord dès l’automne sur le fics d’armes sont enrayés par l’embargo Étrangléparlessanctions,confrontéàla
La Corée du Nord aurait décidé d’en- principedeteniraumoinsdeuxrencon- imposé par le Conseil de sécurité en juin fermetédeSéoulquiaréduitdrastiquement
voyer aux États-Unis en mars prochain tresbilatéralesavantunerelanceformelle dernier,aulendemaindesonsecondessai son aide alimentaire et sermonné par son
son négociateur en chef pour préparer desnégociations.Uneexigenceposéepar nucléaire. Pas d’emballement, toutefois: principal protecteur, le dictateur doit en-
son retour aux pourparlers à six, affirme lerégimenord-coréen,quiafaitd’untê- les Nord-Coréens «ne sont certainement trouvrirlaportedudialoguenucléairepour
une source diplomatique à Pékin. Kim te-à-têteaveclesÉtats-Unisunearmede pasheureuxdessanctions,etcertainement desserrer l’étau. Mais il entend monnayer
Kye-gwan, vice-ministre des Affaires propagande à destination d’une popula- pas pressés - ils ne l’excluent pas mais ne sonretourenobtenantunassouplissement
étrangères et homme de confiance de tionécraséeparlespénuriesalimentaires. sont pas pressés - de reprendre les négo- des sanctions et un traité de paix avec les
KimJong-il,auraitdéjàfixélesdatesdesa La dictature avait quitté «définitive- ciations à six», a tempéré hier l’envoyé États-Unis.Unprixencorejugétropélevéà
mission américaine, sous la pression de Lorsd’uneconférencedepresse, ment»latabledesdiscussionsenavrilet deBanKi-moon. Washington, la reprise des pourparlers ne
hieràPékin,LynnPascoe,l’émissairePékin,oùilmènedepuismardidesnégo- résiste depuis aux appels des cinq autres Si elle se confirme, l’ouverture de garantissant pas un démantèlement du
del’ONU,s’estdit« trèssatisfait »desciations serrées avec les autorités chi- paysimpliqués(Chine,États-Unis,Japon, Pyongyangseraitlefruitdutravaildiplo- programme atomique relancé par Pyon-
discussionsaveclesNord-Coréens. AFPnoises. La rencontre, qui reste à confir- CoréeduSudetRussie). matiquedePékin,quiaccroîtdepuisplu- gyangauprintempsdernier.■
Z O O M
AuCanada,lesIndiensMohawks Lecessez-le-feurompu
auYémen
Lesrebelleschiitesonttué
unsoldatyéméniteetblesséneveulentplusdesBlancs septautres,hier,prèsdelaville
deSaadaaunord,rompantainsi
lecessez-le-feuconclujeudiLeschefsdelaréservedeKahnawakeontdécidéd’expulserlesétrangers.
aveclegouvernementdeSanaa.
Pourleministèredel’Intérieur,
ces«violationsmineures»
LUDOVICHIRTZMANN
delatrêves’expliquent
ENVOYÉSPÉCIALÀKAHNAWAKE
parlefaitquetouslesrebelles
CANADA C’est un Mohawk pansu, à la n’ontpasencoreétéinformés
tête de vieil oiseau. Il tient la première del’arrêtdescombats.Undanseur
boutique de fumées en tous genres, à Lepouvoircentralestimequeportant
l’entrée de la réserve de Kahnawake. l’accorddetrêvetienttoujours.unecoiffe
«NativeIndianCigarettes–Discount» appelée Lescombatsentrel’armée
(«cigarettes indiennes – soldées», Porcupine(porc- etlesinsurgésaffectentlenord
épic),faiteencrinNDLR), indique la pancarte près de sa duYémen,depuis2004.
dechevalcabane. L’homme sort comme un dia- Ilsontentraînél’Arabiesaoudite
pendantlePowbledelabaraquelevisagepleindehai- voisineàintervenirauxcôtés
Wow,(festivaldene. Il éructe: «Pas de photos. Pas de deSanaapourempêcher
danseindienne
questions. Ne notez pas de noms car la lesinfiltrations
traditionnelle),
route peut être dangereuse.»Lefier-à- demilitantschiites
danslaréserve
bras,casquetterougevisséesurunetête sursonterritoire.deKahnawake,
trop petite, fait signe à deux bouledo- prèsdeMontréal.
gues.Kahnawake,dernierrefugedeces A.AALBORNO /
Mohawks autrefois alliés des Anglais, a HEMIS.FR E N B R E FdéclaréouvertelachasseauxBlancs.
Sur les 8000 habitants, environ 300
neseraientpasmohawks.Leschefsin- Fusilladedansuneuniversité
diens, à la suite de lettres anonymes et américaine:troismorts
d’appels téléphoniques d’une centaine Unefusilladehiersurlecampus
deleurscompatriotes,ontdécidéd’ex- devivreici.Nousnefaisonsqu’appliquer loi raciale de 1981, seuls les Mohawks àl’armée.Leconflitadurédeuxmois. del’universitédel’Alabama
pulser un premier contingent de la loi», confie l’ancien chef Joe Dela- ontdroitdevivredanslaréserve.Ceux Il a laissé de fortes rancœurs envers à Huntsville,ausud-est
Blancs,dontlesconjointssontpourtant ronde, aujourd’hui porte-parole du quisemarientouviventavecunétran- ceux que les Québécois considèrent desÉtats-Unis,afaittroismorts
mohawks. «Nous avons identifié un conseil de bande, qui gère la vie de la ger transgressent la tradition. «If you comme des profiteurs, des «voleurs de etunblessé,selon
premier groupe de 26 personnes. Ils ont petitecommunauté. marryout,getout»(«Situtemariesen taxes» exemptés d’impôts et bénéfi- unporte-paroledel’université.
dix jours pour déguerpir. Ces gens ne En1973,lesAmérindiensontexpulsé dehors de la communauté, va-t-en», ciairesdessubventionsd’Ottawa. Unsuspectaétéappréhendé.
sont pas mohawks. Ils n’ont pas le droit 1000BlancsdeKahnawake.Depuisune NDLR), dit le dicton mohawk. «Les Selonlesmédiascanadiens,laréserve
BillClintongens pensent que nous sommes une ville des trafiquants de tabac et des casinos
estsortidel’hôpitalcomme une autre. Nous ne sommes pas Internetestdevenuelavilledunettoya-
canadiens.Noussommesmohawks.Nous geethnique.Kahnawakeadeuxvisages. L’ancienprésidentaméricainBill
avonsunehistoire,uneterre,uneculture. L’un regarde vers Montréal, de l’autre Clinton,63ans,aquittéhier
Nous sommes encerclés par les Améri- côté du fleuve. L’autre est tourné vers l’hôpitaldeNewYork,oùilavait
cains,lesCanadiens,lesQuébécois.Nous les États-Unis, distants d’une cinquan- subijeudiuneintervention
préservons notre culture, notre droit tainedekilomètres.D’uncôté,lahaine cardiaque.«Jevaistrèsbien.
d’exister»,expliqueJoeDelaronde. etlesjalousies.Laventedescigarettesse Jemesenstoutàfaitbéni»,
faitàlabarbedugouvernementquébé- a-t-ilditsurlachaîneCNN.
Uneloiracialede1981ARTMODERNEETCONTEMPORAIN cois. «Nous sommes depuis longtemps
Côted’Ivoire:leprésidentLadécisiond’expulserdesBlancsapro- dans ce commerce qui fait vivre 2000
dissoutlegouvernementvoqué l’ire des Québécois. Le ministre personnes sur 8000», plaide SteveenteS en préparation
fédéral des Affaires indiennes, Chuck Bonspiel,lerédacteurenchefdujournal LeprésidentivoirienLaurent
Strahl, a exprimé son malaise. À Kah- autochtoneTheEasternDoor. Gbagboaannoncéhiersoir
nawake même, les avis sont partagés. ladissolutiondugouvernement
UnenationsouveraineWilliam, 29 ans, cuisinier du restau- etdelacommissionélectorale,
rant-épicerie Dustin, lance: «Pourquoi Del’autrecôté,lafiertéd’untravailaux mettantendoutelatenuedu
26 personnes et pas toutes? Il y a là un États-Unis, pour un peuple victime du scrutinprésidentielprévupour
problèmedejustice.»AuDustin,lestra- paternalisme canadien. Joe Delaronde lafindumois.Ilareconduitle
vailleursdeforceengouffrentdespetits souligne: «Lorsque j’étais enfant, tous premierministreGuillaumeSoro
déjeuners roboratifs. Des costauds, les nos pères travaillaient comme ironwor- etluiademandédeproposer
kers à New York. Nous n’avons rien à unnouveaugouvernement.
voiraveclesCanadiens.»
V. Adami, vendu 134 400d en avril 2009 A. Maillol, vendu 360 500den décembre 2009 Desmilliersdecivils«Nouspréservons Pete,luinonplus,n’aimepaslesmé-
fuientMogadisciolanges avec les Blancs: «Tu vas vivrenotreculture,
avecleschevaux,çaneveutpasdireque Lescombatsentreforcesdroitd’exister» tu deviens cheval.» Les Blancs se ter- gouvernementalesetinsurgés
rent.Ilssontdevenuspestiférés.Àquel- islamistesdanslacapitale
épaules rentrées, plongent le nez dans ques maisons de là, l’un d’eux requiert somalienneontfaitfuir
leurtassedecafé.Regardsencoin.Mur- l’anonymat.IlestmariéàuneMohawk. desmilliersdecivilsdepuis
mures. C’est une auscultation en règle. Il vit depuis huit ans dans la réserve. mercredi,aavertihier
Ici,leBlancestunétranger.Pete,unco- «Je suis inquiet. Je suis très impliqué leHaut-commissariat
losse rigolard, dit mi-figue, mi-raisin: danslaviedeKahnawake,alorsj’espère desNationsuniesauxréfugiés.
«Uncanardnevapasvivredanslamai- qu’ils seront compatissants. En même
M. Utrillo, vendu 99 700d en avril 2009 G.Mathieu,vendu 56 300den décembre 2009 Afghanistan:offensiveson du poulet.» Salopette ocre, veste temps, je les comprends. Ce peuple a été
lancéecontrelestalibansnoire matelassée, le Mohawk est peu à peu dépossédé de tout.» Le petit
ironworker(travailleurdel’aciersurles peupleamérindienestaugarde-à-vous LesforcesaméricainesnotreeStiationen48h gratte-ciel, NDLR) à New York. Depuis devant les chefs du conseil de bande. etafghanesontdéclenchéhier
ciaiste trente ans, il aligne les allers-retours «Ilsdivisentlacommunauté.Historique- uneoffensivedanslaprovincede
isil péte vr 48ur entresonappartementdeBrooklynetsa ment,nousavonstoujoursadopté,proté- Helmand,bastiondestalibansau
,im tégietr ilté uvr
réserve. Pete montre une photo sépia gé des non-Amérindiens. Des gens sont suddel’Afghanistan.Ils’agitde
accrochée au mur. C’était lors de l’été terrorisés. L’affaire peut très mal tour- lapremièreoffensive
Contact:SophieCariguel,+33(0)142992004,scariguel@artcurial.com
1990.Àl’époque,lesMohawks,barrica- ner,avecdelaviolenceàlaclé»,déplore d’enverguredanslepaysdepuis
www.artcurial.com dés, avaient bloqué le pont Mercier qui SteveBonspiel.Lejournalistetempère: queBarackObamaa
reliel’îledeMontréalauxbanlieues.Les «Nous sommes une nation souveraine. annoncél’envoideHôtel Marcel Dassault 7, Rond-Point des Champs-Élysées 75008 PARIS• •
Québécois,terrorisés,avaientfaitappel NousétionsiciavantleCanada.»■ 30000renforts.
eéqundtitpœendiessàpvéllfsfmtoobsepsoessrceoimdnocçedsepeocunrevaoaussvlsieemraegnehleeetsteisntoaoranettieonnnsuace
C 1
agrÉmt ° 2001-005