Magazine Le Figaro du 14 septembre 2011

Magazine Le Figaro du 14 septembre 2011

-

Livres
38 pages

Description

Decouvrez le Figaro magazine du 14/09/2011

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 septembre 2011
Nombre de lectures 25
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

1,40€ mermercmercredimmeeer c 14septembre2011 -LeFigaroN°20875-www.lefigaro.fr-Francemétropolitaineuniquement-Figaroscopevenduuniquementdanslesdépartements60,75,77,78,91,92,93,94,95.
Merkelmonte LeFigaroscopeaucréneau grand
pour frissonLesrestaurantslesplus
défendre spectaculairesdel’automne latino
l’euroPAGES18ET19
“Sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloge flatteur” Beaumarchais
LeFigaroéconomie POURAMÉLIORERLesconfidencesacidesMicrosoftlance L’EXÉCUTIONDESPEINESdeJackieKennedyWindows8
pourcontrer
Apple PAGE22 placesRenault 30000
vavendre
desDacia
surIInternetntternet
PPAGE2222 deprison
supplémentairesAlainWeill
redouteune
Lechefdel’ÉtataannoncéunprojetdeloideTNTàdeux
programmationdanslesprochainessemaines.vitesses PAGE25
EN VISITE, hier, en Seine- n’est pas de l’idéologie », a
et-Marne, dans un centre ajouté le chef de l’État. Le ré-L’UMPtente
éducatif fermé pour mi- cent rapport Ciotti sur l’exé-
neurs délinquants et une cution des peines a révélé quedestructurer
prison modèle, Nicolas la France détient deux foissesdifférents Sarkozy a annoncé qu’un de moins de personnes dans ses
ses objectifs «prioritaires » geôles que la Grande-Breta-courantsPAGE4
est de créer «30000 places gne. Aujourd’hui, 80 000
de prison supplémentaires » peines de prison restent nonPrimairePS:
d’ici à 2017, pour porter le exécutées. PAGE3
Royalassure parc à 80 000 places. «Ce ETL’ÉDITORIALPAGE15
lespectaclePAGE5
Lestalibansattaquent
aucœurdeKaboul
DES kamikazes talibans ont d’une capitale elle-même
mené hier des raids coor- sous haute sécurité, les tali-
donnés en plein centre de bans ont infligé un nouveau
Kaboul. Les attaques qui vi- camouflet à l’Otan, qui a
saient notamment le quar- commencé à retirer ses
tier général de la Force de troupes de combat et àImmigration: l’Otan en Afghanistan (Isaf) transférer la sécurité du
De Gaulle«égocentrique», Martin Luther King«hypocrite», et l’ambassade des États- pays aux forces afghanes.lelaxismegrec Indira Gandhi«amère»: d’après ses confidences dévoilées Unis ont fait six morts. Un processus « de transi-
irriteBruxelles après quarante-sept ans, seul son mari, JFK, trouvait grâce En frappant dans l’un des tion » qui devrait s’achever
PAGE8 aux yeux de Jackie Kennedy. PAGE7 quartiers les plus sécurisés fin 2014.PAGE6
Lecombat
héroïquedes HISTOIRE DUJOUR
pilotesrebelles
libyensPAGE2 Nautilus,lesuperordinateur
quipeutprédirelesrévolutions
es tyrans de ce monde feraient bien Égypte, par exemple, le graphe observe une
de s’intéresser à Nautilus, le super- chute brutale du sentiment national avant…Lordinateur capable de lire l’avenir… celle de Moubarak en février 2011. Si Nauti-
plus ou moins. Avec sa capacité de traite- lus savait, que n’avait-il lancé l’alarme ?
ment de 8,2 téraflops, il avait prédit les s’interrogent tout de même les critiques. Il
révolutions arabes et même localisé Ous- se trouve que l’étude réalisée par un cher-Mediator:
sama Ben Laden dans un périmètre de cheur de l’université de l’Illinois a été faitelajugePrévost- 200 km au Pakistan. Nourri de dizaines de a posteriori, pour prouver sa validité. Ce qui
millions d’articles de presse et de rapports n’enlève rien aux pouvoirs de prédiction deDesprezécartée
publics et gouvernementaux, Nautilus Nautilus, assure-t-il. Selon le chercheur,temporairement digère l’information pour en extraire c’est comme la météo ou l’économie : ce
PAGE9 deux éléments cruciaux : l’humeur de n’est pas parfait, mais c’est mieux que de
l’opinion et la localisation géographique. s’en remettre au hasard. Il suffirait d’amé-
F.BOUCHON/LEFIGARO;O.DESMAZES Il est particulièrement friand des mots liorer la technologie pour permettre à Nau-
/AFP;M.ABDULAH;O.ANDERSEN/AFP;
« horreur » ou « terrible ». À partir de tilus de fonctionner en temps réel. Voire,B.GUAY/AFP;O.SOBHANI/REUTERS
cette mine d’informations classées grâce à aux dictateurs avertis, de changer le cours
des algorithmes sophistiqués, la machine de l’histoire… ChronomatJean-PierreChevènementChevènènneemement
établit des graphiques et des courbes. En ADÈLESMITH(ÀNEWYORK)
Invité
du«Talk k DÉBATS&OPINIONS RENDEZ-VOUS
Orange-
LACHRONIQUE L’ÉDITORIALd’YvesThréard PAGE15o»»LeFigar d’Alain-GérardSlama LECARNETDUJOUR PAGE13
PAGE5 Élogedelanormalité LESCONFIDENTIELS PAGE37
PAGE15SénateurduTerritoiredeBelfort TOUTEL’ACTUALITÉSURlefigaro.fr WWW.BREITLING.COM
ALG:185DA. AND:1,50€. BEL:1,50€. DOM:2,10€. CH:3,20FS. CAN:4,25$C. D:2,10€. A:3€. ESP:2,10€. CANARIES:2,20€. GB:1,70£. GR:2,30€. ITA:2,30€. LUX:1,50€. NL:2,10€.
H:830HUF. PORT.CONT.:2,20€. SVN:2,30€. MAR:14DH. TUN:2,5DTU. USA:4.25$. ZONECFA:1600CFA. ISSN0182.5852
M 00108 - 914 - F: 1,40 E
3:HIKKLA=]UVYUY:?k@t@b@e@a;
MARKSHAW/MPTV/BUREAU233
Cmercredi14septembre2011 LEFIGARO
LesrebellesdeMisratagoûtent2 recto VERSO leparfumdelalibertéPAGE6>
Lecapitaine
IsmaïlQutb,
quivenait
determiner
desétudes
dedroitaprès
avoirquitté
l’arméedel’air
en1997,
arepris
duservice
poursebattre
contreles
troupesfidèles
aucolonel
Kadhafi.
MOHAMMED
ABDULAH/AFP
POURLEFIGARO
Ladéfensehéroïquedespilotes
mort de trois pilotes de chasse. Ils volaient sur deux
Mig-23,unmonoplaceetunbiplace,depuisle16mars.
OnnousditquelecolonelMahmoudal-Agily,touchédeBenghazi
au-dessus de la ville, s’est éjecté au ras du sol, après
avoir dirigé son avion vers une zone non habitée.» Il
avait 52 ans. Son portrait, le sourire ravageur et la
44ans,lecapitaineIsmaïlQutbest mier vol d’entraînement dans l’étroit cockpit de moustachedeBurtLancasterdansLeGuépard,figu-
déjà un peu vieux pour piloter un l’appareil sur lequel il est qualifié, le MI-35, que les Aupérildeleurvie, reenbonneplacedanslebureauducolonelKhaled
hélicoptèredecombat.Ilestpour- Russesappellent«letankvolant»ouencore«Ter- Hussein, le chef d’escadrille des Mig, à l’autre bout
tant l’un des plus jeunes membres minator». Il ressemble à un insecte préhistorique delapiste.unepoignéedevétérans
d’un groupe très spécial constitué quipèseraitdixtonnesetpourraitvolerà335km/h. Cejour-là,lespilotesd’hélicosontassomméspar
de pilotes libyens qui ont décollé Armé de quatre mitrailleuses de 12,7 mm à l’avant, lanouvelle-etparlamenaced’unbaindesangim-libyensontembarqué,ApourfrapperlestroupesdeKadhafi depaniersderoquettessoussesmoignonsd’ailes,il minent. «Nous voulons faire quelque chose, dit Is-
danslespremiersjoursdelaguerre.Laplupartsont évoque la destruction et la mort. Les combattants maïl.Aprèsavoirprié,troisd’entrenous,Moumenal-débutmars,
morts.Cettehistoiredecourageetdesacrificeaété afghansl’avaientsurnommé«lechardeSatan». Drissi,Salaminetmoi,nousdécidonsdedécolleretde
écrite par des pilotes quinquagénaires, parfois usés Dèslors,Ismaïlretrouvel’odeurfamilièredesap- chercherunecible.À15kmdeBenghazi,à12mètresàborddedeuxMI-35
par la maladie, et qui avaient pour certains quitté pareils de combat, cocktail de kérosène, d’huile d’altitude,noustombonssurungroupedecharsetde
leurcockpitdepuislongtemps.Ismaïlaétéabattule chaude et de sueur. Il rappelle l’univers soviétique 4 × 4. J’envoie une bordée de roquettes. Une batteriepourfreiner
dernier.Decesjournéesterribles,ilgardedeuxsou- desannées1970,métal,cadransetgrosinterrupteurs antiaériennequejen’aipasvueouvrelefeu.Jecrieà
venirs: son casque, troué par une balle de mi- en bakélite. Le 14 mars, le colonel al-Warfalli le Moumen,quipiloteàl’arrière,dedégagersurlagau-laprogressiontrailleusepasséeàuncentimètredesoncrâne,etun convoque dans son bureau: «On a le feu vert du che.Envirant,nousaccrochonsuneligneàhauteten-
carnetoùilanotélesévénementsheureparheure.Il CNT.Demainàl’aube,onvolesurBrega.»Lacitépé- sion, heureusement désactivée. Au même moment, ladescolonneskadhafistessedemandetoujoursparquelmiraclesonvisagene trolière, prise par les insurgés, est menacée par les portedemoncockpitestarrachée,laverrièreaussi,et
figurepassurlegrandpanneauplantéàl’entréedela forcesdeKadhafi.«Mapremièremissiondeguerre. j’entendsuneexplosiontoutprèsdemoi.Onneserend
base aérienne de Benghazi, aux côtés des autres Jen’aipasdormidelanuit»,reconnaîtIsmaïl. verslacapitalerebelle. comptedesdégâtsqu’enatterrissant.Lecôtégauche
«martyrs» de la force aérienne rebelle. Samedi Le colonel, diabétique et cardiaque, revendique demoncasqueesttrouéparuneballedegroscalibre,
dernier, Ismaïl a repris du service dans la nouvelle l’honneurdemenercettechargefollementrisquée. unepaledurotorestenpartiearrachée.Notretankvo-LecapitaineIsmaïlQutb,
arméedel’airlibyenne.C’estlapremièrefoisquece Lesaviationsoccidentalesnesontpasencoreentrées lantaencoreprouvésasolidité…»
grand costaud moustachu au regard pensif reprend en scène, si bien que les aviateurs insurgés vont se seulsurvivant,livre
lemanchedepuisle9avril,lejouroùilfutleseulàse Ilsveulentenêtre,pourl’honneurbattre seuls. Hussein al-Warfalli s’installe dans le
sortirvivantdesonappareilrusse. cockpit du pilote, à l’arrière. Le capitaine Ismaïl Larageetl’adrénalinenesontpasretombées.Mou-lerécitdecescombats.
Jusqu’au 21 février, pourtant, le capitaine Qutb Qutbdansceluiducopilote,devant,d’oùonal’im- men al-Drissi, le commandant de bord formé en
pensait ne jamais voler à nouveau. Ce jour-là, il a pressiond’êtresuspenduentrecieletterre.L’hori- France,àTarbes,veutabsolumentredécoller.«JenePARPIERREPRIER
reçuuncoupdetéléphoneinattenduluidemandant zonestbouché.L’hélicoptèrevoleàmoinsdevingt ENVOYÉSPÉCIALÀBENGHAZI cessaisdepenserauxviolsperpétrésparlestroupesde
d’appeler le colonel Hussein al-Warfalli, comman- mètresdusol.Ilpoussejusqu’àlavieillevilledeBre- Kadhafi, raconte-t-il aujourd’hui. Le colonel Huss-
dantdelabasedeshélicoptèresdeBenghazi.L’offi- ga,derrièreleslignesennemies.«Soudain,lecolonel seinal-Warfalliadûenleverlabatteriepourm’empê-
ciervenaitderécupérerdeuxMI-35,deshélicoptè- annoncedesdépartsdetirsantiaériendansnotredos, cherdedémarrerlesturbines.»
res d’assaut russes. Leurs équipages, malgré les raconteIsmaïl.Ilbasculel’appareiletjedécouvreune Lesoirmême,l’interventiondelacoalitionocci-
ordresdurégimeKadhafi,avaientrefusédetirersur colonne de4×4 chargés de canons antiaériens et de dentalesauveBenghazi.MaislesLibyensveulenten
lesmanifestantsets’étaientposéssurlabasedeBen- lanceursdefuséesGrad.Nosmitrailleusesdenezsont être, pour l’honneur. Le 5 avril, après avoir obtenu
ghaziavantderentrerchezeux. malheureusement hors service. J’ai juste le temps de l’autorisation de l’Otan, jure Ismaïl, le dernier Ter-
lâcherunesalvede16roquettesavantquenotreappa- minator insurgé encore en état de voler reprend
Cocktaildekérosèneetdesueur reil ne vire à droite. Le mécanicien, à l’arrière, lâche l’air.Cejour-làetlelendemain,ilarroselestroupes
Alors le colonel al-Warfalli a rappelé les vétérans. par la porte une rafale de sa mitrailleuse légère et kadhafistesàBrega.Puisvientle9.LecolonelHus-
Des hommes qui n’avaient pas volé depuis des lus- confirme les coups au but. Plusieurs pick-up sont en seinestcommandantdebord,lecapitaineQutbco-
tres.Commel’ingénieurnavigantSalahal-Qatrani, flammes.Notrebaptêmedufeuestunsuccès!» pilotedanslabulleavant,MohammedSalaminetle
un petit quinquagénaire barbichu qui avait entre- Unenouvellesortiealieulemêmejour,cettefois jeune Ibrahim Bader à l’arrière. «Contrairement à
tempspasséundiplômedesciencespolitiques.Oule avec deux hélicoptères qui frappent encore des co- nos habitudes, le colonel ne fait pas de détour par la
capitaine Ismaïl Qutb, qui venait de terminer des lonnes kadhafistes autour d’Ajdabiya. Les appareils mer. Au-dessus d’un rond-pointà4kmà l’ouest
étudesdedroitaprèsavoirquittél’arméedel’airen redécollenttôtlelendemain,16mars,etfrappentun d’Ajdabiya,derrièreleslignesennemies,jeressensun
1997, par dégoût, au point d’entrer en dépression hangarabritantdesmilitairesdeTripoli.Le17mars, chocderrièremoietj’entendslecolonelpousseruncri.
puis de changer de vie. «Kadhafi avait peur des ilsdétruisentunepatrouilledepick-up.Le18,l’ap- Jemeretourneetjevoisuneroquettedelatailledemon
coupsd’Étatetlaissaitl’outilàl’abandon.Onnefor- pareil,pilotéparlecolonelHusseinal-Warfalli,ren- avant-brasfichéedanssoncockpit.Jeprendslescom-
maitplusdejeunespilotes»,expliquelecapitaine.À treàlabasecriblédeballesdegroscalibre.Sonsys- mandes. Le moteur s’est arrêté et je vois l’altimètre
laveilledelaguerrecivile,l’arméedel’airlibyenne tème d’armes endommagé, il ne volera plus. Le s’affoler.Noustombonsàlavitessede5mètresparse-
danssonentierétaitdevenueunclubdevieux. 19mars,lestroupesdeKadhafientrentdanslesfau- conde.L’hélicoptèresecrashedansunmarais.Tousles
Commecesancienspilotessonttouspèresdefa- bourgsdeBenghazi.«Cejour-là,nousapprenonsla autressontmorts.»
mille,onleurlaisselechoix.«Lecolonelm’aditque Le capitaine s’éloigne en rampant de l’appareil,
l’onnem’envoudraitpassijenemesentaispasenme- quiexplosedixminutesplustard.Desobustombent
suredecombattre.Maislui,ilétaitdécidé,alorsqu’il autour de lui. Il entend des4×4 tourner en rond,
avait53ans,dudiabèteetdesproblèmescardiaques. Lecôtégauchedemoncasqueesttroué probablementàsarecherche.«Jesavaisquesij’étais
Jeluiaidit:“tondestinseralemien”.» pris,jemourraissouslatorture,lesortpromisauxpi-paruneballedegroscalibre,Lespilotesdevrontpourtantattendretroissemai- lotes passés à l’insurrection. On volait tous en vête-
nesavantdepartiraucombat.«LeConseilnational mentscivilspourdiminuerlesrisques.»Ilserarécu-unepaledurotorestarrachée…»de transition hésitait. Il avait peur des représailles.»« pérélelendemainsoir,souslefeuennemi.«Mavie
ISMAÏLQUTB MOHAMMEDABDULAH/AFPPOURLEFIGAROLe5mars,lecapitaineIsmaïls’installepourunpre- étaitentrelesmainsdeDieu»,dit-ilsimplement.
A
LEFIGARO mercredi14septembre2011
«Sarkozy,lePS
etladélinquance» 3francePOLITIQUE
L’ÉDITORIALD’YVESTHRÉARDPAGE15
Exécutiondespeines:
l’engagementdeSarkozy
Lechefdel’Étataannoncéhierlacréation
de30000placesdeprisonsupplémentairesd’icià2017.
supplémentaires»d’icià2017,pourpor- émerger sur «des terrains militaires»
JEAN-MARCLECLERC
terleparcà80000places.«Cen’estpas désaffectés notamment. Autre mesure
JUSTICE Ce n’était pas un déplacement de l’idéologie», a-t-il dit. Le rapport phare du rapport Ciotti à adopter d’ur-
ordinaire. Hier, en Seine-et-Marne, à CiottiarévéléquelaFrancedétient,par gence: le «service citoyen» pour mi-
Combs-la-Ville,puisàRéau,oùilasuc- exemple, presque deux fois moins de neurs«primodélinquants»,«dansleca-
cessivementinauguréuncentreéducatif personnesdanssesgeôlesquelaGrande- dre d’un établissement d’insertion de la
fermépourmineursdélinquantspuisvi- Bretagne. défense». Là, il a fallu ciseler le projet.
sitéuneprisonmodèle,leprésidentdela L’encadrement ne serait pas «militai-
«Prisonsenkit»République est venu annoncer ses re», comme l’avait suggéré autrefois la
«nouvelles ambitions» pour la justice. Hier,NicolasSarkozyétaitbiendécidéà socialiste Ségolène Royal, mais «quasi
C’estbienlaquestiondel’impunitéqu’il nepasvoir«caricaturée»sadémarche. militaire», nuance le chef de l’État.
a mise sur la table, soucieux d’apporter Carc’estunethérapiegraduéequ’ilen- Pourquoi? Parce que l’armée «opéra-
des réponses à une situation qui veut tend voir appliquer à la justice malade. tionnelle»nepeuts’égayerdansdesmis-
qu’en France, malgré des «efforts», Certes,danssonesprit,ilyauradesdé- sions annexes. Le président a parlé hier
80000peinesdeprisonrestentnonexé- tentions strictes pour les profils les plus dupossibleengagementdemilitaires«à NicolasSarkozyavisitéhierlecentrededétentiondeRéau,prèsdeParis. REUTERS
cutées. durs.Maispourlesdélinquantsàladan- laretraite»,entreautresbénévoles.
gerosité moindre, la réponse sera plus Pourlesmineurslesplusdurs,ilpro- pu converser avec quelques «pension- ble,s’estvuproposerparleprésidenten
«diversifiée»,précise-t-il. metaussilacréationdevingtnouveaux naires».L’unavaitvioléà12ansetréci- personne un stage dans les cuisines dePourlesmineurs L’idée des «prisons en kit» pour les centres éducatifs fermés, soit la moitié divé à 15. «Je ne sais même pourquoi je l’Élysée. Devant ses éducateurs médu-
«primodélinquants», courtespeines,émiseparÉricCiotti,sera du parc existant. En visitant celui de suislà»,répète-t-ilinlassablement,se- sés.«Onverra»,disaitl’und’eux,visi-
retenue. Le chef de l’État veut les voir Combs-la-Ville hier, Nicolas Sarkozy a lonseséducateurs.Unautre,plussocia- blementperplexe.l’encadrement
sera«quasimilitaire»
Comme il bâtit en son temps la loi
d’orientationpourlasécurité(Lopsi)qui Leprésidentchercheàconsolidersonimagesurlasécurité
marqua le retour à une police d’ordre,
Nicolas Sarkozy a donc dévoilé les était présent, au lieu du très mé- «Contrairementàl’environnement, quinquennat.Éluprésident,Nico-CHARLESJAIGU
contours d’une grande loi de program- diatiqueClaudeGuéant. la sécurité reste dans le top 5 des lasSarkozyadécouvert«unnou-
mationrelativeàl’exécutiondespeines. ENCETTEFINdequinquennat,les Hier,lechefdel’Étatadoncsui- priorités des Français», note veau job», et il s’est éloigné des
Untextefondamental,àsesyeux,puis- annonces présidentielles se sont vi de très près les recommanda- Bruno Jeanbart de l’Institut Opi- sujets de sécurité, Michèle Alliot-
qu’ildoitpermettrederendreeffectives raréfiées.Iln’estdoncpasindiffé- tions faites dans le rapport remis nionWay. Et il n’a pas échappé à Marieneparvenantpasàimposer
nombre de sanctions auxquelles échap- rent de noter que Nicolas Sarkozy parledéputéUMPÉricCiottiavant l’Élysée qu’une étude de l’institut sa marque Place Beauvau. Il aAu«pent encore des délinquants pourtant les a multipliées hier, à propos l’été. Il a même entériné l’idée de Ipsos parue dans Le Monde la se- oubliéundiagnosticqu’ilavaitfaitcontrairede
arrêtésenbonneetdueformeparlapo- d’un sujet dont il semblait avoir créer un service civique pour les maine dernière indique que Nico- quand il était encore ministre de
liceetlagendarmerie.C’estunequestion l’environnement, déléguéleprincipalàsonministre mineurs délinquants, encadré par lasSarkozyconserveunimportant l’Intérieur: le problème de la sé-
de«crédibilité»,a-t-ilassuré. del’Intérieur,ClaudeGuéant.Mais les militaires. Une proposition capital de crédibilité dans l’opi- curité,c’estaussiceluidel’exécu-lasécuritéreste
S’appuyantsurlerapportqueluiare- il serait faux d’y voir le retour du qu’avait faite Ségolène Royal en nionsurcesujet.Si70%desFran- tion des peines. «La sécurité des
dansletop5miscetétéledéputéUMPdesAlpes-Ma- présidentd’avant.Letonétaitvo- 2006, et que le chef de l’État re- çais lui faisaient confiance sur ce Françaisestautantliéeàuneques-
desprioritésritimes,ÉricCiotti(noséditionsdu6juin), lontairementmodéréaulieud’être prend à son compte… en pleine sujet en mai 2007, ils ne sont plus tion d’organisation policière que de
l’hôtedel’Élyséeveutfrapperviteetfort. martial. Et le sujet portait certes primairesocialiste. que 49%, mais c’est mieux qu’en réponse pénale», résume Ciotti.desFrançais
LegardedesSceaux,MichelMercier,de- » surlasécurité,maissousunangle Les enquêtes d’opinion mon- 2010,laplusmauvaiseannéepour «En matière de réponse policière,
BRUNOJEANBART
vra présenter dès cet automne ce grand nouveau: celui de l’exécution des trent que la sécurité reste une lui,etbeaucoupmieuxquesesad- on est au taquet. La certitude de laDEL’INSTITUTOPINIONWAY
projetdeloipourlajustice.Avecunob- peines de justice. C’est la raison priorité constante pour les Fran- versairessocialistes. sanctionrapideestaussilameilleu-
jectif «prioritaire», prévient Nicolas pourlaquelleletrèsdiscretMichel çais, même si le chômage ou les Mais les annonces d’hier corri- redesdissuasions.»Hier,Sarkozy
Sarkozy:créer«30000placesdeprison Mercier, ministre de la Justice, déficits sont désormais en tête. gentaussiun«oubli»dudébutdu avouluréparercetoubli.
Amercredi14septembre2011 LEFIGARO
4 francePOLITIQUE
L’UMPs’essayeàlastratégie
destroisdroites
Droite populaire, Droite sociale, Droite moderne :
le parti majoritaire tente de structurer ses courants
pour en faire autant d’atouts pour 2012.
tyque « libéralisme, gaullisme et centris-JEAN-BAPTISTEGARAT
me ». « Que la Droite populaire s’incarne
UneconventionMAJORITÉ En prenant les rênes de l’UMP, autour des valeurs d’immigration et de sé-
surlajusticeJean-François Copé avait promis de faire curité ne me dérange pas, mais personne
socialeavaitétévivre « les sensibilités » et de donner la ne doit perdre de vue qu’il ne suffit pas de
organiséeparparole « aux clubs et aux think tanks ». gagner le premier tour de la présidentielle,
l’UMP,enjuin
Neuf mois plus tard, le secrétaire général il faudra rassembler pour le second », esti-
2011àParis,
estime cette partie du contrat remplie. me Daubresse.
enprésence
« Tout le monde est entendu, se réjouit-il. Laurent Wauquiez, chef de file de la deLaurent
Nous avons fourni les moyens nécessaires à Droite sociale, entend pour sa part jouer Wauquiez
ceux qui le souhaitaient pour se faire enten- de son influence pour « rééquilibrer le (àgauche),
dre. » Mais Copé, qui dispose de son pro- discours de l’UMP », décrypte un proche Marc-Philippe
pre club, Génération France, n’entend pas du ministre. Pour cela, il décline les thè- Daubresse
« organiser pour les autres » ces sensibili- mes « des droits et des devoirs », l’un des (aucentre)
etJean-Françoistés. « Chacun fait comme il le sent, chacun slogans qui sera un fil rouge de la campa-
Copéfait comme il le veut », élude-t-il. gne. « Notre volonté est de monter en puis-
(àdroite).« Politique des guichets » ouverts pour
JULIENMUGUET/IP3chaque militant, fractionnement de
«Personnenedoitperdrel’électorat en « sensibilités » qu’il fau-
devuequ’ilnesuffitpas
drait traiter en leur apportant un discours
degagnerlepremiercalibré : cette stratégie, qui ne fait pas construit « une marque bien implantée ». nir les « sociaux qui ne se retrouvent ni
tourdelaprésidentielle, EN BREFl’unanimité, a ses défenseurs, notam- C’est Guillaume Peltier, naguère proche dans la Droite sociale, ni dans la Droite po-
ilfaudrarassemblerment à l’Élysée. Les plus sceptiques se de Philippe de Villiers, qui a été « chargé pulaire », analyse un centriste. Cette
pourlesecond»sentent obligés de s’y plier, notamment de clarifier les différentes offres », croit-on mouvance représenterait le gros du troi- CarlLangseprésentepour
MARC-PHILIPPEDAUBRESSEen raison du succès de la Droite populai- savoir à l’UMP. « Le nom même de Droite sième pilier de l’UMP, la Droite moderne, 2012etconcurrenceLePen
re. Un ministre assure même qu’il y a juste est stupide, comme si le reste de la qui réunirait dans une cohabitation hasar- CarlLang,ex-secrétairegénéral
maintenant « urgence après l’échec re- sance, explique-t-il. Pas pour contrer la droite était injuste » ne décolère pas un di- deuse écologistes de droite et libéraux, ra- duFNetprésidentduPartidela
tentissant du projet pour 2012 de Bruno Le Droite populaire - avec qui nous avons des rigeant du parti qui entend bien « régler dicaux et chrétiens-démocrates. «Au France(PDF),aannoncéhiersa
Maire ». « Personne n’y a trouvé son ponts - mais pour mieux faire entendre no- son sort » à l’idée. « La Droite juste, ce n’est moins, ce sera nous les modernes », ironise candidatureàlaprésidentielle
compte, il faut donc réactiver le débat tre message aux classes moyennes. » pas juste la droite », renchérit Daubresse un ancien ministre. « Ce n’est possible que de2012«aunomdepetitspartis
d’idées », ajoute un collègue du ministre « La démarche de Laurent est nécessaire qui promet que la famille sociale et cen- si tout le monde joue le jeu et on est loin du d’extrêmedroitepourquiMarine
de l’Agriculture. mais son projet est entaché par sa sortie sur triste de l’UMP « saura en tirer les consé- compte, estime un dirigeant de l’UMP. LePenn’estplusàmêmede
Représentant de l’aile centriste au sein le cancer de l’assistanat », déplore un des quences » si cette initiative voyait le jour. Tous jurent du contraire mais les seuls clubs représenterladroitenationale».
du parti, Marc-Philippe Daubresse met cadres de l’UMP. À tel point qu’il a été en- « Caution radicale » de l’UMP depuis le qui fonctionnent vraiment sont ceux qui Ilestimequeladirigeante
cependant en garde contre la tentation visagé de transformer la Droite sociale en départ de Jean-Louis Borloo, Jean Leonet- portent une personnalité. Et ils ne s’inscri- duFrontnationalestentrain
« d’importer des idées et des valeurs » qui Droite juste. « Je ne sais pas d’où est venue ti souhaite de son côté donner de l’épais- vent alors plus dans la perspective de 2012 de«ringardiserlediscours
ne relèvent pas du corpus traditionnel de cette idée, mais ce n’est pas mon projet », seur à République humaniste, autre mais dans celle de l’après-2012. » Et donc nationalparsespositionssurla
la droite de gouvernement et de son trip- assure Wauquiez, qui se félicite d’avoir « sensibilité » dont la vocation est de réu- bien loin des motivations de l’Élysée. sortiedel’euroetsondiscours
étatisteetlaïciste».
Sénatoriales:latêtedeliste
PSduVal-de-Marne
écartéeaprèsSénatorialesàParis:Fillons’engagepourJouanno
samiseenexamen
La droite parisienne tente de décourager Charon de présenter sa liste dissidente. PatrickSève,mairesocialiste
deL’Haÿ-les-Roses,misen
élections sénatoriales » et que Le Figaro examendansuneenquêtesur
SOPHIEDERAVINEL
s’est procurée, celui-ci demande en effet lesmarchéspublicsdesaville,(AVECSOLENNDEROYER)
à ses ministres « de prendre garde à ne pas aétéécartédelatêtedelaliste
ÉLECTIONS François Fillon sort du bois. intervenir dans la campagne électorale en d’uniondelagauchequ’il
Le déplacement n’était pas inscrit sur son (leur) qualité de membre du gouverne- devaitconduiredansleVal-de-
agenda de premier ministre mais, hier ment », à partir du 5 septembre. « Rien Marneauxsénatoriales.LePS
soir, il était attendu dans une salle pleine n’empêche le chef du gouvernement de fai- leremplaceparLucCarvounas,
de grands électeurs parisiens au siège na- re de la politique s’il n’use pas des moyens patrondelafédération
tional de l’UMP, en présence du secrétai- de l’État… », rétorque-t-on à Matignon. socialistedudépartementetpar
re général du parti, Jean-François Copé. Au-delà des sénatoriales, Fillon a lui- ailleursdirecteurdecampagne
Objectif : soutenir la seule liste officielle même ironisé, hier soir, sur ses ambitions deManuelValls
de l’UMP à Paris pour le Sénat, celle de la parisiennes. « Je sais, a-t-il dit, que lors- pourlaprimaireduPS.
ministre des Sports, Chantal Jouanno. que je me déplace chez vous vous, beau-
SondageIfop-«ParisCe n’était pas encore exactement le coup spéculent...» Conseiller de Jouanno
Match»:lesFrançaisgrand soir pour les fillonnistes parisiens, et secrétaire de la fédération UMP de Pa-
souhaitentlavictoirequi attendent depuis des mois « la » dé- ris, Jean-Jacques Giannesini est explici-
delagaucheclaration d’intérêt du chef du gouverne- te : « Il vient à Paris, c’est une certitude. Et
ment pour la capitale. « François Fillon c’est bien ce que les grands électeurs com- PlusdelamoitiédesFrançais
soutient une de ses ministres, indique Ma- prennent. Dire le contraire serait mentir. » souhaitentunevictoiredela
tignon. L’enjeu est national. Le Sénat doit « Si la circonscription dédiée à François gaucheàlaprésidentielle
e e e erester à droite sans être fragilisé par la dis- Fillon, la 2 , sur les V ,VI et VII arrondis- (56%),soitautantqu’enjuillet,
sidence… » Pas question de sortir de cette EnvenantsoutenirhiersoirlatêtedelisteUMPpourleSénat,ChantalJouanno, sements, n’était pas aussi visée par Rachi- selonunsondageIfoppour
ligne. La communication sur ses ambi- FrançoisFillonaffirmeaussisesambitionspersonnellespourParis. F.BOUCHON/LEFIGARO da Dati, cette affaire ne ferait aucun ParisMatch.38%depersonnes
tions politiques dans la capitale restera bruit », ajoute-t-il. « Pas question de re- interrogéessouhaitentcellede
bordée le plus longtemps possible… té, alors qu’il aurait confié à des proches, teurs dans le secret de l’isoloir. Pour eux, faire les mêmes erreurs qu’en 2001 avec ladroite(–2points),tandisque
« Nous ne sommes pas branchés là-des- au sujet de Charon : « C’est fini, je ne veux la venue du premier ministre Rue La Boé- Philippe Séguin », implanté tardivement 6%neseprononcentpas(+2
esus, explique un conseiller. Aucune ur- plus le voir. Jamais.» tie traduit une certaine inquiétude : à Paris, dans le difficile XVIII.« Cette points).Avec73%debonnes
gence à parler de ça en pleine crise écono- Alors qu’étaient absents hier soir des « S’ils font appel à lui, c’est que la situation fois-ci, le candidat doit arriver tôt et assu- opinions,JacquesChiracrestela
mique. » L’urgent, c’est de débrancher la élus parisiens comme Rachida Dati, Bri- doit être grave. » Et ils s’interrogent sur le rer son siège de député », indique Gianne- personnalitépolitiquela
liste dissidente de l’ex-conseiller de gitte Kuster, Françoise de Panafieu, devoir de réserve auquel serait tenu sini pour qui, « si Sarkozy est réélu, Fillon pluspopulaire,malgré
l’Élysée Pierre Charon, alors que, un par François Lebel et Jean-Pierre Lecoq, les Fillon. Dans une circulaire datée du demandera le siège de président de l’As- unebaissed’unpoint.
erun, ses soutiens tombent dans le giron de proches de Charon comptent toujours de 1 août, intitulée « Instruction aux mem- semblée, avant de se lancer dans la campa-
la liste de Chantal Jouanno. Ce week- leur côté sur le soutien des grands élec- bres du gouvernement à l’approche des gne municipale de Paris. »
eend, c’est le maire UMP du VIII arron-
dissement, François Lebel, qui a plié ba-
gage. « Aujourd’hui, les choses sont allées
trop loin, a-t-il dit. Gaulliste et sarkozyste,
je ne peux admettre le spectacle d’une Bayrouobserveavecdélectationl’agitationaucentre
droite divisée qui se déchire, alors que l’ob-
jectif est tout autre. » Le président du MoDem réunit ce week-end, à Giens, l’université de rentrée de son parti.
Sarkozy«impliqué» lectation, pour lui, de lire ici et là, dans Morin, président du Nouveau Centre porte-parole du MoDem. Aucun rap-RODOLPHEGEISLER
Troisième sur la liste officielle, la sénatri- la presse ou sur la Toile, des échos (NC) et autre candidat putatif, aurait prochement n’est en effet à l’ordre du
ce sortante Catherine Dumas a œuvré à CENTRE C’est peut-être le secret de la (même infondés !) sur certains de ses repris langue avec son ancien mentor, jour entre les deux adversaires d’hier.
ce rapprochement. « Je sais que François mine réjouie qu’il affiche en cette ren- adversaires d’hier qui seraient prêts à François Bayrou… Or, malgré la présence annoncée du
Lebel est surtout critique sur le fonctionne- trée de préélection présidentielle : le rejoindre. sénateur de l’Alliance centriste Jean Ar-
«Majoritéenperdition»ment de la fédération. Je lui ai dit que ce François Bayrou sent comme un frémis- La semaine dernière, le site Atlantico thuis et du député UMP Pierre Méhai-
dossier allait être traité par la suite », in- sement en sa faveur depuis quelques se- annonçait ainsi un possible rapproche- « Tout cela est bien la preuve que la majo- gnerie sur la presqu’île de Giens, ce
dique-t-elle, assurant que la maire UMP maines. S’il ne décolle toujours pas dans ment avec l’ancien premier ministre rité est en perdition. Ils savent que l’UMP week-end, pour l’université de rentrée
edu XVII , Brigitte Kuster, va aussi les re- les sondages - le président du MoDem Jean-Pierre Raffarin, ex-UDF. «Un a échoué, ils commencent donc à regarder du MoDem, François Bayrou risque sur
joindre. L’entourage de Kuster, qui a été reste crédité entre 5 et 8 % d’intentions délire sympathique », dit-on dans l’en- ailleurs en prévision de l’après-2012 », sa droite de pâtir de la concurrence de
reçue la semaine dernière par Nicolas de vote -, il observe, sans bouder son tourage du président du MoDem. veut croire un proche. Mais derrière ce l’ancien ministre d’État de Nicolas
Sarkozy, fait savoir qu’elle « prendra ses plaisir, que les grandes manœuvres ont D’autres échos de presse font encore sentiment diffus que le Meccano pren- Sarkozy et président du Parti radical,
responsabilités en temps et heure ». Lors bien commencé autour de lui. état d’appels du pied d’un autre ancien drait forme, pour l’heure, Bayrou reste Jean-Louis Borloo. Mais là encore, au
du petit déjeuner de la majorité, hier, le Certes, comme il le dit souvent, le premier ministre chiraquien, Domini- en réalité relativement isolé. « Villepin a MoDem, on se veut serein. « Pour les
chef de l’État a confirmé s’être « impli- « Béarnais » entend rester le plus loin que de Villepin, président de Républi- exprimé sur le dernier livre de Bayrou électeurs centristes, il n’y a qu’une candi-
qué » pour les sénatoriales, « en essayant possible de « l’agitation de la ruche », que solidaire et possible candidat à la quelques opinions positives, nous en pre- dature cohérente. Jusqu’à preuve du
de stopper les dissidences, notamment à voire de ce qu’il qualifia un jour de présidentielle. On peut encore lire que nons acte, mais laissons le temps à tout contraire, les radicaux sont membres de la
Paris ». « J’ai été très clair », a-t-il ajou- « panier de crabes ». Mais quelle dé- l’ancien ministre de la Défense Hervé cela de mûrir », note Yann Wehrling, majorité sortante », élude-t-on.
CLEFIGARO mercredi14septembre2011
Dossierspécial LeTalkenvidéoPrimairesocialiste 5francePOLITIQUEWWW.LEFIGARO.FR/LE-TALK
WWW.LEFIGARO.FR/POLITIQUE
Aubry
àlaconquêtePrimaire:leforcingdeRoyal
desfemmes
L’ex-candidate a ironisé hier sur le fait LES FÉMINISTES pour Martine
Aubry? Elles se sont donné ren-
dez-vouscesoiràParispourundî-que le chef de l’État ait « récupéré » l’une
nerdesoutienàlamairedeLille.Y
participeront des représentant(e)sde ses propositions contre la délinquance.
d’associations, comme Osez le fé-
minisme ou Paroles de femmes,
Hollande à Paris ou le déplacement de des personnalités de la société ci-NICOLASBAROTTE
Martine Aubry dans l’Hérault sont pas- vile, comme Laure Adler, ou des
PARTI SOCIALISTE Sans elle, les socia- sés au second plan. responsables politiques, telles
listes s’ennuieraient. Alors que François Dans les coulisses du PS, les avis sont Anne Hidalgo, Élisabeth Guigou ou
Hollande, le favori de la primaire, peine presque unanimes : Ségolène Royal a Marie-PierredeLaGontrie.«Mar-
à susciter l’enthousiasme et que Marti- changé, elle a travaillé.«Elleagagnéen tine Aubry a compris qu’il y avait
un regain d’intérêt dans la sociéténe Aubry, sa rivale, n’a pas réussi pour maturité politique», concède même
pourladéfensedesdroitsdefem-l’instant à renverser le rapport de force, Stéphane Le Foll, le bras droit de Fran-
mes», assure Caroline de Hass,Ségolène Royal, elle, assure le specta- çois Hollande. L’élu de la Sarthe n’a ja-
présidentedeOsezleféminismeetcle. Elle mobilise son noyau de suppor- mais été tendre avec elle. Mais il serait
membre de l’équipe de campagne
teurs. Elle provoque le débat. En espé- trop tard pour revenir dans le jeu. L’un
de la maire de Lille. Martine Aubry
rant convaincre qu’elle mérite une de ses anciens proches, Julien Dray, lui,
a notamment promis que la pre-
deuxième chance, après son échec de a dit avant l’été : elle n’a pas su faire mière loi qu’elle ferait adopter si
2007… Mais même si elle n’est pas dési- tomber la barrière de rejet dont elle fait elle était élue présidente porterait
gnée, elle a déjà gagné sa l’objet. Ségolène Royal est surl’égalitésalarialeentrelesfem-
place dans la campagne l’une des personnalités quiLapetite mes et les hommes. «Elle a aussi
présidentielle. enregistre le plus haut ni- fait un effort pour intégrer desphrasede…
Si ce n’est pas elle la can- veau de mauvaises opinions femmes dans son équipe de cam-
HARLEMDÉSIR pagne»,poursuitCarolinedeHaas.didate, ses idées seront-el- dans les enquêtes des insti-PREMIERSECRÉTAIRE
«RienàvoiravecFrançoisHollan-les portées ? Ironie de tuts de sondage.PARINTÉRIMDUPS
de.» Dans l’entourage du députél’histoire ou stratégie déli- «Il y a une grande fai-Onattend deCorrèze,lesfemmessonteffec-bérée pour mettre son blesse chez elle», analysedupremierdébat tivement rares, même s’il peutgrain de sel dans la primai- un expert électoral du parti.téléviséd’abord
comptersurlesoutiendedéputées
re de la gauche, Nicolas unéchangedetrès «Les sondages d’intention comme Aurélie Filippetti. Face à
Sarkozy, son ex-adversaire grandequalité devoteàlaprésidentielledi- sonrival,c’estunecartequeMarti-
entrelescandidatsde 2007, a repris hier l’une senttouslamêmechose:ily neAubryestprêteàjouer.Lamaire
quiontdécidéd’allerde ses propositions phares a une candidate qui est éli- de Lille voudrait conquérir le vote
àlarencontrede la présidentielle : le chef minée de manière certaine. des femmes. Elle ne devrait pas
desFrançaispourde l’État a promis un «en- C’est Ségolène Royal». êtreprésentecesoirmaisellepar-
direcomment
cadrementmilitairedesjeu- Rédhibitoire. «L’envie de ticiperaàunmeetingle21septem-
ilsveulentincarner bre à Paris sur l’égalité entre lesnes délinquants». «Ce qui gagner est un élément trèslechangementquiest
sexes. Elle a aussi pris ses distan-est important, c’est que les fort lors du vote», pour-attendu
ces politiques avec Dominiquebonnes idées fassent leur suit-on. Pour les partisansen2012 Strauss-Kahnenexpliquantqu’ellechemin», a ironisé hier la de l’ex-candidate de 2007,
pensait «la même chose queprésidente de Poitou-Cha- c’est un obstacle majeur
beaucoup de femmes» de son
rentes. Dans son entoura- face à eux. Ils répondent comportement. Et pour couronner
ge, on a trouvé une expres- en renvoyant aux sonda- letout,elleaaccordécettesemaine
SégolèneRoyallorsdesavisiteàl’écoledeproductionBoisard,hier,àVaulx-en-Velinsion pour qualifier ceux qui ges qui «se sont toujours une interview au magazine de
danslabanlieuelyonnaise. PHILIPPEDESMAZES/AFPs’approprient les proposi- trompés». modeGrazia. N.B.
tions de Royal : «C’est le Dans les yeux de l’opi-
coucourama.» nion, Ségolène Royal ne décolle pas, Hidalgo, la porte-parole de Martine nosprestations», dit-elle. La présiden-
Si ce n’est pas elle la candidate, est- malgré ses efforts. Elle s’en étonne el- Aubry. Mais de là à perturber la primai- te de Poitou-Charentes est persuadée
ce que c’est elle qu’on entendra le plus ? le-même.«Avecunecampagnecom- re, les partisans d’Aubry n’y croient d’être meilleure sur ce terrain que ses
Lundi soir, à Villeurbanne devant quel- melamienne,cen’estpasnormalqueje pas :«Onnenousparlepasd’ellesurle adversaires : elle a l’expérience des dé-
que 600 personnes, elle a ironisé sur ne prenne même pas un point», terrain.» L’attention se focalise plutôt bats de 2006. À cette époque, ses rivaux
l’affaire Bourgi et ses conséquences po- confie-t-elle. Pour Royal, les sonda- sur le duel Hollande-Aubry. Évidem- Laurent Fabius et Dominique Strauss-
litiques :«Ilyauraduménageàfaire.Et ges seraient manipulés pour la faire ment, Royal espère faire mentir les pro- Kahn avaient voulu la faire trébucher.
cen’estpasplusmalquecesoitunefem- baisser… nostiqueurs. «On va pouvoir comparer En 2011, c’est elle qui est à leur place.
mequisoitéluepourfaireleménage.Un À la veille du premier débat télévisé,
boncoupdebalaiethop», a-t-elle lan- les regards se tournent vers elle et sa
cé, sur le mode de l’ironie. La formule a capacité à créer la surprise. «Elle va
fait mouche. Le meeting de François jouer toutes ses cartes», pense Anne
Chevènementdemandede
l’imaginationauxsocialistes
L’ancien ministre estime que la crise
de l’euro lui ouvre un « espace politique ».
Saône-et-Loire, Arnaud Montebourg,
SOPHIEDERAVINEL
«critiquedelamondialisationlibérale»,
GAUCHE Jean-Pierre Chevènement en comme lui.«Jeleconstate,c’estunfait,
est convaincu : un «espace politique cequineveutpasdirequejen’aipasdela
s’ouvre» devant lui avec cette«crisede sympathie pour d’autres», a-t-il dit,
l’euro» que l’ex-candidat à la présiden- alors qu’en 2007 il avait noué «un ac-
tielle de 2002 avait«prévuedepuisledé- cord politique» avec Ségolène Royal.
part». Invité hier soir du « Talk Orange- «J’invitelescandidatsàlaprimaireàfai-
Le Figaro », le président d’honneur du repreuved’imaginationdanscettesitua-
Mouvement républicain et citoyen a ré- tiondecriseinédite», a-t-il dit, alors que
pété qu’il annoncerait «à l’automne», «la crise de l’euro peut provoquer des
c’est-à-dire «avant le 21 décembre», changements décisifs». Chevènement
son intention, ou non, de repartir en s’est dit favorable à un retour à des mon-
campagne pour la présidentielle de 2012. naies nationales, «abritées» par une
«Jepense, a-t-il dit cependant,quesiles monnaie européenne commune.
candidats de gauche n’ont pas un pro-
«Affabulations»deBourgigramme plus performant pour sortir de
l’impasse dans laquelle nous sommes ce Sur les propositions faites par Nicolas
seraundevoird’yaller.» Sarkozy de faire encadrer les jeunes dé-
Observateur attentif de la primaire, linquants par des militaires, le sénateur
qu’il compare, amusé, à«unconcoursde du Territoire de Belfort a fait remarquer
beauté», Jean-Pierre Chevènement se que «les effectifs de l’armée française
trouve des affinités avec le député PS de sontplusréduitsqu’ilsnel’ontjamaisété
depuisLouisXIV».«Onnepeutpasde-
mandercelaauxmilitaires», a-t-il jugé.
Mais selon lui, on pourrait proposer«à
d’anciens militaires ou d’anciens ensei-
gnants, disponibles» de s’engager
auprès de ces jeunes. Chevènement a
donné en exemple l’expérience favori-
sée à Belfort des Établissements publics
d’insertion de la défense : «C’est une
réussiteetcelafonctionne,surlabasedu
volontariat.»
L’ancien ministre de François Mit-
terrand a encore vivement dénoncé les
«affabulations» de l’avocat Robert
Bourgi sur les valises de financement
venues d’Afrique dont aurait bénéficié
l’ancien président socialiste, comme
d’autres présidents de droite. Les propos
de Bourgi, selon lui, «méritent d’êtreJEAN-PIERRECHEVÈNEMENT,
étayéspard’autreschosesquesessouve-hier,danslestudio
nirs, opportunément révélés à la veilleduFigaro.
d’unecampagneprésidentielle».
F.BOUCHON/LEFIGARO
Amercredi14septembre2011 LE FIGARO
Dossier:RévoltesLadéfensehéroïque danslemondearabe6 international despilotesdeBenghazi PAGE 2> WWW.LEFIGARO.FR/INTERNATIONAL
LestalibansfrappentaucœurdeKaboul
Des attaques coordonnées
ont visé hier le quartier
général de l’Otan
et l’ambassade américaine.
Unpolicier
ISABELLELASSERRE afghan
montaitAFGHANISTAN C’est devenu un ri-
lagardesurtuel. Plusieurs fois par an, les talibans
lesited’uns’offrent une attaque plus ou moins
attentat
spectaculaire au centre de Kaboul.
suicide,hierà
Après s’en être pris au ministère de la
Kaboul,dans
Défense au printemps, puis à l’hôtel lequartierdes
Intercontinental en juin, enfin au Bri- ambassades.
tish Council, l’agence culturelle bri- OMARSOBHANI/
tannique, en août, les insurgés ont à REUTERS
nouveau fait trembler la capitale
afghane hier. Des kamikazes ont lan-
cé plusieurs attaques coordonnées en
début d’après-midi, au cœur de la
ville notamment contre le quartier
général de l’Otan et l’ambassade des
États-Unis. Certains des assaillants,
armés de mortiers, de lance-roquet-
tes et de fusils d’assaut, s’étaient re- fait relativement peu de dégâts. Six années, menant des raids, de plus en
tranchés dans un bâtiment du quar- morts et une quinzaine de blessés, se- plus audacieux. Mais les actes de vio- Cour
tier ultrasécurisé qui abrite les lon un premier bilan. lence sont devenus encore plus nom- Suprême Bâtiment dans lequelKA BO UL CE NTRE
représentations diplomatiques et les Mais symboliquement et psychologi- breux depuis que l’Otan a amorcé, en les talibans s’étaient réfugiés
forces internationales. quement, les talibans ont marqué des juillet, son long processus de transfert PlaceWAZIR
points. Ils ont prouvé une du pouvoir aux jeunes forces de sécu- Massoud
AKBAR KHANDémonstration nouvelle fois qu’ils rité afghanes. Ce faisant, les insurgésLACAPITALEdeforce étaient capables de s’in- tentent tout à la fois d’accélérer le re- Ambassade PlacePlace
Abdul HaqDeux casernes de police CIBLÉEEN2011 troduire dans Kaboul, de trait annoncé des forces internatio- Shirpur QG de
ont également été atta- pénétrer les institutions nales, d’influencer les futures négo- l’OTAN Zone touchée par
quées dans l’ouest de la publiques et la zone ul- ciations entre Américains, régime de19AOÛT Amb. (Isaf) les tirs de roquettes et
capitale. L’offensive a trasécurisée des forces Kaboul et talibans, de faire dérailler le PlaceLestalibansattaquent de mortiers des talibans
Palais Aryenaété revendiquée par le internationales. Pour processus de transition et de s’impo-lecentreculturel
présidentielporte-parole des tali- l’Otan, qui a commencé à ser, grâce à ces opérations de harcè-britannique,9morts.
MinistèrePlacebans, Zabihullah Muja- retirer ses troupes de lement, comme les principaux repré-
Malik de la Défense
hid, qui a affirmé mener combat du pays et prépa- sentants du peuple afghan. KaboulAsghar28JUIN« une attaque suicide re son retrait du théâtre PlaceAttaquecontrel’hôtel Uneéventuellecomplicitémassive », visant no- afghan en douceur, c’est Pashtonistan Stade GhaziIntercontinental,10morts.tamment « des services un nouveau revers. Une Le fait que des insurgés lourdement
AFG HA NISTA Nde renseignements preuve supplémentaire armés aient pu pénétrer dans le quar-
étrangers et afghans ». que l’impression de sé- tier des bâtiments diplomatiques, mi-18JUIN
Cette nouvelle dé- curité qui règne dans la litaires et gouvernementaux pose aussi 400 mTripleattentatsuicidecontre
monstration de force uncommissariat,3morts. capitale n’est qu’un ver- la question d’une éventuelle complici-
des insurgés a été en nis et que la guerre de té du personnel afghan de sécurité.
grande partie matée par contre-insurrection li- La secrétaire d’État américaine, a fermement condamné ces « attaques
21MAIles forces internationa- vrée par les forces de la Hillary Clinton, a assuré hier que les terroristes » dont il promet qu’elles ne
Attentatsuicidedans EN BREFles et afghanes, ap- coalition depuis 2008 n’a États-Unis ne se laisseraient pas « inti- pourront ni « empêcher le processus de
unhôpitalmilitaire,6morts.
puyées par une aide aé- pas porté ses fruits. mider » par la « lâche » attaque au transition de s’accomplir »ni« affecter
rienne, au bout de deux heures, même Les insurgés islamistes, qui com- lance-roquettes et à l’arme légère per- la détermination du peuple à prendre en Ladroitepopulisteenrecul
si des combats se poursuivaient en battent depuis dix ans le régime de pétrée à proximité de l’ambassade main la responsabilité des affaires de enNorvège
soirée entre quelques assaillants et les Kaboul et les soldats étrangers, ont américaine à Kaboul. son pays ». Jusqu’à la prochaine Ladroitepopulisteanti-
forces de sécurité. Dans les faits, elle a intensifié leur guérilla ces dernières Quant au président Hamid Karzaï, il fois… immigrationestlagrande
perdantedesélectionslocales
enNorvège.LePartiduprogrès
(FrP),dontletueurAnders
BehringBreivikauntempsétéLesrebellesdeMisratagoûtentleparfumdelaliberté membre,chutede6pointspar
rapportauxmunicipalesde2007.
Les combattants vivent la guerre comme une forme d’accomplissement personnel et collectif.
Syrie:lapressions’accentue
disait aux étrangers que les Libyens étaient AlorsquesespairsarabesTHIERRYPORTES
des idiots, des sous-développés ; il nous in- condamnaienthierENVOYÉSPÉCIALÀMISRATA
terdisait d’apprendre les langues étrangè- «l’effusiondesang»enSyrie
AFRIQUEDUNORD Depuis six mois qu’ils res, de voyager. J’ai un ami, il est parti de etquelepremierministreturc
se battent, ils n’ont vu leur famille qu’une Libye, il ne voulait pas revenir, ils disaient RecepTayyipErdogantançait
dizaine de fois, pour quelques brèves em- que c’était trop nul. » publiquementBacharel-Assad,
brassades. Leur chef de 30 ans, Tuami Os- lesambassadeursfrançais
Pasletempsdeseraserman, a repoussé son mariage programmé etaméricainàDamassontallés
avant-guerre, ne sachant pas s’il revien- Desrebelles Mohammed Akacha qui, lui aussi, a présenterleurscondoléances
drait d’un combat qui, il en a été d’emblée libyensfont « adoré ces six mois », ne voit pas bien ce àlafamilled’unopposant
persuadé, se terminerait un jour par « la unepause, que représente vraiment un système dé- mortsouslatorture.
lundidéfaite de Kadhafi ou la mort ». Il n’est mocratique. De cela, comme de mille
àMisrata. Al-Qaidapréditun«sombreplus très sûr aujourd’hui de vouloir autres choses, ils en ont bien parlé, soir
C.FUSCO/ hiver»auxÉtats-Unisconvoler. Ses hommes ont également du après soir, avec tous les copains de la ka-
EPA/MAXPPP
mal à définir clairement leur avenir per- tiba, mais cela demeure encore un peu Dansunmessageaudiomis
sonnel, et plus encore le futur de la Libye. abstrait pour lui. Il s’est cependant forgé enlignehier,lechefd’al-Qaida,
En ce lundi soir, ils sont une quinzaine une conviction : « La Libye future sera Aymanal-Zawahiri,prédit
de thuwars de la katiba de Misrata, réunis bien mieux que la Libye de Kadhafi ; et per- «unsombrehiver»pourles
dans une villa du centre-ville, pour un sonne ne m’empêchera plus de dire ce que États-Unisaprèsle«printemps
barbecue. Un riche homme d’affaires de la je veux dire. » arabe»quimarque,selonlui,
ville a mis à leur disposition cette spacieu- La question a beau n’avoir jamais été «uneescaladedudjihad».
se maison au confort élémentaire. Depuis posée, tous entendent rassurer leur hôte
UneplaintecontrelePapele début de la guerre, en février, ils vien- images, je les ai regardées des milliers de Tuami dit avec plus de clarté ce que ses étranger : « On n’est pas des islamistes, il
àlaCPInent à tour de rôle s’y reposer, deux jours fois, reconnaît Azam Sahallah. Ça me par- hommes, souvent frustes, peinent à for- n’y a pas d’al-Qaida, si on est barbus, c’est
par mois. Le reste du temps, ils sont dans le, c’est ma mémoire. Je m’arrêterai quand muler : « La guerre m’a changé en mieux, qu’on ne peut pas se raser. » Hamed el- Desvictimesdeprêtres
leur unité, dormant à même le sol dans des la démocratie sera là », répond-il dans un elle m’a permis de m’exprimer. » « Je suis Rema, qui a une barbe plus longue que les pédophilesontdéposé
campements de fortune, près du front. sourire triste, presque gêné que l’on puis- décidé à reprendre mes études.»« La dé- autres, insiste : « Sous Kadhafi, on avait uneplaintedevantlaCourpénale
En attendant que les morceaux de se lui demander pourquoi il ne veut pas mocratie ? Je ne sais pas, cela mettra du de l’argent, on mangeait, on pouvait internationale(CPI)contre
mouton rôtissent, ils sont cinq ou six essayer de tourner la page. Azam a 30 ans. temps. Ce que veulent les gens, c’est du s’acheter une voiture. Mais si on s’est bat- lePapeetd’autresresponsables
autour d’Azam Sahallah, un barbu bara- Il pense reprendre son travail de conduc- travail, une bonne éducation pour leurs en- tus, si on a fait cette révolution, c’est pour del’Églisecatholique
qué, qui a branché son ordinateur. Pas- teur de camions et rêve de se marier, fants, de bons hôpitaux, vivre normale- notre liberté. Et pour que nos enfants en pour«crimecontre
d’avoir des enfants. Et pour l’instant, as- ment ; mais il n’y aura pas de pouvoir isla- profitent. » l’humanité».
sure-t-il, aucun cauchemar ne l’habite. miste, les Libyens n’auront plus jamaisIlsontdumalàdéfinirleur peur de s’exprimer librement, de réclamer
«Nousrendronslesarmes»avenirpersonnel,etplus leurs droits. »
« Une petite dizaine aura des problèmes Azan Abufanas, qui, à 21 ans, entend L’OtanpoursuitsesbombardementsencorelefuturdelaLibye
psychologiques », précise toutefois Tuami bien reprendre ses études de médecine,
DES AVIONS de l’Otan ont bombardé provisoires. Ottawa a également obte-Osman, dont le calme et les propos résolus est le premier à oser le dire : « Ça a été les
hier des cibles dans plusieurs bastions nu du Comité des sanctions de l’ONUsent sur l’écran des petites vidéos, toutes inspirent l’autorité. C’était le seul qui avait plus beaux six mois de ma vie, car cette
encore tenus par des fidèles de uneexemptionpourdébloquerplusdeplus horribles les unes que les autres. Ces tenu une arme avant la guerre : son fusil guerre m’a donné une liberté que je n’avais
MouammarKadhafi,visantnotamment 2 milliards de dollars d’avoirs libyensmaisons et tanks en flammes, ces corps de chasse, pour tirer des lapins et des jamais eue. » Cet aveu libère la parole de
un système radar et huit systèmes de gelés, en faveur de l’aide humanitairedécoupés par les roquettes Grad, ces pri- oiseaux. « Les armes de guerre, nous les ses deux copains, dont il traduit les pro-
missiles sol-air près de Syrte, la ville danslepays.Desoncôté,lepatrondela
sonniers kadhafistes apeurés, ligotés ou rendrons sans problème au Conseil national pos dans un anglais sommaire. Adna
nataledel’ex-Guide,ainsiquesixchars compagnieaériennejordanienneRoyal
abattus, racontent leur guerre. Les seules de transition, affirme-t-il. Nous les ren- Anerwi, qui vendait des chaussures il y a etdeuxblindésàSebha,danslesud. Jordanian a annoncé la reprise de vols
images heureuses sont celles de leurs co- drons quand la sécurité sera assurée sur six mois et pense intégrer la future armée Surleterraindiplomatique,leCanadaa quotidiens jeudi vers Benghazi, dans
pains, tirant en l’air de joie, ou faisant le tout le territoire libyen, et quand toutes les libyenne, tout d’un coup s’enflamme : confirmé hier la réouverture de son l’estdelaLibye,aprèsseptmoisdesus-
« V » de la victoire. Mais certains d’entre autres brigades, celles de Benghazi, Tripoli « J’ai aimé cette guerre. Avant, on ne pou- ambassade à Tripoli, dans des locaux pensiondusàlaguerrecivile.(AP)
eux ne sont plus à leurs côtés. « Oh, ces et du Djebel Nefousa, les rendront. » vait rien faire par nous-mêmes. Kadhafi
KKaaboulboul
CLEFIGARO mercredi14septembre2011
7international
JackieKennedy,
lacandeurassassine
Ni de Gaulle ni Luther King ne trouvaient grâce
à ses yeux. Seul son mari lui semblait sans reproche.
faire », lui dit-il, persuadé d’être sorti
LAUREMANDEVILLE
grandi de l’épreuve.
CORRESPONDANTEÀWASHINGTON
Ces morceaux d’histoire vivants - « nos
ÉTATS-UNIS Il y a quelque chose meilleures années », dit-elle - sont extraits
d’émouvant et de fascinant à entendre d’une série de huit heures et demie d’enre-
JackieKennedy
s’élever, avec 47 ans de délai, la voix gistrements de conversations de Jackie
aucôtéde
douce et distinguée de Jacqueline Bou- avec l’historien Arthur Schlesinger Jr., un
CharlesdeGaulle,
vier Kennedy pour raconter sa vie de ancien conseiller de son mari. Les entre- àParis,en1961.
première dame des États-Unis et son tiens, datés de janvier 1964, sont égayés de Un
amour pour son mari, en même temps bruits d’allumettes que l’on gratte, de tin- «égocentrique»,
qu’elle évoque sans fard les personnalités tements de glaçons qui tombent dans les dira-t-elle a côtoyées et certains des instants verres et de la voix enfantine de John-John duprésident
les plus dramatiques de l’histoire améri- Junior, 3 ans, qui explique que son père français.
BETTMANN/CORBIScaine. « est parti au ciel » et qu’il ne se souvient de
Ainsi du calamiteux épisode de la baie « rien du tout ». Près d’un demi-siècle plus
des Cochons, quand l’opération lancée tard, ils font l’objet d’un livre (1), qui sort imaginer ce qui arriverait au pays si Lyn- avoir passé à la Maison-Blanche ses rencontrant ce dernier, devenu « gaga ».
contre le régime de Castro par la CIA, aujourd’hui en librairie. Jackie, décédée en don était président”... Il n’aimait pas meilleures années, mais qui se positionne Pas un mot en revanche sur ses aventures
avec l’accord du président, échoue en 1994, avait laissé sa fille Caroline juge du l’idée... car il était inquiet pour le pays », sans complexe de manière assez tradition- féminines à répétition, son goût pour les
rase campagne. « Il est revenu à la Mai- moment auquel ces pages d’histoire, em- explique Jackie, parlant de « l’agenda am- nelle, égratignant les excès des féministes fêtes arrosées, ni ses liens troubles avec
son-Blanche jusqu’à sa chambre et il s’est preintes d’intimité mais aussi de jugements bigu et de l’énorme ego » du vice-prési- libérales qui « ont peur du sexe » et esti- certains milieux de la mafia.
mis à pleurer, juste avec moi. C’était si parfois décapants sur l’entourage du prési- dent. « Il n’était jamais là quand Jack vou- mant que les femmes ne doivent pas «se En janvier 1964, encore pleine du pro-
triste, à cause de ses 100 jours (de prési- dent et les grands du monde qu’elle avait lait le consulter !», s’exclame-t-elle. Les mêler de politique ». Elle ne tarit pas d’élo- fond chagrin de la perte toute fraîche de
dence, NDLR) et de tous ses rêves, et tout approchés, pourraient être publiées. Celle- historiens se demandent si cet acharne- ges sur la tendresse de son mari, notam- son mari, Jackie ne veut se souvenir que
à coup cette horrible chose qui arrivait. » ci a décidé de profiter du cinquantenaire de ment contre Johnson n’était pas lié à son ment pour ses enfants. Elle parle des jouets du meilleur et contribuer à l’écriture de la
la présidence de son père cette année. désir d’empêcher ce dernier de revendi- en plastique qui flottaient en permanence geste présidentielle de son époux, pour la
quer l’héritage de son mari, et de voir le dans sa salle de bain, de cette drôle de ma- postérité. « Il a tant fait, dit-elle. Si seule-MartinLutherKing, «L’énormeego»deJohnson frère du défunt, Bobby Kennedy, l’empor- nie qu’il avait de se mettre en pyjama pour ment, il avait eu un peu plus de temps. ».
un«hypocrite»qui De Gaulle est un « égocentrique », Martin ter à la future présidentielle. faire une sieste quotidienne de 45 minutes, (1) Jacqueline Kennedy, «Conversations
Luther King un « hypocrite » qui trompe On découvre en tout cas dans les enre- comme Churchill, son héros. De la décep- historiques sur la vie avec John F. Ken-trompesafemmeetIndira
sa femme et Indira Gandhi « une femme gistrements une épouse aimante, qui juge tion qu’il avait eue, jeune sénateur, en nedy»,HyperionPress.Gandhi,«unefemme amère et désagréable », y déclare la pre-
mière dame sans ambages, précisant queamèreetdésagréable»
son mari voyait Franklin Roosevelt com-
me « un charlatan qui faisait beaucoup
Ainsi, aussi, de la crise des missiles de d’effet ». Le document est d’autant plus
Cuba en 1962, quand l’Amérique redoute intéressant pour les historiens qu’en de-
soudain d’être visée par le feu nucléaire hors du célèbre entretien qu’elle avait ac-
soviétique. « S’il te plaît, ne m’envoie pas à cordé au journal Look, comparant la prési-
Camp David... Je veux être sur la pelouse dence Kennedy à l’épopée du roi Arthur,
s’il y a une attaque et... mourir avec toi, les Jackie, murée dans son malheur et restée
enfants le veulent aussi », le supplie-t-elle, entourée d’un halo de mystère, n’a accor-
lors de journées « où elle ne distinguait plus dé que quelques rares autres interviews,
le jour et la nuit et ne quittait pas la Maison- toutes restées secrètes à ce jour.
Blanche » pour être toujours avec On apprend notamment que JFK n’avait
« Jack ». Quand le drame se dissipe et que aucune confiance en son vice-président,
Kennedy sort victorieux du bras de fer, il a Lyndon Johnson, qui allait pourtant lui
une phrase étonnante. « Si quelqu’un veut succéder à la présidence après son assassi-
m’abattre, c’est le moment où il devrait le nat. « Jack disait, “Oh mon Dieu, peux-tu
LaFrancemisesurl’avenir
dunucléaireenChine
Alain Juppé inaugure aujourd’hui à Zhuhai
l’Institut franco-chinois de l’énergie nucléaire.
Côté français, le projet pédagogique a
ARNAUDDELAGRANGE été élaboré par un consortium de cinq
CORRESPONDANTÀPÉKIN
écoles, l’Institut national polytechnique
ASIE Pour asseoir leur influence dans le de Grenoble (INP), l’École des Mines de
nucléaire chinois, les Français misent Nantes, l’École de chimie de Montpel-
sur les générations montantes. Et l’Ins- lier, Chimie ParisTech et l’Institut na-
titut franco-chinois de l’énergie nu- tional des sciences et techniques nu-
cléaire (Ifcen), qu’Alain Juppé va offi- cléaires (INSTN) du CEA. Avec Grenoble
ciellement inaugurer aujourd’hui dans en chef de file.
le Grand Sud chinois à Zhuhai, est une
Pépinièrespièce maîtresse de cette stratégie.
L’école, toutefois, répond avant tout à Venu de l’INP dont il était vice-prési-
une demande chinoise. Même si son dent, Jean-Marie Bourgeois-Demersay
programme nucléaire marque une pause estime que « l’expérience est d’autant
après Fukushima, la Chine a des ambi- plus intéressante qu’on crée en Chine une
tions énormes dans ce domaine. Et par là grande école d’ingénieurs du nucléaire
même un criant besoin d’ingénieurs et sur un modèle qui n’existe même pas en
de techniciens pour assurer la bon- France, où le dispositif est plus écla-
ne marche de ses centrales, qui té ». Il se félicite aussi d’«un
poussent comme bambous soutien industriel fort, tant
après la pluie. D’ici à 2020, du côté français, avec EDF,
le parc nucléaire chinois Areva et le Bureau Veritas,600%doit grossir de 600 % que du côté chinois avec
L’Ifcen fonctionne en C’estl’hypothèse CGNPC », le partenaire
fait déjà depuis un an, decroissanceduparc chinois du nucléaire fran-
nucléairechinoisavec une première promo- çais, dans le Guangdong.
d’icià2020tion entrée en septembre Les futurs cadres nucléaires
2010. La deuxième a com- n’auront pas à courir après un
mencé ses cours hier. À chaque emploi : ils sont attendus tant par
fois, des effectifs tournant autour de l’industrie chinoise que par les entre-
105 élèves. L’école est hébergée au sein prises françaises engagées en Chine.
de la prestigieuse université Sun Yat- Les lauréats de Zhuhai auront un
sen, basée à Canton, mais qui a aussi un double diplôme. Un master de l’uni-
campus à Zhuhai. Les étudiants chinois versité Sun Yat-sen et un diplôme d’in-
y passeront six ans, avec un cycle pré- génieur de l’Ifcen, diplôme chinois
paratoire étalé sur trois ans pour inclu- mais qui devrait être reconnu en Fran-
re l’apprentissage du français. « Ils ce. La formation d’ingénieurs «à la
sont très doués, commente Jean-Marie française » semble décidément prisée
Bourgeois-Demersay, directeur de par les Chinois. L’Ifcen est la troisième
l’Ifcen. Ils arrivent à suivre un pro- grande école d’ingénieurs - avec clas-
gramme de Maths sup en français après ses préparatoires intégrées - fondée en
seulement quatre ou cinq mois d’étude Chine, après l’École centrale de Pékin
de la langue ». Deux filières sont pro- en 2005 et de l’Institut sino-européen
posées. La première porte sur le génie d’aéronautique à Tianjin en 2007. Des
nucléaire et l’exploitation des centra- pépinières de cadres de haut niveau,
les, la seconde est dédiée aux maté- francophones et, espère-t-on, franco-
riaux et aux cycles du combustible. philes.
A