Magazine Le Figaro du 15 janvier 2011

Magazine Le Figaro du 15 janvier 2011

-

Livres
37 pages

Description

Decouvrez le Figaro magazine du 15/01/2011

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 janvier 2011
Nombre de lectures 23
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

4,50€ samedi15-dimanche16janvier2011 -LeFigaroN°20669-www.lefigaro.fr-Francemétropolitaineuniquement
LeFigaroMagazineLesplusgrandsmusées
d’Europe
Unecollection ClintEastwood,
dirigéepar
PatrickdeCarolis lederniergéant
Envente etMadameauprixde4,90€ LeFigaro
etses FigaroLEMUSÉEDU
magazines
Partie Louvre1 4,50€
“Sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloge flatteur” Beaumarchais
BenAlichasséparlarue
TUNISIE. Le président a quitté le pays
hier soir. La France n’aurait
« pas souhaité » l’accueillir. Il est
remplacé par son premier ministre.
PAGES6ET7ETL’ÉDITORIALPAGE19
MarineLePen
www.citroenselect.fr
HISTOIRE DUJOURsuccèdeàson
(1)11.990€pèreàlatêtedu
ADIEU PRIMEFrontnational Le«paradisdestravailleurs» CITROËN C4
PAGE3 À LA CASSE,
semetaugolf BONJOUR LESHDI 92 CVJean-PaulIIsera BONNES AFFAIRES
aCoréeduNordestbiensurlesrails que40%delapopulationdupaysmeurtde CONFORT BVM5erbéatifiéle1 mai pour devenir une «nation puissante faim.Letoutpour999euros,prixproposé Immatriculéedu01/01au28/02/2010,Letprospère»en2012,commelepro- par Lupine Travel, une agence de voyage climatisation,régulateurdevitesseprochain PAGE9
Véhiculed’occasiondefaiblekilométrageclame sa propagande. Après avoir conduit britannique qui a déjà enregistré plusieurs
deux essais nucléaires, testé des missiles réservations pour ce tournoi sans précé-
balistiques, le paradis socialiste se dote du dent. Chaque compétiteur sera accompa-
dernier attribut d’un pays riche. Un tour- gné d’un guide individuel qui lui fera dé-
noiinternationaldegolf. couvrir les grands monuments à la gloire
Lesportpréférédesmagnatsducapitalis- durégime,sanslelâcherd’unesemelle.Et
me ne fait plus peur au régime de Kim levainqueurseverradécoréd’unemédaille
Jong-il,quivientdelanceruneimprobable parlesautorités.Maislacompétitions’an-
invitation aux golfeurs du monde entier à nonceserréecarKimJong-ilaplacélabar-
venir en découdre en avril. Au bord d’un re trop haut: le jour de l’inauguration du
paisible lac, dans la périphérie de Pyon- parcours, le «Cher Dirigeant» a établi un
gyang, ils pourront pratiquer leur swing recordmondialenréussissant11trousd’un
sur le seul parcours 18 trous du royaume coup! De quoi définitivement démoraliser
ermiteruiné.Avantdeprofiterdusaunaet TigerWoods.
des restaurants du club-house, pendant SÉBASTIENFALLETTI(ÀSÉOUL)Mediator:
(2)
Garantie12moispiècesetmaind’œuvre.XavierBertrand Possibilitédefinancement,d’entretien
(2)comprisetdereprisedevotrevéhiculeprépareungrand
DÉBATS&OPINIONS RENDEZ-VOUS
(1) Prix valable jusqu’au 31/01/2011, non cumulable avec les opérations en cours, réservé aux particuliers dans la limite des stocks disponibles.chambardement L’ÉDITORIALdePierreRousselin PAGE19 Liste des véhicules concernés disponibles dans les points de vente Citroën Félix Faure listés ci-dessous (2) Voir conditions dans les points de venteLACHRONIQUE citésci-dessous,financementsousréserved’acceptationparCitroënFinancement.PAGE14
d’AlexandreAdler LECARNETDUJOUR PAGES15À17
CITROËNFÉLIXFAURETempêtesurleMaghreb APARTÉd’AnneFulda PAGE38VINCENZOPINTO/REUTERS- ePARIS15 0153681515 THIAIS(94)-BelleÉpine 0146864123PAGE19FETHIBELAID,ERICFEFERBERG/AFP TOUTEL’ACTUALITÉSURlefigaro.fr ePARIS14 -Pted’Orléans 0145894747 COIGNIÈRES(78) 0130663727
e
PARIS19 -ButtesChaumont 0144527979 LIMAY(78)-PortAutonome 0134787348ALG:170DA. AND:1,40€. BEL:1,40€. DOM:2,00€. CH:3FS. CAN:4,25$C. D:2,00€. A:2,80€. ESP:2,00€. GB:1,60£. GR:2,20€. IRL:2,20€. ITA:2,20€. LUX:1,40€. NL:2,00€. H:820
BEZONS(95) 0139610542HUF. PORT.CONT.:2,10€. SVN:2,20€. MAR:13DH. TUN:2DTU. USA:3,95$. ZONECFA:1500CFA. ISSN0182.5852 -------- www.citroenff.com --------
FETHIBELAID/AFP
photo non contractuelle
Csamedi15-dimanche16janvier2011 LEFIGARO
2 recto VERSO
NomméauxGolden
GlobesetauxOscars,
«LeDiscoursd’unroi»
s’annoncecomme
l’événementcinéma
decetteannée.
Ilretracelecombat
dumonarquebritannique
contresonbégaiement,
àlaveilledelaSeconde
Guerremondiale.
PAROLIVIERDELCROIXETJEAN-LUCWACHTHAUSEN
L’acteurColinFirthincarne
leroiGeorgeVIdanslefilm
l sortira en France le 2 février et est déjà signéparunjeunecinéaste
considéré par la critique internationale britannique,TomHooper.
commeundesfilmsmajeursdel’année2011.
Sontitre? Le Discours d’un roi,réaliséparun
jeunecinéastebritannique,TomHooper,qui GeorgeVI,a réussi à réunir autour de son projet lesImeilleurs acteurs du moment: Colin Firth,
GeoffreyRush,GuyPearceetHelenaBonhamCar-
ter. Tiré d’un épisode authentique – et assez mé-
connu–del’histoiredelaGrande-Bretagne,l’intri-
guedufilmracontecommentleroiGeorgeVI,père l’hommequinevoulait
d’Élisabeth II, lutta longtemps pour surmonter un
effroyablebégaiement,grâceàl’aided’unexcentri-
queorthophonisteaustraliennomméLionelLogue. teur bègue. J’en suis sorti ébloui. Concernant l’enfance
L’histoire culmine au moment où le roi doit pro- de George VI, tout ce qui est dit dans le film est vrai.
noncerundiscourssurl’entréeenguerredel’Em- L’éducation de « Bertie », le fait qu’il soit rabroué enpasêtreroi
pirebritanniquecontrel’Allemagne,en1939. permanence par son père, George V, monarque d’une
eDimanche soir, lors de la 68 édition des Golden extrême froideur avec ses enfants, l’anecdote selon la-
Globes(prixdécernésparlapresseétrangèreenpos- riel, directeur des achats de la société de distribu- Australie,enAngleterreetenEspagne,lefilmestun quelle ses nurses le traitaient comme un chien, tout
te à Hollywood), on saura si Le Discours d’un roi, tion Wild Bunch, qui était sur place. Dès que nous succèsàlafoiscritiqueetpublic,portéparunbou- cela est exact, y compris ses genoux cagneux. »
nommé sept fois dans les catégories les plus presti- avons vu Le Discours d’un roi, Vincent Maraval et che-à-oreille enthousiaste. Mais comment expli- Ce qui l’est moins, en revanche, c’est la ressem-
gieuses (film dramatique, réalisateur, acteurs, scé- moi-même avons immédiatement pris contact avec queruntelengouementpourunmodestefilmindé- blancephysiquedel’acteurColinFirthaveclevéri-
narioetmusiqueoriginale,composéeparleFrançais Harvey Weinstein, avec lequel nous avions déjà tra- pendant, non formaté par Hollywood? Son sujet, tableGeorgeVI. « En réalité, le roi mesurait 1,70 mè-
Alexandre Desplat), triomphera face à de sérieux vaillé surLaCitédeDieu,Fahrenheit9/11 ouPiranha tout sauf commercial, se concentre sur un monar- tre avec ses bottes, poursuit Kersaudy. Il avait des
concurrents comme The Social Network, de David 3D. Nous étions conquis par ce film. Et pour le querestédansl’ombre,aprèslescandaledel’abdi- traits très aristocratiques, un visage émacié, une sil-
Fincher, ou Black Swan, de Darren Aronofsky. Les convaincre de nous en vendre les droits, nous nous cation de son frère Édouard VIII, et qui pourtant, houette fluette et une bonne quinzaine de kilos de moins
Golden Globes étant considérés comme une répéti- sommes présentés devant sa chambre d’hôtel avec une avec le recul, apparaît comme l’un des grands rois que l’acteur, qui, pour moi, ressemble à l’archétype du
etiongénéraledesOscars(prévusle27février),lefilm épée en bandoulière et une couronne sur la tête ! La duXX siècle. bellâtre hollywoodien, sorte de Brad Pitt britannique.
deTomHooperrisquebiendedoublerlamise. concurrence était sévère et c’est sans doute ce clin Pour célébrer l’événement, l’ambassadeur de Idem pour l’épouse de George VI. L’actrice Helena Bo-
Produit et distribué par les frères Weinstein, au d’œil qui a fait la différence. Nous étions sûrs d’avoir Grande-Bretagne en France, sir Peter Westmacott, ham Carter joue très bien, mais ne ressemble absolu-
seindeleuranciennecompagnieMiramax,cefilm, trouvé une pépite. On ne s’était pas trompés puisque organisait,ilyadeuxsemaines,uneréceptiondans ment pas à la reine mère Élisabeth, qui était carrément
qui semble sorti de nulle part, est apparu pour la LeDiscoursd’unroi a décroché le grand prix du pu- sa résidence privée, après la projection du film sur plus… enveloppée. »
premièrefoisenseptembredernier,auFestivalin- blic. À croire que les Canadiens ont bon goût puisqu’ils lesChamps-Élysées,enprésenceduproducteur,du
«UnChurchillquirelèvedudésastre»ternationaldeToronto,oùilaobtenulegrandprix ont couronné de grands films comme AmericanBeau- réalisateuretdel’acteurColinFirth.Impressionnéet
du public. « J’avais lu une bonne critique de ce film ty, Slumdog Millionaire ouLe Fabuleux Destin émuauxlarmes,leTout-Parisleuraoffertune stan- Autre remarque d’importance. François Kersaudy,
sur un site australien,sesouvientJean-PhilippeTi- d’Amélie Poulain.» Déjà sorti aux États-Unis, en ding ovation. Historiquement, rappelons que Geor- grand spécialiste de Winston Churchill, réagit très
ges VI ne souhaitait pas régner, mais qu’il y fut mal à la manière dont Tom Hooper a décidé de re-
contraint par les circonstances. L’abdication présentersonidoledanslefilm. « Pour moi, la façon
d’ÉdouardVIIIintervintle10décembre1936.Leroi dont Churchill est dépeint relève du désastre. J’ai trou-
renonça au trône après seulement 325 jours de rè- vé qu’il avait tout d’un homme des cavernes, un tro-
gne, à la suite de son mariage avec une Américaine glodyte bossu, bourru et méconnaissable. Plus grave,
divorcée, Mrs. Wallis Simpson. Le scandale fut sur le plan historique, le scénariste commet une erreur
grand. C’est son frère cadet Albert, sur- impardonnable : jamais Churchill ne fut un conspira-
nommé «Bertie», homme timide, fluet teur en faveur de l’abdication d’Édouard VIII. C’est
et affligé d’un fort bégaiement, qui finit même exactement l’inverse. Son fidèle soutien à«
paraccepterdereprendrelacouronne. Édouard VIII lui a même coûté cher. Venant d’un An-Journées d’expertise
Professeur d’université, historien an- glais, je trouve cela incompréhensible… »Sonfrère,
glophile, l’éminent biographe de Wins- Autre omission, celle d’un acteur historique ma-
tonChurchillFrançoisKersaudyprécise: jeur: le premier ministre Chamberlain. « Dans leÉdouardVIII,
« George VI a d’abord refusé ce rôle, qu’il film, on ne le distingue qu’à l’arrière-plan, et il ne dit
renonça jugeait écrasant. C’est son cousin, lord pas un mot,s’étonneKersaudy, alors que c’est lui qui,
Mountbatten, qui réussit à le convaincre en le matin du 3 septembre 1939, a réellement engagé
autrône lui disant : “Vous avez toute la préparation l’Empire britannique dans la Seconde Guerre mondia-
nécessaire, puisque vous avez été officier le, en déclarant la guerre à l’Allemagne après l’inva-àlasuitede de marine.” Cette simple phrase regonfla à sion de la Pologne. Dans le film, tout est centré sur le
bloc le futur roi d’Angleterre. » bégaiement, mais je vous assure que le peuple anglaissonmariage
Quelleestlapartdefictionetlapartde s’y était habitué et que dans les faits cela était très se-
1 vérité dans le film de Tom Hooper? condaire par rapport à la situation politique du mo-avecune
« Avant toute chose,prévientl’historien, ment. Ce que je crains, c’est que les gens mal informés
je dois vous dire queLeDiscoursd’unroi sur cette période aillent croire que le roi d’AngleterreAméricaine
est vraiment captivant. Les dialogues sont est allé déclarer la guerre à Hitler de son propre chef,
divorcée extraordinaires et l’on souffre avec l’ac- alors que son discours, entre parenthèses largement»
écrit par Churchill et son secrétaire, sir Alan Lascelles,
n’avait qu’une vocation purement symbolique. Impor-
2
tante certes, mais symbolique. »
Néanmoins, François Kersaudy reconnaît que le
bégaiementdeGeorgeVI « était épouvantable, et que
l’orthophoniste Lionel Logue a pour ainsi dire fait des
miracles pour soigner ce handicap ». Son petit-fils,
MarkLogue,quivientdepublierunlivrebasésurle
journalintimedesonaïeulretrouvéparhasarddans
son grenier deux mois avant le tournage, précisait
dans une interview récente au Wall Street Journal:
« Mon grand-père est devenu un ami très intime du
roi. Il a consigné tous ses rendez-vous avec lui dans ses
carnets, et le verbatim de leurs séances. On découvreBonhams
4 rue de la Paix aussi que les répétitions du fameux discours ont été des
75002 Paris moments cruciaux. Il avait même été invité par Buc-3www.bonhams.com/paris
kingham au dîner de Noël, écrivant : “J’étais assis en
face du roi. C’était merveilleux.” »GeorgeVIen1936,aprèssadésignationofficiellecomme
Àlire:«WinstonChurchill,lepouvoiretl’imagination»,souveraindel’Empirebritannique.Ilsuccèdeàsonfrère
deFrançoisKersaudy,612p.,ÉditionsTaillandier.ÉdouardVIII. SPAARNESTAD/RUEDESARCHIVES
C
WILDBUNCHDISTRIBUTION
LEFIGARO samedi15-dimanche16janvier2011
LesmomentsfortsdeLeTalkenvidéo lasemainepolitiqueenvidéo 3WWW.LEFIGARO.FR/LE-TALK francePOLITIQUE
WWW.LEFIGARO.FR/POLITIQUE
Jean-MarieMarineLePenélueprésidente
LePen,le6
janvier,lorsqu’il
présentait
sesvœuxduFrontnational
àlapressepour
ladernièrefois
La fille de Jean-Marie Le Pen devancerait nettement Bruno Gollnisch. enqualitéde
présidentduFN,
Lors de ce même scrutin interne, les ad- acharnée et émaillée d’incidents, parfois
entourédeGUILLAUMEPERRAULT hérents du FN étaient aussi invités à élire sérieux, parfois tragicomiques. Les nerfs safilleMarine
EXTRÊME DROITE Selon nos informa- les 100 membres du comité central du sont à vif. Les cadres du parti veulent etdeBruno
tions, Marine Le Pen l’emporte nette- parti. Or, selon nos informations, les fi- maintenant tourner la page. Ils espèrent Gollnisch,
ment sur son concurrent, Bruno Goll- dèles de Marine Le Pen et les partisans de que le congrès de Tours va être l’occa- quipostulent
nisch, lors du vote interne des adhérents Gollnisch figureraient à peu près à égali- sion de mettre en scène le changement àsasuccession.
du Front national qui était en cours de té au sein de ce « parlement du FN ». de présidence dans un climat d’unité. SORIANO/LEFIGARO
dépouillement hier soir en région pari- Après trente-huit ans à la tête du parti,
Lecongrèsdelaréconciliationsienne. À 23 heures, tous les bulletins de Jean-Marie Le Pen se verra accorder le après-midi, Jean-Marie Le Pen, invité En réponse à une question, Jean-Marie Le
vote n’avaient pas encore été comptabi- Le dépouillement des votes par corres- titre de président d’honneur aujourd’hui du « Talk Orange-Le Figaro », avait jus- Pen a estimé que Marine n’aurait nul be-
lisés, mais, de sources concordantes, la pondance des adhérents à jour de cotisa- à 16 heures. Les « adieux de Fontaine- tifié le soutien très appuyé qu’il a apporté soin de«tuerlepère» et de rompre avec
tendance était irréversible. tion – 23 000 à 24 000, selon Jean-Marie bleau » se dérouleront à 16 h 30. Le ré- à sa fille tout au long de la campagne in- l’héritage du parti pour s’affirmer si elle
L’élection de Marine Le Pen à la tête du Le Pen – a été effectué en région pari- sultat du vote sera officiellement procla- terne. «Ce n’est pas un cadeau qu’un lui succédait à la présidence du FN.«Elle
FN lève la dernière incertitude qui pesait sienne par une entreprise spécialisée, en mé dimanche à 10 heures. Le candidat père fait à sa fille», avait argumenté le s’est déjà fait un prénom avant» la cam-
encore sur sa candidature à l’Élysée. À 42 présence d’un huissier de justice et des battu prononcera ensuite une allocution. président sortant du FN. Diriger un parti pagne interne, a observé l’ancien député
eans, la fille de Jean-Marie Le Pen est dé- représentants des deux candidats. Le vainqueur prendra enfin la parole à et être candidat à l’Élysée «exige des de la IV République. Se voulant rassu-
sormais la candidate naturelle du FN C’était la première fois que le FN 15 heures pour son premier discours en qualitésrareset,dansunecertainemesu- rant, Jean-Marie Le Pen a conclu qu’il
pour la présidentielle de 2012. C’est le connaissait une campagne interne de- qualité de nouveau président du parti. re, contradictoires », avait poursuivi n’y avait «strictement aucun risque de
couronnement d’une stratégie amorcée puis la fondation du parti par Jean-Marie Dans sa dernière déclaration publique l’ancien finaliste de la présidentielle de départs massifs» des partisans de Goll-
voilà plus de huit ans(voirci-dessous). Le Pen en 1972. La compétition a été avant la fin du dépouillement, vendredi 2002. nisch en cas de victoire de sa fille.
EN BREF
Lecouronnementd’unelongueambition
Dugoin,depèreenfils
fin des barricades du Quartier latin - est L’ascension de Marine Le Pen semble partie, été dédiabolisés», affirme alors LemaireUMPdeMennecy
GUILLAUMEPERRAULT
incollable sur les lauréats de la « Star un moment remise en question par la cette avocate de profession, qui sait (Essonne),XavierDugoin,
MARINE LE PEN, que les adhérents du Academy ». Divorcée et mère, elle s’ef- contre-performance de son père lors de plaider un dossier difficile. devraitlaissersonsiège
Front national viennent d’élire à leur force d’assouplir certains points du pro- la présidentielle de 2007. La stratégie de Marine Le Pen poursuit son enracine- àsonfilsJean-PhilippeDugoin-
tête, s’est préparée de longue date à suc- gramme du parti, comme l’opposition à « dédiabolisation » qu’elle avait inlas- ment électoral dans le Nord-Pas-de-Ca- Clément,lorsd’unconseil
céder à son père. La jeune femme a défi- l’avortement. Son aplomb, sa jeunesse et sablement poursuivie pour bonifier lais. En juin 2009, elle est élue député municipalextraordinaire
nitivement basculé dans le grand bain de son nom en font vite une habituée des l’image de Jean-Marie Le Pen et élargir européenne dans la circonscription qui dimanche.XavierDugoin
la politique le soir du second tour de la débats télévisés. La fille du président du comprend cette région. Puis, le mois sui- devraitseprésenter
présidentielle de 2002. Alors que Jacques FN s’efforce avec soin d’éviter toute ac- vant, la fille de Jean-Marie Le Pen suscite auxsénatorialesdeseptembre.«Enpillantnotrediscours,Chirac vient d’être réélu avec plus de cusation de racisme ou d’antisémitisme. l’intérêt des médias en manquant de peu
Recordd’insatisfaction82 % des voix face à Jean-Marie Le Pen, Et Marine Le Pen entreprend un effort de Sarkozynousaaffaiblis, emporter la mairie d’Hénin-Beaumont
pourSarkozyetFillonMarine Le Pen représente le FN sur les longue haleine pour tisser des relations (Pas-de-Calais) en se présentant commemaisàmoyenterme,
plateaux de télévision pendant la soirée courtoises avec les journalistes. numéro deux sur la liste FN menée par le Enbaissedetroispoints,lacote
c’estnousquiensortironsélectorale. À l’époque âgée de 31 ans et La fille de Jean-Marie Le Pen brûle les chef local du parti, Steeve Briois, un de desatisfactiondeNicolas
simple conseillère régionale, la troisième étapes grâce à son père. Il la bombarde renforcés:grâceàlui, ses plus proches lieutenants. Malgré les Sarkozyestà30%,sonplusbas
fille du leader frontiste défend son père vice-présidente du FN dès avril 2003. graves difficultés financières du FN, Ma- niveaudepuis2007,selonnousavons,engrande
bec et ongles. Intrigués, les journalistes L’année suivante, la voilà présidente du rine Le Pen continue à avancer, sans lebaromètreOpinionWay-
partie,étédédiabolisés»s’intéressent à ce qui devient bientôt un groupe FN au conseil régional d’Ile-de- états d’âme apparents, jusqu’au redres- Métro.68%dessondéssont
phénomène médiatique : « Marine ». Le France et député européenne. Plusieurs sement de son parti lors des régionales mécontentsdesonaction.
grand public la découvre. figures du parti l’accusent d’être aussi son audience paraît un échec. Mais la de 2010. En dépit de la popularité dont FrançoisFillon,lui,chute
C’est une jeune femme de sa généra- autocrate que son père sans avoir sa légi- vice-présidente du FN se montre opi- bénéficie Bruno Gollnisch au sein du FN, de5pointsà40%.Leministre
tion. Enfant de la télé, Marine Le Pen timité et de vouloir transformer leur niâtre. «En pillant notre discours, les adhérents du parti ont finalement été del’Intérieur,BriceHortefeux,
connaît par cœur plusieurs répliques des parti en un club de groupies. Ils sont Sarkozy nous a affaiblis, mais à moyen au diapason des sympathisants - qui la estleplusmalnoté
« Bronzés ». L’enfant inattendue de 68 – poussés vers la sortie ou claquent d’eux- terme,c’estnousquiensortironsrenfor- plébiscitaient dans les sondages - et l’ont dugouvernementavec
elle est née quelques semaines après la mêmes la porte. cés: grâce à lui, nous avons, en grande portée à leur tête. 29%desatisfaits(–7).
Csamedi15-dimanche16janvier2011 LEFIGARO
«Bayrou,forceset
faiblessesd’uncandidat»4 francePOLITIQUE
L’ANALYSEDERODOLPHEGEISLER PAGE19
FrançoisHollandedansson
bureaudel’Assembléenationale.
E.GRÉGOIRE/ABACAHollandepense
face à Martine Aubry, après avoir de-toujourspouvoir vancéSégolèneRoyal.Desdeuxrivales
ducongrèsdeReims,ilsetientéloigné
au maximum. Il ne leur a pas disputé
l’héritage mitterrandien à Jarnac pour
lacommémorationduquinzièmeanni-jouersacarte
versaire de la disparition de l’ancien
président. Il ne rivalise pas non plus
avec elles en programmant des «con-Enhaussedanslessondages,l’ex-patron
tre-visites»deterrainpourlesconcur-
duPSdevientl’outsiderdesprimaires. rencer.Enfait,iltentedeseteniréloi-
gné de tout ce qui pourrait le faire
danslesenquêtesd’opinionconfortesa apparaîtrecommeundiviseur.
FRANÇOIS-XAVIERBOURMAUD
conviction d’avoir adopté la bonne Avecsestroupes,ilaquandmêmelivré
OPPOSITIONÀ son tour. Après Martine stratégiepour2012.«Jenesuispasdans bataille pour contester le calendrier des
AubryetSégolèneRoyaljeudi,François une course de chevaux, dit-il. Je suis primaires.MaintenantquelePSl’aadop-
Hollande présente aujourd’hui ses dans une démarche que j’ai engagée tôt té,FrançoisHollandeprometqu’iljouera
vœuxpour2011depuissonfiefdeTulle et qui a son propre rythme, son propre lejeuetnecontesteraplus.Ilsetientprêt
en Corrèze. «Je ne vais pas les instru- temps.» en revanche pour un débat serré sur le
mentaliser», promet-il dans une criti- Aujourd’hui, François Hollande projetduPSquidoitêtreadoptéfinmai.
que en creux de ses deux concurrentes considère avoir franchi une étape. Il a Lors de la convention de Benoît Hamon
pourl’investituresocialiste.Enprésen- réussi à se défaire des oripeaux de chef sur l’«égalité réelle», ses proches
cedupréfetderégionetdeBernadette du PS qui lui collaient à la peau. «J’ai avaient dénoncé l’absence de chiffrages
Chirac, François Hollande promet un fait apparaître mon identité, c’est ce qui duprojetetdehiérarchisationdesmesu-
discours «consensuel». «Je vais mon- est désormais cristallisé. Je suis reconnu res. Cette fois, c’est au sein du «conseil
trerquelleestlalogiquedemonactionen etpassimplementconnu.»Sacandida- politique» du PS que François Hollande
Corrèze en insistant sur l’innovation. Il ture aux primaires socialistes ne fait fera valoir ses arguments. Dans cette
n’yaurapasd’attaquespolitiquescontre presque plus aucun doute. Seule de- remporterl’électioncantonaledemars Après,encasdevictoire,toutdevient nouvelleinstance,ilsiègeavecl’ensem-
meurel’incertitudesurlemoment.Lui prochain et conserver la présidence du possible.SurtoutsiDominiqueStrauss- bledesténorsduparti,soitunequinzaine
refuse d’en parler, pour conserver la conseilgénéral.«Mieuxvaudraitnepas Kahn renonce à revenir en France. depersonnes.Àlafoisàl’intérieurduPS«Jesuisdans «liberté» de choisir le calendrier. laperdre.Celamepriveraitd’unepartde C’est d’ailleurs le calcul de François etdanssonterritoirecorrézien,François
unedémarche Auparavant, il lui faut de toute façon légitimité»,considère-t-il. Hollande.Celuideseretrouveraufinal Hollandepoursuitsalonguemarche.
quej’aiengagéetôt
etquiasonproprerythme,
sonpropretemps» Legouvernementlancelagrandefusiondel’Alsace
legouvernement»,assure-t-il.Cen’est
pas le moment. Et puis, explique-t-il, LeministredesCollectivitésterritorialesveutfusionnerleconseil
«j’ai conscience que la responsabilité
corréziennenemedonnepasunedimen- régionalqu’ilprésideetlesdeuxconseilsgénérauxd’icià2014.
sionnationale».
Depuislarentréedeseptembre,l’an- exécutif, là où aujourd’hui règnent le Parlement.» Philippe Richert, qui, surJEAN-BAPTISTEGARAT
cien premier secrétaire du PS est conseil régional et les conseils géné- sonprojet,areçulesoutiendeNicolas
l’homme qui monte. Celui qui com- TERRITOIRES Un serpent de mer s’est rauxduBas-RhinetduHaut-Rhin. Sarkozy avant d’entrer au gouverne-
mence à être comparé au Jacques glissé dans les eaux du Rhin. Appelez- «Mon objectif est de créer un outil ment, veut mettre les bouchées dou-
Chiracde1995,partidetrèsloinderriè- leunion,réunion,fusionoupluspudi- plus efficace et de renforcer encore la bles.Carleministreaentêteuncalen-
re Édouard Balladur avant de finale- quement«Grenelledel’Alsace»,com- proximité avec nos concitoyens, expli- drier plutôt serré: mener à bien les
mentréussiràs’imposer.FrançoisHol- mel’aannoncéleministredesCollec- queRichert.Ceprojet,quiaétédiscuté débats et les phases expérimentales
lande n’en est pas là. Ses principaux tivités territoriales et président UMP en Alsace à de nombreuses reprises est avant 2012, les référendums locaux, le
concurrents, à commencer par Domi- du conseil régional Philippe Richert. aujourd’hui rendu possible par les lois vote des trois assemblées concernées
nique Strauss-Kahn, sont encore de- L’objectifrestelemême:doterl’Alsa- Raffarinetlaloisurlescollectivitéster- etceluid’unprojetdeloispécifiquequi
vant, mais sa progression régulière ce d’une seule assemblée, d’un seul ritoriales qui vient d’être adoptée par le viendraitparacheverl’ensembleavant
2014.Pourquoi?Parcequec’estàcette
date que la nouvelle loi territoriale
prévoitl’électiondesconseillers
territoriaux appelés à rem-
placer les conseillers gé-
nérauxetrégionaux.Un PhilippeRichert,ministre
desCollectivitésterritoriales.rendez-vous propice
BOUCHON/LEFIGAROpour créer le «conseil 46,16%
d’Alsaceuni»qu’ilap-
C’estlescorepelledesesvœux. métropole, et permettrait
dePhilippeRichert une «nouvelle phase de
auxrégionalesInnovations transfert de compétences»,
de2010Leprojetn’estpaspropreà en imaginant par exemple que
sa région, souligne Richert. La le réseau des routes nationales re-
Corseadéjàmisenplaceplusieursin- vienneàlarégion«aulieud’êtrearbi-
novations institutionnelles qui vont tréàNancy».Quantàlaquestiondela
vers un rapprochement de ses diffé- «capitale»,MulhouseetColmarcrai-
rentescollectivités.«Lemêmeproces- gnantd’yperdrefaceàStrasbourg,Ri-
sus est enclenché dans les territoires et chertlacontourneenexpliquantquela
départementsd’outre-mer»,souligne- «vision d’une capitale unique n’a plus
t-ilencore.D’autresprojets,commela desensàl’heuredel’Europeetdesnou-
fusion des deux départements sa- vellestechnologiesdecommunication».
voyards, celle des deux régions nor- Endébatauseindel’UMPalsacienne
mandes ou le rattachement de la Loi- – l’ancien président du conseil régio-
re-Atlantique et de Nantes à la nal Adrien Zeller n’y était pas favora-
Bretagne, pourraient à nouveau être ble –, défendu depuis de nombreuses
missurledevantdelascène. années par l’extrême droite et les ré-
L’expérience alsacienne est cepen- gionalistes,leprojetneconvaincpasà
dant la plus avancée. Au titre des gauche où, au mieux, on considère
avantages, l’union renforcerait la voix qu’il n’est pas prioritaire. Le voilà ce-
de l’Alsace face à l’État, argue le seul pendant inscrit à l’agenda par la force
président du conseil régional UMP de duministre-présidentd’Alsace.
Unedécisionquidiviseàdroite
2014»,répliqueleprésidentduconseilYOLANDEBALDEWECK
généralduHaut-Rhin,CharlesButtnerCORRESPONDANTEÀSTRASBOURG
(UMP),quis’entient,aveclesoutiende
UNESEULEcollectivitéalsacienneplu- ses collègues, à «la réforme voulue par
tôtquetrois,avecàsatêteun«conseil leprésidentSarkozy».Pourlesocialiste
unique»? Tout en annonçant un mulhousien Pierre Freyburger, l’occa-
«Grenelledel’Alsace»lorsdesacéré- sionétaittropbelled’ironisersurlavo-
monie de vœux à Strasbourg, Philippe lontéd’expansiondu«ducd’Alsace»…
Richertaévitéd’employerl’expression Mais les autres élus haut-rhinois se
qui fâche… surtout les conseillers gé- montrent plus nuancés. Ainsi les deux
néraux haut-rhinois. Car les deux as- mairesUMPdeColmaretdeMulhouse,
sembléesnesontpassurlamêmeligne. Gilbert Meyer et Jean Rottner, ap-
AinsilepatronduBas-Rhin,Guy-Do- puient-ils le projet au nom d’«une
miniqueKennel(UMP),quiasuccédéà meilleure gestion». «Pas hostile à
Philippe Richert en 2008, vient d’ap- l’idée»,leprésidentdel’agglomération
peler «les Alsaciens à participer à une mulhousienne Jean-Marie Bockel (La
réflexionprospectivepourexpérimenter Gauche moderne) insiste, lui, sur«le
rapidementunenouvelleorganisation». nécessaire consensus» qui passe par
Lui-mêmealancéungroupedetravail «unerépartitiondeslieuxdedécision».
pour«entrerdansleconcret». Reste la question du calendrier, qui
«Il n’est pas possible de fusionner les comprend une consultation populaire.
services. Il faut aller vers une expéri- Sans la trancher, le préfet de région,
mentation de la capacité des trois as- Pierre-Étienne Bisch, a demandé à ses
semblées à travailler ensemble dès servicesd’étayerlaréflexiondesélus.
ALEFIGARO samedi15-dimanche16janvier2011
5international
ZOOM
DeuxmilleCasquesbleus Kazakhstan:unréférendum
surmesurepourNazarbaïev
À70ans,Noursoultan
s’apprêteàresteraupouvoir
jusqu’en2020.Hier,leParlementenrenfortenCôted’ivoire
duKazakhstanadécidé
l’organisationd’unréférendum
Lesforcesdel’ONUcraignent pourl’«inviter»àsemaintenir,
passantoutrele«refus»officiel
d’êtredépasséesàAbidjan duprésident.Unemanœuvre
pouréviterquelechefdel’État
nesevoiereprocherdeconfisqueretàlafrontièreavecleLiberia.
lepouvoir.D’oùcettecomédie
Dessoldatsde démocratiqueaustyleADÈLESMITH
l’ONUpendant si«soviétique».Certes,«Papa»NEWYORK
unepatrouille, jouitdusoutientd’unepartiedes
jeudi,àAbidjan,AFRIQUE DE L’OUEST Après la ferme 16millionsdeKazakhs.Maispas
danslacommunecondamnationparBanKi-moondesatta- aupointque5millionsd’entreeux
d’Abobo,ques contre des véhicules de l’ONU en aient«spontanément»signé
fiefdeOuattara
Côte d’Ivoire, le Conseil de sécurité s’ap- lapétitionlancéeparlesdéputésSIAKAMBOU/AFP
prêtait hier à New York à examiner une zélés.«Lesfonctionnairesontété
résolution approuvant l’envoi de 2000 commed’habitudeimplicitement
Casques bleus en renfort. La situation forcésdesigner»,affirmele
devienturgente,lamissiondel’Onuci journalisted’opposition
(9500 hommes) sur place manque SergueïDouvanov.
demoyenspourfairefaceàl’esca- R.Ge.(àTbilissi)
lade de violences. Un nouveau 210
rapport de l’ONU parle de 247 morts
mortset49disparusdepuislapré-
pourlaseuledernière EN BREFsidentielle du 28 novembre. Le bi- puisledébutdelacri-
semaine
landelasemainedernièrefaisaitétat se. Le chef des opéra- AlassaneOuattarademandel’utilisation
de210tués. tions de maintien de la Plusde64mortsdansdelaforcepourfairepartirsonrival
D’après un diplomate onusien, l’arri- paix, Alain Leroy, s’était unebousculadeenInde
véedeforcessupplémentaires,quipour- mêmerendufindécembresurplacepour Uneparmi
MALGRÉ les pressions internationales, premier ministre d’Alassane Ouattararaient venir du Liberia, du Bangladesh, appelerlesCasquesbleusàplusdefermeté. despèlerinshindousafaitplus
Laurent Gbagbo ne donne aucun signe assure que sans intervention militairedu Pakistan et de Mongolie, est particu- Le Conseil de sécurité devrait aussi de64mortset25blessés
de faiblesse. Le premier ministre ké- «bienciblée»despaysdel’AfriquedelièrementpressanteàAbidjanoùlesCas- examiner la semaine prochaine un ren- vendredisoirdansl’État
nyan, Raila Odinga est attendu demain l’OuestenCôted’Ivoirepourfairepar-quesbleussubissentd’intensespressions forcement des sanctions contre le clan duKerala(suddel’Inde).
àAbidjan,pourtenterunenouvellefois tir Laurent Gbagbo, «ce sera la guer-
des forces de Laurent Gbagbo autour de Gbagbo et se tient prêt à une éventuelle
d’obtenirunesolutionpacifiqueàlacri- re». Nigeria:GoodluckJonathanl’hôtel du Golf où ils protègent Alassane demande de résolution par l’Afrique de
se qui secoue la Côte d’ivoire. Mais nul Dans le même temps, l’Union euro- surlavoiedelaréélectionOuattara. Le risque de violences ethni- l’Ouestapprouvantuneinterventionmi- n’y croit vraiment etsurtoutpasAlas- péenneaannoncé,hier,lamiseenplace
ques s’accroît également à la frontière litairemenéeparlesAfricains.LeNigeria, Lechefdel’ÉtatduNigeria,saneOuattara. dugeldesavoirsdeLaurentGbagboet
avec le Liberia à l’ouest du pays. L’ONU soutenu,selonunesourceonusienne,par GoodluckJonathan,Hier, le président élu a appelé au re- desesproches.
compte transférer des hélicoptères d’at- leGabon,leBurkinaFasso,leSénégal,le unchrétienduSud,partfavoricoursàlaforcepourfairepartirsonri- Le président autoproclamé et son
taquessoitdelamissionvoisineduLibe- TogoetleNigeretd’autres,estdéterminé val.«Jecroisvraimentqu’ilfaututiliser épouse nepeuvent enthéorieplus ac- delaprésidentielled’avril
ria,soitdecelleduDarfourafindesete- à faire partir Gbagbo par la force en cas la force pour faire partir M. Gbagbo. Je céder à leurs biens détenus dans les aprèsavoirremportéhier
pense qu’il est temps», a-t-il déclaré, 27pays de l’UE tout comme 83 autresnir prête à une attaque contre les d’impasse diplomatique. Une interven- lesprimairesdupartiaupouvoir
ajoutant curieusement toutefois ne personnes de leur entourage. Un trainappareils qui assurent actuellement les tionarméeafricaine,quinenécessitepas sursonrivalAtikuAbubakar,
vouloiraucune«effusiondesang».Ce de sanctions, qui, en parallèle, toucheapprovisionnementsdel’hôtelduGolf. dansl’absolulefeuvertduConseildesé- unmusulmanduNord.
ton,nettementplusdur,s’accordeavec aussi onze entités financières des sec-Maislaquestiondel’utilitédenouvelles curitésielleestjustifiéesurleplanlégal
celuideGuillaumeSoro. teurs,pétrolier,bancaireetportuaire. HaririrentreauLibanforcesseposeàNewYorkcommechaque international, pourrait rencontrer l’op-
DansuneinterviewàJeuneAfrique,le T.B. enpleinecrisepolitiquefois qu’une situation se dégrade dans un position de la Russie suivie de la Chine,
pays.Lerôledel’Onuciaétécritiquéde- voiredel’AfriqueduSudetduBrésil. Lepremierministreen
exercice,SaadHariri,estrentré
hierauLiban,aumomentoù
lesforcespolitiquesrivalessont
engagéesdansunbrasdeferLesSud-Soudanaisontmisésurl’indépendance envuedelanominationd’un
nouveauchefdegouvernement
Ilsveulentcroirequelasécession,votéeparréférendum,mettrafinauxsouffrancesetàlamisère. etoùlesappelsinternationaux
àlaretenuesepoursuivent.
Soudan, organisateur du référendum se- Alors, qu’importe les conditions du se marier et s’installer définitivement si
PIERREPRIER Israël:unrabbinapprouvelonl’accorddepaixde2005,accepteainsi vote.DanslebureauenpleinairdeTere- leschosessepassentbien.Etsionluioffre
ENVOYÉSPÉCIALÀTEREKEKA lesconversionsparl’arméeparavanceetsousfortepressioninterna- keka, un gros bourg en pleine savane à lanationalitéduSud?«Onvavoir»,ré-
AFRIQUE DE L’EST Ce sera la sécession. tionalesonpropredépeçage. uneheureetdemiedepistedeJuba,lesof- pond-ilprudemment.SonvoisinGeorge, Legrandrabbinséfarade
Le résultat du référendum sur l’autodé- ficiers électoraux en chasuble jaune fluo marchand de vêtements, assure:«On d’Israël,ShlomoAmar,
«Onmoderniseralemarché»terminationduSud-Soudan,quis’achè- accompagnentnombred’électeursjusque n’a aucun problème avec les Arabes, on adonnésonaccorddeprincipe
veaujourd’huiaprèsunesemainedevote Pour les quelque 9 millions de Soudanais dansl’isoloir,unestructureencartondo- mangeensemble,onvitensemble.» auxconversionsaujudaïsme
desseulssudistes,nefaitaucundoute. duSud,cen’estpasseulementlafind’une téed’unrideaujauneluiaussi.Latêtere- Cette volonté de réconciliation pèse opéréesparl’armée,uneaffaire
LeSPLM,leprincipalpartisud-souda- guerre civile entre un Nord à dominante couvertedurideau,l’hommeàlachasuble aussi sur le choix du nouveau nom du quiarelancéleconflitentre
nais, a pris les devants dès mercredi en arabeetunSudafricain,entaméedèslafin indiqueàl’électeurcommentimprimerla pays.La«RépubliquedeKouch»,l’une laïquesetreligieuxdanslepays.
annonçantqueles60%departicipation, de la colonisation anglo-égyptienne. marque de son pouce, trempé dans l’en- despropositions,dunomd’unfilsdeNoé
Jordanie:manifestationscondition de la validation du scrutin, cre,sansquel’onpuissevoirs’il«l’aide» etd’unroyaumenoirprécédentl’Abyssi-
contrel’inflationétaient atteints. «Mais je ne sais pas ce àchoisirlacaseornéedusymboledelasé- nie,«esttropliéàlaBibleetneprendpas
que les gens ont voté», dit sans sourire LeSudn’estpas cession,unemainpaumeouverte. en compte les musulmans», estime un Desmilliersdepersonnesont
Ann Itto, la secrétaire générale adjointe Ici,tousrêventàdemain,«àdeséco- commerçantarabe.OrlefuturÉtatsedé- manifestéhierdanslecalmesous-développé,iln’est
du SPLM. Comme il est impossible de les,àdeshôpitaux»quiviendrontcertai- finit comme laïque. Sud-Soudan? «Il dansplusieursvillesdupayspasdéveloppédutout
trouverunseulélecteurfavorableàl’uni- nementavecl’indépendance,veutcroire rappelleraittropleSoudanactueletserait pourprotestercontre
téavecleNord,ladéclarationéquivautà JoyceJermea,présidentedel’association source de confusion», écrit un éditorial lechômage,l’inflation,
uncridevictoireprématuré. «Nos souffrances n’ont pas commencé en desfemmes.LeSudn’estpassous-déve- du journal Juba Post, qui préférerait: etréclamerlachute
Personne ne s’en est offusqué, ni les 1956,écritl’éditorialisteduquotidienThe loppé,iln’estpasdéveloppédutout.Se- «RépubliqueduNil.» dugouvernement.
États-Unis,parrainsduprocessusdepaix Citizen.Ellesdatentde1821,quandlesOt- lon l’Organisation mondiale de la santé,
entamé en 2005, ni l’ancien président tomansontinauguréleursraidsauSudpour unefemmesurseptmeurtaprèsl’accou-
américain Jimmy Carter, dont la fonda- y capturer des esclaves. Elles ont continué chement, et 85% des adultes sont illet-
etionobservelescrutinetquisaluesarégu- auXX siècle,quandlesAnglaisontannexé trés.Terekekaressembleaurestedufu-
larité sans atteindre la fin. Ni surtout la notre partie de l’Afrique au monde arabe, tur État: une immensité beige, avec des
Commission électorale, située à Khar- quiconsidèretouslesAfricainscommedes oasisvertesauborddunilBlanc,quicou-
toum, qui a validé le chiffre de 60%. Le esclaves.» le au cœur de la petite ville. Pendant la
saison des pluies, de juin à octobre, le
Sud-Soudan, plus étendu que la France
avec590000km²,devientunvastema-
récage.
«Onn’aaucunproblème
aveclesArabes»
Ici comme ailleurs au Sud, la richesse se
mesure toujours en vaches aux longues
cornes élégantes, fierté des Mundaris,
l’ethnielocaleauxscarificationsenforme
deVsurlefront.Pourtant,commeJoyce,
beaucoup espèrent voir l’économie dé-
coller avec l’indépendance, prévue offi-
ciellement pour le 9 juillet. «Après l’in-
dépendance, on modernisera le marché»,
assure George, un commerçant. Et les
Arabesresteront,c’estcequ’ilsaffirment
eux-mêmes.
Dansleursboutiquesautoitdetôle,ces
épiciers venus de Khartoum ne croient
pas au slogan: «les djellabas dehors»,
souvent entendus dans les manifesta-
tions. Certains sont venus récemment,
comme Adjili, un petit homme mince
portantunecalottenoire.«Jesuisarrivéil
y a deux ans parce que je n’avais pas de
travailàKhartoumetquejepensaisqu’ici,
le développement viendrait. Les affaires
marchentbien.»Adjili,célibataire,espère
7J/7
6NIVEAUX
D’EXPOTOPPER
ESPACE %SLDES
ESPACESÉJOURSUR6NIVEAUXTOPPER Steiner, Duvivier, Burov,
®LEPLUSGRAND Collins & Hayes, Stressless ...
ESPACECONFORT Canapés, convertibles, fauteuils Club
et de relaxation...À PARIS e63 rue de la Convention Paris 15 ,
DEPUIS 1926 01 45 77 80 40
2ESPACE LITERIE SUR 500 M
André Renault, Bultex, Dunlopillo,
Epéda, Sealy, Simmons,
Swiss Confort, Tempur, Treca...
e66 rue de la Convention Paris 15 ,
01 40 59 02 10
Ouverts 7j/7 (10h-19h)
M° Boucicaut, P. gratuit.
www.topper.fr
Suivant les dates légales en vigueur
Csamedi15-dimanche16janvier2011 LEFIGARO
Lesinternautestunisiens«Transitiondélicate
exprimentleurscepticisme6 enTunisie»international
L’ÉDITORIALDEPIERREROUSSELINPAGE19 WWW.LEFIGARO.FR/INTERNATIONAL
TUNISIE
Desmanifestants
jettent
despierres
surlapolice,
hieràTunis.
CHRISTOPHEENA/AP
LeprésidentBenAliabandonnelepouvoir
Lechefdel’Étataquittélepayshier.Lepremierministreassurel’intérimavantdesélectionsanticipées.
soiréedejeudi,lepremierministreavait Dansl’après-midi,àl’heureoùM.Ben unfrancsuccèsauprèsdesTunisiensqui divorce!», s’exclamait Salmir, profes-
FRANÇOISHAUTER
reçulesprincipauxchefsdel’opposition Aliquittaitlepays,l’étatd’urgenceavait subissentdepuisunmoisunerépression seur d’arabe. «On est prêts pour la dé-
ENVOYÉSPÉCIALÀTUNIS
et du grand syndicat UGTT pour tenter étéinstauré,avecuncouvre-feucourant meurtrière. mocratie, vingt-trois ans de discours, ça
MAGHREB LeprésidentZineel-Abidine deformerungouvernementd’uniténa- de18heuresà6heuresdumatin.Lame- Jeudi soir, alors que le président Ben suffit», ajoutait Sahbi, un jeune assu-
BenAliaquittélaTunisiehierà16heu- tionale. Il répétera l’opération aujour- sure comporte une interdiction de ras- Aliprononçaitsonallocutiontéléviséede reur.Onvousaccrochaitparlamanche:
res,depuissonpalaisdeCarthage.Selon d’hui, une journée capitale: pour une semblements sur la voie publique et septminutesàlatélévision,danslaquelle «Qu’ilparte,onenamarre!»PourNor-
nosinformations,c’estlegénéralRachid large partie de la population, MM. Ben l’autorisation donnée à l’armée et à la ilreprenaitleslogandugénéraldeGaul- dine,unjeunecadredel’industrie,«on
Ammar, chef d’état-major des armées AlietGhannouchi,sonpremierministre policedetirersurtout «suspect» refu- le,«Jevousaicompris!»,etpromettait neveutplusdecettefamilledemafia!».
tunisiennes,qui,misàpiedparleprési- depuisdixans,c’estlamêmechose. santd’obéirauxordres.C’estdésormais l’arrêt des tirs, treize personnes étaient Le thème de la corruption revenait
dentBenAli,luiauraitconseillédequit- l’arméequiprendlamainsurlapoliceen encoretuéesparballesparla dans toutes les bouches.
«Cettefamilledemafia»ter lui-même le pays. Trois hélicoptères Tunisie. police dans les environs de Dans la matinée d’hier, des
l’auraient emmené d’abord à Malte, à Le rejet par les Tunisiens du président LafuitedeM.BenAlietl’étatd’urgen- Tunis. Pas d’état de grâce dizaines de villas apparte-MOHAMMED
vingtminutesdevoldescôtestunisien- par intérim Ghannouchi mènerait né- ce sont la conséquence directe d’une donc pour M. Ben Ali après nantàlafamilleduprésidentGHANNOUCHI
nes.Puisunjetprivél’yauraitattenduet cessairement à un coup d’État militaire. manifestation qui s’est déroulée hier cediscours,aucoursduquel Ben Ali avaient été incen-
l’auraitemportéversuneautredestina- LeprésidentduParlementpourraitalors matin.Unedizainedemilliersdemani- il promettait la liberté de Néen1941, diées à la Marsa. En début
tion. Le président, après avoir constaté êtreinstalléàlatêtedel’État,commele festants s’étaient pressés devant le mi- l’information et d’Internet, ilétudiel’économie d’après-midi, une partie de
hier l’extrême violence des réactions de prévoit la Constitution. Les troubles ont nistère de l’Intérieur, en plein cœur de la baisse des prix sur dix- etestdétaché la famille Traboulsi, celle de
sesconcitoyensàsonencontre,n’aurait déjàcommencélanuitdernière.Lesmi- Tunis, en levant des banderoles: «Ben neufdenréesalimentairesde auministèrefrançais la femme de M. Ben Ali,
pas voulu risquer d’être un jour jugé litaires ont été incapables d’empêcher Ali assassin!» La foule réclamait le dé- première nécessité, la mise desFinances. s’embarquaitpourParis,sur
pourlesmassacrescommisparsapolice, des policiers d’incendier et de piller les part du chef de l’État, chantait l’hymne enplaced’unrégimedémo- Entredans unvolrégulier.Lepilotere-
cemoisdernier.Plusieursmembresdesa grandsmagasinsCarrefouretGéantdela national et scandait le slogan de toutes cratique et sa non-candida- legouvernementen fusait de décoller et, après
famille n’ont pas eu la même chance Marsa,danslabanlieuedeTunis.LaTu- lesluttesarabes:«Avecnotresang,avec ture pour un sixième man- 1987,auxFinances, uneheureetdemie,lesTra-
dansleurfuiteetontétéarrêtés. nisie,unpetitpaysde10,5millionsd’ha- notreâme,noussommesprêtsànoussa- dat présidentiel en 2014. puisàlaCoopération boulsi étaient débarqués de
Cecoupdethéâtreaétéannoncéoffi- bitants,vaavoirbiendesdifficultésàde- crifier, oh martyrs!» Beaucoup de slo- Après cette déclaration, la internationale. l’avionetarrêtés.SeulBelk-
ciellementhiersoiràlatélévisionnatio- venir un pays démocratique. Car c’est gansantifrançaiségalement,lesdéclara- fouleétaitdescenduedansle Devientpremier hacemTraboulsi,beau-frère
nale par le premier ministre, Moham- toutunsystèmerépressif,misenplaceil tions de la ministre des Affaires centre-ville pour dire son ministreen1999. du raïs, a réussi à fuir, sur
med Ghannouchi, qui assume par y a cinquante-cinq ans par le président étrangères, Michèle Alliot-Marie, sur soulagement. Le président Pendantles sonyacht…
intérim la présidence. La transmission Bourguibaetsonpartiunique,quivade- unepossibleaidetechniquedelaFrance Zine el-Abidine Ben Ali émeutes,ilestmis Depuis le 17 décembre, la
du pouvoir se déroulait pacifiquement, voird’abordêtredémantelé. pour réprimer les émeutes, s’étant taillé semblait avoir donné raison enavantpour police a tiré à balles réelles
M.BenAliayantmêmesignéledécretde auxprotestataires. défendrelerégime. sur des centaines de Tuni-
nominationdesonsuccesseur.Elleestle Lapetitephrasede... Hier matin, cependant, la siens, et tué au moins 66
fait d’autorités civiles appuyées par une réalitévints’imposer,implacable.Lere- protestataires,selonlaFédérationinter-MOHAMMEDGHANNOUCHI
armée extrêmement populaire dans le jetduchefdel’Étatétaitviolent,défini- nationale des droits de l’homme. CettePRÉSIDENTTUNISIENPARINTÉRIM
pays,pourtoujoursavoirrefuséd’ouvrir tif.Cefutledéfilédeceuxquiexigeaient barbarie s’est retournée contre le pou-
Jem’engageàrespecterlaConstitutionle feu sur les manifestants. «Je promets sondépartimmédiat.Lescrisdelafoule voir, et M. Ben Ali a perdu toute son
etàmettreenœuvretouteslesréformesde respecter la Constitution, et j’appelle étaient sans équivoque. La parole, sou- aura. De sociale, la contestation est de-
socialesetpolitiques(...)quiontététoutes les sensibilités politiques et régio- dain, se libérait avec violence. «Quand venuepolitiquecettesemaine.Jeudisoir,
annoncéesencollaborationavec
nales à faire preuve de patriotisme et vousêtesmariédepuisvingt-troisans(M. ilcapitulaitetacceptaittouteslescondi-
lespartispolitiquesetlescomposantes
d’unité», a solennellement déclaré BenAliestaupouvoirdepuisvingt-trois tions des protestataires. Ce quitte ou
delasociétécivile
M.Ghannouchidevantlanation.Dansla ans, NDLR), c’est normal de demander le doublen’apassuffiàlesauver.
LaFrancen’a«passouhaité»accueillirleraïstunisien
le dialogue peut apporter une solution l’information sans délai et son retrait lonie, malgré ses écarts démocrati-
ISABELLELASSERRE
démocratique et durable à la crise ac- dupouvoiren2014. ques, c’est aussi parce qu’elle
LAPLUSgrandeconfusionrégnaithier tuelle», a déclaré l’Élysée à la suite Laveille,lepremierministre,Fran- considéraitlerégimedeBenAlicom-
soirsurladestinationdel’ex-président d’uneréunionsurlesujetentreNicolas çois Fillon, avait prévenu qu’on ne me un rempart face à l’islamisme.
tunisien Zine el-Abidine Ben Ali après SarkozyetFrançoisFillon. pouvait «continuer dans cette utilisa- MaislapositionconciliantedelaFran-
son départ précipité du palais de Car- tion disproportionnée de la violence». ce était de plus en plus difficile à dé-
«S’adapteràlaréalité»thage.Larumeurl’annonçaitalternati- C’étaitlapremièrefoisdepuisledébut fendre. Paris a donc décidé de
vement à Malte, dans le Golfe (sa fem- « Plus on est discret, plus on est effica- de la crise que la France dénonçait la «s’adapteràlaréalité».
meseraitàDubaï),enItalieou,même, ce.» C’était la posture adoptée hier à répressionmenéeparlesforcesdesé- La France se trouve désormais dans
surlepointd’atterriràParis.«Aucune l’Élysée. Depuis jeudi soir, Paris avait curité tunisiennes. Quoiqu’encore re- l’embarras. Toute à son alliance avec
informationn’attestelavenuedeBenAli haussé le ton vis-à-vis du régime de lativement modérées, ces mises en la Tunisie de Ben Ali, elle n’avait pas
en France», indiquait l’Élysée dans la BenAli.LeQuaid’Orsayavaitencoura- garde tranchaient avec la neutralité anticipé la révolte contre le régime
soirée.«LaFrancen’areçuaucunede- gé hier Ben Ali à «poursuivre» affichée par la France depuis le début puis sa chute. «Elle ne s’est ménagé NicolasSarkozyàlasortied’uneréunion
manded’accueil»duprésidentsortant, l’ouverture amorcée dans son dernier de la crise. Mais si la France est tou- aucune porte de sortie avec l’opposi- avecFrançoisFillonsurlasituation
enTunisie,hieràl’Élysée. T.COEX/AFPajoutaitunporte-paroleduQuaid’Or- discours, qui promettait la liberté de jours restée fidèle à son ancienne co- tion»,expliqueunexpert.
say, précisant que, si une telle requête
était faite, la décision serait prise«en
accordaveclesautoritésconstitutionnel-
lestunisiennes».
Mais cette perspective semblait em- VincentGeisser:«Unetransitiondouceestpossible»
barrasser la France. De source proche
du gouvernement, Paris «ne souhaite l’Intérieur et dans la belle-famille du internationale pour conduire la Tunisie l’administration.Cesontdeshautsfonc-
PROPOSRECUEILLISPAR
pas» la venue sur son sol de l’ex-raïs, président.Cesonteuxquisontàl’origi- vers une transition démocratique, en tionnaires reconnus par le FMI et desGEORGESMALBRUNOT
notammentpournepasmécontenterla ne des fausses informations sur les dé- 2014ouavant.Lepremierministre,Mo- ministres non corrompus. Et puis il y a
communauté tunisienne de France. La POUR Vincent Geisser, chercheur au missions de tel ou tel ministre. Dans les hammed Ghannouchi, fait manifeste- surtoutlesyndicatunique,l’UGTT.C’est
DGAC (Direction générale de l’aviation CNRS,l’arméeajouéunrôled’apaise- prochains jours, il faudra voir si la mise ment partie de ces hommes-là. Il n’est luiquiaencadrélesmanifestations.Dès
civile) aurait reçu ordre de ne pas le mentpouréviterlecarnage. en place du nouveau pouvoir suffira à pas visé par la contestation. Celle-ci le début de la révolte, les jeunes diplô-
laisser atterrir à Paris, où se trouverait ramenerlecalme. s’estconcentréesurlafamilleetcertains més non politisés se sont tournés vers
déjàsafille. LEFIGARO.—Aprèssondépart, clans.Unetransitionrelativementdou- l’UGTT, et très rapidement ses direc-
Quelque200personness’étaientréu- lesengagementsduprésidentBenAli Uneautreissueétait-elleàcraindre? ce me semble le scénario le plus proba- tions régionales ont rejoint le mouve-
nies hier soir près de l’ambassade de seront-ilstenus? Le premier scénario, c’était en effet le ble. Car la Tunisie possède des secteurs ment. C’est un paradoxe : l’UGTT est le
Tunisie à Paris, brandissant le drapeau Vincent GEISSER. — On devait croire durcissement:lecontrôledelasituation sains, qui peuvent être les acteurs cen- syndicat unique; ses membres sont ré-
tunisien;d’autreslaissaientéclaterleur Ben Ali lorsqu’il disait qu’il quitterait le par ce que les Américains ont appelé, traux de ce processus de consultation putésassezprochesdupouvoir,maisils
joie dans le quartier parisien de Barbès pouvoir, même s’il a dû s’y résoudre dans leurs télégrammes diplomatiques nationale après la formation d’un gou- étaientdevenuslemaillonfaibledurégi-
ou dans les rues de Marseille. Et un avant2014.Ilétaitacculé.Sonannonce, révélés par WikiLeaks, « le clan sécuri- vernementd’unionnationale. me. Quant à l’opposition dite démocra-
mouvement tunisien d’opposition en hier, d’élections législatives dans les six taro-mafieux ». Il en aurait résulté une tique,sesleadersparaissentcrédibles.Il
exilavaitprévenu:«SiBenAlivienten mois le montrait. Jeudi soir, à la télévi- répressionencoreplussévèrepourma- Quelssont-ils? reste que cette opposition est faible, car
France,nousporteronsplainte.Nousde- sion, il était le fantôme de lui-même : ter la contestation. Mais celle-ci aurait L’arméed’abord.Ellen’estpaspolitisée. lerégimeneluiajamaislaissébeaucoup
manderons son arrestation immédiate et nerveux,heurtantàtroisrepriseslemi- repris dans deux ou trois mois. Le se- Elle n’a pas joué le jusqu’au-boutisme de place. Quant aux islamistes, ou ce
sa traduction en justice pour les crimes cro.L’inconnueconcernaitsapromesse cond scénario, c’est un passage de té- enfaveurdeBenAli.Onamêmevudes qu’ilenreste,ilssontacceptablesparles
commiscontresonpeuple.» d’arrêterlestirscontrelesmanifestants. moin au profit de technocrates, de mi- militaires retourner leurs armes contre Occidentaux. Ils sont pour le dialogue.
Paris a donc gardé ses distances et Des faucons au sein du régime avaient nistres en poste ou d’anciens ministres, les policiers. L’armée a joué un rôle Mais l’inconnue concerne la mouvance
«pris acte». «La France souhaite intérêt au pourrissement. Ils sont dans qui ne sont pas corrompus et qui peu- d’apaisement pour éviter le carnage. salafiste djihadiste. Personne ne sait
l’apaisement et la fin des violences. Seul l’appareil sécuritaire au ministère de vent être adoubés par la communauté Ensuite,ilyal’élitegouvernementaleet combiendeTunisiensellereprésente.
CLEFIGARO samedi15-dimanche16janvier2011
«TempêtesurleMaghreb» 7internationalLACHRONIQUED’ALEXANDREADLERPAGE19>
TUNISIE
Ascensionetchuted’unautocrate
austère
Issudel’armée,leprésidentBenAli
arégné23anssansjamaisbaisserlagarde
Leprésidentcontrelesislamistes.
Zine
el-Abidinel’article 57 de la Constitution. Et argue
YVESTHRÉARD BenAlid’un rapport médical signé de plusieurs
(icien2008,C’ESTunhommedel’ombrequisurgit, médecinsquiattestedesonincapacitéà
àTunis)
le7novembre1987,àlaunedel’actua- présider. À la radio nationale, quand il
avaitpris
litéinternationale.Ila51ans,etilvient annoncesaprisedepouvoir,lenouveau
lepouvoir
de déposer Habib Bourguiba. Autant le chefdel’Étatsouligneque«l’époqueque en1987
père fondateur de la Tunisie, indépen- nousvivonsnepeutplussouffrirniprési- endéposant
dante depuis 1956, était affable, rieur, denceàvienisuccessionautomatiqueàla Habib
autant celui qui vient de le déclarer têtedel’État».L’intentionétaitnouvel- Bourguiba.
inapteàcontinuerdedirigerlepaysest le, noble, démocratique. Rassurante LUDOVIC/REA
réservé, austère. Pour quelques-uns de même. La suite montrera qu’il y avait
ses compatriotes, Zine el-Abidine Ben loindelaparoleauxactes.Pendantplus
Ali vient néanmoins d’accomplir un devingt-troisans,c’estenautocrateque
acte de salubrité publique. Bourguiba, BenAlivarégnersanspartagesurlaTu-
célébré, vénéré, adoré pour avoir nisie. Et il envisageait même, jusqu’à
conduitlaTunisiesurlechemindupro- jeudi soir, de se représenter à l’élection
présidentielle,en2014.Pourunsixième
mandat. Ce qui aurait nécessité une ré-
C’estunhommerompu formeconstitutionnelle. de Ben Ali, bien qu’étant syndicat uni- la propagation du fondamentalisme à paysestuntigredelacroissanceécono-
auxtechniques NéàHammamSousse,surlacôtetu- que,n’estpassansrappelerSolidarnosc, l’ensembleduMaghreb.Lesfousd’Allah mique – la meilleure d’Afrique – et un
nisienne, le 3 septembre 1936, Zine el- dont le rôle fut déterminant dans la sévirontetsévissenttoujoursenAlgérie. modèle pour l’éducation des jeunes:dumaintiendel’ordre
AbedineBenAliestissud’unefamillede chuteducommunismepolonais. En Tunisie, leur chef s’appelle Rached 98% des petits Tunisiens vont à l’école,
quis’installeaupalais onzeenfants.Aprèssesétudes,ilrejoint C’esten1985queBenAlientameune Ghannouchi(sansliendeparentéavecle exception remarquable sur le continent.
l’armée. Et entre au parti destourien carrière ministérielle, soit deux ans présidentparintérimdepuishier).Ilme- Ingénieurs, avocats, professeurs, entre-deCarthage,fin1987
d’HabibBourguiba.Sésamequiluiper- avant de devenir le raïs, l’homme fort nace, mais le pays ne sombrera jamais. preneurs, la Tunisie ne manque de rien.
grès, n’est plus le même depuis quel- metdepartirpourlaFranceoùilobtient delaTunisie.Bourguiba,quivientd’af- Ben Ali veille, frappe, élimine. Et tout le Saufdelalibertéd’expression.
ques années. L’émancipation des fem- un diplôme de Saint-Cyr. Son avenir fronterdesémeutes,lenommeministre mondeluienestreconnaissant.Lagran- Etlebâillonneferaquegrandiraufur
mes dans une société musulmane s’annonce tracé. La sécurité militaire delaSûretégénérale.Enmai1987,ilde- demajoritédesTunisiens,élevésauxva- etàmesurequeleclanBenAlis’imposera
restera son «chef-d’œuvre». La laïci- sera son affaire. Il évolue dans divers vient premier ministre, poste qu’il cu- leurs enseignées par Bourguiba. Et les dans tous les rouages de l’État. Car le
té, qu’il a su préserver des assauts de postes en province et dans des ambas- muleavecleportefeuilledel’Intérieur. Occidentauxquivoientenluiunrempart président s’est marié en secondes noces
l’intégrismemontantalorsauMaghreb, sades à l’étranger. En 1980, il est am- bien utile face à l’intégrisme. C’est ainsi avecunefemmequelesTunisiensaccep-
Lebâillonneferaquegrandirest également à mettre à son actif. Il bassadeur de Tunisie en Pologne, pays queBenAlisemaintient,gagneses«let- tentdemoinsenmoinsaufildesannées.
étaitl’inlassableavocatd’unemoderni- en pleine ébullition. Souvenir qui a dû C’est donc un homme rompu aux tech- tres de noblesse». Les critiques restent Il épouse Leila Trabelsi en 1992. Ils ont
téàl’orientale.Sonsuccesseurnedon- traverser son esprit ces dernières heu- niques du maintien de l’ordre qui s’ins- feutrées,tempérées,lointaines. ensemble un fils et deux filles. Avec le
nerapaslamêmeimage. res.L’Uniongénéraletunisiennedutra- talle au palais de Carthage fin 1987. Ce Ben Ali en profite pour asseoir son mari de l’aînée et Belhassen, le frère de
Le7novembre1987,pourécarteroffi- vail (UGTT), très active ces dernières savoir-faire,illemetauservicedelalut- despotisme,nesupportantaucuneoppo- Leila, le clan fait main basse sur le pays,
ciellement Bourguiba, Ben Ali fait jouer semainesdanslacontestationdurégime te contre l’islamisme. La victoire du sitionconstituéedanssonpays.Lesdis- dans les domaines bancaire, politique,
Front islamique du salut (FIS) aux élec- sidents se réfugient à l’étranger où ils médiatique. Les Tunisiens ne supportent
tions algériennes de 1990 – elles seront multiplientlivres,articles,débatsquise- pas ceux qu’ils qualifieront bientôt de
finalement annulées – est un coup de ront lus et entendus d’un œil vague et mafieux.Zineel-AbedineBenAlin’a-t-il
tonnerre qui fait redouter à la commu- d’une oreille distraite. Ben Ali tient la pas voulu le voir? Le comprendre? Sa
nauté internationale, notamment à la Tunisie,etc’estcommeça.Toutlemon- chute vient pourtant de là. En grandeL’armée,acteurclé
France, l’ancienne puissance coloniale, de s’en accommode. D’autant que le partie.
duchangementencours
Une
patrouille
devéhicules
militaires,
hier,dans
unerue
deTunis.
BELAID/AFP
tairesn’ontpaseubesoinderecourirà
GEORGESMALBRUNOT un coup d’État. Finalement, l’armée a
L’ARMÉE tunisienne a tenu à apparaî- convainculeprésidentetsonentoura-
tre comme l’ultime rempart face à la gehonniparunelargepartiedupeuple
violence,quiensanglantelaTunisiede- tunisiendequitterlascène,avantqu’il
puis un mois. «Elle n’a pas voulu d’un nesoittroptard.
baindesang»,commentelechercheur
UnelignerougeVincent Geisser. Depuis le début des
émeutes,lesmilitairesavaientprissoin Même l’opposition tunisienne ne criti-
de ne pas trop se mêler à la répression que guère «la grande muette», moins
desmanifestants.Danscertainesvilles, mêlée aux basses besognes du régime
des chars s’étaient même opposés aux que les sbires du ministère de l’Inté-
policiers,quientendaientmaterdansle rieur ou des services de renseigne-
sanglarévolte. ments,quicontrôlaientlesfaitsetges-
Hier soir, l’état-major de l’armée tes de tout opposant potentiel.
n’est pas apparu aux côtés du premier Contrairement à l’Algérie, l’armée tu-
ministre, Mohammed Ghannouchi, nisiennen’estpaspolitisée.Elleestres-
quand ce dernier a annoncé qu’il assu- téeloyaleàl’ex-présidentBenAli,jus-
mait désormais le pouvoir. Mais nul qu’au moment où la situation lui a
doute qu’en coulisses, ce sont les mili- échappé. Sa ligne rouge était d’éviter
taires tunisiens qui ont joué un rôle dé- uncarnage,carhierencore,destirsont
terminantdanscettetransition.L’armée visé des manifestants. C’était un désa-
anonseulementréussiàpousserBenAli veuclairduprésidentBenAli,quiavait
verslasortie.Elleauraitégalementneu- appelé la veille à l’arrêt des tirs contre
tralisélesmembresdel’appareilsécuri- les protestataires. Dans ces conditions,
taire, qui pouvaient être tentés par un la hiérarchie militaire a dû considérer
durcissementfaceàlarue. que les engagements de l’ex-numéro
Historiquement, l’armée tunisienne undupaysn’avaientpasététenus.Elle
s’esttoujourstenueàl’écartdesaffaires. devaitpasseràl’action.
«Lesgénérauxnedétiennentpasdesen- À court terme, il faudra voir quelle
treprises,ilsnesontpasmêlésàl’affairis- serasacapacitéàmaîtriserlesdébor-
mecontrairementàcertainsresponsables dementsdesultrasdel’appareilsécu-
duministèredel’Intérieur»,ajouteVin- ritaire.Cariln’estpasditquelesma-
cent Geisser. Elle compte 35000 hom- nifestationss’arrêtent,mêmesilarue
mes,dont27000dansl’arméedeterre. a arraché le départ du président Ben
Au pire, l’armée pouvait servir Ben Ali. Dans l’immédiat, l’armée s’était
Ali pour le maintien de l’ordre, mais déployéautourdesbâtimentspublics,
elle n’a pas voulu. Elle pouvait égale- afinderassurerlapopulationetéviter
ment faire une sorte de «révolution tout débordement. Y compris, sym-
des œillets», en remettant le pouvoir boliquement, devant le ministère de
leplusvitepossibleauxcivils.Lesmili- l’Intérieur.
C