Magazine Le Figaro du 15 novembre 2010
52 pages
Français

Magazine Le Figaro du 15 novembre 2010

-

Description

Decouvrez le Figaro magazine du 15/11/2010

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 novembre 2010
Nombre de lectures 20
Langue Français
Poids de l'ouvrage 13 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

1,30€ lundi15novembre2010 -LeFigaroN°20618-www.lefigaro.fr-Francemétropolitaineuniquement
Lesentimentdehonte SeremettreLeFigaroanalysépar ausport
Lesdangersdes aprèsunBoris médicaments infarctusvendus infarctussantéCyrulnik surInternet PAGES11à14
“Sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloge flatteur” Beaumarchais
LeFigaroéconomie
Enfailliteen
2009,General
Motorsrevient
enBoursePAGE24 Sarkozy-
Fillon:Lenouveau
concept
d’hypermarché
deCarrefour lanouvelle
prendduretard
PAGE27
Management&emplois: étapeQuefontles
entreprisespour
leursseniors? Le président de la République
PAGE31 a reconduit hier son premier ministre
et nommé un gouvernement resserré.
PS:lespartisans
PAGES2À7,20ETL’ÉDITORIALPAGE21deDSKse
mobilisentPAGE8
EuropeÉcologie-
LesVerts,
lenouveauparti
écoloPAGE8
Birmanie: AlainJuppé NathalieKosciusko-Morizet Jean-FrançoisCopé Jean-LouisBorloo,
estnomméministredelaDéfense. devientnuméro4dugouvernement devraitprendreladirectiondel’UMP s’envaet«reprendsaliberté»lenouveau
combatd’Aung
SanSuuKyi PAGE10 HISTOIRE DUJOUR
Formule1:
SebastianVettel, Lesévêquesaméricains
unchampiondu prêtsàbatailleraveclediablemondede23ans
PAGE17
eweek-endaétéricheensensations les éléments permettant de distinguer les
àBaltimore,surlacôteEstdesÉtats- âmes ayant besoin d’une aide psychiatri-CUnis. Non contente d’accueillir une quedecellesvéritablementhabitéesparle
séance de coaching haute en couleur des diable, a expliqué ce dernier sobrement.
nouveaux élus Tea Party, la ville a abrité D’aucunss’étonnentdecesoudainsursaut
durant deux jours une conférence de 56 d’intérêtdel’Églisecatholiquepourl’exor-
évêques et 66 prêtres catholiques améri- cisme,alorsquetantd’autresdéfissepro-Tournoi cains, venus plancher sur le thème de… filent(fermeturemassived’écolesreligieu-
l’exorcisme. Cette initiative s’appuie sur ses, scandales de pédophilie). MaisdeBercy:Robin
edesfaitssurprenantsenceXXI siècle.Se- l’historienScottApplebyvoitdanscemou-
Söderlingbrise lonleNewYorkTimes,lesappelsàl’aidede vementunemanièrepourl’Institution«de
personnessepensantpossédéesparledé- renforcerlecaractèreuniquedel’Église»etlerêvedeGaël mon affluent vers une Église catholique doncsalégitimité.«C’estunestratégiequi
américainedébordéeparlesdemandes.La dit:nousnesommespaslaRéservefédéraleMonfils PAGE18
conférence à huis clos convoquée par etnousnepasleConseilmondialdes
l’évêque Thomas Paprocki visait à répon- Églises. Nous traitons avec les anges et lesPeterBrookfait
dreàcedéfi,enpréparantplusdeprêtresà démons.»
sesadieuxavec lapratiquedel’exorcisme,enleurdonnant LAUREMANDEVILLE(ÀWASHINGTON)
unspectacle
surMozart PAGE44
DÉBATS&OPINIONS RENDEZ-VOUS
KAIJUENEMANN/LEFIGAROMAGAZINE- L’ÉDITORIALdePaul-HenriduLimbert PAGE21LEREGARDDE
BSIP/THEOBALD-P.DESMAZES, PhilippeLabro LECARNETDUJOUR PAGE19
B.PUGLIANO/AFP-SOEZEYA
www.breguet.comTUN/REUTERS-L.BRUNO/AP- Cinqfeuillesd’automne CONFIDENTIELS PAGE52
J.-C.MARMARA,R.VIALERON/LEFIGARO PAGE21
TOUTEL’ACTUALITÉSURlefigaro.fr Boutiques Breguet – 6, Place Vendôme, Paris, +33 1 47 03 65 00
26, La Croisette, Cannes, +33 4 93 38 10 22
ALG:170DA. AND:1,40€. BEL:1,40€. DOM:2,00€. CH:3FS. CAN:4,25$C. D:2,00€. A:2,80€. ESP:2,00€. GB:1,60£. GR:2,20€. IRL:2,20€. ITA:2,20€. LUX:1,40€. NL:2,00€. H:820
HUF. PORT.CONT.:2,10€. SVN:2,20€. MAR:13DH. TUN:2DTU. USA:4.25$. ZONECFA:1500CFA. ISSN0182.5852
T 00108 - 1115 - F: 1,30 E
3:HIKKLA=]UVXUZ:?l@l@b@f@a;
JEAN-CHRISTOPHEMARMARA/LEFIGARO
Tradition Fusée Tourbillon
Clundi15novembre2010 LEFIGARO
2 franceREMANIEMENT
CommentFrançoisFillon
agagnélabatailledeMatignon
Le premier ministre est parvenu à s’imposer après avoir remporté son bras de fer avec Jean-Louis Borloo.
FrançoisFillon,
SOLENNDEROYER
àMatignon
enjanvier2010.SAMEDI SOIR, à la nuit tombée. Une lon-
MARMARA/LEFIGAROgue poignée de main sur le perron de l’Ély-
sée. François Fillon vient de remettre sa
démission au président, qui l’a acceptée.
Prévenant et chaleureux, Nicolas Sarkozy
retient la main de François Fillon dans la Fillon ?«Sarkozysedit:sijesuistropbas
sienne. La seconde s’éternise. À quoi pense dans les sondages avant 2012, qui voudra
le premier ministre, en cet instant ? À la metuerlepremier? analyse un député.Ilne
victoire qu’il vient de remporter sur son peutpassepermettredelaisserFillonàl’ex-
rival Jean-Louis Borloo ? Au fait que Nico- térieur du système, en position de re-
las Sarkozy, en le reconduisant, signifie cours…» Devant ses visiteurs, Sarkozy
qu’il ne peut pas se passer de lui ? À ce son- cesse de chanter les louanges de ce«Bor-
dage, paru dans l’hebdomadaire Marian- loodeValenciennes» qui pourrait l’aider à
ne, qui le donne vainqueur contre Martine rétablir du consensus social, à dix-huit
Aubry en 2012, alors que Nicolas Sarkozy mois de la présidentielle.«Onditquejene
est donné vaincu ? m’entendspasavecFillon,c’estfaux», lan-
À quoi pense-t-il, alors que le président ce-t-il devant un visiteur du soir.
pose sa main sur son bras, pour faire durer Le vent tourne. Lors de leur tête-à-tête
la poignée de main, hebdomadaire, le 26 octobre, Sarkozy est
devant les photogra- tout miel. «Tout d’un coup, c’était ami-
phes ? Aux humilia- Jecroisà ami», raconte Fillon le jour même à un«
tions des premiers député UMP, dans les couloirs de l’Assem-lacontinuitéde
mois du quinquen- blée. Le député, ravi :«Nicolasnesaitpas
notrepolitiquenat ? À ce mot – par qui te remplacer, c’est ça?» Fillon,
«collaborateur» –, réformisteparce dans un demi-sourire : «C’est ça, oui…»
lâché par le président Le député décrypte :«Ilétaitàlafoissou-qu’onnegagne
pour le qualifier, lagéetinquiet.Ilsentqu’ilvadevoirseplier
rienàchangerreçu comme une gi- auxconditionsposéesparSarkozy.Etçane
fle ? Au terrain gagné decapaumilieu lui plaît pas.» De fait : le chef de l’État a
depuis, notamment exigé de son premier ministre qu’il fassedel’action
dans le cœur des élus part de son«envie» de rester à Matignon.
etparcequede l’UMP ? Au Conscient qu’il a moins le choix qu’il a
« supplice chinois » leredressement voulu le laisser croire, Sarkozy veut garder
de ces deux derniers la main. En poussant Fillon à sortir du bois,delaFrance
mois : «partira? il inverse habilement le rapport de forces.
réclame
partirapas?» «SarkozyveutfairepasserFillonpourquel-
Tout a commencé deladurée qu’un qui s’accroche, décrypte un député»
à la fin de l’été, avec UMP. Ce faisant, il réduit la marge deDISCOURSDUPREMIER
MINISTRELE3NOVEMBREcette « forestière » : manœuvredeFillon,quivoulaitassortirson
une veste de coton maintien d’un certain nombre de condi-
bleu à col Mao, por- tions.»
tée par le premier ministre quand il arrive
Piègeetstratégiesau fort de Brégançon, le 20 août, pour une
réunion sur la croissance avec le président. Fillon a senti le piège mais il n’a pas le
Cette décontraction affichée relance l’hy- choix. Il peaufine sa stratégie pendant le
pothèse d’un départ. «Quand j’ai vu la week-end de la Toussaint. Le dimanche
vestesurLCI,jemesuisdit:“aïe…qu’est- soir, il voit Brice Hortefeux : «Tu devrais
cequ’onnevapasentendre…”!», se sou- prendre le thème de la réforme», lui
vient un collaborateur de Fillon. Le comp- conseille l’ami du président. Une inter-
te à rebours pour la«nouvelleétape» an- vention devant les ingénieurs, à la veille
noncée par Sarkozy après les régionales a d’un déplacement de Sarkozy avec Borloo
commencé. Et Fillon se sait en sursis.«On et Baroin, est identifiée comme fenêtre de
afaitbeaucoupdechosesdepuis2007,bon… tir. Fillon travaille son discours avec ses
Mais trois ans et demi, c’est long», lui a plus proches conseillers : Jean-Paul Fau-
glissé le président à Brégançon. Fillon sait gère et Igor Mitrofanoff. La phrase qu’il
aussi que l’entourage du chef de l’État ne prononcera le soir même à Matignon est
lui est pas favorable : les principaux pesée au trébuchet :«Jecroisàlacontinui-
conseillers élyséens plaident pour un tédenotrepolitiqueréformisteparcequ’on
changement à Matignon, afin d’incarner negagnerienàchangerdecapaumilieude
un «nouveau souffle». Ils font campagne l’action et parce que le redressement de la
pour Jean-Louis Borloo et son«profilso- Franceréclamedeladurée.» Myriam LévyMAI2007FillonnomméàMatignon.ÉTÉ2007DansOuest-France,Sarkozyindiquequelepremierministreestun«collaborateur».
cial». Le puissant secrétaire général, s’assure que les journalistes ne laissent pasDÉBUT2008Findel’étatdegrâcepourSarkozy,lapopularitédeFillonestsupérieureàcelleduprésident.ÉTÉ2008Fillonestpara-
Claude Guéant, entretient des relations échapper la phrase :«Allezpage7…!»
lyséparunesciatiquedouloureuse.FIN2009Fillonjoueaudémineursurlaréformedescollectivitéslocales,aucongrèsdesmairestendues avec François Fillon. Quant au Le vent a tourné.«Leprésidentsouhai-
deFrance.RENTRÉE2010IlconfiequeSarkozyn’estpasson«mentor». 3NOVEMBRELepremierministreplaidepourunepoliti-conseiller spécial Henri Guaino, il estime taitsavoir,avantdefairesonchoix,quelles
que la légitimité du premier ministre ne quede«continuité».13NOVEMBREIlremetsadémissionauchefdel’État. 14Ilestrenommépremierministre. étaient les intentions du premier ministre,
confie Claude Guéant au Figaro le lende-peut découler que du seul président. Pas de
la majorité, encore moins de l’opinion. main du discours. Son intervention est un
«Jenevoispascommentonpeutcontinuer sontcuites.» prendrelerisquederester?Prendsdure- Fillon assure qu’il n’y aura pas de«pénu- élémentdeclarification.»«ÀMatignon,ils
commecela!», tempête-t-il. À Matignon, À Matignon, le temps est suspendu. culetfaisfructifiercecapital,aucasoù…» rie» d’essence, alors que les automobilis- défontlescartons!», s’amuse un ministre.
on fait le dos rond :«SiFillons’enva,cene Des interministérielles sont repoussées François Fillon reçoit, écoute. Mais se tes trouvent des stations fermées tout le Fillon qui n’était plus sorti sur le terrain
serapasundésaveu,iln’aplusrienàprou- sine die. Et les conseillers envoient leur livre peu.«Ilaquelquechosed’unempe- week-end. Fillon ne décolère pas :«Bor- depuis septembre s’offre le luxe d’un dé-
ver…» CV. Les proches de Fillon sont eux-mê- reur chinois retiré dans son palais», loo est un zozo, il m’a fait passer pour un placement, le lundi suivant. Il se rend en
mes divisés sur l’opportunité de rester. s’amuse un conseiller. En réalité, il hésite con!» Le lundi soir, sa communicante banlieue, parler de politique de la ville.
Desconseillersdivisés Partisan d’un maintien, le fidèle vraiment.«Çadépenddesjours, décryp- Myriam Lévy, et le conseiller de Jean- Une nouvelle pierre dans le jardin de son
Tout au long du mois de septembre, les conseiller Jean de Boishue lui rédige une te un proche. Il a plutôt envie de rester Louis Borloo, Benoît Parayre, s’écharpent rival. Le premier ministre répète que le
interventions de Fillon résonnent comme note : «Les Français ne comprendraient maispasàn’importequellesconditions. » pendant une réunion de calage, à Mati- pays a besoin de«continuité». Mais il n’en
des adieux. Il prend ses distances avec le pasquetut’enailles.Tun’aurasrienàga- «Pas-à-n’impor-te-quelles-con-di- gnon :«Vosinfosn’étaientpasfiables…», rajoute pas. Il sait qu’il a gagné.«Fillonest
discours de Grenoble : «Chacunasasen- gner à faire une traversée du désert.» tions» : c’est ce que l’orgueilleux Fillon tempête Lévy. C’est exaspéré que Fillon bientrophabilepourtriompher», décrypte
sibilité.» Et rappelle que Sarkozy n’a ja- D’autres, au contraire, plaident pour un martèle tout au long de ce mois d’octo- part le week-end qui suit dans la Sarthe. Il un ministre.
mais été son«mentor». Ses amis le sen- départ :«Tupartiraisavecunepopularité bre. Le premier ministre veut peser. Il ne veut faire le point au calme, dans son ma- Les jours qui suivent, le premier minis-
tent un peu las, en retrait. Devant un exceptionnelle,tuasmenéàbienlesgran- veut plus des conseillers du président, noir de Solesmes.«Ilavaitbesoindelaisser tre consulte. Il teste des idées, réfléchit à
député UMP qui l’apostrophe dans les desréformesduquinquennat,tuesdevenu omniprésents. Et souhaite que Nicolas décanter», raconte un proche. Quand il son discours de politique générale, en lien
couloirs de l’Assemblée pour lui dire qu’il l’homme fort de la majorité, pourquoi Sarkozy, qui sera absorbé par la prési- rentre à Paris, Fillon veut en découdre.«Il avec l’Élysée. Mais il reste un sujet d’in-
ne votera pas la déchéance de la nationa- dence du G20, lui laisse le champ libre sur aétépiquéauvifparlacampagnedeBorloo quiétude : une nomination de Jean-Fran-
lité pour certains étrangers délinquants, la scène intérieure.«Lepremierministre qui,enplus,luidonnaitdesleçonsenmatiè- çois Copé à la tête de l’UMP. Fillon redoute
Fillon se lâche :«Etencore,situsavaisce veut revenir à un fonctionnement normal resociale», explique le député UMP Jean- de se voir cantonné à un rôle de gestion-
quej’aientenduàlaréuniond’arbitrageà des institutions, explique un ministre. Il François Lamour. Dans les couloirs de naire à Matignon, avec un Copé suractif et
l’Élysée!» Au cours d’une autre réunion, pensequec’estlaconditiondelavictoireen l’Assemblée, un député UMP apostrophe fer de lance de la campagne de 2012. Sa-
alors que Nicolas Sarkozy parle fiscalité, 2012!» Fillon, à l’issue d’une séance de questions : medi, lors de son tête-à-tête avec
le premier ministre envoie des SMS mo- «Tuaschangédestratégie,non?Tutevois Sarkozy, le premier ministre tente de le
LesdoutesdeSarkozyqueurs à Jean-François Copé et Alain rester?» Fillon sourit, mystérieux : «No- dissuader de nommer le patron des dépu-
Lambert, deux anciens ministres du Bud- C’est la crise de l’essence, pendant le bodyknows…» tés UMP à la tête du parti :«Ilnousfautdes
get.«Àcemoment-là,Fillonestsurledé- conflit sur les retraites, qui joue le rôle de À l’Élysée, Sarkozy commence à douter. poidslourdsaugouvernement,prendsCopé
part, analyse un proche. Il fait le service déclencheur. L’intervention du premier Son conseiller politique, Olivier Biancarel- àl’Intérieur!» En vain.
minimum. Dans son esprit, les carottes ministre sur TF1, le 17 octobre, est ratée : li, répète que les parlementaires de la ma- Le lendemain, sa nomination est officia-
jorité – qui se succèdent à l’Élysée – ne lisée par l’Élysée. François Fillon fait savoir
veulent pas de Jean-Louis Borloo. Sa ges- dans un communiqué qu’il «s’engage
tion de la crise de l’essence est critiquée. Et avec détermination dans une nouvelle éta-FillonaétépiquéauvifparlacampagnedeBorlooqui, son côté « décalé » ne rassure ni les élus ni pe». Une nouvelle étape qui, sur RTL, fait
l’électorat de droite. Le chef de l’État doit rêver son père, Michel Fillon : «Il nousenplus,luidonnaitdesleçonsenmatièresociale» aussi répondre à une question, lancinante : étonnesansarrêtcetenfant»,«jesuisper-
JEAN-FRANÇOISLAMOUR, DÉPUTÉUMP si Borloo arrive à Matignon, que faire de suadéqu’ilferaituntrèsbonprésidentdela«
République.»
C
SORIANO/LEFIGARO
LEFIGARO lundi15novembre2010
«Lechoixdelacontinuité» 3franceREMANIEMENTL’ÉDITORIALDEPAUL-HENRIDULIMBERTPAGE21
Ungouvernement
resserréetsans
Jean-LouisBorloo
FrançoisFillonaétéreconduitàMatignon
etaformésanouvelleéquipeàlaquelleleprésident
duPartiradicalasouhaiténeplusappartenir.
«Dis-moi si tu as une préférence, le mi- 20h15,hiersoirà
CHARLESJAIGUETANNEROVAN
nistère de l’Intérieur ou le parti?», de- l’Élysée:Claude
GuéantannonceREMANIEMENT De retour de Séoul, sa- mande-t-ilplusieursfoisautéléphoneau
lacompositiondumedimatin,NicolasSarkozysaitoùilva. ministredel’Intérieur,danslajournéede
nouvelexécutif.Sonplanestsimple:agirvite,aveceffi- samedi. Bon soldat, Brice Hortefeux lui
BOUCHON/LEFIGAROcacité,etautantquepossible,élégance.Il répond qu’il n’en a aucune. «À la rigu-
fautquesonchoixapparaissesouverain, eur,leparti,jem’yferaistrèsbien.» s’est accéléré. Les uns et les autres re- nement appelle Fillon pour le «félici- constate-t-il. Le libéral Hervé Novelli a
etqueladécisions’imposerapidement.Il Vient alors le moment de proposer à viennentàParislelendemain,àl’excep- ter»etluisouhaiter«bonnechance».Et ainsi reçu un coup de fil de François
a prévu de mettre fin aux fonctions de Jean-FrançoisCopédeprendreleminis- tion de Jean-Marie Bockel, qui n’a pas publieuncommuniquévengeur. Fillon,quiluiaannoncésondépart.
son premier ministre samedi en fin tère de l’Intérieur. Il reçoit le président vouluannulerhiersondéjeunerfamilial L’autre poids lourd centriste du gou- Untrèsprocheconseillerduprésident
d’après-midi, et de le confirmer dès le dugroupeUMPdel’Assembléenationale à Mulhouse. Dimanche, en fin de mati- vernement, le ministre de la Défense, affirme pourtant: «L’objectif principal
lendemain matin. François Fillon enfind’après-midi:«Jesaisquetu née,Copéjointleprésidentpourluidire Hervé Morin, attend de savoir ce qui se de ce nouveau gouvernement resserré est
devra ensuite consulter au pas souhaites le parti, mais que di- qu’il a «réfléchi», et qu’il refuse tou- passe. Le départ de Jean-Louis Borloo demontrerqueladroiteestuniequandla
de charge pour que le secré- rais-tuduministèredel’Inté- jours l’Intérieur. «Très bien, lui répond change-t-illeschoses?À14h30,ilap- gaucheestdésunie.»Celaparaîtfortmal
taire général de l’Élysée rieur?», lui demande le Sarkozy, mais il faut que tu travailles pelle Claude Guéant «Je ne suis pas parti… Pour compenser, le ministère de
puisse lire la composition président.«J’aiunsoucide main dans la main avec Brice.» Ce que content, est-ce que vous pouvez m’infor- laJusticeestoffertsurunplateauaucen-
dunouveaugouvernement 30 cohérence par rapport à ce Jean-François Copé accepte sans diffi- mer un peu de ce qui se prépare pour tristeMichelMercier,jusque-lààl’Amé-
pendantlesjournauxtélé- quej’aitoujoursdit,luiré- culté–ilentretientdepuistoujoursd’ex- moi?», demande-t-il. Il apprend qu’il nagement du territoire. Le Nouveauministres
visésd’hiersoir.Lajournée pondCopé, et je pense être cellentesrelationsavecBriceHortefeux. n’est pas maintenu. Il sera reçu dans CentreMauriceLeroyestégalementap-
etsecrétairesd’État
d’aujourd’hui doit être plusutileauparti.»Lechef François Fillon passe à l’Élysée pour un proché.A17heures,BrunoLeMaireap-danslenouveau
consacrée aux passations de de l’État lui propose alors de premier entretien en fin de matinée. prend qu’il conserve l’Agriculture etgouvernement
pouvoir. réfléchir.Rendez-vousestpris C’est lui qui confirme ensuite à Brice Parmilespartants, qu’il récupère le ministère de Michel
Mais il arrive toujours un mo- autéléphonelelendemain. Hortefeux qu’il sera maintenu Place Mercier. Quant à Éric Woerth, il a reçuÉricWoerth,RamaYade,
ment où les combinaisons gouverne- Au même moment, Nicolas Sarkozy Beauvau et qui lui demande de partir uncoupdefildupremierministre,qui,
BernardKouchner,mentalesquel’oncroyaitacquisessontà est face au cas Borloo. Il l’a vu dans la pourDijon,oùunincendiedansunfoyer en fin d’après-midi, lui a annoncé la
revoir. Il y a toujours un moment où il matinée,etluiaproposélaJusticeoule de travailleurs immigrés a fait sept FadelaAmara mauvaisenouvelle.WoerthétaitàChan-
faut résoudre d’insolubles équations. Quai d’Orsay. Mais Jean-Louis Borloo morts. tilly.IlestrepartiaussitôtversParispouretJean-MarieBockel
Deuxinconnuesletaraudentdepuisplu- pose un ultimatum: il veut «un grand Pendantcetemps-là,Jean-LouisBor- faire ses cartons. En fin d’après-midi,
sieurs jours: faut-il finalement confier Bercy». Une proposition difficile à ac- loo est reçu à nouveau par Nicolas Woerthn’apaseud’appeldeSarkozy.
l’UMP à Jean-François Copé, dont il re- cepter pour Sarkozy, qui se souvient de Sarkozy.Illuiditqu’ilabienréfléchiet l’après-midi par François Fillon, qui lui Fadela Amara est aussi remerciée.
doutequ’ilreste«tropdanssoncouloir» l’accueil qui avait été réservé au patron qu’ilsortdugouvernement.«Jen’aipas confirme son départ. En fin d’après- Mais, semblait s’y attendre: «J’assume
etjoue«perso»?Etcommentconserver duPartiradicalenjuin2007lorsque,en- les mêmes orientations que François midi,l’Élyséeconstatequ’ilyaunevéri- cequej’aiditsurlebourgeoisdelaSarthe.
Jean-Louis Borloo, qui sort humilié du trelesdeuxtoursdeslégislatives,Borloo Fillon, qu’il s’agisse de la rénovation ur- tablehémorragiecentriste:Ilfautcom- Jeseraipeut-êtreguillotinéemaisj’assu-
face-à-faceavecFillon?Aprèss’êtreen- avaitparlédelaTVAsociale.Danslasoi- baine ou du Grenelle de l’environnement, penser l’effet optique d’un «gouverne- me»,confiait-ellehieraucoursd’undé-
tretenudecesujetavecFrançoisFillonet rée de samedi, les exigences de Copé et nousn’avonsjamaiseulesmêmeschoix», mentRPR»admetunprocheduchefde jeuner. Hier, l’ex-secrétaire d’État à la
Édouard Balladur, entre autres, Nicolas Borloo rendent incertaine la composi- luiexpliqueBorlooquinesevoitpasres- l’État,encitantleretourd’AlainJuppéet Politique de la ville n’a pas été reprise.
Sarkozy envisage finalement de placer à tion finale du gouvernement. Mais les ter dans un gouvernement Fillon. En le maintien d’Alliot-Marie. «Les libé- Comme nombre de ses anciens collè-
latêtedupartisonamiBriceHortefeux. ministressaventdésormaisqueletempo sortant, l’ex-numéro deux du gouver- raux et les centristes ont disparu», gues.
Clundi15novembre2010 LEFIGARO
Lespetitesphrases
duremaniement4 franceREMANIEMENT
WWW.LEFIGARO.FR/POLITIQUE
Juppérevient,àlaDéfense
JUDITHWAINTRAUB
LA DÉFAITE d’Alain Juppé aux législa-
tivesdejuin2007l’avaitforcéàquitter
lepostedenumérodeuxdugouverne-
ment,leministèredel’Environnement.
Lanécessitéde«rassemblerlafamille»
UMP lui permet de revenir au même
rang,maisdansdesfonctionsrégalien-
nes,commeministredelaDéfense.
LemairedeBordeauxauraitenvisa-
gé sans déplaisir de retrouver le Quai
d’Orsay, où son bilan sous le gouver-
nementBalladur,de1993à1995,aété
unanimement salué. Mais il ne se JeannetteBougrab
voyaitpascomposeraveclesecrétaire
général de l’Élysée, Claude Guéant, ni
avec le conseiller diplomatique de Ni-
colas Sarkozy, Jean-David Levitte. Bougrab
L’un et l’autre ne sont pas pour rien
dans les malheurs du ministre des Af- àlaJeunesse
faires Étrangères sortant, Bernard
Kouchner. Et Nicolas Sarkozy n’a ja-
mais cherché à refréner leurs ardeurs, JEANNETTE BOUGRAB, qui fait son en-
bienaucontraire. tréeaugouvernementcommesecrétaire
L’Élysée suit aussi très étroitement d’ÉtatàlaJeunesseetàlaVieassociative,
les questions de Défense. Le ministre présidait, depuis avril 2010, la Haute
sortant, le centriste Hervé Morin, en Autorité de lutte contre les discrimina-
sait quelque chose. Mais, au moins, tions et pour l’égalité, la Halde. Pierre
AlainJuppépeut-ilespéreravoirdirec- Mazeaud distingue cette juriste, fille de
tement affaire à Nicolas Sarkozy plutôt parents harkis née en 1973 à Déols (In-
qu’àsescollaborateurs. dre). Elle entre au Haut Conseil à l’inté-
gration en 2002. Jeannette Bougrab ad-
Plaidoyerprodomo hère à l’UMP dans le sillage d’Alain
Comme Frédéric Mitterrand après les Juppé,quilanommesecrétairenationale.
européennes de juin 2009, le maire de À son arrivée à la tête de l’UMP, Nicolas
Bordeaux n’a pas attendu le remanie- Sarkozy lui confie le secrétariat national
ment pour annoncer lui-même sa no- auxnouvellesadhésions.En2007,elleest
emination. Interrogé samedi par France battue aux législatives dans le XVIII ar-
Info,ilatentéderassurerlesBordelais rondissement de Paris. Elle rejoint alors
dans un long plaidoyer pro domo: leConseild’État.JeannetteBougrabétait
«J’espère avoir démontré que je peux intervenue le 8 novembre à Mantes-la-
faire les deux choses. Je vous rappelle Joliedansl’affairedulicenciementd’une
que j’ai été premier ministre - ce qui est salariéedelacrècheBabyLoup,quitra-
plusqued’êtreministre-,présidentdela vaillait voilée. Elle a pris le contre-pied
communautéurbaineetmaire,etc’estle d’un premier avis de la Halde pour dé-
moment où tous les grands projets bor- fendrelalaïcité,auxcôtésnotammentde
delaisqu’onvoitaujourd’huiréalisésont AlainJuppéavaitlui-mêmeannoncéimplicitementsonarrivéesamedi:ildevientministredelaDéfense. BOUCHON/LEFIGARO laphilosopheÉlisabethBadinter.
étélancés.»
«J’aime profondément cette ville, caressait encore une nouvelle ambi-
a-t-il ajouté, je suis élu maire jusqu’en tion. Il n’excluait pas de se présenter
2014 et il n’y a aucune raison qu’il y aux primaires de l’UMP pour désigner
aitrupture.Commejel’aidit,jeresterai le candidat à la présidentielle de 2012,
maire. Je ne serai pas le seul dans et il le disait publiquement, tout en
cette situation, et ce n’est pas la pre- précisant en préambule que pour lui, Ilsarrivent
mièrefois.» NicolasSarkozyétaitle «candidat na-
turel» de la majorité. Il
avait ainsi déclaré sur
BFM: «S’il arrivait, pourCommejel’aidit,jeresterai« des raisons qui lui appar-
maire.Jeneseraipasleseul tiennent,qu’ilnesoitpasà
nouveaucandidat,jen’ex-danscettesituation,etcen’est
clus pas à ce moment-là
paslapremièrefois d’êtrecandidatàlacandi-»
dature.»
Factuellement, c’est exact. Reste Depuis, l’ancien premier ministre a
qu’Alain Juppé tenait un langage fort renoncé semble-t-il à son rêve prési-
différent sur son blog en avril 2009, dentiel,maisiln’apasabdiquésaliber-
quand il écrivait: «Je lis, ici ou là, que tédeparole.Cetété,ilavivementcriti-
je préparerais mon retour au gouverne- qué la «prioritaire sécuritaire» du
ment. Alors, soyons clair: ce n’est pas gouvernement, en écrivant sur son
monintention.Jemesuisengagé,vis-à- blog qu’elle ne devait pas «conduire à
visdesBordelais,àexercerpleinementla des exagérations peu compatibles avec
fonction de maire qu’ils m’ont confiée. nos valeurs fondamentales». Il a réagi
Or, il y a, à mes yeux, incompatibilité au discours de Grenoble de Nicolas
entre cette fonction et un poste ministé- Sarkozyenestimantquelepaysn’était MauriceLeroy PatrickOllier PhilippeRichert
riel.Onnepeutpastoutfaireàlafois.» «pas à feu et à sang». Ministre de la
Un an plus tard, c’est-à-dire en Défense, il devra tempérer ses criti-
mars dernier, le maire de Bordeaux ques.
Leroy Ollier Richertaux
Sériespécialedu11octobreau31décembre ministre encharge Collectivités
delaVille duParlement territoriales
er er1 prixde1 prixde p LUI-MÊME n’en attendait pas tant: PATRICK OLLIER réalise un rêve ILESTL’HOMMEquiasauvél’hon-
MauriceLeroydevientministredela très ancien: entrer au gouverne- neurdelamajoritéauxélectionsré-TECHNOLOGIE BEAUTÉ
Ville. Depuis 2007, il espérait un se- ment,etquiplusestcommeministre gionales de mars dernier. Au terme
crétariatd’État.Ilavaitmêmeannon- chargé des Relations avec le Parle- d’une campagne âpre et d’une
cé un jour son entrée imminente au ment. Une consécration pour le triangulaireaveclagaucheunieetle
gouvernement à ses amis conseillers compagnondeMichèleAlliot-Marie, Front national, Philippe Richert689€
Matelas générauxduLoir-et-Cher.Ildevient qui connaît par cœur les rouages de étaitéluprésidentduconseilrégio-399€
140x190 finalementministredepleinexercice, l’Assemblée nationale. Travailleur nal d’Alsace avec 46,16% des voix.Sommier en
chargé d’un secteur crucial après le acharné,leprésidentdelacommis- Il est depuis le seul président decoutil
plan banlieues de Fadela Amara, aux sion des affaires économiques avait droite des vingt-deux régions de
résultatscontrastés.À51ans,c’estla étééluprésidentparintérimdel’As- métropole,aprèsavoirétéprésident
consécration pour cet ancien com- sembléele7mars2007,quandJean- du conseil général du Bas-Rhin
muniste, ancien proche de Charles LouisDebréestdevenuprésidentdu pendant dix ans. Le voici aujour-
Pasqua,lieutenantdeFrançois Conseilconstitutionnel. d’huipropulséà57ansministredes
Bayrou, qui avait rallié Nicolas Un intérim que le député, maire Collectivités territoriales auprès du
389€ Sarkozy entre les deux tours de la de Rueil-Malmaison (Hauts-de- ministredel’Intérieur,BriceHorte-
la tête de lit présidentiellede2007. Seine), voulait poursuivre après les feux, fonctions qu’exerçait aupara-
tissu Déco1€ de + Connu pour ses bons mots, il a été législativesde2007.Ollieravaitres- vant Alain Marleix. Ancien du CDS140 l.
la finition chargé de mission au ministère de la senti comme une blessure d’avoir et de l’UDF, Philippe Richert a re-
tissu Déco
Ville auprès d’Éric Raoult en 1995. étédevancé,lorsd’uneprimairein- joint l’UMP à sa création en 2002.
PrésidentduconseilgénéralduLoir- terneàl’UMP,parBernardAccoyer Vice-président et questeur du
et-Cher, où il soigne son opposition, pour le « perchoir ». Mais ce gaul- Sénat, son entrée au gouvernement
désormais ancien vice-président de liste historique est un battant, qui a libère des places à la Haute Assem-
l’Assemblée,Leroynourrituneautre continué à s’investir à fond dans le bléequipermettrontderécompen-
2 ambition: celle d’entrer au Sénat à travaillégislatif.Ilestl’inventeurde seroudeconsolerquelquesperson-EN VENTE A PARIS : ESPACE TOPPER - GRAND LITIER SUR 500 M
l’automne 2011. Une maison qu’il la notion gaullienne de « dividende nalités. Il assure également laAndré Renault, Bultex, Dunlopillo, Epéda, Sealy, Simmons, Swiss Confort, Tempur, Treca...
e connaîtbienpuisqu’ilyfut,àlafindes du travail » au profit des salariés, représentation de l’Alsace au gou-les grandes marques associées à des conseils d’experts. 66 rue de la convention Paris 15 ,
années 1980, secrétaire général… du créé dans la loi du 30 décembre vernement depuis le départ de01 40 59 02 10, ouvert 7j/7 (10h-19h), M° Boucicaut, parking gratuit.
groupecommuniste. B.H. 2006. S.H. Jean-MarieBockel. J.-B.G.
C
Prix publics conseillés ; offre valable dans la limite des stocks disponibles
ENTRANT
ENTRANT
ENTRANTE
ENTRANT
FREY/LEFIGAROMAGAZINE
VERNIER/JBVNEWS,VIALERON,MARMARA/LEFIGARO,PHOTOPQR/L’ALSACELEFIGARO lundi15novembre2010
L’analysevidéode
Paul-HenriduLimbert 5franceREMANIEMENT
WWW.LEFIGARO.FR/POLITIQUE
Borlooreprendsa«liberté» RamaYadepaie
sonindiscipline
POURRAMAYADE,33ans,l’aventu-JEAN-BAPTISTEGARAT
re ministérielle s’est achevée hier.
ILS’ENVA.Etill’aannoncélui-même,au L’ancienne secrétaire d’État aux
cœur de cette longue journée de tracta- Sports ne fait pas partie du gouver-
tionsetdenégociations.Jean-LouisBor- nementFillonIII.Sescritiquesrécen-
loo a expliqué hier après-midi qu’il avait tessurlediscoursdeDakarprononcé
« choisi de ne pas appartenir à la prochaine par le chef de l’État en 2007 avaient
équipe gouvernementale ». Cette équipe fortement irrité l’Élysée. «L’homme
africain est le premier à être entréque dirigera à nouveau François Fillon
dans l’histoire», avait-elle déclaréalorsqu’ilyaencorequelquesjoursilétait
début novembre au micro de RFI,pressenti pour le remplacer. « Je préfère
contredisantleprésidentdelaRépu-retrouver ma liberté de proposition et de
bliquepourquil’hommeafricainn’est
parole au service de mes valeurs qui ne sont
pas«assez»entrédansl’histoire.La
pas de circonstance », explique Borloo
benjamine du gouvernement avait
dansuncommuniqué. « J’ai vivement re- ajouté:«Qu’est-cequevousvouliez
mercié le président de la confiance qu’il m’a quejefasse,quejesautesurlatribu-
accordée au cours des trois dernières an- neetquejegifleleprésidentdelaRé-
nées. Grâce à lui la France a pris un virage publique?J’ypeuxrien:c’estlepré-
décisif vers une croissance durable », sident de la République, c’est le
poursuit-ilavantdepréciserqu’ila « per- président de tous les Français. C’est
euxquil’ontélu.»Cenouvelépisodesonnellement félicité François Fillon ».
était venu s’ajouter à une série déjàQuelquesminutesseulementaprèsque
longue de critiques et d’incartades,Nicolas Sarkozy a reconduit son premier
depuissesdéclarationssurlavenueministre hier matin, Jean-Louis Borloo
ducolonelKadhafienFrancejusqu’à
étaitreçuàl’Élysée.Unnouvelentretien
son refus de conduire la liste de laJean-LouisBorlooauraitdéclinélepostedeministredelaJusticeetceluidesAffairesétrangères. R.VIALERON/LEFIGAROaprèsleséchangesquisesontsuccédéde-
majorité en Ile-de-France pour les
puis vendredi. « L’objectif était de garder européennes de 2009. La benjamine
Borloo à tout prix, explique un ministre. gouvernement, Borloo n’a jamais perdu de de l’UMP, elle suscite l’ironie: « les l’après-midiàtéléphonerauxténorsdela du gouvernement a affirmé hier ne
Pas question de le laisser ruminer sa colère vue l’objectif social de ses politiques. Et de- manœuvres internes au RPR ne nous diasporacentristequil’avaienttriompha- «rien regretter». Elle compte «re-
avec ses amis centristes hors du gouverne- puis huit ans, il les a toujours menées, mal- concernent pas », souffle un élu radical. lement accueilli au rendez-vous du Parti trouversapleineetentièrelibertéde
ment. » gré Fillon », fait savoir son entourage. Peut-onalorsimagineruneinitiativepo- radical en septembre. Ténors qui, dès paroleetd’actionauservicede(ses)
Àtoutprix,c’est-à-direàunposteplus « La violence des attaques de Fillon et de ses litiquedelapartduprésidentduPartira- hier, ont annoncé qui leur « déception », nouveaux engagements». Mais elle
n’a pas précisé lesquels. Un de sesimportantquesonministèredel’Écologie, équipes à son égard a été inouïe », ajoute dical? « Laissons le son et lumière du re- quileurcraintedevantune « UMP qui se
ex-collègues du gouvernement as-del’Énergie,duDéveloppementdurable, unancienministre.Mais,assurent-ils,ce maniement se passer, nous n’avons rien RPRise ».Tousdevraientseréunircesoir
sure qu’elle a refusé de succéder àdelaMer,desTechnologiesvertesetdes n’estpasparamertumeousouslecoupde prévu avant la fin de la semaine »,explique autourdeJean-LouisBorloo. « À partir de
FrédéricLefebvre,nommésecrétaireNégociationsclimatiques.Difficilecepen- lacolèrequ’ilquittelegouvernement.«Il uncadredelaformationassociéeàl’UMP. lundi, ils vont voir ce qu’ils vont voir »,
d’État hier, comme porte-parole de
dant de trouver plus large machine. Lui prend acte des priorités nouvelles qui se Jean-Louis Borloo, qui devrait retrouver avait-il prévenu la semaine dernière.
l’UMP. An.R.
ontétéproposésleministèredelaJustice dessinent au sein de l’exécutif. » sonmandatdedéputéduNord,neperd, L’ancien ministre semble prêt à tenir sa
etceluidesAffairesétrangères,deuxpor- en tout cas, pas de temps. Il a passé promesse.
«Manœuvresinternes»tefeuillesquiluigarantissaientunecertai-
ne autonomie par rapport à Matignon. Au départ de Jean-Louis Borloo, s’ajou-
« Ce sont deux postes prestigieux mais qui tent en effet ceux des centristes Hervé
ne correspondent pas à l’ambition sociale de Morin (lire ci-dessous), Marc-Philippe
Borloo »,pointeunproche. Daubresse et Valérie Létard et du bor-
Surlatableégalement,un « grand mi- looïste Jean-Marie Bockel. « On ne passe
nistère économique ». « Mais là, c’était pas impunément tant de monde à la sulfa-
sans autonomie, sans capacité d’action », teuse », gronde un élu centriste. Quant à
déplore-t-on. « Depuis huit ans qu’il est au l’arrivée de Jean-François Copé à la tête
Ilspartent
ChristianEstrosi HervéMorin
Ex-ministredel’Industrie Ex-ministredelaDéfense
Estrosi Morin
retourne vapréparer
àNice 2012
PASSIONNÉMENTsarkozyste,Chris- HERVÉ MORIN assurait, il y a quel-
tianEstrosiestvictimedugouverne- ques semaines, avoir son « propre
mentresserré.LemairedeNiceavait calendrier ». Pas sûr que le ministre
vivement regretté d’avoir démis- de la Défense et président du Nou-
sionné de son portefeuille de secré- veau Centre avait en tête une telle
taired’Étatàl’Outre-Mer,le17mars sortiedugouvernement.Ilalui-mê-
2008,pourseconsacreràpleintemps me annoncé son départ hier, juste
àsonpostedemaire.Unanplustard, avant 20 heures, dénonçant la
il revient dans le gouvernement constitution d’une « équipe de cam-
Filloncommeministredel’Industrie, pagne électorale UMP, je pourrais
avec l’idée fixe de ne pas devenir le même dire proche du RPR ». « La
« ministre des faillites». France a besoin de pluralisme. Depuis
Dans le gouvernement Villepin, avril, le président est en désaccord
ChristianEstrosisiégeaitdéjàauprès avec cette démarche, et donc je ne
deNicolasSarkozy,commeministre pouvais pas rester au gouverne-
délégué à l’Aménagement du terri- ment »,a-t-ildénoncé.Pourl’ancien
toire. Après trois postes ministé- bras droit de François Bayrou, les
riels, Estrosi devrait retrouver son jours semblaient comptés depuis
esiègededéputédela5 circonscrip- qu’il avait annoncé son intention de
tion des Alpes-Maritimes dans le se présenter en 2012. C’est, en tout
délai d’un mois. Ce qui ne rend pas cas,cequiluiaétérappeléhierquand
possible sa candidature à la prési- il a été reçu par Nicolas Sarkozy, en
dence du groupe UMP à l’Assem- tantqueprésidentduNouveauCen-
blée,laisséevacanteparJean-Fran- tre.RestemaintenantàHervéMorin,
çoisCopé. quidevraitretrouversonmandatde
Samediprochain,ilseraréélupré- députédel’Eure,às’imposerdansla
sident de la fédération UMP des Al- constellation centriste en pleine re-
pes-Maritimes,ladeuxièmedeFran- construction… autour de Jean-Louis
ceavec15000adhérents. S.H. Borloo. J.-B.G.
SORTANT
SORTANT
C 1lundi15novembre2010 LEFIGARO
6 franceREMANIEMENT
Lagarde-Baroin,unduoquivadevoirtrouverlebonton
Ils devront mener l’une des dernières réformes du quinquennat : la fin du bouclier fiscal.
La cohabitation entre les deux ministres ces publiques françaises à l’heure où la cri- qu’en français, elle a su tisser, en trois ans
CYRILLELACHEVRE va donc se prolonger jusqu’à la fin du se de la dette menace l’ensemble de la zone et demi, des liens privilégiés avec ses ho-
ÉCONOMIE Entre Christine Lagarde et quinquennat. Pour le meilleur ou pour le euro. Car si François Baroin est chargé des mologues étrangers qui la respectent. La
François Baroin, beaucoup, ces dernières pire. Car l’un et l’autre, qui n’ont guère cordons de la bourse, c’est Christine La- reconduction, hier, de cette femme qui
semaines, essayaient de jouer le thème du montré jusqu’alors de grande complicité, garde qui défend la France dans les instan- jusqu’en 2005 habitait aux États-Unis et
« un fauteuil pour deux ». Certains ima- vont devoir faire front commun sur l’un de ces internationales, en particulier l’euro- faisait carrière dans le privé, lui permettra
ginaient que Bercy, jusqu’à présent divisé leur domaine de compétence partagé, la groupe… d’inscrire, à sa manière, son nom au Pan-
entre un pôle économique et un pôle fiscalité. Ils seront chargés de mener à bien Le choix de maintenir cette dernière à théon de Bercy. Lorsqu’elle quittera ce mi-
budgétaire, serait refusionné en une seule l’une des dernières réformes économiques son poste s’est justement imposé au chef de nistère, en mai 2012, elle entrera dans
entité, obligeant l’un des deux à céder sa du quinquennat, très délicate au plan poli- l’État pour ces questions internationales. l’histoire comme le ministre de l’Économie
place à l’autre. Finalement, il n’en a rien tique : la suppression du bouclier fiscal et la En la confirmant, Nicolas Sarkozy fait le ayant eu la plus grande longévité à ce poste
eété. Christine Lagarde reste ministre de modification de l’impôt sur la fortune. choix de la sécurité à l’heure où la France sous la V République devant Valéry Gis-
l’Économie, des Finances et de l’Industrie Deux visages pour une réforme ? C’est prend la présidence d’un G20 très divisé card d’Estaing et Pierre Bérégovoy. Une
et François Baroin conserve le poste de l’une des nombreuses bizarreries adminis- sur la question des changes. Après des dé- performance notable, alors qu’au cours
ministre du Budget et des Comptes pu- tratives de la scission de Bercy en deux : buts laborieux, Christine Lagarde - ex- des cinquante dernières années les minis-
blics. Ce dernier - que l’on dépeignait Christine Lagarde est responsable de la po- avocate d’affaires dans un cabinet améri- tres des Finances restaient en moyenne
comme premier-ministrable jusqu’à ces litique fiscale et François Baroin, en tant cain - s’est imposée dans ces sommets dix-huit mois en poste. A l’heure où beau-
derniers jours - hérite au passage d’un que patron du fisc, est chargé de collecter comme une habile négociatrice capable de coup critiquent l’absence de vrais change-ChristineLagardeetFrançoisBaroin
joli lot de consolation en étant nommé l’impôt. Tous deux vont aussi devoir trou- trouver des compromis dans les moments ments dans ce nouveau gouvernement, ceàl’Assembléenationaleenmaidernier.
porte-parole du gouvernement. ver la bonne partition pour gérer les finan- les plus délicats. Plus à l’aise en anglais statu quo-là est plutôt à souligner…FRANÇOISBOUCHON/LEFIGARO
Kosciusko-Morizet
prenddugalon
NKM, devenue numéro 4 du gouvernement,
remplace Borloo, dont elle fut la secrétaire d’État.
cien avocat, chantre de la cohésion so-
JEAN-BAPTISTEGARAT ciale et fondateur de Génération Écolo-
ÉCOLOGIE C’est l’une des passations de gie en 1990 avec Brice Lalonde, et la
pouvoir les plus attendues de ce rema- jeune polytechnicienne, ancien espoir
niement. Celle qui verra Nathalie Kos- des années Chirac, biberonnée de politi-
ciusko-Morizet revenir par la grande que dès son plus jeune âge et maire de
porte de l’hôtel de Roquelaure, près de Longjumeau (Essonne).
deux ans après l’avoir quitté, pour Paroxysme de leurs relations orageu-
prendre la succession de Jean-Louis ses, le débat sur les OGM à l’Assemblée Nathalie
Kosciusko-Borloo au ministère de l’Écologie, du en 2008. En première ligne face à des
MorizetàsonDéveloppement durable, des Trans- députés de la majorité particulièrement
bureau,enmaiports. Mais le superministère de son remontés, NKM dénonce le double-jeu
dernier.prédécesseur est amputé de l’Énergie. de son ministre de tutelle et du président
RICHARDVIALERON/
Si la photo est tout particulièrement du groupe UMP, Jean-François Copé.
LEFIGARO
attendue aujourd’hui, c’est que, avant L’affaire tourne au tollé quand elle dé-
d’être nommée secrétaire d’État au Dé- nonce un «concours de lâcheté». Ses
excuses publiques, commandées par gionales ou la communication sur la ré-
François Fillon n’y changeront rien : la forme des retraites. En 2010, elle décro- LacompositiondunouveauNathalieKosciusko-Morizet secrétaire d’État voit son étoile faiblir. che, avec Laurent Wauquiez, le lourd
sembletenirsarevanche Au remaniement suivant, alors qu’une dossier de la préparation du programme gouvernement
promotion semblait possible, NKM héri- du parti pour 2012. Les deux trentenai-surceuxquil’avaient
te du portefeuille d’Éric Besson, devenue res s’attellent à la tâche et lancent le cy- VoiciladunouveaugouvernementFillon,annoncéehiersoir
enterréeunpeuvite parlesecrétairegénéraldel’Élysée,ClaudeGuéant:ministre de l’Immigration. Mais pour la cle de grands rendez-vous qui doit
secrétaire d’État à l’Économie numéri- ponctuer l’année jusqu’à la désignation
Ministresd’État mer,descollectivitésterritorialesveloppement numérique en 2009, Na- que, il s’agit d’une « sanction ». «Son du candidat pour la présidentielle.
AlainJuppé,ministredelaDéfense etdel’Immigration,chargéthalie Kosciusko-Morizet avait été se- heuren’étaitpasvenue,elleviendrabien- Numéro quatre du gouvernement, à
etdesAnciensCombattants descollectivitésterritorialescrétaire d’État auprès de Jean-Louis tôt», expliquait alors un de ses proches. 37 ans, elle semble tenir sa revanche sur
MichèleAlliot-Marie,ministredes LaurentWauquiez,ministreauprèsBorloo en charge de l’Écologie. Pendant L’embellie ne tarde pas en effet. Se- ceux qui l’avaient enterrée un peu vite.
Affairesétrangèreseteuropéennes delaministred’État,ministredes
deux années, alors que le ministère se crétaire générale adjointe de l’UMP Pendant ces longs mois de spéculation
Affairesétrangèreseteuropéennes,
trouve en pleine mise en œuvre du Gre- auprès de Xavier Bertrand, Nathalie sur le remaniement, elle n’a fait connaî- Ministres chargédesAffaireseuropéennes
nelle de l’environnement, les deux per- Kosciusko-Morizet se voit confier plu- tre aucune de ses ambitions, rendu pu- NathalieKosciusko-Morizet, NadineMorano,ministreauprès
sonnalités vont s’affronter. Pas grand- sieurs missions, dont l’établissement blique aucune de ses demandes. À croire ministredel’Écologie, duministreduTravail,del’Emploiet
chose de commun, en effet, entre l’an- des règles internes pour les élections ré- que la discrétion paye parfois. duDéveloppementdurable, delaSanté,chargéedel’Apprentissage
desTransportsetduLogement etdelaFormationprofessionnelle
MichelMercier,gardedesSceaux, Marie-LucePenchard,ministre
ministredelaJusticeetdesLibertés auprèsduministredel’Intérieur,
BriceHortefeux,ministre del’Outre-Mer,desCollectivités
del’Intérieur,del’Outre-Mer, territorialesetdel’Immigration,XavierBertrandrevientaugouvernement
desCollectivitésterritoriales chargéedel’Outre-Mer
etdel’Immigrationneuretcommeunechance.» Vingt-deux tête du parti présidentiel en affirmant :
JUDITHWAINTRAUB ChristineLagarde,ministre Secrétairesd’Étatmois plus tard, Xavier Bertrand peut se «Ilfallaitrelancerlamachine,latransfor-
del’Économie,desFinances PierreLellouche,secrétaired’État
FIN SEPTEMBRE encore, Xavier Bertrand vanter d’avoir gardé la confiance du pré- mationestenmarche.» En guise de mes- etdel’Industrie auprèsdelaministredel’Économie,
était catégorique sur la durée de son bail à sident. Jamais Nicolas Sarkozy n’a criti- sage de bienvenue à son successeur, XavierBertrand,ministreduTravail, desFinancesetdel’Industrie,chargé
la tête de l’UMP : «Ma mission est-elle qué sa gestion de l’UMP, comme il le fai- Jean-François Copé, il lui a rappelé l’ob- del’EmploietdelaSanté duCommerceextérieur
terminée? Je ne le pense pas.» Nicolas sait avec son prédécesseur. Le secrétaire jectif qu’il s’était fixé en arrivant rue La LucChatel,ministredel’Éducation NoraBerra,secrétaired’Étatauprès
Sarkozy en a décidé autrement. Mainte- général sortant et son équipe ont même Boétie :«500000adhérentsen2012.» nationale,delaJeunesseetdelaVie duministreduTravail,del’Emploi
nir Éric Woerth au ministère du Travail reçu la semaine dernière encore un Selon Bertrand, c’est «toujours possi- associative etdelaSanté,chargéedelaSanté
alors que l’affaire Bettencourt n’est pas hommage appuyé pour avoir contribué à ble». Mais cela suppose que Copé double FrançoisBaroin,ministreduBudget, BenoistApparu,secrétaired’État
desComptespublics,delaFonction auprèsdelaministredel’Écologie,terminée aurait présenté de sérieux in- mener à bien la réforme des retraites. le nombre d’adhérents. Un challenge que
publiqueetdelaRéformedel’État, duDéveloppementdurable,convénients, même si le principal inté- Invité hier midi sur Canal +, alors que le plus sévère contempteur du secrétaire
porte-paroledugouvernement desTransportsetduLogement,ressé aurait «aimé rester». Des amis - son retour au gouvernement n’était pas général sortant se fera sûrement un de-
ValériePécresse,ministre chargéduLogementpolitiques - qui lui veulent du bien assu- officiel, Bertrand a esquissé son bilan à la voir de relever.
del’Enseignementsupérieur GeorgesTron,secrétaired’Étatraient hier qu’il serait«mieuxprotégédes
etdelaRecherche auprèsduministreduBudget,
juges s’il retrouvait son immunité parle- BrunoLeMaire,ministre desComptespublics,
mentaire». del’Agriculture,del’Alimentation, delaFonctionpublique
L’expérience de Xavier Bertrand le delaPêche,delaRuralité etdelaRéformedel’État,chargé
qualifiait pour le remplacer, avec un pé- MontchampàlaSolidarité etdel’Aménagementduterritoire delaFonctionpublique
rimètre redéfini : Travail, Emploi et FrédéricMitterrand,ministre Marie-AnneMontchamp,secrétaire
Santé. Secrétaire d’État à l’Assurance- delaCultureetdelaCommunication d’ÉtatauprèsdelaministreS.DERO.
maladie en 2004 dans le gouvernement RoselyneBachelot-Narquin, desSolidaritésetdelaCohésionsociale
ministredesSolidarités ThierryMariani,secrétaired’ÉtatRaffarin, ministre de la Santé et des Soli- UNE VILLEPINISTE de plus au gouver-
etdelaCohésionsociale auprèsdelaministredel’Écologie,darités sous Dominique de Villepin, il a nement. Nicolas Sarkozy a convaincu la
MauriceLeroy,ministredelaVille duDéveloppementdurable,continué son ascension après l’élection députée UMP du Val-de-Marne Marie-
ChantalJouanno, desTransportsetduLogement,de Nicolas Sarkozy en occupant deux ans Anne Montchamp, porte-parole de Ré-
desSports chargédesTransportsle ministère du Travail, de la Famille, des publique solidaire, le mouvement de
PatrickOllier,ministreauprèsdu FrédéricLefebvre,secrétaired’État
Relations sociales et de la Solidarité. Dominique de Villepin, de rejoindre premierministre,chargédesRelations auprèsdelaministredel’Économie,
son équipe. Un moyen d’isoler encore avecleParlement desFinancesetdel’Industrie,chargéLaconfianceduprésident un peu plus son rival. Rattachée à la ÉricBesson,ministreauprèsde duCommerce,del’Artisanat,
Comme Xavier Bertrand le souligne lui- ministre des Solidarités et de la Cohé- laministredel’Économie,desFinances desPetitesetMoyennesEntreprises,
même, avec un tel parcours, il n’était pas sion sociale, Roselyne Bachelot, elle est Marie-AnneMontchamp,députéeUMP etdel’Industrie,chargédel’Industrie, duTourisme,desServices,
duVal-de-Marne.«endanger» en janvier 2009, quand il a la seule secrétaire d’État sans dossier del’Énergieetdel’Économienumérique desProfessionslibérales
décidé d’abandonner son portefeuille précis. Depuis le début du quinquen- HenrideRaincourt,ministreauprès etdelaConsommation
delaministred’État,des JeannetteBougrab,secrétaired’Étatpour prendre la succession de Patrick nat, Marie-Anne Montchamp s’était que préconisait Villepin, qu’elle n’a
Affairesétrangèreseteuropéennes, auprèsduministredel’ÉducationDevedjian à l’UMP. «À ce moment-là, montrée très critique sur le fonctionne- d’ailleurs pas hésité à critiquer après ses
chargédelaCoopération nationale,delaJeunesseetdelaVietout le monde m’annonce le pire, ment de l’exécutif et certains pans de la violentes déclarations contre Sarkozy.
PhilippeRichert,ministreauprès associative,chargéedelaJeunesseconfie-t-il.Maisjenelefaispasparesprit politique menée. Mais avait voté la ré- Montchamp a été secrétaire d’État aux
duministredel’Intérieur,del’Outre- etdelaVieassociative.de sacrifice. Je le prends comme un hon- forme des retraites, contrairement à ce Handicapés entre 2004 et 2005.
C
MERILLON/LEFIGAROMAGAZINELEFIGARO lundi15novembre2010
7franceREMANIEMENT
Copéobtientladirectiondel’UMP
Le président de la République a essayé en vain jusqu’à hier de lui faire accepter le ministère de l’Intérieur.
tère - n’étaient définis hier. Dans la direc-
JUDITHWAINTRAUB tion sortante, Brice Hortefeux était vice-
ILS ONT «topé» hier matin à 11 h 30, président du Conseil national de l’UMP et
pour reprendre le terme de Jean-Fran- suivait de très près les questions électora-
çois Copé. Non sans que Nicolas Sarkozy les, avec Jean-Claude Gaudin, président
ait essayé de « vendre » une dernière fois de la commission des investitures.
au patron des députés UMP un ministère
Relationsdifficilesqu’il lui a présenté comme taillé à sa me-
sure: l’Intérieur, plus l’Immigration. Le Quant aux adversaires de la nomination
président a vanté à son interlocuteur les de Jean-François Copé rue La Boétie, ils
avantages de la Place Beauvau, au pre- ont jeté l’éponge les uns après les autres.
mier rang desquels le«liendirectavecles Xavier Bertrand l’a fait parmi les pre-
Français» dont il avait lui-même tiré bé- miers. L’inimitié entre le président du
néfice lorsqu’il occupait le poste.«Cese- groupe et le secrétaire général sortant
rait formidable pour ta carrière!» a-t-il est de notoriété publique, et ils n’ont pas
assuré au candidat déjà déclaré à la prési- manqué une occasion de s’affronter. Ré-
dentielle de 2017. Mais Copé a «tenu cemment, ilyaeule match entre l’uni-
bon» et c’est Sarkozy qui a cédé, lui an- versité d’été du parti et les journées par-
nonçant avec la solennité requise par lementaires, à la rentrée, puis la
l’événement: «J’ai décidé de te faire compétition entre les « Rendez-vous
confiance.» pour la France » et les colloques de Gé-
«Confiance»… Jusqu’à un certain nération France, le club créé par Jean-
point. Le nouveau secrétaire général de François Copé pour occuper le terrain
l’UMP a dû promettre au chef de l’État des idées. Xavier Bertrand a rendu les
qu’il travaillerait «main dans la main» armes le 4 novembre, en jugeant«pos-
avec Brice Hortefeux. Ce qui, à entendre sible» sur RTL que son meilleur ennemi
Jean-François Copé, ne lui pose aucun le remplace rue La Boétie.
problème, étant donné les«liensd’ami- François Fillon a été parmi les derniers
Jean-FrançoisCopé(àgauche)succèdeaupostedesonmeilleurennemi,XavierBertrand. F.BOUCHON/LEFIGAROtié» qui l’unissent au ministre de l’Inté- à se résigner à la nomination de Copé. Le
rieur. chef du gouvernement, qui a toujours eu
Depuis que le patron du groupe UMP Sarkozy lui avait prodigués lors de l’une Bertrand, qui redevient ministre. En vedjian à la Relance. Il n’a pas changé des relations difficiles avec le président
de l’Assemblée a fait ce qu’il a lui-même de leurs premières rencontres, en 1990. vain: le ministre de l’Intérieur voulait d’avis depuis, malgré les multiples sollici- du groupe, n’a aucune raison de se réjouir
appelé son «offre de service» à Nicolas «Enpolitique,cequicomptecenesontpas rester au gouvernement. Il l’avait déjà dit tations présidentielles. Ni l’intitulé, ni le de voir la machine UMP aux mains de son
lesmandats,c’estleparti, professait celui au président en décembre 2008, quand la périmètre du poste qu’Hortefeux est cen- rival potentiel pour 2017.
qui n’était encore que maire de Neuilly. direction de l’UMP s’était retrouvée va- sé occuper désormais auprès du nouveau *«Copé,l’hommepress黫J’aidécidé Et on ne te donnera jamais rien. Il ne faut cante après la nomination de Patrick De- secrétaire général - en plus de son minis- (L’Archipel2010).
detefaireconfiance» pasdemander;ilfautprendre.» * Des an-
NICOLASSARKOZY nées plus tard, Sarkozy a ajouté que les
postes allaient toujours à ceux qui en
Sarkozy, fin août, il n’a jamais dévié de sa avaient «le plus envie». De ce point de
stratégie : soit le président acceptait de lui vue, Jean-François Copé a pris tous ses
donner le parti, soit il restait avec ses rivaux de vitesse. La déclaration de can-
«amis» députés. «C’était une question didature de la secrétaire d’État à la Fa-
decohérence, commentait hier un député mille, Nadine Morano, a été bien trop tar- Lesfauteuils
copéiste.S’ilavaitditouiàunministère,il dive pour lui laisser la moindre chance de
perdait toute crédibilité pour des années. remporter la course. ®
LamarquepolitiqueCopén’existaitplus.» Avant de se résoudre à nommer Copé, Stressless ,
Finalement, Jean-François Copé n’a Sarkozy a bien tenté de persuader Horte-
fait que suivre les conseils que Nicolas feux de prendre la succession de Xavier
(1)laréférenceconfort! THE INNOVATORS OF COMFORT™
Lapagedel’ouverture
àgaucheesttournée
Boutin, comme avec Laurent Wau-
ANNEROVAN
quiez et Christine Lagarde.«Ilesttout
BERNARD KOUCHNER quitte le Quai cequ’ilnereprésentepas», avait glissé
d’Orsay. Fadela Amara fait ses car- un ministre à propos de l’ex-haut-
tons, comme l’ancien maire socialiste commissaire aux Solidarités actives.
de Mulhouse, président de Gauche Les relations des ministres d’ouverture
moderne, Jean-Marie Bockel. Des sept n’ont pas été meilleures avec la majo-
ministres issus de la gauche « recru- rité. «Certains ministres de gauche ne
tés » depuis 2007, il n’en reste aucun. venaientjamaisàlaréuniondugroupeà
Ou un seulement si l’on prend en l’Assemblée», se plaint un député
compte Éric Besson, l’ex-socialiste UMP, en visant Kouchner.
devenu secrétaire général adjoint de Conscients des limites qu’ilyaà
l’UMP. Et deux si l’on considère que mélanger les genres, Jean-Pierre Jou-
Frédéric Mitterrand symbolise, avec le yet, en charge des Affaires européen-
nom qu’il porte, une forme d’ouver- nes, a fait savoir très tôt qu’il n’irait
ture. pas au-delà de la présidence française
Nicolas Sarkozy s’apprête à refermer de l’Union européenne. Il est parti en
la page de l’ouverture qu’il avait vou- décembre 2008. Martin Hirsch a éga-
lue après son élection. «Je ne suis pas lement préféré prendre les devants, en
l’homme d’un camp. Je ne suis pas
l’homme d’une famille politique. Je veux Kouchneratardé
m’adresseràtouslesFrançais,sansex- àréagircontre
ception», avait-il dit en février 2007. lafermeturedes
L’alchimie n’a pas pris. Se refusant à campementsdeRoms
faire campagne pour la majorité aux
européennes, prenant parfois leurs
distances avec la ligne gouvernemen- attendant toutefois que le revenu de
tale, les ministres d’ouverture - Kou- solidarité active soit sur les rails et que
chner en tête ! - ont démontré à quel l’Agence du service civique soit effec-
point leur position était intenable. Vis- tivement créée.
à-vis du couple exécutif qui a peu goû- D’autres ont préféré rester. L’an-
té les sorties des uns et des autres, tout cienne présidente de Ni putes, ni sou-
en faisant preuve de beaucoup plus de mises Fadela Amara a critiqué les tests
patience. Vis-à-vis de nombreux mi- ADN mais n’en a pas tiré les consé-
nistres qui avaient peine à admettre la quences. Tentant de ménager à la fois
liberté de ton laissée à leurs collègues. son image de « French doctor » et son
On se souvient ainsi des relations appartenance au gouvernement, Ber-
électriques de Martin Hirsch avec l’ex- nard Kouchner a tardé à réagir contre
ministre du Logement, Christine la fermeture des campements de
Roms. L’ancien ministre de François
Mitterrand avait indiqué avoir songé à
«démissionner ». Mais il n’avait pas
sauté le pas en faisant valoir que«s’en
allerc’estdéserter».
Depuis leur nomination en 2007, le
nombre de ministres d’ouverture s’est
peu à peu réduit. Mais Nicolas Sarkozy
a multiplié les nominations de person- AWARDFORDESIGNEXCELLENCE
NORWEGIANDESIGNCOUNCILnalités de gauche à d’importants pos-
LauréatduLabeld’Excellence2008tes à responsabilité : Didier Migaud à la
décernéparNorskDesignråd
tête de la Cour des comptes ; Michel
(ConseilduDesignnorvégien)
Charasse au Conseil constitutionnel,
Fabriqué en NorvègeJérôme Cahuzac à la commission des
®FauteuiletpoufStressless Jazz
finances de l’Assemblée. L’ouverture www.stresslessjazz.fr (1)encuirPalomaChiliRed- Les innovateurs du confort
s’est poursuivie. Mais plus au gouver-ÉricBessonetFadelaAmara,àParis
nement.enjanvier2009. BOUCHON/LEFIGARO
Clundi15novembre2010 LEFIGARO
8 francePOLITIQUE
LesamisdeDSKsoignent
sonancrageàgauche
Depuis son départ pour le FMI, le directeur général
de l’institution financière, encensé par l’hebdomadaire
« Newsweek », est accusé par ses détracteurs de dérive libérale.
train de basculer à gauche. Voilà du en 2004 à la Fondation Jean Jaurès, un
FRANÇOIS-XAVIERBOURMAUD moins la petite musique que font enten- texte titré « Pour l’égalité réelle ». Le dé-
OPPOSITION Le moment Strauss-Kahn dre les détracteurs de DSK, un peu au PS, puté de Paris Jean-Marie Le Guen s’est
est-il arrivé? Depuis qu’il est parti pour beaucoup plus à la gauche de la gauche. d’ailleurs montré beaucoup moins criti-
Washington occuper le poste de direc- « Cette façon de flinguer nos meilleurs que que d’autres au PS sur le rapport de
teur général du FMI, les partisans de atouts me paraît nourrir une certaine for- Benoît Hamon qui marque, selon lui,
l’ancien ministre socialiste guettent le me d’amnésie par rapport à ce que fut le « une réelle avancée de notre parti dans sa
moindre signe d’intérêt de sa part pour la choc du 21 avril », critique François Kal- réflexion collective, même si elle n’est pas
présidentielle de 2012. Invité ce lundi fon, responsable des sondages au PS. en tout point encore aboutie ».
matin sur France Inter, Dominique Au point de provoquer une double
EntêtedessondagesStrauss-Kahn devait parler du G20 et mise au point de la part de ses proches.
peut-être formuler l’un des messages D’abord, Dominique Strauss-Kahn est Ce satisfecit en demi-teinte adressé par
millimétriques qu’il délivre chaque fois bien de gauche. Son épouse Anne Sinclair les strausskahniens au leader de l’aile
qu’il est interrogé sur 2012. l’a rappelé la semaine dernière sur le pla- gauche du parti vise aussi un autre objec-
Depuis sa dernière intervention en teau du « Grand Journal » de Canal+. tif. Toujours en tête des sondages (une
France, au printemps lors de l’émission Depuis, les strausskahniens relaient le enquête Viavoice que publie aujourd’hui
«À vous de juger» sur France 2, la situa- message. « Tous ceux qui le connaissent Libération lui accorde 56% d’opinions
tion a évolué au PS. À dix-huit mois de positives) Dominique Strauss-Kahn ac-
l’élection présidentielle, les appels se font cuse en revanche un retard sur Martine«Onnepeutpasavoirle
de plus en plus insistants pour qu’il lève Aubry sur l’incarnation des valeurs demoindredoutesurlefait
enfin le voile sur ses intentions. La pres- gauche. S’il décidait finalement de se pré-queDominiqueStrauss-
sion de ses camarades socialistes n’est senter, il lui faudrait aussi combler ce dé-Kahnsoitdegauche»
pas vraiment surprenante dans la mesure CHRISTOPHEBORGEL,RESPONSABLE ficit. À l’heure de la décision, il sera alors
DESFÉDÉRATIONSAUPSoù la stratégie de chacun des candidats temps de se mettre d’accord avec Martine
aux primaires repose sur la décision de Aubry puisque tous deux sont convenus
Dominique Strauss-Kahn. ont eu la même réaction, raconte Christo- de ne pas se présenter l’un contre l’autre.
Or, avec la présentation du rapport de phe Borgel, responsable des fédérations En attendant, les strausskahniens fus-
DominiqueStrauss-KahnaeffectuéBenoît Hamon sur l’égalité réelle, cer- au PS. On ne peut pas avoir le moindre tigent ceux qui ont tenté de relancer
sadernièreinterventionenFrance,tains ont perçu une tentative d’ancrer le doute sur le fait qu’il soit de gauche.» « ce grand classique du débat interne au Dans la perspective des primaires, tous
auprintempsdernier,lorsdel’émissionPS à gauche pour compliquer un éventuel D’ailleurs, seconde mise au point, DSK PS entre les gestionnaires qui ne sauraient se sont positionnés sur le même créneau
«Àvousdejuger»surFrance2.retour du directeur général du FMI. À la ne renierait pas le rapport controversé de pas transformer et les radicaux qui ne que Dominique Strauss-Kahn, celui de
J.-C.MARMARA/LEFIGARO
tête de cette institution libérale, Domini- Benoît Hamon. Un texte qui « dégouline sauraient pas compter ». La critique « la gauche responsable ». Au PS, Fran-
que Strauss-Kahn est accusé, plus ou de pensée strausskahnienne », selon l’un s’adresse d’abord à François Hollande et çois Hollande est l’un de ceux qui plai-
moins ouvertement, d’en avoir épousé la de ses partisans. Et chacun de rappeler ses partisans, mais aussi à Manuel Valls. dent régulièrement pour que le calen-
philosophie. Devenu libéral, il serait que la paternité du terme « égalité réel- La semaine dernière, ils ont tous refusé drier des primaires soit avancé. Jusqu’à
ZOOMmoins à même de conduire les socialistes le » est à chercher chez Dominique de voter le texte sur l’égalité réelle, pré- présent, il a été élaboré pour permettre à
à la victoire dans une France qui serait en Strauss-Kahn lui-même qui avait publié, férant s’abstenir. Ce n’est pas étonnant. DSK de revenir.
MarineLePenétrille
BrunoGollnisch
LacandidateàlaprésidenceLesVertsetEuropeÉcologieontcélébréleurunion duFNMarineLePenacritiqué,
devantplusieurscentaines
desympathisants,lastratégieInvitée du « Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI », Cécile Duflot reste à la tête du nouveau parti.
derassemblementdel’extrême
du député de Paris, Yves Cochet, le droitedesonrivalBruno
RODOLPHEGEISLER verraient bien les représenter en 2012… Gollnisch,enaffichantl’ambition
OPPOSITION Drôle de week-end pour Invitée, hier soir du « Grand Jury deréunir«lepeuplefrançaistout
les écolos. Des années qu’ils attendaient RTL-Le Figaro-LCI », la patronne du entier».«Monprojet,explique-
ce moment. Et puis, voilà, patatras! Le nouveau parti écolo - Europe Écologie- t-elle,n’estpasderassembler
notrefamillepolitique,ouplutôt,gouvernement démissionne au moment Les Verts, donc -, est revenue sur la
n’estpasderassemblerseulementmême où les Verts fusionnent officielle- main tendue de Daniel Cohn-Bendit aux
ment avec Europe Écologie. Nous som- centristes. La veille, il avait appelé à un notrefamillepolitique.Ilestdefaire
mes, samedi, autour de 19 h 30, à Lyon. rassemblement qui aille au-delà de la duFrontnationallepôlede
Un brin mégalo, Daniel Cohn-Bendit gauche. « Ma famille historique se ratta- rassemblementdupeuple
veut y voir une manœuvre de l’Élysée che à la gauche, mais ce que nous voulons françaistoutentier.»
pour étouffer l’annonce du nom du nou- créer, c’est une troisième boîte, pas de
veau parti écologiste… rentrer dans une boîte de gauche ou dans
Les deux mille sympathisants présents une boîte de droite », a répondu Duflot.CécileDuflot, EN BREFdans la salle, eux, laissent exploser leur Reconduite à la tête du parti écolo,hier,lors
joie. Comme l’avait dit Cécile Duflot, leur jusqu’au « congrès de désignation » dedu«Grand
secrétaire nationale sortante, un peu plus la nouvelle direction, prévu en avril ou SondagescontradictoiresJuryRTL-
tôt dans la journée, « les Verts ont servi à LeFigaro- mai prochain, elle a encore estimé « old pourSarkozy
LCI». DRancrer l’écologie dans le paysage politi- school » le clivage droite-gauche. « Les Nicolasgagne
que. Aujourd’hui, nous devons devenir une écologistes revendiquent une certaine deuxpointsà32%deFrançais
force majoritaire, qui ne soit plus une sim- soir des Verts et des non-Verts, nous som- lapsus. Tirant « son chapeau » aux complexité. Certes, aujourd’hui, on ne satisfaitsdesonaction,selon
ple force de contestation ». Bref, le roi est mes tous des militants du nouveau mouve- écolos, il leur a dit : « Bravo d’avoir mis peut pas s’allier avec la droite, mais, pour unsondageOpinionWaypour
mort, vive le roi ! Les Verts sont morts, ment », a lancé ce week-end Cécile Du- de côté vos divergences, c’est la dé- un accord de transformation de la société, Metro-KriefGroupdiffuséhier.
vive « Europe Écologie-Les Verts »… flot, visiblement émue. monstration que composer n’est pas dé- FrançoisFillon,lui,gagneunon pourrait passer un accord de gouver-
À 53%, les quelque 2 000 militants sur composer. L’espoir est immense. Je pen- pointà42%.Enrevanche,
Unjolilapsusplace et sur Internet (sur les 13 000 re- se que nous y parviendrons… Pardon que selonunsondageViavoiceLesrelationsentrevendiqués) ont en effet décidé de Arrivé en guest-star en fin d’après- vous y parviendrez », a-t-il aussitôt pourLibérationréaliséaprès
conserver le nom d’« Europe Écologie- midi, l’animateur d’« Ushuaïa », Ni- rectifié. Si sa décision n’est pas encore lenouveaupartiécologiste laréformedesretraites,mais
Les Verts ». « Il n’y a plus à partir de ce colas Hulot, s’est, lui, fendu d’un joli prise, de nombreux écolos, à l’instar avantleremaniement,lechefetlePSnesontpas
del’Étatvoitsacotedepopularité
aubeaufixe baisserde3pointsparrapport
aumoisdernierà32%.
nement avec la gauche », a-t-elle préci- LepremierministregagneDepuis1987,laloiimposeauxentreprisesdeplus
sé. Les relations entre le nouveau parti 4pointsà47%.6%desalariés de20salariésd’employer6%detravailleurshandicapés.
écologiste et le PS ne sont pas pour
L’intentionestlàmaisl’objectifestrarementatteint. PhilippeChaixnomméautant au beau fixe. Dans la perspectivehandicapésenentreprise directeurgénéraldes cantonales, en mars, les écolos me-L’ADAPTfixe4prioritéshandicappouraméliorer del’Epadesanacent déjà de partir en autonomes dansc’estunbonobjectif. concrètementl’accèsàl’emploidespersonneshandicapées:
une petite centaine de cantons. Pour PhilippeChaixaéténommé
autant, le fil n’est pas coupé avec le PS. directeurgénéralparlermétieravantdeparleremploi
Ancien numéro 2 des Verts, Jean-Vin- del’Établissementpublic
adapteretdévelopperlaformationetl’alternance
cent Placé, qui aspire par ailleurs à de- d’aménagementdelaDéfense
managerautrement
venir sénateur dans l’Essonne à Seine-Arche(Epadesa).Énarque
travailleravecetpourlesgénérationsfutures l’automne, reste l’« homme fort » du de56ans,ilavaitéténommé
nouveau parti écologiste. en2008directeurgénéralRetrouvezl’intégralitédes4prioritéssurnotreblog.
Dans le cadre de la nouvelle direction del’Établissementpublicpour
provisoire, il conserve le « portefeuille » l’aménagementdelaDéfense
des relations extérieures et des régions. (Epad)etdel’Établissementpublic
En d’autres termes, Jean-Vincent Placé d’aménagementdeSeine-Arche
*soitledoubledelamoyennenationale PRIORITÉS reste le « M. Élections » des écolos. Céci- (Epasa).Cettenominationouvrait
HANDI le Duflot, avec l’eurodéputé Jean-Paul lavoieàunefusiondel’Epad
Besset, un ancien de la Fondation Hulot, etdel’EpadesaetunegestionCAP2011
devrait quant à elle veiller à l’équilibre uniquepourlaDéfenseetlazone
AVANÇONS entre anciens Verts et non-Verts venus situéedanslavillevoisine
DES SOLUTIONS d’Europe Écologie. La direction provi- deNanterre,entrela
POUR L’EMPLOI soire d’« Europe Écologie-Les Verts » GrandeArcheetlaSeine.
REUSSIR
avec un L’ADAPT - Association pour l’insertion devrait ainsi être composée « à parité »
HANDICAP www.prioriteshandicap2011.comsociale et professionnelle des personnes handicapées de 24 membres. L’eurodéputé Yannick
www.ladapt.net
Jadot, ancien de Greenpeace France, de-
vrait être l’un des porte-parole…
Pourtant,letauxdechômage
despersonneshandicapées
estde20%*
A
DR
maxymaLEFIGARO lundi15novembre2010
9international
BarackObamaretrouvelesduresréalités
deWashington
Le président américain
doit relancer une machine politique
menacée de complète paralysie.
emplois -, Barack Obama a été rude-LAUREMANDEVILLE
ment malmené par ses partenaires duCORRESPONDANTEÀWASHINGTON
G20, hostiles à la politique monétaire
ÉTATS-UNIS Barack Obama a bien fait potentiellement inflationniste de la
de prendre le temps de déguster une Fed. Tous ses efforts pour amener le
glace au thé vert sous les yeux sereins président chinois Hu Jintao à accepter
du bouddha géant de Kamakura, au Ja- une réévaluation du yuan ont pour
pon, avant de s’envoler pour Washing- l’instant échoué en rase campagne et
ton. Car il va avoir besoin d’une sacrée nul ne peut dire si le changement de
dose de pugnacité pour affronter une cap exigé par Washington avant la visi-
scène politique polarisée à l’extrême, te du numéro un chinois aux États-
entre des républicains sur le pied de Unis en janvier se produira.
guerre et un camp démocrate resserré, «Ce que le monde voit, j’en ai peur,
tenté de mettre la barre à gauche toute. c’est un président américain faible, qui
neparvientpasàrésoudrelesproblèmes
économiques intérieurs, et encore moins«Ilesttempsqu’il
lesproblèmesglobaux», notait hier Da-enlèvesontuturose,
vid Ignatius dans le Washington Post.l’heureestvenue
«Ce qui se passe à un niveau plus pro- LeprésidentObamaenréunionàlaMaison-Blanche,enoctobredernier. PETESOUZA/THEWHITEHOUSEdemettrelesgants
fond,c’estlapannedusystèmepolitiquedeboxe»
américain, incapable de trouver un cer au compromis avec un camp répu- matière de retraites ou de dépenses de Douglas Schoen et Patrick Caddell, de-MICHAELMOORE,CINÉASTE
consensus et de prendre des décisions. blicain dont le credo avoué est de faire santé, tout en forçant les républicains à vrait annoncer qu’il renonce à se pré-
Si le président comptait sur sa tournée Washington ne marche plus», note en sorte qu’il soit le président «d’un accepter certaines hausses d’impôts. senter en 2012, pour isoler la droite,
asiatique de dix jours pour redorer son Ignatius préoccupé. seulmandat».«Ilesttempsqu’ilenlève Selon l’éditorialiste Dana Millibank, échapper à l’« emprise de la gauche »
blason, ses espoirs ont sans doute été sontuturose,l’heureestvenuedemettre certains conservateurs comme le futur et avoir une chance de gouverner au-
Leprésidentpartiellement déçus par son incapacité les gants de boxe», a lancé le cinéaste président de la commission du budget dessus de la mêlée.«SiObamaprendle
«d’unseulmandat»à arracher un important accord de li- Michael Moore, résumant l’humeur de de la Chambre, Paul Ryan, pourraient chemin de la réélection, nous sommes
bre-échange avec la Corée du Sud, Tout le défi d’Obama va être de relan- la gauche. Le camp des « réalistes » être tentés par de telles offres ; mais garantis d’avoir la paralysie politique
crucial pour les exportations américai- cer une machine politique, qui menace appelle au contraire le chef de l’État à Obama devrait dans ce cas être prêt à pour deux ans dans une période où nous
nes. Malgré un remarquable resserre- d’être encore plus paralysée qu’aupa- écouter le verdict des urnes en tentant un bras de fer avec son camp. ne pouvons nous le permettre», écri-
ment des liens avec l’Inde - le vrai ravant, par une Chambre aux mains de mettre en place une politique d’aus- Reflétant le pessimisme ambiant, vent-ils. «Clairement, vu nos divisions
temps fort du voyage qui devrait dé- des républicains et un Sénat resté dé- térité avec l’aide des républicains. deux analystes démocrates jugent la si- politiquesetnotresituationéconomique,
boucher sur 10 milliards de dollars de mocrate. Les libéraux l’appellent à Dès jeudi, le président réunit toute tuation si désespérée qu’ils ne voient gouverner et faire campagne sont deve-
contrats et quelque 54 000 nouveaux montrer ses muscles au lieu de s’effor- une série d’élus des deux partis pour qu’une issue : Barack Obama, disent nusincompatibles.»
dessiner les lignes de compromis possi-
bles, notamment sur la question des dé-
penses et de la dette, aujourd’hui au
cœur des préoccupations des électeurs. HuJintaoetNaotoKanNétanyahouplanche Ils évoqueront aussi le traité de désar- jouentl’apaisementausommetdel’Apec
mement Start, qu’Obama souhaiterait
voir ratifier d’ici à janvier, ce qui estsurl’offreaméricaine
loin d’être acquis. Républicains et dé- LES DISPUTES territoriales qui oppo- Le président russe, Dmitri Medvedev, a
sent le Japon à la Chine et à la Russie également tenté d’amadouer son hôtemocrates doivent aussi trancher rapi-Washington propose une alliance sécuritaire ontdominélesommetentreles21diri- japonaisenluipromettantunapprofon-dement la question de l’extension des
geants du forum de coopération éco- dissement des échanges économiques,coupes fiscales votées sous George W.renforcée contre un nouveau nomique de l’Asie-Pacifique qui s’est quelquesjoursaprèsunvoyagecontro-
Bush, qui arrivent à expiration le 31 dé-
concluàYokohamadimanche.HuJin- versé dans les îles Kouriles, revendi-
cembre. Obama souhaitait initialementgel de la colonisation en Cisjordanie. tao, le président chinois, et Naoto Kan, quées par Tokyo. Kan a maintenu ses
annuler les réductions d’impôts pour les lepremierministrenippon,sesonten- protestationsdevantleprésidentrusse.
revenus supérieurs à 250 000 dollars, gagés à améliorer leurs relations bila- Surlefrontéconomique,lesdirigeants
mais pourrait accepter de les maintenir. térales très tendues depuis l’arraison- del’Apecontréaffirméleurobjectifde
Il a d’ailleurs téléphoné, depuis l’Asie, à nement d’un navire de pêche par les créer une zone de libre-échange
plus d’une centaine d’élus républicains garde-côtes japonais dans des eaux autour du Pacifique, mais sans parve-
Benyamin pour sonder leurs intentions. Sur les disputées par les deux pays, en sep- nir à fixer des objectifs contraignants
Nétanyahou conseils de la commission bipartisane tembre. Pékin a promis d’accélérer le niuncalendrierpouryparvenir.L’Apec
aprésenté rythme de livraison de terres rares représente50%duPIBdelaplanèteetcréée par le président pour travailler à
àsoncabinet versl’Archipelquis’étaitralentidepuis prèsde45%deséchangesmondiaux.la réduction des déficits, le président
leplan l’incident. SÉBASTIENFALLETTI(SÉOUL)pourrait proposer une ligne de conduite
proposé
visant à la fois à faire des sacrifices en
parles
États-Unis,
hier
àJérusalem.
REUTERS
contre tout nouveau gel après l’expi-
MARCHENRY ration du précédent moratoire des
JÉRUSALEM
constructions de 10 mois arrivé à ex-
PROCHE-ORIENT Benyamin Nétanya- piration à la fin septembre. La ques-
hou a dévoilé hier l’impressionnant tion est de savoir si sa majorité suivra.
« paquet cadeaux » proposé par les Sur le papier, la bataille n’est pas ga-
États-Unis en échange d’un gel de gnée d’avance. Le cabinet est scindé
trois mois de la construction de loge- en deux avec sept ministres contre et
ments dans les colonies de Cisjordanie. sept ministres pour. Mais selon les ex-
À savoir : la fourniture de 20 avions de perts, si Benyamin Nétanyahou le veut
type F-35, d’une valeur de trois mil- vraiment, il est en mesure de faire
liards de dollars, capables d’échapper adopter les propositions américaines.
aux radars et d’attaquer des objectifs à
Piluleamèrelongue distance tels que les installa-
tions nucléaires iraniennes. Les Amé- Les durs du Likoud, le parti du pre-
ricains se sont engagés aussi à mettre mier ministre, et les autres formations
leur veto à toute résolution anti-israé- ultranationalistes ou religieuses mem-
lienne à l’ONU pour faire échec no- bres du gouvernement, aiguillonnées
tamment à une tentative des Palesti- par les organisations représentant les
niens d’obtenir la reconnaissance d’un 300 000 Israéliens installés en Cisjor-
État qu’ils proclameraient de façon danie, ont commencé à dénoncer haut
unilatérale. Ils ont promis de conclure et fort l’offre américaine. Mais cette
un accord de coopération militaire campagne ne devrait pas déstabiliser
renforcé avec Israël et pour couronner le gouvernement faute de la moindre
le tout, la secrétaire d’État Hillary alternative. En revanche, du côté des
Clinton, qui a rencontré la semaine Palestiniens, la pilule aura du mal à
dernière Nétanyahou à New York, a passer, d’autant qu’ils n’ont pas été
promis que les Américains ne deman- consultés. Le plan américain, qui pré-
deraient aucune autre prolongation du voit la conclusion d’un accord sur le
gel des trois mois. De plus, cet arrêt tracé des frontières du futur État pa-
des constructions ne concernera pas la lestinien durant la période des trois
douzaine de quartiers israéliens mois de gel, les laisse très sceptiques.
construits dans la partie arabe de Jé- Nabil Abou Roudeina, porte-parole du
rusalem annexée par Israël, où les président Mahmoud Abbas, a en outre
chantiers pourront continuer. critiqué le fait que le gel proposé ne
Nétanyahou a fait savoir qu’il était s’appliquerait pas à Jérusalem-Est,
prêt à accepter l’offre américaine bien censée devenir la capitale des Palesti-
qu’il se soit jusqu’à présent prononcé niens.
AMer Rouge
Nil
lundi15novembre2010 LEFIGARO
10 international
Liban:NicolasSarkozymonteaufrontpourcalmerlejeu
Avantlapublicationdel’acted’accusationdansl’assassinatdeHariri,lechefdel’Étatrencontrelesdirigeantslibanais.
proche de la publication de l’acte gedefermetéseratransmisaujourd’huià responsables présumés de l’attentat
GEORGESMALBRUNOT
d’accusationparleTribunalspécialsur MichelAoun.MaisaprèsNabiBerry,ilya pourraitêtregardéesecrète.Bref,com-
MOYEN-ORIENT Le ballet s’ouvrira ce le Liban (TSL), en charge de l’enquête quinzejours,lefougueuxgénéralvarap- me le rappelait récemment l’ambassa-
matin par le général Michel Aoun, allié sur l’assassinat de Rafik Hariri, en fé- pelerauxFrançaisquel’enquêteHariria deur de France au Liban, Denis Piéton,
duHezbollahetdelaSyrie,qui,pourla vrier2005àBeyrouth.Danslalignede étéentachéeàsesdébutspar « les aveux cet acte d’accusation tant redouté ne
première fois, a les honneurs d’être miredelajusticeinternationale,leHez- bidons »de « faux témoins »,quiavaient serapas « la fin du monde ».C’estaussi
reçuàl’Élysée.Sonopposant,SaadHa- bollah exige du gouvernement Hariri chargéalorslaSyrie,puissanceoccupan- ce qu’a dit Bernard Kouchner, début
riri, le premier ministre sunnite soute- fils qu’il « cesse » de coopérer avec le teaumomentdel’assassinatdeHariri. novembre,lorsqu’ilarencontréàBey-
nu par l’Occident et l’Arabie saoudite, TSL. Jeudi, son chef, Hassan Nasrallah, routhAmmarMoussawi,chargédesaf-
LeHezbollahdansuneimpassedevraitluiemboîterlepas,aucoursde a même menacé de « couper la main » faires internationales au Hezbollah.
la semaine, avant d’autres dirigeants de toute personne qui arrêterait des Alors qu’en coulisses, l’Arabie saoudite « Nous continuerons de discuter avec
chrétiens, Amine Gemayel et Samir membresdesonparti.Plusieursd’entre et la Syrie cherchent, eux aussi, à vous, après l’acte d’accusation », lui a
Geagea. On ignore si un membre du eux pourraient, en effet, être accusés convaincre leurs alliés libanais de par- assuréleministredesAffairesétrangè-
Hezbollah(chiite)serareçuparleprési- parleTSL. venir à un compromis, la France veut res, selon ses propos rapportés par la
dentdelaRépublique,quis’estentrete- Soucieuxd’éviterqueleLibannebas- contribuer à l’apaisement. «Onvade- presselibanaise.Leproblème,ajouteun
nu,ilyaquinzejours,avecNabiBerry, cule de nouveau dans la violence, mander à Aoun et au Hezbollah d’encais- diplomatearabeàParis,c’estqu’enre-
le président du Parlement et membre Sarkozy rappellera à ses hôtes que le ser gentiment les conclusions du TSL, qui fusant tout compromis, le Hezbollah
influentdelacommunautéchiite. « Tribunal a été créé par une résolution du ne sont jamais que des mises en examen s’estplacédansuneimpasse. « Il rejette
LegénéralMichelAoun,alliéduHezbollah « Il est urgent de calmer le jeu »,pré- Conseil de sécurité de l’ONU, qu’il est in- avec présomption d’innocence », souli- à la fois le Tribunal et l’acte d’accusation.
etdelaSyrie,doitêtrereçucematin vient-onauQuaid’Orsay,oùl’ons’in- dépendant, et qu’on doit le laisser tra- gne un bon connaisseur du Liban. On ne peut pas le suivre sur ce chemin-
àl’Élysée. IBO/SIPA quiète des tensions croissantes à l’ap- vailler »,estimeundiplomate.Cemessa- D’autant que la mise en accusation des là »,assurecettesource.
Laparole
libéréed’Aung
SanSuuKyi
LaDamedeRangounretrouvesespartisans
etlesexhorteà«nepasperdrecourage».
sombre meublé de chaises en plastique
FLORENCECOMPAIN
etdepupitresd’écolier,c’estunefoule
BANGKOK
enliessequil’aaccueillie.Radieuse,elle
BIRMANIE Si fragile et si dense, si po- s’extirpe de sa voiture et se fraie un
pulaireetsiseule,cettevoixquis’élève chemin jusqu’à son bureau exigu
au-dessus d’une grille des quartiers auquel on accède par un escalier étroit
nord de Rangoun a quelque chose de et périlleux. Elle sourit devant les dos-
poignant.Libreaprèsseptannéesd’as- siersenpagaille,lesphotosdesonpère,
signation à résidence, Aung San Suu le général Aung San, héros de l’indé-
Kyi,laprisonnièrepolitiquelapluscé- pendance,etlesdrapeauxrougesfrap-
lèbre au monde, le symbole de la lutte pés du paon combattant qui encom-
pourladémocratieenBirmanie,assène brent la pièce. Puis, celle que les
tranquillement:« Ilyaun temps pour se généraux ont si longtemps bâillonnée
taire et un temps pour agir. Ne restez pas parle. Dans un discours vibrant, elle Escortéepardesmilliersdepartisans,AungSanSuuKyis’estrendueausiègedesonparti,laLiguenationalepourladémocratie,
hieràRangoun. NYEINCHANNAING/EPA/MAXPPPsilencieux quand ce moment viendra. »
Devant le portail rouge du 54 avenue «Ilyauntempspour
del’Université,desmilliersdepartisans Nobel dont ils ont été lauréats, l’un et porte-paroled’unecoalitiond’organisa- d’êtreune«troisièmeforce»àRangounsetaireetuntemps
boivent ses paroles audacieuses. Les l’autre, le parallèle vaut pour la déter- tions d’opposition en exil en Thaïlande. et répètent en boucle que si la Birmaniepouragir.Nerestezpas
mains se tendent vers celle qui, s’en- minationsansfailleàrendrelalibertéà Lucide,elleexpliquequ’enferméedepuis s’estenfoncéedansuntelmarasme,c’estsilencieuxquand
thousiasment-ils, « les sortira de la dic- leurpeuple,parledialogueetavecune 2003, elle a perdu contact avec le pays, àcaused’AungSanSuuKyi,ellerépondcemomentviendra»
tature ».Dansungested’unegrâceinfi- volontéderéconciliation.Maisilestpeu qu’elle était tout juste en liaison via son qu’elleestprêteàdialogueraveclespaysAUNGSANSUUKYI
nie, elle pique dans ses cheveux les probable que l’élargissement de la avocataveclesoctogénairesdesonparti. occidentaux pour une levée des sanc-
orchidées blanches qu’on lui offre. La rappelleque « la liberté d’expression est Dame de Rangoun marque, comme « Je veux entendre la voix du peuple, nous tions économiques, si tel est le « souhait
tête légèrement penchée, les paupières le fondement de la démocratie »,exhorte pourleleadersud-africain,lafinduré- déciderons ensuite ce que nous voulons véritable »dupeuple.
closes,ellesemblesavourercessecondes ses partisans à « ne pas perdre coura- gime qu’elle combat. Après quarante- faire. »Ellesaitaussiqu’elledoitaffron- « En la libérant, les généraux prennent
de communion. « Cela fait si longtemps ge »,à « se battre pour ce qui est juste ». huitansdedictaturemilitaire,lesgéné- terlesdissensionsauseindesestroupes. un risque calculé mais un risque quand
que nous ne nous sommes pas vus », Puisqu’elleestlibredefairedelapoliti- raux sont tout-puissants et ont trouvé Sonpartiaétédissous,lesvieuxroutiers même »,estimeWinMin,analystebir-
murmure-t-elle. La réflexion pourrait que, d’aller où elle veut, de dire ce danslaChineunpointd’appui. delaLiguenationalepourladémocratie man en exil en Thaïlande. « Elle a
s’adresser à son fils cadet, Kim, qu’elle qu’elle veut, elle revendique sa place Quand, avec dignité, Aung San Suu sontenbisbilleaveclesjeunescadresqui conservé son pouvoir d’électriser les fou-
n’apasvudepuisdixansetauquelleré- surl’échiquierbirman. Kyi dit ne pas nourrir de « rancœur » ontconstituéunnouveauparti.Elleveut les et c’est la seule figure qui peut rallier à
gimevientderefuserunvisa. On compare parfois Aung San Suu envers ses geôliers, elle « a l’étoffe d’un « travailler avec toutes les forces démo- la fois les Birmans et les minorités ethni-
Hier, au siège du parti, un hangar KyiàNelsonMandela:au-delàduprix dirigeant national », estime Soe Aung, cratiques ». Et à ceux qui se targuent ques. »
ÉGYPTEKhartoumseprépareavecinquiétudeàl’éclatementduSoudan LIBYE
Enjanvier,lesuddupaysseprononceralorsd’unréférendumsursonindépendance. Port-Soudan
avoirsignél’accord,atoutfaitvoleren
PIERREPRIER éclats. « John Garang n’était pas sépara- ÉRY.
ENVOYÉSPÉCIALÀKHARTOUM
tiste », clame l’avocat. Ancien Khartoum
AFRIQUE ORIENTALE « C’est triste… » conseillerdeJohnGarang,cetex-révo-
SOUDANLa phrase revient comme un leitmotiv lutionnaire formé à Cuba a fait partie DARFOUR
dans les conversations de Khartoum, des nordistes du SPLM, le mouvement
alors que le plus vaste pays d’Afrique, delibérationduSoudan,dontilfutl’un
grand comme quatre fois et demie la des députés. Il a quitté son parti, qui a
France,seprépareàsecouperendeux. selon lui « trahi » le projet de « deux
ÉTHIOPIEÀ Khartoum, la capitale, l’atmosphère hommes courageux, John Garang et le
RÉP. SUD SOUDANest à l’abattement devant la perspecti- président Omar el-Béchir ». Le Soudan CENTRA.
ve, apparemment inéluctable, de cette était sur la bonne voie, affirme-t-il.
division inédite en Afrique. Aujour- « Avant 2005, le Soudan était un pays Juba
KENYAd’hui,quelquecinqmillionsde«sudis- arabe et centralisé. Aujourd’hui, il n’est
OUG. 300 kmtes», qu’ils vivent au nord ou au Sud, ni arabe ni africain et il est décentralisé. » RDC
vontcommenceràs’inscriresurleslis-
Lamenaceislamistetes électorales. C’est la dernière ligne semettred’accordsurune
droite avant le référendum d’autodé- Pour ce laïque, l’enjeu est aussi inté- partiedesfrontièresdesrégionspétro-
terminationdu9janvier.Cetteconsul- rieur.« Si le gouvernement perd le Sud, il lières, situées au milieu du pays. Mais
DesSoudanaisconsultentlebulletinprévupourlescrutindejanvier,devanttationétaitprévuedansleprocessusde tombera aux mains des fanatiques isla- tout le monde ne veut pas croire à ce
lesbureauxdelacommissionélectorale,hieràKhartoum. ASHRAFSHAZLY/AFPpaixentaméen2005sousleparrainage mistes. » Le président Omar el-Béchir, scénario du pire. Un conseiller proche
des États-Unis, à l’issue d’une guerre militaire porté au pouvoir par un coup dupouvoirrappellequeleréférendum,
civile presque ininterrompue depuis 80% de ses puits de pétrole. Au mo- toujours les mêmes gens, qui négocient d’Étatislamisteen1989,adepuisécarté qui pourrait être repoussé de quelques
l’indépendance en 1956, qui opposa, ment de sauter dans le vide, de nom- avec la communauté internationale der- ses éléments radicaux et entamé une semaines pour des raisons techniques,
pour simplifier, un Nord arabe de breuxresponsablesduNordsedeman- rière des portes fermées. Le peuple n’est collaboration discrète avec Washing- sera suivi d’une période de négocia-
30millionsd’habitantsàunSudmajo- dent encore comment ils en sont pas invité. » ton.Pouréchapperàunenouvelledés- tionsdesixmoisavantlaformationdu
ritairement animiste et chrétien de arrivés là. « L’accord de paix ne visait L’avocat Ghazi al-Suleiman est tabilisation et pour garder son pétrole, nouveau gouvernement du Sud. Selon
8,2millionsdepersonnes,représentant pas la séparation »,assureAbdael-Ma- « triste »luiaussi.Ilseditpersuadéque le chef de l’État et l’armée pourraient- le même homme, des pourparlers dis-
lecinquièmeduSoudanensuperficie. hdi, ancienne ministre. Pour elle, l’es- lamortducharismatiqueleadersudiste ils être tentés par une fuite en avant? crets auraient par ailleurs lieu dès
L’indépendance du Sud, annoncée prit de l’accord de 2005 a été trahi par John Garang, tué dans un accident Laquestionseposed’autantplusquele aujourd’hui pour tenter de préserver
par les sondages, privera le Nord de lesdirigeantsdesdeuxbords. « Ce sont d’hélicoptère trois mois et demi après NordetleSudn’arriventtoujourspasà l’unitéduSoudan.
A
TCHAD