Magazine Le Figaro du 18 février 2010
42 pages
Français

Magazine Le Figaro du 18 février 2010

-

Description

Retrouvez le Figaro magazine du 18/02/2010

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 18 février 2010
Nombre de lectures 18
Langue Français
Poids de l'ouvrage 11 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

1,30€ jeudi18février2010 -LeFigaroN°20388-www.lefigaro.fr-Francemétropolitaineuniquement
Lacollection750 Élections:
«LaBibliothèque»nouveaux larégionCentre dirigéeparradars
Jeanàlaportéesurlesroutes d’OrmessondeFrancePAGE10 del’UMPPAGE4
e25 volume:
Anthologie
delapoésie
française
Envente
auprix
exceptionnel
de9,90€“Sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloge flatteur” Beaumarchais
LeFigaroéconomie Sarkozyàlarencontre Ledalaï-lamareçuÉtatd’urgence desvictimesd’Haïti
auxChantiers àlaMaison-Blanchedel’Atlantique
PAGE25
Ledéfi
Dixpropositions
pourréduire d’Obamalestress
autravail PAGE22
Dettegrecque:
GoldmanSachs àlaChine
enaccusation LechefspiritueldesTibétains
PAGE23
envisiteàWashingtonsurfond
derivalitésino-américaine.Sarkozy-Copé,
APRÈSavoiresquivéuneren- plus, dans un contexte delamajoritésalue
contre en octobre dernier, dégradation des relations
laréconciliation Barack Obama reçoit aujour- sino-américaines: le Tibet
PAGE3 d’hui le dalaï-lama à la Mai- vient en effet s’ajouter à l’af-
son-Blanche, passant outre faire Google et aux récentes
lesvivesprotestationsdePé- ventes d’armes à Taïwan.Leplanfrançais
kin. Une passe d’armes de PAGE7ETL’ÉDITORIALPAGE17contrela
dépendancedes
Banque:BNPParibassortpersonnesâgées
PAGE11 renforcéedelacrisefinancière
AF447:dernière
BNP Paribas a multiplié gonfle sa capacité de cré-
par deux ses bénéfices en dit de 40 milliardstentativepour
2009, à 5,8 milliards d’euros. «En choisissantretrouverles d’euros. Le directeur gé- de consacrer l’essentiel de
néraldelapremièreban- nos bénéfices au finance-boîtesnoiresPAGE9
que française, Baudouin ment de l’économie, nous
Lors d’une visite historique en Haïti hier, le président français Prot, souligne que le espérons amener chacun àJeuxd’hiver: accompagné ici de René Préval, le président haïtien, et d’Alain groupe a choisi de réin- revisiter le débat sur leur
lemiracledu Joyandet, secrétaire d’État à la Coopération, a annoncé une aide vestir«beaucoupplusdes utilité sociale», déclare
globale de 326 millions d’euros, appelant les Haïtiens à « définir deux tiers» de ces profits Baudouin Prot au Figaro.biathlonfrançais un véritable projet national » pour la reconstruction de l’île. PAGE6 dans l’entreprise. Ce qui PAGE26
PAGES12ET13
HISTOIRE DUJOUR
UnepoupéeBarbieàl’effigie
Desmanuscrits del’auteurde«HarryPotter»
deCasanova
Barbie n’est pas seulement une bombe, Barbie». Considérées comme des piècesachetés c’estaussiuncerveau.Telpourraitêtrele decollection,cespoupéesnedevraientpas
messageenvoyéparlesdirigeantsdel’en- être vendues en magasin. Cette expé-parla
trepriseMattelauxfillettesdumondeen- rience d’émancipation féminine a ses li-France tier.Ilsprésentaientrécemment,auSalon mites.Iln’estdoncpasprévuqueMattel
PAGE34 du jouet de Nuremberg, la toute nouvelle propose sous peu une Barbie Simone de
poupée collector Barbie J. K. Rowling. Beauvoir.«Jenecomprendspaspourquoi
«LeFigaro Mêmeblondeur,mêmetenue:untailleur ils n’ont pas fait une Barbie Amélie No-
noir légèrement échancré sur un caraco thomb!», déplore quant à lui Frédériclittéraire»
fuchsia – que l’auteur des Harry Potter Beigbeder,auteurd’unpetitalbumsurla
portaitlorsd’unerécentecérémonie.Pour poupée de ses rêves. Sur le site InternetQuandCésaire
le reste, la poupée est conforme en tout de Barbie, on peut admirer l’un des der-chantaitStaline point à ses grandes sœurs aux mensura- niersavatarsdelapoupée:lasculpturale
tions irréelles. La romancière anglaise BarbiePalmBeachenBikini,danslapure
R.VIALERON,J-C.MARMARA,S.SORIANO/
LEFIGARO;K.LAMARQUE/REUTERS;D. maisaussilaprincesseVictoriadeSuèdeet tradition glamour qui a fait son succès.
JOUBERT/PREVOIRPHOTO;A.PIZZOLI/AFP
lachampionnedetennisKimClijstersont Mattel revient à ses fondamentaux. Ken
ainsi été choisies pour incarner, toujours peut surfer tranquille. Sa femme n’a pasBrunoLeMMaireaiair
selon Mattel, «l’essence et les valeurs de changé. FRANÇOISEDARGENT
Invité
du«Talk
DÉBATS&OPINIONS RENDEZ-VOUSOrange-
LeFigaro» » L’ÉDITORIALd’YvesThréard PAGE17 LECARNETDUJOUR PAGE15
PAGE5 LACHRONIQUEdeLucFerry PAGE17 APARTÉd’AnneFulda PAGE42
DÉBATSSortirparlehautdelapolémiquesurMinistredel’Alimentation,
del’AgricultureetdelaPêche lesgardesàvueparAlainBauer PAGE16 TOUTEL’ACTUALITÉSURlefigaro.fr
ALG:170DA. AND:1,40€. BEL:1,40€. DOM:2,00€. CH:3FS. CAN:4,25$C. D:2,00€. A:2,80€. ESP:2,00€. GB:1,60£. GR:2,20€. IRL:2,20€. ITA:2,20€. LUX:1,40€. NL:2,00€. H:700
HUF. PORT.CONT.:2,00€. SVN:2,20€. MAR:13DH. TUN:2DTU. USA:3,95$. ZONECFA:1500CFA. ISSN0182.5852
T 00108 - 218 - F: 1,30 E
3:HIKKLA=]UVXUZ:?k@c@b@i@k;
REUTERS
Cjeudi18février2010 LEFIGARO
2 recto VERSO
DesAlbanais
duKosovo
arborant
ledrapeau
duKosovoet
l’aigleàdeuxtêtes
surfondrouge
del’Albanie,près
deMitrovica,hier.
ARMENDNIMANI/AFP
LadoublevieduKosovo
eux ans après avoir déclaré son in- griffes meurtrières de la Serbie du dictateur Milo- tes se prévaloir d’avoir implanté sa mairie, comme
dépendance, le 17 février 2008, le sevic par les bombardements de l’Otan en 1999, a ROUMANIE dans quelques autres bastions serbes du sud du pays.
Belgrade
Kosovo voit double. Belgrade, qui un statut juridique encore débattu, et n’est pas Mais ce succès politique n’annonce pas des lende-
considère ce territoire comme sien, membre de l’ONU. Cela contraint souvent les dif- mains économiques meilleurs.«Lesexpériencespo-
soutient toujours les municipalités férentes missions européennes et internationales à sitivesausud», selon l’expression de Peter Feith, ou
tenues par la minorité serbe du Ko- la prudence. ce«bonexempleduSud», dont on se gargarise dansSERBIEDsovo albanais. Mais le gouverne- Les Occidentaux ont beau considérer le temps les chancelleries occidentales, doit maintenant, se-BOSNIE-
ment kosovar et les grandes nations occidentales qui comme leur meilleur allié face à la Serbie, ils sem- lon les mêmes, être exporté au nord du Kosovo. IlHERZ.
l’épaulent viennent de mettre en place dans les loca- blent vouloir aller désormais de l’avant. La crise éco- faut«éviterquelenorddevienneunconflitgelé», in-Mitrovica
Pristinalités serbes du Sud des exécutifs locaux concurrents nomique et sociale qui s’aggrave dangereusement MONTÉNÉGRO siste Peter Feith. Certes, mais au nord, l’histoire pro-
de ceux qui préexistaient, les jugeant illégaux. pourrait conduire les Kosovars, qui se demandent ce met d’être compliquée.
BULGARIENon loin de la capitale, à Gracanica, il y a mainte- que l’indépendance leur a apporté, à descendre dans Passé le pont qui coupe la ville de Mitrovica enKOSOVO
nant deux mairies, à huit cents mètres l’une de la rue. Plusieurs manifestations de fonctionnaires se deux, on est en Serbie. Le dinar a remplacé l’euro, les
ALBANIEl’autre, séparées par le monastère orthodoxe et sont succédé la semaine passée. À terme, la coalition plaques d’immatriculation sont serbes et les portraits
el’église du XIV siècle veillant sur cette commune de gouvernementale, qui vit sous perfusion internatio- 75 km de Poutine et les tags insultant l’Otan, l’UE ou l’ICOMACÉDOINE
quelque 20 000 âmes serbes. Le nouveau maire, élu nale, pourrait chanceler. enlaidissent un peu plus cette morne citée de béton
lors des scrutins de novembre et décembre dernier, gris. Le souhait de Peter Feith est de parvenir à des
Le«bonexemple»duSudest un homme massif répondant au nom serbe de élections dans la future municipalité (encore à déli-Deux ans aprèsBojan Stojanovic. Sa mairie est nichée aux deux der- Le verdict attendu au printemps prochain dans le miter) de Mitrovica-nord et dans les trois communes
niers étages d’un pavillon dont le rez-de-chaussée procès que la Serbie a engagé devant la Cour interna- qui la jouxtent, jusqu’à la frontière avec la Serbie,son indépendance,est occupé par un restaurant. Il attend son hôtel de tionale de justice avec l’espoir que celle-ci déclare «avantlafindel’annéeouaudébutde2011».
ville pour le printemps 2011. Pour l’heure, assis dans l’indépendance du Kosovo juridiquement invalide, Vlado Prodovic, qui représente le gouvernement
une pièce vide derrière son bureau seulement en- oblige aussi à faire mouvement. Peter Feith, qui reconnue par une partie de Belgrade au Kosovo, est un homme plutôt sympa-
combré par un téléphone et un écran d’ordinateur conduit l’ICO, le Bureau civil international qui re- thique. Il n’en est pas moins déterminé.«Nosmairies
éteint, Bojan Stojanovic estime que «chacun a le groupe sur place les États-Unis et les principaux pays ettoutesnosstructuressontlégales, dit-il,carleKoso-seulement
droitdechoisiràquelleadministrationilveuts’adres- européens, souligne ainsi qu’«avant que cette déci- vo fait partie de la Serbie.» Les ordres de Belgrade
ser, selon les documents dont il a besoin. Mais si on sion ne soit rendue, il serait souhaitable que Belgrade sont les ordres. Et l’argent – au moins les 40 millionsde la communauté
veutconstruire,ilvautmieuxvenircheznouspourne passe à une approche plus constructive». Le retrait officiellement déclarés cette année – vient de Belgra-
pasavoirdeproblèmedemain.» Le marché est clair. programmé des troupes de l’Otan, ajoute-t-il, est une de. Pour payer les élus, les enseignants, les policiers,internationale,
Il a été passé par le gouvernement kosovar, qui ne autre contrainte. Personne ne peut prédire quand la les juges. Vlado Prodovic est sûr que son gouverne-
reconnaîtra que le cadastre, les permis de construire décision sera prise. Mais, prévient Peter Feith, le jour ment organisera des municipales partielles à Mitrovi-le nouvel Étatet les fiches d’état civil délivrés par la nouvelle mai- où ces troupes «seront réduites à un niveau où elles ca au printemps prochain. Pour le reste, il attend avec
rie de Gracanica. À Bojan Stojanovic, choyé par n’aurontpluslacapacitémilitaired’intervenir,lasitua- un certain scepticisme, voire une pointe cruelle d’en-à majorité albanaisenombre d’ambassadeurs occidentaux mais regardé tionpourraitdevenirimprévisible». À bien l’entendre, vie, que Pristina et l’ICO mettent en place leurs pro-
de travers par la plupart de ses concitoyens, de s’im- des résultats doivent donc apparaître en 2010 et une pres élections dans cette même ville. Il n’en reconnaîts’enlise dans une sorteposer. Il a commencé à recruter. Et, dans un pays amélioration de la situation doit être clairement per- pas moins que ses concitoyens, comme les Albanais,
frappé par le chômage, les candidats défilent, CV en ceptible d’ici à cinq ans. Ce qui serait la moindre des pâtissent de toutes ces doubles structures.
main, pour une des 33 places allant de chauffeur choses, l’ONU d’abord, arrivée en 1999, puis l’ICO, de schizophrénie,
Justiceenpanne(188 euros par mois) à responsable du développe- installée peu avant l’indépendance de 2008, ayant
ment économique (363 euros). Bojan Stojanovic pour l’instant un bilan assez maigre. La justice, par exemple, ne fonctionne pas à Mitrovi-tiraillé entre l’Europe
touchera un salaire d’environ 1 000 euros, mais ne Parfois, pourtant, le temps paraît s’accélérer. La ca. Les Serbes vont voir leurs tribunaux, qui jugent
trahira jamais la Serbie. «Votre question est dépla- commune à 70 % serbe de Strpce (14 000 habitants) selon la loi de Belgrade, qui n’est pas reconnue par leet la Serbie.
cée», s’insurge-t-il quand on lui demande s’il sou- s’est ainsi lancée dans une course de vitesse depuis Kosovo et la communauté internationale. Les Alba-
tient le Kosovo indépendant. les élections municipales organisées par le gouverne- nais de Mitrovica vont, eux, à Vushterri, une com-PARTHIERRYPORTES
ENVOYÉSPÉCIALÀPRISTINAPassé le monastère et la leçon historique sur le Ko- ment kosovar en novembre dernier. Le maire, Bra- mune plus au sud où s’est installé le président de la
sovo orthodoxe éternel de son jeune chef spirituel tislav Nicolic, et son conseiller, Dalibor Jevtic, sont Cour qui siégeait historiquement dans leur ville, la
Hierodeacon Damjan, l’autre mairie, celle soutenue deux trentenaires serbes qui ont travaillé pour des capitale du nord Kosovo. Deux juges et deux procu-
par Belgrade, est également noire de monde. Mais ce entreprises américaines et sont dernièrement passés reurs de l’Eulex, la mission européenne d’assistance,
sont cette fois-ci des Albanais du Kosovo qui, munis par l’immense base militaire des États-Unis implan- arpentent les couloirs vides de l’ancien tribunal de
de leurs papiers d’identité, demandent un certificat tée non loin. Sitôt élus, ils ont délogé l’ancienne équi- Mitrovica, implanté dans le nord de la ville. Tous les
de naissance dans l’espoir de bénéficier d’un visa pe municipale de la mairie. Les fonctionnaires com- dossiers ont été jetés à la volée par les Serbes avant de
pour l’Union européenne (UE). N’ayant pas reconnu mencent à être évalués, leurs missions seront bientôt quitter le bâtiment en 2008. Nombre d’affaires n’ont
la nouvelle mairie et les contours de la commune de «redimensionnées». Strpce veille sur une charmante pas encore été reconstituées. Le troisième et dernier
Gracanica, la Serbie estime que les pouvoirs admi- station de ski. Et le nouveau tandem de managers étage de ce bâtiment gardé a ses armoires renver-
nistratifs de sa mairie de Gracanica continuent de parle en américain d’une nouvelle route, d’un hôpi- sées, ses portes vitrées brisées, ses vieux ordinateurs
s’étendre jusqu’à la capitale du Kosovo, Pristina. tal, d’hôtels et de restaurants pour accompagner le couchés. La plupart des 40 affaires criminelles dont
L’UE ayant en décembre dernier libéralisé les visas développement de cette station, selon un modèle qui le tribunal a hérité en 2008 ont été jugées, mais il res-
pour les Serbes, nombre d’Albanais, qui eux ne peu- n’est pas plus serbe que kosovar… te encore deux suspects, déjà en préventive à l’épo-
vent circuler, cherchent aujourd’hui à profiter de Ailleurs au Kosovo, pays le plus pauvre de l’Euro- que, qui attendent toujours. Et le crime au Kosovo,
l’aubaine. Cela ne sera pas si facile et exigera encore pe, on serait bien en peine de trouver pareil«busi- où prospèrent les règlements de comptes, les trafics
des demandeurs un détour par Belgrade. Mais cela nessplan». À Gracanica, le gouvernement peut cer- et les organisations mafieuses, avance plus vite que
ravit la Serbie, qui tente de prouver ainsi que son les missions internationales.
pouvoir sur le Kosovo et ses habitants albanais de- «LesSerbessonttoutautantpénalisésquelesAlba-
meure intact… naisparunejusticequinefonctionnepas», souligne
Tantôt encourageant Belgrade sur le chemin de Quandlestroupesdel’Otanserontréduites Roy Reeve, chef adjoint de l’Eulex. Mais s’il estime
l’adhésion, tantôt lui chuchotant quelque admones- que«notrecrédibilitévasejoueren2010», il ne diri-etnepourrontplusintervenir,lasituationtation, l’UE utilise parfois la carotte quand il lui fau- ge qu’une mission technique. La clé est entre les
drait saisir le bâton. Mais il est vrai aussi que cinq de mains de l’Union européenne. Et la porte serbe, àpourraitdevenirimprévisible»ses États membres ne reconnaissent toujours pas le« peine entrouverte dans le sud du Kosovo, est tou-
PETERFEITH,CHEFDUBUREAUCIVILINTERNATIONAL(ICO) DRKosovo indépendant. Et que ce pays, arraché aux jours hermétiquement fermée au nord.
A
LEFIGARO jeudi18février2010
3francePOLITIQUE
LesdéputésUMPsaluentl’apaisement
Sarkozy-Copé
Ledéjeunermardientrelechefdel’État
etleprésidentdugroupemajoritaireàl’Assemblée
signelavolontédesdeuxhommesdepréparer2012.
Ce rapprochement entre Sarkozy etSOPHIEHUETETBRUNOJEUDY
Copés’estaussiconcrétiséparunautredé-
MAJORITÉEntreeux,lesilenceestdéjàun jeuner,trèsinhabituel,le3février,entrele
succès. Nicolas Sarkozy et Jean-François conseiller parlementaire de l’Élysée, Oli-
Copé,quiontdéjeunéentêteàtêtemardi, vier Biancarelli, et la cheville ouvrière du
hors la présence de Claude Guéant, n’ont groupe UMP, Jérôme Lavrilleux. Dans la
Nicolas
rienditàpersonnesurlecontenudeleur foulée,FranckLouvrier,le«M.Commu- Sarkozyet
conversation. Une prouesse nication»del’Élysée,aren- Jean-François
pourlesdeuxhommesrépu- contré la semaine dernièreLapetite Copé
tés pour leur art de la confi- Jean-FrançoisCopé.Enrésu- àl’Élyséephrasede...
dence. À la sortie, le patron mé,lanormalisationdesrap- en2008.
FRANÇOISBAROINdes députés UMP s’est dit portsentrelechefdel’Étatet GRÉGOIREDÉPUTÉ-MAIREDETROYES
«enchanté de ce déjeuner le patron de sa majorité à ÉLODIE/ABACA
convivialetutile»quitombeà l’Assembléeestenmarche.ÀOnn’estpas
point nommé, à un mois lagrandesatisfactiondesdé-desdiviseurs.
d’électionsrégionalesàhauts putésUMP,trèsinquietsdelaAujourd’hui,
risquespourlamajorité.Côté ilyauneexigence dégradation manifeste des
Élysée, même son de cloche. desolidarité liensentrelesdeuxhommes.
«Leprésidentavoulufaireun encettepériode
Intérêtsbiencomprisdeventstour d’horizon des dossiers Ami intime du président, Patrick Bal- nous avons en tant que législateurs», pourCopé,renforcersonpoidspolitique
contraires»avec Copé pour préparer «On n’est pas des diviseurs. kany confie que «Copé souffrait de l’ini- mettent en garde à la fois l’ancien mi- et devenir incontournable en vue de
l’après-régionales. C’était Aujourd’hui,ilyauneexigen- mitié» du chef de l’État. «J’ai toujours nistreDominiquePerbenetlevillepiniste 2012.Mais,entrel’Élyséeetl’Assemblée,
très détendu», résume un cedesolidaritéencettepériode défendu Jean-François, qui est un homme HervéMariton. lapaixrestearmée.Copérestebiendé-
procheduchefdel’État. deventscontraires»,analyse de valeur, auprès de Nicolas», ajoute le Derrière ces retrouvailles, chacun cidéàs’emparer,viadesgroupesdetra-
Bref, l’heure serait vrai- l’ancien ministre François députémairedeLevallois.Approuvéepar perçoit les intérêts bien compris des vail de députés, de deux sujets chauds:
ment à la détente entre les Baroin, très proche de Jean- l’immense majorité des parlementaires deux hommes: pour Sarkozy, resserrer lesretraitesetlagardeàvue.Uneinitia-
deux hommes. Le dimanche François Copé. «Cette mise UMP,cettemiseaupointnedoitpasen- lestroupesaumomentoùDominiquede tivequiagacemalgrétoutcertainspro-
17 janvier, ils s’étaient vus au point aurait dû avoir lieu tamerla«libertédeparoleetd’actionque Villepin tente une percée médiatique; chesdeSarkozy.
longuement pour «crever depuisplusieursannées»,es-
l’abcès».Enclair:mettreun time l’élu de Paris Claude
terme à la surenchère sur la Goasguen. Pour le souverai-
burqa et, plus globalement, niste Jacques Myard, «on a
pacifier les rapports entre le frôlé la crise de régime. C’est
groupedesdéputésUMPetl’Élysée.Pour une obligation institutionnelle que le prési-
donner suite à cet entretien, Nicolas dentetlepatrondesdéputésUMPs’enten-
Sarkozy avait promis, ce jour-là, à Jean- dent». Soulagé, Bernard Debré reconnaît
François Copé qu’ils poursuivraient leur que«cetterivalitésesentaitfortementalors
conversationautourd’unrepas.Unepre- qu’il n’y avait pas de réelles motivations».
mière depuis le début du quinquennat, ÉludeSeine-et-Marne,YvesAlbarelloap-
aussi incroyable que cela puisse paraître. prouve «cette addition des compétences»
Caléinitialementlelundi15février,ilaété etespèrequelegroupesera«associéplus
reportéd’unejournéeàcausedusommet enamontàl’élaborationdesprojetsdugou-
socialsurlesretraites. vernement».
FrançoisFillon
prendladéfense
deMarie-LucePenchard
Numéro2surlalisteUMPenGuadeloupe,elle
asuscitédevivescritiquesàgaucheetàdroite.
deloupe, a-t-elle plaidé, mais servir la
ANNEROVAN
Guadeloupeneveutpasdirequejemettais
GOUVERNEMENT C’est en arrivant à decôtémafonctiondeministre.Jesaisoù
Fort-de-France hier soir, avec Nicolas se trouve l’intérêt général et où se trouve
Sarkozy, que Marie-Luce Penchard a ma mission de ministre.» Le cabinet de
tenté d’éteindre la polémique qu’elle Marie-LucePenchardaaussipréciséque
avaitalluméesamedienGuadeloupe.En les 500 millions d’euros dont avait parlé
meeting aux Abymes, la ministre de laministrecorrespondaient«àdespro-
l’Outre-Mer, fille de Lucette Michaux- jetsidentifiéspourd’autresterritoiresque
Chevryetnuméro2delalistedelamajo- laGuadeloupe».
rité en Guadeloupe, avait assuré n’avoir
«Polémiquedérisoire»«enviedeservirqu’unepopulation,lapo-
pulation guadeloupéenne». Évoquant LafilledeLucetteMichaux-Chevryamis
une enveloppe de 500 millions d’euros lapolémiquesurlecomptedesrégiona-
destinéeàl’outre-mer,elles’étaitexcla- les, en dénonçant «des méthodes d’un
mée: «Cela me ferait mal de voir cette autre temps, pas dignes d’une démocra-
mannefinancièrequitterlaGuadeloupeau tie.»C’est,aumotprès,lestermesem-
bénéfice de la Guyane, au bénéfice de la ployés par François Fillon, qui avait dû
Réunion, au bénéfice de la Martinique, monteraufrontpourdéfendrelaminis-
parcequemêmesijevisenmétropole,mon trehieraprès-midi,àl’Assemblée.«Ex-
cœurestici,ilresteraici.» traired’undiscoursunephrasepourtenter
«On a sorti mes propos du contexte dejeterlediscréditsurlapolitiquedugou- AUX JEUX PARALYMPIQUES D’HIVER,
pourmedéstabiliser», vernement outre-mer, c’est contraire à
s’est-elle évertuée à l’esprit que je me fais de la démocratie», ON SERA LÀ POUR SOUTENIR L’ÉQUIPE DE FRANCE.
expliquer hier soir, avait-ilassuré,dénonçantune«polémi-
en affirmant s’être quedérisoire».
exprimée en tant Aprèslaripostedupremierministre,
www.societegenerale.com/handisport
que candidate. la mise au point de Marie-Luce Pen-
«C’estàcetitre chard suffira-t-elle à désamorcer la
que je voulais crise?Rienn’estmoinssûr,étantdon-
servirlaGua- né la réprobation que la ministre s’est
attirée de la part de l’opposition, des
élusultramarins,maisaussid’unepar-
tie de la majorité. «On n’est pas dans
uneRépubliquebananière.Jesuisdésolé,
Marie-Luce Penchard n’a plus sa place
dans le gouvernement de la Républi-
que», a estimé Jean-Marc Ayrault, le
Laministre président du groupe PS à l’Assemblée.
del’Outre- LecentristeJean-ChristopheLagardea
Mer, luiaussijugéquelaministredevaitpar-
Marie-Luce tir, tandis que le député UMP Patrick
Penchard,
Balkany, proche de Nicolas Sarkozy,
enjanvier
assurait: «Elle devrait être virée du
dernier On est là pour vous aidergouvernement.» Le président, lui, n’aàParis.
pasévoquélesujethiersoiràFort-de-BOUCHON/
France.LEFIGARO
BOUCHON/LEFIGARO
- © Grégory PICOUT - Didier ECHELARD
CCENTRE
jeudi18février2010 LEFIGARO
BourgogneNotredossierspécial
régionales20104 francePOLITIQUE
WWW.LEFIGARO.FR/REGIONALES-2010 Centre
L’UMPcroitauxchances
deNovellidereconquérirleCentre
Lesecrétaired’ÉtatauxPMEmetenavantsonprojetéconomiquepourdétrônerlesortantPS,FrançoisBonneau.
34% des suffrages au premier tour, quatredesessixdépartements-,lafor- Lestransportssontl’undesmotifsde jouit du « retour de l’État » et explique
JUDITHWAINTRAUB
quandl’UMPestcréditéed’unscorein- ce du président sortant constitue aussi désaccordlesplusfréquentsentrelePS quelesassociations,omniprésentesdans
ÉLECTIONS Être considéré par la pre- férieurà30%auplannational,ilmesu- sa faiblesse. « Parce que les socialistes et les Verts. Comme dans toutes les ré- la région, « portent aujourd’hui les mis-
mière secrétaire du PS comme le seul re le chemin qui lui reste à parcourir ont besoin des Verts pour gouverner, soit gions,maisavecdesrépercussionspar- sions du service public ». De l’autre, un
président socialiste sortant susceptible pourbattrelagauchele21mars: « Sur ils ne peuvent rien faire, soit ils sont obli- ticulièrement éprouvantes pour la po- libéraldécidéàdémontrerque « l’initia-
de perdre sa région, ça fait quel effet? le papier, en arithmétique électorale, ça pulation d’un Centre grand comme la tive individuelle peut être porteuse de
FrançoisBonneausourit: « J’ai eu Mar- s’annonce pas facile. Mais la présiden- Belgique, dont certains départements créativité, d’emplois et donc de crois-Lestransportssonttine Aubry au téléphone - c’est une tielle a montré que le premier tour peut comme l’Eure-et-Loire se vivent com- sance ». Le financement de la vie asso-
amie -, elle m’a assuré qu’elle n’avait ja- créer une dynamique. » Surtout quand l’undesmotifs me faisant partie d’une lointaine ban- ciative est d’ailleurs l’un des sujets sur
mais dit que le Centre était perdu ! » Et l’extrême droite a la bonne idée de se lieue parisienne alors que d’autres in- lesquels se cristallise le débat électoral.dedésaccordlesplus
se retrouver dernier dans un sondage diviser entre une liste FN et une liste carnent la France rurale. Exemple, FrançoisBonneau,convaincuqueceré-fréquentsentrelePSsur la notoriété des présidents de ré- dissidente, comme dans le Centre, ce entreautres,duretardprisparlarégion seauest,enpériodedecrise,lemeilleur
gions? Le sourire ne faiblit pas: « Les qui diminue considérablement ses etlesVerts enmatièred’infrastructures:c’esttou- producteur d’emplois, a promis d’aug-
autres ont entre six et douze ans de mé- chancesdefigureraudeuxièmetour. jours une nationale à deux voies, la RN menter les subventions de la région.
tier, moi je suis arrivé en 2007, en cours gés de se cacher quand ils ont une bonne 154, qui relie Chartres et Orléans à tra- Hervé Novelli souhaite que la région fi-
Retarden matièrede mandat ! Et puis finalement, ce son- idée »,affirmeMauriceLeroy.Leprési- vers les plaines de la Beauce, alors que nancedesprestationsdontellevérifiera
dage a provoqué un regain d’intérêt de la d’infrastructures dent Nouveau Centre du Loir-et-Cher Michel Sapin, déjà, avait promis de la qualité au lieu de subventionner di-
presse pour moi et pour la région, qui est L’addition des voix du PS, des Verts, cite l’exemple de l’aéroport de Tours: créerunedeuxfoisdeuxvoies.François rectement les associations. Pour le pré-
géographiquement mal identifiée. » fortsdeleurs14,08%auxeuropéennes « Jean Germain, le maire de Tours et Bonneau reconnaît que cette route est sident des réformateurs, l’aile libérale
LesuccesseurdeMichelSapinaffiche dejuindernier,duFrontdegauche,des l’homme fort du PS dans la région, ne « très dangereuse », mais, selon lui, de l’UMP, « interventionnisme rime for-
une sérénité à toute épreuve face à son deuxlistesd’extrêmegaucheetdu pouvait pas le subventionner direc- c’est « le désengagement de l’État » qui cément avec clientélisme ».
challenger Hervé Novelli. Le secrétaire MoDemdonneunesupérioriténu- tement parce que les Verts étaient explique que la nouvelle nationale n’ait Lemêmeclivageopposeleprésident
d’ÉtatauxPME,auCommerceetàl’Ar- mérique incontestable à François contre. Du coup, il a surfinancé la pasencorevulejour.SaufquelesVerts, sortant et son challenger sur l’autoen-
tisanat s’astreint, lui, à garder la tête Bonneau. Mais, selon les élus de chambre de commerce, qui elle-mê- et donc le PS, s’opposent à un projet trepreneur, invention dont Novelli est
froide. Sacré « meilleur espoir » de la droitedelarégion-quicontrôlent me finance l’aéroport. » d’autoroute, qui permettrait de sur- particulièrementfier,ousurlaréforme
majorité pour le scrutin de mars, monterceproblèmedefinancementpar territoriale, que Bonneau combat avec
conforté par un sondage qui lui prédit unappelaupartenariatpublic-privé. énergie. Dans la région, les débats na-
tionaux se sont invités dans la campa-
Financement gne. Le secrétaire d’État assume. Et
dela vieassociative puisqu’il est au gouvernement, il en
Les r résuésul lttaatsts LematchBonneau-Novelliopposedeux profite, comme il l’a fait hier en obte-
des régionaalles 2es 2004004 conceptions diamétralement opposées nant le vote d’un texte qui protège le
de l’action publique. D’un côté, un so- patrimoinedesartisansencasdefailli-
cialiste qui, tout en se revendiquant te.Unemesurequiferaplaisirauxarti-er ee1 tour r 22 ttouour rHervé Novelli « pragmatique et pas idéologue »,seré- sansduCentre.
(UMP)
M. Sapin (PS-PC-Verts) 38,15 % % 449,15 %9,15 %
Serge Vinçon (UMP) 20,71 % % 334,39 %4,39 % Parcequelessocialistesontbesoin«
Jean Verdon (FN) 17,52 % % 16,46 %16,46 % desVertspourgouverner,soitilsnepeuvent
Jacqueline Gourault (UDF) 13,70 % rienfaire,soitilssontobligésdesecacher
J.-J. Prodhomme (L O-L CR) 5,61 % % quandilsontunebonneidée»
MAURICELEROY.LEPRÉSIDENTNOUVEAUCENTREDULOIR-ET-CHERFrançois Caré (CPNT) 4,32 %
HAAUUTETTE- PICARDIE
Source : ministère de l’Intérieur NNNNNNNNNNNNNONNNN RMAN NNNNNNNNNNNNDIDIDIDIDIDDDIDDIDDIDDIDID EE
La région en chiffres
22Superficie 39 151 1 kkmm 4
Population 2,54 millions d'habit itanant ts 10
ÎLE-DE- -FRFRRAN NCN CE2 PrPrésésidenidentDensité 64,98 hab./km./km 16
Chartres
Taux de natalité 12,1 12 1 % 9 FFrarançnçois Bonneauois Bonneau (PS)
Eure-et-
PIB par hab. 26 541 euros 11 Conseil 77 conseillers Loir
régional régionaux OrléansTaux de chômage 8,2 % 18
YYon ne
LoiretBudget 2009 0,98 milliard d’euros Capitale Orléans11
AuxerreBloisSources : Insee, conseil régionalRang sur les 22 régions métropolitaines
Loir-et- DijonTours Côte-d’Or
CherIndre-PAYS DE LA LOIRE
FRRAAANC CHEE-Eet-Loire Bourges Nièvre
CCOOOMTTÉ
NeversIndre Cher
Saône-
Châteauroux et-Loire
Mâcon
AUVERV GNE
FrançoisPatriatetFrançoisSauvadet
sedisputentleduchédeBourgogne
François Sauvadet Les résul ultatatsts
premier ministre François Fillon jet. « L’image de la Bourgogne (Nouveau Centre) des régionales 2 2004004NICOLASBAROTTE
de venir le soutenir début mars, n’est pas celle du nucléaire mais
DE LA POSITION de challenger, maisilaaussiadaptésacampagne celle du vin. On ne peut pas se met-
er e1 tour 2 ttoouur rlorsqu’il a conquis la région en aux réalités locales. Et il attaque tre à la merci d’un nouveau Tcher-
2004,ilestpasséàcelledecandi- François Patriat pour sa « gestion nobyl. » En perte de vitesse, ils
François Patriat (PS-PC-Verts) 36,01 % 552,49 %2,49 %dat sortant. « La dernière fois, pépère » de la région. « Le bilan durcissentletonfaceauPS.Lafu-
j’étais libre d’esprit,expliqueFran- réalisé nous donne de la crédibili- sionausecondtouraveclessocia- J.-P. Soisson (UMP) 21,78 % 32,14 %32,14 %
çois Patriat, le président PS du té »,rétorquelecandidatsocialis- listesestune « éventualité »,dit-il.
P. Jaboulet Vercherre (FN) 15,77 % 15,37 %15,37 %conseilrégionaldeBourgogne. Là, te. Lui préfère mener campagne LeMoDem,quiaxesacampagne
AQUITAINEles électeurs prononceront un juge- sans tambour ni trompette et sans surlethèmedel’emploi,voudrait François Sauvadet (UDF) 12,98 %
ment sur un bilan, sur une présence requérir le soutien de leaders na- aussi faire entendre sa spécificité. Julien Gonzalez (Div. Écol.) 5,21 %
quotidienne au conseil régional. tionaux. « Je ne sollicite personne », Mais la tête de liste François De-
Jacqueline Lambert (LO-LCR) 3,92 %C’est plus dur, plus intense. » dit-il. L’ancien premier secrétaire seille, adjoint au maire PS de Di-
D’ailleurs, son principal adver- François Hollande sera quand jon,FrançoisRebsamen,necher- Joël Mekhantar (MRC) 2,58 %
saire,ledéputéNouveauCentrede mêmelàlasemaineprochaine. che pas vraiment à afficher uneMID DI-PYRÉNÉES
Claude Moreau (MNR) 1,75 %Côte-d’Or François Sauvadet ne neutralité centriste. Au second
Duel denotableslocauxl’appelle qu’ainsi: « Le président tour, l’alliance avec la liste UMP- Source : ministère de l’In l’Intétérieurrieur
sortant. » Dans ce duel de notables locaux, Nouveau Centre est peu probable.
En 2004, Sauvadet s’était déjà les autres listes tentent difficile- « Il est difficilement concevable de
présenté, contestant le leadership mentdesefrayerunchemin.C’est travailler avec quelqu’un qui sou- La région en chiffres
du président sortant Jean-Pierre àgauchequesepasseledébat.Les tient la politique injuste de Nicolas
2Superficie 31 582 km 6
Soissons.Sixansplustard,leprési- Verts, menés par Philippe Her- Sarkozy », explique-t-il, tout en
dent du groupe centriste à l’As- vieu, s’émancipent. « Le bilan de regrettant la « gauchisation » de Population 1,63 million d'habitants 16 Président
semblée, qui a conquis en 2008 la François Patriat est bon pour ce qui FrançoisPatriat. 2Densité 51,83 hab./km 1919
présidenceduconseilgénéraldela a été fait grâce à la pression des À l’extrême gauche, l’alliance François Patriat
Côte-d’Or,s’estimposécommele écologistes », veut-il croire. « Si- duPartidegaucheetduNouveau Taux de natalité 11 % 17 (PS)
leaderdeladroiteauniveaurégio- non, c’est un bilan socialiste »,dit- Parti anticapitaliste, conduite par
PIB par hab. 26 427 euros 12 Conseil 57 conseillers
nal. Dans un climat national diffi- il en ajoutant, cependant, qu’il SylvieFaye-Pastor,entendincar-
régional régionaux
Taux de chômage 8,4 % 15cile pour les soutiens de Nicolas l’« assume ».LesVertsfontpartie ner « l’autre gauche ». Quant à
Sarkozy, François Sauvadet s’est de la majorité sortante. Sur un l’extrême droite, longtemps bien Capitale DijonBudget 2009 0,73 milliard d’euros 15
résolu à jouer sur les deux ta- sujet, ils comptent faire entendre implantée dans la région, elle
bleaux:ilassumelebilandelama- leur voix: le «pôle nucléaire». cherche à se reconstruire sans Rang sur les 22 régions métropolitaines Sources : Insee, conseil régional
jorité jusqu’à avoir demandé au Les écologistes contestent le pro- pouvoirjouerlestrouble-fêtes.
BOURGOGNE
C
CCÔÔTÔ EE
PROOVVVEN NCLEFIGARO jeudi18février2010
5francePOLITIQUE
EuropeÉcologiedénonce«lepéché
d’orgueil»duPS
Daniel Cohn-Bendit veut installer les écolos
comme « la troisième force politique durable »
et critique la stratégie des socialistes.
DanielCohn-pour un meeting prévu de longue date àRODOLPHEGEISLER
BenditMontpellier, l’eurodéputé local JoséENVOYÉSPÉCIALÀMONTPELLIER
(àgauche)Bové a profité hier de ce sondage pour
etJoséBovéRÉGIONALES Il est des enquêtes qui, dénoncer devant près de 500 personnes
àlafincomme l’observe Daniel Cohn-Bendit, enthousiastes «la stratégie de la Rue de
dumeetingdonnent chaud au cœur,«mêmesielles Solferino», accusée «de péché d’or-
desoutien
ne représentent pas un vote et ne sont gueil». Avant de monter sur scène, Da- àJean-Louis
qu’unephotopriseàunmomentdonné». niel Cohn-Bendit ne dit pas autre chose. Roumégas
Alors qu’un sondage OpinionWay Fidu- Et confie avoir prévenu la direction du (àdroite),
cial-Le Figaro-LCI (nos éditions d’hier) PS il y a quinze jours : «J’avais dit à têtedeliste
crédite les listes d’Europe Écologie-Les François Lamy (bras droit de Martine en
Verts-Cap 21 de 12 % des intentions de Aubry, NDLR), l’un de nous deux dévis- Languedoc-
vote en Languedoc-Roussillon, en troi- sera.Ceseratoiounous.» Roussillon,
hiersoiràsième position derrière le sulfureux pré- « Dany », qui possède une maison
Montpellier.sident DVG sortant Georges Frêche dans la région, esquisse un sourire.
G.JULIEN/AFPAprès l’échec des négociations avec le
PS - les Verts exigeaient la première pla-«Lefrêchisme
ce éligible en Languedoc-Roussillon-, il rive devant le PS dans certaines régions, La preuve, estime l’ancien candidat à laestunevariante EN BREFpense, comme beaucoup d’écolos lo- ceseratrèsbien.Maisnotrevraiobjectif, présidentielle de 2002,«qu’EuropeÉco-dusarkozysmefondée
caux, tenir là l’occasion de remettre à sa c’estdestabiliserEuropeÉcologiedansle logieestdevenuunemenacepourlePS».surleclientélisme»
place la direction du PS. Pour qui, ce paysage comme étant la troisième force À travers « l’affaire Languedoc-Rous- Hollandedit«chiche»NOËLMAMÈRE,
n’est un secret pour personne, il n’a pas politiquedurabledeFrance», dit-il. sillon », Noël Mamère croit voir «pour àCohn-BenditDÉPUTÉDEGIRONDE
une grande estime. «Je ne comprends la gauche, un mauvais signe pour l’ave- pourunaccorden2012
«Complexed’hégémonie»(31 %) et l’UMP Raymond Couderc pas pourquoi Solferino a empêché les so- nir» : «On s’aperçoit que le PS a beau- L’anciennumérounsocialiste,
(22 %), les écolos ne sont pas loin de cialistes locaux de décider», feint-il de Le député de Gironde, Noël Mamère, est coupdedifficultésàsedébarrasserdeson candidatdéclarépour2012,ajugé
penser tenir leur revanche sur «le jus- s’étonner. en forme. Voire un peu vindicatif : complexed’hégémonie!Ornousconsidé- hier«intéressante»
qu’au-boutisme de la rue de Solferino». Pour autant, le leader d’Europe Écolo- «Montpelliern’estpasuneaffairelocale, rer comme une force d’appoint devient lapropositiondeDanielCohn-
Hélène Mandroux, la candidate de la gie veut raison garder. Et se refuse à tout elle a une portée nationale. Le frêchisme une erreur anachronique…» Jean-Louis Bendit(EuropeÉcologie)
première secrétaire du PS Martine triomphalisme trop ostentatoire. «Je estunevariantedusarkozysmefondéesur Roumégas, lui, voit son combat comme d’unecandidaturecommune
Aubry, n’étant créditée que de 6 %. suisunutopistelucideetréaliste, assure- le clientélisme. Quant au PS, en se dra- «un laboratoire» pour de futures ba- àlaprésidentielleassortie
Venu soutenir Jean-Louis Roumégas, t-il.Notreobjectif,auniveaunational,est pantdanssavertuoutragée,ils’estlivréà tailles. «La rénovation politique com- d’unaccordauxlégislatives.
chef de file des écolos languedociens, defaireunscoreàdeuxchiffres.Sionar- une opération de grande manipulation.» menceici.» DansunentretienàParisMatch,
FrançoisHollandedit«chiche»
àDanielCohn-Bendit,qui
réclameunminimumde50
circonscriptionsauxlégislatives.LeMaireinvitelamajoritéàserassembleretàprendre
Régionales:UMPetPS
aucoude-à-coude«untoutpetitpeudehauteur»pourpréparer2012 aupremiertour
LeslistesUMP-NCetPSseraientLoyal à Sarkozy, le ministre de l’Agriculture garde son amitié àVillepin.
aucoude-à-coude,avec29,5%
majorité en 2012», «les conditions de la l’on prenne un tout petit peu de hauteur et et29%desintentionsdevote
ANNEROVAN
poursuitedutravailquiaétéengagéderé- quel’onregardedansquellesituationnous silepremiertourdesrégionales
GOUVERNEMENT Le porcelet qu’a pris formedelasociétéfrançaise ». sommes.Noussommesensortiedecrise.Il avaitlieudimanche,selonun
lundi dans ses bras l’ex-premier ministre vayavoirdesnationsgagnantesetdesna- sondageIfoppourParisMatch.
ÉventuelleréconciliationDominique de Villepin, en s’exclamant tions perdantes. Je souhaite que la France L’ensembledeslistesdegauche
«ça me rappelle quelqu’un», n’évoque Et, selon Le Maire, Villepin a toute sa place soit gagnante. Pour cela, il faut aller plus recueillerait50,5%contre
rien au ministre de l’Agriculture, Bruno dans ce rassemblement et cette diversité. loin dans les réformes. Pour cela, il faut la 39,5%pourcellesdedroiteet
Le Maire. Rien, si ce n’est la crise agricole. «UndesobjectifsdeDominiquedeVillepin victoireen2012. » d’extrêmedroite.
«Cecochon, commente-t-il,merappelle estdeparticiperaudébatauseindelama- Le Maire veut être l’homme pont entre
Rejetdurecourscontresurtout qu’il y a une filière porcine qui est jorité,d’apportersasensibilité,quiestpré- Sarkozy et Villepin. Sera-t-il aussi l’hom-
lacandidatevoiléeduNPAen profonde difficulté et qui a besoin du cieuse », affirme-t-il en évoquant «l’an- me d’une éventuelle réconciliation ? À
soutiendugouvernement. » cien premier ministre»ou«l’homme du voir. En attendant, il reste fidèle à l’ancien Lerecoursd’uneassociation
Invité hier du « Talk Orange-Le Fi- discours aux Nations unies sur l’Irak ». premier ministre car il n’est«pasunhom- féministecontrelalisteduNPA
garo », l’ancien directeur de cabinet de D’ailleurs, les deux hommes auraient évo- meàreniersesamitiés» et que son«amitié enPacasurlaquellefigure
Dominique de Villepin se serait volontiers qué le sujet au cours du déjeuner qu’ils ont pourluiestquelquechosequinesenégocie unecandidatevoiléeaétérejeté,
passé de cette pique contre Nicolas partagé début février, après la relaxe de pas». Mais il n’oublie pas ses devoirs de hier,parletribunaladministratif
Sarkozy et ne veut pas nourrir la polémi- l’ancien premier ministre dans l’affaire ministre. «Quand on est membre du gou- deMarseille.L’associationArab
que. Car, à ses yeux, le «rassemblement Clearstream.«Jeluiaiditetjepensequ’il vernement,ondoitaupremierministreetau Women’sSolidarityestimaitBRUNOLEMAIRE,
de la famille politique»et«la diversité » partagemonanalyse», assure Le Maire. À présidentdelaRépubliquesaloyautéetson quecettecandidatureportaithier,danslestudio
des «analyses»etdes «sensibilités » ses yeux, il en va de l’avenir de la France à engagement», poursuit-il. Pour lui, tout «atteinteauxprincipesduFigaro.S.SORIANO/LEFIGARO
sont «les conditions de la victoire de la moyen terme. «Il est très important que cela«n’estpasdifficileàvivre». delaRépublique».Lepréfetdoit
validerdéfinitivementlaliste
duNPAavantvendredimidi.
Auvergne:lajusticeoblige
lePSàprésenterNouveaubrasdeferentrel’UMPparisienneetDelanoë
unenouvelleliste
eDans le XVI , une association s’oppose, au nom de l’environnement, à un projet du maire. Letribunaladministratifde
Clermont-Ferrandaconfirmé,
Côté riverains, on se défend de vouloir aille». Debré a pour sa part qualifié le hier,l’inégibilitédedeux
PIADEQUATREBARBES
freiner le logement social. Mais«leloge- projet d’«immondiceinhabitable».Iles- candidatsPSsurlalisteduPuy-
PARIS Après les remous suscités par le mentsocialjustifie-t-ildeneplusrespec- père«fatiguerl’adversaire» en«lepla- de-Dôme.Leprésidentsortant
projet de construction du nouveau stade terleslois?Ordesarbresontétéabattus çant devant la justice». «Si on met un (PS),RenéSouchon,quidispose
eJean-Bouin dans le XVI arrondissement illégalementparlamairie», fait valoir le procèsaupénaldanslesdentsdumairede d’undélaide48heurespour
de Paris, un nouveau dossier mobilise les responsable de l’association, Éric Le- Paris, a-t-il ajouté,ilseposeralaquestion déposerunenouvelle
habitants et accentue le bras de fer entre le franc, par ailleurs photographe natura- de savoir si le jeu en vaut la chandelle.» liste,adénoncé
edéputé maire UMP du XVI , Claude Goas- liste. Outre la disparition d’un espace Prochaine étape, dans les six mois : l’exa- «unprocèspolitique».
guen, et Bertrand Delanoë, maire PS de la vert, les habitants s’insurgent, selon lui, men sur le fond du permis de construire
capitale. Cette fois-ci, c’est la construc- contre la construction même des quatre par le tribunal administratif.
tion de 135 logements sociaux dans le tours d’habitat social jugées «indignes
quartier Dauphine qui pose problème. du futur résident». Des arguments que
L’étincelle à l’origine d’une levée de ne veut pas entendre Jean-Yves Mano :
boucliers des riverains ? L’abattage cet «Lesriverainsn’ontqu’àtraverserlepont
automne de 73 arbres avenue du Maré- pour aller au bois de Boulogne.» Quant
chal-Fayolle, près du bois de Boulogne. aux tours «indignes», Mano souligne
Là où l’office public Paris Habitat prévoit que «le projet a été fait en concertation
de construire quatre immeubles HLM. avec l’architecte des bâtiments de Fran-
Depuis, 500 habitants du quartier, réunis ce».
dans l’association Quartier Dauphine En-
«Fatiguerl’adversaire»vironnement, sont partis en croisade distribue
contre la Mairie de Paris. Ils ont obtenu Les habitants ont trouvé des porte-voix
une première victoire. Le 9 février, le tri- très impliqués : le député maire UMP
bunal administratif leur a donné raison Claude Goasguen et le député UMP du 20MARQUES
een suspendant l’exécution du permis de XVI , Bernard Debré. Lors d’une réunion
construire. LamairiedeParisprojettedeconstruire publique, lundi soir, Goasguen a indiqué
quatreimmeublesHLMsurunterrainÀ l’Hôtel de Ville, Jean-Yves Mano, ne pas être opposé aux logements sociaux
situéenfacedel’ambassadedeRussie. DR AUTOMOBILESadjoint (PS) au maire de Paris, chargé du mais il les veut«ailleursquedansdeses-
logement, n’est pas impressionné par pacesverts». En tout cas,«pasàproxi-
«cetacharnementjuridique».«C’estha- de faire machine arrière. «Notre déter- mitéimmédiatedel’ambassadedeRussie, etoccasionstoutesmarques
bituel quand il s’agit de projets de loge- mination est totale à faire aboutir ce pro- avecquicelavaposerdesproblèmesdesé-
mentssociaux.Ici,lesriverainsn’enveu- jet», prévient l’adjoint de Delanoë, rap- curité évidents». Devant des riverains
lent pas même s’ils tentent de le masquer pelant que 3 800 personnes attendent un renforcés par la décision de justice, il a dit rendez-voussur:www.neubauer.fr
avecdesmotifsfallacieux.» Pas question logement social dans cet arrondissement. vouloir agir«jusqu’àcequeDelanoës’en
Cjeudi18février2010 LEFIGARO
6 international
EnHaïti,Sarkozy
offrel’aide
delaFrance
À l’occasion de sa visite historique
à Port-au-Prince, le chef de l’État a appelé
les Haïtiens à prendre leur destin en main.
tielle dépassait la simple démarche hu-
CHARLESJAIGU
manitaire, même si Nicolas Sarkozy
ENVOYÉSPÉCIALÀPORT-AU-PRINCE
n’était pas venu faire acte de repentance,
CARAÏBES L’Airbus présidentiel a atterri plus de deux cents ans après que la France
sur la piste de l’aéroport Toussaint-Lou- eut quitté cette ancienne colonie.
verture, près des baraquements abritant
AvecPrévaldansunecasemateune partie des 12 000 militaires améri-
cains encore installés dans l’île. Nicolas René lui-même confiait en aparté
Sarkozy a descendu la passerelle pour re- avant l’arrivée du chef de l’État :«L’his-
joindre son homologue haïtien, René toire, c’est l’histoire. La colonisation était
NicolasSarkozyasurvoléenhélicoptèreleszonessinistréesdePort-au-Prince,hier,encompagnieduprésidenthaïtien,Préval. À la différence des cinq déléga- un phénomène mondial. Depuis l’indépen-
RenéPréval. FRANÇOISMORI/APtions étrangères venues depuis le 12 jan- dance, nous avons psychologiquement et
vier, dont Hillary Clinton et le premier politiquementsurmontécettepériodediffi-
ministre canadien, Stephen Harper, il a ciledenotrehistoire.» Pourtant, les diplo- histoirepartagéeestdouloureuse.LaFran- tune devant les murs condamnés de l’am- «toute tutelle internationale». Mais il a
été reçu avec La Marseillaise et les hon- mates français reconnaissent volontiers ce,ici,n’apaslaisséquedebonssouvenirs. bassade. Il a parcouru quelques-unes des néanmoins rappelé que la France encou-
neurs militaires. Car cette visite éclair est que la France a fait payer cher l’indépen- Jedoislevoirenface », a reconnu Nicolas tentes de la Croix-Rouge qui couvrent les rageait Haïti à un véritable effort de dé-
la première d’un président français de- dance, notamment en imposant le paie- Sarkozy. Mais le président français était huit hectares de l’esplanade du Champ de centralisation. En quittant l’aéroport, le
puis l’indépendance d’Haïti, en 1804. La ment d’une «dette exorbitante», réglée avant tout en Haïti pour dévoiler la Mars, où sont massés plus de 20000 Haï- chef de l’État a pu voir cette inscription
portée symbolique de la visite présiden- par les Haïtiens entre 1827 en 1885.«Cette contribution française au plan d’aide tiens délogés. Avant de rejoindre le écrite un peu partout dans l’île : « Haïti
à la reconstruction de ce pays palais du président. Et c’est de- tend ses bras et crie pitié ».«Laréalitéest
dévasté, à la veille de la saison vant cette immense bâtisse pireencorequecequej’imaginais», a-t-il
des pluies(lireci-dessous). Il coloniale affaissée sur elle- confié avant de quitter l’île, quatre heures326millionsd’eurospourl’îledévastée a aussi voulu faire un sort même que Nicolas Sarkozy exactement après son atterrissage.
aux rumeurs de désaccords 1 s’est entretenu avec René
avec les partenaires les plus Préval, dans une petite ca-LA FRANCE débloquera 100 millions lions, ainsi que les 20 millions d’euros C’estlapremièrevisite
impliqués dans la recons- semate protégée par desd’euros supplémentaires en 2010 et d’aidefrançaiseordinaireannuelleàHaïti. d’unprésidentfrançais EN BREFtruction. «Nous travaillons voiles bleus. «Aujourd’hui,2011 pour l’effort de reconstruction Ainsi, « l’effort budgétaire de la France depuisl’indépendance
d’Haïti, a annoncé hier Nicolas Sarkozy. pour Haïti s’élèverait en 2010 et 2011 à main dans la main avec les d’Haïti en1804 nous clôturons un mois de
Le président français a rappelé que la prèsde230millionsd’euros»,ajouteun États-Unis», a-t-il martelé. deuil», a expliqué René Pré- Ukraine:lerésultat
France avait déjà débloqué 24 millions document distribué par l’Élysée, sans Plutôt qu’un cortège présiden- val. Outre la contribution finan- delaprésidentiellesuspendu
d’euros pour répondre à l’urgence hu- préciser la répartition des chiffres. Au tiel, jugé impossible, René Préval a em- cière, Nicolas Sarkozy a voulu délivrer LaCouradministrativesuprême
manitaire, et que la part française de total, l’enveloppe globale de l’aide se mené son homologue français faire un aux Haïtiens un appel à refonder leur pac- ukrainienneasuspenduhier
l’aide européenne s’élèverait à environ monteà326millionsd’euros.LaFrance tour des zones sinistrées en hélicoptère. Il te social : «C’est d’abord aux Haïtiens de lerésultatdelaprésidentielle
65millionsd’euros. mettraàdispositiond’Haïtidesmoyens
a ensuite visité l’hôpital de campagne de définirunvéritableprojetnationaletensui- enattendantdeseprononcer
Àcelaviennents’ajouterl’annulationde d’hébergementetdesabristemporaires
la sécurité civile française. te de le conduire», a-t-il dit à plusieurs surlerecoursdéposépar
ladetted’HaïtienverslaFrance,fortede pour plus de 200000 personnes, soit
Nicolas Sarkozy a ensuite rejoint l’am- reprises. Entre les cris des paons qui cir- lacandidatemalheureuse,56millionsd’euros,lacessiondematé- 1000tenteset16000bâches.
bassade de France, pour une première al- culaient en liberté dans le parc présiden- IouliaTimochenko,quiviserielsdiverspourunmontantde40mil- (AFP)
locution, sous les yeux de Haïtiens qui tiel et le vacarme des hélicoptères améri- àinvaliderlavictoiredesonrival
squattent dans des baraquements de for- cains, il a assuré que la France excluait ViktorIanoukovitch.
Égypte:troistonnesdeTNT
saisiesprèsdeGaza
LapoliceégyptienneasaisiObamaconsultesoncabinetdeguerresurl’Afghanistan 3,5tonnesd’explosifsprèsdela
frontièreaveclabandedeGaza,
destinéesàlacontrebandeL’opération massive engagée dans le Helmand semble sur le point de réussir,
versleterritoirepalestinien.
mais des questions demeurent sur la gestion de la province par les autorités de Kaboul. Denombreuxtunnels
decontrebandetraversent
sous l’autorité du gouvernement afghan lafrontièreentrel’ÉgypteADÈLESMITH
NEWYORK que sous la férule des talibans. Certains etl’enclavepalestinienne.
observateurs américains s’interrogent
L’IrannesuspendrapasASIE CENTRALE La première offensive sur le choix du nouveau gouverneur,
l’enrichissementmajeure des forces de l’Otan depuis le venu de l’extérieur de la province et ne
enéchanged’isotopesrenversement des talibans en 2001 est parlant pas le pachtoun. Celui-ci vient
en passe de réussir, mais il est encore de passer quinze ans en Allemagne. Le L’Irannesuspendrapassa
trop tôt pour affirmer que la nouvelle général McChrystal admet que sa stra- productiond’uraniumenrichi
stratégie américaine de contre-insur- tégie à long terme reposant sur la capa- à20%enéchanged’isotopes,
rection fonctionne en Afghanistan. cité du gouvernement afghan et des commeproposépartrois
Au cinquième jour de l’opération grandespuissancesdansune
« Mushtarak » (« ensemble ») dans la lettreàl’AgenceinternationaleLebilanofficieldeville de Marjah, bastion de la rébellion del’énergieatomique,adéclaré
armée dans la province du Helmand, l’opérationestdesixsoldats hierleporte-paroledesAffaires
Barack Obama a réuni son cabinet de étrangèresiraniennes.tuésdanslesrangsde
guerre, hier, dans lasituationroom de la
el’Otan,treizeducôtétaliban Irak:4 meurtred’unMaison-Blanche. L’architecte de cette
chrétienenquatrejoursnouvelle stratégie, le général Stanley etdouzevictimesciviles
McChrystal, est intervenu en visiocon- Lecorpsd’unchrétienaété
férence depuis l’Afghanistan. Vingt- forces de police de garder le contrôle de découverthierdansunquartier
quatre personnes, dont le vice-prési- BarackObamaaucôtéduvice-président,JoeBiden,hieràWashington. MONSIVAIS/AP la région, une fois les forces américaines deMossoul,danslenord
dent Joe Biden, la secrétaire d’État parties, est risquée. Mais c’est la seule del’Irak,portantàquatreles
Hillary Clinton, le à la Défen- peau afghan dans un marché déserté de mée afghane, pour ralentir la progres- viable et capable de permettre, à terme, meurtresdemembresdecette
se Robert Gates et le directeur de la CIA Marjah. Les forces afghanes participent sion des forces de l’Otan. le départ des forces occidentales. communautédepuisdimanche.
Léon Panetta, ont participé à la réunion. pour la première fois en grand nombre La capture du numéro deux des tali-
Grande-Bretagne:LerôleduPakistanLe Pentagone et le commandement aux côtés des forces de l’Otan à la repri- bans afghans, Mollah Abdul Ghani Ba-
unancienprésentateurbritanniques estimaient hier que la fin se de la ville. Après l’éradication des Prochaine étape de l’opération, selon le radar, par les services secrets pakista-
arrêtépoureuthanasiede l’opération n’était plus qu’une ques- dernières poches de résistance taliba- scénario envisagé par le général Mc- nais à Karachi est considérée comme un
tion de jours. Le bilan officiel était de six nes, apparemment tenaces face aux Chrystal : l’installation d’un gouverne- «pas important» par l’envoyé des Unancien
soldats tués dans les rangs de l’Otan, 15 000 hommes mobilisés par les alliés, ment local déjà prêt à « servir » et d’un États-Unis en Afghanistan et au Pakis- britanniquedetélévision
treize du côté taliban et douze victimes il faudra encore finir de nettoyer les contingent de 2000 policiers afghans tan, Richard Holbrooke. Mais certains etderadio,quiareconnuavoir
civiles. Pour symboliser la dimension nombreux engins explosifs laissés par sécurisant à long terme la ville. Ce scé- observateurs continuent à mettre en misfinauxjoursd’unamant
« nationale » de cette opération, cru- les rebelles après leur fuite. Les talibans nario doit se répéter dans le reste du garde Washington sur le rôle du Pakis- enphaseterminale
ciale pour la suite, le gouverneur de la ont combiné cette tactique à l’utilisa- pays. L’objectif est de convaincre les tan dans le processus de réconciliation dusida,aétéarrêtéhier,
province du Helmand a hissé un dra- tion de boucliers humains, selon l’ar- habitants locaux qu’il vaut mieux vivre afghan. soupçonnédemeurtre.
Conditionsdecirculationdifciles
Infosactualiséesheureparheureautéléphone:
3201
*1,35€l’appel,puis0,34€/mn
CLEFIGARO jeudi18février2010
Tibet:lesraisons
delacolèrechinoise 7international
L’ÉDITORIALD’YVESTHRÉARDPAGE17
Ledalaï-lama,otagedujeusino-américain
BarackObamareçoit,aujourd’hui,
lechefspirituelenexildesTibétainssurfond
derivalitéentreWashingtonetPékin.
Les«
Occidentauxproblème de perception au niveau
ARNAUDDELAGRANGE
mondial.Lapressechinoiseafaitgrand sontincapablesCORRESPONDANTÀPÉKIN
cas d’un article du Financial Times af-
d’avoirune
DIPLOMATIECe n’est pas le Bureau firmantqu’endeuxsemaines,fin2009,
relationnormaleovale, et sa lourde charge symbolique, Pékinavaitruinéunedécenniedecré-
mais tout de même à la Maison-Blan- ditinternational:parsonattitudebru- aveclaChine.
che, dans la salle des Cartes, que Ba- tale à Copenhague, l’énorme peine de Onestsoit
rack Obama reçoit aujourd’hui le da- onzeannéesdeprisoninfligéeaudissi-
laï-lama. En octobre dernier, le dentLiuXiaoboetl’exécutiond’unci- danslaleçon
président américain avait esquivé la toyen britannique. Puis est venue l’af- condescendante
rencontre, pour ne pas polluer sa pre- faire Google, qui a mis en lumière les etvaine,soit
mière visite en Chine le mois suivant. menées anachroniques de la censure
dansle“cirageLa réception du chef spirituel tibétain chinoise, ainsi que l’environnement
est une passe d’armes annoncée de des affaires particulier imposé aux en- depompe”,
plus, dans un contexte de dégradation treprisesétrangèresenChine.
et,leplusdes relations sino-américaines. Avec
Désinvolture et brutalité souvent,danscomme déclencheur toujours les fa-
des négociateurs chinoismeux trois«T»:«Taiwan, Tibet and cedeuxième
Trade», le dernier aspect commercial Jusqu’ici, la montée en puissance de la cas,cela
étantsansnuldouteleplussérieux.Au Chine était enrobée par les doucereux
suscitepeupoint que certains prédisent une nou- concepts d’«émergence pacifique» et
velle guerre froide, «version 2.0», se de soft power à la chinoise. Et voilà derespectvu
jouant à coups de virus informatiques, qu’en quelques semaines le ciel s’est dePékin
de sanctions commerciales et de plus assombri. Le contraste avec 2008 et la »
classiques «stratégies indirectes», période préolympique est frappant. Il
commesurledossieriranien. faut dire qu’entre-temps, la Chine
Bien sûr, on peut estimer que tout «émergente»aémergé,lacrisemon-
cela n’est qu’un grand théâtre d’om- diale jouant les accélérateurs de l’his-
toire. La troisième économie mondiale
va bientôt devenir la deuxième. Et un«Pékinnesecontente récent rapport de PriceWaterhouse-
plusd’unavertissementde Coopers estime que la Chine pourrait
ravir la première place aux États-Unis“nuages”surlesrelations Ledalaï-lama,
dès 2020. Dans son récent discours sur enoctobre2009diplomatiques,mais l’état de l’Union, Barack Obama a àl’American
menaced’obstruction averti que la Chine «ne jouait pas pour University
ladeuxièmeplace». deWashington.surledossieriranien»
Plusquelesfaits,c’estlechangement Àl’époque,Barack
de manière et de ton des Chinois qui Obamaavait
bres, avec une confrontation scénari- frappe les diplomates. «Avant, pour choisidenepas
rencontrersée sur fond d’intérêts communs bien une tension autour du Tibet ou de
leleadertibétaincompris. C’est ce que pense Pang Taïwan, Pékin condamnait, et les inter-
pournepaspolluerZhongying, professeur de relations nautes chinois appelaient “spontané-
sapremièrevisite
internationales à l’Université du peu- ment”auboycottd’entreprisesétrangè-
enChine.
ple. Avec son échéance électorale des res. Aujourd’hui, c’est le pouvoir
J.ERNST/REUTERS
midterms,BarackObamanepeutres- lui-mêmequimenacedesanctions
tersourdauxexhortationsdeseslob- les firmes américaines, estime
bysindustriels.EtleprésidentHuJin- l’un d’eux, comme il ne se
tao n’est pas fâché de donner des contente plus d’un aver-
gagesauxclansdupouvoiretauxmil- tissement de “nuages” 2020
lions d’internautes qui ne compren- sur les relations diplo-
nentpaspourquoiPékincontinueàfi- matiques, mais menace L’année questionsà...
nancer la dette américaine. D’autant d’obstruction sur le ble» le prochain do- cela suscite peu de respect vu de Pékin,oùlaChinepourraitravir
que l’exaltation nationaliste est, après dossieriranien.» cument stratégique de estime la même source. Les deux er-3auxÉtats-Unislaplace Elizabeth Economy
la croissance, la deuxième source de À Copenhague, Ba- depremièrepuissance l’UE sur la Chine. Et se reursaujourd’huiseraientunmanquede
DIRECTRICEDUPROGRAMMEASIE
légitimation du régime. La réalité rackObamaetsonéqui- économique sont entendu dire que si fermeté des Occidentaux, interprété à AUCOUNCILONFOREIGNRELATIONS
n’estd’ailleurspassiexplosive.Enré- pe - déjà échaudés par le dumonde. les Européens ne se déci- coup sûr comme un signe de déclin et de
LestensionsentrelesÉtats-Unistorsion aux ventes d’armes à Taïwan, verrouillage du voyage à daient pas à lever leur em- faiblesse, ou au contraire la voie d’une
etlaChinemarquent-elleslaChinearompulesrelationsmilitai- Pékin en novembre - ont été bargosurlesarmes,ilsseprive- stérile confrontation.» La meilleure
untournant?res. Mais a autorisé l’escale du porte- choqués par la désinvolture et la bru- raient «dans le futur d’acheter des stratégie consisterait à avoir une posi-
En dehors de l’affaire Google, aucun desavions américain Nimitz, arrivé hier à talité des négociateurs chinois. Sans armeschinoises»… tioncommune,poussantlaChineàas-
points de friction actuels n’est nouveau.Hongkong. parlerdesEuropéens,quisontrestésà «LeproblèmeestquelesOccidentaux sumer toutes ses obligations interna-
Ni les ventes d’armes à Taïwan, ni le Ti-Iln’empêche,mêmesiellessontscé- la porte. Dans une récente note, An- sontdepuislongtempsincapablesd’avoir tionales.Àsortirdecedoublejeuquila
bet. Ces tensions sont toujours sous-narisées,cestensionsontleureffetmé- drew Small, du German Marshall une relation normale avec la Chine. On sertbien,unjouravecdesexigencesde
jacentes dans la relation sino-américai-canique,quipousseàdesréajustements Fund, rapporte que des diplomates est soit dans la leçon condescendante et puissance, le lendemain avec des de-
ne. Aujourd’hui, l’on voit qu’elles seet influe sur les opinions publiques. À européenssesontvuproposerenpri- vaine,soitdansle“ciragedepompe”,et, mandesd’exemptiond’unpaysenvoie
mettent à bouillonner en même temps,Pékin, on se rend bien compte d’un vé par les Chinois d’écrire «ensem- le plus souvent dans ce deuxième cas, développement.
donnant l’impression d’une très mau-
vaise passe.
Àl’inversedesesprédécesseurs,
leprésidentObamaacherché
àpositiverlarelationavecPékin:Lacroissancechinoisetirel’ensembleducommercemondial
a-t-ilsurestimésespossibilités?
La Maison-Blanche a voulu tenter quel-technologie, rien qu’en janvier dernier, Mais,silaChineattire,ellefaitégale- parPékinlesécartentsystématiquementARNAUDRODIER que chose, tendre la main un peu plussesachatsàl’étranger(95,3milliardsde mentpeur.Bienqu’ellesoitmembrede des appels d’offres. Et le président Hu
que dans le passé pour voir si les ChinoisLA POLÉMIQUE autour de la monnaie dollars)ontbondide85,5%parrapport l’Organisation mondiale du commerce Jintaomenacemaintenantdes’enpren-
allaient la saisir. Mais ils ont montré qu’ilschinoiserésumeàelleseuletoutel’am- aumêmemoisde2009. (OMC) depuis 2001, elle prend de telles dreàBoeingetàtouslesintérêtsaméri-
n’étaient pas intéressés. Ils n’ont rienbiguïtédesrelationséconomiquesentre libertés avec ses règles que les plaintes cains parce que les États-Unis viennent
Énormes réserves de changes changé. C’est apparu clairement à Co-Pékinetlerestedumonde.Leyuan,no- s’accumulentàGenève.Vis,boulonsen de décider de vendre pour 6,4 milliards
penhague. Du coup, les Américains onttoirement sous-évalué, est la cible de Àl’AsianFinancialForumquisetenaitil acier,chaussures,BruxellesetWashing- dedollarsd’armesàTaïwan.
réalisé qu’il n’y avait rien à gagner etl’EuropeetdesÉtats-Unisquiaccusent y a moins d’un mois à Hongkong, les ton multiplient les procédures. Même Loin de s’apaiser avec la reprise, le
nous avons changé de pédale.les Chinois d’«exacerber la faiblesse de économistes du monde entier s’accor- chose en matière de propriété intellec- brasdeferéconomiqueentrelaChineet
Commentcomprendrelarelationl’économiemondiale»etde«favoriserle daient pour prédire que, dans les deux tuelle. Barack Obama promet d’être le monde risque de durer. Le Japon
delaChineàl’Amérique?protectionnisme pour arrêter l’invasion ans à venir, les grands flux commer- «bien plus ferme» avec les Chinois, s’enlisedansunecroissancezéroquilui
La réalité, c’est qu’il y a très peu dede produits à des prix artificiellement ciauxallaientsedéplacerd’ouestenest, mais ces derniers lui rendent à chaque sapelemoral.LaCoréeduSudpèsepeu
points communs entre la vision dubas». Mais la Chine ne bouge pas. Elle attirésparleformidableaimantchinois, foislamonnaiedesapièce. sur la scène internationale. L’Asean
monde de la Chine et celle des États-juge ces critiques sans fondement et lie dontlesautrespaysd’Asien’allaientpas Lesétrangersseplaignentainsiqueles (Association des nations de l’Asie du
Unis. Derrière les formules généralesuneéventuelleappréciationdesamon- manquerdeprofiterenpremier. dernières mesures économiques prises Sud-Est), qui compte notamment Sin-
sur le libre-échange et la sécurité glo-naie au retrait des plans de soutien des gapour,laMalaisie,laThaïlandeetl’In-
bale, les priorités ne sont pas du tout leséconomiesdespaysoccidentaux. donésie, peine à exister autrement queUn poids économique qui ne cesse de se renforcer
mêmes. S’il faut choisir entre maintenirEnréalité,elleestaujourd’huilevrai sur le papier. Pékin, du coup, se sent
ÉVOLUTION DU PIB, ÉCHANGES COMMERCIAUX la souveraineté chinoise sur ses pro-Unionmoteurdelareprisedanslemonde,et tout puissant en Asie. Et ce n’est pas
en milliards de dollars DE LA CHINE AVEC LES ÉTATS-UNIS, vinces, sécuriser l’accès aux ressour-ellelesait.Elleestdevenuel’andernier européenne sansarrière-penséequ’iltesteune
en milliards de dollars, en 2009 ces énergétiques et empêcher l’Iranle premier exportateur, devant l’Alle- pseudo-convertibilitéduyuanà16 190 d’accéder à l’arme nucléaire, l’énergiemagne, avec 1201,7 milliards de dol- Hongkong et à Macao. Il veut
15 000 viendra en premier, lalarsdeventesàl’étranger.Ellenetar- voir si, un jour, sa monnaieÉtats- 296 souveraineté ensuitedera pas à ravir au Japon sa place de pourrait s’imposer commeUnis et le nucléaire ira-deuxième puissance économique der- monnaie régionale, à l’égal du
nien en dernier.14 266rière les États-Unis. Avec une crois- dollaroudel’euro.10 000 70 PROPOS
sancede8,7%en2009,ellearéussiun Difficile pour les Occidentaux
RECUEILLISÀ
tour de force auquel aucun autre pays d’ignorer son poids. D’autant que laExportations WASHINGTONImportationsnepeutprétendre. Chine,sionlachatouilletrop,dispo-
chinoises vers PARLAUREChine chinoisesForte de ses 1,3 milliard d’habitants, sed’unargumentdécisif:sesénor- 5000
MANDEVILLEles États-Unis4 757 des États-Uniselle consomme aussi. C’est même l’un mes réserves de changes
despiliersdesonprogrammederelance (2400 milliards de dollars), dont
Russiede585milliardsdedollarslancéfin2008. unegrandepartieinvestieenbonsdu
1 254Et elle importe massivement. Énergie, Trésor américains, financent le déficit0
matières premières, produits de haute budgétairedesÉtats-Unis.1999 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09* *estimations Source : FMI
Ajeudi18février2010 LEFIGARO
8 international
Une«TeaParty»
pourledialogue
indo-pakistanais
Sous la pression des États-Unis, New Dehli
et Islamabad vont poursuivre leurs difficiles
discussions malgré l’attentat de Pune.
une reprise du dialogue « composite », Dessoldats
MARIE-FRANCECALLE
indiensdans lequel serait noyée la question duCORRESPONDANTEÀNEWDELHI
etpakistanaisterrorisme. Et comme Islamabad a un
participentASIE DU SUD Le dialogue indo-pakis- certain nombre d’atouts en main, y
àlacérémonietanais, gelé depuis plus de quatorze compris le soutien des États-Unis, qui
quotidiennemois, reprendra quoi qu’il arrive. Mais ont besoin du Pakistan dans le conflit
delever
il risque de rester, pour longtemps en- afghan, la fameuse reprise du dialogue
descouleurs
core, une coquille vide. L’attentat de indo-pakistanais a de bonnes chances
auposte
samedi à Pune (ouest de l’Inde), qui a frontalier
tué dix personnes, a changé la donne. deWagha.L’attentatdesamedienLes Indiens n’ont certes pas annulé la MUNISH
rencontre entre les secrétaires aux Af- Indeaétérevendiquéhier SHARMA/REUTER
faires étrangères des deux pays, qui parungroupetotalement
doit avoir lieu à New Delhi dans une The Hindu, à Islamabad, a reçu dans la Si, toutefois, le groupuscule existait, de la mouvance de Ben Laden. Quant à
inconnubaséauPakistansemaine. L’Inde est même désormais soirée de mardi l’appel d’un certain Abu ce ne serait guère réjouissant. Cela l’Inde, elle n’a guère le choix. La
en position de dicter son agenda. Il ne Jindal. L’homme, qui s’est présenté pourrait signifier que les militants isla- conférence de Londres sur l’Afghanis-
comporte qu’un seul point : la lutte de se solder par un jeu à somme nulle. comme le porte-parole du Lashkar-e- mistes qui redoutent une mise au pas tan, fin janvier, a ramené Delhi à la
conte le terrorisme. «Les Pakistanais Tout au plus par «une tasse de thé», Taiba al-Almi (international), a expliqué par l’ISI, sous influence américaine, dure réalité de son isolement. Les res-
peuvent s’attendre à ce que l’essentiel comme le souligne Sherry Rehman, que l’attaque de Pune avait été perpé- sont prêts à faire allégeance à al-Qai- ponsables de Delhi ont compris, à cette
des discussions porte sur le terrorisme, l’ancienne ministre pakistanaise de trée «àcausedurefusdel’Indedeparler da, dont ils sont déjà très proches. Les occasion, qu’une confrontation indo-
et qu’il ne reste guère de place pour dé- l’Information, qui se réjouit tout de delaquestionduCachemirelorsdelare- États-Unis ont clairement indiqué pakistanaise était la dernière chose
battreduCachemireoudeladistribution même à l’avance de cette « Tea Party » prise du dialogue». Il a affirmé appeler qu’ils souhaitaient séparer les talibans que souhaitait Washington.
de l’eau de l’Indus (qui prend sa source susceptible de faire sortir l’Inde et le de Miramshah, la « capitale » de la zone
au Tibet et irrigue ensuite les deux Pakistan de leur « guerre froide ». tribale du Waziristan du Nord, où les ta-
pays, NDLR)commeilslesouhaitent.Le libans afghans et pakistanais ainsi que
Revendicationtombéeduciel WashingtonetIslamabadPakistanestmaintenantforcéd’engager des membres d’al-Qaida, ont trouvé re-
(avec Delhi) des discussions sur le ter- La revendication, hier, de l’attentat de fuge. Abu Jindal a encore expliqué que confirmentlacapturedun°2destalibans
rorisme», relevait le Times of India au Pune par un groupe basé au Pakistan son groupe avait fait sécession avec le
lendemain de l’attentat de Pune. Diffi- – mais totalement inconnu - ne man- Lashkar-e-Taiba (LeT), parce que ce
L’ADMINISTRATION américaine et l’ar- te«prise»,révéléemardiparlapres-cilement acceptable, pourtant, pour les quera pas de brouiller encore les cartes. dernier était beaucoup trop à la botte de
mée pakistanaise ont confirmé hier seaméricaine.Pakistanais, qui réclament à cor et à cri La correspondante du quotidien l’ISI, les services de renseignements pa-
l’arrestationdumollahAbdulGhaniBa- «Au terme d’une procédure d’identifi-kistanais. Enfin, a-t-il dit, «nous nous
radar,présentécommelechefmilitaire cation détaillée, il a été confirmé
en prendrons à tous ceux qui ont fait al-
des talibans afghans et bras droit de qu’une des personnes arrêtées était
liance avec les États-Unis, qu’il s’agisseVENTESAUXENCHERESPUBLIQUES leur dirigeant de l’ombre, le mollah bien le mollah Baradar», a assuré le
del’IndeouduPakistan.» Omar(noséditionsd’hier). porte-parole de l’armée pakistanaise,
01.49.04.01.85 - annonces@osp.fr La ficelle est un peu grosse. La reven- «Il a été attrapé», a simplement dé- le général Athar Abbas. «Le lieu de
dication de cette nouvelle organisation claré l’envoyé spécial des États-Unis l’arrestation et les détails opération-
tombée du ciel exonère tout simple- enAfghanistanetauPakistan,Richard nels ne peuvent être divulgués pour
VenteauxEnchèresPubliquesauPalaisdeJusticedeParis ment l’establishment militaire pakista- Holbrooke, lors d’une visite à Kaboul. desraisonsdesécurité.»
lejeudi25mars2010à14h30–EnUnLot75 nais, accusé de continuer à apporter son «Jenepeuxpasdiregrand-chosesur Les médias aux États-Unis, New York
èmeUnAppartementde3PiècesàParis11 soutien aux djihadistes anti-indiens ba- ce sujet, mais il s’agit d’un pas impor- Timesentête,avaientannoncélacap-
tant et je n’irai pas plus loin dans les ture du mollah Baradar quelques jours199bdVoltaire,1rueAlexandreDumaset1impasseDelépine sés au Pakistan, et tout particulière-
erAu1 étage,facesurlepalier,comprenant: explications sur les circonstances», auparavant à Karachi, dans le sud dument au LeT. Elle vise à couper l’herbe
entrée,3PiècessurlarueAlexandreDumas,cuisine,SdB–Caven°9 desonarrestation,a-t-ilajouté. Pakistan,pardesagentsdurenseigne-sous les pieds de l’Inde si d’aventure
Plustôtdanslajournée,l’arméepakis- mentaméricainsetpakistanais.celle-ci accusait ouvertement des res-MiseàPrix:120.000
tanaiseavaitégalementconfirmécet- (AFP)
ponsables pakistanais d’être impliquésConsignationpourenchérir:12.000
èmePourtousrenseignements,s’adresser:àlaSCPHOCQUARD&ASSOCIESàParis6 , dans l’attentat de Pune.
128bdSaint-Germain-Tél:01.43.26.82.98de10hà12h–AuGrefeduTGIdeParis
oùlecahierdesconditionsdeventeestdéposésouslen°09/16290
www.avoquard.com -www.vlimmo.fr–www.encheresjudiciaires.com
Surleslieuxpourvisiterlundi15mars2010de10hà11h
Allemagne:letrèslibéralWesterwelle
VenteauxEnchèresPubliques,auPalaisdeJusticedeParis,4boulevardduPalais75
er nefaitplusl’unanimitédanssoncamplejeudi1 avril2010à14h30
èmeàParis16 ,45,rueduGénéralDelestraint Le chef du FDP et vice-chancelier de Merkel qui a provoqué une vive
UnAppartementde101,75m2
ème polémique sur l’aide sociale est mis en cause dans son propre parti.EscalierA,au2 étage,porteface,comprenant:entrée,séjour,salon,
2chambres,cuisine,débarras,salledebainsetw.c.-Balcon du parti, on en appelle à l’exemple deCAROLINEBRUNEAU
Ausous-sol,CaveetEmplacementdevoiture -Occupés Hans-Dietrich Genscher. Le mentorBERLIN
de Westerwelle, et partenaire de coa-MiseàPrix:500.000
ALLEMAGNE Même au sein de son par- lition aux côtés de Kohl dans les an-
S’adresseràMaîtreJeanClaudeFREAUD,AvocatàParis(75009),4,avenueduCoq ti, les dissensions apparaissent, et son nées 1980 avait été capable de laisser la
Internet:www.freaud-adj.com-AuGrefeduJugedel’Exécution(GrefedesCriées) poste de chef tremble. Le vice-chance- direction du FDP à un autre. Une ma-
duTGIdeParisoùlecahierdesconditionsdeventen°09/00297peutêtreconsulté lier d’Angela Merkel, Guido Wester- nière de se concentrer sur la gestion
welle, essaie de surfer sur la polémique des affaires et de laisser au parti le soinVisitesurplaceleMercredi24mars2010de10hà11h
sur l’aide sociale qu’il a provoquée. des argumentaires.
Mais le FDP est tombé à 7 % dans le
dernier sondage Forsa paru hier, et ses
VenteauxEnchèresPubliquesauTribunaldeGrandeInstancedeVersailles, «Letravaildoitpayer.78 lieutenants commencent à prendre
auPalaisdeJustice,5placeAndréMignot
peur. Quitte à remettre en cause le lea- Jedishautetfortlemercredi24mars2010à9h
dership du patron. Le numéro deux des cequetousleshommesàFourqueux(78),18rueSaintGermain -Occupés libéraux, Andreas Pinkwart, appelle
cadastrésectionBn°1188pour14a49caetBn°169pour3a30ca,consistanten: dans la presse «à ce qu’on voie plus de politiquespensent,etque
visagesàlatêteduFDP ».UneMaisonPrincipaleàusaged’habitationsurcavede312,84m2,sur3niveaux personnen’osedire»
comprenant6PiècesPrincipales,cuisine,dégagements,3sallesdebains,4w.c. Une façon claire de demander un
partage du pouvoir dans ce qui est de-UnPavillonde73,61m2comprenant3niveaux,4PiècesPrincipales,w.c.,salled’eau
venu en septembre le troisième parti du Fragilisé dans le gouvernement - An-AppentisetGarage,letoutsurjardinpaysagersurplusieursniveaux–Terrasse–CourPavée–Piscine
pays. Des membres anonymes se ré- gela Merkel n’a pas daigné s’exprimer
MiseàPrix:500.000 pandent dans la presse allemande en GuidoWesterwelle:«LeFDP, sur les propos de son ministre -, mis en
Outrelescharges c’estuneéquipe.Maisl’équipeabesoincritiquant la gestion du pouvoir par balance dans son parti, ridiculisé dans la
LecahierdesconditionsdeventepeutêtreconsultéaugrefedutribunaldeGrandeInstancede d’unseulchef.C’estpourcelaquej’aiétéGuido Westerwelle, flamboyant mais presse, qui lui reproche son arrogance,
Versailles,5placeAndréMignot(porte174)-Renseignements:MaîtreMargaretBENITAH, éluàlatêteduparti.» MACDOUGALL/AFPdictatorial : «Le FDP, c’est une équipe. « Westerwave », ainsi surnommé à
Avocatdemeurant70boulevarddelaReine–78000Versailles–Tél.:01.30.21.95.48 Mais l’équipe a besoin d’un seul chef. cause de sa méconnaissance de l’anglais
C’estpourcelaquej’aiétééluàlatêtedu nue à dire que le travail doit payer. Je (Welle en allemand signifie « vague »),
parti», a-t-il répondu à son second par dis haut et fort ce que tous les hommes est dans une position délicate. Dernières
VenteauxEnchèresPubliques,auPalaisdeJusticed’Angers(49),rueWaldeckRousseau
voie de presse. politiques pensent, et que personne critiques en date, les Églises allemandes49 lelundi29mars2010à10h-EnUnLot
n’osedire.Maislepeupleveutentendre protestantes et les catholiques se sontUnImmeublesisàAngers(49), 80-82avenuePasteur Seconcentrersurlagestion lavérité», a répété sous les applaudis- indignées des déclarations du ministre,
comprenantUnLocalCommercialaurez-de-chaussée-Loué
Westerwelle, attaqué de toute part de- sements le ministre des Affaires étran- assimilant l’État-providence à la«Romeer2Appartementsau1 étage,de2PiècesPrincipaleschacundontunLibre
nd puis ses propos controversés sur l’aide gères de Merkel. décadente». Il a néanmoins eu le mérite2Appartementsau2 étage,d’unePiècePrincipalechacun-Loués
sociale, a défendu avec vigueur ses Mais les libéraux se demandent si de relancer le débat sur les capacités de
MiseàPrix:40.000 positions à l’occasion du meeting du Westerwelle, jusqu’ici très à l’aise l’État à financer aujourd’hui les presta-
(Lesenchèresserontd’unminimumde1.000Euros) mercredi des Cendres. Tous les grands dans son rôle de pourfendeur de la po- tions sociales. Selon les chiffres publiés
S’adresseràMaîtreJosephGIBOIN,membredelaSCPAVOCATSCONSEILSREUNIS,AvocatàANGERS
partis se réunissent traditionnelle- litique sociale-démocrate et premier mercredi par l’Institut de rechercheème(49),2boulevardBessonneau–Tél.:02.41.81.16.23-àMaîtreDenisLAURENT,AvocatàParis8 ,
ment dans leur bastion ce jour-là, opposant à la grande coalition menée économique allemand (DIW), la pauvre-43ruedeCourcelles-Tél.:01.53.75.00.43-AuGrefeduJugedel’ExécutionduTGId’Angers
dans une ambiance de fin de carnaval, par Merkel jusqu’aux dernières élec- té a encore augmenté en 2009 dans leoùlecahierdeschargesetconditionsdeventepeutêtreconsulté
l’occasion de discours bien sentis et de tions, est capable maintenant d’être pays, avec 11 millions de personnes dansVisitesurplacelemercredi10mars2010de10hà12h
petites phrases assassines. «Je conti- aussi un bon gouvernant. À l’intérieur le besoin.
A