Magazine Le Figaro du 19 mars 2012
49 pages
Français

Magazine Le Figaro du 19 mars 2012

-

Description

Redecouvrez le Figaro magazine du 19/03/2012

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 19 mars 2012
Nombre de lectures 4
Langue Français
Poids de l'ouvrage 14 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

1,50€ lundi19mars2012 LE FIGARO-N°21035-www.lefigaro.fr-Francemétropolitaineuniquement
DestraitementsBOURSE
Remontée dechoccontre
surprisedepuis lestendinites
janvierPAGE24 LeFigarosanté PAGES15À18
lefigaro.fr
« Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur » Beaumarchais
Lescoptesd’Égypte
pleurent
leurpatriarche
L’étauseresserresurlecandidatPS,
avecd’uncôtéSarkozyet
del’autrelecandidatduFrontde
gauche,dopéparsesbonsrésultats.
FRANÇOIS Hollande a vu ce week- projet. Sur sa gauche, il est l’objet
endlescritiquesàsonégardredoubler d’attaquesde Jean-LucMélenchon,
d’ardeur. Du côté de l’UMP, Nicolas renforcéparsonrassemblementhier
Sarkozy l’a fustigé samedi soir en à la Bastille. Un succès qui affaiblit
meeting à Lyon, avec l’objectif de Hollande au premier tour, mais
«débusquer» le candidat PS et d’im- constitue une réserve de voix pour
poser un face-à-face projet contre lesecond. PAGES3,4ETL’ÉDITORIAL
CommentSarkozyveut
réconcilierlaFranceduoui
Des dizaines de milliers de fidèles sont venus de toute l’Égypte, hier, pour
se recueillir devant la dépouille du patriarche Chenouda III, décédé samedi etlaFrancedunon PAGE2soir à l’âge de 88 ans. Sa succession se fera dans un contexte compliqué
avec une communauté copte régulièrement ciblée par des attaques. PAGE7
éditorial parPaul-HenriduLimbert
Envidéo:quereste-t-il danielfilipacchiducommunismedans
leFrontdegauche?
« Il suffit d’ouvrir le livre de Daniel
SalimaSaa,invitée Filipacchi pour le dévorer jusqu’à laFrançois Mitterrand François Mitterrand, puis par Lionel
du«Talk2012 avait tué le Parti com- Jospin, elle souhaiterait ne pas l’être par dernière page sans s’ennuyer une
Orange-LeFigaro» muniste. S’il était tou- FrançoisHollande. seconde. »
jours là, il s’étonnerait Elle lui demande donc des choses impos-
sans doute que François sibles et lui met, comme elle lui mettra siLibye:premier FRÉDÉRICBEIGBEDER- LEFIGAROMAGAZINE
Hollandesoitentrainde d’aventure il gagnait, l’épée dans les
anniversairede leressusciter.Carc’estbiencequiarrive. reins.Lafameuseappropriationcollective
l’offensiveétrangère Àgauche,celuiquimonte,c’estJean-Luc des moyens de production n’est pas très
www.lefigaro.fr Mélenchon, celui qui s’effrite, c’est loin, puisque les communistes, rangés
FrançoisHollande. sous la bannière Mélenchon, croient à
« Un ballet de
Jean-Luc Mélenchon n’est pas Georges cela depuis la prise du palais d’Hiver, ceQuestiondujour souvenirs
Marchais, mais il faut bien lui reconnaî- qui, mine de rien, fait tout de même
éblouissant.treungrandtalentdansl’outrance.Ilsait quatre-vingt-quinze ans. Jean-LucPrésidentielle:l’effet
L’homme n’aêtretoutàlafoisMaximilienRobespierre, Mélenchon exige de François HollandeMélenchonvous
pas sa langueLénine, Mao Tsé-toung et Hugo Chavez. qu’il soit à gauche, et plutôt plus queparaît-ildurable? dans sa poche. »Bref,iladesréférences,assezfolles,sans moins. La mondialisation? L’Europe?
doute, mais il en a. Face à lui, il y a L’euro et sa discipline? La marche du BERNARDLEHUTRéponsesàla
François Hollande, dont chacun a recon- monde telle qu’elle est? Jean-Luc RTLquestiondesamedi:
nu, et surtout à gauche, que sa vision Mélenchon est contre, François Hollande
Ya-t-iltropdecandidats générale des choses est un peu floue. plusoumoins,selonlesjours. « Classe. Drôle.pourlaprésidentielle? Voilà un homme qui, à l’origine, est un Il faudra donc qu’ils s’accordent d’ici au Incroyablement
social-démocrate assez paisible mais qui, 6 mai, et au-delà si le candidat socialiste vivant.»Non:32%
pour cause de campagne électorale, se gagnait. Entre les deux, qui donnera des
transforme en ennemi planétaire et ful- gagesàqui?Etqui,infine,rendralesar- MARIONRUGGIERIOui:68% ELLEminant du fameux «mur de l’argent». mes? Personne ne le sait, et on convien-
Pour la gauche de la gauche, la ficelle est dra que ce qui se trame à gauche est assez24820votants
un peu grosse. Elle s’est fait berner par flouetunpeufou.
LUNG/LEFIGARO;BOISSONNET/BSIP;
DOMANSKI/REUTERS;WOJAZER/REUTERS
BERNARDFIXOT
ALG:185DA. AND:1,60€. BEL:1,60€. DOM:2,20€. CH:3,20FS. CAN:4,50$C. D:2,20€. A:3€. ESP:2,20€. CANARIES:2,30€. GB:1,70£. GR:2,40€. ITA:2,30€. LUX:1,60€. NL:2,20€.
H:830HUF. PORT.CONT.:2,20€. SVN:2,40€. MAR:15DH. TUN:2,5DTU. ZONECFA:1700CFA. ISSN0182.5852

M 00108 - 319 - F: 1,50 E
3:HIKKLA=]UVZUX:?k@d@l@j@a; K.DESOUKI/AFP
C



lundi19mars2012 LE FIGARO
Présidentielle2 recto verso
NicolasSarkozy
pendantsonmeeting
àLyon,samedi.
LAURENTCIPRIANI/AP





fracture géographique entre une France gagnante une France de droite et une France de gauche », se
de la mondialisation et une autre France, écrasée Lastratégie tueàrépéterleprésident,enrappelantparexemple
CHARLESJAIGU parlamondialisation,apparaîtavecforce. lefrancsuccèsd’ArnaudMontebourgàlaprimaire
cjaigu@lefigaro.fr La première France vote autant à gauche qu’à duprésident-candidat socialiste sur le thème de la « démondialisation ».
droite. C’est la qui élit Bertrand Delanoë à Le discours de Villepinte a donc annoncé à la fois
Paris, Gérard Collomb à Lyon, une France des unerévisionaccéléréedutraitédeSchengenetunestinspirée
bourgeois aussi bien que des bobos. La deuxième pasenavantsupplémentaireverslafindel’appli-
FranceacruenNicolasSarkozyen2007,maisde- cation strict du principe libre-échangiste – quid’unlivredugéographe
n président qui ne fait pas campa- puiselleatournélapage.Lecombleestquel’auteur s’accommoded’uneouverturedesmarchés euro-
gne est mort, il doit descendre de du livre n’est pas du tout un sympathisant de péens sans exiger de réciprocité dans les négocia-ChristopheGuilluy,
son piédestal », assène Nicolas Sarkozy.Ilasignéunmanifesteintitulé«Pourune tionscommerciales.
Sarkozy devant ses conseillers, gauche populaire». Un texte qui préconise le «Fracturesfrançaises», «Ilyadudépitamoureux»unjourdefévrier,quandsepose contraire du positionnement stratégique finale-
la question du moment de son mentdécidéparl’équipedeFrançoisHollande,sur « Ce n’est pas une découverte, cela fait très long-Uentrée en campagne. Aujour- lesconseilsduthink-tankTerraNova. quiévoquelacoupure temps que le président tourne autour de ça, il a tou-
d’hui,ilestbeletbiendescendudesonpiédestal.Et En mai 2011, Terra Nova a constaté, dans une jours parlé de préférence communautaire »,nuance
ilconsidèrequesilessondagessontmeilleurs,c’est note devenue célèbre, que la gauche avait perdu entrelesgagnants HenriGuaino,enrappelantuneautreinitiativeso-
parcequ’ilaréussisatransformationdeprésident pour de bon les classes populaires, réfugiées dans litairedelaFrancepourlacréationd’unetaxesur
encandidat. « Si les Français hésitent encore à rééli- l’abstention ou le « lepéno-sarkozysme ».Deson lestransactionsfinancières. « Les gens de la Com-delamondialisation
re le président, ils sont de plus en plus tentés de voter côté,ChristopheGuilluyestaussiinvitéàrencon- mission n’ont pas une nation à gérer ! », s’est sou-
pour le candidat », résume l’un de ses conseillers. trer Laurent Wauquiez. Le ministre de la Recher- ventemportéNicolasSarkozydurantlesdifféren-etlesperdants,
Ce succès n’était pas acquis. « La stratégie arrêtée checroit,eneffet,au « protectionnisme européen ». tescrises.Pendantlongtemps,lechefdel’Étataété
pendant l’été était de rester président le plus long- Guilluyrappelleque « 60 % de la France est périur- le fils spirituel d’Édouard Balladur. Il avait pourenvoiededécrochage.
temps possible », rappelle un proche conseiller du baine et rurale »,etque « la moitié de la population credo « adapter la France à la mondialisation ».
chefdel’État.Etpuis,finjanvier,FrançoisHollan- vit dans des villes de moins de 10 000 habitants ». L’amid’AlainMinccroittoujoursàceslogan.Mais
des’estrévéléplusmordantqueprévu.Ilnesuffi- Cette France est celle des 17 millions de ménages iln’estpasinterditdecompterjusqu’àdeuxet,se-
saitplusd’êtreparédesvertusdel’expérienceetde menacés par le « burn-out », dont parle le prési- lonl’expressionfavoritedeSarkozy,de « marcher
l’autorité du « capitaine dans la tempête ». Encore sur les deux jambes ». « L’événement politique ré-dent du Conseil économique et social, Jean-Paul
fallait-iltrouverquelquechoseàdireauxFrançais. Delevoye. Guilluy souligne au passage que la gau- cent qui a le plus impressionné Sarkozy, c’est le non à
L’entrée en campagne a donc été avancée, sur le che l’emporte lors des élections intermédiaires l’Europe au référendum en 2005 »,résumeGuaino
thèmeduretouraupeuple. parcequelescatégoriespopulairesnesedéplacent C’estcetteannée-làqueBuisson,quiavaitprévu
« François Hollande sait que le vote socialiste n’est pas aux élections locales. Conclusion, si la gauche lenonde2005,rejointSarkozy.C’esten2006que
pas suffisant, mais qu’il peut compter sur le ressort gagne,cesera « forcément par défaut »,ditGuilluy. Guainoarejointlefuturcandidatàlaprésidentielle
de l’anti-sarkozysme. Le président devait entendre « D’un côté, il y a les gagnants de la mondialisation, de2007.Lesdeuxhommes,quin’incarnentpasles
les vraies attentes du pays, leur proposer quelque dans les grandes agglomérations, y compris dans les mêmes droites, se retrouvent aussi sur l’évidence
chose de fort qui y réponde », analyse ce proche banlieues, qui sont les premières bénéficiaires de la qu’ilestimpossibledefairel’impassesurlaFrance
conseiller.Or,depuislediscoursdeVillepinte,Ni- politique de redistribution, et, de l’autre, il y a cette dunon.Enprenantsesmarquessanscomplexesur
colas Sarkozy a le sentiment d’avoir empoigné le France des petites villes en voie de décrochage »,ré- le sujet de la sécurité et de l’immigration, Nicolas
vraisujetdecetteélectionprésidentielle,contrai- sumeunconseillerduprésident. Sarkozy,àl’époque,acommencéàrépondreàcet-
rementàsonadversairesocialiste: « Réconcilier la te France du non. Mais « le quinquennat, bousculé«
LamondialisationinquiètelesFrançaisFrance du oui et la France du non »est,commeill’a par les crises, n’a pas apporté de réponses satisfai-
dit à Villepinte, sa « passion ». Ce thème est resté « La question de l’immigration travaille tous les élec- SilesFrançais santes à cette France du non. Je pense qu’il s’en veut
secretjusqu’àlafin,cequiestunindicedesonim- torats. Mais elle touche avant tout les catégories po- un peu de ne l’avoir pas fait »,admetl’undespro-hésitentportanceauxyeuxdeSarkozy. pulaires, qui n’ont pas le moyen d’ériger une frontiè- chesduprésident. « Dans l’électorat populaire, il y a
Ladécisiond’inscrirel’Europedansledébatna- re »,constateChristopheGuilluy.Uneanalyseque du dépit amoureux, l’envie d’être séduit réactive laencoretionaln’apasétépriseparhasard.L’étédernier,la Patrick Buisson a reprise également à son compte peur d’être trompé »,résumeBuisson,quiadéfen-
cellulesondagesdel’Élyséeavumonterunmalaise dans son interview accordée au Monde mercredi du pour cette raison le recours au référendum.àréélire
fortdanslasociétéfrançaise: « Les gens ont le sen- dernier. « Ce qui inquiète cette France, c’est la mon- « Cette France qui dit non à l’Europe, maintenant elle
timent de ne plus être maîtres de leur destin »,expli- dialisation dans sa double dimension : économique et dit non à tout, elle ne croit plus en rien »,confieunleprésident,
que alors une note au chef de l’État. Soumise aux culturelle »,expliquaitilyaquelquesmoisunenote anciencollaborateur.
fluxmigratoires,auxloisducommerceinternatio- remiseàNicolasSarkozy.Économique:c’estl’Eu- « Il y a toujours une prime pour celui qui dit quel-ilssontde
nal,audéficitbudgétaire,lapolitiqueestconsidé- ropepassoire.Culturelleetidentitaire:c’estl’im- que chose sur la réalité et le transforme en offre poli-
réecommen’ayantpluslecontrôlederien.Soumis migration. plusenplus tique »,penseJulienVaulpré,l’ancienresponsable
auxconseillersdeNicolasSarkozy–PatrickBuis- « Personne n’arrive à tenir un discours à la fois sur des sondages à l’Élysée, aujourd’hui conseiller au
son, Pierre Giacometti, Henri Guaino -, ce thème la question sociale et sur la question identitaire »,ex- tentés cabinetTaddeo.Lamaîtrisedudestin–quel’onre-
estimmédiatementjugédécisif.Danslecourantdu plique Guilluy. Jean-Luc Mélenchon et Marine Le trouvedans«LaFranceforte»,quiestleslogandedevoterpourmoisdeseptembre,NicolasSarkozyarencontréle Pendénoncentchacunl’unoul’autre.Mélenchon sa campagne -, c’est le pari de Nicolas Sarkozy
géographeChristopheGuilluy,auteurd’uneanaly- s’en prend à l’économie sans frontières, et Le Pen dans cette campagne. Fort de son expérience delecandidatse remarquable intitulée Fractures françaises dénonce l’invasion des migrants. Elle tente, aussi, » « grand Européen », il pense être le seul crédible
(FrançoisBourinÉditeur).Unrendez-vousnonpas de dénoncer l’ultralibéralisme, mais elle ne paraît pourlefaire;mêmesisonvolontarismeparaîtdé-UNCONSEILLER
à plusieurs, comme c’est le plus souvent le cas, pascrédiblesurleterrainéconomique.Sarkozy,de risoire à certains, il pense toujours qu’un rocherDUPRÉSIDENT
maisentête-à-tête.Aprèslafracturesocialedela soncôté,sesentcapabledereleverlesdeuxdéfis. bien placé permet de changer le tracé du fleuve.
campagnedeJacquesChiracen1995-idéed’Em- « Face à la mondialisation, la bipolarisation des élec- Resteàenconvaincre,unedeuxièmefois,laFrance
manuel Todd reprise par Henri Guaino, déjà -, la torats n’existe plus depuis longtemps, il n’y a plus dunon.
A
LE FIGARO lundi19mars2012
Infographie:toutsurles Sarkozyveutluttercontre«Lefouetleflou»Présidentielle
L’ÉDITORIALDEP-HDULIMBERTPAGE1 candidatswww.lefigaro.fr lesnormesabsurdesPAGE26 politique 3
NicolasSarkozy
enmeetingdanslasalle
EurexpodeChassieu
danslabanlieue

deLyon,samedi.
JEAN-PHILIPPEKSIAZEK/AFP


toujours pas si elle se fera par redéploie-