Magazine Le Figaro du 21 août 2010

Magazine Le Figaro du 21 août 2010

-

Livres
30 pages

Description

Venez lire le Figaro magazine du 21/08/2010

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 août 2010
Nombre de lectures 35
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

4,50€ samedi21-dimanche22août2010 -LeFigaroN°20545-www.lefigaro.fr-Francemétropolitaineuniquement
QUESERAIENT-ILS
LESÉNIGMESDEL’ART LeFigaroMagazineDEVENUS?
Lemystère
desgéoglyphes Cequenosgestes
deNazca disentdenous...auPérouPAGE13
LeFigaroSériesSéries LeFigaro
etsesSpéciald’été magazines FIGBOOK rentréeenfants 4,50€Shalimar Mode,accessoires,
deBorisVian, déco...
Guerlaingrand-père PAGE14 MadameFigaroauxÉtats-UnisPAGE 2
“Sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloge flatteur” Beaumarchais
LeFigaroéconomie LesAméricainsrelancent Croissance revue
ledialoguedirectLesstarsduNet à la baisse pour 2011entreIsraéliensetPalestiniensreviennent
àlaBourse PAGE24
Commerce:les 10milliardsChamps-Élysées,
trèschersmais…
rentablesPAGE27 d’économies
surlesniches
Recettes
pubrecords fiscalespourFrance
HIER à Brégançon, Nicolas au lieu des 2,5% prévus 10 milliards d’euros. EllesTélévisions PAGE30
Sarkozy, entouré de Fran- jusque-là. Cette révision a seront concentrées sur le
çoisFillon,ChristineLagar- une conséquence directe budget 2011. Les impôts sur
deetFrançoisBaroin,aen- pour le contribuable: les lerevenu,surlessociétésetL’Iraninaugure
tériné la révision de la coupes dans les niches fis- la TVA ne bougeront pas.
sacentrale croissance pour 2011 à 2% cales et sociales atteindront PAGE3ETL’ÉDITORIALPAGE21
nucléairesous
contrôlede SousleMont-Blanc,unepoched’eau
l’AIEA PAGE6 menacelavalléedeSaint-Gervais
3UNE MASSE de 65000 m ce scénario catastrophe, qui
d’eau, emprisonnée dans s’est déjà produit en 1892,
une poche sous le glacier de causant la mort d’au moins
Tête-Rousse,pourraitsedé- 175personnes,uneopération
La secrétaire d’État, Hillary Clinton, a donné rendez-vous hier
verser dans la vallée de depompageestlancéelase-
aux dirigeants israéliens et palestiniens à Washington Saint-Gervais, menaçant maine prochaine alors que
le 2 septembre, autour du président Barack Obama, pour 900 habitations et quelque des travaux de sécurisation
relancer le processus de paix. PAGE5 3000personnes.Pouréviter sontdéjàencours. PAGE9Législativesen
Australieoùl’on
neconnaîtpas HISTOIRE DUJOUR
lacrisePAGE7
Fortehausse Àvendre:cuvettedeW-C
desinfections
ayantappartenuàSalingersexuellement
transmissibles est une cuvette en émail blanc, pe-cœursavaitvouludisparaîtredumonde
surmontéed’unechassed’eau.Elle pourfuirsesvanitésetlacuriositédeshom-enFrance PAGE9 C’estenventesureBay.Combienen mes. Et voilà que moins d’un an après sa
donneriez-vous sachant que le vendeur mort, un objet symbolisant sa plus stricteOM:Jean-Claude précise que l’objet a déjà servi? 50, 100, intimitéestlivréàlacuriositédugrandpu-
150euros.Asseyez-vous:lesiteendeman- blic, et vendu aux enchères. Le coup estDassiermetles
de1milliondedollars.Lederniersanitaire rude.Enquêtefaite,lacuvettedatede1962.chosesaupoint àvaloirpareillesommedevaitêtrel’urinoir Elle appartenait à une maison que Salinger
de Duchamp. Cette fois, le prix de cette occupajusqu’aumilieudesannées1980.OnpourLeFigaro
faïence est moins justifié par la renommée se demande donc ce qui pousse ses actuelsPAGE11
desoncréateurqueparcelledesonutilisa- propriétaires à se débarrasser aujourd’hui
teur:àencroirelevendeur,l’augustepos- d’un meuble dont ils ont pu apprécier de-Larentrée térieur qui longtemps se posa sur ce siège puisvingt-cinqanslacommoditééminem-
d’aisance appartenait à l’écrivain Salinger. ment historique. Interrogé un jour sur leslittéraire
Vousavezbienlu:J.D.Salinger,l’homme sanisettes payantes, Jean Yanne, moralisted’Amélie quivécutplusd’undemi-sièclereclusdans fameux, avait clos le sujet d’un mot:
samaisondeCornish(NewHampshire).La «L’argentn’apasd’odeur.»OnnesauraitNothomb
postérité se venge: l’auteur de L’Attra- mieuxdire. ÉTIENNEDEMONTETYPAGE12
DÉBATS&OPINIONS RENDEZ-VOUS
LACHRONIQUE L’ÉDITORIALdeGaëtandeCapèle PAGE21
S.DESAZO/RAPHO/EYEDEA-GUERLAIN-N. d’AlexandreAdler LECARNETDUJOUR PAGES16-17
MARQUES/KRIMAGESPRESSE-ATTA
Chine-Japon:unerivalitéKENARE/AFP-JEAN-BAPTISTEMONDINO/ALBIN LAMÉTÉODESPLAGES PAGE20
MICHEL-HERITAGEIMAGES/LEEMAGE- entrompel’œil PAGE21 TOUTEL’ACTUALITÉSURlefigaro.fr
FRANÇOISBOUCHON/LEFIGARO
ALG:170DA. AND:1,40€. BEL:1,40€. DOM:2,00€. CH:3FS. CAN:4,25$C. D:2,00€. A:2,80€. ESP:2,00€. GB:1,60£. GR:2,20€. IRL:2,20€. ITA:2,20€. LUX:1,40€. NL:2,00€. H:820
SWATCH MÉGASTORE – 104, avenue des Champs-Élysées – Tél. : 01 56 69 17 00. Votre boutique en ligne : www.swatchboutique.frHUF. PORT.CONT.:2,00€. SVN:2,20€. MAR:13DH. TUN:2DTU. USA:3,95$. ZONECFA:1500CFA. ISSN0182.5852
KEVINLAMARQUE/REUTERS
Csamedi21-dimanche22août2010 LEFIGARO
2 Queseraient-ilsdevenus?
BORISVIAN
Ilporteunecasquettetoutelajournée,
etnel’enlèvequ’audîner
L’écrivainBorisVianoris Vian sort son iPad. Sa petite-fille, une nuit, et a creusé pour me déterrer. Il a vu ce qu’il y avait
en1948lors
Betty, lui a offert pour ses 90 ans. Sur dans le cercueil. » Je lui demande, effaré, ce qu’il y avait.
d’unerépétition
l’écran, je lis : Zomby Hum. Il s’agit « Un recueil bouffé aux vers de J’irai cracher sur vos tom-deJ’iraicracher
d’un recueil de poèmes, signé d’un in- bes. Première édition… »survostombes,
connu, Motorhead Norton. Moto- C’est moi qui me décompose. Avant d’éclater de rire.authéâtreVerlaine,B rhead Norton, ce n’est autre que le Soudain entre Lewis, un des petits-fils de Boris. Il faitàParis. STUDIO
dernier pseudonyme en date de Boris Vian, qui n’écrit deux mètres, porte un short trop grand, des tennis pourLIPNITZKI/ROGER-VIOLLET
plus qu’en anglais, et des plaquettes généralement réser- marcher sur la lune et un appareil dentaire. Il demande
vées à ses amis ou aux membres du Collège de ’Pataphy- s’il peut prendre la Ford pour emmener Jennifer à une
sique. Il fait son âge, ses mains sont couvertes de tavelu- soirée électropop dans le centre. Boris dit oui du bout des
res à la manière des taches sur le fromage, et sa voix est lèvres, « mais je n’aime pas qu’ils aillent dans le centre-
très douce. On sent qu’il s’économise. Il est installé dans ville le soir. C’est dangereux ». Ces mots sont américains,
un canapé d’assez mauvais goût, moucheté de pâqueret- banals, tranquilles et vieux. Ils sont prononcés par Boris
tes dessinées. On reconnaît étonnamment le Boris jeune Vian, que la totalité de la planète imagine planté dans une
au fond du Boris vieillard. Son regard absent, lunaire et éternelle jeunesse, dans les secousses et les rires, les ris-
bleu, son grand front maintenant parfaitement chauve et ques, l’insouciance, les filles et la musique, les tumultes et
qui lui donne une allure d’hydrocéphale, et puis sa ma- le n’importe quoi. « Vous avez des enfants ? », me de-
nière timide et maladroite, encombrée, d’habiter un mande-t-il. « Pas encore. Bientôt. » « Vous avez tort, re-
corps trop grand pour lui, même si les ados qui vont et prend Vian, vous avez vraiment tort. Car la littérature,
viennent dans la maison le dépassent généralement cela n’existe pas. Tandis que les enfants, si. Ça s’exclame
d’une tête. Nous sommes à Portland, dans l’Oregon. vraiment, ça pleure vraiment, c’est vrai vraiment. Entre
er1 juillet 2010. Dehors, des grands arbres restent debout faire un livre et faire un enfant, je préfère faire un livre,
au soleil, occupés qu’ils sont à border une allée de dalles mais une fois que le livre et l’enfant sont là, qu’ils ont avan-
romaines qu’un jardinier agrémente en roses, bougain- cé en âge, je préfère toujours l’enfant. Je ne lis plus parce
villiers et mimosas. « Je suis heureux de vous voir, finale- que la littérature, les romans, tout ça, ça me donne la nau-
ment, m’a dit Vian. On devait partir avec ma femme et sée, pour parler comme mon vieux Jean-Sol. »
quatre de nos petits-enfants à Seattle faire du bateau, mais Touslesjoursdel’été, « Merde », a-t-il dit. Puis comme Étienne est à la fois un Je lui demande ce qu’il pense du phénomène Vian : le
les médecins m’ont conseillé de rester au repos. J’ai fait une desécrivainsinventent homme bien élevé et un pataphysicien qui s’ignore, il a spectaculaire succès qu’il a obtenu auprès des jeunes, dix
chute en sortant de ma baignoire et j’ai manqué de me bri- pourLeFigaro rectifié de lui-même : « Enfin je veux dire : merdre. » ans après sa « mort », dans les années 1960. «Çanem’a
ser le col du fémur. Alors la mer, ce sera pour une autre fois. laviedestarsdisparues. Puis : « Ne dis rien, Yann. Ne le répète pas. Il faut que cela fait ni chaud ni froid, car mes livres étaient pour moi des en-
Et la mort aussi. » reste secret, Vian a raison. Ça doit simplement rester entre fants morts, justement. Je les avais couvés, choyés, nourris,
Il parle le français avec une pointe d’accent américain Vian, toi, moi et les lecteurs du Figaro. » J’ai répondu : et à leur naissance les critiques les avait assassinés, et les
à peine perceptible. Il sourit longuement. C’est un gentil. « Étienne, tu as ma parole. » lecteurs boudés. Pour moi, mes romans, mes pièces, mes
Il boit du thé vert. Des litres, me confie-t-il. Jamais d’al- À l’heure où j’écris ces lignes (dans l’avion qui me ra- poèmes se sont confondus avec la souffrance, l’échec, l’hu-L’ÉCRIVAIN
cool, mais il a quelques provisions de bordeaux dans la mène de Portland, avec escale à Washington), Boris Vian miliation, les difficultés financières. Et puis, on les a telle-
cave qu’il débouchera « seulement et seulement si Duke a 90 ans, quatorze pe- ment critiqués, ridiculisés,EST MORT EN 1959.Ellington accepte de bien vouloir quitter cinq minutes le tits-enfants, trois arriè- on leur a tellement craché«Jenelisplusparcequeroyaume des morts pour venir swinguer une toute dernière re-petits-enfants et au visage à ces livres, queNOUS AVONS IMAGINÉfois ici ». Depuis son accident cardiaque du 23 juin 1959, partage sa vie depuis je ne suis plus jamais par-lalittérature,lesromans,
tout le monde le croyait mort. Tout le monde sauf moi. Ce 1966 avec Mary-Ann, venu à les aimer, à les res-toutça,çamedonnelanausée»QU’IL AVAIT CESSÉn’est pas que je n’avais pas accepté cette mort, c’est que, une Américaine ren- pecter moi-même, à leur
tout simplement, je n’y avais jamais cru. Aussi, je lui ai contrée à Paris en accorder la moindre va-
écrit pendant des années, comme s’il était vivant, des mai 1965 lors d’une soirée privée organisée chez Eddy leur. Ils ont fini par me dégoûter, non seulement d’eux,D’ÉCRIRE ET ADOPTÉ
lettres que j’ai envoyées au siège du Collège de ’Pataphy- Mitchell. Souvent, Boris et Eddy se retrouvaient le same- mais de moi. C’est pourquoi j’ai préféré m’en aller, loin, loin
sique. Et un jour, oui, un beau jour, il m’a répondu (la let- di après-midi, généralement en compagnie d’Henri Sal- d’eux, et loin de moi, de ce moi-là, de ce moi français, raté,AVEC DÉLECTATION
tre est entourée de dessins de crocodiles) : « Cher mon- vador, pour parler de rock’n’roll, de blues, de jazz et blessé, en loques. La société américaine m’a permis
sieur Moix, la ténacité avec laquelle vous avez décidé que je pour regarder des westerns de Henry Hathaway. Vian est d’oublier la littérature, de m’oublier moi-même commeL’« AMERICAN WAY
n’étais pas mort vous honore. À part Arrabal et quelques un homme heureux. Un Américain tranquille qui adore écrivain. J’ai travaillé ici comme ingénieur en électronique
vénérés membres du Collège, c’est un secret assez bien faire ses courses lui-même, avec sa femme, notamment et comme informaticien, j’ai donné des cours à l’universitéOF LIFE ».gardé. Des gens qui possèdent le code de déclenchement de aux rayons surgelés, « parce qu’il fait frais et que les pois- de l’Oregon, à Eugene. J’ai eu la vie la moins rive gauche à
la guerre atomique ne possèdent pas mon numéro d’iPhone. sons ont la tête ailleurs ». Il lit un peu les journaux, est Paris de la terre. Alors, le phénomène dont vous parlez ne
PARYANNMOIXVous voilà donc devenu, à votre manière, plus puissant et abonné à Newsweek, « moins rigolo que le Wall Street m’intéresse pas. Je n’ai d’ailleurs jamais demandé le moin-
mieux renseigné qu’Obabama (sic) et que Sarkozyzy (sic). Journal » et, surtout, passe des heures sur sa pelouse à dre droit d’auteur. Je préfère qu’ils me croient mort, tous. »
Hélas, même si j’accepte exceptionnellement (et ce afin que perfectionner ses mouvements de golf. Le golf Ce soir, dans l’avion, je suis triste. Vian avait des cen-
vous cessiez enfin de m’écrire !) de vous rencontrer, je sais est devenu sa passion : il porte une cas- taines de romans à écrire, et ce n’est pas la mort qui l’en
que vous ne pourrez venir que par avion, comme vos lettres, quette toute la journée, et ne l’enlève avait empêché, mais la vie. Cette vie qu’il avait tordueUNBEAU«alors que j’aurais bien aimé vous voir venir à pied, puisque qu’au dîner. Il adore le cinéma de dans tous les sens pour ne pas avoir à en reconnaître les
JOUR,ILM’Avous venez me casser les miens. À vite. Le Satrape Arrabal Tarantino, qui est venu chez lui principaux traits, que nous tous nous associons aux mots
organisera le voyage. Si je meurs avant, ce sera unique- RÉPONDU[...]. passer trois jours après le tour- « Boris Vian ». Il s’était dévianisé. Il était mort une pre-
ment pour éviter notre rencontre, parce que j’aurai finale- nage de Kill Bill. « On croit que mière fois pour n’être plus incompris, solitaire et mal-ÀTOUSLES
ment considéré qu’elle m’aurait tué. Bien-z-avou. Le vieux Quentin est un ignare. Mais heureux à Paris. Paris est une ville où les critiques, les
SCEPTIQUES,ravi bison vous demande d’embrasser la tour Eiffel et Ju- non. Il a vu un film de moi journalistes « culturels », les éditorialistes, passent leur
liette Greco. » JEMONTRE tourné à Saint-Tropez en non-vie à frapper de leurs mains minuscules, non tant
À tous les sceptiques, je montre cette lettre quand ils le super-huit en 1953. Il a ado- sur les mauvais, mais sur ceux dont ils savent et pressen-CETTE
veulent. Étienne de Montety a cru faire le malin lorsqu’il ré, et, comme vous, a décidé tent en réalité, du fond de leurs crachats, qu’ils sont lesLETTRE
m’a parlé de son estivale idée : faire le portrait d’un mort de savoir si j’étais vraiment véritables génies de demain. Et surtout d’après-de-
QUANDILScélèbre comme s’il était toujours vivant. Mais lorsque je si mort que cela. Mais lui a main.
lui ai montré la lettre de Vian, j’ai vu son teint pâlir. été moins laborieux que vous,LE
Étienne (il ne faut pas lui en conter) a immédiatement re- il ne m’a pas écrit des milliersVEULENT
connu et identifié l’inimitable calligraphie vianesque. de lettres. Il est simplement allé FIN DE LA SÉRIE
au cimetière de Ville-d’Avray, (18/18)
UN«
AMÉRICAIN
TRANQUILLE
QUIADORE
FAIRESES
COURSES
LUI-MÊME,
AVEC
SAFEMME[...].
ILS’ÉTAIT
DÉVIANISÉ»
[...]TARANTINO,QUIESTVENUCHEZLUIPASSER«
TROISJOURSAPRÈSLETOURNAGEDEKILLBILL»
DESSINS
:
CLAIREFONDLEFIGARO samedi21-dimanche22août2010
Rigueur:letempsdel’action 3francePOLITIQUEL’ÉDITORIALDEGAËTANDECAPÈLEPAGE21
Sarkozyentérineunerévisionàlabaisse
delacroissance
L’Élysée table désormais sur une croissance de 2 %
pour 2011. Conséquence immédiate : les économies
sur les niches devront atteindre 10 milliards d’euros.
selon Bercy.«Néanmoins,pour2011,nousCÉCILECROUZEL
préféronstablersurunehypothèseraison-
FINANCES PUBLIQUES Sourires discrets nable», ajoute-t-on au ministère.
et silence de rigueur. À la sortie de leur En clair, jouer la prudence. Une pru- Àl’issue
deleurréunionréunion travail, aucun des ministres invi- dence relative. Car, si l’OCDE prévoit
detravail,tés par le chef de l’État au fort de Brégan- 2,1 % de croissance pour la France en 2011,
FrançoisBarouin,çon n’a fait le moindre commentaire. Ni- le FMI est à 1,6 %. «Nous sommes aussi
Christine
colas Sarkozy n’a pas non autour de 1,5%. Les coupes
Lagarde,Nicolas
plus dit un mot de la révision danslesdépensespubliquesetLapetite Sarkozyet
de la croissance de 2011 à 2 % leshaussesd’impôtquisepro- FrançoisFillonphrasede…
au lieu des 2,5 % prévus jus- filentpartoutenEuropepèse- ontquitté,hier,
MICHELSAPINque-là. Une révision annon- ront sur l’activité l’an pro- lefortDÉPUTÉDEL’INDRE
cée par un simple communi- chain», estime Véronique deBrégançon.
qué. À vrai dire, ces 2,5 %, Riches-Flores, chef écono- GÉRARD
Aprèsl’esbroufeétablis en janvier dernier, miste à la Société générale. JULIEN/AFP
surlasécurité,
avaient du plomb dans l’aile En tout cas, la révision de
voilàl’esbroufe
depuis des semaines. Les la croissance pour 2011 a une
surlacroissance
économistes les jugeaient conséquence directe pour ledel’économie
peu crédibles. Et en juillet, contribuable : les coupes seront intégralement affectés à la réduc- Reste maintenant, côté recette, à ren-etlabaisse EN BREF
François Baroin, le ministre dans les niches fiscales et so- tiondudéficit», lit-on dans le communi- dre les arbitrages sur les niches. Ce seradesdédéficitsficits
du Budget, avait déclaré que ciales atteindront 10 milliards qué. De fait, les rentrées fiscales et les co- fait d’ici à début septembre. Sur les
des efforts budgétaires sup- d’euros et seront concentrées tisations sociales pourraient être 10 milliards de coupes, 4 ont déjà été DuflotetLepage
plémentaires seraient néces- sur le budget de 2011. C’est le supérieures à ce qui était prévu, grâce à la trouvés et annoncés ces dernières semai- serencontrentàNantes
saires si la croissance n’était haut de la fourchette par rap- bonne tenue de l’économie. L’impôt sur nes (annualisation du calcul des charges CécileDuflot,secrétaire
pas au rendez-vous. Une port aux 8,5 à 10 milliards les sociétés a par exemple rapporté sociales, durcissement de la fiscalité des nationaledesVerts,etCorinne
manière de préparer le ter- annoncés en juillet par Fran- 14 milliards au premier semestre, contre dividendes, suppression du crédit d’im- Lepage,présidentedeCap21,
rain… «Nous avions toujours çois Baroin. Mais comme l’a 5,5 un an plus tôt. Mais pas pôt sur les intérêts d’emprunt immobilier sesontrencontréeshier,avant
dit que nous réexaminerions expliqué hier le ministre sur question de rejouer l’histoire de la ca- et hausse des charges sur les emplois à undébatsurlesalliancespour
l’estimation de croissance de RTL :«Lepassagede2,5%à gnotte de l’ère Jospin. domicile). Il n’empêche, trouver les 2012,surlesitedesJournées
2011 au moment de la prépa- 2%decroissancenouspousse 6 milliards supplémentaires exigera un d’étédesVerts-EuropeÉcologie
Savantdosageration du budget. C’est un à trouver entre trois et trois savant dosage. Quelles niches passeront àNantes.Lecontexteétait
exercice habituel», explique l’entourage milliardsetdemid’eurossupplémentaires.» Le gouvernement a fait le choix d’une sous le rabot de 10 %, quels dispositifs se- «plusamicaletréchauffé»
de Christine Lagarde, la ministre de Ce sont les ménages et les entreprises qui politique budgétaire rigoureuse. Avec, ront écornés ? Les débats ne sont pas clos qu’ilnel’étaitlorsqueCorinne
l’Économie. Mais pourquoi avoir revu en payeront la facture, même s’ils échappe- comme pilier, une maîtrise des dépenses au sein du gouvernement. Même s’il y a Lepageétaitlavice-présidente
baisse le chiffre de 2011 alors que les résul- ront à une augmentation générale d’impôt publiques. Le communiqué d’hier a réca- quelques certitudes : François Baroin a duMoDem.Cettedernière
tats du deuxième trimestre de 2010, révé- (l’impôt sur le revenu, sur les sociétés et la pitulé les mesures décidées avant l’été : redit hier que «tout ce qui est créateur aaffirméêtrevenuedans«un
lés il y a une semaine, ont surpris à la TVA ne bougent pas). Mais le gouverne- non-remplacement d’un fonctionnaire d’emploi,toutcequiestpertinent,toutce grandespritd’ouverture»mais
hausse, avec une progression du PIB de ment n’a pas le choix. Impossible de ne pas sur deux partant à la retraite, gel des dé- qui soutient l’économie» serait épargné. rejettelaligne«anticapitaliste»
0,6 % ? Tout simplement parce que le ramener le déficit public à 6 % du PIB en penses de l’État hors charge de la dette et Ce devrait donc être le cas de la réduction prônéeparJean-Vincent
chiffre ponctuel d’un trimestre ne préjuge 2011, contre 8 % cette année : la sanction pension, stagnation des transferts vers les d’impôt pour l’emploi à domicile, du cré- Placé,lenuméro2
pas de ce qui va se passer des mois plus serait immédiate sur les marchés. collectivités locales, absence de revalori- dit impôt-recherche et de la TVA réduite desVerts.
tard. L’actuel redressement de l’emploi L’exécutif redouble même de précau- sation du salaire des fonctionnaires, te- dans la restauration et la rénovation de
donne le signe d’une économie«allante» tion. «D’éventuels surcroîts de recettes nue des dépenses de santé. logements.
Àl’approcheduremaniement,
ladécontractionassumée
deFrançoisFillon
contracté. Nicolas Sarkozy a-t-il évo-
ANNEROVAN qué avec le premier ministre la
ENVOYÉESPÉCIALEÀBRÉGANÇON
question du remaniement au cours du
SURPRISE à Brégançon. Toujours at- huis clos qu’ils ont eu ensemble hier ?
tentif à ses vêtements jusque dans le Peut-être. Mais rien n’a filtré de l’en-
choix de la couleur de ses chaussettes tretien auquel d’ailleurs le principal
rouge cardinal, le premier ministre collaborateur du président Claude
François Fillon est apparu hier en te- Guéant n’a pas assisté.
nue très décontractée pour assister à
Petitbaindefoulela réunion de préparation de la ren-
trée convoquée par le président de la Discret depuis le dernier Conseil des
République. Contrairement à Nicolas ministres du 3 août, refusant de com-
Sarkozy habillé d’un sobre costume menter les décisions annoncées hier
bleu marine et d’une cravate de même par un simple communiqué, le prési-
couleur, à Christine Lagarde et Fran- dent a tout de même profité de la réu-
çois Baroin en tenue classique de mi- nion de Brégançon pour s’afficher aux
nistre, le chef du gouvernement a côtés des Français. Arrivé sur place le
opté pour une tenue quelque peu dé- premier vers 10 h 15, depuis le cap Nè-
calée. C’est en veste de coton bleu gre distant de quelques kilomètres où
marine à col Mao portée sur une che- il passe ses vacances en famille, le pré-
mise rayée, en pantalon de toile beige sident est sorti une première fois de sa
et en mocassins marron qu’il s’est voiture pour saluer la quinzaine de ba-
rendu dans la résidence varoise des dauds venus le guetter à l’entrée de la
chefs d’État. résidence présidentielle. Des badauds
À deux mois du remaniement prévu courageux puisque Bormes-les-Mi-
fin octobre, alors que les rumeurs sur mosas s’est réveillé hier matin sous
son prochain départ ou son maintien à une pluie battante. «Je vais revenir»
Matignon tournent en boucle et que le leur a-t-il dit avant de s’engouffrer
nom de la garde des Sceaux, Michèle dans sa C6.
Six heures plus tard, il repassait le
portail en sens inverse et sortait à nou-
Lechoixvestimentaire veau de son véhicule. Sous un ciel de-
venu bleu, cerné par les micros et lesdupremierministre,
caméras, le chef de l’État s’est offertenvesteàcolMao,
un petit bain de foule de quelques mi-
n’estpaspasséinaperçu nutes parmi la centaine de vacanciers
présents.«Bonjour,vousallezbien?»,
Alliot-Marie, revient avec insistance «Bonjour!», «Bonjour!», leur a-t-il
pour le remplacer, le choix vestimen- dit. Certains badauds avaient déjà eu
taire du premier ministre n’est pas vent de la révision de la prévision de
passé inaperçu. Et a donné lieu à de croissance pour 2011, annoncée dans
nombreux commentaires parmi les un communiqué une heure plus tôt.
journalistes présents sur place. «Au «La Bourse va dégringoler», a assuré
bout de trois ans et quelques mois, on l’un d’eux en pianotant sur son smart-
n’a plus rien à prouver. On est décon- phone. «Le CAC a déjà perdu 1,2%»,
tracté», avait déclaré Fillon le a-t-il continué. «Je lui ai serré la
19 juillet dernier, au cours d’un dépla- main», s’est réjoui un autre vacancier,
cement à Nouméa. portant une petite fille sur les épaules
Hier, le premier ministre a tenu à en regardant le chef de l’État partir
lier les actes à la parole afin de dé- vers le cap Nègre sous les applaudisse-
montrer qu’il est effectivement dé- ments.
Asamedi21-dimanche22août2010 LEFIGARO
Vidéo:lesdissensions L’interview
chezEuropeÉcologie deGabrielCohn-Bendit4 francePOLITIQUE
WWW.LEFIGARO.FR/POLITIQUE WWW.LEFIGARO.FR/POLITIQUE
Avecleursuniversitésd’été,lespartis
sonnentlarentréepolitique
AprèslesVerts,lePSseréuniraàLaRochelleleweek-endprochain,l’UMPauPort-Marlyle31août.
le sénateur Jean Arthuis et ses amis 2010 se déroulera le 31 août au Port- Les états-majorsJEAN-BAPTISTEGARAT Front nationald’Alliance centriste qui ont décidé Marly(Yvelines).Malgréceformatres- mobilisent Cormont 26 au 29 aoûtRENTRÉE Elles s’appellent universités d’organiser leur propre manifestation treint, les traditions ne sont pas per-
d’été mais pour les partis qui les orga- àLavalaumêmemoment. dues: la plupart des membres du gou- leurs militants
nisent elles riment davantage avec la Toujours le week-end prochain, le vernement sont attendus et c’est au UMP Le Port-
rentréepolitiquequ’aveclesvacances. Front national réunira ses troupes à premier ministre que reviendra l’hon- 31 aoûtLes Verts & Marly
LesVertsetEuropeÉcologieontouvert Cormont (Pas-de-Calais). La manifes- neur de conclure la journée avant une Europe Écologie
le bal cette année en réunissant quel- tation s’achèvera par un discours de soirée festive où les militants pourront 19 au 21 août
Arnay-que 2000 personnes pour les Journées Jean-MarieLePen,ledernieràl’occa- guincheraveclesténorsduparti.
Nantes le-Ducd’été du rassemblement des écologis- Le premier week-end de septembre Part Radical
Lates qui s’achèvent ce soir à Nantes. verra se confronter les formations ra- 3 au 5 sept.MouvementLeMoDemfermeraleban Parti socialiste RochelleL’occasionpourlesamisdeCécileDu- dicalesaveclesAteliersduPartiradical pour la France 27 au 29 août flot et ceux de Daniel Cohn-Bendit de avecses«universités organisés par Jean-Louis Borloo à MRC 3 au 5 sept.
taireleursdifférencesetdepréparerla Lyon, tandis que les radicaux de gau- Lyon 4 et 5 sept.derentrée»,finseptembre
créationd’unmouvementquiréunirait che se réuniront à Seignosse. Le Mo-
les Verts historiques et leurs amis Dem, enfin, fermera le ban avec ses
PCF Valenced’Europe Écologie. Lancement prévu sion d’universités d’été du FN avant «universités de rentrée», organisées Le Nouveau Centre
27 au 29 aoûtennovembre. l’ouverture de la campagne pour sa du fin septembre dans la presqu’île de La 28 et 29 aoûtNPA er Grande-MotteAttentionauweek-endprochainetà successionquidébutele1 septembre. Giens (Var). Au même moment, le PS, Seignosse
25 au 28 août son grand chassé-croisé politique qui L’UMP a décidé cette année de don- l’UMPetleNouveauCentreseronteux
PRG MoDem verrapasmoinsdeseptmanifestations. neruntourplusmodesteàsesuniver- déjà passés à l’étape suivante sur leur
presqu’île3 au 5 sept. Port-Leucate 24 au 26 sept. ÀcommencerparlePSquiorganiseses sités d’été: loin des stations balnéaires calendrier respectif: les journées par-
de Giens
es23 universités d’été du PS, à La Ro- et bouclé en une journée, son campus lementaires.
chelle comme c’est de tradition depuis
1992. Pour sa deuxième édition
qu’elle est à la tête du parti, Martine
Aubryachoisid’investirl’ensemblede
la ville en organisant des débats là où UMP:BertrandapportesonsoutienàChristianEstrosi
les courants socialistes avaient l’habi-
tude de se réunir. Manière de s’assurer Ardent partisan de la vidéosur- nel Jospin pendant la campagne nationaleetbiensûrlescollectivitésSOPHIEHUET
que ces universités d’été, placées sous veillance,lepatrondel’UMPaex- présidentielle de 2002: «Sur la locales».ENVOYÉESPÉCIALEÀNICE
le thème «La vie que l’on veut», ne pliqué:«Sijesuisicichezmonami question de l’insécurité, j’ai péché ÀCannes,XavierBertrandare-
prêterontpastropàlaguerredepetites XAVIER BERTRAND n’est pas Christian Estrosi, c’est parce que la parnaïveté.» joint la caravane des jeunes de
phrasesentrelesdifférentesécuries. venu «par hasard» hier, à Nice ville de Nice mène une politique Christian Estrosi, qui a démenti l’UMP qui sillonnait la France tout
puisàCannes,visiterlescentresde exemplaire en matière de lutte jeudiavoirété«recadré»parqui- l’été. Il a ensuite participé à unSilaGuincher avec les ténors « vidéosurveillance des deux villes. contre l’insécurité.» Bertrand a conque,aexpliquéhierêtreparfai- meetingàlapermanencedudéputésécuritédu parti Le secrétaire général de l’UMP a bienpréciséque«silasécuritéest tementenphaseavecBriceHorte- maire Bernard Brochand. Souli-
Le PCF, lui, se réunira à Seignosse-le- estune tenu à apporter son soutien à une responsabilité régalienne de feux qui a demandé aux préfets gnantqueCannesservaitde«labo-
Penon (Landes), pour les premières Christian Estrosi, le ministre et l’État,quandtoutlemondetiredans d’effectuer un audit en la matière ratoire d’expérimentation», Bro-responsabilité
universités d’été depuis que Marie- maire de Nice, qui avait proposé lemêmesens,çavamieux». auprès des maires. «Pour moi, la chandapréciséquesavilleavaitété
régalienneGeorge Buffet a passé la main à Pierre d’infliger«unetrèsforteamende» sécurité est une activité régalienne la première ville à s’équiper, dès
Tacler le PSdel’État,quandLaurent.Maisc’estàlaFêtedel’Huma, aux maires qui ne respecteraient de l’État. Mon boulot, c’est de faire 2002, d’un réseau de vidéoprotec-
du10au12septembre,queledéputédu pas leurs obligations de sécurité. Lesecrétairegénéraldel’UMPena delaprévention»,a-t-ilinsisté. tionenvued’enassurer«lapros-toutlemonde
Puy-de-Dôme André Chassaigne, can- Le ministre de l’Intérieur, Brice profité pour tacler le PS, qui «n’a Présentàsescôtés,ÉricCiotti,le périté et l’attractivité». Son pre-
tiredansledidatpressentipour2012,pourraitfaire Hortefeux, avait aussitôt réagi en rienàdireenmatièredesécurité». députéetprésidentduconseilgé- mieradjoint,DavidLisnard,auquel
sa rentrée médiatique. Au même mo- mêmesens,ça prônant l’incitation plutôt que la «Ilfautplacerlesmairessocialistes néraldesAlpes-Maritimes,estsur XavierBertrandarenduhommage,
ment,Jean-LucMélenchonconvoquera sanction. Hier, Xavier Bertrand, devantleursresponsabilités»,ain- la même longueur d’onde. Auteur aaffirméque«s’occuperdesécuri-vamieux
les universités d’été du Parti de gauche lui, a déclaré qu’il ne fallait pas sistéXavierBertrand.«LePSaun d’unepropositiondeloisurlares- té, c’est protéger les Français mais»
XAVIERBERTRAND
à Grenoble, tandis que le NPA tiendra «seplaindrequ’ilyaitundébatsur vraiproblèmedediscours,depensée ponsabilitépénaleparentale,iles- aussi les valeurs de la
lessiennesàPort-Leucate(Aude). cethème»àl’UMP,aprèslamobi- etdecrédibilitéenmatièredesécuri- time que la sécurité «relève de la République». Bertrand a annoncé
Côté majorité, le Nouveau Centre a lisationgénéralelancéele30juillet té,avecuneculturedel’excuseetde responsabilité de l’État mais doit hiersoirqueLisnardallaitrejoindre
convié ses cadres et militants à par Nicolas Sarkozy dans son dis- la fatalité», a-t-il martelé, faisant aussi être une chaîne globale qui trèsprochainementl’équipenatio-
La Grande-Motte (Hérault). Mais sans coursdeGrenoble. allusionàlafameusephrasedeLio- comprend les parents, l’éducation naledel’UMP.
L’enfant que j’étais
FRANÇOISBAYROU,unpetitBéarnaisrêveur,
amoureuxdelalanguefrançaise
maquettes de tracteurs et d’en-
ginsagricoles.HABITANT
Ces origines paysannes, Fran-
çois Bayrou les a toujours assu-UNVILLAGE
mées.Ellesluiontforgélecaractè-
re. «Dans le village, tout le mondeDESPYRÉNÉES
lless’appelaientEstela- était paysan ou ouvrier, il n’y avait
de et Frida. Il y avait pasdedifférencesdeclasses.UnpeuDE300HABITANTS,
aussi Mignonne. Dans àl’imageduBéarnoùilyanichâte-
leprécejour-là,lebâ- lains ni nobles», explique-t-il. LeLEPRÉSIDENT
tonàlamain,LesSilen- futuréluportenéanmoinsenluiunEces du colonel Bramble sentiment de révolte contre les in-DUMODEMPASSAIT
d’André Maurois dans la poche, le petit justices. «Dans la cour de récréa-
François est assigné à garder les vaches. tion,jepouvaisprendreladéfensedeUNEGRANDEPARTIE
C’était un temps, ou plutôt un monde, ceuxqu’onattaquait,mêmefaceàdes
dans lequel les enfants étaient encore gros malabars!» Son bégaiementDESONTEMPS
étroitement associés aux travaux agri- sera également ressenti comme une
coles de leurs parents. Les routes injustice. «Un vraiLIBREPLONGÉ Françoisn’étaientpasencoretoutesgoudronnées. handicappourunen-
BayrouLes jeux étaient simples. À Bordères, ce fant qui aime telle-DANSLESLIVRES. sursaphotopetit village des Pyrénées de 300 habi- ment la langue…»,
declassetants,lavieestalorsrythméeparlesré- reconnaît-il.PARRODOLPHEGEISLER desixième,
coltes, comme celle du tabac, dont les Si la lecture re-
àNay,
feuilles noircissaient les genoux. Plongé présente «l’évasion
en1961.
dans «un rêve intérieur constant», sans absolue» - il ap-COLLECTION
doutelepetitFrançoispasse-t-ilàl’épo- père,Calixte,«quiparlaitunfrançaisre- Il m’a d’ailleurs fallu des dé- précie tout particu-PARTICULIÈRE
que,auxyeuxdesescamarades,pourun marquable», frappait dans ses mains en cennies pour comprendre qu’on ne lisait fants du voisinage, le lièrement les hu-
enfant«unpeubizarre»,voire«unpeu disant«dictée»,faisantainsifuirlespe- pas à table», raconte le député des petitBayrouconduitsonpremiertrac- moristes anglais, comme Jerome K.
différent». Par «des acrobaties périlleu- tits voisins comme une volée de moi- Pyrénées-Atlantiques. Dans son souve- teur à l’âge de 8 ans. Et sa première Jerome, l’auteur de Trois hommes dans
ses», il aime ainsi s’isoler parfois sur le neaux. Hugo ou Chateaubriand les rem- nir,c’étaitunefamilleoùfinalement«on voiture à… 11 ans. «Quand mon père unbateau -,lepetitBayroupeutnéan-
toitdelaferme.Toujoursunpeurêveur. plaçaient alors, à leur façon. Mais avec parlait assez peu». Tout au plus se lan- venaitmechercherlesamediàl’école,il moinsrester«l’oreillecolléeaupostede
S’il lit «comme une mitraillette» tout Emma, la mère, Calixte parlait béarnais. çait-on, en «béarnisant», «attrape le melaissaitlevolant.Cen’étaitpeut-être radio», d’où il suit déjà les informa-
cequiluipasseàportéedemain,lepetit «Lalanguedessecrets»pourFrançoiset dictionnaire». «C’était une maison dans pastrèsrespectueuxduCodedelarou- tions politiques et écoute les chansons
François Bayrou ne fait en revanche ja- sasœurLucienne… laquellelaculture,lalanguefrançaiseetles te, mais c’était très éducatif. En fait, deBreletBrassens.L’occasion,surtout,
mais ses devoirs. Celui qui deviendra un livres avaient une grande importance», c’était un autre monde…», confie le de suivre le Tour de France et les ex-
Sur un tracteur à huit ansjourministredel’Éducationnationaleen poursuit-il. Des années plus tard, la présidentduMoDem,qui,pourlapré- ploitsdeRaymondMastrotto,«letau-
rit encore. «Heureusement, j’avais des À la maison, il n’y a pas d’argent. «vraiefierté»desavieserad’être«en- sidentielle de 2002, fera du tracteur reau de Nay», champion du village
copines affectueuses qui me laissaient co- L’époque prospère du commerce de tré»dansLePetitLarousse,confesse-t-il. l’emblème de sa campagne. Aujour- voisin, aujourd’hui décédé. Une pas-
pier…», confesse-t-il aujourd’hui, un grainsestrévolue.Enrevanche,toutle Entre deux parties de cache-cache d’hui, encore, dans son bureau pari- sionpourlevéloquilepoursuitencore
brin malicieux. Mais parfois, l’été, son mondelit.«C’étaitlamaisondeslivres. danslegrenieravecsasœuroulesen- sien,lechefcentristepossèdeplusieurs aujourd’hui.
CLEFIGARO samedi21-dimanche22août2010
5international
Proche-Orient:Washingtonprogramme
lesnégociations
Obama invite Israéliens et Palestiniens
à renouer le dialogue direct le 2 septembre.
ces précautions de langage, des proches
MARCHENRY
de Benyamin Nétanyahou ont fait savoir
JÉRUSALEM
hier qu’il n’irait à Washington qu’en ré-
PROCHE-ORIENT Israéliens et Palesti- ponse à l’invitation des États-Unis, for-
niens ont rendez-vous le 2 septembre à mulée sans aucune condition préalable.
Washington. Ce jour-là, Barack Obama,
L’écueildel’ordredujourflanqué de Benyamin Nétanyahou et de
Mahmoud Abbas, donnera officiellement Bref, le climat reste à la méfiance. Les Pa-
le coup d’envoi de négociations directes, lestiniens, qui redoutaient de faire un ca-
gelées depuis dix-neuf mois. Un succès di- deau à Israël en acceptant de négocier di-
plomatique annoncé hier par Hillary Clin- rectement, ont traîné les pieds. Mais
ton, la secrétaire d’État américaine, et Mahmoud Abbas a été soumis à de telles
confirmé par l’Organisation de libération pressions internationales qu’il a dû céder.
de la Palestine (OLP) selon l’un de ses res- Pour répondre aux critiques des islamistes
ponsables. Mais l’embellie risque de tour- du Hamas qui contrôlent la bande de Gaza
ner court. Les difficultés rencontrées pour et obtenir le feu vert de l’OLP, il ne man-
que pas d’expliquer que la déclaration du
Quartette, malgré ses ambiguïtés, offre
LeQuartetteestimequ’un des garanties – en fixant l’objectif d’une Lepremierministreisraélien,BenyaminNétanyahou,serrelamainduprésidentpalestinien,MahmoudAbbas,sousleregard
deBarackObama,le22septembre2009. KEVINLAMARQUE/REUTERSdate butoir pour ces négociations, en prô-accorddepaix«peutêtre
nant implicitement un retrait israélien deobtenuenunan»
Cisjordanie et de la partie arabe de Jérusa- ou passer sous souveraineté palestinien- questions de sécurité devront être discu- ZOOM
lem, ainsi qu’un gel total de la colonisation ne, continueraient en revanche à être tées en priorité, contrairement aux Pales-
convaincre le président palestinien et le israélienne. gelées. Les commentateurs estiment tiniens qui veulent évoquer d’abord le tra-
premier ministre israélien de s’asseoir à la Benyamin Nétanyahou devrait lui qu’il ne peut pas aller plus loin, sauf à cé des frontières. Autant dire que fixer un Moscouprolongesaprésence
même table augurent mal de l’avenir. aussi pouvoir calmer les « durs » de sa risquer l’implosion de sa coalition, for- ordre du jour ne s’annonce pas comme militaireenArménie
Un exemple: les deux parties vont ré- coalition. Sur le dossier hypersensible de mée notamment de partis ultranationa- une partie de plaisir. LeprésidentrusseDmitri
pondre en fait à deux invitations. Mah- la colonisation, il a refusé de prolonger le listes et religieux. Les Américains devront sans doute, Medvedevetsonhomologue
moud Abbas a accepté d’aller à Washing- moratoire de dix mois de la construction Sur d’autres fronts, Benyamin Néta- une fois de plus, s’impliquer lourdement arménienSergeSarkissian
ton sur la base d’une déclaration publiée de logements dans les colonies de Cisjor- nyahou ne semble en revanche pas dispo- dans ces négociations «directes» s’ils ne ontsignéhieràErevanun
hier par le Quartette pour le Proche- danie, qui arrive à expiration le 26 sep- sé à la moindre concession pouvant veulent pas voir des mois de tractations accordsurlemaintienjusqu’en
Orient. Ce texte concocté laborieusement tembre. Tout au plus pourrait-il, selon constituer une «menace» pour Israël. Il diplomatiques aboutir rapidement à un 2044delabasemilitairerusse
par les États-Unis, l’Union européenne, la plusieurs de ses proches, accepter de re- exige ainsi une présence permanente de nouveau fiasco. George Mitchell n’a pas deGumri,dansl’ouest
Russie et l’ONU affirme qu’un accord de lancer les chantiers uniquement dans les l’armée israélienne dans la vallée du Jour- exclu hier qu’en cas de blocage les États- del’Arménie.Envertudecet
paix «peut être obtenu en un an» pour blocs de grandes colonies qui doivent, dain, le long de la frontière avec la Jorda- Unis proposent des«compromis». Hilla- accord,3500soldatspourraient
mettre fin à «l’occupation (israélienne) selon lui, être annexés à Israël dans le nie, et n’accepte pas un partage de Jérusa- ry Clinton s’est montrée d’un optimisme menerdesopérationsau-delà
quiadébutéen1967», sans toutefois exi- cadre de tout accord de paix final. Les lem, considérée comme la capitale très mesuré:«Ilyaeudesdifficultésdans desfrontièresdel’ex-URSS.
ger de façon explicite un gel de la coloni- constructions dans les petites colonies «éternelle et indivisible» d’Israël. Le pre- le passé, il y en aura devant nous. Je de- Medvedevaestiméque
sation israélienne en Cisjordanie. Malgré isolées, qui pourraient être démantelées mier ministre estime en outre que les mandeauxpartiesdepersévérer.» «lamissiondelaRussie
entantqueplusgrandetplus
1993 2000 2000 2004 puissantpaysdelarégion
(…)estd’yassurer
lapaixetl’ordre».
EN BREF
LePakistanaccepte
l’aidedel’Inde
Vul’ampleurdesdégâtscausés
parlesinondations,estimés
à43milliardsdedollars,le
Pakistanaacceptéhieruneaide
de5millionsdedollarsdel’Inde,
sonvoisinetrival.Alorsquesept
personnesontététuéesàKarachi
eConférencedeMadrid Accordsd’Oslo(photo) Accordsd’Hébron SommetdeCampDavid.Débutdela2 intifada(photos) Initiative lorsd’émeutescontrelalenteur1991 1993 1997 2000 2002
depaixarabe «Feuillederoute»duQuartette MortdeYasserArafat(photo) Planfranco-italo-espagnol ÉlectiondeBenyaminNétanyahou. dessecoursgouvernementaux,2003 2004 2006 2009
lesautoritésontannoncélamise
aupasd’organisationscaritatives
islamistesaccuséesd’exploiter
lacolèredelapopulation.Obamaenquêted’unsuccèsdiplomatiqueavantleslégislatives
KimJong-ilsoigné
pardesmédecinsfrançaisla priorité de la nouvelle politique étran- de l’IRA abandonnèrent définitivement pés (illégales au regard des conventionsRENAUDGIRARD
gère américaine. Il est vrai que l’opinion la lutte armée. de Genève, dont Israël est signataire). Leleadernord-coréenKimJong-ENVOYÉSPÉCIALÀWASHINGTON
publique américaine avait été choquée L’idée était de relancer, grâce à un Sous la direction du président Abbas et ilaétéexaminéenaoût
EN DIFFICULTÉ dans les sondages, le par la violence des opérations militaires médiateur américain qui avait fait ses du très efficace premier ministre Salam pardesmédecinsfrançais,deux
président Obama réussira-t-il un gros israéliennes contre la bande de Gaza de preuves, un processus de paix israélo- Fayyad, l’Autorité palestinienne s’est ansaprèsuneattaquecérébrale,
coup diplomatique avant les élections lé- la fin décembre et du début janvier 2009 palestinien complètement bloqué depuis a-t-onapprishierdesourcesud-mise au travail, bénéficiant sur le terrain
gislatives de novembre, qui permettrait (un millier de victimes, dont de nom- l’échec de la Conférence internationale de l’aide de conseillers militaires améri- coréenne.
à son parti de ne pas perdre sa majorité breux civils, du côté palestinien). d’Annapolis sur le Moyen-Orient, orga- cains et européens. La sécurité fut si bien
Lockerbie:al-Megrahiau Congrès? Rien n’est moins sûr, car ja- nisée par l’Administration Bush au mois rétablie qu’une ville jadis révoltée com-
doitretournerenprison,mais dans l’histoire vieille de soixante de novembre 2007. me Jenine devint un lieu d’excursion
LamédiationdeGeorge selonunconseillerd’Obamaans des négociations de paix israélo-ara- De manière rationnelle – mais sans fréquent pour maints «touristes politi-
bes une quelconque avancée n’a été ob- doute diplomatiquement imprudente -, ques» israéliens. SelonleantiterroristeMitchells’estembourbée
tenue en si peu de temps. la Maison-Blanche fixa ensuite les deBarackObama,JohnBrennan,quandWashingtonest GifleisraélienneMais rien n’interdit à Barack Obama conditions à remplir par les deux parties lesÉtats-Unisontdemandé
revenusursesexigencesde viser, d’ici à deux ans, la conclusion en conflit avant qu’elles puissent re- Fort de ces initiatives, Obama put pro- auxdirigeantsécossaisquele
d’un accord de paix instituant, aux côtés prendre sereinement un dialogue direct. noncer, le 4 juin 2009 à l’université du LibyenAbdelBassetal-Megrahi,
d’Israël, un État palestinien viable et Dans la foulée, les effets d’annonce se La partie palestinienne (réduite au Fatah, Caire, un discours de main tendue aux condamnéàviepourl’attentat
fixant enfin des frontières internationa- poursuivirent. Le 22 janvier, le président car les États-Unis se refusent à négocier musulmans du monde entier, sans être deLockerbieetlibéréilyaunan,
les définitives au Levant. On peut même nommait son nouvel envoyé spécial au avec le Hamas tant que le mouvement accusé d’hypocrisie. Mais, patatras, tout «terminesapeinedansuneprison
considérer que l’absence d’un tel accord Moyen-Orient en la personne de l’an- islamiste contrôlant Gaza n’aura pas for- s’effondra au cours de l’été 2009, après écossaise».
d’ici à l’été 2012 constituerait un lourd cien sénateur démocrate George Mit- mellement reconnu le droit à l’existence que le gouvernement israélien de Benya-
30gardesdesécuritéhandicap pour Obama, dans sa campa- chell, homme qui avait mené avec suc- d’Israël) devait rétablir chez elle la sécu- min Nétanyahou eut exprimé son refus
tuésenAfghanistangne de réélection à la Maison-Blanche. cès les négociations sur la question rité, afin de prévenir toute attaque terro- du gel des colonisations. Le pire est que la
Car autant les élections législatives de d’Irlande du Nord, qui aboutirent au fa- riste dirigée contre Israël. Quant aux Is- secrétaire d’État Hillary Clinton expliqua Trentegardesdesécuritéontété
mi-mandat aux États-Unis sont tradi- meux accord politique du Vendredi raéliens, ils devaient geler toutes les ensuite, de manière embarrassée, que les tuésetunequinzaineblesséslors
tionnellement tournées vers l’économie Saint (1998), où les leaders historiques colonisations dans les Territoires occu- critères exigés d’Israël par Washington d’uneattaquedestalibanscontre
et les thèmes de politique intérieure, ne l’étaient plus vraiment… La médiation unchantierdeconstruction
autant les campagnes présidentielles Mitchell s’embourba. deroutedanslaprovince
comportent toujours un important volet Pour atténuer l’effet de sa gifle diplo- deHelmand.Lareligionduprésident,mystèreaméricaindiplomatique. matique à l’égard de l’allié américain,
Lapidation:laFranceSur le Proche-Orient, Barack Obama Nétanyahou décréta ensuite un moratoi-
«veutsauverSakineh»en a déjà trop dit pour ne pas être re partiel – dans l’espace et dans le tempsEN PLEINE polémique sur la prochaine LaMaison-Blanches’estemployéeàmini-
condamné à réussir pendant son pre- – des colonies de peuplement. L’idée, en LaFrance«neménageraaucunouverture d’une mosquée près du site de miser la portée de cette méprise: certes,
mier mandat. La première chose qu’il fit ramenant aujourd’hui les parties autour effortpoursauverd’unemortGroundZeroàNewYork,unAméricainsur «le président est un chrétien dévoué qui
en tant que président, le 21 janvier 2009, d’une table américaine, est d’obliger atroce»l’IranienneSakinehcinqpensetoujoursqueBarackObamaest priechaquejour»,asoulignéleporte-paro-
au lendemain de son investiture, fut moralement les Israéliens à poursuivre Mohammadi-Ashtiani,de confession musulmane. Cette propor- leBillBurton,mais«ilneportepassareli-
d’appeler Mahmoud Abbas, le leader de tionamêmeaugmentédepuissonélection, gion en bandoulière.» Et «la plupart des ce moratoire au-delà de son délai initial condamnéeàmort
passant de 11% en mars 2009 à 18% Américains s’intéressent davantage àl’Autorité palestinienne. Et l’équipe de (censé expirer le 26 septembre 2010). pouradultère
aujourd’hui,d’aprèsl’institutd’enquêtePew l’économie, aux guerres en Irak et encommunication de la Maison-Blanche le Tous ces efforts sont louables, mais etcomplicitédemeurtre.
Research Center. Seuls 34% savent qu’il Afghanistanqu’àsareligion.»fit immédiatement savoir, expliquant les chances sont encore minimes
estchrétien,43%disantignorersareligion. Ph.G.que le nouveau président faisait du rè- d’aboutir, même à moyen terme. Oba-
glement du différend israélo-palestinien ma joue donc gros.
CHRONO
RONEDMONDS;KHALILHAMRA/AP-HALEY/SIPA
Ce
n
n
e
i
p
s
a
C

r
e
M
G
o
l
f
e

P
e
r
s
i
q
u
e
samedi21-dimanche22août2010 LEFIGARO
Chronologie:
lacrisedunucléaireiranien6 international
WWW.LEFIGARO.FR/INTERNATIONAL
L’IranlancesacentraleatomiquedeBouchehr
Malgré les sanctions internationales, cette installation civile entre aujourd’hui dans sa phase opérationnelle.
OUZB.DELPHINEMINOUI RUSSIE KAZ.
CORRESPONDANTEAUMOYEN-ORIENT Washington
AZERB. rassureIsraëlNUCLÉAIRE Le feuilleton aura duré plus TURKM.
de trente ans. C’est au terme de longues
tractations, et dans un climat de tensions ALORSquel’Iranaprocédéhieràuntir
renforcées entre Téhéran et les capitales Machhad d’essai du missile sol-sol Qiam, les
occidentales que la centrale nucléaire de Téhéran États-Unis ont convaincu Israël queAFGH.
Bouchehr sera finalement lancée ce ma- Téhéranauraitbesoind’aumoinsunan
tin. Objectif annoncé par la République pour développer une arme nucléaire,
IRAK IRANislamique: produire, avec l’aide de Mos- éloignantl’hypothèsed’uneattaquede
cou, suffisamment d’électricité pour ré- l’État hébreu sur les installations ato-PAK.Bouchehr miques iraniennes, selon le New Yorkpondre à une demande d’énergie crois-
Times.Desresponsablesisraéliensta-sante. Le chargement de 165 barres de ARABIE
blaient sur quelques mois. Mais GarySAOUDITEcombustible dans le réacteur de la cen-
Mer d’Oman Samore, principal conseiller de Barack
trale devrait prendre une quinzaine de 400 km OMANE.A.U. Obama sur le nucléaire, a déclaré qu’il
jours. Puis, d’ici six à sept mois, la centra-
faudrait «environ une année» pour
le et son réacteur de 1000 mégawatts la matière fissile, qui pourrait servir à un transformer son uranium faiblement
pourront être connectés au réseau natio- programme militaire clandestin, se- enrichi en matériau permettant la fa-
nal d’électricité iranien. raient donc limités. brication d’armes. «Une très longue
A priori, pour les experts, cette instal- Mais, à l’heure du bras de fer opposant période»,a-t-ildit. (AFP,AP)
lation nucléaire ne présente aucun dan- Téhéran à la communauté internationale
Ungardeiranien,hier,devantlacentralenucléairedeBouchehr. VAHIDSALEMI/APger. Bouchehr « est totalement protégée sur ses autres activités nucléaires, l’inau-
de tout risque de prolifération », affirme le guration de Bouchehr n’a pas manqué de
ministre russe des Affaires étrangères, provoquer l’ire de Washington. La secré- des fins militaires. Les autorités iranien- combustible nucléaire iranien. Cette ini- ces tergiversations que la Russie, membre
Sergueï Lavrov. Les opérations, qui vont taire d’État américaine, Hillary Clinton, y nes justifient cette production d’uranium tiative, présentée en mai dernier avec du Conseil de sécurité de l’ONU, a reporté
se dérouler sous contrôle rapproché des voit une décision «prématurée», tandis enrichi par la nécessité de disposer de l’aide du Brésil et de la Turquie, consiste- à plusieurs reprises le lancement de Bou-
inspecteurs de l’Agence internationale que pour le porte-parole de la Maison- combustible pour ses futures centrales. rait à échanger en territoire turc 1200 kg chehr. « Le retard de l’inauguration de
de l’énergie atomique (AIEA), permet- Blanche, Robert Gibbs, cette source de son uranium faiblement enrichi Bouchehr a longtemps servi de moyen de
Nouvelleoffred’Ahmadinejadtront de s’assurer que la centrale utilise d’énergie «autorisée» montre que l’Iran (3,5%) contre 120 kg de combustible en- pression contre l’Iran pour qu’il suspende
essentiellement du combustible russe – «n’a pas besoin de disposer d’une capacité Dans une interview publiée hier par le richi à 20%, destiné au réacteur de re- son enrichissement d’uranium», note un
transféré de Sibérie par avion. Une fois le d’enrichissement ». Sous le coup de dix quotidien japonais Yomiuri Shimbun, le cherche médical de Téhéran. Faute de diplomate occidental. Mais l’argument
processus achevé, le irradié résolutions du Conseil de sécurité de président iranien Mahmoud Ahmadine- garanties suffisantes – et lasses des pro- commercial semble avoir joué en faveur
sera plongé dans une piscine de refroi- l’ONU, Téhéran est en effet soupçonné de jad a, pour sa part, relancé une proposi- messes non tenues de l’Iran –, les grandes de Téhéran, Moscou ne voulant pas ris-
dissement avant d’être rapatrié vers la s’entêter à enrichir, en parallèle, son tion de dialogue avec les puissances occi- puissances ont, à ce jour, ignoré l’offre. quer de perdre ce contrat estimé à un
Russie. Les risques de détournement de propre uranium pour pouvoir l’utiliser à dentales sur un éventuel échange de Ce serait, entre autres, pour sanctionner milliard de dollars.
Les Films du Poisson et Taylor Media présentent
LaThaïlandedécide
COUP DE CŒUR DE LA PRESSE d’extraderViktorBout
ELLE LE PARISIEN FIGARO MADAME
Le trafiquant d’armes russe
risque la perpétuité aux États-Unis.
LE POINTLE MONDE
FLORENCECOMPAIN
LIBERATION BANGKOK
MARIANNE ASIE Dans le monde sans foi ni loi desSTUDIO CINELIVE
trafiquants d’armes, la décision de la jus-
tice thaïlandaise résonne comme un tir
de mortier. Incarcéré depuis plus de deuxTELECINEOBS POSITIF TELERAMA ans à Klong Prem, pénitencier de haute
sécurité des faubourgs nord de Bangkok,
le Russe Viktor Bout sera bien extradé aux
États-Unis, où il est inculpé pour trafic
d’armes, blanchiment d’argent et fraude.
Recherché depuis 2002 par Interpol,
soupçonné par les services de rensei-
gnements occidentaux d’avoir semé ses
armes et le chaos depuis les jungles du
Congo jusqu’aux montagnes afghanes,
celui que l’on surnomme « le marchand
de mort » et qui talonne Ben Laden sur la
liste de Washington des plus grands ter- ViktorBout,hier,justeavant
sacomparutiondevantlacourroristes y est passible de la réclusion à
deBangkok. SUKREESUKPLANG/REUTERSperpétuité.
Dans l’uniforme orange des prison-
niers, les chevilles entravées, Viktor la guérilla marxiste colombienne des Farc
Bout l’intouchable, qui s’est tant joué des censés finaliser une transaction de plu-
États et de leurs législations, avait l’air sieurs millions de dollars.
estomaqué, hier, dans la salle d’audien-
L’hommequiensavaittropce. Habituellement prompt à dénoncer
« le complot américain » et à jurer ses À Bangkok, on chuchote qu’il peut encore
grands dieux n’être « qu’un homme d’af- se passer des choses durant les trois mois
faires, honnête et consciencieux », il n’a nécessaires à la paperasserie pour l’extra-
pu dire un mot. Son avocat, qui avait dû dition. Quand Sergueï Lavrov, ministre
sentir le vent tourner, avait multiplié les russe des Affaires étrangères, déclare:
prières frénétiques devant le saan pra «Nous regrettons ce qui est à mon avis une
phom, autel aux esprits spécialisé dans décision illégitime et politique. Nous conti-
les causes désespérées. Quant à sa fem- nuons de faire tout le nécessaire pour qu’il
me Alla, la belle styliste au teint pâle et rentre au pays», tout le monde le prend au
aux yeux gris, qui a organisé sa vie sérieux. Car on dit que Viktor Bout en sait
long sur de puissants personnages en Rus-
sie et pourrait gêner ses amis du FSB, les
Le«marchanddemort» services secrets russes.
Au fond de sa cellule, qu’il partage avecestdevenul’enjeu
une trentaine de codétenus, Viktor Bout estd’unbrasdeferentre
devenu l’enjeu d’un bras de fer entre
WashingtonetMoscou Washington et Moscou. En février 2009,
27 sénateurs républicains ont écrit à la se-
autour des visites quotidiennes à la pri- crétaire d’État Hillary Clinton pour qu’elle
son, elle ne pouvait que balbutier : fasse monter la pression sur les Thaïlandais.
« C’est la décision la plus injuste qui soit. Le ministère des Affaires étrangères russe a
La cour d’appel est revenue sur une déci- répliqué par communiqué en dénonçant les
sion de première instance selon laquelle il «ingérences» et les «provocations». Jeudi,Charlotte Gainsbourg
s’agissait d’une affaire politique. » le département d’État a de nouveau rappelé
Est-ce pour autant la fin du mythe l’importance de ce dossier dans un courrier
Viktor Bout? L’homme qui a inspiré Hol- à l’ambassadeur de Thaïlande aux États-
lywood. L’homme qui a connu toutes les Unis. Au parloir, derrière les barreaux et la
guerres, a volé de guérilla en conflit eth- vitre de Plexiglas maculée de traces de
nique, a enchaîné les rendez-vous inter- doigts, Viktor Bout, qui venait de lire le
lopes et les livraisons clandestines dans «SAS» qui lui est consacré, Le Piège de
d’obscurs aéroports. L’homme qui a dé- Bangkok, avait confié au Figaro en avril
joué les pièges de ses ennemis et des ser- dernier que la fin imaginée par Gérard
un film de Julie Bertuccelli vices secrets. L’homme qui n’est tombé de Villiers ne lui déplaisait pas: un «deal
source:Allociné
qu’à l’issue d’une opération rocamboles- scellé entre la Maison-Blanche et le
que menée en mars 2008 par les agents de Kremlin», «la demande d’extradition aban-ACTUELLEMENT la DEA, l’agence antidrogue américaine, donnée» et son «retour à Moscou dans un
se faisant passer pour des responsables de appareil Aeroflot». On peut rêver.
A
© Les Films du Poisson / Taylor Media – Photo : Baruch Rafic. Crédits non contractuels.