Magazine Le Figaro du 24 septembre 2010

Magazine Le Figaro du 24 septembre 2010

-

Livres
30 pages

Description

Redecouvrez le Figaro magazine du 24/09/2010

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 24 septembre 2010
Nombre de lectures 86
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

1,30€ vendredi24septembre2010 -LeFigaroN°20574-www.lefigaro.fr-Francemétropolitaineuniquement
Samedi,
lanouvelleformule
duFigaromagazine
“Sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloge flatteur” Beaumarchais
LeFigaroéconomie
Accord
historique L’appeld’Obamapourl’emploi
enAllemagne
PAGE16 aumonde
LaGrèce
enguerre
contrelesjeux pourlapaix
illégaux PAGE16
Ryanair -serapproche auProche Orient
desgrands
aéroports PAGE18
Copé-Bertrand,
duelàBiarritz
PAGE4
Otages:Paris PAGE6
cherchedes
intermédiaires
PAGE5
Nucléaire:GDFSuezrenonce Retraites: lessyndicatsneparviennentColombie:mort
duchef àsesambitionsenFrance pasàamplifierlemouvement
militaire LE GROUPE énergétique ne par- GDF Suez garde des ambitions LES MANIFESTATIONS qui se contre 997 000 pour la police.
ticipera pas à la construction du dans l’atome civil, avec plu- sont déroulées hier dans toute la Mais l’Élysée a surtout soulignédesFarc
sieurs pays cibles (Royaume-deuxième réacteur de nouvelle France contre la réforme des re- que le taux de grévistes a claire-
PAGE7
génération en France, prévue à Uni, Italie…). En marge de la dé- traites n’ont pas modifié le rap- ment reculé dans le secteur pu-
Penly (Seine-Maritime). Son fection de GDF Suez, la port de forces. Le nombre de blic. Il est descendu à 21,4 %
Nouvellesrègles construction d’un réacteur àprésident, Gérard Mestrallet, en manifestants a été globalement chez les fonctionnaires d’État,
a décidé ainsi après que le rap- Penly dépendra pour beaucoup stable, par rapport au précédent 12,5 % dans les hôpitaux, 15,8 %pourles
de l’efficacité du prototype deport Roussely, consacré à l’ave- rendez-vous, le 7 septembre. chez les agents des collectivités
terrassesdes nir de la filière, eut défendu la Flamanville (Manche), actuelle- Les syndicats revendiquent locales.
primauté quasi absolue d’EDF. ment en construction. PAGE18 3 millions de manifestants PAGE3ETL’ÉDITORIALPAGE13cafésparisiens
PAGE8
BorisCyrulnik, HISTOIRE DUJOUR
psychiatre
A RACING MACHINE ON THE WRIST
etauteur Dejeunesespionspourlutter
àsuccèsPAGE24 contrel’alcoolismedesmineurs
Aladécouverte
a République d’Irlande a décidé âge.» L’Irlande, comme la Grande-Bre-desJeux d’employer les grands moyens pour tagne, est un pays particulièrement tou-Llutter contre la vente d’alcool aux ché par une consommation excessivemondiauxmo
ermineurs. Dès le 1 octobre prochain, la d’alcool chez les jeunes, qui en boivent deéquestreséqq police irlandaise va pouvoir recruter des grandes quantités en un temps réduit dans
PAGE11 jeunes de moins de 18 ans pour tenter de le seul but de se soûler. Les opérations piè-
piéger les pubs, bars ou magasins suspec- ges avec des mineurs tentant d’acheter de
tés de ne pas respecter l’interdiction de l’alcool ne seront menées que contre des
vendre des boissons alcoolisées aux mi- établissements déjà soupçonnés par la po-
neurs, a annoncé Dermot Ahern, le mi- lice de ne pas respecter la loi, mais ne se-
nistre de la Justice. Les jeunes participants ront pas utilisées comme des tests de rou-
à l’opération, des volontaires non rému- tine. Un pub pris en train de vendre une
nérés, doivent être âgés de 15 à 17 ans, et bière à un mineur risque la première fois
F.BOUCHON,S.SORIANO/LEFIGARO; avoir obtenu l’autorisation de leurs pa- une amende de 3 000 euros et une ferme-
C.BRICOT/ICONSPORT;DENIS/REA; rents. La procédure légale soumise à la ture forcée d’une semaine, la punition
R.MAZALAN/AP
police précise que«lesacheteurstesteurs passant à 5 000 euros et 30 jours de ferme-
ne doivent pas faire plus que leur âge, et ture dès la deuxième contravention.JulienDray
doiventêtrereprésentatifsdesgensdeleur CYRILLEVANLERBERGHE(ÀLONDRES)
Invité
du«Talk
DÉBATS&OPINIONS IONS RENDEZ-VOUS RM 022Orange- “AERODYNE”
LEBLOC-NOTES L’ÉDITORIALdePaul-HenriduLimbert PAGE13 DEUXIEME FUSEAU HORAIRELeFigaro» d’IvanRioufol L’ANALYSEdeJean-MarieGuénois PAGE13
PAGE4 L’Europefaceauréveilil A partir de 368 000 €LATRIBUNEd’YvonGattaz PAGE12despeuplesexaspéréss
DéputéPSdel’Essonne PAGE13 TOUTEL’ACTUALITÉSURlefigaro.fr
www.richardmille.com
ALG:170DA. AND:1,40€. BEL:1,40€. DOM:2,00€. CH:3FS. CAN:4,25$C. D:2,00€. A:2,80€. ESP:2,00€. GB:1,60£. GR:2,20€. IRL:2,20€. ITA:2,20€. LUX:1,40€. NL:2,00€. H:820
HUF. PORT.CONT.:2,10€. SVN:2,20€. MAR:13DH. TUN:2DTU. USA:3,95$. ZONECFA:1500CFA. ISSN0182.5852
T 00108 - 924 - F: 1,30 E
3:HIKKLA=]UVXUZ:?k@j@c@e@k;
HENNYRAYABRAMS/AP
* LA PERFORMANCE MÉCANIQUE POUSSÉE À L’EXTRÊME
wolkoff-arnodin.com
Cvendredi24septembre2010 LEFIGARO
2 recto VERSO
FrançoisZimeray,l’oublié
del’ouvertureCetavocatsocialiste,
amiintimedeLaurent
«Jenepeuxpaslaisserdire
quelaFranceseraitunesociétéFabius,aéténommé
inhumainedominéeparlahaine»,
protesteFrançoisZimerayambassadeur (icidanssonbureauauministère
desAffairesétrangères).pourlesdroits F.BOUCHON/LEFIGARO
del’hommeen2008,
succédantàRamaYade.
Iln’entendpas
renonceràsescombats Pourtant, l’idée de démissionner ne l’a jamais
vraimenteffleuré.«Ilyaunehypocrisieinsuppor-
tableànerientrouveràredireauspectacledega-aumomentoùlaFrance
minsmendiantdanslesruesetàs’insurgerlorsque
les choses sont dites, relève-t-il. Les mots fontestcritiquéeàl’étranger
peur,plusquelesfaits.»Etaussi:«Jen’aipasat-
tendu qu’on parle des Roms pour aller visiter leursdansl’affairedesRoms.
camps en France – là on peut parler de ghetto.»
Mais également: «J’ai été maire, quel maire peut
ALAINBARLUET
direqu’ilneprocéderajamaisàdesexpulsions?Ce
ETCHARLESJAIGU
sontdesdécisionsdouloureusesetdifficiles.Iln’ya
pasd’uncôtélecampdel’indignitéetdel’autrece-
luidubien.»
Lui, le porte-drapeau des droits de l’homme
dans les instances internationales, n’a pas eu les
états d’âme de Fadela Amara. «Ce n’est pas au
moment où la France est attaquée qu’il faut déser-
ter,dit-il.Nousn’avonspasdeleçonàdonnermais
pasnonplusàrecevoirdepaysoùonlapidelesjeu-
nes femmes et où on pend les homosexuels», lâ-
che-t-ilàproposdeceuxquidonnentdesleçons
n juriste, François Zimeray a l’ob- d’humanitéàl’ONU.
sessiondumotjuste.C’estpourcela Derrière les attaques contre le gouvernement,
sans doute que celui qui occupe et hormis les critiques politiciennes, il voit sur-
aujourd’huileposted’ambassadeur tout de la manipulation et de la désinformation,
deFrancepourlesdroitsdel’hom- la volonté de s’en prendre à la France, précisé-
me enrage des amalgames et des ment parce qu’elle est active dans ce domaine.Edérivessémantiquesnésdel’affaire N’empêche, la «patrie des droits de l’homme»
desRoms.LesdéclarationsdeVivianeReding,par se retrouve aujourd’hui sur la défensive. Fran-
exemple,lacommissaireeuropéenneàlaJustice, çoisZimerayserefused’ailleursàemployercet-
assimilantimplicitementlapolitiqueàl’égarddes te formule qui fleure une certaine arrogance.
«gensduvoyage»auxdéportationsdelaSecon- «Je préfère dire que la France et les droits de
de Guerre mondiale l’ont fait bondir. Il les l’homme, c’est un vieux couple et comme dans
contreditavecunmélangedefermetéetdesubti- touslesvieuxcouples,ilyadeshautsetdesbas»,
lité qui est sa marque. «Les critiques, il faut y souligne-t-il.
répondre quand elles sont injustes, outrancières Il se plaît surtout à souligner, par exemple, les
–l’amalgameaveclaSecondeGuerremondialeest avancées de la diplomatie française dans son
insupportable–,maisilfautaussisavoirlesenten- combat pour les enfants soldats – une cause qu’il
dre quand elles sont l’expression d’une humanité défend cette semaine à l’Assemblée générale de
blessée, dit-il. On peut commettre des erreurs (la l’ONU, à New York. Il se félicite aussi de l’action
circulaireciblantlesRomsqu’ilfallaitabsolument engagéeenfaveurdesenfantsalbinosduBurundi,
reprendre),ajoute-t-il,maisjenepeuxpaslaisser ostracisés et martyrisés, dont beaucoup ont été
direquelaFranceseraitunesociétéinhumainedo- sauvés grâce à une action discrète. Entre ce qu’il
minéeparlahaine.»Etd’ajouter:«Peut-onlais- appelleles«gesticulationsnarcissiques»etl’effi-
serabîmerl’imagedelaFranceavecdesmotscom- cacité,ilachoisi.Pourlui,unepolitiquedesdroits
me “déportation”, “rafle”, “Vichy”? Cette de l’homme doit se défier à la fois du cynisme et
confusiondesmémoiresfaitlejeudesnégationnis- del’angélisme.
tes», s’indigne-t-il en citant volontiers Albert
«Sarkozysedonneàfond»Camus: «Mal nommer les choses, c’est ajouter au
malheurdumonde.» En plus de deux ans, François Zimeray a mené,
François Zimeray est un peu l’oublié de sansbattage,desmissionsdansplusieursdizaines
l’ouverture. Ancien avocat d’affaires, né en 1961, de pays, de la Colombie à la Birmanie, de la
il s’était découvert dès l’adolescence une passion Tchétchénie à l’Irak, épaulé par des équipes ba-
pour l’humanitaire, rendant visite aux camps de sées à Paris, Genève, New York et dans les am-
réfugiés cambodgiens et s’engageant pour SOS bassades.ÀlademandedeBernardKouchner,ila
Darfour. travaillé à l’élaboration d’une stratégie pour les
droits de l’homme qu’il escompte bien présenter
«Lesmotsfontpeur, endestempspluspropices.
plusquelesfaits» Ces dernières semaines, ceux qui ont utilisé
Au Quai d’Orsay, il a remplacé Rama Yade sans l’expression de racisme officiel, comme Arnaud
faire de vagues, reprenant tous les dossiers de Montebourg,l’ontchoqué.Gêné,ill’estaussipar
l’ex-enfantgâtéedel’Élyséemaisavecpourmis- les attaques de l’opposition contre Éric Woerth.
sion, cette fois, de rester sous le radar. L’erreur, Cet avocat, c’est normal, n’aime pas les procu-
reconnue par Bernard Kouchner, avait été de reurs. Sa robe noire est toujours accrochée dans
créer un secrétariat d’État alors qu’il fallait s’ef- sonbureauduQuaid’Orsay.
forcer de diffuser la culture humanitaire dans les Mais ses convictions s’enracinent plus profon-
tuyaux du Quai sans se mettre à dos les profes- démentencore.Ilfutuntémoindirectdelades-
sionnels de la diplomatie – et éviter de créer des cente aux enfers d’un Pierre Bérégovoy «livré
attentesdisproportionnées.Rudemissiondansun auxchiens»etd’unLaurentFabiusvitrifiéparle
ministèreoùtous,loins’enfaut,n’ontencorein- Zimeray est aussi l’un des trois socialistes procès du sang contaminé. Deux événements qui
tégréladimensionhumanitaireàleurmissionré- d’«ouverture» à ne pas avoir été rayé des listes l’ont marqué à jamais. À portée de regard, une
galienne. delaRuedeSolferino,avecDidierMigaud–nou- photo dédicacée de Robert Badinter, autre icône,
Aussidiscretquesonministredetutelleestvi- veauprésidentdelaCourdescomptes–etDomi- voisineavecunportraitdel’ex-premierministre
sible et hâbleur, François Zimeray possède pour- niqueStrauss-Kahn.Maispourcombiendetemps socialistesuicidé,l’«hommebrisé».
tantlemêmepasseportd’anciencombattantdela encore l’ambassadeur de France va-t-il se sentir La page de l’ouverture s’est refermée, cela ne
gauche humanitaire. Zimeray est un intime de compatible avec ses anciens amis? Certes, il oc- l’empêche pas de se mettre à contre-courant. Et
LaurentFabius,sontémoindemariage,quil’afait cupeunpostedehautfonctionnairedel’État,non de trouver l’antisarkozysme qui fait rage à Paris
venirsursesterrespolitiquesdeSeine-Maritime. politiquethéoriquement,dansuncorpsoù,après trèsoutré.«Sarkozysedonneàfond,j’enaiconnu
Avecceparrainage,ilestélumaireduPetit-Que- tout, les hommes et les femmes de gauche sont tellement qui s’économisaient», lâche-t-il, l’œil
villy,contrelescommunistes,à27ans–plusjeu- nombreux.Ilsaitaussiquel’èredel’ouvertureest plissé. Laurent Fabius serait-il de ceux-là? Il ne
ne encore que Nicolas Sarkozy. «C’est un esprit finie. répond pas, mais dit admirer avant tout l’auteur
rigoureux et sincère, totalement indépendant, qui récent et cultivé du Cabinet des douze, sur les
ne s’engage pas en demi-teinte», dit de lui Ber- peintures qui ont fait la France. «Là, il est vrai-
nard Cazeneuve, le député maire de Cherbourg mentlui-même»,glisse-t-il.
quileconnaîtdelonguedate. Du quinquennat Sarkozy, il souligne les
De sa fréquentation de Fabius, il a gardé une «avancées»:laquestionprioritairedelaconsti-
dictionpréciseetsoignée,lavoixchaudeetenve- tutionnalité, la nomination de Didier Migaud à laC’estunespritrigoureux
loppante. Et il sait, à l’occasion, imiter avec un CourdescomptesoucelledeJérômeCahuzacàlaetsincère,totalementindépendant,quiluxed’intonationsleronronnementdesonancien présidencedelacommissiondesfinancesdel’As-
mentorlorsquecelui-cirépèteavecunairchatte- semblée nationale. Deux socialistes. «Je ne suisnes’engagepasendemi-teinte«mite: «Il faut aller de l’avant, il faut aller de » pas sûr que nous en aurions fait autant», com-
l’avant…» BERNARDCAZENEUVE,DÉPUTÉMAIREDECHERBOURG menteFrançoisZimeray.
A
BERNARDCAZENEUVE.COM
LEFIGARO vendredi24septembre2010
3francePOLITIQUE
Retraites:lamobilisationstagne
Selon le gouvernement, les manifestations ont rassemblé moins d’un million de personnes, tandis que les syndicats
en revendiquent trois. Le taux de grévistes dans la fonction publique est en baisse par rapport au 7 septembre.
Ledéfiléparisienarassembléhier300000personnesselonlessyndicats,65000selonlapolice,pourlaquatrièmejournéedemobilisationcontrelaréformedesretraites. S.SORIANO/LEFIGARO
pitaux, 15,8% après 15,4% parmi les doute celui de l’équité hommes-femmes. gner que le lit du fleuve n’a pas débordé. minorésavantmêmequelescortègesdé-
OLIVIERAUGUSTEETCHARLESJAIGU agents des collectivités locales. À la Les inégalités de pension découlent des «Nous pensons qu’il y a une meilleure marrent».
SOCIAL Tout le monde a gagné! Comme SNCF, où la direction fait désormais ap- inégalités de rémunération, et nous pou- compréhensiondelaréformeetdesesen- Quant à Nicolas Sarkozy, qui s’est ex-
dans les meilleures soirées électorales, pel à des huissiers dans chaque région vons sans doute renforcer le texte sur ce jeux», estime Raymond Soubie. Le se- primé au lendemain du mouvement de
tous les camps ont crié victoire, hier, au pour crédibiliser le taux de participation point, déclare le secrétaire d’État à la crétaire général de l’UMP a estimé qu’il y grève du 7 septembre, il ne devrait pas
soir de la nouvelle journée de mobilisa- qu’elle affiche, l’entreprise a dénombré Fonction publique.Pourlereste,nousne avait eu«unpeumoinsdemanifestants» s’étendre sur le sujet dans les prochains
tion contre la réforme des retraites. 49,9% d’agents en grève (-1,9%). La sommes pas butés, mais nous ne sommes contre la réforme des retraites hier, par- jours. En revanche, il annoncera ce ma-
Le nombre de manifestants a été glo- RATP parle de 16% (-6%), et les Franci- pasnonplusprêtsàcéderàlapression». ce que la «pédagogie» commençait à tin le plan de restructuration du plateau
balement stable, par rapport au précé- liens n’ont pas connu de véritable «galè- Au total, malgré une mobilisation dans porter ses fruits. La présidente PS de Poi- de Saclay, l’une des vitrines de la recher-
dent rendez-vous du 7 septembre: les re» dans les transports en commun, sauf les rues qui reste dans le même étiage tou-Charentes, Ségolène Royal, a dé- che française. Une manière de souligner
syndicats en ont vu davantage (3 mil- sur certaines lignes de RER. que le 7 septembre, le gouvernement et noncé dans un communiqué une«mani- qu’il peut encore annoncer de bonnes
lions au lieu de 2,74, selon la CGT), la po- C’est évidemment cet aspect des cho- l’Élysée en tirent argument pour souli- pulationparl’Élysée», avec«deschiffres nouvelles.
lice en a compté moins (997000 contre ses que l’exécutif a retenu. Dès la mi-
1,12 million). Des chiffres dignes des journée, l’Élysée se focalise sur le faible
«prix psychologiques» pratiqués par les taux de grévistes. Et on insiste beaucoup.
supermarchés (pile trois millions d’un «Lenombredesgrévistesétaitdéjàmoins
côté, juste en dessous de la barre d’un élevéle7septembrequ’aumoisdejuin.Et Danslarue,Aubryveille
million de l’autre) ! en2003,letauxdegrèvedesfonctionnai-
Ces niveaux restent en tout cas élevés, resd’Étatétaitde57,5%», commente-t- sursesalliancesàgauche
ce qui a permis aux syndicats, qui on. L’Élysée se focalise moins sur l’am-
n’étaient pas certains de rééditer leur pleur des manifestations. Même si on première secrétaire tient sa ligne de
NICOLASBAROTTEperformance du 7 septembre, de chipote un peu. «La police a rassemblement de la gauche de gouver-
juger la journée réussie. «La comptélenombredecarsàPa- UNIS, ou presque, dans la rue. Malgré nement autour du PS. Les Verts veulent
mobilisation est en train de ris. Le 7 septembre, il y avait des divergences de fond, la gauche s’est un accord programmatique. Et les rela-
porter ses fruits», a assuré 310 cars, le 23 il y en a eu présentée groupée hier dans la mani- tions ont repris avec les communistes.
François Chérèque (CFDT), 198», glisse le conseiller festation parisienne contre la réforme21,4% Les“crédibles”etles“sérieux”en tête du défilé parisien. social Raymond Soubie. des retraites. La première secrétaire
«Nous atteignons les mê- On feint au passage de Martine Aubry est arrivée au point de Du PCF au PS, le message est commun:Letauxdegrévistes
mes proportions, alors que danslafonction considérer que les syndi- rendez-vous du PS entourée de la se- non à la retraite à 62 ans. «Il faut tout
lesdéputésontadoptélepro- publiqued’État cats sont «dans leur rôle», crétaire nationale des Verts, Cécile Du- reprendreàzéro», a exigé la numéro un
jet», a relevé son alter ego de en «affichant des chiffres lé- flot, et du secrétaire national du PCF, du PS en demandant au gouvernement
la CGT, Bernard Thibault. Qui se gèrement fantaisistes». Mais on Pierre Laurent. Un trio rattrapé par le de«reconnaîtrequ’ils’esttrompé».«Il
tourne vers les prochaines étapes: si s’efforce quand même d’éviter tout président du Parti de gauche, Jean-Luc faut mener le combat jusqu’au bout.» Jean-LucMélenchon,CécileDuflot,
l’exécutif ne bouge pas à l’issue de cette triomphalisme:«Onnevapastuerl’ours Mélenchon, qui s’est invité sur la pho- Mais si le PS est pour l’allongement de la MartineAubryetetPierreLaurent
nouvelle mobilisation,«ceseranotrede- avant d’avoir eu sa queue», avance un to. Entre l’ancien socialiste et ses ex- durée de cotisation, les autres partis de hieràParis. C.PLATIAU/REUTERS
voiretnotreresponsabilitéd’organisation proche du président. Les négociations camarades, les relations sont compli- gauche le refusent.
syndicale, c’est évident, d’envisager parlementaires peuvent désormais com- quées. «Il fait partie de la gauche», Martine Aubry est aussi confrontée à mière secrétaire a recadré, mardi, par
d’autres initiatives». L’intersyndicale se mencer au Sénat. soupire le bras droit de Martine Aubry, la question de l’extrême gauche. Une la voix de son lieutenant François
réunit dès ce matin pour en discuter. Le secrétaire d’État à la Fonction pu- François Lamy. Chacun a ensuite re- large frange du PS, et notamment des Lamy:«Toutlemondesaitqu’onnefera
Le taux de grévistes, en revanche, a blique, Georges Tron, promet «encore joint ses partisans respectifs. proches de l’ancien premier secrétaire pas de contrat de gouvernement avec
clairement reculé dans le secteur public, Candidat potentiel du Front de gau- François Hollande, s’est inquiétée de Besancenot.»des aménagements au Sénat». Le gou-
principal foyer de mobilisation. Il est vernement ira-t-il plus loin que les che en 2012, Jean-Luc Mélenchon rêve voir le porte-parole Benoît Hamon Mais Hamon n’a pas dit son dernier
descendu à 21,4% chez les fonctionnai- ouvertures déjà esquissées? La mobilisa- de créer une force concurrente du PS. ouvrir un dialogue dimanche dernier mot. Au sein de son courant, on n’a pas
res d’État (contre 26,8% début septem- tion d’hier ne semble pas le pousser dans Mais les socialistes espèrent bien le avec le leader du Nouveau Parti antica- apprécié l’offensive de «l’armée des
bre), 12,5% au lieu de 17,1% dans les hô- ce sens: «Le thème essentiel sera sans marginaliser avant. C’est pourquoi la pitaliste Olivier Besancenot. La pre- costumes gris»: «Les “crédibles” et les
“sérieux”quiontfaitperdrelesdernières
électionsauPS», explique-t-on.
Sloganscontrenuances
CequelessyndicatsespèrentencorearracherauSénat Benoît Hamon s’est donc amusé à relire
les propositions contenues dans le texte
«Elles ont compris que le gouver- d’économiser ailleurs en plafon- faut, des périodes de stage (l’As- de la convention sur le nouveau modèle
OLIVIERAUGUSTEETMARCLANDRÉ nement ne reculerait pas sur les nant la bonification de 10% des semblée en a accepté le principe économique et social du PS, adopté au
À L’ISSUE de cette cinquième fondamentaux de la loi et elles es- pensions versées aux pères et aux mais renvoyé ses modalités d’en- printemps dernier. «Il y a des camara-
journée de mobilisation depuis fin sayent de l’améliorer à la marge», mères de trois enfants et plus. trée en vigueur à un rapport pu- des qui n’ont pas lu ce qu’ils ont voté»,
mars contre la réforme des retrai- décrypte un expert en relations «Onpeutredéployerdesavantages blié en 2011 par le gouvernement) ironise-t-il. En compagnie de Besance-
tes, une ligne claire sépare les sociales. C’est en particulier le cas familiaux injustes pour financer et la suppression du plafond de not, Hamon avait évoqué une «aug-
centrales de l’intersyndicale. de la CFDT, en duo avec l’Unsa. quelques avancées», justifie Jean- ressources pour toucher une pen- mentation générale des salaires».Illit:Aux«Il y a d’un côté les «jusqu’au- Louis Malys, le M. Retraites de la sion de réversion dans le privé «Afind’inciteràlarevalorisationdessa-
sénateurs«Lesélusdisentqueboutistes» qui n’espèrent aucune CFDT. «Il y a une vraie ouverture (qui empêche les veuves de cumu- laires,noussouhaitonsappliquerunsys-
nousavonsraison» demontreravancée des sénateurs. FO, la FSU sur ces points», espère-t-il. Le ler réversion et revenu du travail). tèmedebonus-malusauxcotisationsdes
et Solidaires (syndicats SUD) ré- La centrale dirigée par François président du Sénat, Gérard Lar- Deux thèmes «sur lesquels entreprises en fonction de la conclusionqu’ilsont
clament le «retrait» du projet de Chérèque souhaite accorder à tous cher, s’est montré un temps beaucoupd’élusdelamajoriténous ou non d’un accord salarial.» Il avait
réellementloi,«nonnégociable,nonamenda- les salariés, automatiquement, ouvert à la réflexion, mais l’Élysée disentquenousavonsraison», as- aussi parlé de«geldesloyers». Il pour-
ble» à leurs yeux. Ces trois cen- une année «gratuite» de cotisa- freine des quatre fers. sure Danièle Karniewicz, la repré- uneautonomie, suit:«Dansleszonestendues,nousmet-
trales proposent de passer à la vi- tion pour dix ans d’exposition à La CFE-CGC joue sa propre par- sentante de la CFE-CGC, mais qui trons en œuvre un blocage des loyers lecomme
tesse supérieure et d’appeler à la des facteurs de pénibilité au tra- tition. Elle réclame de nouvelles ne figurent pas parmi les assou- temps que les programmes de construc-ilsle
grève reconductible. La CGT bas- vail (travail de nuit, bruit, vibra- ressources pour créer, comme plissements envisagés à l’Élysée. tion fassent leur effet.» Slogans contre
cule petit à petit dans ce camp, tions, contact avec des produits dans le public, un «bouclier re- «Aux sénateurs de montrer qu’ils proclament nuances.»sans pour autant demander le re- cancérigènes…). Elle demande traite» garantissant aux salariés ont réellement une autonomie, «Ce qu’on a fait est précieux pour la
DANIÈLEKARNIEWICZ,trait du texte, et compte sur la également le maintien à 65 ans de du privé un taux de remplacement commeilsleproclament», poursuit gauche», estime-t-il en réfutant l’idée
CFE-CGC
mobilisation pour faire reculer le l’âge de la retraite sans décote, au précis (montant de la pension par Danièle Karniewicz… sans opti- qu’il existe «deux gauches» irréconci-
gouvernement. moins pour les femmes et les tra- rapport au dernier salaire). misme excessif. liables. Coïncidence, hier soir Benoît
Tout en rejetant cette réforme vailleurs précaires aux carrières Le syndicat des cadres a deux Enfin, la CFTC espère convain- Hamon a retrouvé sur Canal + Olivier
«injusteetinégalitaire», les autres morcelées. Cette mesure coûterait autres demandes : la prise en cre les sénateurs d’augmenter la Besancenot, invité lui aussi pour com-
syndicats attendent un certain environ 3 milliards d’euros par compte, dans la durée de cotisa- CSG et d’affecter les ressources menter la mobilisation. Le dialogue se
nombre d’avancées des sénateurs. an; la centrale réformiste propose tion, des années d’études ou, à dé- générées à la branche vieillesse. poursuit.
Avendredi24septembre2010 LEFIGARO
4 francePOLITIQUE
LesparlementairesUMPtémoinsduduel
Copé-Bertrand
Hier à Biarritz, les partisans du président du groupe
majoritaire et ceux du secrétaire général sont
montés au créneau pour défendre leur champion.
re, le député-maire de Meaux fait mon-SOPHIEHUET
ter la pression. « On ne peut pas avoir unENVOYÉESPÉCIALEÀBIARRITZ
parti composé de 80 % de membres du
MAJORITÉ La scène a fait le tour du Net. gouvernement », assène Copé, qui vante
Jean Leonetti est en train de nouer sa le « management participatif » qu’il a
cravate quand Xavier Bertrand fonce mis en place à la tête du groupe UMP à
XavierBertrand,sur lui en arrivant hier matin à la halle l’Assemblée, sa « marque de fabrique »
secrétaired’Iraty, à Biarritz, où se tiennent les comme il dit. Le patron des sénateurs
généraldel’UMP,journées parlementaires de l’UMP. Le UMP, Gérard Longuet, l’encourage :
etJean-Françoissecrétaire général de l’UMP vouvoie os- « Cette offre de services est importante
Copé,tensiblement le vice-président du grou- pour que l’UMP se construise dans la di-
président
pe à l’Assemblée : « Ne serrez pas trop versité », affirme l’élu lorrain.
dugroupe
votre cravate. Vous allez devenir inaudi-
àl’Assemblée«Guéguerre»ble. Vous n’allez plus émettre aucun nationale,
son. » C’est la réponse au Scud lancé Les députés copéistes sont venus en hieràBiarritz.
mercredi soir par Jean Leonetti face à la nombre à Biarritz, malgré les grèves. MULLER/AFP
presse : « Aujourd’hui, l’UMP n’émet « Je ne juge pas l’homme », explique Isa-
aucun son et est donc inaudible. » Le dé- belle Vasseur, en parlant de Xavier Ber-
puté des Alpes-Maritimes ajoute même : trand, « mais le parti ne fonctionne
« Si le bateau coule, je rejoins Jean-Fran- pas ». Bernard Reynès déplore
çois, car, lui, il a la force de ramer. » « l’autisme » de l’UMP. « Copé a les
qualités, les compétences, le talent et
l’envie » pour diriger le parti majoritai-
«Jeneparticiperai re, plaide Christian Jacob, pressenti Bernard Accoyer, le président de l’As- est « très zen » et « totalement dans la ZOOMpasaujeu pour diriger le groupe à l’Assemblée si semblée. « Je ne participerai pas au jeu préparation de 2012 » à travers « dix
despetites
Jean-François Copé devait changer des petites phrases », prévient Christian conventions » qui vont être organiséesphrases»
d’attribution. Bernard Debré vante tou- Estrosi, le ministre de l’Industrie. Sa sur des sujets de fond.
CHRISTIANESTROSI tes les raisons qu’a le maire de Meaux de collègue Nadine Morano, autre sarko- En priorité sur la sécurité. Le débat Sondage:lespositions
vouloir prendre l’UMP « pour faire réé- zyste de choc, demande aux élus UMP animé qui a eu lieu hier matin sur les dugouvernementse
La première journée des travaux, lire Nicolas Sarkozy en 2012 ». Lionnel « de s’occuper d’abord des préoccupa- rapports entre police et justice, avec le rapprochentdecellesduFN
consacrée hier à la sécurité, puis aux Luca estime que le collectif de la Droite tions des Français ». « La guéguerre Co- ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux DeuxFrançaissurtrois(66%)
estimentquelesrécentesgrands chantiers (retraites, fiscalité) a populaire, dont il est cofondateur, «se pé-Bertrand, on s’en fout », lance Alain en duplex depuis Paris, et la ministre de
été dominée par le duel que se livrent reconnaît davantage dans la ligne dure de Gest. « Le duel attendu n’a pas eu lieu et, la Justice Michèle Alliot-Marie dans la positionsdugouvernementen
Jean-François Copé, le patron des dé- Copé sur la sécurité que dans la ligne de toute façon, c’est Nicolas Sarkozy qui a salle, montre que l’enjeu est capital à matièredesécuritéet
putés UMP, et son rival de toujours, Xa- moins visible de Bertrand ». les clés de la décision », rappelle Éric l’UMP. d’immigrationserapprochent
vier Bertrand. Après « l’offre de servi- Cette campagne interne n’est pour- Ciotti. Proches du secrétaire général de Attendu ce matin à Biarritz, le pre- desthématiques
ces » qu’il a faite à Nicolas Sarkozy pour tant pas du goût de tous. « La politique- l’UMP, Yanick Paternotte et Damien mier ministre François Fillon devait ar- traditionnellementdéfendues
parleFrontnational,selonunprendre la direction du parti majoritai- fiction ne m’intéresse pas », tranche Meslot soulignent que Xavier Bertrand river dès hier soir.
sondageBVAdiffuséhierdans
«LaMatinale»deCanal+.
42%despersonnesinterrogées
considèrentdésormaisquele
Frontnationalest«unpartiMatignon,UMP:lesspéculationsbattentleurplein
commelesautres»,alorsqu’une
majorité(57%)estimequ’ilres, et il rassure les Français, affir- la partie mouvante de l’électorat l’UMP. « Borloo, avec le président,JEAN-BAPTISTEGARAT
me le député corse. Il est incon- du président ». « Borloo à Mati- on n’en a jamais parlé », assure-t- reste«àpart».Cependant,ETJUDITHWAINTRAUB
ENVOYÉSSPÉCIAUXÀBIARRITZ tournable. » Sans nier les qualités gnon, ça a une cohérence, même si il. Avant d’ajouter qu’il s’entend prèsde82%dessondés
du premier ministre, Nadine Mo- ce n’est pas la seule solution possi- « très bien » avec le ministre de rejettentcatégoriquement
À UN MOIS et demi, deux mois au rano, une autre sarkozyste in- ble », juge Yves Jégo. L’ex-secré- l’Environnement et qu’« avec lui l’éventualitédel’entréeauLe«pire, du grand chambardement conditionnelle, estime qu’un taire d’État à l’Outremer, qui a à Matignon, il n’y aura pas de pro- gouvernementde
schémaidéal personnalitéspromis par Nicolas Sarkozy, les changement est « inévitable » adhéré au Parti radical après son blème ». « Le schéma idéal de
deJean-pronostiqueurs s’affolent. Qui à pour mettre la majorité en ordre éviction du gouvernement, craint Jean-François Copé, c’est lui à d’extrêmedroite.
Matignon ? Et à l’UMP ? Les mi- de bataille. La secrétaire d’État a que « la majorité aille dans le mur l’UMP, son ami Christian Jacob au FrançoisCopé,
nistres et les élus présents à Biar- sa candidate : Michèle Alliot-Ma- si rien ne change ». Le député groupe, et Jean-Louis Borloo pre-
c’estluiritz n’ont parlé que de cela dans rie, sa collègue de la Justice. Nico- marseillais Renaud Muselier est mier ministre, qui ne le gênera EN BREFles couloirs des journées parle- las Sarkozy ne l’aime pas ? «On assez séduit, lui aussi, par l’hypo- pas », croit savoir un membre du àl’UMP,
mentaires de l’UMP. On peut les ne choisit pas son premier ministre thèse Borloo. « Je l’y vois bien, gouvernement. sonami
comprendre : le remaniement du comme on choisit ses amis. Par ce confie-t-il, mais la question c’est : Mais d’autres sont persuadés FabiendeSansNicolas
ChristianJacobgouvernement et la réorganisa- qu’elle incarne, MAM assure à Ni- est-ce qu’il tiendra dix-huit que le président du groupe garde fauchéparunevoiture
tion du parti ont été annoncés au colas ses 31 % du premier tour, es- mois ? » en fait à l’esprit un scénario diffé- augroupe, FabiendeSansNicolas,président
lendemain des régionales. Sept time Morano. Elle a l’expérience, rent, résumé par la députée de dugroupeUMPauconseiletJean-LouisScénariodifférentmois à attendre, c’est long. la compétence, et elle sera loyale. Paris Françoise de Panafieu : municipaldeGrenobleetancien
Borloopremier
La question dont procèdent Et n’oublions pas que les femmes Le « Columbo » du gouverne- « Copé à Matignon, trois ou quatre présidentdesJeunesPop’,aété
ministre,toutes les autres, c’est celle du représentent 53 % de l’électorat. » ment, comme l’appelle l’un de ses “capés” avec lui style Juppé ». Se- renversémercrediparune
premier ministre. François Fillon Peut-être, mais à l’UMP, le collègues, compte parmi ses par- lon elle c’est la formule magique voiture,àParis,alorsqu’ilquinelegênera
restera-t-il ou non à Matignon ? nom le plus souvent cité est celui tisans un éminent dirigeant de la pour avoir « à la fois le renouvelle- traversaitlarue.Leconseiller
pasLes partisans du statu quo vont du ministre de l’Environnement. majorité : Jean-François Copé. Le ment et la solidité ». municipalauraitquatrevertèbres»
répétant : « On sait ce qu’on perd, Patrick Balkany – encore un patron des députés se défend Nicolas Sarkozy et Jean-Fran- casséesmaissonpronosticvital
jamais ce qu’on gagne. » C’est la d’avoir une quelconque préfé- çois Copé ont prévu de déjeuner n’estpasengagé.sarkozyste de pure obédience –
erconviction d’un ultrasarkozyste pense que « Jean-Louis Borloo à rence pour Matignon. À l’enten- ensemble le 1 octobre. Une par-
Sondage:lesFrançaiscomme Camille de Rocca Serra. Matignon, ça réglerait beaucoup dre, son « offre de service » à Ni- tie du suspense sera alors peut-
favorablesaumaintien« Fillon rassure les parlementai- de problèmes, notamment celui de colas Sarkozy ne concerne que être levée.
deFillonàMatignon
FrançoisFillonarrivetrès
largemententêtedes
personnalitéspréféréesdesPourJulienDray,lecandidatduPSpour2012 Françaiscommepremier
ministre.Dansuneenquête
OpinionWay,37%despersonnesdoitavoir«letempsdesepréparer»
interrogéessontfavorablesàson
maintienàMatignon.IldevanceLe député socialiste de l’Essonne a plaidé, hier, pour une accélération
MichèleAlliot-Marie(18%),
Jean-LouisBorloo(14%),du calendrier de désignation.
ChristineLagarde(12%),
« il faut se donner du temps ». Pour lui, les Sans surprise, le député de l’Essonne Jean-FrançoisCopé(7%)
NICOLASBAROTTE
Français, après la période Sarkozy, se- n’a donc pas été convaincu par l’initiati- etFrançoisBaroin(5%).
GAUCHE Même à distance du jeu politi- ront « en quête de sens ». « Celui qui ga- ve du porte-parole du PS, Benoît Ha-
2012:Jean-LucMélenchonque, rien ne lui échappe. Julien Dray a gne (une présidentielle), c’est celui qui mon, qui a évoqué, le week-end dernier,
hostileàlacandidatureune analyse qu’il explique en privé. Il ap- exprime le mieux la souffrance et l’espé- la possibilité d’un « programme com-
deDSKpelle ça « les désistements en série ». Pour rance » dans le pays, qui le « sent ».« Je mun » avec le leader d’extrême gauche
lui, ni Dominique Strauss-Kahn ni Marti- ne crois pas à une présidentielle bâclée, je Olivier Besancenot. « Il ne connaît pas LeprésidentduPartidegauche,
ne Aubry n’ont envie d’être candidat à la ne crois pas au candidat qui arrive et qui bien les mouvements trotskistes », a iro- JeanLucMélenchons’estdéclaré
présidentielle. Alors, le député PS de l’Es- renverse les choses en quelques semai- nisé Julien Dray avec sévérité.« Ilyaune hiersurEurope1,hostileàune
sonne voit sortir du bois, face aux autres nes », a-t-il ajouté. En clair, il faut dési- certaine naïveté » de sa part, a-t-il ajouté candidaturedeDominique
prétendants Ségolène Royal et François gner plus vite le candidat pour 2012. en regrettant ce qui « peut donner le sen- Strauss-Kahnen2012.«Avecla
Hollande, Laurent Fabius, l’un de ses plus Pour compléter le portrait, il ajoute : le timent d’un grand écart » du PS. Invité à politiquemenéeauseinduFMI,ce
anciens adversaires, le troisième leader meilleur candidat pour le PS « n’est pas commenter la mobilisation contre la ré- typeestentraind’affamer
de la majorité issue du dernier congrès. forcément celui qui occupe l’espace média- forme des retraites, Julien Dray a estimé lamoitiédel’Europe»,
On verra s’il a raison et peut-être plus tique, qui le sature ou qui est en tête des que la France subissait beaucoup de a-t-ilaffirmé.
tôt que prévu si, comme il le souhaite, le sondages. C’est le vrai réformiste qui l’em- « tensions ». C’est pourquoi il attend des
calendrier de désignation du candidat portera. » De ce tableau, on peut conclure « gestes substantiels » du gouverne-
pour 2012 s’accélère. Invité du « Talk que Julien Dray se sent plus proche du ment. Mais sans parler de retrait du tex-JULIENDRAY,
Orange-Le Figaro », il l’a expliqué hier : discours de François Hollande. L’ancien te. « Je peux le faire, mais je connais lehier,danslestudio
« Si on veut être en situation de répondre » premier secrétaire ne cesse de demander président et je ne le vois pas le retirer »,a-duFigaro.F.BOUCHON/LEFIGARO
aux questions qui se posent à la France, des « choix » dans les priorités pour 2012. t-il ajouté, lucide.
ALEFIGARO vendredi24septembre2010
5international
Unconvoimilitairemobile
del’arméenigérienne
enpatrouilledansledésertdel’Aïr,Otages:Paris aunordd’Agadez.
M.MYLONAS/FEDEPHOTO
cherchedes
Réuniondecrise
àl’Élyséeintermédiaires
NICOLAS SARKOZY a réuni hier un
Conseil de défense et de sécuritéDes contacts avec Aqmi passent
restreint,lequatrièmedepuisl’enlè-
vement le 16 septembre de septpar des notables maliens. personnes dont cinq Français, au
Niger.
très méfiants et redoutant d’être trahis Laprésidencen’adonnéaucundétailTANGUYBERTHEMET
ou localisés par des avions de surveillan-ENVOYÉSPÉCIALÀBAMAKO sur le contenu des discussions qui
ce ou des satellites, tendent cependant à ontduréuneheureetauxquellesont
TERRORISME Lentement, les informa- choisir eux-mêmes le négociateur. Les notamment participé le premier mi-
tions filtrent sur le sort des sept otages anciens, clairement répertoriés, pour- nistre, les ministres de l’Intérieur et
enlevés au Niger. La revendication, mar- raient donc être écartés. delaDéfense,ainsiquelesprincipaux
di, par al-Qaida au Maghreb islamique chefsdelapoliceetdeladéfense.
«Ledésertn’estpasvide» Nicolas Sarkozy avait indiqué mer-(Aqmi) du rapt à Arlit des cinq Français,
credienConseildesministresquelesd’un Togolais et d’un Malgache, consti- Des complexités qui font sourire Mo-
services de l’État français étaienttue une première certitude. La seconde hammed Ould Mataly, un haut responsa-
mobilisés pour obtenir «dans lesest que les séquestrés ont été transférés ble tribal du nord de Gao. « Celan’arien
meilleurs délais» la libération des
dans l’extrême nord du Mali, une vaste dediabolique.Onpeuttoujourstrouverles
otages,auxmainsd’al-QaidaauMa-
zone désertique presque dénuée d’auto- preneursd’otages.Leproblème,c’estqu’il ghrebislamique(Aqmi).
rités, comme le confirment plusieurs of- yabeaucoupd’intoxication.Etquebeau- Alorsqu’AqmiamisengardelaFran-
ficiels français et maliens. coup de gens mentent aux diplomates », cecontretouteopérationvisantàli-
La phase qui s’ouvre désormais est de affirme-t-il. «Ledésertn’estpasvide.Ily bérer les otages, Paris a affirmé
loin la plus délicate : l’ouverture de adeséleveurs,descommerçantsquicroi- n’envisager«àcestade,aucunein-
pourparlers. «Pourl’instant,notresouci, sent ces gens-là. Après ils racontent aux terventionterrestre.»
Au-delàdesenlèvements,lesservi-c’estdepouvoirentrerencontactavecal- leaders… », détaille-t-il tout en affir-
ces de renseignements évoquentQaida, d’avoir des revendications que mant « n’avoirjamaisparticipéàunené-
depuisdixjours«unemenaceimmi-nousn’avonspas», a affirmé hier le mi- gociation ». Les trafiquants de cigarettes,
nented’attentat»enFrance. AFPd’essence ou de drogue qui sillonnent la
zone et qui collaborent à l’occasion avec
«Leproblème,c’estqu’ily les islamistes représentent, si besoin est,
des sources d’informations. «Pour l’intermédiaire, ce qu’il faut ment localisables. «La recherche peut commission, parfois confortable, pourabeaucoupd’intoxication.
Une partie de l’ancienne rébellion d’abord,c’estêtredésignéparlesautori- êtrelongueetc’estdangereux.Ilfautpar- les efforts. «Cela coûte cher et c’est trèsEtquebeaucoupdegens
touareg conserve, elle aussi, des contacts tés maliennes comme porte-parole avec ler.Fairesavoirquel’onestlà.Lesgrou- lent », conclut un expert.
mententauxdiplomates» avec Aqmi. Talib ag-Mama, un ancien despreuvesdelamissioncarcesgens-là pessedéplacentbeaucoup.Ilspeuventêtre Dans le cas des otages enlevés à Arlit,
MOHAMMEDOULDMATALY, iman touareg de Kidal, est devenu l’un n’aiment pas le mensonge », insiste Mo- n’importeoù », rappelle-t-il. Si le dialo- le contact risque d’être encore compli-
RESPONSABLETRIBALAUNORDDEGAO des proches d’Abou Zeid. Nombre de ces hammed Ould Mataly. gue s’établit, le négociateur aura avant qué par l’envoi d’un détachement de mi-
habitués du désert ont des liens avec les Ensuite, pour l’homme désigné, la tout affaire aux représentants des ravis- litaires français au Niger. Selon un res-
nistre de la Défense, Hervé Morin, sur services secrets, parfois maliens, mais seule solution consiste à partir en4×4 seurs. ponsable touareg, ces soldats aux portes
RTL, semblant ouvrir la porte à une for- surtout algériens et libyens, qui peuvent dans le désert. Les islamistes se méfient Au final, c’est toute une chaîne qui se du désert «vontrendreAqmiencoreplus
me de négociation avec les ravisseurs. appuyer leurs homologues français. des téléphones satellitaires trop facile- met en place. Et, tous réclament une prudentetagressif ».
Dans un communiqué, Aqmi, avait
confirmé son intention de marchandage.
«Nous informons le gouvernement fran-
çais que les moudjahidins vont lui trans-
mettreultérieurementleursdemandeslé- IncertitudesurlesortdesFrançaisenlevésauNigeria
gitimes.»
«Pour négocier, la première difficulté Un mouvement rebelle affirme les avoir « localisés » et veut les récupérer.
consiste à trouver des bons canaux pour
établirlecontact », explique un diploma- Jomo Gbomo, porte-parole des rebelles. cialiste du Nigeria de l’ONG Human Ri- être en même temps des criminels quiPIERREPRIER
te européen. Il s’agit avant tout d’obtenir Les auteurs paraissent faire allusion à ghts Watch.«Danslepassé,descommu- agissent seulement dans un but lucratif.
des preuves de la capture des otages, de AFRIQUE DE L’OUEST La situation des une future demande de récompense niqués du Mend ont déjà annoncé des La démarcation entre militants et délin-
leur bonne santé puis les exigences pré- trois marins français enlevés au large du pour leurs bons services :«Nousserons négociationspourdestransfertsd’otages, quantsestsouventfloue.»
cises des terroristes. «Ilexistebeaucoup Nigeria sur le remorqueur Bourbon maisilatoujoursétédifficile,aujourd’hui La prudence semblait de mise à Paris.
d’intermédiaires, mais très peu sont fia- Alexandre se complique. Hier, un com- commehier,desavoirquicontrôleleMend La France n’avait reçu hier aucune re-«Ilatoujoursété
bles », continue-t-il. muniqué émanant apparemment du et qui sont les auteurs de ces déclara- vendication pour le rapt des trois Fran-difficiledesavoir
Au Mali, plusieurs personnes ont ce- Mouvement pour l’émancipation du tions», dit le chercheur. çais, a annoncé le ministère des AffairesquicontrôleleMend
pendant été identifiées notamment pour delta du Niger (Mend en anglais) le prin- En outre,«desmilitantsimportantsdu étrangères.«Àcetteheure,nousn’avonsetquisontlesauteurs
leurs liens avec Adbelhamid Abou Zeid, cipal groupe politico-militaire de la ré- Mend,structurequirassembledesgrou- pas reçu de revendications. Les servicesdecesdéclarations»
qui détient aujourd’hui les captifs. Le gion pétrolière du Nigeria, a affirmé pes divers, ont l’année dernière accepté del’ÉtatetlasociétéBourbonsontpleine-ERICGUTTSCHUSS
chef de la section Est d’Aqmi, de son vrai avoir «localisé les trois Français et un l’amnistie offerte par le gouvernement. ment mobilisés pour obtenir la libération
nom Abib Hammadou, a en effet déjà autre individu» kidnappés dans la nuit alors en meilleure position pour donner Unefactionarefusémaisonn’estpassûr denoscompatriotes», a indiqué Romain
ouvert des négociations dans le cadre du 21 au 22 septembre. :«Noussommes desdétailssurleurétatdesantéetladu- del’identifierclairement». Le communi- Nadal, un porte-parole du Quai d’Orsay.
d’enlèvements, ceux du Britannique Ed- en négociations avec les ravisseurs pour réedeleurséjouravecnous.» qué cache peut-être une simple opéra- «Nous ne sommes pas en mesure de
wyn Dyer puis des Français Michel Ger- transférer ces hommes sous la garde du Le communiqué est à prendre avec tion crapuleuse, conclut Éric Gutts- confirmer la localisation de nos compa-
maneau et Pierre Camatte. Les islamistes, Mend», ajoute le message, signé par précaution, avertit Éric Guttschuss, spé- chuss. «Les membres du Mend peuvent triotes», a-t-il ajouté.
ÀManille,les«feuxfolletsducimetière»touchentlefonddelamisère
Plus d’un tiers des Philippins vivent en dessous du seuil de pauvreté.
Les plus abandonnés adossent leur malheur aux sépultures.
Les «feux follets» de Navotas devien- ce», explique Adelina Santos, jeune
FLORENCECOMPAIN
dront des hoodlum, des gangsters au mère de quatre enfants, qui tient la
ENVOYÉESPÉCIALEÀMANILLE
couteau facile. En attendant, ils écra- «tombe épicerie» ravitaillant les rési-
PHILIPPINES Ce sont les « feux follets sent les cafards.«Surlesgrands,lamort dents. Les enfants sont devenus incolla-
du cimetière ». Un joli nom pour une craque,surlespetits,ellerestemuette», bles sur le squelette humain.
hideuse réalité : des gamins crasseux s’amuse Emmanuel, 8 ans, qui trimbale
«Nousn’avonsrienàdire,qui surgissent du dédale des tombes par la patte un chaton famélique entre la
rienàmontrer»empilées comme des conteneurs et ga- vie et la mort. Ils tentent de faire décol-
lopent dans les immondices. ler des petits cerfs-volants en sautant de Arpenter les allées du cimetière-bidon-
À Navotas, une des villes satellites tombe en tombe, et jouent au kara y ville est une plongée au cœur de la mi-
constituant la flaque urbaine de Manille, kruz, « pile ou face », avec des pièces de sère la plus absolue. La « cour des mira-
six cents familles ont trouvé refuge dans le 1 peso, à l’ombre d’une madone qui lève cles » vaque à ses obsessions. Un pauvre
cimetière municipal et s’entassent les yeux au ciel. hère aux dents déchaussées réclame
dans des baraques brinqueba- Ceux qui se sont déjà taillé une cigarette. Les pieds nus et la robe
lantes adossées aux sépultu- une place dans un gang, les déchirée, une jeune fille ivre de gin titu-
res. L’expansion économi- cheveux pris en masse dans be, emportée par son ventre rond d’une DesenfantsjouentdanslecimetièrecatholiquedeNavotas,situédanslenord
delacapitaleManille,oùlesplusdémuniscohabitentaveclesmorts. BULLITMARQUEZ/APque relativement solide des une pâte décolorante, s’es- grossesse avancée. Torse nu, un homme
Philippines est rognée par 600 claffent devant des clips serre amoureusement son coq de com-
l’une des plus fortes crois- idiots au fond d’un caveau bat contre sa poitrine en attendant une filles engrossées. Et un avenir qu’on sos par jour en vendant du poisson. MaisC’estlenombre
sances démographiques de aménagé en salle de juke- gloire impossible. Un borgne répète en n’ose même plus envisager. l’écoute attentive de chaque bruitdefamillesinstallées
la planète (2,3 %) : plus box. Ou friment autour boucle qu’«ici, on allaite et on s’aime Dans le baldaquin de pierre abritant confond la peur, assure-t-elle. Ilyalesdanslecimetière
d’un tiers des 94 millions d’un billard dont les pieds debout, adossés aux pierres tombales», un certain Perez, mort en 2007, «avec hurlements des fantômes, les lourdsdeNavotas,
d’habitants se retrouvent sous àManille sont calés sur des plaques mor- puis rit à gorge déployée. Au fond d’une le fantôme duquel elle s’est accommo- battements d’ailes des aswang, ces
le seuil de pauvreté. Et les plus dé- tuaires. Au bout d’une allée, un alvéole en attente d’un cercueil, un en- dée», Charita Agda, 62 ans, se désole : femmes vampires et sorcières à la fois,
munis cohabitent avec les morts. maigrichon en haillons extirpe un crâne fant à la tête grise et aux yeux hébétés «Nous n’avons rien, rien à dire, rien à les crissements des mananangal, ces
Ainsi va la vie dans ce cimetière des d’une boue nauséabonde. Fier de sa gonfle de son souffle le sac en plastique montrer.» Elle tente de réveiller du pied mangeuses de fœtus qui éviscèrent leurs
faubourgs nord de la capitale, qui sen- trouvaille, qu’il fiche au bout d’un bam- qu’il tient contre sa bouche, avant d’as- une masse inerte, son mari, Roberto. Il victimes. Dans ce pays où l’imaginaire
tent la saumure de poisson et la pâte de bou, il court après les filles pour les ef- pirer l’air, chargé du solvant industriel finit par émerger. Les yeux mi-clos, il se vagabonde facilement, les histoires les
crevette : les diseuses de prières vien- frayer.«Ilseprendpourun multo», ri- vendu pour décaper les sols. ressert une rasade de rhum trouble. plus effrayantes courent d’une cabane à
nent le lundi allumer des cierges et gole Emmanuel, le tueur de cafards. Un À Navotas, les histoires se chevau- «J’attendsqueDieumerappelleàlui», l’autre. Et tous serrent dans leur poing
égrainer leur chapelet au milieu des cris fantôme issu du folklore philippin censé chent. Les larcins au marché aux pois- grogne-t-il, avant de se rendormir. un sel salvateur, censé provoquer de
d’enfants, de la musique, du linge qui hanter le monde des vivants pour se sons, le solvant, les passes pour se payer «La nuit, tout devient si étrange», graves brûlures chez ces êtres maléfi-
sèche entre les croix et des braseros sur venger. «Tous les cinq ans, les corps ses cahiers et ses livres de classe. Les fils raconte Charita la superstitieuse, qui ques que ces misérables s’imaginent
lesquels mijotent les maigres ragoûts. sont extraits des tombes faute d’espa- morts poignardés dans des rixes, les parvient difficilement à gagner 150 pe- condamnés à côtoyer au quotidien.
Avendredi24septembre2010 LEFIGARO
6 international
ZOOM
Obamamobilisel’ONUauchevet
FlottilledeGaza:l’ONU
accuseIsraël
Unrapportdesexperts
del’ONUconclutàlaviolationdelapaix parIsraëldudroithumanitaire
internationallorsduraidcontre
laflottillequiserendaitàGazaLemondedoitcontribuer
le31maidernieretquiavaitfait
9morts.Lesauteurssoulignentàlacréationd’unÉtat
l’illégalitédublocusdeGaza,
la«brutalitéinacceptable»palestiniendansunan.
duraidimpliquantactes
detortureetmeurtresdélibérés
ADÈLESMITH etaffirmentquelespreuvessont
NEWYORK suffisammentprécises
pour«appuyerdesNATIONS UNIES Oubliant pour un jour
poursuitesjudiciaires.»unesituationpolitiqueintérieurediffici-
le,BarackObamaestmontéhieràlatri-
Leprésident
bune des Nations unies avec un projet BarackObama
ambitieux: mobiliser la communauté aouvert EN BREF
internationalepourpermettred’iciàun ela65 session
anlaconclusiond’unaccorddepaixau del’Assemblée
Proche-Orient. « Lorsque nous nous re- 21mortslorsdecombatsgénéraledes
trouverons ici l’an prochain, nous pour- NationsUnies, danslacapitalesomalienne
rions avoir un accord qui permettra d’ac- hieràNew Deviolentsheurtsontéclaté
York. DREW/APcueillir d’un nouveau membre aux Nations hieràMogadiscioentre
unies : un État de Palestine indépendant, lesmilitantsd’al-Chebabetles
vivant en paix avec Israël »,a-t-ilplaidé, moud Abbas, qui a subi de fortes pres- S’adressantàceux « qui se considèrent haitelaisserlaporte « ouverte à la diplo- forcesprogouvernementales
toutenappelantsespartenaires,pourla sions des États-Unis pour reprendre le comme les amis de la Palestine »,Barack matie », l’Afghanistan, où il a réaffirmé tuant21personnes,surtoutdes
plupart pessimistes sur une telle pers- dialogue,menacedequitterlatabledes Obamalesainvitésà « appuyer leurs dé- lavolontédedésengagementaméricain civils.Lesinsurgéscontrôlent
pective,àfaireleurpartdutravail. négociationssiIsraëln’étendpaslemo- clarations d’amitié par des actes » et à à partir de « juillet prochain », la lutte unegrandepartiedelacapitale.
Washingtonaprésidéàlarepriseré- ratoire sur la colonisation en Cisjorda- « apporter un soutien politique et finan- contre al-Qaida ou encore le change-
PeinedemortrequisecentedesnégociationsdirectesentreIs- nie, censé prendre fin le 30 septembre. cier à l’Autorité palestinienne ». Aux mentclimatique.
contreunbloggeuriranienraël et la Palestine. Après deux ans de Lepremierministreisraélien,Benyamin « amis d’Israël »,ilafaitvaloirque «la C’est en tant que leader d’une nation
blocage,l’espoirrenaît,mais,commel’a Nétanyahou, refuse de prolonger ce gel sécurité que réclame l’État hébreu re- qui doute profondément de lui, d’elle- LeparquetdeTéhéranarequis
reconnuObama,le « premier test »aura partiel, mais a laissé entendre qu’il quiert un État indépendant de Palestine, mêmeetdelaplacedel’Amériquedans lapeinedemortpourHossein
lieudèslasemaineprochaine.Leprési- pourraitlimiterl’ampleurdesnouvelles permettant aux Palestiniens de vivre dans le monde, que Barack Obama a pris la Derakhshan,bloggeur
dent de l’Autorité palestinienne, Mah- constructions. la dignité ». Aux « négationnistes » qui parole aux Nations unies. Loin de tout irano-canadiendétenu
« chercheront à faire dérailler » le pro- triomphalisme, il a reconnu « des pro- àlaprisond’Evindepuis
cessusdepaix-unmessagedestinéen- blèmes, et des priorités parfois différen- novembre2008.Arrêté
treautresàl’Iran,quelquesheuresavant tes »decellesdesmembresdel’institu- alorsqu’ilcouvraitles30ans
LeprésidentaméricainrencontreWenJiabao lediscoursdeMahmoudAhmadinejadà tion.Ilaprisactedelapeur,deplusen delaRévolutionirannienne,
l’ONU -, le président américain a mar- plus répandue, de « voir la haine reli- ilestaccusédecollaboration
teléque « l’existence d’Israël ne peut être gieuse refaire surface » et les « problè- avecdesgouvernementsBARACKOBAMAs’estentretenuavecle dedouanecompensatoiresauxproduits
sujette à débat ». mes du monde échapper à tout contrôle ». ennemisdelaRépublique.premierministrechinois,WenJiabao,im- chinoisexportésauxÉtats-Unis.Lama-
Nouveauté dans son discours, Barackmédiatementaprèssondiscoursàl’ONU, nipulationduyuanestjugéeresponsable UE:polémiqueautourDroitsdel’homme Obamas’estlonguementexprimésurlesalors que les sujets de tensions restent du chômage de millions d’Américains du desindemnitésetdémocratienombreuxentrelesdeuxpuissances.Ils faitdel’avantageindudonnéauxentre- droits de l’homme et la démocratie, un
d’ex-commissairesdevaient entre autres aborder l’épineux priseschinoises. Celuiquiavaitéténaïvementperçuàson dossierquesonAdministrationanégligé
sujetdelasous-évaluationartificielledu Le déficit commercial américain avec la arrivéeàlaMaison-Blanchecommeune jusqu’à présent au profit de stratégies Dix-septancienshauts
yuan.Àquelquessemainesdesélections Chine est évalué à 200 milliards de dol- sorte de «sauveur» n’a guère eu de d’engagement. « Les fondations les plus responsablescumulentleurs
législativesauxÉtats-Unis,l’Administra- lars.Avantleurrencontre,lepremiermi- progrèsdiplomatiquesàfairevaloirhier. solides du progrès humain reposent sur indemnitésderéinsertion
tion Obama a promis de hausser le ton nistrechinoisatoutefoisannoncélacou- SilesrelationsaveclaRussiesesontnet- des démocraties, des sociétés et des gou- professionnelle,etlesrevenus
face à la Chine. Le Congrès a lui-même leur:laChinenevoitpasderaisonàune tement améliorées, en revanche, les vernements ouverts », a-t-il rappelé, tirésdeleursnouveaux
annoncésonintentiond’adopteruntex- réévaluationàlahaussedesadevise.
progrèssontminimesouinexistantssur promettantdesoutenirlessociétéscivi- emplois,souventdans
tedeloiprévoyantd’imposerdesdroits A.S.(àNewYork)
d’autres grands dossiers comme le nu- les opprimées, grâce à l’Internet et aux desgroupesdepression.
cléaire iranien, où Barack Obama sou- technologiesmodernes.
Malgrélessanctions,lesgrandes
puissancesproposentàl’Irandenégocier
Lesdiscussionssurledossiernucléairepourraientreprendre
surdenouvellesbasesdèscetautomne.
NUCLÉAIRE Lesgrandespuissancesont également présent à l’Assemblée géné- quessontsanseffetsurlepays,endépit
proposémercredisoiràl’Irandenégo- raledel’ONU,continuedenierqueson de ce qu’affirment notamment les
cier, trois mois après avoir infligé à ce programmenucléaireaitdesviséesmi- États-Unis.
paysdessanctionssévèrespourleman- litaires. LesSixsedisentégalementprêtsàre-
quedetransparencedesonprogramme prendre la discussion avec l’Iran sur
Dialoguedirectnucléaire. « un accord révisé » dans la ligne de
Les Six, qui soupçonnent l’Iran de Maisl’Iranestprêtàparticiperàdesné- l’échange d’uranium offert il y a près
chercheràsedoterdelabombeatomi- gociations « honnêtes » avec les gran- d’un an à Genève. Ils ont demandé au
quesouscouvertd’unprogrammecivil, despuissancessursesactivitésnucléai- groupe de Vienne (États-Unis, France,
veulent obtenir « rapidement une solu- res, a déclaré hier le ministre des Russie),deréfléchirauxdétailstechni-
tion négociée » avec Téhéran, selon le AffairesétrangèresManouchehrMotta- quesd’unenouvelleoffre. « Nous espé-
communiqué lu à l’issue d’une réunion ki. « Nous espérons qu’avec une appro- rons cette fois non seulement commencer
àl’ONUparCatherineAshton,larepré- che juste reconnaissant le droit de la Ré- le processus, mais aussi le maintenir »,a
sentantediplomatiquedel’Unioneuro- publique islamique à avoir des activités déclaré un haut responsable américain
péenne. Le groupe des Six est composé pacifiques nucléaires, nous pourrons après la réunion. Cela pourrait être à Leprésidentiranien,Mahmoud
des cinq membres permanents du avoir dans un proche avenir des négocia- l’automne. L’objectif principal actuel Barack Obama a appelé de nouveau Ahmadinejad,égalementprésent
Conseil de sécurité (Chine, États-Unis, tions » avec les Six, a renchéri Ramin desSixestentoutcas « un dialogue di- hierl’Iranàfairepreuved’unengage- àl’Assembléegénéraledel’ONU,
France, Royaume-Uni, et Russie) et de Mehmanparast, le porte-parole de la rect avec l’Iran », qui passerait par Ca- ment « clair et crédible » en faveur continuedenierque
l’Allemagne. diplomatie iranienne. Le régime répète therine Ashton, a insisté cette source d’un programme nucléaire pacifique. sonprogrammenucléaireait
desviséesmilitaires. WENIG/APpar ailleurs que les sanctions économi- souscouvertd’anonymat. (AFP)
Le«dialoguedirect»,
passeraitparCatherine
Ashton,lareprésentante AhmadinejadsouslapressiondesconservateursàTéhéran
deladiplomatieeuropéenne
imposéeparsongouvernement. de suprême », l’ayatollah Ali affaires, c’était pour éviter la dic-
DELPHINEMINOUI
Pis,c’estdanssonpropreclan, Khamenei, y affirme Mahmoud tature », a souligné le chef duCORRESPONDANTEAUMOYEN-ORIENT
« Nous avons réaffirmé notre détermi- celui des conservateurs – plus Ahmadinejad, en remettant en Parlement, Ali Larijani, connu
nation et notre engagement à trouver ra- DEPUIS son arrivée à New York, quejamaisdivisé–qu’ilessuieles question un principe du fonda- pour être un virulent adversaire
pidement une solution négociée à la ques- il saute de plateau télévisé en critiques les plus virulentes de- teur de la République islamique, d’Ahmadinejad.Sil’imam«tion du nucléaire iranien, et avons conférence de presse. Expert en puis sa réélection controversée, l’ayatollah Ruhollah Khomeyni, Si cette nouvelle polémique a
aditqueconsacré notre discussion à de nouvelles discourscontroversés,Mahmoud enjuin2009.Encause:sonentê- selon lequel le Parlement « est à tantmislefeuauxpoudres,c’est
étapes pratiques pour y parvenir rapide- leParlement Ahmadinejad peut se targuer tementàvouloirimposersapro- la tête des affaires ». parce qu’elle s’inscrit dans une
ment,écriventlesministresdesAffaires d’être,unefoisdeplus,l’unedes pre « marque de fabrique »,selon bataillequeselivrentdepuisplu-étaitàlatête «Erronéetimmature»étrangères. Notre objectif demeure une vedettesdel’Assembléegénérale l’expression d’un de ses détrac- sieursmoislesreligieuxtraditio-
desaffaires,
solution négociée complète et de long ter- desNationsunies. teurs,aupointdetenterdes’oc- Àl’originedecettedéclaration,la nalistes – arrivés au pouvoir
c’étaitme, qui puisse rétablir la confiance inter- De retour au pays, il risque troyerdespouvoirsquidépassent volonté, à peine voilée, d’en dé- aprèslarévolutionde1979–etla
nationale dans la nature exclusivement pourtant de déchanter. À peine sesprérogatives. coudre avec la fronde croissante nouvellecastepolitiquedesmili-pouréviter
pacifique du programme nucléaire de avait-illestalonstournésqueles Dernierexempleendate,cette des députés conservateurs qui taro-nationalistes qui entourent
ladictaturel’Iran. » partisansdesesprincipauxoppo- controverse suscitée par une in- s’opposent,entreautres,àsapo- le président iranien. Ainsi, son»
L’offre intervient trois mois après le sants réformistes, Mir Hossein terview accordée dimanche au litiqueéconomique,jugée « erro- récent éloge du roi Cyrus leALILARIJANI,PRÉSIDENT
votedelarésolution1929duConseilde DUPARLEMENTIRANIEN Moussavi et Mehdi Karoubi, se quotidien Iran, dans laquelle il née » et « immature ». Certains Grand et son idée de créer une
sécuritédel’ONU,quiimposeunenou- sont réapproprié, avant-hier minimise le rôle du Parlement. lui reprochent de prendre les « école de l’Iran » en matière re-
vellesériedesanctionséconomiquesau soir, les toits de Téhéran pour « Aujourd’hui, selon la Constitu- sanctionsonusiennesàlalégère. ligieuse sont perçus comme
régime,queplusieursÉtatsontcomplé- hurler « Allah Akbar ! »et « Mort tion, l’exécutif a la responsabilité Laréactiondesparlementaires autant de défis aux sacro-saints
téepardessanctionsnationales.Lepré- au dictateur ! », en guise de de diriger le pays et le président est n’a pas tardé: « Si l’imam a dit dogmes de la République islami-
sident iranien Mahmoud Ahmadinejad, contestation contre la répression la plus haute autorité après le gui- que le Parlement était à la tête des que.
A