Magazine Le Figaro du 28 décembre 2009

Magazine Le Figaro du 28 décembre 2009

-

Livres
32 pages

Description

Decouvrez le Figaro magazine du 28/12/2009

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 28 décembre 2009
Nombre de lectures 22
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

1,30€ lundi28décembre2009 -LeFigaroN°20344-www.lefigaro.fr-Francemétropolitaineuniquement
Lesaéroports JohnnyHallyday:
enalerteaprès secrets
d’unegalaxiel’attentatmanqué
financièrePAGE24deDetroit PAGE9
“Sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloge flatteur” Beaumarchais
LeFigaroéconomie La police d’Ahmadinejad tire
sur les opposants iraniens BoursedeParis:YvesRocher:
disparition
d’un
grand
patron
PAGE21
RERA:les 2009grévistesont
finiparplierPAGE21
ChezAmazon, l’annéelelivre
numérique
sevend du
plus
que
lelivre
papier rebond
PAGE21
APRÈS un début catastrophique, les 5 500 Le CAC 40 40
Boursesmondialesontterminél’an-
née 2009 sur un fort rebond. Les 3 912,733 912,73
4 500grandesgagnantesontétélesBour- LE 24 DLE 24 DÉÉCCEMBRE 2009EMBRE 2009Sécurité
sesdespaysémergents,dontShan-
ghaï(+114%).ÀParis, l’indiceCACrenforcéepour 3 500
40s’estadjugéungainde22%pourlesministresPAGE4 terminer l’année à 3912,73 points.
2 500Lesvaleurscycliquesetbancairesse
20092009sontdistinguées. PAGE20 20082008Vasteoffensive
antidroguedans
l’agglomération NucléaireàAbuDhabi:lesCoréens
parisiennePAGE11 mettentlesFrançaishorsjeu
EuropeÉcologieololololololololoolololoolllllllogoogogogogogogogogogogogogogoogogoggggggggggggggggggggi C’EST finalement le ne, pour un montant de 40 tium composé d’EDF, GDF
consortium sud-coréen milliards de dollars. Abu Suez, Areva et Total. C’estfaitde Les forces de sécurité iraniennes ont violemment réprimé Kepco qui a gagné le Dhabi a préféré une tech- un revers pour « l’équipe
l’ombre des manifestations, hier à Téhéran. Les tirs auraient fait au contrat de construction de nologie éprouvée et peu de France du nucléaire »
moins quatre morts, dont le neveu du chef de l’opposition, quatre centrales nucléaires onéreuse face à l’EPR fran- chère aux pouvoirs publicsauPS
de 1400 mégawatts chacu- çais proposé par le consor- français. PAGE19Mir Hossein Moussavi. PAGE6ETL’ÉDITORIALPAGE17PAGE3
TroisPalestiniens
HISTOIRE DUJOURabattuslors
dereprésailles
israéliennes PAGE8 Poursonéglise,unprêtregagne
100000dollarsaupokerEnquêtesur
l’inquiétante ’estDieu,dit-il,quiluiadonné«ce déjà été rassemblés. Il en faudrait encore
don de savoir jouer aux cartes». 1millionetdemiavantdeposerlapremièresituationdela CAlorsquandunteldonpermetàAn- pierre.
boxeenFrance drew Trapp de gagner dans un tournoi de Pour participer au tournoi de poker, re-
PAGE13 poker 100000 dollars, pas moins de transmisàlatélévisionaméricaine,lepère
70000euros,lejeuneprêtrecatholiquede Andrew, ordonné prêtre en juillet 2007, a
Garden City, en Caroline du Sud, reverse demandé l’autorisation de sa hiérarchie.
ses gains au fonds mis en place par sa pa- Ellelaluiaaccordéeetc’estenhabitreli-
roissepourconstruireunenouvelleégliseà gieux que le prêtre a pris place à la table.
sa gloire. «Au pire, même si je ne gagnais L’Église catholique ne réprouve ni les jeux
pasdeprix,j’espéraismontrerauxgensque decartenilesjeuxdehasard,souligne-t-il,
les prêtres sont des gens normaux qui peu- «tout est question de modération». An-
vents’amuser»,confielecurédelaparois- drew Trapp n’a pas remporté le tournoi
sedeSaint-Michael.L’égliseactuelle«est maisils’esthisséendemi-finale.Lavictoi-
vraimentvieille,sedésole-t-il.Elleesttrop reestalléeàunretraitédelapolicedeNewTroubles
petite pour répondre à nos besoins et très York,maisl’histoireneditpassilemillionbipolaires vulnérable en cas d’ouragan.» En quatre de dollars empoché par le vainqueur ira
ans de collecte, 4 millions de dollars ont auxbonnesœuvresdelapolice. C.F.-M.Lelithiumreste
letraitement
debase PAGE14 DÉBATS&OPINIONS RENDEZ-VOUS
L’ÉDITORIAL de Pierre Rousselin PAGE17 LECARNETDUJOUR PAGE15
BILLPUGLIANO/AFP-PRESSE L’OPINION de Douglas Kennedy PAGE16 2009:DEL’OMBREÀLALUMIÈRE PAGE31
SPORTS-DR-R.VIALERON/LEFIGARO- www.breguet.comDÉBATSUneautrelecturedel’Iran Christian
BOISSAY,M.L.ANTONELLI/SIPA. Bromberger et Jean-Pierre Digard PAGE17 TOUTE L’ACTUALITÉ SURlefigaro.fr Boutique et Musée Breguet, Paris, tél. 01 47 03 65 00
Boutique Breguet, Cannes, tél. 04 93 38 10 22
ALG:170DA. AND:1,40€. BEL:1,40€. DOM:2,00€. CH:3FS. CAN:4,25$C. D:2,00€. A:2,80€. ESP:2,00€. GB:1,60£. GR:2,20€. IRL:2,20€. ITA:2,20€. LUX:1,40€. NL:2,00€. H:700
HUF. PORT.CONT.:2,00€. SVN:2,20€. MAR:13DH. TUN:2DTU. USA:3,95$. ZONECFA:1500CFA. ISSN 0182.5852
T 00108 - 1228 - F: 1,30 E
3:HIKKLA=]UVXUZ:?b@c@m@i@k;
EPA/STRINGER
Ligne Classique
Clundi28décembre2009 LEFIGARO
2 voyage DANSLANOUVELLEEUROPE
DéfiléàBudapest,
enaoût2007,
dugroupe
paramilitaire
d’extrêmedroite
«MagyarGarda».
Sesmembressontliés
avecJobbik,unparti
hongroisnationaliste
etxénophobe.
B.SZANDELSZKY/AP
éléphone d’une amie, en Alsace : « Je
suis effarée, me dit-elle, parce que,
dans l’hôpital où je travaille, le person-
nel soignant qui vote à gauche refuse
de se faire vacciner contre la grippe
A (H1N1), en signe de protestationTcontre Sarkozy. Leur devoir n’est-il
pas d’abord de se protéger, pour protéger leurs pa-
tients ? » À Budapest, c’est le contraire : les gens de
droite refusent de se faire vacciner, en protestation
contre le gouvernement de gauche. Parfois, en
voyage, l’on est confronté à ce genre de reflet, qui
vous oblige à prendre un peu de recul. La fanatisa-
tion de la vie politique que je perçois en Hongrie
m’en offre l’occasion.
C’est entendu, la démocratie repose sur l’opinion
publique. Et à l’âge des mass media, c’est un show
auquel il faut participer. Le but du jeu étant de rem-
porter les élections, on ne peut réussir que si l’on
chasse le chef de l’autre camp. C’est donc une sorte
de guerre, pour laquelle mieux vaut disposer d’une
troupe obéissante. Un membre zélé de parti doit dé-
nigrer le chef du camp adverse sans états d’âme.
Mais ce jeu est risqué. Car l’opinion publique aime la
stabilité, elle veut être rassurée, elle n’aime pas que
les chefs et ses généraux se montrent agressifs et an-
xiogènes. La police, les pompiers, les Églises sont les
institutions les plus populaires. Tout en bas de
l’échelle, dans les sondages d’opinion, apparaissent
les parlements, c’est-à-dire des endroits de conflits
Hongrie:d’unoubliàl’autre
ouverts. Au fond, nous aimons la démocratie, mais sur des valeurs communes. On ne peut pas nommer cePOLOGNE75 km
pas le théâtre où se joue la pièce. Lorsqu’elle se résu- qui est hongrois, parce que c’est toujours utilisé pour
me à un combat exalté entre « bons » et « mé- des culpabilisations mutuelles. On a balayé sous le ta-
RÉP.
chants », lorsque la politisation de la vie publique pis le communisme, l’entre-deux-guerres, l’occupa-
TCHÈQUE
devient hystérique, sans consensus sur certaines Dans ce pays tion nazie, les problèmes des Tsiganes, la Shoah…
SLOVAQUIEvaleurs fondamentales, c’est que les chefs tirent Même les historiens n’en débattent pas. » Ce grand
Miskolc
trop sur les ficelles de la démocratie, et qu’elles vont encore marqué silence pourrit le discours politique. « Nous payons
Budapestcasser. Je ne compare pas la France avec la Hongrie. cher le manque de clarification historique, explique
Mais en Hongrie, la démocratie est en train de se Debrecen Pierre Kendre, membre de l’Académie hongroisepar les souffrances
briser. La classe politique y est tellement démagogi- des sciences. Les générations, l’une après l’autre, ont
que qu’une extrême droite hongroise ouvertement été entraînées en Hongrie dans des drames profonds,de l’histoire,HONGRIEantisémite s’apprête à triompher aux prochaines sans jamais en parler aux générations suivantes. »
élections, en avril 2010, en posant un sérieux pro- la démocratie est 30 % de votes extrémistesblème à l’Europe. ROUMANIEPecs
Ainsi les Hongrois vivent-ils sans recul, en considé-en train de se briser.Un pays au destin déchirant rant le passé immédiat, les trois ou quatre dernières
Dans nos démocraties, l’extrême droite est toujours années. Dans ce contexte, chaque changement deSERBIECROATIE La classe politiquela voiture-balai des opinions publiques désabusées, gouvernement constitue un tremblement de terre.
des « tous pourris ! ». Les électeurs soudain se pro- Les sondages sur les prochaines élections donnenty est tellementnoncent pour des solutions simplistes, les règles 70 % des voix à la droite. À la droite de la droite, des
compliquées de la démocratie semblant incompré- mées. L’écrivain Peter Esterhazy m’explique : extrémistes pourraient obtenir 30 % des votes. Ils
hensibles et dérisoires à l’homme de la rue parce « Après 1989, tout ici a été trop rapide pour les gens. démagogique professent ouvertement que les problèmes finan-
qu’elles ne répondent pas rapidement à ses problè- Sous la dictature, l’on survivait comme des animaux. ciers de la Hongrie sont générés par les juifs, et les
mes. Ce dérapage de la démocratie, nous l’avons Lorsque la dictature a disparu, nous n’étions pas prêts difficultés sociales par les Tsiganes. Cette extrêmequ’une extrême droite
connu en France. Mais ce sont désormais les petits pour ce quelque chose que l’on appelle “la liberté”. Le droite avait été réduite à néant par les communistes,
pays européens, ceux qui cherchent leur singularité principe de la démocratie, c’est de dialoguer, de dia- après 1949. « Ce qui se produit aujourd’hui est com-ouvertement antisémite
et leur place parmi les grands, qui sont touchés. loguer, et encore de dialoguer. Et voilà, nous ne sa- parable à ce qui se passe lorsqu’on sort quelque chose
L’Autriche et les Pays-Bas en leur temps. La Suisse vons pas parler. Alors nous vivons une nouvelle guerre enfoui dans un congélateur », dit Pierre Kendre.s’apprête à faire
aujourd’hui. La Hongrie très prochainement. De- froide. » D’un oubli à l’autre, les souffrances, trop Ce « quelque chose », cet antisémitisme, est
puis un siècle, le destin de ce pays est déchirant. Ses récentes, sont exploitées à des fins politiques par des d’autant plus atterrant que la Hongrie n’a jamais étéun score inquiétant edix millions d’habitants broient du noir. Le pessi- aussi rayonnante qu’au XIX siècle, lorsque l’aristo-partis démagogiques. La droite affirme que les so-
misme et un certain fatalisme là-bas marquent les cialistes sont des « communistes ». Les socialistes cratie hongroise s’est entièrement appuyée sur uneaux prochainespropos. Le déclin du pays, à écouter les Hongrois, traitent les partis de droite de « fascistes ». Entre le communauté juive parfaitement intégrée, afin de
est une pente raide. rouge et le noir, il n’y a rien, sinon de la haine. moderniser la société. La plupart de ces élites ont
En 1919, pour avoir mal choisi son camp, la Hon- Olga Szederkényi est journaliste à la radio MR1. élections. quitté la Hongrie après 1919, fuyant le communis-
grie est démembrée. Le traité de Trianon l’ampute Elle me raconte : « La politique crée en Hongrie une me. Ces mathématiciens, physiciens, photogra-
PARFRANÇOISHAUTERdes deux tiers de sa population et de son territoire. tension énorme. Lorsque je lis dans le train, des voya- phes, architectes, chefs d’orchestre, musiciens, co-
L’amiral Horthy, qui dirige le pays en 1920, s’allie à geurs m’insultent : comment osez-vous lire ce jour- médiens ou réalisateurs ont fait la gloire des
Hitler dans les années 1930, pour tenter de recou- nal ! Des ménages divorcent pour cela. J’évite d’aller États-Unis. Les physiciens derrière la première
vrer ces territoires perdus. Second choix catastro- voir mon père pour ne pas avoir à subir ses harangues. arme atomique américaine, les meilleurs réalisa-
phique. La Hongrie se retrouve encore du côté per- La politique, dans les familles, c’est un tabou. Ou bien teurs de Hollywood étaient des juifs hongrois. Ils
dant, occupée par les troupes soviétiques. En 1956, la guerre. Même les professeurs n’osent pas parler de s’appellent Theodore von Karman, Karl Mannheim,
Janos Kadar et les tanks russes écrasent une insur- l’histoire et des révolutions à leurs élèves. Le fanatis- Nicholas lord Kaldor of Newnham, sir Georg Solti,
rection menée par le démocrate Imre Nagy. Mais à me est partout. » sir Alexander Korda, Brassaï, Michael Curtiz, Mar-
la fin des années 1980, le régime anticipe intelli- Personne à Budapest n’a fêté cette année les vingt cel Breuer, Laszlo Moholy-Nagy, Joe Pasternak…
gemment la chute du communisme. Il s’y prépare, ans de la démocratie, les dix années dans l’Otan, les PETERESTERHAZY Aujourd’hui, les partis de la droite hongroise
en se positionnant à l’avant-garde des change- cinq années dans l’Union européenne, et le premier ÉCRIVAIN SHEEHAN/PEN/OPALE n’ont pas le courage de dire que le ressort de la com-
ments économiques. La Hongrie devient « la bara- anniversaire de l’entrée dans l’espace Schengen. pétitivité dans le monde moderne, c’est la responsa-
que la plus joyeuse du communisme ». Une majorité de Hongrois estime que les conditions bilité individuelle. Ils professent que la responsabili-
« Notre premier ministre avait étudié à Harvard, de vie, loin de s’améliorer, sont devenues plus diffi- té du déclin hongrois, c’est « l’autre », le juif, le
avant de devenir responsable de l’économie du pays. ciles. La Hongrie fait songer à la Russie, ou la démo- Tsigane, voire le « capital
Le gouvernement était composé de gens intelligents, cratie est devenue un concept détesté, ce qui autori- étranger ». « Le pire
très rationnels, se souvient l’écrivain Janosz Mik- se Vladimir Poutine à se comporter en autocrate dans le communisme,
saapja. Ils imaginaient une économie à la chinoise, et arrogant. c’est ce qui vient
en matière de politique étrangère, une neutralité à la « Mentalement, la Hongrie a divergé avec l’Union après », dit à Var-
finlandaise. Ils ont donc privilégié la continuité, et ci- européenne, affirme Jozsef Martin, qui a dirigé le sovie l’ancien
menté la Constitution de 1949, en rendant obligatoire journal L’Observateur. Les gens ne se sentent pas ci- membre de Soli-
Austerlitzla règle des deux tiers des voix nécessaires pour mo- toyens européens. Personne dans ce pays ne s’entend darnosc Adam Mi-
difier les articles les plus importants. Cette Constitu- chnik. À Budapest,
tion est basée sur la méfiance, elle ne laisse aucune c’est devenu une
place au consensus. Ainsi, en sommes-nous là où triste vérité.Après1989,touticiaététroprapide.
nous étions il y a vingt ans. Cette Constitution, c’est
comme si nous roulions dans une vieille Skoda. » Sousladictature,l’onsurvivaitcommedes
En Hongrie, les succès économiques du régime
communiste n’ont pas rendu une franche rupture DEMAIN:animaux.Lorsqueladictatureadisparu,«
nécessaire. Le « grand changement » a été telle- laRépubliquetchèque
ment doux que les structures n’ont pas été réfor- nousn’étionspasprêtspour“laliberté” DENAPOLÉONÀL’HYPERALBERT»
A
AUTRICHE
LEFIGARO lundi28décembre2009
3francePOLITIQUE
2009,l’annéeoùEuropeÉcologieagagné
saplaceausoleil
Le rassemblement écolo autour de Daniel
Cohn-Bendit, troisième aux européennes,
Conférencedefait désormais de l’ombre au PS.
pressedeDaniel
Cohn-Benditne font plus rire, ils inquiètent. Et com-RODOLPHEGEISLER aulendemainmencent ainsi à très sérieusement agacer
desonsuccèsOPPOSITION Moins de quarante mille les états-majors de gauche.
auxélections
voix d’écart avec le Parti socialiste ! En Paradoxalement, en tout cas pour
européennes,
obtenant 16,3 % des suffrages exprimés l’heure, le fait que la plupart des partis
le8juindernier.
aux élections européennes de juin 2009, politiques se soient emparés de la théma- S.SORIANO/
les Verts, sous la bannière du rassemble- tique écologiste ne semble pas leur nuire. LEFIGARO
ment Europe Écologie, ont provoqué un
«Ancragedurable»véritable tsunami politique. Donnés pour
cliniquement morts après le score catas- Depuis les européennes, où ils avaient
trophique de Dominique Voynet à la pré- réussi le pari, non seulement de taire
sidentielle de 2007 (1,57 %), ils ont réussi leurs divisions internes, mais de s’ouvrir
la gageure de ressusciter. Et de s’imposer à la société civile en accueillant des per- bauchent. Au PS, mais aussi au PCF. An- phane Gatignon. Des arrivées qui les EN BREF
comme étant désormais la troisième for- sonnalités comme Jean-Paul Besset cien leader du pôle écologiste du PS, Éric marquent un peu plus à gauche mais, as-
ce politique française. (Fondation Hulot), Yannick Jadot Loiselet vient ainsi de rejoindre le ras- sure la direction des Verts, crédibilise-
Le resteront-ils ? À gauche, le PS, le (Greenpeace) ou encore Sandrine Bélier semblement Europe Écologie. De même raient leur «ancrage durable» dans le PourSalat-Baroux,
premier, a d’abord voulu croire à un (France Nature Environnement), ils dé- que le maire communiste de Sevran, Sté- paysage politique français. «lesannéesChiracontété
«accident électoral». Un simple «effet utilesàlaFrance»
Cohn-Bendit». Mais, depuis, des élec- Secrétairegénéraldel’Élysée
tions partielles – comme la législative de sousJacquesChirac,Frédéricquestionsà... Jean-VincentPlacéRambouillet dans les Yvelines, où la can- Salat-Barouxestimequela
didate écolo s’est qualifiée pour le second popularitédel’ex-chefdel’État3 SECRÉTAIRENATIONALADJOINTDESVERTStour face à l’UMP en éliminant le PS – ou «estunphénomènepolitique,
des sondages confirment la dynamique D’aucunsauPSestimentqueles Waechteràd’anciensduPCF,commeSté- péenne! Aussi, entre les actes et les dis- mêmesilapartderespect,de
écologiste. En Ile-de-France, par exem- Vertsontprislagrossetête? phaneGatignon,ouencoredespersonnali- coursduprésident,ilyaencoreunfossé.Il tendresseàl’égarddel’homme
Au contraire, c’est avec beaucoupple, un récent sondage créditait la secré- tés venues du PS, comme Robert Lion et sera de notre responsabilité aux prochai- existe».«LesFrançaisvoient
taire nationale des Verts, Cécile Duflot, d’humilitéetdesensdesresponsabili- PierreLarrouturou.Iln’yanicastingnidé- nes élections de mobi- bienqueleprésidentChiracavait
de 21 % d’intentions de vote, deux points tésquenousabordonsleséchéancesà bauchage.Maisbienrenfortdepersonnali- liser l’ensemble des unevisiondumondequis’est
seulement derrière le président socialiste venir. En particulier les régionales. tésquimesurentcombienl’urgenceécolo- régions françaises révéléeexacteàlalumièredela
sortant Jean-Paul Huchon. Nousmesuronscombienilfautencore giste n’était pas traitée comme elle le contreledérègle- crise»,dit-il,dansunentretien
Du coup, après la bataille de la troisiè- continuer à crédibiliser nos idées pour méritaitdansleurformationd’origine. ment climatique. auJDD.«LesannéesChiracont
que les Français puissent nous accor-me place ravie au MoDem, les Verts se Maistouslespartisparlent Nous sommes étéutilesàlaFrance»,note-t-il.
mettent aujourd’hui à rêver de devenir, à derlesplusgrandesresponsabilités. aujourd’huid’écologie!Nicolas convaincusquece Pourlui,cettepopularitén’est
l’occasion des régionales de mars, la Enattendant,laconstitutionde Sarkozyl’adémontréàCopenhague… qui a échoué au ni- pas«unmessageenvoyéàson
deuxième, voire la première force politi- voslistesressembleplusàun C’est incontestable que le chef de l’État veau des gouverne- successeur»:«Lequinquennat
que dans certaines régions. Ils parlent castingmarketingqu’àuneéquipe tient des discours écologistes. Il manie la ments peut réussir au actuelserajugésurlacapacitédu
même de «gagner trois ou quatre ré- crédiblepourdirigerunerégion… magie du verbe. C’est aussi incontestable niveaurégional. présidentSarkozyàlancer
PROPOSFaux. Nous avons réussi un rassem-gions ». À commencer par l’Ile-de- queCopenhagueestunéchecdûàlares- unenouvellevague
RECUEILLISFrance. blementdesécologistespluslargeen- ponsabilité particulière de Barack Obama deréformes.»
PARR.G.Certainement jugée complètement core qu’aux européennes, d’Antoine etdesChinois.Maisaussidel’Unioneuro-
loufoque il y a encore un an, cette hypo-
thèse est aujourd’hui prise très au sérieux
par de nombreux cadres du PS. Les Verts
MARMARA/LEFIGARO
Alundi28décembre2009 LEFIGARO
4 francePOLITIQUE
Sécurité:lesministresinvitésàredoubler
deprudence
Après l’agression contre Silvio Berlusconi,
Nicolas Sarkozy a recommandé aux membres
du gouvernement de veiller à leur protection.
Du face-à-face houleux à la lettreANNEROVAN
anonyme, de la menace ad hominem Les500officiers
GOUVERNEMENT L’incident s’est dé- aux turbulences propres à un porte- desécurité
roulé il y a dix jours, à une heure et de- feuille sensible, en passant par les let- quiveillentsurle
mie du matin. Christian Estrosi sort de tres de menace anonymes contenant gouvernement(ici,
l’Assemblée nationale où il a défendu le une balle, reçues par le chef de l’État et BriceHortefeux
enjuin2008)projet de loi sur le statut de La Poste. Le plusieurs responsables politiques, les
etleprésidentministre de l’Industrie va boire un ver- menaces peuvent prendre des formes
delaRépublique,re avec ses collaborateurs dans une multiples. Quelques ministres ont ainsi
fontpartie
brasserie de Saint-Germain-des-Prés. été mis à rude épreuve ces derniers
duservice
Une fois sur place, les esprits s’échauf- mois.
deprotection
fent. « J’avais demandé à mon officier de Éric Besson, l’initiateur du débat sur deshautes
sécurité de ne pas venir. Deux personnes l’identité nationale, a été très refroidi personnalités,
nous sont tombées dessus en m’in- par la une que lui a récemment rattaché
sultant et en insultant le prési- consacrée Marianne et par le auministère
dent de la République », ra- titre choisi par l’hebdoma- del’Intérieur.
conte Christian Estrosi. daire – « Arrêtez-le. Bes- J.-P.REY/FEDEPHOTO
Qui toutefois relativise son, l’homme le plus détes-21l’incident. « Ces réactions té de France ». « Pour la
sont très rares, observe-t- première fois, confie auofficiers
il. Une fois sur cinquante, Figaro le ministre de l’Im- fouet. En octobre, lors d’un déplace- ministre de la Culture. Pour le moment, pourriture », « un criminel », « une hon-affectésàlasécurité
on tombe sur quelqu’un qui migration et de l’Identité ment au Salon de l’élevage de il n’a eu à subir aucun incident. Mais te pour l’Auvergne », etc. Laurentduministre
met le bazar. » del’Intérieur nationale, je me suis interro- Clermont-Ferrand, le ministre de désormais, il dispose d’un troisième of- Wauquiez ne compte pas en rester là. Il
Nicolas Sarkozy, lui, prend gé. Implicitement, il y a dans cet l’Agriculture a essuyé des jets de pier- ficier de sécurité, chargé de procéder à a saisi la ministre de la Justice, Michèle
très au sérieux ces réactions non “Arrêtez-le” quelque chose de gra- res. Dans la foulée, il a « appelé Brice » « des repérages en amont ». Alliot-Marie, le 10 décembre.
contrôlées. Il a récemment mis en garde ve. » Plus explicite, sa collègue de la Hortefeux, le ministre de l’Intérieur, Contrairement à Laurent Wauquiez Faut-il prendre au sérieux ces inci-
son gouvernement. « Ce qui est arrivé à Santé, Roselyne Bachelot, y voit, ni plus pour disposer à ses côtés d’un troisième qui l’avait à l’époque défendu en dé- dents isolés? Les ministres pourraient-
Silvio Berlusconi peut très bien se produi- ni moins, « un appel à la violence ». officier de sécurité. « Le métier est ex- nonçant « une polémique de fond de ils avoir à subir ce qu’ont vécu récem-
re en France, leur a lancé le président de Au moins autant que ses prédéces- posé et ce n’est pas la peine de prendre cuve ». Le secrétaire d’État à l’Emploi a ment Berlusconi et le pape Benoît XVI?
la République, à la fin d’un Conseil des seurs, si ce n’est plus, Bruno Le Maire a des risques inutiles », souligne-t-il. eu droit, le 4 novembre, à l’installation Un des 500 officiers de sécurité qui
ministres. Vos officiers de sécurité ne droit à des accueils très hostiles lors de Cet automne, Frédéric Mitterrand d’une cinquantaine d’affichettes
sont pas des éléments de standing. Je ses déplacements sur le terrain. Il est aurait reçu des lettres de menace au agressives au Puy-en-Velay – la ville «Vosofficiersdesécuritévous demande d’être toujours accompa- vrai que toutes les filières agricoles ren- moment de la polémique sur son livre dont il est maire –, entre son domicile
gné, quel que soit le lieu où vous vous contrent de graves difficultés et que le La Mauvaise Vie. « Je sais que je pourrais et l’école de ses enfants. Elles présen- nesontpas
rendez pendant vos vacances. » monde paysan subit la crise de plein être une cible », confiait récemment le taient le secrétaire d’État comme « une desélémentsdestanding.
Jevousdemanded’être
toujoursaccompagné»
NICOLASSARKOZYDepuislesdébutsdelaRépublique,desélustrèsexposés
veillent sur le gouvernement répond
chargé aujourd’hui encore de la sé- par l’affirmative: « Depuis quelques an-
GUILLAUMEPERRAULT 5curité des personnalités politiques et nées, les personnalités politiques veulent
LES INTERROGATIONS sur la sécu- des hôtes étrangers de la France. être plus proches des gens, leur ressem-
rité des élus en France, ravivées par Après la Seuxième Guerre mon- bler. Avec les médias, elles ont contribué
l’agression dont ont été victimes en diale, de nombreux élus sont vic- à désacraliser la fonction politique. Or,6Italie le président du Conseil ita- times de tentatives d’assassi- on hésite moins à s’attaquer à un homme
lien, Silvio Berlusconi, et le pape nat perpétrées par l’OAS qu’à un symbole. » Roselyne Bachelot
Benoît XVI, sont aussi anciennes en 1961 et 1962, sur fond de est au diapason: elle évoque « une rela-
que la République. L’histoire politi- guerre d’Algérie. tion compulsive » liée à « la société de7
que de notre pays est émaillée de Le 22 août 1962, à la l’hypermédiatisation ». Pour Laurent
tentatives d’assassinat, parfois hauteur du rond- Wauquiez, « la violence latente se-
couronnées de succès. point du Petit-Cla- rait surtout la conséquence de la
En 1893, au cours d’une séance de mart, un comman- crise ».8
la Chambre des députés, un anar- do de l’OAS dirigé Quoi qu’il en soit, la majorité
JacquesChiraclorsdudéfilémilitairechiste assis à la tribune du public, des ministres ont suivi la
du14juillet2002,oùunhommeavaitAuguste Vaillant, lance une bombe consigne présidentielle. Ils
tentéde l’assassiner. DESMAZES/AFP LaDSdugénéraldeGaulleaprèsl’attentatdudans l’Hémicycle. On compte une ont passé Noël avec leur fa-9 Petit-Clamart,en1962. RUEDESARCHIVES/AGIPcinquantaine de blessés mais aucun mille et… leur officier de sé-
tué. Condamné à mort par la cour curité. Parfois la mort dans
d’assises de la Seine, Auguste Vaillant l’âme. « J’apprécie mes offi-
sollicite sa grâce auprès du président ciers de sécurité mais je pré-
de la République, Sadi Carnot. En dé- férerais être seul en fa-
pit de l’intercession d’un des députés mille », admet ainsi Bruno5567789 10 986blessés dans l’attentat, l’abbé Lemi- Le Maire.
re, le chef de l’État refuse de gracier D’autres – une bonne di-
le condamné. Il est exécuté en fé- zaine – ont choisi de passer
vrier 1894. outre. « Là où je suis, je ne
Quatre mois plus tard, le 24 risque rien », assure un mi-
juin 1894, au cours d’une visite offi- nistre. « Que voulez-vous9cielle de l’Exposition de Lyon, Sadi qu’il m’arrive ? », se justifie
Carnot est assassiné d’un coup de un autre. Comme le dit un
poignard par un jeune anarchiste ita- troisième, « c’est important de
lien, Sante Jeronimo Caserio. se retrouver de temps enAssassinatduprésidentSadiCarnot 8Condamné à mort par la cour d’assi- parunanarchisteitalien, temps ».
ses du Rhône, le 3 août, celui-ci est en1894àLyon. RUEDESARCHIVES Matignon garde tout de même
guillotiné le 16 août suivant. Sadi un œil sur les ministres. Comme
Carnot est inhumé au Panthéon. par Jean Bastien-Thiry toujours avant de partir en congé,
Enmars2002àNanterre,huitpersonnescrible de balles la voiture ils ont transmis au secrétariat gé-7
sonttuéesparundéséquilibréUnservicedesécurité du général de Gaulle, qui se néral du gouvernement leurs da-BertrandDelanoëlorsdela Nuit
enpleinconseilmunicipal. J.GUEZ/AFPcrééen1934 rend à la base aérienne de blancheen2002,oùilareçu tes et lieu de vacances.
Après la Grande Guerre, la série noire Villacoublay, où un hélicoptère uncoupdepoignard. SIPA
continue. En 1932, au cours d’une ré- doit l’emmener à Colombey-les- 6
ception, le président de la Républi- Deux-Églises. Dès les premiers coups Les«OS»,moded’emploique, Paul Doumer, tombe sous les de feu, le gendre du général de Gaul-
balles d’un russe blanc déséquilibré, le, Alain de Boissieu, réalise qu’il 5Paul Gorgulov. s’agit d’un attentat et ordonne à son Quelque 500 officiers de sécurité (OS) neveillentquedeuxofficiersdesécuri-
Deux ans plus tard, le roi Alexan- beau-père et à sa belle-mère de se Jacques veillent sur le gouvernement et sur le té. Ces «anges gardiens» accompa-
erdre I de Yougoslavie est assassiné à baisser pour éviter la fusillade. Les Chirac lors du dé- présidentdelaRépublique.Hommesou gnent les ministres dans toutes leurs
Marseille par un Macédonien, proche quatre passagers sortent miraculeu- filé du 14 juillet 2002 sur les femmes, ils font partie du service de activités gouvernementales et, compte
du mouvement croate des Oustachis, sement indemnes alors qu’on relève Champs-Élysées. Condamné à dix protection des hautes personnalités tenu des amplitudes horaires, enchaî-
Vlado Cernozemski. Le ministre des quatorze impacts de balles sur la Ci- ans de prison, Brunerie a été libéré en (SPHP), rattaché au ministère de l’Inté- nentsemainesdeserviceetderécupé-
rieur.Lenombred’OSvarieenfonction ration. Pour certains ministres, la pro-Affaires étrangères, Louis Barthou, troën DS. Bastien-Thiry est condam- août dernier, à l’issue de sept ans de
de la sensibilité et de l’exposition des tection est continue, de jour comme deprésent aux côtés du souverain lors né à mort par la cour militaire et fu- réclusion. « J’ai pété les plombs »,
portefeuilles ministériels: 21 pour Brice nuit,durantlesactivitésministériellesetde l’attentat, est grièvement blessé sillé par un peloton d’exécution au confie-t-il alors.
Hortefeux (Intérieur), 15 pour Hervé endehorsdecelles-ci.C’estlecaspourpar une balle perdue – sans doute ti- fort d’Ivry, le 11 mars 1963. Il est le Quelques mois plus tard, le 5 octo-
Morin (Défense), 14 pour Bernard Kou- Brice Hortefeux. D’autres, en revanche,rée par un policier – et meurt peu dernier fusillé en France. bre 2002, à Paris, lors de la Nuit blan-
chner(Affairesétrangères),13pourMi- seséparentdeleursofficiersdesécurité
après. Plus récemment, en mars 2002 à che, un autre déséquilibré, Azedine
chèleAlliot-Marie(Justice)et5pourÉric dès qu’ils repartent dans la ville, le dé-
Le ministre de l’Intérieur réagit en Nanterre, un déséquilibré, Richard Berkane, blesse le maire socialiste de
Besson(Immigration).Lesautresmem- partementoularégiondontilssontélus.
créant alors le Service des voyages Durn, tue huit élus et en blesse qua- la capitale, Bertrand Delanoë, d’un bres du gouvernement disposent de «Quandjesuischezmoi,jeconduisma
officiels et de la sécurité des hautes torze autres lors d’une séance du coup de poignard. deux, voire trois officiers de sécurité. voiture et j’aime cela», confie ainsi un
personnalités. Ce service –rebaptisé, conseil municipal. La même année, Entre souci de sécurité et désir de C’estlecasdunumérodeuxdugouver- desmembresdugouvernement.
en 1994, Service de protection des un désaxé, Maxime Brunerie, proche proximité, la voie est étroite pour les nement, Jean-Louis Borloo, sur lequel An.R.
hautes personnalités (SPHP) – est de l’ultradroite, tente de tirer sur élus de la France d’aujourd’hui.
AMarionCotillard
NEWYORK
WWW.DIOR.COM
Alundi28décembre2009 LEFIGARO
Larévolutionantimollahs
L’ÉDITORIALDEPIERREROUSSELIN6 international PAGE17
Unmanifestant
(àgauche)jette
unepierresur
lespoliciersanti-
émeutes,dont
plusieursmotos
ontétéincendiées,
hieràTéhéran.
REUTERS
Lesmiliciensiraniensrépriment
danslesanglamanifestationdesopposants
LesheurtsontfaitaumoinscinqmortsàTéhéran,alorsquelacontestationgagnel’ensembledupays.
del’oppositioniranienne.Lesnombreux La deuxième, un jeune homme, s’est éva- leaders de l’opposition. « Mais les pro- parlatournurequeprendlerégime.Se-DELPHINEMINOUI
témoins contactés sur place parlent nouie après avoir reçu un coup de poignard vocations de la veille semblent les avoir lonlui, « une nouvelle étape a été franchieCORRESPONDANTEAUMOYEN-ORIENT
d’une répression sans précédent depuis dans le dos. Son corps était ensanglanté », fait sortir de leurs gonds », relève un au cours de ces derniers jours ».D’abordà
MOYEN-ORIENT Lesangdesmartyresa ledébutdelacontestationdesrésultats raconte-t-elle.D’aprèslesinformations, professeur d’université qui préfère, lui Qom,unedesvilleslesplustraditionnel-
coulé.Etcettefois-cipourdebon.Cha- duscrutindu12juindernier. non vérifiables, des sites de l’opposition aussi, garder l’anonymat. Observateur les du pays, où des dizaines de milliers
que année, les Iraniens commémorent, Répartiesàtraverslavilleetarméesde iranienne, au moins huit personnes assidudesévénementsquisecouentson d’opposantsontsaisi,lasemainepassée,
pardegrandesprocessionsthéâtrales,le bâtons, les forces antiémeute avaient, auraientpéripendantlesheurts.Selonle pays, il fait référence à l’irruption, la l’occasion des funérailles du grand aya-
massacre, en 680, de l’imam Hossein, dès le petit matin, bloqué l’accès aux chefadjointdelapolicedeTéhéran,cinq veille,deplusieursdizainesdemiliciens tollahMontazeri,leleaderspiritueldela
petit-fils du prophète Mahomet, par avenues principales du centre où de- personnesontététuéeslorsdesaffronte- dansunemosquéedunorddeTéhéran, contestation, pour y prononcer, pour la
l’armée des Omeyyades. Hier, le rituel vaient se dérouler les cérémonies. Très ments et 300 autres arrêtées. La mort où l’ex-président réformiste, Moham- premièrefois,dessloganscontrelerégi-
mortifère,propreàlatraditionchiite,a vite,ellesontétédépasséesparleva-et- d’un neveu de Mir Hossein Moussavi a madKhatami,étaitentraindepronon- me.Ensuite,dansdenombreusespetites
rapidement viré en véritables combats vientdedizainesdemilliersdeprotesta- étéconfirmée. cerundiscours. villes de province, où de plus en plus
de rue entre manifestants et forces de taires, éparpillés dans les rues des alen- D’oùsoninquiétude: « Plus la répres- d’habitants osent s’afficher avec un ru-
Provocationsl’ordre. « C’est la guerre ! », suffoque, tours. « C’est là que les forces de l’ordre sion se renforce, plus le mouvement risque ban vert. Mais également dans certains
essoufflé,auboutdufilMohammad,un ont commencé à asperger la foule de gaz Rompant avec leur traditionnelle rete- de se radicaliser », dit-il. Le journaliste quartierspluspopulairesducentreetdu
Iranien d’une trentaine d’années. Der- lacrymogène », explique Mohammad. nue, les manifestants n’ont pas hésité, Ahmad Parhizi préfère, lui, parler d’une sud de la capitale. « Les habitants de ces
rière lui, des rafales de tirs résonnent Présente sur l’avenue Enghelab au mo- euxaussi,àrecouriràlaforce.Lesnom- « généralisation de la contestation » qui quartiers n’ont pas accès à Internet. Ils ne
tandis que des protestataires hurlent, à ment des accrochages, une femme qui breuses vidéos qui circulent sur You- ne se cantonne plus à Téhéran. Elle en- regardent que la télévision d’État, et sont
tue-tête : « Ya Hossein ! »Lamétaphore préfère taire son nom confie avoir vu Tube montrent l’incendie de plusieurs globe une nébuleuse très hétéroclite habituellement coupés de ces événements.
est évidente. En invoquant la mémoire deux personnes tomber sous ses yeux. motosappartenantauxbassidjis,lesfa- composée d’étudiants, de femmes, Hier, ils ont vu, pour la première fois, à quoi
de l’imam, ils font indirectement réfé- « L’une d’elles s’est effondrée devant moi, meuxmiliciensislamistes.Desappelsau d’ouvriers, de chefs d’entreprise, de ré- ressemblait le mouvement vert. »Certains
renceàMirHosseinMoussavi,leleader après que des tirs ont retenti sur l’avenue. calmeavaientpourtantétélancésparles formistes et d’ex-conservateurs déçus ontmêmeexpriméleursolidarité.
MirHosseinMoussavi,leaderinattendudelacontestation
LES BASSIDJIS sont remontés à bloc. La du sociologue Ali Shariati. Un mélange couvrent soudainement cet illustre in-
veille,leurscoupsdematraquen’ontpas d’islamisme et de marxisme qui corres- connu aux apparences peu charismati-
euraisondesopposants,ànouveaudans pondait à ses idéaux tiers-mondistes et ques.Trèsvite,ilssemettentàarborerla
la rue pour célébrer la journée des étu- sesaspirationsàunnationalismeantioc- couleurverte,celledesacampagneélec-
diants. Ce 8 décembre 2009, c’est à la cidental. Une fois la monarchie renver- torale, en guise de soutien aux change-
«tête» du mouvement qu’ils ont donc sée,ilfitpartiedesfondateursdupartiis- ments promis. Présente à ses côtés, son
décidé de s’attaquer. À cheval sur leurs lamique qui porta l’ayatollah Khomeiny épouse, Zahra Rahnavard, titulaire d’un
motos, ils sont plusieurs dizaines à blo- au pouvoir, en 1979. « Moussavi était un doctoratensciencepolitique,luifaitéga-
quervolontairementlasortiedesonbu- étatiste pur et dur qui occupa le poste de lementgagnerdespoints.Surtoutauprès
reau,àl’Académiedesbeaux-artsdeTé- premier ministre dans les années 1980, au desfemmes,nombreusesàavoirboycottéUnejeune
héran. Mais, à 67 ans, Mir Hossein moment des exécutions massives d’oppo- lescrutinde2005. « C’est la première foisfemme
Moussavienavud’autres.Impassible,il sants », précise le chercheur. Cette pa- qu’on a vu la femme d’un politicien iranienbranditun
lanceàsesadversaires: « Vous avez une renthèsehistoriquesombre,sespartisans poser, sur une photo, main dans la mainportraitde
mission, accomplissez-la, tuez-moi, bles- préfèrent,eux,lapassersoussilence. avec son mari. Tout un symbole ! »,sesou-MirHossein
sez-moi ou menacez-moi ! » Moussavi, vientAhmadParhizi.« Il faut replacer les événements dans
hieràÉtonnantpersonnage.Quand,ilyasix leur contexte », explique, avec du recul, Dansl’entourageducouple,onnetarit
Téhéran. APmois, cet ex-premier ministre issu du lecinéasteiranienMohsenMakhmalbaf, pas d’éloge sur cette femme drapée d’un
sérailimprovisa,lesoirmêmeduscrutin et porte-parole de Moussavi en Europe. tchador noir, mais qui ose le maquillage.
présidentiel, une conférence de presse « Comme dans toute révolution, ilyaeu « C’est elle qui, dès l’annonce officielle de la
pourdénoncerhautetfortla « fraude » des dérapages et des règlements de comp- victoire triomphante d’Ahmadinejad, le
tes. Depuis, les gens ont mûri »,dit-il.De lendemain du scrutin du 12 juin, encouragea
ce nouveau porte-étendard de la «va- son mari à dénoncer la fraude »,murmure
«Vousavezunemission, gueverte»,ilpréfèreretenirsadiscrète un proche. Depuis, Moussavi ne cesse de
accomplissez-la, bataillecontrelacensure. « Il a toujours surprendreparsoncourageetsadétermi-
tuez-moi,blessez-moi œuvré pour la survie de la musique et du nation.Finaoût,illance«lecheminvert
oumenacez-moi!» cinéma. Sans lui, la plupart de mes films del’espoir»,unmouvementinformelre-
n’auraient jamais vu le jour », remarque joint par Mehdi Karoubi, autre candidat
électorale, ses meilleurs alliés parièrent leréalisateur. malchanceux à l’élection et Mohammad
rapidement sur sa retraite anticipée. SiMoussaviamar- Khatami,l’ex-présidentQuand,ilyasixmois,cetex-premierministrePrudent,facilementintimidable,lepetit qué les esprits, c’est réformateur. À plu-
hommeaucostumesombreetàlabarbe avant tout pour sa sieurs reprises, il s’affi-improvisa,lesoirmêmeduscrutinprésidentiel,uneconférence
grisonnanten’ajamaisaimélaconfron- gestion économique chedanslarueauxcôtésdepressepourdénoncerhautetfortla«fraude»électorale,tation.S’ilfitd’ailleurspartiedesquatre du pays, pendant le des manifestants, tout
candidats présélectionnés par le Conseil conflit irano-irakien dénonçant les « métho-sesalliésparièrentrapidementsursaretraiteanticipée»
des gardiens, une instance d’arbitrage (1980-88). « C’est de des inquisitoires » du
conservatrice, c’est parce qu’il ne pré- cette époque que date son différend avec système.Avecsafemme,ilavaitprisl’ha-
sentait,justement,aucundangerpoten- l’ayatollah Khamenei, alors président de 1989, il supprime à jamais le poste de permettra,vingtansplustard,definan- bituded’allerrendrevisiteauxmèresen-
tielauxyeuxdesgarantsdurégime.Er- la république islamique », remarque le premierministre. cerunepartiedesacampagneélectorale. deuillées par le décès de leurs enfants
reurdecalcul.Car,portéparla«vague journaliste iranien Ahmad Parhizi. Par- Dégoûté, Moussavi tire sa révérence. pendant les manifestations. Sa propre
Uneépouseengagéeverte» qui déferle à travers l’Iran, Mir tisan d’un rationnement, pour aider les Commencealorsunevéritabletraversée sœur,dontlefilsaétémortellementtou-
Hossein a changé. Aujourd’hui, il est le couchesdéfavorisées,Moussavisetrou- dudésert,pendantlaquelleilretourneà Longtemps, il aura hésité à se présenter. chéhier,enferadésormaispartie.
leader inattendu de millions d’Iraniens ve vite en désaccord avec Khamenei, sespremièresamours:l’architecture,et Maisdèssespremiersbainsdefoule,dé- Menacé personnellement à plusieurs
aspirantàplusdedémocratie. plusenclinàfavorisersesalliésdubazar. surtout la peinture. « Alors que les fres- but juin, il justifie sa candidature par la reprises, et licencié, la semaine dernière,
« On ne peut oublier l’homme qu’il a En fait, entre les deux hommes, le cou- ques mortifères, dépeignant des martyres perception d’un « danger menaçant de son poste de directeur de l’Académie
été », tient à rappeler le spécialiste de rant n’est jamais vraiment passé. Dans de la guerre Iran-Irak, envahissaient les l’Iran ».Ilaccusesonprincipaladversai- des arts, Moussavi finira-t-il par abdi-
l’IranChristianBromberger,etanciendi- l’entourage de Moussavi, on raconte murs des villes, il préféra se réfugier dans re, Mahmoud Ahmadinejad, d’avoir quer? « Je suis prêt au martyre »,insiste-
recteurdel’Institutfrançaisderecherche mêmequec’estleParlementquil’aurait l’abstrait », relève Makhmalbaf. Mous- « isolé le pays »,etilprôneunrapproche- t-ilsursonsiteWeb. « Nous sommes tous
en Iran. Ex-dissident au temps du shah, imposé à Khamenei. Ce dernier n’a ja- savimetalorsunpointd’honneuràgar- mentavecl’Amérique,doubléd’ouvertu- des Moussavi. L’Iran a changé et personne
dontilfréquentalesgeôles,Moussavifut, mais digéré l’affront. Vengeance per- deruntraindeviemodeste.Toutjustede res politique et sociale à l’intérieur du ne peut arrêter ce mouvement »,remarque
comme beaucoup d’autres révolution- sonnelle: à peine nommé guide suprê- quoipayerlesétudesdesestroisenfants. pays.Dequoiséduirelesjeunes,nésaprès AhmadParhizi.
naires de l’époque, inspiré par la pensée me, à la mort de l’imam Khomeiny, en Lamiseenventedecertainesdesestoiles l’arrivéedesreligieuxaupouvoir,quidé- D.M.
C