PEL ou CEL : lequel choisir ?

PEL ou CEL : lequel choisir ?

Livres
3 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

PEL ou CEL : lequel choisir ? Qu'est-ce que le PEL ? Modifié le 1er mars 2011, ce compte bancaire réglementé permet d'obtenir un prêt épargne logement pour financer une résidence principale. En outre, l'État verse une prime plafonnée à 1.525 € en plus des intérêts bancaires standards sous certaines conditions, à savoir l'acquisition ou la construction de «logements verts» par exemple. Toutefois, pour obtenir des droits à prêt intéressants, l'effort d'épargne doit être significatif. Ainsi, le versement minimal à son ouverture est de 225 € et il faut y verser obligatoirement un minimum de 540 € par an (soit 45 € par mois) tout en faisant attention que le total de ces versements ne dépasse pas 61.200 € environ. Son taux de rémunération depuis le 1er mars 2011 est de 2,50%. Sur quelle période ? La période minimale de souscription de cette épargne est de 4 ans. Après cette période, le PEL peut être prolongée, d'année en année, par un avenant au contrat, jusqu'à 10 ans maximum. Attention, cette prolongation doit être demandée au plus tard 6 mois après l'échéance. Pendant cette phase d'épargne, le compte peut être clôturé à votre demande et à tout moment. Il peut également être résilié par la banque si le versement minimal annuel n'a pas été respecté. EEnn ccaass ddee ccllôôttuurree En fonction de sa durée de vie, vous ne bénéficiez pas des mêmes prestations.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 juin 2011
Nombre de visites sur la page 18
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
PEL ou CEL : lequel choisir ?

Qu'est-ce que le PEL ?

Modifié le 1er mars 2011, ce compte bancaire réglementé permet d'obtenir un prêt épargne logement pour financer une résidence principale. En outre, l'État verse une prime plafonnée à 1.525 € en plus des intérêts bancaires standards sous certaines conditions, à savoir l'acquisition ou la construction de «logements verts» par exemple. Toutefois, pour obtenir des droits à prêt intéressants, l'effort d'épargne doit être significatif. Ainsi, le versement minimal à son ouverture est de 225 € et il faut y verser obligatoirement un minimum de 540 € par an (soit 45 € par mois) tout en faisant attention que le total de ces versements ne dépasse pas 61.200 € environ. Son taux de rémunération depuis le 1er mars 2011 est de 2,50%.

Sur quelle période ?

La période minimale de souscription de cette épargne est de 4 ans. Après cette période, le PEL peut être prolongée, d'année en année, par un avenant au contrat, jusqu'à 10 ans maximum. Attention, cette prolongation doit être demandée au plus tard 6 mois après l'échéance. Pendant cette phase d'épargne, le compte peut être clôturé à votre demande et à tout moment. Il peut également être résilié par la banque si le versement minimal annuel n'a pas été respecté.

En cas de clôture

En fonction de sa durée de vie, vous ne bénéficiez pas des mêmes prestations. Ainsi : - si sa fermeture est effectuée avant 2 ans, les intérêts sont recalculés aux taux du PEL en vigueur à la date de clôture. Les droits à prêts et à prime sont perdus ; - pour toute fermeture après 2 ans, la rémunération au taux contractuel est conservée ; - si la fermeture intervient entre 2 et 3 ans, les droits à prêts et à prime sont perdus ; - entre 3 et 4 ans, les droits à prêts sont ceux acquis au 3ème anniversaire mais la prime est diminuée de moitié ; - entre 4 ans et l'échéance contractuelle, les droits à prêts sont ceux acquis à la date anniversaire précédente.

Le PEL peut être conservé pendant 15 ans, délai maximal. Au-delà, celui-ci est clôturé et les fonds sont versés sur un compte sur livret librement rémunéré par la banque et fiscalisé.

À savoir : pour les épargnants qui ont déjà un PEL ouvert, la réforme ne change rien. Elle ne s'applique qu'aux PEL ouverts à partir du 1er mars 2011.

Qu'est-ce que le CEL ?

Le CEL est un placement de type livret d'épargne. Le taux de rémunération de ce livret est inférieur à celui d'un livret A mais son avantage réside dans le fait qu'il permet d'obtenir des crédits à taux préférentiels pour le financement de votre habitation, auxquels se rajoute une prime versée par l'État. Il permet de vous constituer une épargne de manière souple car il est possible de mettre ou de retirer de l'argent librement en respectant un solde minimal et maximal. Son fonctionnement est régi par le Code de la construction et de l'habitation. Sachez également qu'il ne peut être détenu que par une personne physique et qu'il ne vous est pas possible d'en détenir plusieurs.

Côté caractéristiques, le montant minimal du versement à l'ouverture est de 300 €. Cette somme est aussi le solde minimal du compte. En outre, le montant minimal de chaque versement ou retrait est de 75 €. Par ailleurs, vous devez savoir que son plafond est de 15.300 € et qu'il ne peut être dépassé que par la capitalisation annuelle des intérêts. Dans ce domaine, il n'y a pas de durée minimale et maximale de détention. En revanche, pour obtenir un crédit, il est nécessaire que le compte ait plus de 18 mois. Enfin, à compter du 1er août 2010, son taux de rémunération annuel est fixé à 1,25%.

Avantages et inconvénients du PEL

Le PEL se révèle être un meilleur placement que le CEL. En effet, la rémunération du plan évolue, depuis le 1er mars 2011, et se veut plus attractive avec la mise en place d'un taux plancher à 2,5%. Les taux d'intérêt sont calculés en fonction de l'évolution du marché et n'excèdent pas le taux plancher. Par ailleurs, cette épargne vous permet d'obtenir une prime de l'État dès lors que vous contractez un prêt immobilier. Ainsi, pour l'obtenir, vous devez contracter un crédit immobilier d'un montant supérieur à 5.000 €. Elle s'élève à 1.000 € pour une habitation «standard» ou à 1.525 € si votre logement respecte les normes bâtiment basse consommation (BBC). Pour ce qui est du taux du prêt, il est actuellement fixé à 4,2% mais devrait être revu à la hausse dans les mois qui viennent. En ce qui concerne la fiscalité, les intérêts sont exonérés d'impôts jusqu'au 12ème anniversaire du plan. Au-delà, ceux-ci sont imposables au barème progressif de l'impôt sur le revenu ou, sur option, au prélèvement forfaitaire libératoire.

Néanmoins, vous devez savoir que cette épargne comporte, tout de même, 2 principaux bémols. En effet, sa durée de vie est désormais de 15 ans. Une fois cette période passée, vous devez transférer l'argent qui s'y trouve sur un autre compte bancaire de votre choix. Dans le cas contraire, ce processus se déclenche automatiquement. Le solde se retrouve alors sur votre compte courant et vous en perdez tous les avantages. Pour ce qui est des cotisations sociales (taux global de 12,3% en vigueur au 1er janvier 2011), elles sont prélevées lors de l'inscription des intérêts de l'année et lors de la fermeture du plan.

Avantages et inconvénients du CEL

Le CEL est un placement très souple qui permet d'emprunter au taux sans concurrence de 2,75%. Contrairement au PEL, la mise en place d'un prêt issu d'un compte épargne logement n'entraîne pas obligatoirement la clôture de ce compte car vous pouvez le laisser ouvert et demander un autre prêt ultérieurement. Il est également possible de fractionner le montant des intérêts ouvrant droit à un prêt et les utiliser pour financer plusieurs acquisitions immobilières.

Cependant, il possède aussi des inconvénients. Sa rémunération est faible et les 23.000 € maximum de prêt accordés se révèlent être une somme mince pour l'acquisition d'un logement. Par ailleurs, lorsque le plafond est atteint, quel que soit le montant des intérêts échus les années précédentes, il n'est plus possible d'effectuer de versements. Autre bémol, la prime d'État n'est versée qu'au moment où le prêt est octroyé. Enfin, le prêt ne peut pas financer simultanément certains éléments comme la réalisation de travaux dans la résidence (principale ou secondaire) et l'acquisition d'une résidence principale ou secondaire.