//img.uscri.be/pth/776183d2b09e01fcc77cd23ceedd712cfea19eee
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

A ceux qui en ont assez du déclin français

De
136 pages
A ceux qui en ont assez d'un déclin ruminé de la France, aux particuliers comme aux responsables politiques ou aux dirigeants d'entreprises, cet ouvrage s'annonce comme un message d'espoir et d'audace. Parce qu'il y a mieux à faire que dissimuler ou geindre, voici quelques pistes à méditer pour demain ensemble mieux façonner la destinée commune du territoire et de ceux qui le peuplent.
Voir plus Voir moins

À CEUX QUI EN ONT ASSEZ DU DÉCLIN FRANÇAIS

@L'Hannatlan,2004 ISBN: 2-7475-7174-2 EAN:9782747571746

Xavier CAUQUIL

À CEUX QUI EN ONT ASSEZ DU DÉCLIN FRANÇAIS

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

Harmattan Konyvesbolt 1053 Budapest, Kossuth L.u. 14-16 HONGRIE

L'Harmattan Halla Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE

Questions Contemporaines Collection dirigée par J.P. Chagnollaud B. Péquignot et D. Rolland
Chômage, exclusion, globalisation... Jamais les « questions contemporaines» n'ont été aussi nombreuses et aussi complexes à appréhender. Le pari de la collection « Questions contemporaines» est d'offrir un espace de réflexion et de débat à tous ceux, chercheurs, militants ou praticiens, qui osent penser autrement, exprimer des idées neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion collective. Dernières parutions Mathias LE GALIC, La démocratie participative, 2004. Jean-Paul SAUZET, Marché de dupes, 2004. Frédéric TREFFEL, Le retour du politique, 2004. Michèle MILLOT, Le syndicalisme dans l'entreprise, 2004 Éric POMES, Conquérir les marchés. Le rôle des états, 2004. Alain RÉGUILLON, Quelles frontières pour l'Europe ?, 2004. FWELEY DIANGITUKW A, Qu'est-ce que le pouvoir?, 2004. Yves PIETRASANTA, Ce que la recherche fera de nous, 2004. Delphine CAROFF, Ingrid Bétancourt ou la médiatisation de la tragédie colombienne, 2004. Eléonore MOUNOUD (coord.), La stratégie et son double, 2004. Daniel EROUVILLE, Qui sont les Trotskystes? (d'hier à aujourd'hui), 2004. Emile JALLEY La crise de la psychologie. A l'université en France. 1. Origine et déterminisme, 2004 Emile JALLEY ; La crise de la psychologie. A l'université en France. 2. Etat des lieux depuis 1990, 2004. Norbert SILLAMY (sous la dir.), Jeunes-Ville-Violence, Comprendre-Prévenir- Traiter, 2004. Nicole PÉRUISSET -FACHE, École en débat: le baroud d'honneur ?, 2004. Gilbert ANDRIEU, Les jeux Olympiques: un mythe moderne, 2004. Paul SIMELON, Hitler: comprendre une exception historique?, 2004. Jean-Pierre LEFEBVRE, Quel altermonde ?, 2004.

Du même auteur dans la collection Villes et Entreprises:

L'investissement

industriel

en

France,.

enjeux

contemporains,L'Harmattan, 2003 - 256 pages.
La ville et l'entreprise aujourd'hui L'Harmattan, 2000 - 350 pages. en Europe,

Au concitoyen curieux qui s'interroge sur le fonctionnement et l'état de santé de son pays au sortir d'émissions télévisées ou après avoir replié ses journaux, bien des ouvrages de librairie renvoient comme en écho ses propres angoisses. Chacun s'ingénie à lui démontrer, au moyen d'un appareil de chiffres, d'indicateurs et d'indices donnant alternativement vertige et nausée que rien ne va plus ici bas. Les intitulés, il est vrai, ne laissent que peu de doutes quant à l'issue ménagée aux propos. Curieusement la noirceur des constats cultivée au fil des pages trouve en quelques lignes de conclusion une brève contrepartie, mais vibrante de trop pâles espérances pour réellement apaiser et convaincre. Il est en effet d'inépuisables façons de professer une foi en l'avenir s'apparentant en fait à des invocations du malheur; à croire que tous les prophètes se complaisent à l'évocation de la fin du monde, trop fervents qu'ils sont en leurs lamentations. Quelle est donc la vertu constructive de ces catalogues de retraits, d'échecs, de chutes? Si exactes que puissent être les références statistiques brandies pour argumentaire, qu'offrent-elles de concret ou d'altematifpour demain? Les français aiment-ils tant se

Introduction

faire peur? Retirent-ils une sorte de jouissance morbide de la lecture tétanisante des kyrielles de classements et de pourcentages? Peser sur l'avenir n'est envisageable qu'à la condition première de croire en la possibilité du changement comme des choix. Le présent ouvrage prend le risque de construire, de proposer plus qu'un projet: une attitude ou un état d'esprit propres à la préparation et à l'accueil sans crainte ni morgue des conditions du devenir commun. La thèse est simple: l'économie est l'axe fondamental autour duquel s'échafaude la structure de la société, le nerf qui donne force et cohérence au lien social. Elle a pour corollaire une double certitude. Premièrement: mondialisation des productions et des échanges, comme engagements dans la construction européenne ne signifient pas obligatoirement le repli ou l'incapacité d'une politique économique, d'une politique industrielle françaises; ils appellent seulement une révision des schémas traditionnels d'intervention; deuxièmement: ce changement de méthode, l'Etat doit en être l'artisan, tout au moins le maître d'ouvrage. C'est un fait, la vie des firmes a tout pour paraître singulièrement mystérieuse aux yeux du grand public. Les unes sont dites risquant le naufrage sitôt après avoir bâti un grand navire, d'autres bloquées sur le quai alors que leurs trains et leurs trams sillonnent la planète, certaines exposées aux torpilles du partenaire qu'elles viennent de renflouer, d'autres enfin brutalement acquises par celle-là même qu'elles croyaient acheter. La surprise est toujours de taille lorsqu'une composante familière du paysage industriel de France, qu'on croyait dotée d'une vitalité inoxydable, disparaît tout à coup sans laisser d'autres 8

Introduction

traces que fourmilières désertes, mains inutiles et cœurs gros. Face aux mutations affectant la carte des activités en France, refermer le triptyque platitude-allégeanceressentiment demande une mobilisation générale autour d'un projet commun dont les tenants et les aboutissants sont ici brièvement suggérés. Ce proj et est un tout. Il appelle la prise de conscience publique des contradictions qui affectent 1'homme occidental moderne dans son attitude par rapport à la matière, à l'objet, au produit; pas plus qu'il n'est exempt d'incidences morales, le comportement des consommateurs n'est complètement étranger aux bouleversements de la géographie du travail. Il demande que soient entendues et satisfaites les attentes et les exigences de la société civile en matière de repères officiels, de jalons, en d'autres termes, de prise de position de l'Etat. Il nécessite enfin la manifestation et la formulation par ce dernier des ambitions fortes qu'il nourrit pour le pays, non pour encadrer ou soutenir artificiellement, mais pour assurer cette certitude confiante qui préside à l'initiative et aux prises de risques, à l'innovation, à l'épanouissement individuel comme à la meilleure solidarité une fois détourné des préoccupations narcIssIques. L'avenir n'est ni rose, ni noir, il est ce qu'on en fait, et se construit suivant les projections que l'on se donne, pour peu qu'ambition et persévérance soient au rendezvous. Rien de bon à attendre d'une population craintive et inquiète.

9

Introduction

Chaque génération a cru voir en son époque un moment capital, un tournant essentiel de 1'histoire: c'est la condition du progrès. Echapperons nous à la tendance à l'heure où l'Europe s'ouvre à l'Est, où les délocalisations préoccupent un nombre croissant de concitoyens, où toute la logique d'une formation, de l'acquisition d'un métier et d'une insertion professionnelle conditionnant l'insertion sociale stricte paraît compromise? Il y a bien quelque chose à faire et cela doit être engagé maintenant; en être convaincus et agir regarde tous les concitoyens et, au premier chef, les responsables de l'Etat. A ceux qui en ont assez du déclin ressassé de la France, aux particuliers, jeunes comme retraités, aux responsables politiques, aux dirigeants d'entreprises, à tous ceux qui croient en leur pays, cet ouvrage s'annonce comme un message d'espoir et d'audace. Il veut être un miroir tendu à notre société comme à ses organes d'administration. Parce qu'il y a mieux à faire qu'à dissimuler ou à se lamenter, voici quelques pistes à méditer pour demain ensemble mieux façonner la destinée commune du territoire et de ceux qui le peuplent.

10

I

CONTRADICTIONS

L 'homme occidental et la matière

La société française contemporaine souffre de plusieurs contradictions internes. Sans cela, analystes et dramaturges seraient bien en peine. Toutefois, ce que le malaise français révèle n'appartient pas en propre au pays et, dans une large mesure, les sources de dysfonctionnements sont communes à l'ensemble des sociétés occidentales, capitalistes ou de marché, la dénomination importe peu. De l'une à l'autre la vigueur des symptômes, la pertinence du diagnostic et le choix des thérapies varient, bien entendu, mais les foyers caractéristiques sont identiques. Chacune est marquée par des balancements douloureux, des états de tension entre des pôles contraires, d'écartèlement entre des termes antagonistes, que quelques interrogations courantes suffisent à illustrer. Nos sociétés, dites à juste titre «sociétés de consommation », accordent-elles au fait de produire une place proportionnée au besoin de consommer? L'aliénation des individus, ce spectre qu'aux yeux des commentateurs la sphère productive portait en elle, s'efface-t-il avec le repli évident des activités manufacturières? Enfin, entendent-ils clairement leur place et leur mission, ces pouvoirs publics pris en tenaille