Centrafrique, un vrai-faux départ

-

Livres
260 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le Centrafrique, blotti au cœur de l'Afrique, est un condensé de contradictions, de mauvais choix, d'arrimage malsain et d'instabilité permanente. Au lendemain du coup d'État du 24 mars 2013 qui a plongé le pays dans un chaos sans précédent, celui-ci s'est engagé à se doter d'une nouvelle constitution, une de plus qui s'ajoute à la production exceptionnellement riche en ce demi-siècle. Celle-ci a fini par être un échec, tant dans sa démarche, sa conception que par son contenu. Ignorant l'histoire, la sociologie et les besoins réels de son peuple, la tentative a été donc loin d'assurer au pays les conditions viables d'un décollage effectif.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2017
Nombre de visites sur la page 13
EAN13 9782140028977
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
un
RigoBeyah PARSE
CENTRAFRIQUE, UN VRAIFAUX DÉPART Cas at ypique d’un mal africain
Centrafrique, un vrai-faux départ
Rigo-Beyah PARSECENTRAFRIQUE,UN VRAI-FAUX DEPARTCas atypique d’un mal africain L’Harmattan
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-10879-7 EAN : 9782343108797
SOMMAIRE____________________________________________________________
Dédicace ........................................................................................ 7 Remerciements .............................................................................. 9 Prologue......................................................................................... 13 Introduction ................................................................................... 19 Chapitre I : Qu’est-ce qui nous fait courir tant ? ........................... 33 Chapitre II : Où sont nos valeurs ? ................................................ 49 Chapitre III : Le type de régime politique et l’équilibre des pouvoirs ........................................................ 79 Chapitre IV : Ceux qui nous gouvernent ....................................... 101 Chapitre V : La fonction de faire des lois...................................... 129 Chapitre VI : Juger au nom du peuple........................................... 161 Chapitre VII : Les perspectives mal négociées. ............................ .189 Conclusion..................................................................................... .243 Bibliographie ................................................................................. .247
AToi, mon cher PèreGédéon Roland PARSE, Parti avant la parution de ce travail auquel tu as contribué, Jamais je n’oublierai ta confiance et la direction donnée. Repose en paix.
MaîtreJean Louis OPALEGNAm’a mis les pieds qui à l’étrier pour ce travail ; Toutes ces nations dont les filles et fils aspirent tant à vivre en paix et à jouir de leur dignité.
REMERCIEMENTS _______________________________________________________
Si le travail d’écriture vient de l’auteur que je suis, sur une idée inspirée, ce produit final est en réalité le fruit d’une riche collaboration et de contributions significatives de plusieurs personnes que je ne pourrais toutes citer.
Qu’il me soit permis toutefois de remercier quelques-unes.
Je pense à M. Alex Vincenty NABONA pour les lectures conseillées qui m’ont donné un autre aperçu de ce monde si complexe.
Pour l’aide dans diverses tâches de secrétariat, je remercie particulièrement, Mlle Flore Odile BOUTANDE et M. Jérémie KOLOMBAYE.
Je tiens par ailleurs à exprimer mes vifs remerciements à l’endroit de ceux qui ont lu le manuscrit et ont manifesté un intérêt pour les idées développées, me contredisant parfois sur certains points. Puisse ce travail refléter nos aspirations profondes.
Je ne saurai oublier toutes les personnes de bonne volonté qui ont accepté de me recevoir et de s’entretenir avec moi sur les différentes préoccupations exposées. Si certains de mes développements ne reflètent pas leur position, qu’elles veuillent bien m’en excuser.
Mes remerciements s’adressent aussi au couple francilien Rachel et Francis LINGBIMA. Puisse le Miséricordieux le leur rendre et leur 1 donner une autre perception de ce beau pays qu’est le Centrafrique !
1  Il y a un double débat sur l’appellation du pays et sur l’opportunité de maintenir
9