Echec de la gouvernance bureaucratique

-

Français
196 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les parlementaires, ministres et permanents syndicaux, majoritairement issus du secteur public, méconnaissent les impératifs de la production compétitive des biens et services et favorisent l'Etat providence et les entités publiques au détriment de la société civile et de l'emploi privé. Pour restaurer une véritable démocratie, il faut revenir au contrôle par le Parlement des agences de l'Etat, rebudgétiser les impôts affectés, consolider les deux lois de finances en une seule, et diminuer l'emprise des syndicats sur les entités publiques...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2014
Nombre de lectures 2
EAN13 9782336335933
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Q
es
Jean Brilman ns contemporaines Q ÉCHEC DE LA GOUVERNANCE BUREAUCRATIQUEComment restaurer une réelle démocratie ?
Questions contemporaines
ÉCHEC DE LA GOUVERNANCE BUREAUCRATIQUE
Du même auteur : Aux Éditions l’HarmattanRéconcilier démocratie et gestion, 2012. Aux Éditions d’Organisation, groupe EyrollesManagement : concepts et meilleures pratiquesJacques avec e Hérard, collection « Références », 3 édition, 2011.e Les meilleures pratiques de management, 1998 – 6 édition, 2006.L’entreprise réinventée, 1996.Manuel d’évaluation des entreprises, en collaboration avec Claude Maire, 1993.Gagner la compétition mondiale, 1991.Gestion de crise et redressement d’entreprises, 1986, prix EDP.Modèles culturels et performances économiques,1981.Mention spéciale du Jury Harvard-L’ExpansionLe redressement d’entreprises en difficulté, 1978, prix IAE du Management.Pratiques de l’évaluation et de la négociation des entreprises, 1976.Aux Éditions Dunod,Les clés de la relance, 1993.Romans et récits :Adieu l’Indochine,Édition Scripta, 2011. Stèle coloniale, Édition Scripta, 2009. La maîtresse chinoise,Édition Scripta, 2007. © L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02528-5 EAN : 9782343025285
Jean BRILMANÉCHEC DE LA GOUVERNANCE BUREAUCRATIQUE
Comment restaurer une réelle démocratie ?
Ouverture philosophique Collection dirigée par Aline Caillet, Dominique Chateau, Jean-Marc Lachaud et Bruno Péquignot Une collection d'ouvrages qui se propose d'accueillir des travaux originaux sans exclusive d'écoles ou de thématiques. Il s'agit de favoriser la confrontation de recherches et des réflexions qu'elles soient le fait de philosophes « professionnels » ou non. On n'y confondra donc pas la philosophie avec une discipline académique ; elle est réputée être le fait de tous ceux qu'habite la passion de penser, qu'ils soient professeurs de philosophie, spécialistes des sciences humaines, sociales ou naturelles, ou… polisseurs de verres de lunettes astronomiques. Dernières parutions Tahir KARAKAŞ,Nietzsche et William James, Réformer la philosophie, 2013. Mounkaila Abdo Laouli SERKI,Rationalité esthétique et modernité en Afrique, 2013. Olivier DUCHARME,Michel Henry et le problème de la communauté. Pour une communauté d’habitus, 2013. Simon HAGEMANN,Penser les médias au théâtre. Des avant-gardes historiques aux scènes contemporaines, 2013. Alain SAGER,L’Homme sans dieu ? De Cicéron à Marc-Aurèle, 2013. Reza ROKOEE,Le rêve et l’éveil dans les écrits de Husserl, 2013.Jean-Marc ROUVIERE,L’homme surpris. Vers une phéno-ménologie de la morale, 2013. Marita TATARI,Heidegger et Rilke, Interprétation et partage de la poésie, 2013. Jorge Augusto MAXIMINO,Philosophie et modernité dans l’œuvre poétique d’António Ramos Rosa, 2013. Roger TEXIER,Ré-créations cartésiennes, 2013.Marcel NGUIMBI (dir.),Penser l’épistémo-logique, 2013. Joël BALAZUT,Heidegger une philosophie de la présence, 2013.
Sommaire Dérive réglementaire et collectivisation ...............................................9Emprise de la culture bureaucratique .................................................25Effets pervers des démembrements de l’État .....................................43La République sous contrôle des syndicats ........................................85La déliquescence des systèmes éducatif et culturel .........................125Le législateur et les juges contre le marché ......................................135Comment restaurer une réelle démocratie ........................................173Table des matières ............................................................................187
Dérive réglementaire et collectivisation
À l’heure où la Chine se prépare à dominer le monde économiquement, il faut se souvenir de Confucius, le plus grand des philosophes chinois et de ses principes de gouvernement. À un disciple qui lui demandait : "Supposez qu’un souverain vous confie un territoire que vous pourriez gouverner à votre guise ; quelle serait votre première initiative ? Ma toute première tâche, répondit Confucius, serait assurément de rectifier les dénominations. Si les dénominations ne sont pas correctes, si elles ne correspondent pas aux réalités, le langage est sans objet. Quand le langage est sans objet, l’action devient impossible, et, en conséquence, toutes les entreprises humaines se désintègrent : il devient impossible et vain de les gérer. C’est pourquoi la toute première tâche d’un véritable homme d’État est de rectifier les dénominations." On a connu l’effroyable mensonge que portaient les dénominationsDémocratie ou République populairequi masquaient la réalité d’une gouvernance par des potentats sanguinaires régnant sur un parti unique souvent d’idéologie communiste. On peut citer Staline, Mao, Fidel Castro, et l’extravagant Kim Jong, un président de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), nom officiel de la Corée du Nord comme si l’addition des trois mots république, populaire et démocratique avait un effet dissolvant sur chacun d’entre eux. On dit de la France que c’est une vraie démocratie. Ce n’est plus tout à fait exact. La France est en réalité unerépublique bureaucratique, cet adjectif ayant un effet d’atténuation significatif des traits fondamentaux d’une véritable démocratie. Français et étrangers bénéficient en France de beaucoup de libertés et de droits tant qu’ils n’exercent pas une fonction de chefs d’autres personnes ou de responsables d’une activité économique. En particulier, la France est un espace de grande liberté et de protection des droits pour les personnes dans les positions ou les rôles de consommateurs (sauf s’il s’agit de tabac ou
9