François Hollande et la Françafrique

-

Français
104 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Depuis de longues décennies, les réseaux occultes et mafieux de la Françafrique ébranlent l'existence du continent africain jusque dans ses fondements. Le socialiste François Hollande a, pendant sa campagne électorale, affirmé sa ferme volonté de rompre avec la Françafrique. Y réussira-t-il ? Pourra-t-il débarrasser l'espace franco-africain de cette politique funeste tant décriée par les Français et par les Africains de bonne volonté ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2012
Nombre de lectures 45
EAN13 9782296506633
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Joseph Wouako Tchaleu

FRANÇOIS HOLLANDE
Joseph Wouako Tchaleu
ET LA FRANÇAFRIQUE

LE DÉFI DE LA RUPTURE

FR ANÇOISHOLLANDE ET LA FRANÇAFRIQUE

PENSÉE AFRICAINE








­
­

Le défi de la rupture


Collection « Pensée africaine »
dirigée par François Manga-Akoa

e
En ce début du XXIsiècle, les sociétés africaines sont
secouées par une crise des fondements. Elle met en cause tous les
secteurs de la vie. Les structures économiques, les institutions
politiques tels que les Etats et les partis politiques, la cellule
fondamentale de la société qu’est la famille, les valeurs et les
normes socioculturelles s’effondrent. La crise qui les traverse les
met en cause et au défi de rendre compte de leur raison d’être
aujourd’hui.
L’histoire des civilisations nous fait constater que c’est en
période de crise que les peuples donnent et expriment le meilleur
d’eux-mêmes afin de contrer la disparition, la mort et le néant qui
les menacent. Pour relever ce défi dont l’enjeu est la vie et la
nécessité d’ouvrir de nouveaux horizons aux peuples africains, la
collection « Pensée africaine » participe à la quête et à la création
du sens pour fonder de nouveaux espaces institutionnels de vie
africaine.

Dernières parutions

Souka SOUKA,Congo, du Royaume à la République. L’histoire
d’un échec permanent, 2012.
Charles Jean Marie MINYEM,Rationalités et problématique du
développement en Afrique, 2012.
Yaovi AKAKPO,La recherche en philosophie, De l’intuition du
thème à la soutenance de thèse, 2012.
Berthe LOLO,Concepts de base en anthropologie
psychanalytique. Pour une pluralité culturelle. Fascicule 4, 2012.
Donatien BANONA NSEKA,A quoi sert la philosophie pour la
jeunesse en Afrique ?, 2012.
Lawrence THIEBERT,La Science, symptôme de l’Occident, 2012.
Joseph WOUAKO TCHALEU,La nouvelle répression, Une
critique marcusienne du totalitarisme à visage libéral,2012.
Jerry MPERENG,Le Génocide rwandais vu parL’Expresset
Jeune Afrique, 2012.
M. D. BAMBANZA,Le conquérant, la nouvelle voie, 2012.











­
­

Le défi de la rupture















































































Du même auteur

Augustin Frédéric Kodock: le technocrate et l’homme
politique, 2004.
« FabienEboussi Boulaga: un bantou problématique» (en
collab. avec Hubert Mono Ndjana), in:Fabien Eboussi
Boulaga : L’audace de penser, Présence Africaine, 2010.
La nouvelle répression: une critique marcusienne du
totalitarisme à visage libéral, L’Harmattan, 2012.


















































© L’Harmattan, 2012
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-336-00341-2
EAN : 9782336003412

INTRODUCTION

Ausortir du second tour de l’élection présidentielle en
France, le 6 mai 2012, François Hollande, candidat du Parti
socialiste face à Nicolas Sarkozy, candidat de l’UMP (Union
pour un Mouvement Populaire) et président sortant, a été
déclaré élu Président de la République française, avec un
pourcentage de 51,6% des suffrages valablement exprimés.
La victoire de François Hollande marquait aussi le retour de
la gauche à l’Elysée, après 17 années d’absence.

Certes,une cohabitation droite-gauche s’est établie avec,
comme président, Jacques Chirac et, comme Premier
ministre, Lionel Jospin. Or, le gouvernement socialiste de
Jospin n’a pas eu les coudées franches pour s’attaquer à
l’hydre de la Françafrique, malgré ses bonnes déclarations
d’intention. La Françafrique se dit de cette politique
néocoloniale imposée par la France à l’Afrique, au moyen
d’un vaste réseaux de relations personnelles et d’accords
politiques, économiques et militaires qui lient la France à ses
anciennes colonies africaines, autant qu’à un certain nombre
d’autres pays africains. Ainsi, les relations de la France à ces
pays africains sont fondées sur des réseaux occultes et
mafieux ayant pour objectif ultime de maintenir l’Afrique
dans le giron français.

Lerésultat est alors la misère des peuples africains
opprimés et le pillage des richesses naturelles du continent.
Le socialiste François Hollande, qui vient d’être élu
président, a, pendant sa campagne électorale, solennellement
affirmé sa ferme volonté de rompre avec la Françafrique. Y
réussira-t-il ?Pourra-t-il débarrasser l’espace franco-africain
de cette politique funeste tant décriée par les Français et par
les Africains de bonne volonté ?

7

CHAPITRE I

La Françafrique coloniale

Laquasi-totalité des analystes critiques de la Françafrique
s’accordent sur un point, quant à son contexte
sociohistorique d’émergence. Pour eux, et singulièrement pour
François-Xavier Verschave, ci-devant grand pourfendeur de
la Françafrique, «tout commence en 1958, dans un bureau
voisin de celui du général de Gaulle, avec Jacques Foccart.
C’est alors l’un des deux personnages les plus puissants de la
République »(Verschave,France-Afrique :le crime continue,
1999).Située de cette façon dans son contexte
sociohistorique d’émergence, la Françafrique a été planifiée et
mise en place par la droite française au pouvoir à cette
période, qui s’est farouchement opposée à l’indépendance
des pays africains naguère colonisés. De Gaulle aurait alors
utilisé la Françafrique comme un instrument plus efficace et
plus souple lui permettant de prolonger la domination de la
France sur l’Afrique.

Jecrois qu’il faut réviser cette façon de voir et ce qu’elle
comporte de restrictif. La Françafrique s’enracine
originellement dans la situation coloniale.

1-

La responsabilité des socialistes français

LaFrançafrique est avant tout l’œuvre des socialistes
français qui ont voulu libéraliser les rapports de la France
avec ses colonies d’Afrique, en leur octroyant une autonomie
relative, qui pouvait à terme déboucher sur une
indépendance factice, dans le cadre d’une Communauté

9