Gandhi

-

Livres
195 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les Éditions Chronique vous proposent, à travers cet ouvrage de 136 pages et plus de 300 illustrations, de revenir sur le destin hors du commun de Gandhi, icône légendaire et éternellement célèbre pour son combat contre la violence et la haine. Ses actions, ses convictions, ses succès, ses défaites... le récit d'un homme qui a à jamais marqué le XXe siècle et le monde entier. La collection "Histoire" des Éditions Chronique regroupe toute une série d'ouvrages relatant le parcours des principales personnalités qui ont marqué leur époque à travers les siècles. Pour découvrir tous les autres ouvrages de notre collection et l'ensemble de notre catalogue, venez consulter le site des Éditions Chronique.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 23
EAN13 9782366020038
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0045 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
GANDHI
Découvrez dans cette biographie le rêve de pays et d’harmonie qui a animé le Mahatma jusqu’à la fin.
Éditions Chronique
© Wissen Media Verlag Gmbh, pour le système Chronique © 1997 - Jacques Legrand © 2004 - Éditions Chronique - Dargaud SA pour la présente édition (…), pour la présente édition.
L'œuvre présente sur le fichier que vous venez d'acquérir est protégée par le droit d'auteur.
Toute copie ou utilisation autre que personnelle constituera une contrefaçon et sera susceptible d'entraîner des poursuites civiles et pénales.
EAN : 9782366020038
Éditions Chronique Mediatoon Licensing 15-27, rue Moussorgski – 75018 Paris E-mail :contact@editions-chronique.com Site Internet :http://www.editions-chronique.com
1869 à 1879 1880 à 1891
1892 à 1899 1900 à 1906 1907 à 1911 1912 à 1915 1916 à 1918 1919 à 1920 1921 à 1922 1923 à 1925 1926 à 1927 1928 à 1929 1930 1930 Dimanche 26 janvier 1930 Jeudi 30 janvier 1930 Février 1930 Dimanche 2 mars 1930 Mercredi 12 mars 1930 Mercredi 2 avril 1930 Dimanche 6 avril 1930 Lundi 5 mai 1930 Mercredi 21 mai 1930 Samedi 31 mai 1930 Vendredi 15 août 1930 Mercredi 12 novembre 1930 1931 1931 Lundi 26 janvier 1931 Lundi 2 février 1931 Jeudi 19 février 1931 Jeudi 5 mars 1931 Lundi 30 mars 1931 Avril 1931
GANDHI
Sommaire
Samedi 29 août 1931 Samedi 12 septembre 1931 Octobre 1931 Novembre 1931 Mercredi 4 novembre 1931 Samedi 5 décembre 1931 Jeudi 10 décembre 1931 Samedi 12 décembre 1931 Lundi 14 décembre 1931 Lundi 28 décembre 1931 Jeudi 31 décembre 1931 1932 à 1933 1934 à 1936 1937 à 1938 1939 1939 Mardi 7 février 1939 Mardi 7 mars 1939 Lundi 8 mai 1939 Samedi 27 mai 1939 Dimanche 23 juillet 1939 Dimanche 3 septembre 1939 Lundi 4 septembre 1939 Mercredi 8 novembre 1939 Vendredi 24 novembre 1939 Mardi 12 décembre 1939 Dimanche 31 décembre 1939 1940 à 1941 1942 1942 Lundi 9 février 1942 Dimanche 15 février 1942 Dimanche 29 mars 1942 Dimanche 5 avril 1942 Dimanche 12 avril 1942 Dimanche 14 juin 1942 Samedi 8 août 1942 Lundi 10 août 1942 Samedi 15 août 1942 Jeudi 20 août 1942
er Mardi 1 septembre 1942 1943 à 1944 1945 à 1946 1947 1947 Janvier 1947 Samedi 22 mars 1947 Jeudi 3 avril 1947 Samedi 12 avril 1947 er Jeudi 1 mai 1947 Vendredi 23 mai 1947 Mercredi 13 août 1947 Vendredi 15 août 1947 Dimanche 31 août 1947 Septembre 1947 Jeudi 4 septembre 1947 Samedi 6 septembre 1947 Mercredi 24 septembre 1947 Dimanche 2 novembre 1947 Mardi 23 décembre 1947 1948 1948 Lundi 12 janvier 1948 Mardi 13 janvier 1948 Vendredi 16 janvier 1948 Dimanche 18 janvier 1948 Lundi 19 janvier 1948 Mardi 20 janvier 1948 Jeudi 29 janvier 1948 Vendredi 30 janvier 1948 Samedi 31 janvier 1948 Jeudi 12 février 1948
1869À1879
L'Inde, une multitude unie dans l'obéissance à la loi britannique
Des profits aussi vastes que le pays Bombay Les splendeurs de l'Empire moghol ont fasciné les Portugais arrivés en Inde au e xvi siècle. Après eux, les Français, les Hollandais, ensuite les Anglais, y ont établi des comptoirs. Voilà bien cent ans que les Anglais, forts de leur supériorité navale, se taillent un monopole considérable avec l'East India Company, dirigée par des chefs avisés comme Robert Clive. Celle-ci fait main basse sur le coton et ruine l'artisanat local en imposant les textilesEnglish made. Inde / Grande-Bretagne / East India Company / Clive, Robert / Bombay
Les puissants règlent la vie de leurs Etats Bombay Maharajas, nizams, walis et autres nababs régissent leurs fiefs – il y en a 601 en tout – et sont maîtres de leurs décisions, sauf en matière d'affaires étrangères, qui sont du seul ressort du vice-roi anglais. Les Etats varient sensiblement en fonction de leurs géographie, population, langue et culture, ainsi que de leur taille. Le plus petit d'entre eux, Kathiawar, ne dépasse pas 900 habitants, alors que la principauté de Hyderabad a les dimensions de l'Angleterre. Kathiawar (Inde) / Inde / Hyderabad (Etat de l'Inde)
Les intouchables comptent pour rien Bombay Dès sa naissance, tout hindou est membre d'une caste de laquelle il ne peut s'échapper. Le sommet de la pyramide est constitué des prêtres, oubrahmanes, ensuite viennent les guerriers,kshatriya, les artisans et marchands,vaisya, enfin lessudra, qui sont des artisans plus pauvres ainsi que des paysans et serviteurs. Les parias, hors castes, sont portefaix ou balayeurs. On les appelle les intouchables. Bien que croyants, il leur est interdit de prier au temple. Castes
Le vice-roi règne en monarque absolu Bombay Pour la première fois de son histoire millénaire, l'Inde vit sous la coupe d'une seule loi, qui s'applique sur la totalité de son territoire. C'est leraj, la domination : trois cents millions d'âmes aux centaines de langues et dialectes, qui pratiquent les religions hindoue, bouddhique, animiste mais également abrahamique, cohabitent. Tous obéissent au vice-roi, soutenu par cinq mille officiers commandant les cipayes. Ces derniers recrutent parmi les ethnies pachtoune, sikh, gurkha et rajpoute, réputées pour être martiales. Depuis la révolte de 1857, le vice-roi contrôle l'armée. Religions / Inde
Mohandas Gandhi est le fils du Premier ministre
Une famille aisée dans un pays pauvre Porbandar
Mohandas Karamchand Gandhi, fils du Premier ministre héréditaire de la principauté de Kathiawar, est né. Mohandas, c'est le quatrième enfant de Poutlibai, la quatrième épouse de Karamchand qui avait 41 ans quand il la prit pour femme alors qu'elle-même avait seulement 13 ans. Ils vivent entourés des deux filles nées des précédents mariages du chef de famille, et de ses quatre frères, leurs femmes et enfants. La maison, de trois étages, et entourée d'un jardinet, résonne des cris de la marmaille mêlés aux prières qui s'élèvent depuis les temples voisins, bâtis sur deux côtés de la maison. La famille est aisée, car servie par des domestiques, et les enfants vont à l'école. Le statut du père confère aux Gandhi un rang princier. La vie est paisible dans cette principauté située au nord de Bombay, sur une presqu'île de la mer d'Oman. Porbandar (Inde) / Kathiawar (Inde) / Gandhi, Karamchand (père de Mohandas)
Une succession de Gandhi au « diwan » Porbandar Karamchand Gandhi a succédé à son père Uttamchand au rang de Premier ministre de la principauté, qui avait succédé au sien et ainsi depuis de nombreuses générations. Il sert le prince Rana Vikmatji et, en son nom, légifère dans le respect de la loi britannique, qui s'applique partout. Mais il est bien rare qu'un Anglais daigne se déplacer jusqu'à Porbandar, dont la terminaison du nom,bandar, signifie port chez les Persans. La ville est ouverte sur la mer et tire profit du commerce qui en découle, toutefois elle est loin de rivaliser avec Bombay, qui ne cesse de croître et embellir. Une ambiance provinciale et bon enfant règle la vie quotidienne. Souvent, Karamchand officie dans son jardin, où il reçoit les plaignants. Il tranche les conflits familiaux et ceux des propriétaires, avec sagesse, tout en épluchant, avec un soin égal, des légumes. Peu instruit, il est doté d'un solide bon sens ; il est vif, scrupuleux et loyal. Rana Vikmatji, prince de Porbandar
Hindouisme et islam vivent côte à côte Porbandar Dans cette principauté, religions et sectes religieuses vivent en paix. Dans le port, des temples s'élèvent pour les marins arabes, africains et ceux venus de l'Inde orientale. Nulle animosité, nul esprit de prosélytisme ne perturbent leur coexistence. La tolérance règne en haut lieu, où la famille régnante, descendante des Moghols, est donc musulmane, alors que le chef du gouvernement est issu d'un clan hindou. Quelle que soit leur confession, tous ont en partage la langue, le goujrati, un mélange d'hindi, de persan et d'arabe. Les querelles religieuses appartiennent au passé. Les parsis, venus d'Iran, sont zoroastriens et respectés. Les missionnaires chrétiens ne font que prêcher dans l'indifférence. La mère de Mohandas, Poutlibai, est des plus dévotes. Elle estpranamie, membre de cette secte tolérante qui vise un syncrétisme islamo-hindouiste. Religions
Le système des castes régit le quotidien Porbandar A l'opposé de la tolérance religieuse qui prévaut ici, le système des castes est particulièrement rigide, injuste et intolérant. Il procède de la religion hindoue, ou plutôt, affirment des réformateurs, de l'interprétation qui en a été faite par les possédants. Les quatre castes sont subdivisées en sous-castes, et il est impossible de quitter son appartenance, sauf à se faire rejeter formellement, ce qui conduit le pécheur à l'état de paria. Ceux qui lui porteraient secours se condamneraient à subir le même sort. Seule la mort peut libérer les humains de leur condition acquise à la naissance, à condition que leur vie ait été exemplaire. Il leur sera alors possible, à leur prochaine naissance, de se réincarner dans une caste plus élevée. L'idéal à atteindre étant lenirvana, l'absolu
parfait qui clôt le cycle des réincarnations. La famille Gandhi est issue d'épiciers, car membre de la sous-castebania, une division de la caste desvaisya. Castes
Le vice-roi Mayo meurt assassiné Iles Andaman Le comte Mayo, vice-roi de l'Inde et gouverneur général, a été assassiné ce jour, à Port Blair, capitale des îles Andaman situées dans le golfe du Bengale. Avant sa visite, le comte avait eu vent du danger qu'il courait en visitant la région choisie pour abriter un pénitencier destiné aux assassins et aux rebelles. Malgré cela, il refusa d'annuler son voyage : « S'ils cherchent à m'assassiner, ils le feront, en dépit de mes gardes et sans égard pour leur propre vie. » L'assassin, un musulman fanatique, s'appellerait Cheikh Ali. Il est décrit comme un « malfrat de haute taille, à l'allure démoniaque ». Cheikh Ali est un Afghan des environs de la Khyber Pass, qui sépare la province de la Frontière du Nord-Ouest et l'Afghanistan. Il y a cinq ans, il avait été reconnu coupable d'assassinat et condamné à mort à ce titre par le délégué britannique à Pechawar. Mais sa peine avait été commuée à la prison à vie, avant qu'il soit libéré sous caution. Il est peu probable qu'il échappe au gibet une seconde fois. La mort du vice-roi ensanglante l'Inde. Arrivé voilà trois ans, il a suivi une politique fondée à la fois sur la compréhension et la fermeté. Son action sans concessions vis-à-vis de l'Afghanistan a causé sa perte. Port Blair (golfe du Bengale) / Pechawar (Inde) / Mayo, comte / Inde / Cheikh Ali / Andaman (Inde)
L'Angleterre achète le canal de Suez Londres Premier ministre, Benjamin Disraeli aura réussi à étonner le monde en rachetant la dette du khédive Ismaïl pour un montant de quatre millions de livres sterling. L'Anglais s'assure du même coup le contrôle du canal de Suez. Le monarque égyptien était en négociations avec les Français, qui s'apprêtaient à acheter le canal qu'ils ont construit. C'était sans compter sur la rapidité de réaction de Disraeli. A peine douze jours après qu'il eut vent de l'affaire, il exerça de fortes pressions sur le gouvernement de la République afin que ce dernier fasse cesser tous les pourparlers en cours qu'un syndicat français avait engagés avec Ismaïl. Alors, Disraeli s'est adjugé l'appui financier de Lionel de Rothschild pour réunir la somme. Une bonne affaire pour les parties prenantes : les actions seront rémunérées 25 % l'an. Enfin, sachant que les quatre cinquièmes du trafic maritime sur le canal sont assurés par la marine marchande britannique et la Navy, les économies ainsi réalisées sont conséquentes. De plus, la couronne s'assure célérité et sécurité sur la route des Indes, lors d'interventions urgentes. L'Inde, en effet, le « plus brillant joyau de la couronne » selon Disraeli, servira de base arrière aux opérations en Extrême-Orient. Suez (Canal) / Rothschild, Lionel de / Ismaïl (khédive) / Grande-Bretagne / Egypte / Disraeli, Benjamin
Le prince de Galles achève sa visite Bombay Le prince de Galles quitte l'Inde, à bord duHMS Serapis, après une longue visite étalée sur cinq mois. Lors des premières semaines de son séjour, il a sacrifié à d'épuisantes obligations officielles, répétitives et empesées. A tel point que sa mère, la reine Victoria, n'a pu s'empêcher de s'épancher sur son triste sort : « Le pauvre Bertie, laissa-t-elle entendre, doit supporter les fastidieux défilés d'éléphants, les présentations de joyaux et les feux d'artifice. » Puis vinrent enfin les réjouissances : la chasse au tigre, presque sans escorte et entouré d'amis. Le prince a su manifester son grand intérêt pour le