//img.uscri.be/pth/abcbd91670235c1587f83e4d836cc6977750e4ea
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Instabilité et institutions politiques en Afrique centrale francophone (1960-1977)

De
214 pages
Avec cet ouvrage, nous disposons, enfin, d'une étude qui nous introduit au cœur de l'histoire politique et militaire de l'Afrique centrale francophone, selon l'un des principaux facteurs du sous-développement : l'instabilité institutionnelle dont le coup d'État militaire est la forme ultime. Certes, la matière n'est pas nouvelle, mais elle est ici thématisée et remaniée sous une visée qui l'est.
Voir plus Voir moins

Couve Instabilite politique couve3- 135x215_Essai Acoria éditions 04/03/2014 19:02 Page 1
BENOIST SAUL LHONI BENOIST SAUL LHONI
INSTABILITÉ
ET INSTITUTIONS POLITIQUES
en Afrique Centrale Francophone
(1960-1977) INSTABILITÉ
ET INSTITUTIONS
POLITIQUES
en Afrique Centrale Avec cet ouvrage, nous disposons, enfin, d’une étude
qui nous introduit au cœur de l’histoire politique et Francophone
militaire de l’Afrique centrale francophone, selon l’un des (1960-1977)
principaux facteurs du sous-développement : l’instabilité
institutionnelle dont le coup d’État militaire est la forme
ultime. Certes, la matière n’est pas nouvelle, mais elle est ici
thématisée et remaniée sous une visée qui l’est.
Benoist Saul Lhoni est diplômé de l’École des
Hautes Études en Sciences Sociales et Docteur
en Sociologie Politique de l’université Paris X
Nanterre. Il a été rédacteur en chef de la revue
L’Arbre à Palabres (2002-2009).
isbn 978-2-35572-120-5
editions.acoria@free.fr
www.acoria.net
9782355721205 19 €
?
© Photo Giltrey - Saintes 2014
Benoist Saul
Instabilité et institutions politiques
Lhoni
en Afrique Centrale FrancophoneAvant Propos/Introduction.indd 1 25/10/2013 13:32Du même auteur
aux éditions Acoria
Paroles d’Ailleurs, poésie, Coll. Paroles poétiques, Paris 2008
Étreintes (dialogues...),araris, 2011
Avant Propos/Introduction.indd 2 25/10/2013 13:32Instabilité et institutions politiques
en Afrique centrale francophone
(1960-1977)
Avant Propos/Introduction.indd 3 25/10/2013 13:32Afrique centrale Francophone
Tchad - Cameroun - Gabon - Centrafrique - Congo-
Brazzaville - République démocratique du Congo
Couverture : © Benoist Lhoni, 2013
Éditions Acoria
courriel : editions.acoria@free.fr
Site : www.acoria.net
ISBN 978-2-35572-120-5
Tous droits de traduction, de reproduction,
d’adaptation et de représentation,
réservés pour tous pays.
Avant Propos/Introduction.indd 4 25/10/2013 13:32Benoist saul lhoni
InstabIlIté
et InstItutIons polItIques
en Afrique centrale francophone
(1960-1977)
Avant Propos/Introduction.indd 5 25/10/2013 13:32Avant Propos/Introduction.indd 6 25/10/2013 13:32Dès lors qu’un gouvernement viendra menacer les
citoyens dans leur Vie, leur Liberté et la poursuite de leur
Bonheur, il sera du Droit du Peu ple d’en modifer la forme
ou de l’abolir, et d’instituer un nouveau gouvernement
dont les princi pes et l’organisation des pouvoirs seront tels
que le Peuple jugera son Bonheur et sa Sécurité davantage
assurés...
... Quand trop d’abus et d’usurpations tra hiront le
dessein d’asservir le Peuple, il sera de son Droit, il sera de
son Devoir, de renverser un tel gouv ernement et de faire
surgir les nouveaux Gardiens de son Avenir.
(Déclaration de l’indépendance des États-Unis d’Amérique, 1776)
Avant Propos/Introduction.indd 7 25/10/2013 13:32Avant Propos/Introduction.indd 8 25/10/2013 13:32Préface
Avec cet ouvrage, nous disposons, enfn, d’une étude
qui nous introduit au cœur de l’histoire politique et
militaire de l’Afrique centrale francophone, selon
l’un des principaux facteurs du sous-développement :
l’instabilité institutionnelle dont le coup d’État
militaire est la forme ultime. Certes, la matière n’est
pas nouvelle, mais elle est ici thématisée et remaniée
sous une visée qui l’est.
Ainsi, l’histoire ou plus exactement le panorama
des coups d’État successifs, dont l’auteur procède à
un recensement précis et une minutieuse description,
rassemble une somme considérable de matériaux de
laquelle il a su, de manière pertinente, mettre au jour
la signifcation historique et le sens politique. C’est, au
sens de La Fontaine, la leçon de cet essai : à quelques
exceptions près, les coups d’état structurés par les armées
africaines sont un perturbateur historique qui ne tend
qu’à la concentration du pouvoir entre les mains d’un
seul homme, au détriment des masses. Cette fnalité
du putsch militaire, qui semble provisoirement mettre
un terme aux instabilités civiles, n’aboutit qu’à des
désastres plus grands. Tel est le cas du Congo Belge,
lorsque le général Mobutu met un terme brutal au
confit entre Patrice Lumumba, Maurice Tshombé
9
Avant Propos/Introduction.indd 9 25/10/2013 13:32et Kasavubu. Sous ce rapport, le Zaïre annonce les
turpitudes de la République Démocratique du Congo :
le lent dépérissement de l’État.
Cet essai, fort instructif, aide à comprendre le
présent de l’Afrique Centrale Francophone déstabilisée
par ses coups d’États militaires. Les drames actuels
de la République centrafricaine remontent presque
mécaniquement au coup d’État militaire du général
Bokassa, dont les fantaisies préparent l’extinction de
l’État et, après l’Armée, le surgissement des bandes
armées. Le Cameroun a su échapper, non pas à cette
irruption de l’armée dans les confits civils et politiques
mais au danger de la prise de pouvoir militaire.
C’est le lieu de signaler que Benoist Lhoni, qui se
dévoile comme un remarquable chercheur en sciences
sociales, appuie sa belle analyse sur trois préalables
scientifques : tout d’abord, une solide documentation
sans laquelle toute recherche n’est que vacuité. Ensuite,
une rigoureuse présentation des faits en question, qui
indique le souci d’un esprit critique et ordonné. Les
Grecs anciens méditaient la proximité étymologique
des mots crise et critique. C’est pourquoi Platon, qui
a vécu en période d’incessants coups d’États (près
d’une cinquantaine) a conçu sa pensée critique. Dans
son célèbre ouvrage, La crise de la culture, Hannah
Arendt rappelle comment une crise qui n’appelle pas
une pensée critique s’abime. En cela, elle reste fdèle
au penseur grec. Au fond, Benoist Lhoni ne fait rien
d’autre, quand il cerne et crible la crise des États
10
Avant Propos/Introduction.indd 10 25/10/2013 13:32d’Afrique Centrale Francophone. Car critiquer, c’est,
depuis une crise, cerner et cribler, comme aimait tant
à le rappeler et si justement Jean-Toussaint Desanti.
Enfn, un lexique précis qui, par la précision des mots
et des notions, aménage une remarquable cohérence
de ses propos.
Selon ces trois préalables, l’étude des faits et
l’analyse sont remarquablement restituées par un
style d’écriture alerte et vif, qui donne force à l’exposé
objectif des instabilités politiques. Et cela conforte
la clarté de l’exposé, qui n’est pas affaibli par des
jugements de valeur précipités. L’auteur s’en tient
donc à un empirisme relevé par la réfexion. Cette
manière de procéder devrait être une leçon pour
nombre d’intellectuels africains et quel que soit l’objet
de leurs travaux.
Somme toute, cet essai constitue une véritable
prouesse intellectuelle. En effet, l’ensemble des
matériaux exposés est amené au jour par une
séduisante approche structuraliste qui frappe et fxe
l’attention du lecteur, non seulement par sa dimension
cognitive qui, de façon judicieuse, mobilise le principe
de causalité (enchaînement cause/effet) par la saisie
des causes explicatives des coups d’État et de leurs
effets, mais également et surtout par sa méthodologie
alternativement diachronique et synchronique qui lui
permet de mettre au jour la structure des coups d’État.
Sous ce rapport, comment ne pas remarquer l’habilité
intellectuelle par laquelle l’auteur croise la sociologie
11
Avant Propos/Introduction.indd 11 25/10/2013 13:32et la science politique, jusqu’au point d’entrouvrir un
nouvel horizon à la politologie africaine.
Benoist Lhoni a su se garder des généralités hâtives.
Aussi prend-il toujours la précaution de procéder par
des études de cas, en décomposant les instabilités
institutionnelles par pays, avant de recomposer et de
restituer le tout, c’est-à-dire la structure des coups
d’État, dans un exceptionnel tableau d’ensemble qui
embrasse et expose l’histoire du coup d’État en Afrique
centrale francophone. Au reste, le modèle de coup
d’État que l’auteur met au jour permet d’instructives
comparaisons avec l’Afrique de l’ouest et, en défnitive,
dans les espaces anglophone, hispanophone et
lusophone d’Afrique.
À n’en pas douter, cet essai est un document essentiel,
pour qui veut comprendre l’instabilité institutionnelle
en Afrique Centrale Francophone, depuis sa forme la
plus élémentaire qu’est la pétition (militaire) jusqu’à
sa forme la plus élevée qu’est le coup d’État opéré par
l’Armée régulière.
Mais, au-delà de l’apport épistémologique, la
réfexion soutenue de Benoist Lhoni est guidée par
une éthique, qui retentit dans un immense cri : des
instabilités institutionnelles, les peuples africains sont
les grands perdants. Et, en secret, il formule par la
force de ses recherches patientes une praxis tout autre
de la démocratie et de la République en Afrique, au
proft des peuples. En cela, ces travaux interpellent la
communauté des sciences sociales et les élites africaines,
12
Avant Propos/Introduction.indd 12 25/10/2013 13:32pour une éthique des convictions et une éthique de la
responsabilité.
Cet ouvrage est une contribution décisive et,
mieux encore, une occasion pour tous de méditer
en profondeur l’un des principaux facteurs du sous-
développement de l’Afrique.
Épinay-sur-Seine, le 24 octobre 2013
Dr Pierre Franklin Tavares
13
Avant Propos/Introduction.indd 13 25/10/2013 13:32Avant Propos/Introduction.indd 14 25/10/2013 13:32Avant Propos
Depuis bientôt une décennie, l’instabilité des
institutions politiques, a atteint une phase endémique.
1En dehors du Zaïre , habitué au désordre poli-
tique, on se permettait de penser que les autres États
de l’Afrique Centrale Francophone, avaient réussi à as-
seoir des régimes forts et dont les armatures pouvaient
résister à l’épreuve du temps et aux problèmes posés
par la construction de nouveaux États.
Des observateurs de la vie politique africaine se sont
penchés sur ce phénomène, essayant de déterminer la
part des causes, endogènes et/ou exogènes, dans la per-
sistance et le déclenchement de cette crise générale des
régimes africains d’Afrique Centrale francophone.
Généralement, ils se sont essayés à résoudre le
genre de questions suiv antes : Est-ce l’échec du mo-
dèle emprunté à l’ex-métropole ou la volonté d’ériger
un régime spécifquement africain, qui expliquent la
fragilité des gou vernements ? Dans quelle mesure, la
colonisation, la subsistance des liens avec l’ex-métro-
pole et l’allégeance intégrale des jeunes États à l’ancien
colonisateur, économiquement, conditionnent-elles
fondamentale ment ces régimes ?
1 - Depuis, le Zaïre est redevenu la République Démocratique du Congo. Pour la
commodité de l’exposé nous utiliserons cette deuxième formulation que nous
considérons plus en adéquation avec l’histoire.
15
Avant Propos/Introduction.indd 15 25/10/2013 13:32À travers cet essai d’interprétation, qui apparaî-
tra non pas exhaustif mais simplement contributif et
incitateur à l’élargir – par des réfexions que cela ne
manquera pas de susciter –, nous nous sommes fait le
devoir de rassembler cet ensemble de connaissances du
2milieu instable africain , pour cerner la genèse de la
pr obl ématique.
À ce propos, il apparaîtra peut-être présomptueux
de débattre dans une perspective unique, des carences
des six États d’Afrique Centrale Francophone, dont
au travers des diversités, le seul élément commun en
1958 sem ble bien être – si l’on ne tient pas compte de
l’appartenance à une hypothétique nation – l ’accepta-
tion de la paternité française, la république démocrati-
que du Congo mise à part.
Nous avons opté pour cette régionalisation, simple-
ment parce qu’aujourd’hui, une ressemblance carac-
téristique et frappante, rapproche ces régimes : leurs
institutions, issues de la communauté et guidées par
3les cons titutions et la pratique française , ont évolué
dans les mêmes perspectives. Leur système politique
présente les mêmes caractères dominants. Leur déve-
loppement économique et social adopte les mêmes ob-
4jectifs et connaît aussi, avec les mêmes exigences, des
2 - Particulièrement de celui de l’Afrique Centrale Francophone.
3 - Toujours à l’exception de la République Démocratique du Congo, ayant subi
l’infuence belge. Mais il présente de 1965 à nos jours, les mêmes
’caractéristiques favorisant les indices de rupture, certainement à cause d une
infuence régionale.
4 - Création de l’Union Douanière et Économique d’Afrique Centrale (Udeac) dont
ne faisait pas partie la république démocratique du Congo.
16
Avant Propos/Introduction.indd 16 25/10/2013 13:32diffcultés analogues. Des troubles politiques d’origine
voisine se sont propagés dans ces États et ont provo-
qué des réactions identiques.
17
Avant Propos/Introduction.indd 17 25/10/2013 13:32Avant Propos/Introduction.indd 18 25/10/2013 13:32Introduction
À leur accession à l’indépendance, les États d’Afrique
noire suscitaient des espoirs. À cette issue pacifque de
décolonisation, ils semblaient concilier la lutte contre
le sous développement et la stabilité politique.
Les nouvelles élites essayèrent d’adopter les modèles
de gouvernement des anciennes métropoles, allant
jusqu’à un aménagement constitutionnel tiré essen-
tiellement des constitutions française, belge et bri-
tannique. Le Cameroun offre la particularité d’avoir
connu et le système français et le système britannique,
en raison de la division territoriale dont elle a fait l ’ob-
jet eu égard aux régimes du mandat et de la tutelle, in-
ternationaux. La république démocratique du Congo
a vécu pendant cinq ans et après son indépendance,
sous le régime de deux constitutions : La loi fonda-
5mentale de 1960 et la constitution de 1964 . Cette
adoption de modèles extra-africains avait du reste to-
talement occulté, une recherche d’originalité en allant
à la quête des attributs des systèmes politiques afri-
cains pré-coloniaux.
Le multipartisme permettait de penser, d’autre part,
que les conditions du bon fonctionnement de la dé-
mocratie étaient réalisées. Il fallut bientôt déchanter
car ce modèle se révéla vite inadapté du fait même,
5 - La loi fondamentale sur les structures du Congo-Belge fut promulguée par le roi
des Belges le 19 mai 1960, quelque six semaines avant l’indépendance du pays. Elle
erdemeura en vigueur jusqu’à la promulgation de la constitution de 1964 (1 août) .
19
Avant Propos/Introduction.indd 19 25/10/2013 13:32de l’absence de recher che de solutions originales, et le
nivellement des valeurs intrinsèques de la plupart des
pays d’Afrique par les colonisateurs. Surtout, pour des
pays, sociale ment, économiquement et plus encore
culturellement très différents de leurs anciennes mé-
tropoles.
Alors, on institua le système du parti unique. On
vit évoluer les modèles de démocratie à l’occiden-
tale vers des régimes présidentiels où le chef de l’État
s’arrogeait la quasi-totalité des pouvoirs : suprématie
présiden tielle, monocentrisme et pérennisation du
chef de l’État.
Ces transformations étaient justifées par la volonté
de mettre en place des mécanismes permettant de ré-
aliser l’intégration nationale et le dévelop pement éco-
nomique.
Puis dès 1963 au moment où le système de parti
unique semblait pren dre racine et prépondérance dans
les États d’Afrique Noire, un profond boulev ersement
s’est produit avec l’entrée des militaires sur l’aire poli-
tique. Ils de venaient acteurs de la vie politique et non
plus seulement garants de l’unité territoriale.
Jusqu’alors, chacun s’émerveillait quant à la relative
stabilité des régimes politiques des jeunes nations afri-
caines. L’intervention des militaires était de loin un
phénomène qui allait révolutionner l’environnement
politique africain. La simultanéité des coups d’État et
le nombre de pays qui en frent les frais sur le conti-
nent, en faisaient une nouvelle évolution politique.
20
Avant Propos/Introduction.indd 20 25/10/2013 13:32