L'Australie et les relations internationales : entre l'allié américain et le partenaire chinois

-

Livres
150 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Aux yeux des Européens, l'Australie reste un territoire lointain, une terre d'exil. Au cours des années 1990, les enjeux stratégiques de l'Asie-Pacifique ont peu retenu l'attention des médias français. Toutefois, plusieurs évènements tels que la montée en puissance de la Chine et la crise nucléaire coréenne ont ravivé l'intérêt du monde occidental. La fin des années 2000 sonne le retrait des troupes américaines et leurs alliés du Moyen-Orient avec la fin de la guerre contre le terrorisme. Les États-Unis effectuent alors un recentrage stratégique vers l'Asie pour faire face à une Chine qui a commencé à poser ses marques dans une région qu'elle considère comme sienne. En 2011, les États-Unis rappellent qu'ils sont eux aussi une « puissance du Pacifique » et qu'ils n'entendent pas laisser la Chine remettre en cause leurs intérêts.
C'est dans un tel contexte que l'Australie s'emploie à redéfinir sa grande stratégie et affirmer son rôle de puissance régionale. Le partenariat commercial avec la Chine a permis à l'Australie, alliée des États-Unis depuis 1951, d'échapper à la crise économique de 2008. Canberra se trouve aujourd'hui confrontée à un dilemme de positionnement. Pays occidental localisé dans un monde asiatique, l'Australie n'a cessé d'être tiraillée entre son appartenance culturelle et son appartenance géographique. Au cœur d'une région où les tensions s'exacerbent, l'Australie doit-elle faire un choix entre son premier partenaire commercial et son principal partenaire stratégique ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2014
Nombre de visites sur la page 4
EAN13 9782849243480
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0105 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
L’Australie et les relations internationales
Entre l’allié américain et le partenaire chinois
Collection « Géo-sécurité »
dirigée par Jean-Jacques Patry
Géo-sécuritéest une collection répondant à une double ambi-tion : ouvrir les horizons du lecteur sur les conflits contempo-rains et les stratégies de sécurité d’une part ; promouvoir les auteurs qui contribuent à cet élargissement d’autre part. Ces derniers sont pour l’essentiel formés au sein du mastère géopo-litique et sécurité internationale de l’Institut Catholique de Paris. Ils sont analystes/planificateurs pour des ONG, des sociétés de veille stratégique en zones « chaudes » ou des institutions de sécurité et disposent pour certains d’une expérience de terrain. Les Éditions du Cygne font la pari que spécialité littéraire et formation universitaire supérieure ne sont pas incompatibles : profitons-en !
Dans la collection :
La narco-criminalité au Mexique, Kevin Chalton Où va le Mali ?, Rodolphe Cathala
© Éditions du Cygne, Paris, 2014
www.editionsducygne.com ISBN : 978-2-84924-348-0
Charlotte Balssa
L’Australie et les relations internationales
Entre l’allié américain et le partenaire chinois
Éditions du Cygne
Remerciements
À Laura Henriquet, Delphine Lagarrigue et mes parents pour leurs suggestions et leur aide tout au long de la rédaction ;
À Madame Vilboux pour sa disponibilité et ses précieux conseils ;
À Monsieur Patry pour avoir sélectionné mon travail à présenter aux Éditions du Cygne.
Liste des abréviations
ADF : Australian Defence Force
ANZUS : Australia, New-Zealand, United States Security Treaty
APC : Asia-Pacic Community
APEC : Asia-Pacic Economic Cooperation
ARF : ASEAN Regional Forum
ASB : Air Sea Battle
ASEAN : Association des Nations de l’Asie du Sud-Est
AUSFTA : Australian-United States Free Trade Agreement
AUSMIN Consultation
:
the
Australia-United
EAS : East Asia Summit
States
FPDA : Five Power Defence Arrangements
OMC : Organisation Mondiale du Commerce
PLAAF : People’s Liberation Army Air Force
PLAN : People’s Liberation Army Navy
SLOC : Maritime Sea Line of Communication
TPP : Trans-Pacic Partnership
Ministerial
Préface
Alors que l’importance économique de la zone Asie-Pacique est bien établie depuis les années 1990, son intérêt dans le domaine de la sécurité internationale s’est renouvelé plus tardivement. Vus de France, les enjeux stratégiques asiatiques demeurent lointain, épisodiquement mis en lumière lors des crises provoquées par la Corée du Nord ou les litiges territoriaux entre la Chine et ses voisins. Toutefois, avec la n d’une décennie 2000 marquée par la lutte contre le terrorisme et les engagements occidentaux dans le « Grand Moyen-Orient », les priorités se sont déplacées. Ainsi, en 2011 les États-Unis rappellent au monde qu’ils sont aussi une « puissance du Pacique » et qu’ils n’entendent pas laisser l’afr-mation des ambitions chinoises remettre en cause leurs intérêts. Concrètement, cela se traduit par l’annonce d’un rééquilibrage pivotde la posture militaire, de l’Est vers l’Ouest, et de la ») contre-insurrection vers les conits aéro-maritimes. Cette réévaluation stratégique a des conséquences sur les alliés et partenaires de Washington, ainsi que sur la perception globale des enjeux. Tandis que les Européens s’interrogent sur la signi-cation du désengagement américain pour l’avenir de leur sécu-rité, les pays d’Extrême-Orient sont amenés à prendre position dans le nouveau système d’équilibre qui se met en place entre Washington et Pékin. Il est donc légitime de voir se développer l’attention des chercheurs pour la région, ce dont témoigne le nombre croissant de jeunes universitaires choisissant d’étudier des aspects souvent négligés de la reconguration géopolitique en cours. Les recherches menées par Charlotte Balssa sur la politique de l’Australie s’inscrivent dans ce mouvement, visant à mettre en lumière le jeu des acteurs « secondaires » dont l’impor-tance est à reconsidérer.
7
À cet égard, la posture stratégique de l’Australie est particuliè-rement intéressante. Pays « occidental » dans un monde asiatique, allié indéfectible des États-Unis depuis 1951, l’Australie s’em-ploie au début de ce siècle à afrmer son rôle de manière plus autonome. Peut-elle pour autant prétendre à devenir une puis-sance régionale ? C’est la question centrale que pose cet ouvrage, en partant d’un modèle conceptuel de référence. Répondre à la question implique certes de présenter les objectifs afchés par les autorités australiennes et les ressources qu’elles entendent mettre au service de leur stratégie. Mais il est aussi essentiel d’évaluer la marge de manœuvre dont dispose réellement l’Aus-tralie, compte tenu de ses liens avec les États-Unis d’une part et des enjeux que représentent ses relations économiques avec la Chine, d’autre part. À cet égard, l’analyse de Charlotte Balssa fait clairement ressortir les éléments du « dilemme » qui se pose à Canberra, dans le choix de sa réponse à la nouvelle stratégie américaine. Ils ne sont pas sans rappeler ceux auxquels se trouve confronté un autre partenaire de Washington : la Corée du Sud. Bien que placé dans une situation stratégique plus complexe encore que l’Australie, Séoul tente également de prendre ses distances vis-à-vis de Washington an de se poser en médiateur régional, sans toutefois perdre la garantie de sécurité américaine. Si le poids des contraintes systémiques freine l’émergence de ces nouveaux acteurs, leur perception des conditions de sécurité évolue et différentes options sont discutées. Comme le montre les débats politiques en Australie, les choix effectués par les diri-geants peuvent amener à des évolutions stratégiques signicatives. Le développement de leurs ambitions régionales devrait donc rester un phénomène intéressant à suivre et l’ouvrage de Charlotte Balssa constitue à cet effet une excellente base de départ.
Nicole Vilboux Docteur en Sciences politiques Chargée d’enseignement au Master 2 Géopolitique et sécurité internationale