L'intégrisme. Le comprendre pour mieux le combattre

-

Français
204 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Des exemples historiques d'intégrismes politiques ou religieux sont ici analysés. Obéissant à une idée fondamentale, les intégristes élaborent leur système de lois pour imposer une nouvelle société, une nouvelle foi ; ils confèrent à l'Autre une étiquette identitaire, puis lui dénient toute légitimité et l'érigent en menace vitale. Leur persécution devient une réaction légitime. Désintégrer l'intégrisme est possible par une action commençant très tôt dans l'éducation et se poursuivant jour après jour.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mars 2012
Nombre de lectures 42
EAN13 9782296485600
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

L’intégrisme

Questions Contemporaines
Collection dirigée par
B. Péquignot et D. Rolland

Chômage, exclusion, globalisation… Jamais les «questions
contemporaines »n’ont été aussi nombreuses et aussi complexes à
appréhender. Le pari de la collection «Questions Contemporaines»
est d’offrir un espace de réflexion et de débat à tous ceux, chercheurs,
militants ou praticiens, qui osent penser autrement, exprimer des idées
neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion collective.

Derniers ouvrages parus

Yvon OLLIVIER,La Désunion française. Essai sur l’altérité au sein
de la République, 2012.
Joachim MARCUS-STEIFF,La société sous-informée, 2012.
Mikaël LACLAU,: nouvelles stratégies de laLe Grand Plan
globalisation capitaliste, 2012.
Michel JUFFÉ,Quelle croissance pour l’humanité ?,2012.
Daniel ESTEVEZ,Représenter l’espace contemporain, Projets et
expérimentations architecturales dans les aéroports, 2012.
Stéphane JACQUOT, en collaboration avec Yves Charpenel,La
justice réparatrice, 2012.
Emilie PICOU,Démythifier la maternité. Concilier foi chrétienne et
droit à l’avortement,2012.
Lukas STELLA,L’invention de la crise. Escroquerie sur un futur en
perdition, 2012.
André ORTOLLAND,Rétablir les finances publiques, garantir la
protection sociale, créer des emplois,2012.
Linda CHAIB,Citoyenneté, droit de vote local et immigration, Les
expériences nord-américaine et française, 2012.
Alain CLUZET,? Vers une solutionLe climat sauvé par les villes
européenne, 2012.
Bernard LEGRAND,Être chômeur aujourd’hui, 2012.
Vivien PERREC,Les Témoins de Jéhovah. Analyse psychosociale,
2012.
Mustapha Baba-Ahmed,Le néomonétarisme, stade suprême du
capitalisme, 2011.
Catarina CAMARINHAS,L’Urbanisme de Lisbonne, 2011.
Marc DELEPOUVE,Une société intoxiquée par les chiffres, 2011.
André ROPERT,La gauche en France. Historique d’un enlisement,
2011.

Francis Weill

L’intégrisme

Le comprendre
pour mieux le combattre

L’Harmattan

Du même auteur

Juifs et Chrétiens. Requiem pour un divorce. Un
schismejudéo-chrétien antique et les relations
d’aujourd’hui, Éd. L’Harmattan, Paris, 2001.

regard juif sur le
judéo-chrétiennes

Lettre à un ami chrétien pro palestinien, Éd. du Cosmogone, Lyon,
2003.

D’Abraham à Hitler : histoire d’une famille juive alsacienne et de ses
racines, racontée à une petite québécoise, Éd. l’Harmattan, Paris,
2005.

Lettre sur l’antisémitisme. Autopsie
Éd. du Cosmogone, Lyon, 2005.

des

mythes

de

la

haine,

L’éthique Juive en dix paroles. Une anthologie - un choulran arouk de
l’éthique, Éd. MJR, Genève, 2006.

Contes juifs, Éd. L’Harmattan, Paris, 2008.

Dictionnaire alphabétique des
Éd. L’Harmattan, Paris, 2009.

sourates

et

versets

du

Coran,

Dictionnaire alphabétique des versets des Psaumes, Éd. L’Harmattan,
Paris, 2011.

Dictionnaire alphabétique des versets du prophète Isaïe, à paraître.

© L'HARM ATTAN, 2012
5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-96195-1
EAN : 9782296961951

Sommaire

Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Première partie: les intégrismes politiques
Chapitre I: la Révolution française. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
La Révolution à Lyon: Fouché. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
La Révolution à Nantes: Carrier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
Les septembriseurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
Révolution et intégrisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
Chapitre II: Staline. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
Des principes libertaires à la fosse commune. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
La liquidation des koulaks. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
Katyn .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
Pourquoi ce massacre? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
Katyn :l’après guerre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
Le massacre de Katyn dans le cadre de l’intégrisme . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
Chapitre III: Hitler. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
En exergu. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .e. . . 39
Hitler n’a pas inventé l’antisémitisme allemand . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
Les racines de l’antisémitisme allemand eteuropéen .. . . . . . . . . . . . . . . . 41
L’antisémitisme de Hitler. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
De l’écrità l’assassinat. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58de masse
Le parti nazi et ses organes de résonance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
L’accomplissement du projet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
L’intégrisme hitlérien. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
Chapitre IV: Pol Pot et les Khmers rouges. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
En exergue. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
Les prémices du drame. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
Les débuts de l’expérience. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
Le parti communistevictorieux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7(1975-1979) .0
Et. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74. . . . . . . . après ?
L’expérience khmère rouge etl’intégrisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74

Deuxième partie :les intégrismes religieux
Chapit: le Care Itholicisme, l’Inquisition. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
En exergu. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79e .
Naissance des hérésies médiévales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
Développementdes hérésies médiévales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
L’hérésievaudoise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
L’hérésie cathare . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
La lutte cont: de la naissance dre les hérésiesuchristianisme à la
préinquisition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
Un int. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89égrisme d’Église
L’inquisition proprementdite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
Les sentences. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
L’inquisit. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94ion espagnole
La « Pureté dusang » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
Inquisition etintégrisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96

5

Chapitre II: l’intégrisme musulman. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
En exergue. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
Prologue. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
Les deuxfamilles principales de lecture duCoran .. . . . . . . . . . . . . . . . . 102
Le monde spirituel coranique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
Le Coran incréé, socle de l’intégrisme, etmême de l’intégrismeviolent. 104
La malédiction des juifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
Salutpar la foi etaltérité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
Le développementde l’intégrisme musulman. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
La charte du. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1Hamas .22
Califatetdémocrat. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14ie . . . . . . . 0
Les appels à la haine etaumeurt. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141re .
Islamisme etnazisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
Et maintenant? .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
L’islamisme et les constantes de l’intégrisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
Conclusion .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
Chapitre III: l’intégrisme juif. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157.
En exergue. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
Un intégrisme juif est-il possible? .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
Les principes du judaïsme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
Lesverrous juifs contre l’intégrisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
Y a-t-il eu un intégrisme juif dans l’histoire ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
Existe-t-ilun intégrisme juif aujourd’hu. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165i ? .

Troisième partie :considérations générales
Chapitre I: Définir enfin l’intégrisme etses mécanismes. . . . . . . . . 171
Une idée-force substituante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
Les fondamentaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
Fermeture et ouverture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
L’étiquetage .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
L’institutionnalisation du groupe et sa loi spécifique; la sanctification du
meurtre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
La victimisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
Les procès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
La « désaltérisation » del’Autre devenul’ennemi .. . . . . . . . . . . . . . . . . 176
L’intégrisme massacreu. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177r .
Chapit: Désinre IItégrer l’intégrisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
Les principes de l’éducatla cion ;ultureuniv. . . . . . . . . . . . . . . . 181erselle .
Démontrer auxécoliers les contradictions des intégrismes . . . . . . . . . . . 182
Jeter les étiquettes au. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18panier . . . . 3
Enseigner la prévalence de l’éthiqueuniverselle .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184
Enseigner le rejetde la substitution etla nécessité dudoute . . . . . . . . . . 185
Enseigner la liberté face à l’orthodoxie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
Enseigner la discussion de lavérité .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
Enseigner l’existence, l’importance, la dignité de l’Autre . . . . . . . . . . . . . 188
Ne reconnaître qu’une loi, la loiuniverselle, la loi de l’étatde droit. . . . . 189
Apprendre à lire lestextes sacrés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
Opinion, médias etintégrismes .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192

Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197. . . . . . . . . . .
Bibliographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199. . . . . . . . . .

Introduction

Par sa violence, l’intégrisme, un certain intégrisme en tout cas,est
devenu le problème majeur de ce début de siècle.L’intégrisme
est l’ennemi de nos sociétés ouvertes et libres, si faciles à frapper.
Il suffit d’ouvrir nos journaux pour s’en convaincre: assassinats de
personnalités civiles ou militaires, tours effondrées sur leurs
habitants, marchés dévastés dont les rayons se transforment en
étals de chair humaine, hôtels détruits par des camions piégés,
voyageurs pulvérisés dans des gares, des métros, des autobus, des
avions, touristes mitraillés devant des monuments… La menace
de l’intégrisme est devenue permanente et ubiquitaire.
Existe-t-ilune définitionuniverselle de l’intégrisme ?Tous les
intégrismes sont-ils meurtEsriers ?t-il possible d’analyser le
mécanisme intellectuel rendantl’espritesclave d’une idéologie, aupoint
detransformer l’homme en automate privé detoute faculté de
jugementetd’autocritiquPee ?ut-on comprendre comment un
être humain doté de raison envientà perdretoute référence aux
principes éthiques qui ontfondé notre civilisation
?Latransformation d’un être civilisé en brute exterminatrice s’inscrit-elle dans
un processus reproductible, stéréotyApé ?utrementdit, peut-on
former des intégristes dans des écoles d’intA conégrisme ?trario,
peut-on espérer « désintégrer l’intégrisme »?
Ce sontlà les questions auxquelles nous allonstenter de
répondre dans ce petitessai.
Tenter de définir l’intégrismeva être notre première démarche.

Qu’est-ce que l’intégrisme?

Sans doute ne pourrons-nousvéritablementrépondre à cette
question qu’après avoir étudiéun certain nombre d’exemples de
massacres etd’intégrismes, d’intégrismes etde massacres. Mais
pour commencer, nous pouvons consulter nos dictionnaires.
7

Les dictionnaires(Dictionnaire encyclopédique universeletLe Robert)

Intégral: dont on n’a rien retranché.
Intégralement: d’une manière intégrale, en totalité.
Intégralité: état de ce dont on n’a rienretranché
Intégrisme: doctrine, attitude de ceux qui désirent maintenir un
système idéologique ou religieux donné dans son intégralité.
Intégriste; par extension: partisan de l’inté-: relatif à l’intégrisme
grisme.
Intégrité: état d’une chose à laquelle il ne manque rien.
FondementPrincipe général servant de base à un(Philosophie) :
système. (Construction): ouvrage destiné à répartir sur le sous-sol
les charges d’une construction.
Fondamental, fondamentaux; qui a un: qui sert de fondement
caractère essentiel et déterminant.
Fondamentaliste: qui tient à utiliser, à soutenir les fondamentaux.

Nous pouvons donc, pour entreprendre notre étude, retenir
une première définition de l’intégrisme, définition qui sera
peutêtre modifiée à la fin de nos analyses:l’intégrisme est la doctrine
de ceux qui fondent intégralement leurs pensées et leur conduite sur
les fondamentaux de leurs opinions politiques ou de leur religion.
Une constatation s’impose: bien des sectes, bien des religions,
sont dirigées par des personnesqui fondent intégralement leurs
pensées et leur conduite sur les fondamentaux de leurs opinions. Ces
dirigeants imposent leur doctrine à leur entourage. Ils parviennent
souvent à la diffuser à l’intérieur de leur groupe sans contrainte.
Etlorsqu’ils exercent une contrainte, ils l’exercentà l’intérieur du
groupe. Ceuxqui n’en fontpas partie ne sontpas concernés. On
peutdénommer cetype d’intégrisme, qui limite son champ
d’application à ses adhérents, intégrismefermé. Aucontraire, les
1
tenants des intégrismes impérialistes ou« ouverts »
sontdéterminés à imposer leurs opinions, leurs principes, leur mode devie
auxautres, àtous les autres, fût-ce par la force. Nous pouvons
donc retenirune distinction inaugucelle qrale :ui sépare les
intégrismesfermésdes intégrismesouverts.

1. Dans la littérature politique anglo-saxonne l’intégriste estdénommé « fundamentalist».
Nous n’utiliserons pas, en français, le mot« fondamentaliste ».

8

Pour avancer dans notre analyse, il nous appartient maintenant
d’appliquer ces définitions premières, sans doute insuffisantes,
sans doute provisoires, à différents exemples d’intégrisme « ouvert ».
L’histoire, hélas! en est riche.Elle nous offre le souvenir, ancien
ourécent, de deuxgrandesvariétés d’intégrismes, bâtis sur deux
catégories de fondamentaux: les fondamentauxpolitiques etles
fondamentauxreligieux.

Première partie

Les intégrismes politiques

I
La Révolution française

Les plus grandes tueries de la Révolution ont été perpétrées ou
ordonnées par des citoyens ordinaires, des patriotes, qui après
avoir mené une vie sociale normale, s’étaient engagés dans le
monde des idées et des principes, dans le monde
desfondamentaux. Robespierre a été un idéaliste de salon avant de devenir
le dictateur d’une révolution inflexible. Comment peut-on passer
des principes aux basses œuvres? C’est ce que nous allons essayer
d’analyser à partir de trois événements révolutionnaires.

La Révolution à Lyon: Fouché (1793)
Lyon, une des rares villes industrielles du pays, était, dirait-on
aujourd’hui, très à gauche, en raison de l’importance de sa
population ouvrière. Le représentant le plus en vue de la classe
ouvrière s’appelait Chalier; il avait été prêtre; la révolution était
2
pour lui, selon Stefan Zweig, une nouvelle religion. Lorsque se
produisirent des émeutes contre la dictature révolutionnaire,
leurs promoteurs parvinrent à l’arrêter et à le condamnerà
mort.
Une véritable rébellion contre-révolutionnaire s’était levée; elle
ne pouvait que susciter une réaction du gouvernement central;
mais le conseil de Lyon osarefuser de se plier aux ordres de la
Convention. Pire, Lyon en révolte s’arma et se fortifia contre un
assaut éventuel des forces nationales. Cet assaut eut lieu. Il fut
victorieux. La Révolution avait vaincu une menace de sécession
qui eût constitué un dangereux exemple. Le châtiment devait être
à la mesure d’un tel crime politique.Entendons-nou: il nes bien

2. Zweig Stephan,Fouché, Grasset, le Livre de Poche, Paris, 1973(réédition2006).

13

s’agissait pas seulement de la répression d’une rébellion locale par
un pouvoir central. Il s’agissait avant tout de l’écrasement d’une
idéologie contestataire, libertaire, par une idéologie dominante et
dominatrice.
La Convention, gardienne des droits de l’homme, idéal de la
Révolution, vota (article III) « que la ville de Lyon serait
détruite »; on épargnerait cependant les « maisons des pauvres »,
tandis que la ville serait dépossédée de son nom multimillénaire,
pour devenir « Ville affranchie ». On envoya Couthon exécuter
cet arrêt. Mais Couthon, à la manière duGénéral Stulpnagel, mis
en demeure par Hitler de détruire Paris centcinquante ans plus
tard, pritdes mesuresthéâtrales mais dilatoires :quelques femmes
manièrent timidement; mais on nedes piochesvitdevantles
immeubles condamnés par Paris aucunterrassier professionnel;
nulle partne futentaméeune destruction effective.
Cette faiblesse futbientôtconnu; la Cone à Parisvention démit
Couthon etenvoya dans laville condamnée Collotd’Herbois
ainsi qu’un extrémiste affiché,un certain Joseph Fouché.
Nous pourrions nous en arrêt: qer làuoi de plus commun dans
l’Histoire que la répression d’une rébellion? Mais, justement, cette
répression ne futpas commune. Sa sauvagerie, son caractère
collectif aveugle s’inscriventdans l’intégrisme,tandis que la
personnalité de l’intégriste, Fouché, permetd’aborder l’une des
composantes caractérielles des intégristes :l’amoralité, socle d’une
bascule hors de l’éthiqueuniverselle.
Fouché était un ancien séminariste de l’ordre des Oratoriens,
professeur de mathématiques ;auhasard de ses affectations il
rencontra Maximilien Robespierre avantde retourner à Nantes.
Il s’engagea en politique, futéludéputé etrejoignitla Convention
en 1792, oùil joua d’abord la carte de la modération etde
l’anonymat, en siégeantparmi les Girondins. Homme de dossiers
etde commissions, il choisitde rester dans l’ombre. Mais
pouvaiton rester dans l’ombre le jour du vote de la mortduroi, quand
Robespierre exigeaitla présence de chacuFon ?uché se préparait
à réclamer la grâce; mais sous la pression des extrémistes dontil
pressentaitlavictoire ilvota la mortetse coupa des modérés.
L’idéal de Fouché, qui ne se démentitjamais, étaitd’être avec ceux
qui gagnent. La mortduroi fut votle noée :uvel homme politique
seraitdésormais duparti de la condamnation, etil le seraitavec
14

détermination – jusqu’au moment oùil jugeraitopportun de faire
oublier cetépisode de sa carrière. Cette détermination même,
pour opportuniste qu’elle fût, fitde Fouché l’homme des
fondamentauxrévolutionnaires :un intégriste.
La mode étaitauxproclamations sanguinaires contre les
ennemis de la République. Fouché fera des proclamations
sanguinaires contre les ennemis de la République. Il avaitété modéré
dans le camp majoritaire de la modération. Il sera désormaisun
extrémiste dans le camp majoritaire de l’intégrisme extrémiste ;
c’estpourquoi il écrivit: « Toutestpermis à ceuxqui agissent
dans le sens de la Révolution ». « Toutest: cepermis »tte phrase,
qui exprime l’abandon detoutprincipe moraluniversel auprofit
d’une pseudo-éthique particulariste, résume assezbien le credo de
tous les intégristes. Fouché montrera à Lyon que ses paroles
n’étaientpas des « parolesverbales ».
Fouché avaitdéjà sévi de manière exemplaire à Nantes entant
qu’envoyé plénipotentiaire de la Convention. C’estparce qu’il
avaitfaitses preuves sur d’autres chantiers répressifs qu’il fut
envoyé à Lyon, la cité condamnée, la nouvelle « Ville affranchie ».
Bientôtfutcrééuntribunal révolutionnaire local dont voici l’une
des proclamations :« Nous n’écoutons que le cri dupeuple, qui
veutquetoutle sang des patriotes soit vengé enune fois, de
manière prompte et terrible, afin que de nouvelles effusions en
soientépargnées à l’humanité ». Les choses étaientdonc claires:
les ennemis de la République, ceuxqui ne pensaientpas comme
les députés extrémistes de la Montagne, ceuxdonton pensait
qu’ils pourraientprendre les armes, ouqui les avaientprises
contre lesvrais révolutionnaires, devaientêtre éliminés. Nous
découvrons à Lyon, avec Fouché,un principe essentiel detous les
intégristes massacreurs :quand le peuple pense etagitmal il faut
changer de peuple. C’estlà que l’autorité révolutionnaire franchit
le pas qui sépare l’exercice autoritaire dupouvoir de la
manifestation d’un pouvoir intégriste :celui qui pense autrementmérite
la peine capiteale ;tsa faute n’estpasune faute individuelle, elle
estcollective etmérite doncun châtimentcollectif. La justice d’un
étatde droitrepose sur l’adaptation des sanctions à la
responsabilité de chacun ;pas celle d’un régime intégriste.
Nous rencontrons aussi à Lyonune autre manifestation
essentielle de l’intla proclamaégrisme :tion de son propre groupe
15

comme seul détenteur de la vérité, et la définition desAutres, de
ceuxqui ne fontpas partie dugroupe, comme des ennemis.
L’étiquetage collectifde l’ennemi, sa désignation commeune
entité autonometranscendantl’individuest une étape
fondamentale de la démarche intégriste. Sans étiquette on ne peut
définir ceuxqui sontappelés à être exclus de la communauté
des bien-pensants. L’étiquette crée pouvoir ethiérarchie ;sans
étiquette pas de discrimination, pas de répression ciblée.
Rappelons-nou: le Créas la Genèseteur donne à Adam le pouvoir
sur les autres êtres en lui accordantle pouvoir de leur donner
un nom (Gn.2:19) ;ainsi estproclamé le poids de l’étiquetage.
Envertude cetétiquetage, nous rencontrerons dans ce livre
des ennemisde classe, des ennemisde foi, des ennemisde race.
Avec Fouché à Lyon nous découvrons lesennemis de la
Révolution. L’étiquette estcollective. Une fois défini commetel,
l’ennemi perdtoute essence propre. Il n’esten soi ni bon ni
méchant: il n’existe plus que comme membre dugroupe des
Autres. L’étiquetage collectif estla première étape de la marche
vers l’altéritéabsolue, processus que nous dénommerons
altérisation, etqui estessentiel dans l’entreprise intégriste.
Un autre phénomène suitnécessairementla définition de
l’ennemi :c’estlavictimisationdu groupe acteur de l’Histoire. Par
définition, l’ennemi, même inoffensif, constitueune menace; son
existence, même minoritaire, mêmevirtuelle, comprometla survie
dugroudès lors l’ape ;ttaque de l’ennemi par le groupe oppresseur
n’estplusune attaque, maisune autodéfense ;elleva même cesser
d’êtreun processus réactelle deionnel :vient un devoir primaire.
L’érection d’une frontière entre « les nôtres etles autres », résultat
duprocessus d’altérisations’accompagnetoujours
d’unevictimisation dupersécuteucer ;ttevictimisation justifie par avancetout
ce qui sera entrepris contre l’ennemi étiqueté commetel.
Fouchétenaitdonc entre ses mains des ennemis de la
Révolutà sesion ;yeuxd’intégriste révolutionnaire, ils n’étaient
plus qu: non ple celaus des hommes comme lui, mais des Autres,
des ennemis par essence, etcela seulement:une classe à part, par
là même exclue detoute éthique,une classe qu’il étaitlégitime,
qu’il étaitimpérieuxde supprimer pour assurer la survie de
l’entreprise révolutionnaire etpour pérenniser les droits dupeuple
etles droits de l’homme. C’estlàune distorsion fréquemment
16

observée dans le monde de l’intégrisme: ses fidèles aspirent
souvent à un monde meilleur, plus harmonieux, plus tolérant,
plus libre. Mais ils fondent sa construction sur la discorde,
l’intolérance, la violence et l’oppression. Se croire détenteur de la
Vérité absolue s’accompagne d’un orgueil destructeur.
Pour Fouché, nouvel homme d’action, soucieux d’efficacité
répressive, la guillotine était un instrument trop individuel, trop
artisanal. Larégénération guillotinière, l’expression est de
SaintJust, est un travail à la pièce. La faute étant collective, la technique
du châtiment devait l’être elle aussi. La justice révolutionnaire
réclamait du rendement. Nous retrouverons ce souci du
rendement chezd’autres intégristes massacreurs. On ne pouvaitpas
changer de peuple en supprimantses membresun àun. On aligna
donc des dizaines de prisonniers place desBrotteaux; des canons
furentbraquésvers eux, à quelques mètres de distance, de façon
à les atteindre en enfilade. Les survivants de la boucherie furent
achevés. Les morceauxfurententerrés sur place. Ce futla
première des sanglantes « mitraillades de Lyon » (4 décembre
1793). La suivante massacra plus de deuxcentsvictimes. Fouché
3
en fera sixmille à Lyon .
Nousvoilà confrontés àune question quiva surgir dans
chacun de nos chapitpores :urquoi, comment un homme
ordinaire peut-il devenirun monstre sanguinaire ?
Bien sûr l’assassin potentiel estplongé dans le nœud de
l’action :un conflitpolitique entreun pouvoir central et uneville
rebelle. Mais il ne s’agitpas d’un conflitordinaire, relevant
d’intérêts économiques oud’un projetimpérialiste. Le pouvoir
central estrévolutionnaire. Il représenteun mouvementd’idées
nouvellesdevenant uneidéologie; adoptées d’abord de façon
démocratique, ces idées deviennentplus radicales; elles finissent
par ne plustolérer l’opposition. Elles sontdevenuesuneidéologie
fondamentale. Plus rien ne compte en dehors d’elles. La
construction d’un monde conceptuel neuf réclame la construction d’un
homme neuf. On estcethomme neuf, ouonn’est pas: celui qui,
par lavertude l’étiquette, estdoté d’altérité, estplacé en dehors
dugroupe majoritaire ;son altérité lui enlèvetoute légitimité, et
donc son droità lavie. De plus, comme nous l’avonsvu,
3. FuretFrançois etDenis Richer,La Révolution française, Hachette 1963. Miquel
Pierre,La Grande Révolution, Plon, 1988.

17

l’étiquette conférée est collective; le porteur d’étiquette n’existe
plus comme individu; il n’existe que comme membre, comme
représentant du groupe étiqueté. L’intégriste ne se représente plus
la fourmi, mais la fourmilière. L’idéologie fondamentale a créé
une séparation irréductible entre le groupe dominant et la troupe
de ses ennemis proclamés. Cette idéologie inspire et gouverne un
intégrisme ouvert qui, dès lors qu’il rencontre une résistance, fait
appel à la force, qui est justifiée par la victimisation.
L’écroulement de la notion d’altérité légitime est sans doute la
caractéristique majeure de l’intégrisme ouvert: dans un premier
temps,l’Autre, envertude sa nouvelle étiquette collective, est
4
frappé de ce que nous dénommonsune « altérité irréduct.ible »
Dans le verset 19 :18 du Lévitique, «Aimeton prochain comme
toi-même », le motcommeindique que si l’Autre n’estpas nous,
il estcommenous, doté de son essence propre que nous devons
accepter. Pour l’intégriste, l’Autre n’estplus caractérisé par cette
similitude, mais par sa différence qui le marque de sa nouvelle
étiquette comme aufer rouge. Alors s’enclenche la deuxième
déchéance de l’Autre, son annihilation, au vrai sens du terme,
processus que nous dénommeronsdésaltérisation(on nous
pardonnera, nou: l’As l’espérons, ce néologisme)utre n’estmême
plusun Autre, iltombe en dehors de la sphère de l’humanité. Sa
qualité d’Autre s’effondre. Il étaitdifférent, différentde plein droit
pourrait-on dire.Désormais il n’est même plus comparable,
même plus autre. Il a changé d’espèce. Il n’est plus un individu
mais le membre obscur d’un groupe ennemi. Ilest devenu un
parasite, une vermine à supprimer.Etce faisant, il a perdu tout
droità la dignité età la compassion. Dans la plupartdes exemples
choisis pour notre étude nous retrouverons cette chute de l’Autre
dans le néantprogrammé d’une « désaltérisation » annihilatrice.
Voiciune autre caractéristique encore de l’intégrisme ouvert:
le massacre de Lyon étaitcommis aunom de la Révolution, au
nom, donc, de la défense des droits de l’homme; pourtant,
commetous les intégristes, les révolutionnaires
avaientabandonnétoute référence auxloisuniverselles, pour ne se référer
qu’à leur propre loi. L’intégriste change de cadre éthique. La
violence à l’égard de l’Autre devientnormalité puisqu’elle est
4. Weill Francis,Lettre sur l’antisémitisme, autopsie des mythes de la haine, Cosmogone,
Lyon,2005.

18

justifiée, dans le cadre de la victimisation, par la survie du
groupe légitime. Dans cette nouvelle situation oùl’éthique a
basculé de l’universel auparticulier, le meurtre n’estpas
condamnable, mais louable. Nous reviendrons sur
cettesanctification du meurtre.
Voici encoreun élémentimportant: la Révolution étaitdevenue
en elle-même, par essence,un conceptglobalisé fondamental :
une religion.Elle détenaitdésormais à elle seule lavérité nouvelle,
qui devaitsesubstituerpartous les moyens aux vérités anciennes
attachées auxreligions, auxsituations politiques ousimplement
auxidées d’antan. Lathéologie de la substitution, fléaudes religions
novatrices, existe en effetaussi sur la scène politique ;il convient
simplementalors de la dénommer, non plus «théologie » mais
« conceptde substitution », sans qu’existe dans la démarche la
moindre différence: dès lors qu’apparaît un système de pensée
novateur promupar des intégristes, il n’ya plus place que pour
lui seul. Celui qui pense autrementdevient un hérétique :il est
autre, mais non pas dans le sens du versetduLévitique cité plus
haut. Son altérité estdéchéance, effondrementdans la hiérarchie
des êtres.
La révolte de Lyon représentaitdonc plus qu’une révoltcee ;
n’étaitpas seulementl’expression d’un désaccord sur les principes
etles moyc’éens ;tait un crime majeur :celui de lèse-substitution.
Penser autrementque la pensée dominante,universaliste et
dévoreuse d’hommes, relevaitd’une déchéance intellectuelle.
L’hérétique est un sous-homme. Le peuple est, doitêtre
révolutionnaire. Siune partie dupeuple ne l’estplus, il fautdétruire sa
ville et, comme nous l’avons déjà observé, détruire ce peuple pour
en changer. Le caractèreviolent, sanglantde la répression
lyonnaise estinscritdans le conceptde substitution qui habite
toute penséetotalitariste :letotalitarisme estd’abordun immense
orgueil.
Totalitarisme n’estpas synonyme d’intle ségrisme :ystème de
gouvernement totalitaire peuts’inscrire simplementdansune
volonté de pouvoir absolu, sans prétention àun système de
pensée autonome. Mais pour l’intégrisme ouvertle pouvoirtotal
est un outl’inil :tégriste quiveuts’imposer auxautres avec son
propre système de pensée, avec sa foi politique oureligieuse,
avec savérité érigée envérité absolue, se sert toujours de l’arme
19

du totalitarisme. Or le totalitarisme trouve toujours des
exécutants :c’est là que la personnalité de Fouché peut susciter
de l’intérêt, même si elle ne représente pas un modèle pour
tous les intégristes: l’amoralité de Fouché pouvait se mettre au
service d’objectifs fluctuants; Fouché était, selon la période
considérée, un intégriste à géométrie variable.En cela il
s’écartaitdumodèle intégriste courant, caractérisé par des
objectifs linéaires etinflexibles.
Fouché en effetétaitamoral. Les multiples changements
radicauxde position politique qui émaillentsa longue carrière
en font un roseauflexible dans levent. Quand leventétaità la
modération, il étaitde namodéré :ture, il n’étaitpasun
sanguinaire. Mais quand levent tournait, quand soufflaitlaviolence,
alors Fouché, parce qu’il étaitamoral, savaitfaire couler le
sang ;s’il jugeaitque ce serait utile à sa carrière, il le feraitcouler
de façon exemplaire, plus fortetplus abondantqu’ailleurs, en
faisantdes effortstechniques pour améliorer le rendementdu
5
massacre. Wetzen éel ,tudiantla Shoah par balles,
faitremarquer qu’une fois entré dans son nouveaucadre éthique (ou
« a-éthique »), l’exécutantestconduità considérer son action
sanguinaire commeun simpletravail, susceptible d’une
réflexiontechnique détachée detoutcadre moral résiduel. Cette
observation peuts’appliquer à Fouché. Fouché devintdoncun
sanguinaire appliqué etbesogneux– jusqu’aumomentoùle
vent tomberait. Alors il lui faudraitretournervers le camp des
modérés, ets’yfaire oublier pouruntemps. Est-on en droitde
faire de Fouché, dans le cadre de la psychologie d’aujourd’hui,
un pervers partrouble de l’attachement? C’est-à-direun être
incapable de s’ouvrir à l’essence de l’Autre, etnotammentde
l’Autre souffrant? Ce n’estpas sûr :Fouché fut très soucieuxde
l’étatde santé de son enfantsouffreteux.
Mais Fouché n’étaitpas seuil al :vaitnécessairementdes
acolytes etdes complices, amenés àtrouver normal de braquer
des canons sur des condamnés. Tous ne pouvaientpartager
l’amoralité essentielle de leur chef. Auservice ducrime intégriste,
il existe nécessairementd’autres mécanismes, que noustenterons
de cerner plustard.

5. Wetzler Harald,Les Exécuteurs, Gallimard, Paris,2007.

20