//img.uscri.be/pth/3ad6deb2be5cfd8c971089f93da3b54766791d3e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 24,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La chaîne internationale de commandement (CIC)

De
305 pages
Pour expliquer l'origine de la configuration actuelle de la scène internationale, cet ouvrage remonte à ses origines à partir de la découverte des continents en passant par la traite négrière et la création des Etats-Unis d'Amérique. La Chaîne Internationale de Commandement (CIC) a pris ses racines à partir de la colonisation et fut adaptée aux circonstances des indépendances à la fin de la Deuxième Guerre mondiale Cet ouvrage relate certaines de ses conséquences avec la guerre du Biafra, l'attaque des mercenaires contre le Bénin et la guerre civile du Congo-Brazzaville et analyse ces événements.
Voir plus Voir moins
MahamadouISSOUFOUTIADO
LA CHAÎNE INTERNATIONALE DE COMMANDEMENT CIC Nouvelle théorie des relations internationales
La Chaîne internationale de commandement (CIC)
Mahamadou ISSOUFOUTIADOLa Chaîne internationale de commandement (CIC)
Nouvelle théorie des relations internationales
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-11195-7 EAN : 9782343111957
Préface
De nombreuses théories ont été énoncées pour décrire la réalité et la nature de la scène internationale dont par exemple la théorie de l’anarchie des souverainetés de Hedley Bull, celle de la société internationale, celle libérale, toute concourante à définir l’essence des relations qui caractérisent les nations du monde westphalien. L’auteur du présent ouvrage apporte une contribution significative dans l’explication de la configuration et des évènements qui caractérisent l’évolution du monde contemporain notamment à travers sa nouvelle théorie matérialisée par la métaphore de la Chaine Internationale de Commandement (CIC). L’appréciation peut être concédée de la faveur de l’histoire qui permet de consolider cette théorie notamment avec la remontée du temps de nos jours jusqu’à l’épopée des grandes découvertes des continents constituant le processus initial précurseur de la configuration du monde d’aujourd’hui. J’en conviens avec l’auteur que la contribution de l’Afrique à ce processus est d’une importance capitale, ce qui souligne tout le chemin parcouru par l’homme noir de sa position d’esclave lors de la traite négrière et de la création des Etats-Unis d’Amérique, jusqu’à l’élection de Barack Obama à la Présidence de la République américaine. J’en conviens également avec l’auteur que la colonisation de l’Afrique opérée dans une page de l’histoire a bel et bien permis à l’occident d’instaurer un système de contrôle de la gouvernance de ce continent perceptible en forme de Chaine Internationale de Commandement. De sa nature pleinement visible lors de la colonisation du fait des acteurs occidentaux qui animaient les structures de ces Etats-nations africains en construction, elle est passée à un mode opératoire furtif pour le sens commun en se perpétuant encore de nos jours. Elle continue fatalement de plomber l’espoir de libération de tous les peuples du monde des jougs de la domination. Le travail est également appréciable du choix de l’auteur de procéder à l’analyse des guerres qui secouent le monde contemporain et de sa démonstration de leur inscription dans les conséquences de la résurgence de cette CIC nuisible pour la paix et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.
L’auteur de ce livre nous amène à comprendre comment les grandes puissances manipulent le monde au gré de leur vouloir pour leurs intérêts mesquins et égoïstes, qu’il s’agisse des crises et des guerres qui secouent l’Afrique ou le Moyen-Orient. Je partage ainsi avec les lecteurs de ces trois tomes une analyse critique des relations internationales conflictuelles entre dominants et dominés, entre pays riches et pays pauvres. De cette vision critique de l’auteur portant sur les relations qui régissent la marche du monde, il propose un éventail de solutions
5
Préface
apaisées qui si elles sont acceptées, modifieront considérablement le développement économique, social et culturel des peuples. La terre se résumera à un seul continent dans lequel les hommes ne formeront qu’une seule nation. Une autre contribution significative de ces trois ouvrages réside également dans la proposition de la relance du processus onusien destiné à parvenir à l’avènement d’une paix et d’une accalmie généralisées sur terre profitables à tous les peuples. J’invite non seulement les lecteurs à parcourir attentivement ces ouvrages pour découvrir une narration captivante des évènements et des guerres déroulées dans l’espace-monde, de même, ils découvriront une analyse pertinente qui explicite les causes et les conséquences de tout ce déchainement de la violence transformatrice des hommes « en ennemis les uns des autres » comme stipulé par la société de tradition. Les lecteurs seront ainsi plus à même de forger leur propre appréciation des modèles proposés par l’auteur, notamment son système monde économique, celui politique et sa conclusion de la nécessité d’obtenir la contribution de tous les peuples à l’émergence d’un monde multipolaire. Les difficultés de la théorie et des propositions résident dans la survenue des conditions qui gouvernent leur mise en application dans un monde résolument tourné vers l’individualisme, l’égoïsme et la prégnance du matériel au détriment des valeurs humaines et des valeurs sociales plus propices à atténuer la compétition entre les individus et entre les nations. Pour expliciter de façon concrète ces difficultés, n’est-il pas élevé au rang de défi majeur pour l’humanité la survenue des conditions qui amèneraient les belligérants à déposer les armes en Syrie et en Irak dans ces fronts où les hommes affichent une prédisposition à se battre jusqu’à la victoire d’un camp au détriment de l’autre, à la reddition du vaincu à l’avantage du vainqueur, sinon à l’épuisement total des capacités de dévastation de toutes les forces en présence ? N’est-ce pas paradoxal que le monde assiste impuissant à l’asphyxie de ces peuples dont les terres sont dorénavant transformées en régions désolées et improductives pour des longues décennies ? N’est-ce pas paradoxal que la Palestine continue de subir les jougs de la colonisation israélienne traduisant l’incapacité de l’occident en position de grand artisan et modélisateur de l’espace-monde à trouver un équilibre favorable aux missions de l’ONU de parvenir à la construction d’une paix durable sur terre ? N’est-ce pas paradoxal que l’homme moderne contemporain censé être plus rationnel perpétue les mêmes barbaries que l’homme primitif en les démultipliant par un facteur inimaginable dans les temps anciens ? Comme disait un écrivain, les moyens modernes ne dédommagent pas les hommes du mauvais usage qui en est fait tous les jours. Ainsi, les difficultés de mise en œuvre des solutions d’atténuation des effets néfastes de la CIC permettent de percevoir la quantité de travail qui reste à faire afin de parvenir au succès du processus onusien d’instauration de la paix dans le monde au bénéfice de tous les peuples. Homme des sciences, des lettres, de culture, Mahamadou ISSOUFOU TIADO a ainsi analysé avec discernement la marche de ce monde déboussolé. Au risque de me tromper, l’auteur de ce livre est de cette génération moderne, avide de savoir et conquérante des idées nouvelles pour un monde plus juste. Cette
6
Préface
génération moderne dispose d’une stature appréciable rehaussée par le premier Président noir américain Barack Obama qui a tracé la voie de la réussite à tous les jeunes africains. Car, en affrontant et surmontant des difficultés multiples, il a poussé vers l’avènement de son succès par son talent, sa ténacité et son intime conviction en démontrant que seuls le travail et l’effort paient dans la vie. Par analogie et dans cette analyse synoptique, l’auteur de ces ouvrages démontre que dans la marche du monde, le savoir est une recette divine qu’il faudra chercher partout, en tout lieu et en toute circonstance. En inscrivant ce travail dans la perspective de contribuer à la construction d’une paix durable sur terre et pour paraphraser Victor Hugo, je dirai « ceux qui précisément ont contribué par leur intelligence et leurs écrits à désamorcer les bombes qui crépitent partout dans le monde, à développer une saine coopération entre les hommes, ont droit qu’à leur cercueil la foule vienne et prie. Entre les plus beaux noms, leur nom est le plus
beau ». Tiado Issoufou  L’auteur de cette préface, monsieur Tiado Issoufou est né vers 1943 à Filingué (Subdivision de Filingué), Cercle de Niamey, où il fut ses études primaires de 1951 à 1958. De 1958 à 1962, il entre au Cours Normal de Tahoua, où il obtint son Brevet élémentaire (BE). De 1 962 196, il entre à l’école normale de Zinder, où il obtint son Baccalauréat de l’enseignement secondaire. De 1965 à 1966, il entre à l’Ecole Normale Supérieure d’Abidjan et obtint son CAP/CEG option : Maths – Sciences physiques. De 1966 à 1969, il exerce les fonctions de professeur au CEG de Maïné Soroa puis au CEG de Dosso. De 1969 à 1979, il exerce les fonctions de Directeur de Collège à Tessaoua, Doutchi, Maïné – Soroa, Magaria, Tillabéry. De 1979 à 1981, il entre à l’Ecole Normale Supérieure de St-Cloud (France) et sort Inspecteur de l’Enseignement Secondaire. En 1981, il est nommé Inspecteur à Tahoua II, Inspecteur Départemental à Agadez, puis Directeur Régional de l’Education Nationale et de la Recherche à Tahoua. Avec l’avènement du multipartisme, il est nommé Sous-Préfet de Filingué en 1993 au titre de la CDS Rahama. En 1996, il est nommé Directeur de la Solidarité Nationale au MJS/C (Ministère de la Jeunesse, des Sports, de la Culture et de la Solidarité Nationale) d’où il prit sa retraite.
7
Remerciements  Mes remerciements vont en premier lieu à Dieu, Le Créateur de la science.  Mes remerciements vont à mes parents et à mes grands-parents (paix à leurs âmes) pour m’avoir montré le chemin de l’apprentissage de la connaissance. Mes remerciements vont également à ma famille et que ce travail leur serve d’exemple.  Enfin, mes remerciements à tous ceux qui ont aidé à la construction du contenu de cet ouvrage.
9