La communication politique ou le mentir vrai ?

-

Livres
132 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Depuis la dernière campagne présidentielle en France en 2012 jusqu'aux récents résultats des élections cantonales dans le Var, la communication politique a fait de plus en plus appel au "mentir-vrai". Voici une étude éclairante des limites atteintes par le "mentir-vrai" qui, une fois confronté à la loi des urnes, finit par s'effondrer, faute d'adhésion des citoyens. C'est une analyse sans concession d'un système en perdition et de la montée en puissance et de l'attractivité des populismes de tout bord.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2013
Nombre de visites sur la page 27
EAN13 9782336332871
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
La communicaIon poliIque ou le menIr-vrai ?
vrai». Cette fiction utile participe de la forte personnalisation des
e
confronté à la loi des urnes, a fini par s’effondrer parce que les
perdition et une réflexion intéressante sur la montée en puissance
e
et l’évolution de la société sous l’influence des TIC. Il collabore
Alexandre Eyries
La communicaIon poliIque ou le menIr-vrai ?
La communicaIon poliIque ou le menIr-vrai ?
La communication politique
ou le mentir-vrai ?
CollectionDes Hauts et Débats,
dirigée par Pascal LARDELLIER,
Professeur à l’Université de Bourgogne
Contact :pascal.lardellier@u-bourgogne.fr
Titres parus ou à paraître :
Serge Chaumier,L’inculture pour tous. La nouvelle Utopie des politiques culturelles(2010) Sarah Finger et Michel Moatti,L’Effet-médias. Pour une sociologie critique de l’information(2010) Arnaud Sabatier,Critique de la rationalité administrative. Pour une pensée de l’accueil(2011) Claude Javeau,Trois éloges à contre-courant(2011) Christophe Dargère,Inconcevable critique du travail(2012) Anne Van Haecht,Crise de l’école, école de la crise(2012) Elise Müller,Une anthropologie du tatouagecontemporain. Parcours de porteurs d’encre(2013) Jacques Perriault,Dialogue autour d’une lanterne. Une brève histoire de la projection animée(2013) Loïc Drouallière,Orthographe en chute, orthographe en chiffres(2013) Alexandre Eyriès,La communication politique, ou le mentir-vrai(2013) Richard Delaye, Pascal Lardellier (co-dir),L’Engagement, de la société aux organisations(2013)Daniel Moatti, Le Débat confisqué : l'école entre Pédagogues et Républicains(2014)
Alexandre EYRIES La communication politique ou le mentir-vrai ?
Du même auteurAndré Malraux et la communication : du récit littéraire au storytelling politique,Paris, L’Harmattan : collection Communication et Civilisation, avril 2013, 108 pages.
Henri Meschonnic. Théorie et éthique de la relation-ie langage,Paris, Alain Baudry et C : collection "Les voix du livres", 2011, 284 pages. André Malraux, une ontologie de l’engagement,Paris, Connaissances et Savoirs, 2007, 160 pages.
Contact : Alexandre.EYRIES@unice.fr © L'HARM ATTAN, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02080-8 EAN : 9782343020808
AVANT-PROPOSDans le champ spécifique des études ressortissant au domaine de la communication politique, l’on s’est longtemps intéressé (jusqu’à la fin des années 1990) aux stratégies de personnalisation des hommes et des femmes politiques, à la fabrication de leur image publique, ainsi qu’à la lutte acharnée qu’ils se mènent en leur nom propre et en celui de leurs différents partis. On a vu récemment (en mars et avril 2013) par quels débordements et par quels déchaînements la bataille pour briguer la présidence de l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP) était passée, évoluant assez rapidement et de manière triviale vers un combat des chefs entre le député-maire de Meaux, Jean-François Copé et l’ancien Premier ministre, François Fillon. Durant ce combat, les deux hommes ont donné à voir, selon Pascal Lardellier, «un moment du pouvoir en performance, un accomplissement authentique de la vie institutionnelle [au cours duquel] le pouvoir se donne à voir à 1 la sociétéPar leur rivalité toute théâtrale, ils ont achevé de ». transformer cette campagne pour doter l’UMP d’un Président en une vaste cacophonie communicationnelle et politique. Depuis 2007 et l’élection de Nicolas Sarkozy à la tête de l’Etat Français, on a vu apparaître dans le champ de la politique française une pratique jusqu’alors très courue aux Etats-Unis, le storytelling. Dans un ouvrage de référence qui a connu une remarquable fortune éditoriale, Christian Salmon définit le 2 storytelling comme «l’ "art de raconter des histoires"» à des fins utilitaires ou instrumentales, comme par exemple pour servir les desseins du marketing ou de la politique. Poussant plus loin son analyse, Christian Salmon détecte une corrélation
1  Pascal Lardellier,Théorie du lien rituel. Anthropologie et Communication, Paris, L’Harmattan : collection "Communication et Civilisation", 2003, p 168. 2  Christian Salmon,Storytelling. La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits,Paris, Editions La Découverte :[première édition 2007] collection La Découverte / Poche, 2008, p 7.
7
entre la construction du récit et la logique persuasive et coercitive qui le sous-tend. Le storytelling, c’est donc une narration utile, «une forme de discours qui s’impose à tous les secteurs de la société et transcende les lignes de partage 3 politiques, culturelles ou professionnellesA ce titre, le ». storytelling s’impose dans le champ de la politique comme un dispositif sociotechnique d’une grande efficacité, comme un instrument permettant d’établir et de renforcer la domination sur tout ou partie d’une population ciblée. Le storytelling «plaque sur la réalité des récits artificiels, bloque les 4 échanges, sature l’espace symbolique de séries et de stories» En politique, le storytelling prend parfois l’aspect d’un inextricable entrelacs de spéculations et d’évènements authentiques, de visions objectives et de représentations fantasmatiques, à tel point (et c’est bien évidemment voulu) que l’on a «le plus grand mal à démêler le vrai du faux, le réel de 5 la fiction». Cet enchevêtrement de discours de type aussi bien factuel que fictionnel, cette coprésence du réel et de l’imaginaire constituent le socle sur lequel les communicants politiques adossent des narrations pertinentes qui guident les conduites des individus et orientent en grande partie les flux d’émotions. Le storytelling politique «met en place des engrenages narratifs, suivant lesquels les individus sont conduits à s’identifier à des modèles et à se conformer à des 6 protocoles». Ces engrenages, pour être efficaces, doivent contenir un subtil dosage de réel et de fiction. C’est pour cette raison que les conseillers en communication et les hommes et 7 femmes politiques composent un "mentir-vrai" qui sert leurs objectifs partisans, électoraux, ou sous-tend leur exercice du pouvoir. C’est ce mentir-vrai politique que je me propose
3 Ibid.,p 8-9. 4 Ibid.,p 16. 5 Ibid.,p 9. 6  Christian Salmon,Storytelling. La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, op.cit.,p 17. 7  Pour faire écho au titre éponyme du recueil de nouvelles de Louis Aragon republié en 1997 aux Editions Gallimard dans la collection Folio (n°3001), 688 pages.
8
d’explorer dans cet ouvrage. J’analyserais de manière plus détaillée, dans la première partie de l’ouvrage, la façon dont les hommes politiques et leurs conseillers usent et abusent de matrices narratives (à grand renfort de symboles) pour captiver et convaincre leur auditoire. Dans la seconde partie de l’ouvrage, je me pencherais sur les différentes personnes qui gravitent dans l’entourage des politiques, les conseillent et les aident à mieux maîtriser leur passage dans les médias. Dans la troisième et dernière partie de l’ouvrage, j’étudierais les divers outils mis à la disposition des leaders politiques pour les aider à exercer leur rôle dans l’espace public (des plus classiques aux plus modernes, des plus traditionnels aux plus innovants), ainsi que l’appropriation de ces dispositifs sociotechniques d’information et de communication par les politiciens.
9