Le contrat républicain
88 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Le contrat républicain

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
88 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

En Afrique s'est installée la culture du pouvoir personnel et égoïste. Ainsi des groupes d'intérêt s'imposent, fondant l'autorité de l'Etat sur la force, abandonnant les nobles objectifs républicains, cultivant la corruption. Avec le Contrat républicain on va vivre et revivre les comportements républicains et démocratiques ; mettre en avant, par les institutions et les individus, les objectifs communs, d'intérêt général, en vue du bonheur de chaque personne et de tout le monde.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2011
Nombre de lectures 40
EAN13 9782296802186
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

LE CONTRAT RÉPUBLICAIN

THE REPUBLICAN CONTRACT
Adamou N DAM N JOYA


LE CONTRAT RÉPUBLICAIN
Mise en place des institutions républicaines
et des méthodes et traditions démocratiques

THE REPUBLICAN CONTRACT
Republican’s institutions, democratic traditions
and methods
Du même auteur


L’initiation. Théâtre , L’Harmattan, 2011.

Les traditions dans l’Afrique républicaine et démocratique. Pour un nouveau contrat social, L’Harmattan, 2010.

Imams et rabbins ensemble pour la paix. Les leçons du Congrès de Bruxelles , L’Harmattan, 2010.


© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-54284-6
EAN : 9782296542846

Fabrication numérique : Actissia Services, 2012
AVANT-PROPOS
Il est question pour toutes les Camerounaises et tous les Camerounais républicains, patriotes, démocrates, de s’engager en leur âme et conscience, d’œuvrer profondément aussi bien individuellement que collectivement, pour le développement de notre pays en vue du bien-être général et de chaque personne.
Le contrat républicain, démocrate et d’éthique citoyenne vient à propos pour l’éveil et l’action au moment où la culture des égoïsmes et des individualismes tue le génie créateur des Camerounais faisant de la course aux gains faciles et gratuits le droit commun, consolidant par là le lit de la corruption.
Le contrat républicain est né à partir des réalités de la vie quotidienne des Camerounais et des relations du Cameroun avec le reste du monde ; il s’est précisé à travers les concertations qui ont eu lieu au Cameroun, et à l’extérieur, en Europe et aux Etats-Unis plus particulièrement, dans le cadre des rencontres et des conférences-débats avec les Camerounais de la diaspora et les amis du Cameroun.
Ce qui suit ci-dessous donne les bases d’actions de la part de toutes les Camerounaises et de tous les Camerounais, qu’ils soient dans le territoire national ou à l’étranger ; aussi fait-il ressortir :
1. Les raisons profondes qui font de la mobilisation citoyenne et démocratique un impératif.
2. Les domaines et les méthodes d’actions partant des expériences que l’on vit sur le terrain en ce qui concerne :
▪ l’exercice de l’autorité de l’Etat et par le pouvoir législatif, et par le pouvoir exécutif, ce dernier écrasant le premier, empêchant la complémentarité qui est dans l’essence de la démocratie ;
▪ les grandes faiblesses du pouvoir judiciaire et les conséquences les plus néfastes sur les citoyens et sur les partenaires en matière de développement ;
▪ la mauvaise gestion des ressources humaines, naturelles, financières, et matérielles avec pour conséquences la pauvreté, voire la misère, qui est une profonde réalité pour la très grande majorité des Camerounais comme on peut le vivre dans les quartiers de nos villes et dans nos villages. Et cela malgré les satisfécits en matière de croissance économique affichés souvent par les gouvernants.
Le fil conducteur en matière de développement que constituent les ressources humaines, fait de leur gestion la priorité des priorités . Aussi l’accent est-il mis sur les élections qui, comme le premier des droits et des devoirs citoyens, conditionnent toute la vie de la nation : par leur transparence et leur objectivité, nous sortirons de la gestion quasi monarchique que nous connaissons et ferons de nous des citoyens responsables et parties prenantes pouvant ainsi librement :
▪ choisir les acteurs pour l’exercice du pouvoir étatique ;
▪ arrêter les programmes présentés pour le développement du pays ;
▪ contrôler tous les gouvernants et les gestionnaires ;
▪ organiser les sanctions sans discrimination ;
▪ mettre ainsi le Cameroun à l’abri de la lutte pour le pouvoir et des conflits ouverts qui sont le lot de nombreux pays africains.
Nous réalisons l’urgence à la veille des échéances de l’an 2004 qui sont un tournant déterminant pour le Cameroun.
CHAPITRE I LETTRE OUVERTE AUX FILS, FILLES ET AMIS DU CAMEROUN
Objet : Du contrat républicain pour la mise sur pied des institutions républicaines et des méthodes et traditions démocratiques
Cher(e) compatriote,
Madame, Mademoiselle, Monsieur,
Chers amis du Cameroun,
J’ai l’honneur et le plaisir de venir comme citoyen patriote et démocrate vous demander de bien vouloir prendre part aux réflexions, concertations et actions qui ont cours dans le cadre du contrat républicain en vue d’une part, de la mise sur pied des institutions et d’un programme républicains et, d’autre part, du développement des bases d’une tradition et des méthodes démocratiques de travail susceptibles, non seulement de répondre à notre attente, mais aussi d’être mobilisatrices de tous les Camerounais que nous sommes, et amis du Cameroun, interpellés par la noble et impérative mission républicaine de construction nationale par tous les citoyens.
Je me suis permis de vous écrire parce que conscient et confiant d’une part quant à votre engagement républicain et de démocrates et, d’autre part, quant aux actions entreprises et qui se doivent d’être poursuivies pour la réalisation de la vocation de chaque Camerounaise et de chaque Camerounais à participer comme parties prenantes à la vie et aux activités de toutes les institutions ; ceci en vue de la construction et de la concrétisation continues du droit au bonheur auquel aspire chaque personne et qui donne tout son sens à la vie.
Puisant dans la réalité du pays et des expériences des uns et des autres, et à la suite des concertations dans le cadre des conférences-débats tant au Cameroun qu’en Europe et aux Etats-Unis avec nos compatriotes de la diaspora et les amis du Cameroun, nous avons élaboré le document sur le contrat républicain qui, ci-joint, peut servir d’éclairage - avec ce que vous développez - aux réflexions et aux concertations que nous aurons dans la perspective de la réalisation des objectifs visés, au premier chef desquels est la mise sur pied d’un cadre démocratique, des programmes et des méthodes de travail permettant de répondre aux aspirations des Camerounaises et des Camerounais et de construire une société camerounaise ouverte à la construction de l’Union africaine, à la coopération internationale et à la mondialisation.
Afin de vous donner la possibilité d’une contribution continue, nous avons développé des cadres de réflexions et d’échanges ; eu égard à votre lieu de résidence, il pourra vous être communiqué des indications en ce qui concerne des espaces de rencontre et d’information.
Avec mes sentiments les meilleurs et des plus patriotiques.
Dr Adamou Ndam Njoya
Président National de l’Union Démocratique du
Cameroun (UDC)
Député
Maire de Foumban
CHAPITRE II SERMENT DU CONTRAT REPUBLICAIN
SOLENNEL OF REPUBLIC CONTRACT
Par le serment du contrat républicain,
Nous nous engageons à œuvrer individuellement et collectivement :
▪ pour créer et assoeir les bases légales et éthiques intangibles permettant à chaque citoyenne et à chaque citoyen de vivre le plus grand bonheur en exerçant librement et totalement l’un des premiers parmi les droits et devoirs citoyens : le vote ;
▪ pour qu’à jamais, la citoyenne et le citoyen, en leur âme et conscience, votent pour le programme et pour ceux et celles appelés à l’exécuter avec les populations pour l’effectivité du droit au bonheur de toute la communauté et de chaque personne membre ou amie de la communauté dans un environnement sain, protégé, respecté ;
▪ pour qu’à jamais, la citoyenne et le citoyen soient parties prenantes dans l’organisation et les activités des institutions politiques, économiques, sociales et de développement dans tous les secteurs et domaines de la vie nationale.
Tel est le serment du contrat républicain.
CHAPITRE III CONTRAT REPUBLICAIN
1- PAR QUI, POURQUOI, AUTOUR DE QUOI ?
Dans notre monde d’aujourd’hui, le contexte dans lequel s’inscrivent les impératifs du développement social, économique, culturel et de l’épanouissement des êtres humains dans un environnement sain, appelle pour toute action, à entreprendre un cadre et un esprit d’équipe ; ce qui fait ainsi de chaque membre et plus particulièrement du leader, un animateur de l’équipe mobilisée autour des objectifs qui obéissent à une vision sans dogmatisme, participant ainsi à la réalisation du don particulier des êtres humains : la liberté . Cette liberté qui fait éclater le génie créateur par lequel naît, se développe et se pérennise la dynamique de toute société. Par là, on ne peut s’enfermer et personne ne peut monopoliser la gestion de la chose publique, tout en étant désormais en éveil pour répondre aux besoins tant primordiaux que quotidiens des populations, membres de la communauté. Au premier chef de ces besoins, il y a la participation au choix et au renouvellement des acteurs par la démocratie ; celle-ci s’analyse avant tout par des élections transparentes et la gestion judicieuse des ressources humaines grâce à une organisation rationnelle du travail, au contrôle et à la sanction de tous les acteurs ; ce qui suppose à la base, l’exaltation de l’intérêt général, l’éthique de bonne gouvernance, la transparence et le dialogue permanent. C’est sur ces bases que l’on construit ensemble, répondant ainsi à l’essence républicaine ; pour ce faire, la mobilisation commence par la conviction individuelle et l’adhésion active à des domaines concrets, précis , de la chose publique pour concourir à leur épanouissement pour l’intérêt général, de chaque membre de la communauté et de toute la société.
Construire veut qu’à tous les niveaux, tant sur le plan national que sur le plan local, face au règne de la culture de l’Etat parti unique, on s’engage dans la noble mission de donner à l’institution République, à l’institution Etat unitaire décentralisé, aux institutions et pratiques démocratiques qui en résultent, tout leur sens. Le meilleur dans la société sera celui qui, capitalisant la confiance, développe la dynamique qui permet la réalisation concrète de ces objectifs. Il est question de sortir de la société de gestion des rentes en mobilisant et organisant les populations pour la production, la création et l’avènement de la société de création de la valeur ajoutée . Tant au niveau national qu’international, il est question de faire de la gestion judicieuse des ressources humaines, financières et matérielles, la raison d’être des réseaux et des comités qui sont en train de se développer en vue des réflexions et des actions à mener pour construire durablement notre pays.
2- DES DOMAINES VITAUX D’ACTIONS
Il est important de relever quelques aspects des domaines vitaux et précis d’actions et de réflexions dans le cadre du contrat républicain, qui se détachent ; au premier chef se trouvent :
1. La loi fondamentale qu’est la Constitution qui, fixant les fondations de la maison Cameroun, donne des bases républicaines et démocratiques à l’Etat unitaire et décentralisé comme le stipule l’article premier de la Constitution. Il est clair que la Constitution qui détermine ces fondations et fixe les institutions et les mécanismes démocratiques, doit être appliquée dans toutes ses dispositions ; mais, malheureusement, il se trouve que ce n’est point le cas ! Non seulement nous en sommes dans la situation où cohabitent deux constitutions mais aussi nous devons faire face à l’immobilisme, aux freins développés systématiquement pour barrer la voie à la mise en vigueur des dispositions constitutionnelles qui ouvrent la voie tant au développement par la base comme c’est le cas avec la décentralisation, ou donnent toutes les garanties au jeu démocratique comme c’est le cas avec le Conseil constitutionnel.
2. La fin de la culture de l’esprit et des pratiques autoritaires de l’Etat parti unique qui sont plus forts que jamais et que développent les gouvernants actuels pour garder les rênes de tous les pouvoirs législatif, exécutif, judiciaire et inféoder les administrations ; dans cette même logique des pratiques antidémocratiques, sont faites des réformes constitutionnelles et sont votées des lois suivant les humeurs et les préoccupations des gouvernants du moment loin de toute considération de l’expression du peuple souverain. N’y a-t-il pas là autant de points fondamentaux appelant réflexion et action pour s’inscrire désormais dans la République ? Cela est d’autant plus pressant et constitue un impératif que l’esprit monarchique sans éthique qui en découle, fait du non-respect des lois une situation normale.
3. Appliquer et développer les acquis de la lutte pour la démocratie ; il s’agit des éléments forts de la démocratie qui se sont imposés dans la Constitution de 1996 grâce à la tripartite et qui ne sont point traduits dans les faits à travers les projets de lois que l’on attend du gouvernement à chaque session parlementaire, depuis 1997. Ainsi, la décentralisation, le Conseil constitutionnel, le Sénat attendent encore dans les tiroirs des ministères et du palais présidentiel.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents