Le projet spatial européen, entre pragmatisme et imagination

Le projet spatial européen, entre pragmatisme et imagination

-

Français
217 pages

Description

La politique spatiale européenne est un enjeu stratégique, symbolique et économique crucial dans les prochaines décennies. La géolocalisation à court terme, l'implantation de colonies lunaires et martiennes à moyen terme, et l'exploitation minière des astéroïdes sont des perspectives à côté desquelles notre continent ne peut pas se permettre de passer. Le rôle de l'Agence spatiale européenne (ESA) sera important pour élaborer une prospective stimulante. Pour créer une idéologie efficace, nos décideurs doivent faire preuve de pragmatisme, mais aussi encourager le développement d'un imaginaire spatial performatif à l'échelle continentale. La science-fiction et le design fiction pourraient bien être des alliés inspirants pour élaborer une culture innovante incitant les peuples européens à s'unir pour développer une civilisation multi-planétaire.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 février 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140143014
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
C o l l e c t i o n L’ E S P R I T É C O N O M I Q U E S É R I E É C O N O M I E E T I N N O V A T I O N
ThomasMichaud
Le projet spatial européen,entre pragmatisme et imagination
LE PROJET SPATIAL EUROPÉENENTRE PRAGMATISME ET IMAGINATION
Collection « L’esprit économique » fondée par Sophie Boutillier et Dimitri Uzunidis en 1996 dirigée par Sophie Boutillier, Blandine Laperche, Dimitri Uzunidis
Si l’apparence des choses se confondait avec leur réalité, toute réflexion, toute Science, toute recherche serait superflue. La collection « L’esprit économique » soulève le débat, textes et images à l’appui, sur la face cachée économique des faits sociaux : rapports de pouvoir, de production et d’échange, innovations organisationnelles, technologiques et financières, espaces globaux et microéconomiques de valorisation et de profit, pensées critiques et novatrices sur le monde en mouvement... Ces ouvrages s’adressent aux étudiants, aux enseignants, aux chercheurs en sciences économiques, politiques, sociales, juridiques et de gestion, ainsi qu’aux experts d’entreprise et d’administration des institutions.
La collection est divisée en six séries :
Dans la sérieEconomie et Innovation sont publiés des ouvrages d’économie industrielle, financière et du travail et de sociologie économique qui mettent l’accent sur les transformations économiques et sociales suite à l’introduction de nouvelles techniques et méthodes de production. L’innovation se confond avec la nouveauté marchande et touche le cœur même des rapports sociaux et de leurs représentations institutionnelles.
La sérieEconomie formellepour objectif de promouvoir l’analyse des a faits économiques contemporains en s’appuyant sur les approches critiques de l’économie telle qu’elle est enseignée et normalisée mondialement. Elle comprend des livres qui s’interrogent sur les choix des acteurs économiques dans une perspective macroéconomique, historique et prospective.
Dans la sérieLe Monde en Questionpubliés des ouvrages sont d’économie politique traitant des problèmes internationaux. Les économies nationales, le développement, les espaces élargis, ainsi que l’étude des ressorts fondamentaux de l’économie mondiale sont les sujets de prédilection dans le choix des publications.
La sérieKrisisa été créée pour faciliter la lecture historique des problèmes économiques et sociaux d’aujourd’hui liés aux métamorphoses de l’organisation industrielle et du travail. Elle comprend la réédition d’ouvrages anciens, de compilations de textes autour des mêmes questions et des ouvrages d’histoire de la pensée et des faits économiques.
La sérieClichésété créée pour fixer les impressions du monde a économique. Les ouvrages contiennent photos et texte pour faire ressortir les caractéristiques d’une situation donnée. Le premier thème directeur est : mémoire et actualité du travail et de l’industrie ; le second : histoire et impacts économiques et sociaux des innovations.
La sérieCours Principauxcomprend des ouvrages simples, fondamentaux et/ou spécialisés qui s’adressent aux étudiants en licence et en master en économie, sociologie, droit, et gestion. Son principe de base est l’application du vieil adage chinois : « le plus long voyage commence par le premier pas ».
Thomas Michaud Le projet spatial européen, entre pragmatisme et imagination
© L’Harmattan, 2020 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-19591-9 EAN : 9782343195919
Introduction
L’Europe est-elle prête à investir massivement dans des infrastructures spatiales stratégiquement cruciales pour l’avenir du continent? Ce secteur économique connait depuis le début des années 2010 de profondes mutations et pourrait bien être un enjeu majeur pour les plus grandes puissances dans les prochaines décennies. Il est ainsi fondamental de sonder les citoyens européens afin d’évaluer s’ils seront motivés pour engager de fortes sommes d’argent dans des projets technoscientifiques faisant penser dans bien des cas à des décors de scénarii de science-fiction. L’engouement populaire pour la conquête spatiale est la condition sine qua non de la 1 réussite de cette ambition . Les représentants du peuple auront en effet la charge de légiférer et de mettre en place des institutions capables d’optimiser les processus de décisions. Les modèles organisationnels sont multiples, et suscitent de vifs débats, entre des courants souvent antagonistes au sein de la société européenne. Le nécessaire volontarisme politique pour la mise en place de projets spatiaux souvent très coûteux implique l’élaboration d’un processus de décision susceptible d’assurer l’influence et la performativité de flux idéologiques, et de visions prospectives. Ces dernières feront l’objet d’un exercice particulier, puisqu‘une partie de ce livre sera constituée d’articles fictifs se situant dans les prochaines décennies. Il s’agira en effet d’évaluer dans quelle mesure l’Europe spatiale, et en particulier l’ESA (European Space Agency ou Agence Spatiale Européenne) doit se réformer aux niveaux institutionnel, idéologique, prospectif et stratégique pour ne pas manquer la ruée vers les astéroïdes, annoncée comme le point central d’une prochaine révolution économique dont l’impact politique sera l’expansion de l’espèce humaine dans le système 2 solaire . Ainsi, la technoscience est un élément moteur de 1  Schrogl Kai-Uwe, « The popularisation of space – A European perspective »,Space Policy, Vol. 41, 2017, p. 70-72 2  Gallliott Jai,Commercial Space Exploration : Ethics, Policy and Governance, Routledge, London, 2016
7
l’économie, dont les mutations sont souvent accompagnées de fictions technopolitiques. La conquête spatiale est un secteur qui mobilise un imaginaire florissant dont certaines représentations stimulent les innovateurs et les aventuriers les plus ambitieux. Pourtant la science-fiction et les utopies spatiales provenant principalement des États-Unis, pays pionnier dans le secteur depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, ont un impact spécifique en Europe, où les rêves de 3 conquêtes et d’épopées cosmiques sont de natures différentes . L’impérialisme culturel américain passe par la diffusion de fictions mobilisatrices créées par une industrie sans égal au 4 niveau mondial . Les individus ont de plus en plus l’impression de vivre dans une science-fiction en voie de réalisation, à chaque nouvelle découverte ou nouvel exploit des innovateurs. Face au modèle américain, comment l’Europe se positionne-t-elle? Le vieux continent doit encore régler des problèmes institutionnels dans le but d’optimiser son processus de décision. L’ESA supporte une grande partie des projets de ce territoire, même si de nombreux États membres conservent des agences nationales, à l’image de la France, leader dans la science spatiale avec le CNES depuis des décennies. Les politiques de R&D semblent empreintes de pragmatisme, la culture spatiale européenne reposant sur des philosophies de l’action bien plus réalistes que dans d’autres systèmes culturels. La gouvernance de l’Europe pourra-t-elle s’adapter à une accélération de la conquête de l’espace circumterrestre et interplanétaire, ou est-elle condamnée à succomber à l’impact d’une bureaucratie et d’une technocratie tentaculaires? Nous nous demanderons dans quelle mesure les institutions sont au service de la réalisation de grands desseins idéologiques, imaginaires et spirituels, ou si c’est au système de gouvernance de déterminer pragmatiquement les objectifs techno-scientifiques de la société, les productions culturelles n’ayant qu’une fonction secondaire, de médiatisation et de
3 Geppert Alexander C.T.,Imagining Outer Space : European Astroculture in the Twentieth Century, Springer, 2018 4  Geppert Alexander C.T.,Limiting Outer Space : Astroculture After Apollo, Springer, 2018
8
popularisation des politiques d‘innovation. Cela pose la question de la place de l’imaginaire dans un système technocratique. L’ESA s’est ainsi intéressée à la science-fiction dans les années 2000, et continue à produire des vidéos et des fictions contribuant à médiatiser les ambitions de l’Europe spatiale. Si la première partie du livre s’intéresse à l’organisation européenne et aux relations entre les institutions politiques et scientifiques, la suite montre que l’Europe s’approprie l’imaginaire science-fictionnel produit aux États-Unis en le transformant pour qu’il corresponde aux spécificités de la 5 culture réaliste européenne . Nous verrons que la technocratie de l’Europe spatiale devra s’adapter aux mutations d’un secteur pour l’heure essentiellement public pour libéraliser ce champ économique dans le but de réaliser un imaginaire technique futuriste qui fascine l’humanité depuis plusieurs décennies. L’ESA est considérée comme un acteur majeur dans le secteur spatial. L’étude de son fonctionnement institutionnel et des débats sur une éventuelle mutation de son mode de gouvernance est le fil directeur de la première partie de ce livre. Les politiques spatiales sont en effet soumises à des impératifs et à des limites budgétaires, qu’il convient de prendre en compte pour mieux comprendre la place de l’Europe au niveau global. La recherche et développement (R&D) dépend de financements octroyés par les États membres de l’ESA, qui attendent des retours sur investissements. Investir dans les technologies spatiales, c’est en effet s’assurer des retombées importantes dans les prochaines décennies sur des secteurs économiques 6 multiples . Les politiques spatiales jouent un rôle de pionnières pour l’économie dans son ensemble. Les Français ont par exemple insisté pour garantir leur autonomie pour l’accès à
5  Harrison Albert A., « Astrotheology and Spaceflight : Prophecy, Transcendence and Salvation on the High Frontier »,Theology and Science, Vol. 12, 2014 – Issue 1, p. 30-48 6  Eerme Tõnis, « Indirect industrial effects from space investments »,Space Policy, Vol. 38, 2016, p. 12-20
9
7 l’espace avec Ariane . Désormais, le projet Galileo confère à l’Europe une indépendance dans le secteur de la géolocalisation, dont les applications et les retombées innovantes sont nombreuses. Penser la gouvernance de l’Europe spatiale, c’est s’interroger sur les moyens les plus efficaces pour atteindre certains objectifs qui ont longtemps appartenu à l’utopie, au rêve et à la science-fiction. Construire une base sur la Lune, envoyer des robots, voire des humains sur Mars, et 8 contrôler et exploiter les astéroïdes sont trois exemples de projets que l’ESA pourrait développer à moyen et long terme, afin de demeurer compétitive à l’échelle planétaire. La dernière partie de l’ouvrage vise à réfléchir au futur d’un pan entier de l’économie spatiale du futur, l’exploitation minière des 9 astéroïdes . Depuis quelques années, des lobbies sont de plus en plus intéressés par cette perspective, et des acteurs privés envisagent sérieusement d’envoyer des sondes pour cartographier la ceinture d’astéroïdes dans un but industriel. Des prototypes de technologies spatiales extractives sont imaginés, et il ne fait nul doute que dès que les machines seront opérationnelles, la ruée vers les métaux du système solaire provoquera l’avènement d’une nouvelle économie inter-10 planétaire . Pour envisager ce futur et ses conséquences pour l’Europe, nous proposons la méthode du journalisme prospectif, imaginée par Olivier Parent dans son site InternetFutur Hebdo. Il s’agit de rédiger des articles d’un journal fictif publié dans un futur hypothétique. Ainsi, nous avons imaginé une quinzaine d’articles décrivant le rôle de l’ESA et de l’Europe dans le prochain siècle, représenté comme fortement impacté par l’exploitation de la ceinture d’astéroïdes.
7 Varnoteaux Philippe,L’aventure spatiale française. De 1945 à la naissance d’Ariane, Nouveau Monde Éditions (Histoire des sciences), Paris, 2015 8  Feinman Matthew, « Mining the Final Frontier: Keeping Earth’s Asteroid Mining Ventures from Becoming the Next Gold Rush »,Journal of Technology Law & Policy, Vol. XIV – Spring 2014 9  Jakhu Ram S., Pelton Joseph N., Nyampong Yaw Otu Mankata,Space Mining and its Regulation, Springer International Publishing, Switzerland, 2017 10  Slezak Michael, « Space miners hope to build first off-Earth economy », New Scientist, Vol. 217, Issue 2906, 2013, p. 8-10
10