Les 100 lieux de la géopolitique

-

Français
63 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Il est des lieux d’où rayonne la puissance; ils procurent aux souverains qui s’y succèdent cadre monumental et légitimité. Il en est d’autres, fréquentés par les marchands, les militaires et les brigands, où s’entrecroisent les routes du monde. Et d’autres, chargés d’histoire et de passion, pour lesquels les peuples sont prêts à se battre.
La géopolitique ne s’écrit pas seulement avec des mots, mais avec des lieux. De New York à La Mecque, de Suez à Malacca, du Pays basque au Chiapas, de l’Afrique à l’Europe et de l’Antarctique au Sinaï, 100 lieux sont présentés avec les enjeux qu’ils incarnent. Ils constituent le meilleur moyen pour pénétrer dans la géopolitique du monde actuel.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 11 mai 2011
Nombre de lectures 63
EAN13 9782130615958
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0048€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
e9782130615958_cover.jpg

 

 

 

QUE SAIS-JE ?

 

 

 

 

 

Les 100 lieux de la géopolitique

 

 

 

 

 

COORDONNÉ PAR
PASCAL GAUCHON ET JEAN-MARC HUISSOUD

 

Quatrième édition mise à jour

16e mille

 

 

 

e9782130615958_logo.jpg

Liste des auteurs

Olivier DAVID

Diplômé de l’IEP, agrégé d’histoire, professeur en classes préparatoires littéraires, économiques et commerciales au lycée Stanislas (Paris).

Pascal GAUCHON

Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm et agrégé d’histoire, professeur en classes préparatoires économiques et commerciales à Ipésup. Il dirige également aux Presses Universitaires de France la collection Major qu’il a créée en 1992 et l’association Anteios.

Jean-Marc HUISSOUD

Professeur de géopolitique à Grenoble à l’École de management, et doctorant à l’Institut d’études politiques de Grenoble en Relations internationales.

Sonia LE GOURIELLEC

Diplômée de l’École des hautes études internationales, consultante en géopolitique et prospective stratégique pour la société Géo-K.

Jean-Luc SUISSA

Agrégé d’histoire, professeur en classes préparatoires littéraires, économiques et commerciales au lycée Stanislas.

Patrice TOUCHARD

Ancien élève de l’ENS-Lyon et agrégé d’histoire, professeur en classes préparatoires économiques et commerciales à Ipésup-Prépasup.

 

Les articles rédigés par chacun des auteurs se trouvent dans l’index placé en fin d’ouvrage.

Cet ouvrage a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec l’association Anteios et l’ESC Grenoble.

L’association Anteios rassemble des enseignants de classes préparatoires intéressés par les problèmes de géopolitique et de géoéconomie. Elle a pris comme emblème le géant Antée qui retrouvait ses forces en étreignant la terre.

L’ESC Grenoble, l’une des premières de France, a constaté que la géopolitique est au coeur des préoccupations des dirigeants et cadres d’entreprise. Forte de ce constat, l’ESC Grenoble a choisi de renforcer la place de la géopolitique dans son schéma pédagogique.

La rédaction a été coordonnée par Pascal Gauchon et Jean-Marc Huissoud.

 

 

 

978-2-13-061595-8

Dépôt légal – 1re édition : 2008

4e édition : 2011, mai

© Presses Universitaires de France, 2008
6, avenue Reille, 75014 Paris

Avant-propos

Lieux et mots

Parmi l’ensemble des ouvrages consacrés par « Que sais-je ? » aux « 100 mots » de chaque discipline, celui-ci fait figure d’intrus. Il part de l’idée que le langage de la géopolitique se parle avec des lieux autant qu’avec des mots. Notre discipline analyse la planète un peu comme le médecin chinois regarde l’homme : il existe pour cet expert des lignes de force, des influx, des nœuds dont les relations expliquent le fonctionnement de l’organisme. À son image, le géopoliticien recherche dans le corps de notre planète les forces d’attraction et de répulsion, les mouvements de concentration et de dispersion, les points où se concentre le pouvoir…

Il est des lieux qui rayonnent depuis des millénaires comme Rome ou Jérusalem, des chemins tracés il y a des siècles comme la route des Indes, des contrées et des points de passage que se disputent les peuples. Il est aussi des étoiles filantes qui surgissent avant d’être englouties et de nouveaux pôles de puissance qui s’affirment avec le temps. Inerties, émergences ou accidents, tous ces phénomènes s’expliquent par la configuration géographique et plus encore par les peuples qui l’utilisent, lui donnent un sens et la chargent d’émotion.

Tel est le vocabulaire géopolitique que nous allons épeler avec vous. Nous le ferons à toutes les échelles en privilégiant les lieux qui constituent aujourd’hui des enjeux majeurs. De lettres en syllabes et de syllabes en mots se dessinera alors la carte du monde actuel, et elle vous parlera comme un livre.

Pascal Gauchon,

Jean-Marc Huissoud.

Afin de faciliter la consultation et de condenser autant que possible, nous avons introduit tout un appareil de renvois :

+ signifie que le mot est défini dans le petit jumeau de ce livre, Les 100 mots de la géopolitique, publié dans la collection « Que sais-je ? » sous la même direction.

Une liste des sigles figure en fin d’ouvrage.

Par ailleurs, nous avons choisi une présentation définie non alphabétique. Un index se trouve à la fin de l’ouvrage avec la liste alphabétique et les renvois nécessaires.

Chapitre I

Les lieux d’où rayonne la puissance

Les grandes villes mondiales

 

Les grandes villes concentrent le pouvoir politique, économique, culturel, religieux et symbolique. C’est à partir d’elles que s’organise la planète. Beaucoup ont émergé depuis des millénaires, d’autres ne se sont affirmées qu’au XIXe siècle (New York, Shanghai). Dans tous les cas, la permanence de leur rayonnement frappe : obéissant à la logique de l’inertie, le pouvoir aime à rester aux mêmes endroits qui procurent relations fonctionnelles avec le reste du monde, cadre monumental et prestige.

 

1 – New York
Le rêve américain ?

 

Plus grande ville des États-Unis, fondée en 1614 par les Hollandais et peuplée de 8 millions d’habitants (21 pour l’agglomération).

Si Washington est la capitale fédérale des États-Unis, le siège de sa puissance brute, c’est New York qui parle le mieux de l’Amérique au monde et incarne sa capacité d’influence.

New York est l’interface de l’Amérique. Même dans les périodes isolationnistes, elle est restée une porte ouverte. La statue de la Liberté est la promesse du monde derrière cette porte ; Ellis Island (autrefois lieu de quarantaine pour les immigrants), l’épreuve initiatique à franchir pour toucher le rêve américain.

L’importance internationale de son port et surtout de ses aéroports en fait un pont au-dessus de l’Atlantique et le point nodal des principales lignes intérieures. D’autres réseaux, numériques ceux-là, en émanent et avec eux une toile d’idées, d’argent et de pouvoir.

Liée au monde, New York l’est aussi comme siège des Nations unies. Ce privilège est le fruit d’une volonté des États-Unis après la guerre, mais aussi la consécration d’une ville internationale, symbole de valeurs universelles que les États-Unis veulent incarner.

New York est finalement une ville mondiale tout autant sinon plus qu’américaine. Cela se voit par la présence de tout ce que le monde compte de grandes sociétés, par le cosmopolitisme de la ville et par sa culture particulière qui la rend même parfois étrangère au reste des États-Unis.

New York parle aussi au monde de la puissance de l’Amérique. Elle est la capitale économique et financière mondiale, même si ce statut pourrait à l’avenir être contesté. Le New York Stock Exchange et le Nasdaq (la moitié de la capitalisation boursière mondiale en 2006) constituent l’épicentre à partir duquel se répercutent les mouvements animant, et parfois déprimant, les autres marchés financiers. Cette caisse de résonance est amplifiée par le rôle de New York comme siège de quelques-unes des principales agences de presse et d’analyse financière et politique du monde. New York donne le ton, le rythme, parfois le dogme de l’actualité planétaire. Mais ce rôle est aujourd’hui critiqué.

Parce que New York est une projection de l’Amérique, parce que la mise en scène verticale de Manhattan est un message quelque peu orgueilleux de ce que la domination américaine peut représenter, New York est devenue une cible pour ceux qui cherchent à contester cette domination. Le 11 septembre 2001 en a fait une ville martyre. Elle est devenue depuis, avec la chute de quatre de ses cinq géants de la finance, le symbole d’un modèle en déroute, de l’irresponsabilité financière et d’un certain cynisme.

Elle incarne donc aussi la vulnérabilité américaine. En témoignent les difficultés récurrentes de la ville, la fuite des classes moyennes vers les banlieues résidentielles, un budget en rupture (banqueroute en 1975), l’insécurité, la désindustrialisation. L’action énergique de ses différents maires a contribué à un certain redressement, mais les déficits s’accumulent. Restent les inégalités et le délabrement de certaines infrastructures. New York rappelle aussi au monde les failles du modèle américain.

 

2 – Bruxelles
La capitale en question

 

Capitale de laBelgiqueet siège des institutions européennes. Fondée en 979, peuplée de 1,1 million d’habitants.

Le choix de Bruxelles comme capitale des institutions européennes est on ne peut plus logique, d’un point de vue institutionnel, géographique et symbolique.

Institutionnellement, la ville était déjà le siège du secrétariat général du Benelux, union douanière fondée en 1944 entre la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas. De plus, Bruxelles est le siège de l’OTAN. Cela permettait à l’Europe de se dégager dans l’immédiat des problématiques de défense pour se concentrer sur la coopération économique.

Géographiquement, Bruxelles est idéalement placée au centre du réseau constitué par Bonn, La Haye, Paris et Luxembourg, et à proximité de Londres.

Symboliquement, Bruxelles a plusieurs mérites. La Belgique a celui d’être neutre et d’avoir été envahie par deux fois dans les conflits mondiaux – un pays otage de l’hostilité franco-allemande, en somme.

Enfin, Bruxelles est une ville frontière+ entre l’Europe latine (Belgique wallonne) et l’Europe germanique (Belgique flamande). D’ailleurs, l’autre grande capitale de l’Union, Strasbourg, présente des caractéristiques similaires.

Paradoxalement, c’est dans son rôle initial de capitale de la Belgique que Bruxelles rencontre aujourd’hui des difficultés. La ville, majoritairement francophone mais entourée de Flamands, est devenue un enjeu alors que les tensions identitaires se développent entre les deux communautés. Le compromis autour de l’obligation de bilinguisme de la petite région Bruxelles-capitale crée plus de problèmes qu’il n’en résout, et certains Bruxellois se mettent à imaginer un statut de ville internationale qui la sortirait du dilemme.

Bruxelles pose cependant à l’UE d’autres problèmes, en particulier son excentricité dans l’Europe des Vingt-Sept, puisque le centre de gravité européen s’est déplacé vers l’est et le sud.

Enfin, à l’heure où se pose la question de la défense commune européenne, la présence de l’OTAN est peut-être devenue un poids.

 

3 – Londres
Les deux visages de l’Angleterre

 

Capitale politique et économique du Royaume-Uni, fondée au Ier siècle av. J.-C., située dans le Sud-Est de la Grande-Bretagne, sur la Tamise, Londres compte 7,5 millions d’habitants intra-muros, 12 millions dans l’agglomération.

Carrefour d’échange dès l’Antiquité, Londres a toujours eu un rapport ambivalent avec le reste du monde. Capitale du plus grand empire marchand jamais fondé, maîtresse de l’Atlantique et donc du commerce mondial, à la tête de la puissance maritime par excellence, elle entretint longtemps avec le continent européen des rapports à la fois d’échanges et de méfiance.

Londres est la capitale du Commonwealth, survivance de l’Empire, et le premier hub aéroportuaire transatlantique d’Europe. Son statut international lui vaut d’être l’une des villes les plus cosmopolites du monde. C’est également un centre culturel majeur, concurrençant l’aura de Paris.

L’héritage de ce passé a fait une partie de la puissance de Londres et sa faiblesse dans la conjoncture actuelle. Premier marché d’actions mondial, en concurrence avec New York pour le leadership des places financières, Londres est aussi la capitale mondiale de l’assurance. Son économie, essentiellement centrée sur les services, a donc pris de plein fouet la crise financière de 2008.

Les liens historiques mettent naturellement Londres en relation permanente avec New York, et elle est ainsi la tête de pont européenne des relations transatlantiques. Mais ce tropisme américain est en train d’évoluer sous le coup d’un triple changement : l’unilatéralisme américain qui met la Grande-Bretagne dans un rôle de supplétif de l’Amérique qu’elle a du mal à admettre, le déplacement du centre mondial des échanges vers l’Asie orientale au détriment de l’Atlantique qui la rend progressivement périphérique (un phénomène tempéré par ses liens forts avec l’Asie), la montée en puissance de l’Union européenne dont la zone euro devient par ailleurs séduisante par la stabilité qu’elle favorise dans ces temps difficiles.

Les signes d’une réorientation européenne de Londres se multiplient : des jumelages avec les capitales du continent, le rattachement physique à celui-ci par le tunnel sous la Manche et l’Eurostar, les sommets périodiques au niveau gouvernemental avec Paris qui manifestent l’émergence d’un axe Paris-Londres, la diplomatie d’influence très intense que la Grande-Bretagne exerce dans les institutions européennes.

Pourtant, Londres ne sera sans doute jamais une capitale européenne comme les autres : les liens de la Grande-Bretagne avec son ancien empire, la dimension mondiale de son économie, son particularisme, l’image de la ville en font une cité réellement internationale.

 

4 – Paris
Capitale de la puissance douce

 

Capitale de la France, fondée par les Parisii vers 600 avant J.-C., peuplée de 2 millions d’habitants (9 pour l’agglomération).

Paris tient dans le réseau mondial des grandes capitales une place particulière qui tient à son histoire et à une volonté de représentation délibérée de ce que la France est censée être dans le monde.

Depuis Paris, la France anime le dispositif diplomatique le plus dense du monde : aucun pays n’a autant de représentations étrangères sur son territoire ni d’ambassades à l’étranger. Ce réseau permet à Paris d’être au centre de réseaux (la francophonie notamment) qui décuplent son importance.

Paris est, bien entendu, une capitale européenne, notamment en tant qu’un des éléments du binôme fondateur de l’Union avec Bonn puis Berlin. Cela se manifeste par sa position de hub de communication entre les différentes grandes capitales : elle est reliée ainsi à Londres (Eurostar), Bruxelles (Thalys), Strasbourg (TGV Est), bientôt Madrid, Berlin, Prague et Turin. D’une manière générale, Paris est d’abord un centre de liaison. Charles-de-Gaulle est l’aéroport non américain le plus important au monde en termes de mouvement (53 millions de passagers en 2006 et 1 432 liaisons quotidiennes).

À cela, il faut ajouter la place de Paris dans le tourisme mondial et sa réputation de centre culturel et intellectuel de premier ordre. Bien plus que son rôle de place financière ou économique, cela fait de Paris une ville d’influence sur la scène internationale. Son statut de siège de l’Unesco confirme et renforce encore son image de « pôle moral ». Cela permet à Paris d’être la capitale d’une autre politique internationale que celle des États-Unis.

Mais ce statut doit être nuancé : le rapprochement de l’OTAN, le déplacement du centre de gravité européen, l’affirmation de Bruxelles, les questionnements sur sa diplomatie, notamment africaine, la montée des tensions mondiales qui laissent moins de place à une politique du compromis peuvent minorer son importance.

Par ailleurs, l’influence culturelle de Paris a atteint son apogée à la fin du XIXe siècle, alors qu’elle était la « Ville lumière » ; c’est alors que Porfirio Diaz voulait transformer Mexico à son image et que l’École architecturale de Chicago la prenait comme référence absolue, c’est un peu plus tard que les artistes d’outre-Atlantique venaient peupler le quartier de Montparnasse. Aujourd’hui, Paris serait dépassée par Londres, plus moderne, plus jeune, plus attractive (Paris accueille deux fois moins de QG de firmes multinationales+ que sa rivale). D’où les efforts pour rajeunir l’image de la belle endormie, des « grands chantiers » de F. Mitterrand à la politique d’animation de B. Delanoë et au projet de construction de tours. Au risque de voir la ville perdre son originalité et se calquer sur le modèle des villes anglo-saxonnes ?

 

5 – Berlin
Un retour en force ?

 

Capitale de l’Allemagne depuis 1990. Le nom apparaît en 1244. Peuplée de 5 millions d’habitants.

Le retour du pouvoir allemand dans sa capitale historique en 1990 semble marquer, un peu à l’instar de Vienne, la fin d’une parenthèse et la volonté de renouer des liens à la fois géographiques et historiques brisés pendant près d’un demi-siècle.

La capitale fédérale de l’après-guerre, Bonn, est une ville rhénane sans réelle envergure ni passé historique fort, située dans une région qui correspond aux intérêts diplomatiques de l’Allemagne de l’époque. Pendant ce temps, Berlin est une ville divisée, menacée (cf. le blocus de 1948-1949), soutenue à bout de bras par l’Occident. Symbole autrefois de l’expansionnisme prussien, elle devient le signe de la punition de l’Allemagne et de la renonciation à la puissance qui lui est imposée.

Le retour de Berlin comme capitale après la réunification marque une évolution certaine. Faire d’une ville réunifiée la capitale d’un pays lui aussi réunifié constitue, bien sûr, un signe très fort, mais Berlin n’est pas seulement cela. Elle est la capitale historique de l’Allemagne unie, forte et indépendante. Le retour à Berlin est ainsi la fermeture d’une parenthèse : celle d’une Allemagne auparavant sous tutelle. Petit à petit, le déni de puissance qui était l’attitude allemande de la guerre froide cède la place à une réaffirmation de cette puissance, sur un mode bien sûr différent de l’impérialisme précédent.

Berlin signifie aussi pour l’Allemagne le déplacement de son centre d’influence et peut-être de ses priorités d’alliance. De rhénane, elle redevient une nation centre-européenne, accompagnant d’ailleurs ainsi le mouvement d’extension de l’Union vers l’est. Berlin s’inscrit ainsi plus dans la nouvelle Europe que dans l’ancienne.

Berlin, et avec elle toute l’Allemagne, a repris le cours de son histoire, et sa place dans sa géographie.

 

6 – Vienne
Entre centre et périphérie

 

Capitale de l’Autriche fondée au VIe siècle av. J.-C., peuplée de 1,7 million d’habitants.

La situation de Vienne près de la ligne de séparation entre le monde libéral et le monde soviétique aurait pu, dans l’immédiat après-guerre, la condamner à un scénario de type berlinois. Elle fut d’ailleurs dans un premier temps divisée elle aussi en quatre zones d’occupation, mais Khrouchtchev accepta la réunification de l’Autriche en échange de sa neutralité. Dès lors, Vienne sera le grand centre d’échanges, plus ou moins officieux, d’informations et de personnels entre les deux blocs et l’un des plus grands nids d’espions du monde de l’après-guerre.

Sans doute à cause de sa tradition diplomatique (cf. le congrès de Vienne de 1815), de sa neutralité et de sa position au carrefour entre les deux blocs, Vienne fut choisie comme troisième centre des Nations unies et, en 1957, accueillit l’AIEA, un emplacement logique pour une organisation concernant en premier chef les leaders des deux blocs. Cette expérience dans le domaine énergétique lui vaudra d’être choisie plus tard comme siège de l’OPEP. Elle est ainsi aujourd’hui le centre de décision mondial dans deux des domaines les plus stratégiques du monde d’aujourd’hui. Vienne a incidemment pu se reconstruire, petit à petit, une stature internationale qu’elle n’avait plus connue depuis la fin de l’Empire des Habsbourg.

Avec l’intégration des pays d’Europe de l’Est en 2004, Vienne, elle-même européenne depuis 1995, voit se dessiner une nouvelle étape de son destin. Elle se trouve en effet au croisement des échanges entre l’Europe de l’Ouest et une Europe danubienne qui n’est pas sans rappeler son ancien empire. Elle est aussi devenue la destination de transit des émigrations balkaniques et proche-orientales vers l’UE.

De périphérie du monde libre, Vienne est ainsi devenue ville centrale, au cœur des réseaux européens. Comme au temps de sa grandeur, elle incarne le lien entre le monde germanique et l’Europe de l’Est. La reconstitution d’un espace politique géographiquement et politiquement cohérent autour de Vienne poussera-t-elle l’Autriche à se positionner en leader d’une Europe du Sud-Est, constituant un nouveau bloc d’influence au sein de la Communauté ? Vienne sera-t-elle le siège d’une Ostpolitik non allemande, en concurrence peut-être avec Berlin ?

Il est coutumier de parler de Vienne comme d’un musée vivant. Passerelle géographique entre deux espaces, elle est aussi un pont temporel.

 

7 – Rome
Un destin méditerranéen ?

 

Capitale de l’Italie depuis 1871, fondée (selon la légende) en 753 av. J.-C., peuplée de 2,7 millions d’habitants.

Dans son histoire, l’Europe n’a connu qu’une seule période durable d’unité (incomplète), et Rome en fut la capitale. Quand les puissances européennes voulurent...