//img.uscri.be/pth/e9230d69550db462f75be06f7a1e5f606ec96c3a
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les discours

De
214 pages
Les grands discours sont porteurs d'Histoire. Ces discours de Ahmed Tidiane Souaré, dernier Premier ministre de Lansana Conté, constituent un écho de la vision de l'auteur et de son combat pour la démocratie et la bonne gouvernance. Il y décline son ambition et son combat quotidien sur les questions intérieures, sa vision pour combattre le sous-développement et la pauvreté en Afrique sans oublier les rapports bi et multilatéraux de la Guinée et de ses pays amis.
Voir plus Voir moins
 
 
       LES DISC  Une vision et un combat pour la réconciliation nationale, la démocratie et la bonne gouvernance
 
OURS
 
 
AHMEDTEIDNAISAUÉRO Dernier Premier ministre de Lansana Conté      LES DISCOURS  Une vision et un combat pour la réconciliation nationale, la démocratie et la bonne gouvernance                     
 
 
                             © L'HARMATTAN, 2011 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris 
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-54872-5 EAN : 9782296548725
 
 
    REMERCIEMENTS 
Je dédie ce recueil de discours aux mesdames et messieurs les ministres du Gouvernement de large ouverture, à leurs cabinets, aux cadres et agents de l’Administration publique, ainsi qu’au secteur privé, aux notables, aux femmes et aux jeunes de Guinée qui ont compris et accompagné la mission de Premier minisÉtre nC hmeaf du Gouvernement que m’a confiée le Président Lansana CONT e i 2008. Je suis heureux de leur exprimer ma satisfaction, mes félicitations et mes remerciements. En particulier, je rends hommage aux membres de mon gouvernement qui ont su montrer qu’on peut venir d’horizons divers, avoir des opinions politiques différentes et constituer quand même une équipe soudée qui gouverne dans l’harmonie, à l’abri des lobbies et des cercles d’influence du pouvoir. Les membres du Cabinet de la Primature ont constitué les vraies chevilles ouvrières du pilotage proactif de la politique gouvernementale. Beaucoup d’entre eux ont participé, sous la coordination avisée du Directeur du Bureau de Stratégie de la Primature, El hadj Alhassane SOUARE, à la rédaction des textes de discours publiés dans ce livre. Aux uns et aux autres, je voudrais dire que nous avons partagé à la Primature des moments particulièrement enrichissants qui justifient ma fierté et mon admiration que je leur exprime ici. Chacun d’entre eux a apporté, singulièrement ou collectivement, sa « pierre » dans la construction de l’édifice Guinée, que j’ai eu l’honneur et le privilège de présenter ici en Guinée et ailleurs dans le monde. Je leur exprime ici tous mes remerciements. Je dédie une tendre pensée à mon épouse Mariama Sadio TOUNKARA et mes enfants. Que toute ma famille et mes amis reçoivent ici toute mon affection.
7 
Je remercie aussi, pour leur contribution respective, El hadj Cheick Yérim SECK, journaliste et Dr Abdoulaye DIALLO de la maison L’Harmattan Sénégal.
Je tiens enfin à remercier Mme Sylvianne TALL dont l’habituelle disponibilité et la compétence ont soutenu la publication de ce recueil de discours. 
8 
     AVANT-PROPOS 
L’inévitable question que le lecteur va se poser en abordant cet ouvrage, c’est de savoir pourquoi publier pareil recueil de discours. La réponse en est toute simple. En effet, il m’a paru nécessaire de partager la teneur des principales allocutions qui ont ponctué mon mandat de Premier ministre Chef du Gouvernement de large ouverture. Ce, non pas parce qu’elles représentent des modèles du genre ou constituent des éléments significatifs d’un quelconque bilan. Mais parce que chaque allocution, au-delà de sa fonction normale de communication institutionnelle, épouse le relief mouvant du contexte sociopolitique difficile qui l’inspire, déclinant la vision et la démarche du Gouvernement de large ouverture, sur les pas du Général Président Lansana CONTÉ. L’histoire de la Guinée a encore basculé quand, à partir de la fin des années quatre-vingt-dix, de grands périls ont commencé à frapper à ses portes. Les conséquences douloureuses des crises humanitaires, sociopolitiques et sécuritaires surviennent autour de ses frontières et ébranlent profondément son édifice institutionnel et économique. Le pays accueille des flots de réfugiés et enregistre les premières vagues de personnes déplacées de son histoire. Contraint et forcé, il lui faut se défendre de l’invasion des hordes rebelles qui menacent sa sécurité et sa stabilité. L’important effort de guerre qui s’en suit emballe les dépenses militaires, désarticule les paramètres macro-économiques et propulse les forces de défense et de sécurité au premier plan de la scène nationale. La circulation des armes et le trafic de la drogue se développent, boostés par la porosité des frontières. Graduellement, le pays bascule dans un processus inexorable d’enlisement, par la force conjuguée de multiples facteurs délétères. Les frustrations politiques et sociales résultant des élections présidentielles de 2003 altèrent dangereusement la cohésion sociale et la crédibilité de l’État. La détérioration progressive de la santé du Général
9 
Lansana CONTÉ fragilise les institutions et nourrit les appétits de pouvoir. Des veillées d’armes s’installent dans l’arène politique, dans le cercle du pouvoir, dans le mouvement syndical et tout naturellement dans le corps des forces de défense et de sécurité. La sacro-sainte discipline militaire vole aux éclats, faisant le lit à une contestation inédite et profonde entre la troupe et son commandement. La hiérarchie militaire est ouvertement et quotidiennement défiée. Les revendications corporatistes et syndicales se multiplient, alimentant les manifestations de rue. L’insécurité se généralise. Les répressions s’égrainent dans la violence. Lors des épreuves de 2006 et 2007, les droits de l’homme sont fortement malmenés. L’effet désastreux des crises financières et alimentaires mondiales enfonce davantage les populations dans l’extrême pauvreté. Tous les indicateurs de bonne gouvernance virent au rouge. Au début de l’année 2008, les tensions sociales sont à leur comble et le pays au bord de l’implosion. C’est dans ce contexte d’instabilité institutionnelle, de convulsions sociopolitiques, de difficultés économiques et de défis sécuritaires aigus que j’ai été nommé Premier ministre Chef du Gouvernement en mai 2008. La gestion de cette situation singulière constitue à la fois la toile de fond et l’âme des discours recensés dans la présente publication. Ils portent la signature d’une pédagogie retenue par le gouvernement de large ouverture. Celle de faire de la gestion de chaque évènement, une occasion de régler les questions qui lui sont directement contingentes et, en même temps, de rappeler les orientations, les priorités et les objectifs majeurs de la nation. Cela s’imposait, car il fallait éviter aux populations et aux acteurs de l’échiquier national de se laisser noyauter par la nasse des difficultés quotidiennes au détriment des devoirs et des choix historiques fondamentaux. Ainsi, chacun des discours retenus dans la présente publication cristallise en soi un épisode singulier de la prestation générale du Gouvernement de large ouverture. Chaque allocution est généralement précédée d’un important travail de concertation, de persuasion, de négociation et de sensibilisation, dans le souci de vider la situation traitée des contradictions et des risques de conflits. À cet égard, l’exemple du discours sur la remise à leurs familles respectives, des corps des compatriotes originaires de la région forestière,
10