Les Nations Unies et les élections en Afrique
215 pages
Français

Les Nations Unies et les élections en Afrique

-

Description

Dix ans après l'élection présidentielle de 2010, l'auteur revient sur le rôle de l'ONU dans la crise ivoirienne, plus particulièrement sur la mission de certification des élections par le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU. Éclairer encore mieux la crise postélectorale ivoirienne de 2010-2011 et fournir aux Nations unies les moyens d'obtenir de meilleurs résultats dans les futures missions de certification des processus électoraux dans les pays de sortie de crise, tout en y garantissant la démocratie et l'État de droit, voilà le sens de ce livre.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 décembre 2020
Nombre de lectures 1
EAN13 9782140165290
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Issa Malick COULIBALY
ÉTATS, POUVOIRS ET SOCIÉTÉS LES NATIONS UNIES ET LES ÉLECTIONS EN AFRIQUE
Le cas de l’élection présidentielle de 2010 en Côte d’Ivoire
Préface de Pierre Kipré
Collection «États, pouvoirs et sociétés» Collection dirigée par Michel Galy Que ce soit pour des questions historiques, politiques, conflictuelles, l’Afrique subsaharienne connaît bien souvent une articulation spécifique entre échelle locale, nationale, internationale. La collection «États, pouvoirs et sociétés» a pour vocation de publier des ouvrages de recherche ou des thèses prenant en compte la pluralité des pouvoirs, le jeu des échelles spatiales, les particularités des sociétés africaines — le plus souvent au carrefour de l’anthropologie, de la sociologie et des relations internationales. Dernières parutions Gala KOLEBI,Côte d’Ivoire : broutage politique, 2019. Pierre KIPRÉ,Le concept de souveraineté en Afrique, 2019. Michel Koudou GBAGBO,Quelle place pour les «fous guéris»?,2015. Gaha Bi LOUKOU, Tata KOKOTRE, Océane SILOUE(dir.), Côte d’Ivoire le «rattrapage ethnique» sous Alassane Ouattara,2012.
Les Nations unies et les élections en Afrique
Illustration de couverture Résidence officielle du Président de la République de Côte D’Ivoire, après les bombardements effectués en avril 2011 par les Forces des Nations Unies, agissant en vertu de la résolution 1765 du Conseil de Sécurité du 30/03/2011. Les Forces Françaises de l'Opération LICORNE ont joué quotidiennement le rôle le plus déterminant durant chacun des 10 jours de ce bombardement. (Crédit photo AFP)
© L’Harmattan, 2020 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-20531-1 EAN : 9782343205311
Issa Malick COULIBALY
Les Nations unies et les élections en Afrique
Le cas de l’élection présidentielle de 2010 en Côte d’Ivoire
Préface dePierre Kipré
Tant que les lions nauront pas leur propre histoire, lhistoire de la chasse glorifiera toujours le chasseur.
Chinua Achebe
SOMMAIRE
AVANT-PROPOS ..................................................................... 9 REMERCIEMENTS................................................................ 13 PRÉFACE................................................................................ 15 ACRONYMES ET ABRÉVIATIONS .................................... 21 INTRODUCTION ................................................................... 23 PREMIÈRE PARTIE L’institutionnalisation du processus électoral, un gage de la démocratie....................................................... 33 CHAPITRE I Clarification conceptuelle........................................................ 35 CHAPITRE II Le dispositif national de gestion du processus électoral : gage d’un processus démocratique et d’un état de droit .......... 41 CHAPITRE III Le déroulement des premiers et second tours des élections présidentielles de 2010 ....................................... 51
7
DEUXIÈME PARTIE La Certification des résultats de l’élection présidentielle par l’ONU ou le déni de la Souveraineté nationale............. 75 CHAPITRE IV L’implication de l’ONU dans la crise ivoirienne .................... 77 CHAPITRE V La Certification de toutes les étapes du processus électoral par RS/SG/NU en Côte d’Ivoire .............................................. 87 CHAPITRE VI Analyse de la mise en œuvre de la mission de Certification du processus électoral par les Nations Unies......................... 101 CHAPITRE VII Notre analyse de l’élection présidentielle de 2010 ................ 149 CHAPITRE VIII La lecture du Président Laurent Gbagbo ............................... 183 CONCLUSION...................................................................... 189 ANNEXES............................................................................. 201 BIBLIOGRAPHIE................................................................. 211
8
AVANT-PROPOS
Le présent ouvrage m’a été inspiré de mon Mémoire en Master Professionnel sur le Management des Élections. J’ai soutenu ce Master II à la CHAIRE UNESCO des Droits de la Personne et de la Démocratie sise à l’Université d’Abomey Calavi à Cotonou au Bénin le 9/11/2019. J’étais alors en exil au Bénin depuis 2011. Pourquoi le Médecin spécialiste, si expérimenté, veut encore revenir sur les bancs de l’Université ? De plus, ce n’est pas pour faire une autre spécialisation en Médecine, mais pour faire des études Science juridique. Pourquoi votre inscription fut-elle si difficile ? Telles sont les questions qui me furent souvent posées, aussi bien lors de ma tentative d’inscription que tout au long de mon nouveau parcours académique. Ma réponse est toujours la même : il ne s’agit pas pour moi d’avoir un diplôme universitaire de plus. Ma détermination avait un seul but, à savoir faire en sorte que l’importante et intense expérience et politique que j’ai acquise auprès du Président Laurent GBAGBO soit consolidée. Cette formation spécifique de si haut niveau me donnait cette opportunité. J’ai vécu en effet une brève, intense et extraordinaire expérience à ses côtés lorsqu’à la surprise générale y compris la mienne, le Président GBAGBO m’a donné la grande opportunité de collaborer très étroitement avec lui. En effet je fus nommé Directeur Adjoint du Cabinet de président de la République de Côte d’Ivoire puis, le Directeur National de Campagne du candidat Laurent GBAGBO lors de l’élection présidentielle de 2010.
9
De ce scrutin présidentiel de 2010, j’ai tiré deux conclusions majeures. Premièrement, notre pays a un besoin urgent de renforcer sa pratique démocratique. Deuxièmement, les pays africains doivent préalablement et impérativement clarifier les termes, les concepts et les modalités de la collaboration avec leurs partenaires internationaux dans le domaine spécifique des élections. Mon objectif final dans cet ouvrage est de contribuer, modestement, au renforcement de la démocratie en Côte d’Ivoire, en Afrique et partout ailleurs dans le monde. Pour une meilleure appréciation de mes difficultés d’inscription, je voudrais indiquer au lecteur que, pendant ce qu’il est convenu d’appeler lacrise postélectorale de 2010-2011 en Côte d’Ivoire, les rebelles en mission commandée manifestement meurtrière, m’ont dépouillé de bien plus que des biens matériels. En effet dans leur furia, ils ont emporté tous mes souvenirs de famille (photos de mes enfants, photos de mariage, photos de la grande famille GBON COULIBALY, photos de mon père Feu Amadou GBON COULIBALY, photo de ma mère feu Sita COULIBALY, etc.). Pire encore, ils ont emporté et détruit les originaux de tous diplômes universitaires (Doctorat d’État en médecine ; Certificat d’Études Spéciales en Pneumo-phtisiologue, Certificat d’Études Spéciales en Santé Publique et Médecine Communautaire et diplôme de spécialisation en Épidémiologie). Ce sont donc seize années d’efforts universitaires et postuniversitaires que les rebelles ont ainsi anéanties d’un seul coup. Ils ont réussi l’exploit de faire de moi un «sans diplôme ».La question qui je continue de me poser est le lien qui existerait entre un tel comportement et la pratique démocratique. L’obtention de l’inscription que j’avais sollicitée était en conséquence tout, sauf une formalité classique d’inscription universitaire. Ce fut un véritable parcours du combattant. C’est, in extremis, que j’ai pu avoir le droit de suivre les enseignements de la Chaire UNESCO et obtenir le nouveau diplôme si convoité.
10