//img.uscri.be/pth/d7d299901d2a2a05230a3ed3745ceb33bba13081
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les sociétés africaines et le capitalisme

De
488 pages
Ce livre rend compte de la dynamique initiale du capitalisme, elle situe ce phénomène dans son rapport historique de diffusion et d'expansion en Afrique. On y découvre alors comment ce continent a fait une rencontre brutale avec cette nouvelle civilisation matérielle et comment il a été confronté à une invention qui combine autrement l'économique, le politique et le symbolique, selon des formes d'alliance étrangères à sa représentation antérieure du monde.
Voir plus Voir moins
Jules Marcel Mandeng Nyobe
Les sociétés africaines et Le capitaLisme
rEgàRdS SuR là COMPlExITÉ dE là CIvIlISàTION MàTÉRIEllE
21/02/14 10:28
Les sociétés africaines et le capitalisme
Jules Marcel Mandeng Nyobe Les sociétés africaines et le capitalisme
Regards sur la complexité de la civilisation matérielle
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01320-6 EAN : 9782343013206
Dédicace
A mes éclaireurs. Guides patients d’un très long chemin! A mes compagnons de route. Témoins attentifs de cette œuvre commune! A mes enfants. Porteurs engagés de sa part inachevée !
« Sivous voulez vous survivre, il vous faut ou bien laisser des écrits qui vaillent d’être lus, ou bien des exploits qui vaillent d’être contés». Benjamin FRANKLIN
INTRODUCTION
La réflexion sur les possibilités et les difficultés du développement a donné lieu à une prodigieuse littérature. Il s’agit d’un sujet sur lequel beaucoup a été dit et il peut paraître prétentieux après tant d’analyses savantes et parfois militantes, d’oser ajouter à ce qui a déjà été fait, ou de chercher à en retirer quelque chose. C’est pourtant ce que nous nous proposons de faire avec un courage construit sur la base d’unerelativisation épistémologique des discours 1 antérieurs dont une belle recension nous est fournie par Guichoua et Goussault .
Ces auteurs entament leur ouvrage en affirmant que le développement est un objet fuyant à l’analyse, et que son image brouillée tient au fait qu’il englobe à la fois des problèmes économiques, politiques, sociologiques, démographiques, géographiques, historiques, psychologiques, religieux, philosophiques, juridiques, … qui font finalement de lui un thème scientifique complexeparce 2 que désarticulé et disloqué , dans lequel il est difficile de distinguer clairement les causes des effets, les comportements structurels de ceux conjoncturels, les 3 attitudes centrales de celles périphériques .
Pour sortir de l’inextricabilité de cette confusion, la réflexion ordinaire procède dans une incertitude mal assumée à des découpages de cet objet en plusieurs champs problématiques, chacun étant pris en charge par une discipline scientifique : économie, géographie, histoire, sociologie, philosophie, droit …. Ce quidonne à la fin une économie du développement, une géographie du développement, une histoire du développement, une sociologie du développement, une philosophie du développement, un droit du 4 développement Etdans tous« (ces)savoirs partiels accumulés ici et là», transparaît d’abord la volonté d’une mise en évidence des conditions et des potentialités du passage de la prémodernité à la modernité, en prenant comme référence duplicable la trajectoire européenne ou occidentale, de façon avouée 5 ou inavouée .Ensuite, il s’y affiche la nécessité d’une diffusiondans les aires de civilisation encore prémodernes ou en retard de modernisation, de tous les bienfaits de la modernité en termes d’ajustement aux modes de vie de l’humanité accomplie oude rationalisation économique, politique, sociale et
1  (André)Guichoua et (Yves) Goussault,Sciences sociales et développement, Paris, A. Colin, 1993. 2 (Edgar) Morin et (Jean-Louis) Le Moigne,L’intelligence de la complexité, Paris, L’Harmattan, 1999. 3 (Roger-Gérard) Schwartzenberg,Sociologie politique, Paris, Montchrestien, 1977, pp. 145- 146. 4 (Jacques) Brasseul,Introduction à l’économie du développement, Paris, A. Colin, 2003, p. 5. 5 (Jean) Baechler,Le capitalisme, Tome I (les origines), Paris, Gallimard, 1995, pp. 35-38.  (Peter)Berger,La révolution capitaliste (50 propositions concernant la prospérité, l’égalité et la liberté), Paris, Nouveaux Horizons et Litec, 1992, p. 127.
9