Libye : la révolution comme alibi

-

Livres
108 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Pays méconnu, longtemps mis au ban de la communauté internationale, dirigé par un homme qui a longtemps encombré l’inconscient collectif par ses extravagances, la Libye fait son grand retour sinon sur la scène internationale à tout le moins sur la scène médiatique. Ce livre aurait pu s’intituler « La Libye, l’alibi comme révolution », tant les officiels libyens sont passés maîtres dans l’art de triturer la réalité, de torturer la vérité dans l’unique but de s’exonérer de tout ce gâchis.
Justifiant son virage et ses multiples reniements, Le colonel Kadhafi a confessé dernièrement, en guise d’excuse absolutoire, qu’il s’était trompé durant la première tranche de son règne. Il se murmure à Tripoli, Benghazi, Sebha et Syrte qu’un cauchemar hante les Libyens, celui de se réveiller un jour avec un Kadhafi leur confessant à nouveau qu’il s’est une nouvelle fois trompé les trente années suivantes de son règne.
René NABA a été correspondant tournant au bureau régional de l’AFP pour le Moyen-orient à Beyrouth (1969-1979), responsable du monde arabo-musulman au service diplomatique de l’AFP (1979-1989), et conseiller du Directeur général de RMC/Moyen-Orient pour l’information.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2008
Nombre de visites sur la page 38
EAN13 9782849240946
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0098 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Libye : la révolution comme alibiCollection « Reportages »
dirigée par Sébastien Boussois
Parce que le monde d’aujourd’hui est plus complexe que du
temps de la guerre froide, à l’échelle d’un pays, d’une région,
d’une société, la collection « Reportages » s’est fixé pour objectif
de rendre clair et précis un sujet géopolitique en faisant appel
aux plus grands spécialistes de la question.
À cette mission de vulgarisation sans simplification, il faut
ajouter un autre objectif : celui de rendre compte aussi sur
plusieurs années du travail de cet auteur, journaliste ou
chercheur, en sélectionnant avec lui les articles qui reflètent le mieux
l’évolution du sujet traité.
Au-delà, et face à l’évolution des supports de communication
du monde moderne et l’envie insatiable de « faire vite », c’est
l’envie enfin de mettre à l’honneur journalisme et recherche de
qualité, sans jamais céder aux sirènes de la mondialisation et de
l’uniformisation de l’information.
© cartes de Philippe Rekacewicz
© Éditions du Cygne, Paris, 2008
editionsducygne@club-internet.fr
www.editionsducygne.com
ISBN : 978-2-84924-094-6René Naba
Libye : la révolution comme alibi
Éditions du CygneDans la même collection :
- Chine, au pays du capitalisme (presque) parfait, de Frédéric Koller
- Balkans, la mosaïque brisée, de Jean-Arnault Derens
- Italie : les années Cavaliere (de Berlusconi à Berlusconi), de Eric
Jozsef
- Algérie : de la guerre à la mémoire : Paris-Alger : quel avenir ?, de
Florence Beaugé
- Liban : chroniques d’un pays en sursis, de Roger Naba’a et René
Naba
- L’Algérie des années 2000 : vie politique, vie sociale et droits de
l’homme, de Florence Beaugé
- Yougoslavie : de la décomposition aux enjeux européens, de
Catherine Samary
- Israël, une société bousculée, de Dominique Vidal
Du même auteur :
- Liban : chroniques d’un pays en sursis, de Roger Naba’a et René
Naba, Éditions du Cygne, 2008
- Il était une fois la dépêche d’agence, L’Armoise éditions, 2008
- Aux origines de la tragédie arabe, Éditions Bachari, 2006
- Du bougnoule au sauvageon dans l’imaginaire français, Éditions
L’Harmattan 2002
- Rafic Hariri, un homme d’affaires premier ministre, Éditions
L’Harmattan, 2000
- Guerre des ondes, Guerre des religions, la bataille hertzienne dans le
ciel méditerranéen, Éditions L’Harmattan, 1998En guise de contribution à une éthique de la responsabilité et de la
liberté dans le Monde arabe, cet ouvrage est dédié à la mémoire des
personnalités suivantes :
Daif Al-Ghazal, journaliste au quotidien gouvernemental «
AlZahf Al-Akhdar » (La Marche Verte), puis au journal en ligne
« Libya Al Yom » (La Libye aujourd’hui), assassiné pour avoir
dénoncé la « corruption et le népotisme » du régime du Colonel
erKadhafi. Son cadavre mutilé a été retrouvé le 1 juin 2005 dans la
région de Benghazi (Nord Est de la Libye).
Mansour Kikhya, ancien ministre des Affaires étrangères de Libye,
opposant notoire au régime du colonel Kahdafi, mystérieusement
disparu du Caire en 1995.
L’Imam Moussa Sadr, chef spirituel de la communauté musulmane
chiite libanaise, mystérieusement disparu au terme d’un voyage en
Libye, le 31 aôut 1978 .
Abdel Khaleq Mahjoub, Secrétaire général du parti communiste
soudanais et le colonel Hachem Al-Atta, un des plus brillants
représentants de la nouvelle génération des jeunes officiers arabes, tous deux
passés devant un peloton d’exécution sur ordre du président soudanais,
le Général Gaafar Al-Nimeiry, en 1972, à la suite d’un coup de
force de l’armée soutenu par le parti communiste soudanais.
Aux victimes de l’attentat de Lockerbie (Écosse) et du désert du
Ténéré (Afrique).Points de repères chronologiques
Février 1947 : L’Italie renonce à ses droits sur la Libye.
24 décembre 1951 : Proclamation de l’indépendance.
Mohamad Idriss Al Senoussi devient roi sus le nom de
erIdriss I . La Libye est le premier État du Maghreb à obtenir
son indépendance
1953 : Adhésion à la Ligue arabe.
1955 : Début de l’exploitation du pétrole.
1955 (10 août) : La France évacue le Fezzan après un accord
conclu avec la Libye.
1955 (14 décembre) : La Libye rejoint les Nations unies.
er1 septembre 1969 : Les Officiers libres du colonel
Mouammar Kadhafi prennent le pouvoir et proclament la
République.
Décembre 1969 : Accords sur l’évacuation des bases
américaines et britanniques.
er1 décembre 1973 : Nationalisation de la British Petroleum.
1975 : Annexion de la bande d’Aouzou, occupée depuis 1973
par les troupes libyennes.
2 mars 1977 : Proclamation de la Jamahiriya populaire et
socialiste de Libye.
Décembre 1980 : Début de l’intervention au Tchad.
1984 : Attaque contre la caserne Al Aziziya, où le colonel
Kadhafi réside, à Tripoli.
14 et 15 avril 1986 : Bombardements américains contre
Tripoli et Benghazi.
Décembre 1988 : Attentat contre un Boeing 747 de la PanAm,
qui s’écrase avec 270 personnes à bord à Lockerbie (Écosse).
7Septembre 1989 : Attentat contre un DC 10 d’UTA, qui
s’écrase dans le désert du Ténéré (Niger), faisant 171
victimes.
Avril 1992 et novembre 1993 : Sanctions du Conseil de
sécurité de l’ONU contre la Libye.
3 février 1994 : Fin du différend avec le Tchad sur la Bande
d’Aozou, territoire restitué au Tchad.
5 juillet 1995 : Difficultés économiques et politiques,
expulsion d’Africains, de Palestiniens et d’Égyptiens.
Mars 1996 : Opérations contre des islamistes dans la région
de Benghazi.
12 juillet 1997 : Le pouvoir libyen décide de s’investir dans
une « politique africaine offensive ».
4-7 février 1998 : Sommet des pays du Sahara et du Sahel
(Comessa) à Tripoli.
29 octobre 1998 : Prolongation des sanctions.
5 avril 1999 : Remise des deux suspects libyens de l’attentat
de Lockerbie à la justice écossaise pour être jugés aux
PaysBas devant la Cour Internationale de Justice de La Haye.
Suspension de l’application des sanctions décrétées par
l’ONU en 1992.
30 août 1999 : Sommet extraordinaire de l’OUA à Tripoli qui
milite pour la transformation de l’organisation africaine en
Union Africaine.
11 décembre 1999 : Levée effective des sanctions sur la
Libye.
er1 mars 2001 : Sommet extraordinaire de l’OUA à Syrte :
adoption de la charte de l’Union africaine qui remplace
l’OUA.
25 août 2001 : Critique officielle de la bureaucratie et de la
paralysie économique. Appel au secteur privé.
17 mars 2002 : Un des suspects de l’attentat de Lockerbie est
condamné à la prison à perpétuité, l’autre est acquitté.
Octobre 2002 : La Libye menace de se retirer de la Ligue arabe.
82003 : La Libye renonce officiellement à ses programmes
d’armes de destruction massive. Les États-Unis mettent fin à
l’embargo commercial.
11 octobre 2004 : L’Union européenne décide la levée de
l’embargo militaire européen à l’encontre de la Libye.
2005 : La Libye lance un appel d’offre international pour
l’attribution de droits de prospection du sous-sol.
24 juillet 2007 : sur intervention diplomatique de la France,
conduite par Mme Cécilia Sarkozy, à l’époque épouse du
président français Nicolas Sarkozy, libération des sept
infirmières bulgares et du médecin palestinien incarcérés depuis
dix ans suite à la contamination de ressortissants libyens du
virus du Sida.
10 décembre 2007: visite officielle en France du Colonel
Mouammar al-Kadhafi, premier déplacement en occident du
dirigeant libyen depuis un quart de siècle.