622 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire Hannah Arendt aujourd'hui

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Voici les textes de 60 auteurs qui traitent de l'oeuvre de Hannah Arendt. Autant d'interprétations, de critiques, d'informations, de débats de qualité, écrits sous des angles pointus, différents, inédits. Certains sont des lecteurs assidus d'Arendt, d'autres l'ont découverte à l'occasion du colloque organisé à l'Université de Lausanne à l'occasion du 100e anniversaire de Hannah Arendt. Une invitation à d'autres lectures d'Arendt.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2008
Nombre de lectures 515
EAN13 9782336272443
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

LIREHANNAHARENDTAUJOURD’HUI©L’Harmattan,2008
5-7,ruedel’Ecolepolytechnique;75005Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN:978-2-296-06975-6
EAN:9782296069756
2Caloz-TschoppMarie-Claire
(dir.)
LIREHANNAHARENDTAUJOURD’HUI
Pouvoir,guerre,pensée,jugementpolitique
ActesducolloqueinternationaldeLausanne11-12mai2007
UniversitédeLausanne,Institutd’EtudesPolitiques Internationales(IEPI )Tabledesmatières
11-12mai2007, Lausanne
e100 anniversaire(1906-2006)
Colloqueinternational
UniversitédeLausanne(UNIL/IEPI)
LIREHANNAHARENDTAUJOURD’HUI
Pouvoir,guerre,pensée,jugementpolitique
1.CitationAnneAmiel ................................................................................................................. 9
2.Avant-propos, professeurClaudeJOSEPH, prof.honoraire,UNIL-EPFL..............................11
3.CALOZ-TSCHOPPMarie-Claire,HannahArendt, politiqueetphilosophie.
Le pari,lesenjeuxd’unelectured’Arendtaujourd’hui................................................................13
I.Exposésintroductifs............................................................................................................... 4 5
LireHannahArendtaujourd’huidepuislaviolencetotalitaire,leshumainssuperflus......47
4.GHEBALIVictor-Yves,ActualitédeHannahArendtàl’aubed’un sièclemal parti..............49
5.HASSNERPierre,Totalitarismeetguerreaujourd’hui...........................................................67
6.MEYERKatrin,L’ambiguïtédel’archein:La violence pré-politique selonArendt...............73
7.TOSELAndré,Libresréflexionsà partirdeHannahArendt.Superfluitéhumaine
etconformismedel’insujet..........................................................................................................81
8.OGILVIEBertrand,Mondialisation,dé-mondialisation.Qu’est-ce quelamodernité?..........97
9.MAJCHRZAKKamil,Ladémocratieenguerre.L’impérialismeetsalégitimation.............119
10.BERMANMarc,Ne pasajouteraubruit.Lebruitmédiatique............................................131
LireHannahArendtaujourd’huidepuislesénigmesdel’expérienceetlesdifficultés
delespenser..............................................................................................................................135
11.AMIELAnne,Expérienceetconceptualisation.Commentse pensentlesrévolutions?
Commentlespenser?................................................................................................................137
12.ABENSOURMiguel,HannahArendtcontrela philosophie politique?.............................151
13.POIZATJean-Claude,L’actionaujourd’huiavecHannahArendt......................................159
14.ROVIELLOAnne-Marie,PouvoiretpenséechezHannahArendt.16715.WICKI-VOGTMaja,Lesproblèmesdialectiquesentreliberté,conscience
etla recherchedelacohérenceentreintellect,émotionsetdécisiond’action............................179
II.Exposésdescinqateliers....................................................................................................193
Pouvoir:dominationtotale,humainssuperflusetdroitd’avoirdesdroits(atelier1)......195
16.IntroductionOSSIPOWWilliam,HannahArendtetla penséedel’au trebord
(LéoStrauss,CarlSchmitt)........................................................................................................197
17.PREZIOSOStefanie,DufascismeitalienchezHannahArendt.........................209
18.CHETAILVincent,Ledroitd’avoirdesdroitsendroitinternational publique.
Réflexionssurla subjectivitéinternationaledel’individu.........................................................217
19.BARRIALStéphanie,FONTEGuiseppe,Le statutdusaisonnieràlalumière
d’HannahArendt........................................................................................................................233
20.GUTKNECHTThierry,Réfléchirautravail socialavecArendt.........................................241
21.HALLERJOCELYNE,Droits superflusethumainsjetables..............................................249
22.BATOUJean,L’impérialismeetlanégation radicaledel’humanitédel’autre...................255
22b.WUILLEMINNicolas,Penseruneexpériencededélocalisationd’usineen participant
à une (re)lecturedel’œuvredeHannahArendt.........................................................................259
23.NOLLEZ-GOLDBACHRaphaëlle,Théoriedesdroitsdel’hommechezHannahArendt :
droitd’avoirdesdroitsetdroitàl’action plurielle.....................................................................263
24.Conclusionatelier1:ChristophePlatel (UNIL-IEPI).........................................................271
Pouvoir,sciencesettechniques,violence,guerre totaleetd’anéantissement(atelier2)....275
25.Introduction.RIGAUXFrançois,HannahArendt,La violence,labombeatomique
etlaguerre.................................................................................................................................277
26.MERLIOGilbert,HannahArendtfaceàlaguerreatomique...............................................283
27.CHEMILLIER-GENDREAUMonique,Lesrapportscontemporainsentrela violence
etledroitinternationalàlalumièredela penséed’HannahArendt...........................................291
28.ABBOUBKarim,Arendtetl’Algérie.Uneguerreanomique, sansnom.
PourquoilaguerrecivileenAlgérie ?........................................................................................299
29.GAMPELYolanda,Laguerre totaledétruira-t-elle«Lejardinaux sentiers
quibifurquent?»......................................................................................313
30.ZUPPIROLILibero,Scienceettechnologiecommeauxiliairesd’unenouvelle violence...329
31.TOULOUSEGérard,HannahArendtetla science..............................................................339
32.BROSSATAlain,Demandezle programme!Quelquesréflexionssurle«extraordinary
rendition program» ................................................................................................................... 345
33.DeSENARCLENSPierre,La questionnationaleetla violence..........................................353
34.Conclusionatelier2:MarcAudétat(UNIL-IEPI)...............................................................359
Pouvoir,manquedepensée(banalitédumal),«pensercequenousfaisons»(atelier3)..363
35.Introduction.CELISRaphaël,Pensée, volontéetjugement.Pourcommenter
La viedel’espritd’HannahArendt............................................................................................365
36.GERARDValérie,Penserce quel’on (nous)fait.Eléments pour une pensée politique
delamorale................................................................................................................................373
37.DECOULONBaptiste,Géographieetbanalitédumal.Réflexionspour une prise
enconsidérationdestravauxd’Arendtengéographie................................................................381
38.CHANGKAKOTINilima,D’étincelleàétincelle:l’obligationd’humanité
du(dela)thérapeutefaceaux rescapé sdel’impensable..........................................................385
639.BUFFATAurélien,Trajectoirebiographiqueethabitusphilosophique:
réfléchirsociologiquementàla penséedeHannahArendt........................................................393
40.VOLLAIREChristiane,Penserl’actionhumanitaire...........................................................399
41.HAZANPierre,Delabanalitédumalàlabanalitédubien................................................407
42.LAHLOUMehdi,La violencefaiteauxmigrants,leshumainssuperflusauxfrontières
del’Europe.................................................................................................................................411
43.TAFELMACHERChristophe,Manquede penséeetdroit: plaidoyerpo ur uneattitude
dedésobéissanceencestempsdifficiles....................................................................................427
44.Conclusionatelier3:AurélienBuffat(UNIL-IEPI)..........................435
Pouvoir,révolution,activitécréatrice,jugement politique(atelier4).................................439
45.Introduction.MARTIUrs,La rép ubliquedesconseils, utopieou alternative réaliste ?.......441
46.BAGCHIBarnita,L’éducation,l’actionetladésobéissancecivique: troisécrivaines
indiennesendialogueavecHannahArendt...............................................................................447
47.METRAUXJean-Claude,Concevoirlafacultédejugement
comme uneactivitécréatrice......................................................................................................453
48.BUSSETMichaël,DESPLANDSBasile,DUBOISSimon,MOTTAMarco,
Dela violencedansla procédured’asile vuedepuisunelectured’Arendt................................459
49.SCHWERIMichel,Politiqueetmédias,l’aided’HannahArendtpourcomprendre
la tensionentre réalitéetleurre..................................................................................................467
50.DECARROEric,Globalisation totalitaire, ruptureetchangement......................................473
51.CHAPPUISAnne-Lise,PicardEstelle,WyssChristine,Créerl’espace public,
se rendre visible pour résister......................................487
52.DECOULONGraziella,Penser avecH.Arendtdanslalutte pourledroitd’asile.............493
53.ALMEYRAGuillermo.Révolution, pouvoir,liberté.L’expériencedel’APPO
(Oaxaca,Mexique)..................................................................................................................... 497
54.CARRETEROAntonio,Autogestiondusavoiretdissolutiondupouvoir..........................507
55.Conclusionatelier4:ValeriaWagner,UniversitédeGenève (FacultédesLettres)............515
Pouvoir,crisedel’éducation,activitédeconstructiondusavoiretdesoi
danslaCité(atelier5).............................................................................................................. 519
56.Introduction.HEUERWolfgang,HannahArendt:Education pour unemondecommun...521
57.VARGASSonia,Pluralité,égalitéetdroitsdel’homme:l’éducationdesjeunes
etdesadultesauBrésil...............................................................................................................531
58.SANCHEZ-MAZASMargarita,KOLLY-OTTIGERIsabelle,Semontrerouse présenter?
Unedistinctionarendtienne pour penserlaformationetl’action...............................................537
59.FASSAFarinaz,Commentpenser sansinscription?Educationetresponsabilité
dumondedansuncontexteliquide............................................................................................543
60.HARLEYAlexandra,Enseignerl’impensable: questionsdenatalité, violenceetpouvoir
enmatièred’éducation549
61.HIRSCH,Immigrantsetréfugiés:lesoubliésdel’éducationdansla pensée
deHannahArendt......................................................................................................................557
62.CHOLLETAntoine,Autoritéetéducation:le tempschezArendt......................................565
63.HEIMBERGCharles,L’écoleetlacrisede sonhorizond’attente......................................571
64.PAYETJean-Paul,LabanalitédumalaprèsEichmann:contextesordinaires
etmodalitéscontemporaines......................................................................................................577
65.EBELMarianne,Crise,écoleetpolitique............................................................................585
66.Conclusionatelier5:CharlesHeimberg,UniversitédeGenève (Facultéde psychologie
etdessciencesdel’éducation)...................................................................................................591
7Conclusiongénérale.................................................................................................................595
VIGNARMarcelo,Etrelà,oune rienfaire...............................................................................597
Annexes.....................................................................................................................................603
68.Caloz-TschoppMarie-Claire,« (Re)lireHannahArendtpeutnous permettrede réfléchir
auxdéfisduXXIe siècle»,LeTemps,5mai 2007....................................................................605
69.Anonyme, Bagdadbrûle...................................................609
70.Listecontributrices,contribu teursetcourriels....................................................619
Adresse sitedu colloquedel’UNIL :http://WWW.unil.ch/arendtsuisse2007
8«Il faut en revenir aux questions arendtiennes,ettenter de les prendreausérieux,ce
qui signifie paradoxalement prendreausérieux leur caractèreprovoquant, répondre
(outenter de répondre)àlaprovocation. Mais il s’agit alors d’explorer quelques
enjeux quelestextes d’Arendt ont le mériteet d’indiquer et de manifester (par leurs
écritures elles-mêmes), de tenter de comprendreceque signifie êtrenon pas en lutte
contre une tradition, mais affirmer êtreendehors,à côtéd’une tradition. Il faut
accepter de ne donner quequelques indications des problèmes indiqués et manifestés
parArendt(…)
L’importanced’Arendtrésiderait alors,du fait de sa« sauvagerie radicale», dans le
caractèrepressant des questions posées et affrontées (plus quedans lesréponses
proposées), et dansses indications de recherche. Ou encoredans le refus de tout
retourà un statu quoante, et le caractèreexpérimental serait alors la conséquence de
l’acceptationdelaconditionnou velle dans laquellenous nous trouvons;«quand le
passén’éclaireplus l’avenir,l’esprit marchedans lesténèbres» selon la phrasede
Tocqueville queArendtseplaît àrépéter.Prendre ausérieux Arendt,c’est penser q ue,
certes, sestentatives de«pensersans béquilles»laportentsouventà une démarche
vacillanteet l’exposentàlachu te(et,parsuite, riennenous contraintàaccepterses
conclusions),maisquenous sommesconfrontésàlamême situation».
AmielAnne,Lanon-philosophiedeHannahArendt.Révolutionetjugement,
Paris,PUF, 2001, p.4.AVANT-PROPOS
HannahArendt,uncolloquepourréfléchir
ClaudeJOSEPH,
Physicien,InterfaceSciences-SociétéUniversitédeLausanne(UNIL)
Réunirpendant deux jours despenseurs, philosophes, sociologues, politologues,
représentants de la sociétécivile (ONG, syndicats…)pour se penchersur la pensée de
HannahArendt, voilà une gageure réussie grâceàla volonté,àl’acharnement et à
l’initiativedeMarie-ClaireCaloz-Tschopp organisatricedu colloque qui s’est tenu les
11 et12 mai 2007àl’UniversitédeLausanne. Ce fut une chance pour l’UNILetpour
ceux de ses étudiants en sciences humainesquiy ont consacré quelques heuresquede
pouvoir apprécier la confrontationdesperceptions quedivers regardsportentà une
pensée aussi peu conventionnelle,aussi préoccupée de la place de l’individu dans la
société. Le colloque s’intitulait RelireHannahArendt depuis la mondialisation. Pour
moi personnellement,il s’est agi davantaged’une lectured’une partie de l’oeuvre
d’Arendtqued’une relecture. Ce fut l’occasionde découvrirunesprit critique, refusant
touteidéologie et ayanttraversé une période très tourmentée de l’histoire
contemporaine. Ses engagements, parfois avec des allers etretours,illustrent bien la
difficultéde penseretde s’engagerdansl’actiondansnotremondemoderne.
L’atelier2, quej’ai coprésidé, dont le thème était”Pouvoir, science ettechnique ”,
aété, entreautres,l’occasiondediscuter lesquestions essentiellesquela réalisationde
la bombe atomiqueetsa prolifération posent aujourd’huiencoreànossociétés, tout
comme les développements actuels des nouvellestechnologies. Si concernant
strictementl’impactsocialdestechnologies,GérardToulouse voitdansl’apparitiondes
comités d’éthiquedans le domaine scientifiqueet l’engagement de démarches
participativessur les choixscientifiques ettechniquesune raison d’espérer,Libero
Zuppirolia par contreexprimé son pessimisme dans la relation qu’entretiennent les
scientifiques et les ingénieurs avec lespouvoirs économiqueetpolitique. L’affirmation
de K. Jaspers,ledirecteur de thèsedeHannahArendt et l’amiavec lequel elle a
correspondu duranttoute sa vie, rested’une étonnanteactualité: «Le tournant que
prendranotredestin tientàl’intelligence quenous aurons que toute technique, tout
pouvoir de faire, toute réalisationne suffitpas.Ilfautquel’homme insèrela science et
la techniquedansunenglobant.Alalimitedecequenouspouvonsfaire,ilyad’abord
tout le sérieux de notrepensée. Il faut quenotrepériode apprenne que tout n’est pas à
faire. » (Labombeatomiqueetl’avenirdel’homme, 1958)
Depuisplusieurs années,l’UniversitédeLausanne s’est engagéeàdévelopper les
relations entrelacommunauté scientifiqueet la société. Pionnièreenlamatière, elle a
créé l’interface Sciences-Société, servicedelaDirection, quianime des activités de
dialogueentreles divers domaines de la science et le public. Elle aouvert un
laboratoire public où les élèves des écoles et le public en général peuvent nonseulement expérimenter et appréhender la science en trainde sefaire, mais aussi
débattredes implications de ses applicationssur la société. Ainsi, parrapport aux
technologies émergentes comme les nanotechnologies,l’Interface Sciences-Sociétéa
mis en place, avec l’EPFL, une plate-forme interdisciplinaire regroupant juristes,
philosophes, sociologues et ingénieursqui réfléchitàl’impactsocial de ces innovations
technologiques et àleurs limites. Aujourd’hui plus quejamais,la scienceet la
techniquene peuventseconstruire etsedévelopper indépendamment de l’évolutionde
la société. Dans La conditiondel’homme moderne (1958),HannahArendtposait déjà
le problèmeduprofonddécalageentrece quel’esprit humain est capable de réaliser
dans le domaine scientifiqueet la précaritédel’évolutiondesstructures dessociétés.
«Onfait honneur aux sciences naturelles d’avoir p rovoqué unaccroissement
démontrable, toujours plus rapide,de savoir et de pouvoirs humains; peu avant les
temps modernes on avait en Europe,moins de connaissances qu’Archimèdeau IIIe
siècleavant JC,et la premièremoitiédenotre siècle(leXXe)a vudesdécouvertesplus
importantes que tous les âges ensemble depuis le début de l’histoire. Mais on blâme
aussijustement le même phénomènepour l’accroissementàpeine moins démontrable
du désespoir humain ou pour le nihilisme spécifiquement moderne qui se répand dans
dessecteurstoujours plus vastes de la population, l’aspect le plus significatif sans
doutedecenihilisme et de ce désespoir étant qu’iln’épargne plus lessavants,dont
l’optimisme bien fondé pouvait encoreau XIXe siècle s’opposer au pessimisme
égalementjustifiabledespenseursetdespoètes.»
Cecolloquenousadonnéà penser.
Toutenouvelle technologieapporteavec les bénéficesqu’elle fournit desrisques
qu’il n’est pastoujours facile demaîtriser. Quel’on penseàl’énergienucléaireetà ses
déchets,à l’usagedes combustibles fossiles etàleur impactsur le climat de la planète.
Lespromesses avancéespar lespromoteurs destechnologies du futur,biotechnologie,
nanotechnologies, sont extraordinaires. On annonce qu’ellesrésoudront le problèmede
la faim dans le monde, celuidel’énergie, qu’ellespermettront l’améliorationdela
santédes malades et desviellard s,ainsi quel’améliorationdes capacités de l’homme,
etc. Cependant,certainesvoixs’élèvent déjàà pro pos desrisquessanitairesousociaux,
le plus souvent indéterminés, qui accompagneraient les applications de ces innovations
technologiques.
Une sérieuse réflexionest doncnécessaireet la pensée critiquedeHannahArendt
devrait nous aider àcomprendrelespotentialités et les limites de ces futures
applicationsdela science.
12HannahArendt,politiqueetphilosophie
Lepari,lesenjeuxd’unelectured’Arendtaujourd’hui
1
Marie-ClaireCalo z-Tschopp
«A partir des conditions du monde moderne,où la menacen’est plus simplement
qu’il n’y ait plus aucune chose, mais également qu’il n’y ait plus personne,onpeut
poser la question: Pourquoiy a-t-ilquelqu’unplutôt quepersonne?Ces
questions
peuventparaîtrenihilistes.Danslaconditionobjectivedunihilisme,oùlequ’il-n’y-aitaucune-choseet le qu’il-n’y-ait-personne menacent de détruirelemonde,ellessont les
2questionsantinihilistes ».
Le recueilde 60 textesprésentés dans l’ouvrageconsacréà une tâchede
(re)lectureouvertedel’œuvred’une philosophe et théoricienne politique, Hannah
Arendt,dans le sillage du centième anniversairede sanaissance, est le fruit d’un
colloqueinternational quia eu lieuàl’Institut d ’Etudes Politiques Internationales
3
(IEPI) de l’UniversitédeLausanne (Suisse) au mois de mai 2007. Pour les
intervenant.e.s,lecolloque s’inscrit dans la foulée d’autres expériences de recherches,
dedébatsenlienavecdesrecherchesen philosophie,en théorie politique,dansd’autres
domaines dessciences exactes,humaines, sociales,de travail professionnelet de luttes
dans lespolitiques de l’immigrationet du droit d’asile,du chômage, de l’éducation,de
la recherche, des droits sociaux,des droits des femmes,des libertéspubliques et
syndicales,deladémocratie,etc.,enSuisse,enEuropeetdansd’autrescontinents.
Nous avons entreprisune action, une réflexionetunchoix: une (re)lectureactive,
critiqued’une œuvreà partir duconstat faitpar HannahArendt d’une ruptureentre
politiqueetphilosophie, en analysant lesvoies de passagesqu’ellea tracéespour
comprendrelelien qu’elle poseentrela ruptureentrel’actionet la pensée et le système
totalitaire, comment elle a proposédela surpassertout en gardantprésentela
1Responsable de la directiondu colloque. Professeurtitulaireà l’UniversitédeLau sanne (Institut d’Etudes
Politiques Internationales). Voir de Caloz-Tschopp Marie-Claire, Lessans-Etat dans la philosophie de
Hannah Arendt.Les humainssuperflus,ledroitd'a voirdesdroitsetlacitoyenneté. Lausanne,Payot, 2000 ;
Les étrangers aux frontières de l’Europe et le spectredes camps,Paris,LaDispute, 2004 ; Résister en
philosophie, résisterenpolitiqueavecArendt,C.Castoriadis,R.Uvekovic,LaDispute,Paris), 2008 .
2ArendtHannah,«Dudésertetdesoasis»,Qu’est-cequelapolitique?,Paris,Seuil, (1955), 1993, p. 139.
3Le colloqueintitulé «Pouvoir,Guerre, Pensée, Jugementpolitiqueaux XXe et XXIe siècles. (Re)lire
l’œuvred’HannahArendt aujourd’hui»,aeu lieu les11 et12 mai 2007àl’UniversitédeLausanne (UNIL),
danslecadredesactivitésscientifiquesdel’Institutd’EtudesPolitiques Internationales(IEPI).Voirle sitedu
colloque (http://www.unil.ch/arendtsuisse2007).Enbref,lecolloqueaexigédel’imagination, un trèsgrosde
travaild’organisation, mais ila permisune participation quantitativeetqualitativeimportante, tant du côté
des expert.e.s quedupublic. Ilaété un succès grâceà unlarge appui pour la préparation, l’organisationà la
fois académiqueetpratique par les membres duComité scientifiqueinternational et interdisciplinaire,les
membres de préparationdes ateliers quià chaquefois ontregroupé unmembredu corpsprofessoral et des
jeunes chercheurs(travail sur les objectifs académiques,ciblage du contenu, pédagogie),les services
logistiques de l’UNIL, dont il faut souligner l’efficacité, la souplesse, l’ouverture, le dynamisme (en
particulierleServicede presse,le service pourlamiseen placedusite,dessalles).redoutable énigme de la difficultéde«penser ce quenous faisons»ou,dansunautre
langage,durapportentrelapraxisetla théorie.
Après avoirprésentéledéroulement du colloque (cadre, thème,exposés en séance
plénière,descriptiondesateliers),enarrivantàlafindece texte,je tiensà partager mes
réflexionssurl’expérimentationducolloqueenlienavec sonenjeucentral.
En vivantune expériencefondatrice, en observant ladominationet laguerre
« totale»,lessans-Etat,Arendtaeu l’intuitionfulgurantedece qu’elleaappelé les
«humainssuperflus »(Human superfluity) dusystème totalitaire (depuissa genèse, le
colonialisme,l’impérialisme)qu’ellea renversée en«droit d’avoir des droits». Ellea
eu la hardiesse, le couragede vouloir comprendre l’inventionhumaine d’un pouvoir
« sansprécédent» selon sespropres mots et de lui résister. En affrontant la terreur du
néantpolitique, elleadégagé une voie philosophiqued’action positive. Après les
4
catastrophes du XXe siècle, par desvoiesqui sont lessiennes,ellea (re)construitun
rapport possible entre politiqueetphilosophie. Elleadégagé une place pour une
philosophie de la politiquecritique, réflexive, positive. En effet,commentsortir de la
destruction politique, de l’isolement,deladésolation, du désert, quiont impliquéaussi
la destructiondela pensée, du jugement,de tout espace public et adopterune attitude
d’étonnementsocratiquejusquedans lesretranchements, résistances(ausens de
Freud), questionnements lesplus publics et lesplus intimes autour dusystème
totalitaireetde sessuitespour reconsidérer l’œuvred’Arendt, son parcours, sa po sition,
sesenjeuxavecdesyeuxneufs?
Le colloque s’est proposé un travaildedéplacement de l’interprétationdela
5
«non-philosophie» de HannahArendt, selon le termed’Anne Amiel, pour envisager
de nouveaux angles de lectureinspirésparune (re)lectureinterne et externe de l’œuvre
depuis l’histoiredu XXe siècleet desquestionnements posé par l’étapede
mondialisationactuelle.
Pour ce quiest des interprétations de l’œuvred’Arendt dans le champ
philosophique, comme l’expliquent Miguel Abensour et d’autresspécialistes de
l’œuvred’Arendtqui se sont exprimés durant le colloque, il s’agissait d’effectuer une
(re)lecturedel’œuvredans la perspectived’unélargissement critiquedela philoso phie
politiqueelle-mêmeenl’envisageant comme une remiseencausedela tradition
(nonphilosophie) ou encorecomme une philosophie de la politique. A partir de
questionnements en provenance d’autresrecherchesphilosophiquessur la
mondialisation, l’impérialisme,l’histoireet lesproblèmesphilosophiques,amenés dans
des exposés en séance plénièreouen atelier(BertrandOgilvie,AndréTosel,Kamil
Majchrzak,Jean Batou, par exemple),l’action, la révolution (Urs Marti, Jean-Claude
Poizat,Guillermo Almeyra),la psychanalyse, la dialectiqueentrelalibertéet la
conscience dans la cohérence recherchée entre pensée et action (MajaWicki-Vogt),il
s’agissait d’emblée de déplacer les angles d’approche pour enrichir les interprétations
duchamppolitiqueetphilosophique toutenl’ouvrantàl’histoireetàlacité.
«Tout affaiblissement du pouvoir est une invitationmanifesteà la violence»,
écrivait-elle,ce quiindiquele point de départ,la préoccupationcentrale, l’esprit dans
lequelaétéconçu le colloque. AndréTosel dansson texte situeledéfidu colloque
4HannahArendt ne cède jamaisàce quej’appelle une «métaphysiquedelacatastrophe» quiinduit la
soumissionet l’apathie. Voiràce propos Riesel René,SemprunJaime,Catastrophisme,administrationdu
désastreetsoumissiondurable,Paris,Encyclopédiedesnuisances, 2008.
5AmielAnne,Lanon-philosophiedeHannahArendt.Révolutionetjugement,PUF,Paris, 2001.
14pour chaque participant.e:«Lapuissancedelapensée semesureà la capacitéqu’elle
libèredeprolongeretdedéplacersapropreproblématique».
Le colloquea poursuivi un triple objectif tout en s’inscrivant dans la suited’un
autrecolloque sur l’œuvred’ArendtàGenèvedix ans auparavant et d’autres activités
6
(recherches,colloques, rencontres). Tout d’abord, nous nous sommesproposés
d’effectuer le travailde (re)lecturedel’œuvrede HannahArendt interne et externe,
depuisune pluralitéde points de vue, de compétences,d’expériences,de statuts,de
lieux,degénérations. L’organisationdu colloqueen séance plénière etsurtout en cinq
ateliersa permis une très large participation. Elleaétélaconditionmatérielle d’une
telle volontéd’o uverture. Le travailde (re)lectureaainsiétéle fait de spécialistes
confirmés de l’œuvre, de spécialistes d’autres domaines académiques (philosophie,
théorie politique, science politique, histoire, histoiredesidées,droit,droitinternational,
science, géographie, économie, sociologie, anthropologie,médecine, psychanalyse,
sciences de l’éducation, travail social, psychologie sociale,etc.),de spécialistes
professionnels(travail social, science, santé, éducation, journalisme, police, action
7humanitaire, recherche, etc.) et de citoyens (féministes,militant.e.s altermondialistes,
syndicalistes, sur lespolitiques du droit d’asile,del’immigration, du chômage, des
droits sociaux,des délocalisations industrielles,des luttespour la terre, de la condition
étudiantedans la formation, la recherche, etc.). Des artistes ont aussiétéassociésàla
démarche (musique, peinture,graphisme, théâtre).
Le colloqueadonc voulu être une opportunitéd’échange d’expériences,de
rechercheentredesparticipant.e.s venant de lieux multiples et divers etsituée dansune
université publique quelque part en Europe, en Suisse, àLausanne Nous avons
entrepris le voyageavec deux soucis. Comment garderune œuvre vivante? Il s’agissait
de ne pas banaliserunhéritagedela traditionde la philosophieet de la théorie
6Ilaeu lieu dans la fouléed’activités et de trois colloques interdisciplinaires dont l’undix ans auparavant
consacréàl’œuvred’Arendtcoorganisé parlaFacultédesSciencesdel’Educationdel’UniversitédeGenève
(FPSE)(chaireduprofesseur PierreDasen) et l’UniversitéOuvrièredeGenève (UOG). Le premier colloq ue
(1997) avaitregroupéà l’époque desspécialistes del’œuvred’Arendt,des chercheurs en philosophie, en
sciencessociales,des experts,desprofessionnel.le.s,des artistes,des étudiant.e.s,despersonnes de la
« sociétécivile» préoccupé.e.s par les atteintes du droit d’asileenSuisseet en Europe. Par la suite, ses
travaux ont en partie inspirédesrecherches interdisciplinairessur le service public autour de contraintes,de
dilemmesdansdesactionsde priseenchargedestravailleursduservice public,de réfugiés,dechômeurs,de
migrants (deuxième colloque) etsur le thème«Mondialisation, Migrations,Droits de l’Homme»financée
par le RUIG qui se sont inscrites dans la fouléedupremier colloqueet destravaux q uiontsuivi. Deu x
volumesdestravaux sonten préparation.(Voirles référencesdespublicationsenfindutexte).
VoirCaloz-TschoppMarie-Claire, (dir.),HannahArendt,lessans-Etatet le«droitd'avoirdesdroits (vol.I);
Hannah Arendt,la«banalitédu mal» comme malpolitique (vol. II). Paris,L'Harmattan, 1998 ; Parole,
pensée, violencedans l’Etat, une démarchede recherche (vol. I, 350p.) ; Contraintes,dilemmes,positions
destravailleurs duservicepublic,entretiens (vol. II, 450p.) ; Le devoir de fidélitéà l’Etat entre servitude,
libertéet(in)égalité (vol.III, 350p.),Paris,Editionsl’Harmattan, 2004;Caloz-TschoppMarie-Claire,Dasen
Pierre, (dir).Mondialisation,MigrationetDroitsdel’Homme/Unnouveauparadigmepourlarechercheetla
citoyenneté,Bruxelles,éd. Bruylant,526 pages(vol. I) et 504 pages(vol. II),dans le cadredela recherche
RUIG,encollaborationavec Vincent Chetail, chargé de cours IUHEI, 2007. Voir aussi, Caloz-Tschopp
Marie-Claire, Fichet Brigitte (eds),Société, frontières, sécurité. «Action sociale,actionhumanitaire»,
CahiersduCEMRIC,UniversitédeStrasbourg,no.18-19, 2004;«Action sociale,Actionhumanitaire.Dela
protectionàlacontrainte»,Strasbourg,CahiersduCEMRIC, 16-17, 2002.
7La qualitédecitoyen n’étant ni une spécialité,ni uneexpertise,maisuneformed’action politique quiestle
fait de la conditionhumaine pour Arendt. Dans les faits,lacitoyenneté (dans le langaged’Arendt,le«droit
d’avoirdesdroits»n’estdeloin pasuneconditionmaisune privationdela politiquedechaquehumain surla
planète.
15politique, mais de le faire vivre. Comment faire pour qu’une œuvre reste unlieu de
8passageouvert aux frontières de la démocratie permettant la miseen routed’une
activitédelibre pensée surune oeuvre, tout en reconnaissantson altérité, en
l’accueillant,enla respectant,enla servantselon les mots de Levinas, tout en
polémiquant avec l’auteur,en prenantune distance critique pour continuerà penser?
Nous ne voulions pas nous engager dansun simple travailde (re)lecturenormatif,ni
installer la philosophiecomme une disciplinenormativeen surplomb des autres
domainesdusavoiretdesexpérienceshumaines.
Depuis des angles d’approche hétérogènes conjugués,le projet de (re)lecturea
viséàlafoisune lecture (pour celles et ceux quidécouvraient l’œuvre), une
(re)lecture, unélargissement, des déplacements, unapprofondissement des
interprétations, une évaluationdela potentialitéet des limites de l’œuvre, l’ouverture
denouvellesvoiesd’exploration.
Nous sommespartis de quelques notions(pouvoir,guerre, pensée, jugement) avec
la volontéd’articuler histoire, politiqueetphilosophie, philosophie, travail
interdisciplinaire, autres expériences d’actions et de pensée dans la cité. Qu’est-ce que
9
le pouvoir,laguerre,la pensée, le jugementpour HannahArendt? Pourquoi son
œuvre, tout en apportant des connaissancesprécieusessur le XXe siècle, est-elle vue
comme une œuvrede passeur? Comment définir la richesse réflexive transmise par
l’œuvre, le parcours de vie d’une exilée qui, loin d’être une diva, une icône, est un
auteur ausens fort duterme, quinous inviteà unengagement intellectuel pour,comme
elle le dit, pouvoir«êtrecontemporaindu monde»dans lequel nous vivons? De quelle
manièrela théorie développée par HannahArendt aurait-elle une place fortedans des
pratiquessociales(connaissance, citoyenneté) aujourd’hui, pour qui, comment, pour
quoi faire? En quoi sestravaux dans l’articulation qu’ellea posée entre traditionet
rupturehistoriqueont-ils aidéàne pas dénier maisà«comprendre» ce qui s’est passé
10
au XXe siècle,«l’âgedes extrêmes » marqué par l’émergenced’un régime politique
de «domination totale» quia été« sansprécédent», deux guerres «mondiales »
généralisées dans le sillage de l’impérialisme autournant du XXe siècle? Ce régime,
ces guerres ont eu leur source po ur Arendt dans le colonialisme,l’antisémitisme
politique, l’impérialisme,lenationalisme,lessans-Etat,laluttedes classestransformée
en manipulationdes masses,la terreur. Le XXe siècleaconnu la civilisationdes
boucheries destranchées,du Zyklon B, des bombardements massifs(Coventry,
Dresde),d’exterminationgénocidaire (Auschwitz) et de la bombe atomique
(Hiroshima,Nagasaki),delamise en place d’uncomplexe
politico-militaro-scientificoindustriel quia concerné deux continents,l’Europeet les Etats-Unis d’Amérique, ainsi
11
queleurssystèmesetleursrégimespolitiques .
En ce début de XXIe siècle, quelle est la pertinence de l’analyse philosophiqueet
politiquedusystème totalitaireeffectuée par HannahArendt? Comment comprendre
8J’empruntelaformule,lourde de sens,àEtienne Balibar. Voir Balibar Etienne,Les frontières de la
démocratie,LaDécouverte,Paris, 1992.
9Le thème de la guerreest bien présent dans l’œuvred’Arendt comme chez d’autresphilosophes,alors que
lessciencessocialesoccultentourefoulentle«faitguerrier».Voiràce propos,notamment,lestravauxdeS.
Audoin-Rouzeau,dir.de rechercheàl’EcoledesHautesEtudes,auteurdenombreuxouvragessurlaguerre.
10 HobsbawmEric J., L’âge des extrêmes.Histoiredu court XXe siècle, éd. Complexe/Le Monde
Diplomatique,Paris, 1994.
11 Ni Hitler,niRoosevelt,niChurchill, ni Pétain, ni Hiro-Hiton’ontreculé devant la violencedemasse
extrême, pasplus quelegénocidedesjuifsetdesTsiganes.
16une manièreoriginalededialectiser engagement, rigueur de pensée et d’action
aujourd’huiau moment oùse redéfinissent le capital,le travailet la positiondutravail
intellectuel,oùse rejouent lestensions entre servitude et liberté, oùse vivent de
nouveauxdangers de«banalitédu mal» (manquede pensée pour Arendt)? En quoices
faits nous appellent-ilsàinnover aujourd’huiennous déplaçant,enapprofondissant et
élargissant la recherche, la réflexion, la possibilitéd’imaginer,decréer,denous
projetervers l’avenir avec optimisme? Que signifiait le « trésorperdu»dela
révolution pour Arendt etquelle significationa-t-il aujourd’hui ? Comment ignorer
encoreles apports de l’exil d’hier et d’aujourd’huidans la longue histoiredela pensée
collective? Comment l’œuvrenous aide-t-elleà penser la peur pour la transformer en
angoisse. Elle est devenuele soubassement matériel, psychiquedes croyances,de
l’idéologiedominantemanipulée par les médias,l’Etat,lespolitiques aupouvoir, pour
mieux saisir l’anomie de la guerre rampantedans l’étapedemondialisationactuelle.
Pris dans la violenceactuelle, qu’est-ce quinous empêchede penser,dejuger«ce que
nousfaisons» ?
Un des défis, peut-êtrele plus difficile,a étéde rendre visiblespour les
participant.e.s,demesurer lespotentialités,les contraintes,les limites de la propre
démarchede pensée activedans le travailde (re)lectureet de partaged’expériences
autour d’une œuvre. Il ne s’agissaitpas de s’installer dansune lecture ritualisée qui
sacralise un texte. Il ne s’agissaitpas de figer des concepts. Il ne s’agissaitpasnon plus
d’appliquer mécaniquement des concepts,desschémasthéoriques,des modes de
raisonnement,des expériences de penséeà unmoment de l’histoire,àdes faits,à des
pratiques. Le travailde penser n’est pasréductibleàdes opérations analogiques ou à
desplacages de notions,deconcepts. Alors quefait-ondansun travailde (re)lecture
danslecadredonné parl’organisationducolloque ?
Insistons d’emblée surun pointquiconcerne une conditionde possibilitédela
politique, de la philosophieet dela science, rappelée par la psychanalysteJanine Puget
présenteau colloque: «Iln’est souventpas facilede se poser desquestions et on a
souventtendanceà vouloirtout expliquer ».Ace p ropos,en parlant des liens entre
philosophieetpolitique, Arendt écrivait : «En seposant des questionsultimes,les
questionssansréponse, l’homme seconstituecomme unêtrequestionnant,et en ce
sens il est vrai que, commel’affirme Aristote, la science trouve son originedans la
philosophie(non pas nécessairementson originehistoriquemais cetteoriginequi
demeure sa source permanenteà travers les générations). Unechose, je pense, est
certaine: sil’homme perdaitsafacultédeposer des questionsultimes,ilperdrait du
même coup safacultéde répondre aux questions auxq uelles on peut répondre, il
cesserait d’être unêtrequestionnant et ce seralafin non seulement de la philosophie
12maisaussidela science » .
Cadre,thèmecentraldanslesexposésgénéraux
Trois citations connues d’Arendtpeuvent aider la lectrice, le lecteur des Actes
situé.e. dans la globalisationactuelleàentrer dans le thème et le contextedu XXe
siècleetdansnotre rapportàeuxaujourd’hui:
12ArendtHannah,«Philosophieetpolitique»,Lescahiersdu Grif,n° 33, p.92, 1986(1954).
17Tout d’abordenlienaupouvoir,à la guerre:«Silapolitiqueest la source de
désastreetsil’on ne peut passedébarrasser de la politique, il ne restejustement plus
queledésespoir ou,à l’inverse, l’espoir queles plats sortis du four ne nous seront pas
servis brûlants,espoir quelquepeu déraisonnableennotre sièclecar,depuis la
PremièreGuerremondiale, nous avons bien dû manger chaqueplat quelapolitique
nous a serviconsidérablement plus chaudqu’aucunde ses cuisiniers ne l’avait
13
préparé » .
Ensuiteen rapport au«droit d’avoir des droits » : «Nous n’avons pris conscience
de l’existence dudroit d’avoir des droits (cequi signifie: vivredansune structure où
l’on est jugé en fonctionde ses actes et de ses opinions)et du droit d’appartenir àune
certaine catégoriedecommunautéorganisée quelorsquedes millions de gens ont
subitement perdu ces droits sans espoir de retour parsuitedelanouvelle situation
14
politiqueglobale» .
Finalement en rapportàla pensée danssesrapports avec le mal politique:«Le
problème du bien et du mal seraient-ils en rapport avec notrefacultédepenser?(…)
l’activitédepenser en elle-même, l’habitude d’examinertout ce qui vientà seproduire
ou attirel’attention, sans préjuger du contenuspécifiqueou des conséquences,cette
activitédonc fait-elle partie des conditions quipoussent l’hommeàéviter le malet
15
mêmeleconditionnentnégativementà sonégard?» .
L’anglechoisi pour la (re)lecturedel’œuvred’Arendtaétéle suivant : Pouvoir,
Guerre, Pensée, Jugement politiqueau XXe et au XXIe siècle. En bref,il s’agissait de
comprendrece qu’entendait Arendt par pouvoiretpar guerreetquelsétaientlesenjeux
pour mettreenliences deux notions de la manière dont Arendt lesaenvisagées avec la
pensée et le jugement,en tantqu’ilssont apparus très défaillants face au nazisme.On
saitquela soumission, le consentement,l’obéissance aveugle, voirelacollaboration (y
16compris des intellectuelssouligne Arendt) ontprévalu. Elleaconstaté queceux qui
13ArendtHannah,Qu’est-cequelapolitique?,Paris,Seuil, 1993, p.49.
14ArendtHannah,Lesoriginesdutotalitarisme,vol. II,L’impérialisme,Points-Poche, 1972, p. 281-282.
15ArendtHannah,La viedel’esprit,Paris,PUF, 1981, p. 19.
16 «Voyez-vous,je sortais d’une activité purementuniversitaireet,àcet égard, l’année 1933 me laissa une
impressiondurable: positivement d’abord, négativement ensuite- maispeut-êtredevrais-jedire
premièrement,négativement et deuxièmement, positivement. De nos jours,oncroitvolontiers quelechoc
ressenti par les Juifs allemands en 1933 s’explique par la prisedupouvoir de Hitler. Or,ence quime
concerne moiet les gens de ma génération, je puis affirmerqu’il s’agit là d’une étrange méprise. C’était,
naturellement, très inquiétant!Mais il s’agissait là d’une affaire politiqueet nonpaspersonnelle.Grands
dieux,nousn’avonspas eu besoinqu’Hitlerprennele pouvoirpour savoirquelesnazis étaient nosennemis!
C’étaituneévidenceabsolue,dep uisaumoinsquatreans, pourn’importe quelindividusaind’esprit.
Nous savionségalementqu’unegrande partiedupeupleallemandmarchaitderrièreeux.C’est pourquoinous
ne pouvionspas être,à proprementparler, surpris comme sous l’effet d’unchoc, en 1933 (...). Tout d’abord,
ce quiétaitengénéraldel’ordredupolitiqueestdevenuundestin personneldanslamesureoùl’on quittaitle
pays. En secondlieu, vous savez ce quec’est qu’une miseaupas. Cela signifiaitqueles amis aussi
s’alignaient. Le problème,le problème personneln’était donc pastant ce quefaisaient nos ennemis mais ce
quefaisaient nos amis. Ce qui se produisitàl’époquedans cette vagued’uniformisation quiétait d’ailleurs
assezspontanée etquien tout cas ne résultaitpas de la terreur,c’étaitqu’un vide s’était formé autour de
nous.
Je vivais dansunmilieu d’intellectuels,mais je connaissais également destas d’autrespersonnes et je
pouvais constaterque suivrelemouvement étaitpour ainsidirela règledes intellectuels,alors quecen’était
pas le cas dans d’autres milieux. Je n’ai jamaispu oublier cela. Je quittai l’Allemagneavec cetteidée, bien
sûrun peuexagérée: plusjamais!Jamaisplusaucunehistoired’intellectuelsneme touchera.Jene veux plus
avoir affaireàcette société.(…) monopinionétaitquecelafaisaitpartie intégrantedecemétier de
l’intellectualité.(…). Les intellectuelsse sont laissésprendreaupiège de leurspropres constructions: voilà
18n’ontpasparticipéau nazisme sont ceux dont la pensée, la conscience n’étaientpasun
automatisme,maisquiétaient capables de penser,dejugerpar eux-mêmes,alors que
tout espace public avait disparu. Comment alors récupérer, préserver les facultés de
penser et de juger dansuncontextede violenceet de guerre« totale» quiattaque
mêmenotreimagination,notrecapacitéde représentation ?
En séance plénière, des exposés généraux depuis l’extérieur de l’oeuvreont
permisàlafois de situer le contextehistoriquedes XXe et XXIe siècles,del’œuvre
d’HannahArendt etde proposerdesenjeuxde (re)lecturedel’œuvre.Commençonspar
17
le contexte. Les textes de Victor-Yves Ghebali (science politique, relations
internationales,Genève),ActualitédeHannahArendtàl’aubed’un sièclemalparti,de
18
PierreHassner (science politique, philosophie, Paris), Totalitarisme et guerre
19aujourd’hui, et de BertrandOgilvie (philosophie, Paris), Mondialisation,
démondialisation. Qu’est-cequelamodernité? ont abordé sous des anglesspécifiques le
contextedel’œuvreetson articulationà la modernitéet au monded’aujourd’hui.
20
AndréTosel (philosophie, Nice)quant àlui, à partir d’une longueexpérience
d’enseignementetde recherche philosophique,a procédéàdeLibresréflexionsàpartir
de l’œuvred’Arendtsur la superfluitéhumaine(Human superfluity)etsur le
conformisme de l’insujet,mettant ainsil’œuvredans la perspectivede questionsque
posel’étapeactuelle de la mondialisationcapitaliste. Le texted’unjeune philosophe,
journaliste, musicien, MarcBerman (Genève), Ne pas ajouter au bruit.Lebruit
médiatique, part de sa pratiqued’unjournalisme dans les médiaspour entrer dans
l’œuvred’Arendt.
D’autres exposés en séance plénière par desspécialistes de l’œuvred’Arendt ont
permis ensuitede situer l’œuvre de celle-ci, le thème, le contexte, ainsi queles enjeux
et lesproblèmes généraux liés autravailde (re)lecture spécifiquedu colloque. Dans
son texte Expérienceet conceptualisation. Commentsepensent lesrévolutions ?
Comment les penser?, Anne Amiel (philosophie, Marseille),aborde un thème très
important dans l’œuvred’Arendtquant authème,aux enjeux du colloque,à savoir le
lienénigmatiqueentreexpérienceetconceptualisation.En suivantle fildela révolution
dans destextes d’Arendt,elle met en exerguedes difficultésà penser lesrévolutions
tout en les faisant ou,end’autrestermes, pourquoiilest sidifficile de penserune
pratiquedans laquelle on est engagé,ou encore pourquoi il est sidifficile d’agirtout en
«pensant ce quenous faisons», selon la célèbreformule d’Arendt dansson livre
Conditiondel’homme moderne.Elle décrit les difficultésque signale Arendtpour
penserune pratique révolutionnaire tout en la faisant. Son travaila euunéchodirect
dans le colloquelui-même et la p roductiondestextes. Dans le travailacadémique,
ce qui se passait en fait etquejen’avaispas bien saisià l’époque.», Arendt Hannah,«Seule demeurela
languematernelle», La traditioncachée, Paris,Ch. Bourgois, (Entretienavec G.Gaus,extrait), 1987(1964),
237-238.
17VoirGhebaliVictor-Yves,Conflits, sécuritéetcoopération,éd.Bruylant,Bruxelles, 2007.
18Voir Hassner Pierre, La violenceet la paix:delabombe atomiqueau nettoyage ethnique, Seuil,Paris,
2000 ;La terreuretl’empire.La violenceetlapaixII,Seuil,Paris, 2003.
19Voir Ogilvie Bertrand, «Violenceetreprésentation. La productiondel’homme jetable», Lignes n° 26,
1995, p. 113-141.
20 Parmi ses nombreux ouvragesphilosophiquessur Marx,Spinoza, Gramsci,lelibéralisme,ladémocratie,
Kant,etc., voir Tosel André,«Les logiques de l’agirdans la modernité»,Annales littéraires de l’Université
de Besançon,éd. Belles Lettres,ParisVI, 1992(surArendtnotamment);MyriamBienenstock,ToselAndré,
La raisonpratiqueauXXe siècle.Trajetsetfigures,L’Harmattan,Paris, 2004.
1921
écrire un textefait(presque)partie dutravailde routine . Dès lors quel’on est engagé
dansune action professionnelle,civiqueou autre, pourquoi devient-il sidifficile de
mettreenmots,de raconter,de théoriser ce quel’on est en traindefaireet même de le
penser,delejuger? Quenous dit Arendtsur le lienpratique-théorie, sur les difficultés
inhérentes au lienentreagir etpensée? Qu’est-ce qui tientàl’activité philosophiq ue
elle-même? Qu’est-ce qui tient aux conditions matérielles d’existence? Il faut aussi
évoquer la difficultéd’obtenir certainstextespourtanttrès importants àla suite
d’exposés brillants durant le colloque. Elle montre combiencertaines luttes,certaines
positions «à tenir» (selon le terme de Jacques Derrida)sont difficilesàécrire, à
décrire, quelles sont les conditions dutravailde citoyennetédansdesdomainesde crise
et aussicombien la réflexiond’Anne Amielest fondamentaledansune prisede
distanceavecl’urgenceetla violence.
Anne-Marie Roviello (philosophie, Bruxelles),Pouvoir et pensée chez Hannah
22Arendt, spécialistedela pensée d’Arendt,et Miguel Abensour (philosophie, Paris),
spécialistedel’œuvred’Arendt luiaussi, dans la retranscriptiond’unentretienà la
RadioSuisseRomande lors du colloque, Hannah Arendt contrelaphilosophie
politique? situent d’une part la place de la pensée en lienaupouvoir chez Arendt et
d’autre part lestensions entre politiqueetphilosophieet l’enjeu d’une relecture de
l’œuvred’Arendtpour la philosophie politiqueet les liens entre politiqueet
23philosophie. Jean-Claude Poizat (philosophie, Paris) présentede manière synthétiq ue
ce que signifie L’actionaujourd’huiavec Hannah Arendt.Ce jeune philosophe permet
aux nouvelles lectrices et nouveaux lecteurs de l’œuvred’Arendt de faire une lecture
introductivedel’œuvreà partir de l’action. Maja Wicki-Vogt(philosophie,
psychanalyse, Zurich) aborde undesthèmesquiconcernent directement la pensée et le
jugement et les nœuds de résistance inconscients,Les problèmes dialectiques entre
liberté, conscience et la recherchedelacohérence entreintellect,émotions et décision
d’action.
Cinqateliersdetravail
L’organisationdes exposés en séance plénièreet en cinq ateliers (voir les cinq
parties)a permisà unnombreélevéde personnes de fairedes interventions et de
fournirun texte. Elleaaussi permisàlafoisunapprofondissement et des angles
d’approche plus spécifiques. Des thèmes choisis et articulés authème central du
colloqueontétédéveloppésdanscinqateliers :
(1)Pouvoir,domination totale, humainssuperflus,droitd’avoirdesdroits
(2)Pouvoir, scienceettechnique, violence,guerre totaleetd’anéantissement
(3)Pouvoir,manquede pensée (banalitédumal),«penserce quenousfaisons »
(4)Pouvoir, révolution,activitécréatrice,jugementpolitique
(5) Pouvoir,crisedel’éducation, activitédeconstructiondusavoir et de soi dans
laCité
Les ateliers ont fourni des axes de réflexion plus spécifiques dont lestextes font
étatsuccessivement. Je présentebrièvement lestextes, tout en partageant avec la
21 Ilfaudraitvoirde plus prèsde quelstypesde textesilest questiondansla pratiqueacadémique.
22AbensourMiguel,HannahArendtcontrelaphilosophiepolitique?éd.Sens&Tonka,Paris, 2006.
23Voir,PoizatJean-Claude,HannahArendt, uneintroduction, LaDécouverte (pocket),Paris, 2003.
20lectrice, avec le lecteur lesquestionsquiont étéfournies aux participant.e.s pour
participeràl’atelier. Le parcourspeut êtreainsi refait lors de la lecture tout en prenant
connaissancedestextes.
Soulignonsquela présence, l’appuidans la présidence, la coordinationet la
24
synthèsedes ateliers de Janine Puget(psychanalyse,Buenos Aires,Argentine) ,
25d’Anne-Marie Roviello (philosophie, Bruxelles, spécialistedel’œuvred’Arendt),de
26
Claude Joseph (physique, UNIL),de MartineLeibovici (philosophie, Paris,
spécialistedel’œuvred’Arendt),d’Anne Amiel (philosophie, Marseille, spécialistede
l’œuvred’Arendt),deValeria Wagner(Lettres,Genève),deSonia de Vargas(Sciences
de l’Education, Rio de Janeiro, Brésil),deCharles Heimberg (histoire, sciences de
l’éducation, Genève) et de mes collègues de l’UNIL, Farinaz Fassa, Christophe Platel,
MarcAudétat,AurélienBuffat ont été unapport de compétences internationales,
interdisciplinairespointues et d’une grande diversité. Ils ontpermisàlafois le cadrage
(holding),la référenceàl’œuvred’Arendt dans les ateliers,ladécentration, la bonne
organisationetle succèsducolloque.
Atelier1.Pouvoir,dominationtotale,humainssuperflus,droitd’avoirdesdroits
L’atelieraétéintroduitpar WilliamOssipow(science politique, Genève),Hannah
Arendt et la pensée de l’autrebo rd(LéoStrauss,CarlSchmitt). Lestextes des
participants àl’atelier n°1 de Katrin Meyer(philosophie, Bâle), L’ambiguïtéde
l’archein: la violencepré-politique selon Arendt, de StephaniePrezioso (histoire
contemporaine,Lausanne), Du fascisme italienchez Hannah Arendt, de Vincent
Chetail (droit international, Genève),Le droit d’avoir des droits en droit international
public,de StéphanieBarrialet Guiseppe Fonte (science politique, Lausanne),Le statut
dusaisonnieràlalumièred’Hannah Arendt,de Thierry Gutknecht(philosophie et
travail social, Fribourg),Réfléchir autravail socialavec Hannah Arendt,deJocelyne
Haller(travail social, Genève),Droits superflus,humains jetables,Jean Batou(histoire
économiquecontemporaine,Lausanne), L’impérialisme et la négation radicalede
l’autre, Nicolas Wuillemin (ouvrier de La Boillat, usineduJura suisse),Réfléchir à
l’œuvred’Hannah Arendtàpartir d’une expériencededélocalisationet de fermeture
d’usinedans le Jura, Raphaëlle Nollez-Goldbach (droit international, Paris),Théorie
des droits de l’homme chez Hannah Arendt:droit d’avoir des droits et droitàl’action
plurielle,ont étéélaboréssous des angles divers en partant de constats,de questions
qu’Arendt aformulées en décrivant le système totalitaire, les formes diverses de
27« sans-Etat »,les camps de concentrationet d ’extermination selon les faits et
moments historiquesprécis au XIXeetauXXe siècle, queje rappelleici pour situer les
diversapports.
24Voirnotammment,PugetJanine (dir.),Violenced’Etatetpsychanalyse,Dunod,Paris, 1989.
25RovielloAnne-Marie,Senscommunet modernitéchezHannahArendt,Ousia,Bruxelles, 1987.
26 LeiboviciMartine, Hannah Arendtune juive. Expériencepolitiqueet histoire, DescléedeBrouwer,Paris,
1998.
27Caloz-TschoppM.C.(2000) :Lessans-EtatdanslaphilosophiedeHannahArendt.Leshumainssuperflus,
le droit d’avoir des droits et la citoyenneté, Lausanne. Payot. DalLagoA.(1999):Non Persone. Milano,
Feltrinelli.
21Ces notions ont-ellesune pertinence aujourd’hui? Commentsont-ellesprésentes
28depuis la Deuxième Guerremondialedans les conflits post-coloniaux ,dans les
mouvements sociaux,l’histoiredes idéespolitiques,la pratiquede plus en plus
29restrictivedes droits aujourd’hui,dans les nouveaux dispositifs de tri,
d’emprisonnement, de parcage (camps officiels ou clandestins aux frontières de
l’Europeet aux abords deszones deconflits en divers endroits de la planète),les
assassinats aux frontières de l’Europedemigrants par lespasseursaveclacomplicitéet
30l’hypocrisiedesEtats ?
Arendtaécritunlivreimportantsur la Humancondition(Conditiondel’homme
moderne),après avoir décrit dans Origines dutotalitarisme en quoi la domination
totaledusystème totalitaireetson principe philosophiqueetpolitiquela Human
superfluity conduisaientàl’acosmie (hors du cosmos,hors du monde). Aujourd’hui, la
torture, la violenceguerrière, les génocides,l’augmentationdes inégalités,la pauvreté,
lestransformations durapport capital-travail, la situationdu mondedutravail, les
migrations mondiales,dessinentune civilisationoù non
seulementperdurelamaind’œuvrede réserve (Marx) mais où de nouveaux parias font l’expérienced’une
31
civilisationoùsemêle utilitarisme et nihilisme. La miseenesclavage,
l’instrumentalisation, les camps de concentration, de prisonniers,de relégation,
32
d’extermination, lestraitements des minorités ,lestortures,le violcomme armede
guerre, les massacres,les génocides,l’extermination de l’Autre sontune vieille
question qui, depuis la brècheauXXe siècle (PremièreGuerremondiale, Auschwitz,
Hiroshima),nous ramèneàl’Antiq uité. Ces faits nous rappellent des génocidesquiont
précédéAuschwitz en ouvrant des abîmes nouveaux avec le développement de
pratiques extrêmement graves(Darfour,nouveaux génocides,Guantanamo, Abou
Graïb, etc., qu’AlainBrossat évo quedansson texte). Le monded’aujourd’hui, nous
montreArendt,a inventéladomination totale, la guerred’anéantissement,
l’exterminationindustrielle de massedans lestranchées,les camps,les fours
crématoires,les bombardements. Le système totalitaireest un régime politique« sans
28Comme le rappelait MoniqueChemillier-Gendreau,il faut ajouteràlalistelesvictimes de la dioxine
déverséeilya trenteansparlesAméricainsauVietnam.
29On penseà la politiquedespermis de plus en plus précaires accordés aux migrantsàla recherchede
protection, par exemple en Suisse. Voilàen quelstermesune requérante s’exprime: «Le permis F
(d’admission provisoire),c’est une protection que l’on nous donne. C’est bien et je suisreconnaissanteà la
Suissedem’avoir accueillie. Maistantquej’avais ce permis,jeme sentaisun peu comme une bactérie.
J’étaispresque rien. On me permettait de vivreici,mais c’est comme sijen’avais pasun rôle, une vraie
place. Le permis B, c’est un permisàl’imagedemes efforts. Il me donne aussibeaucoup plus de moyens
pour êtreactiveet être utile. Bref,jeme sensdevenue une personnenormale. Moralement,entre un permis F
etun permisB, ladifférenceest énorme,déjà rien quedans la façondont on est vu etquel’on finit aussi par
se voirsoi-même. Ce quichangeavec le permis B, c’est beaucoup ce sentiment d’estimeà l’intérieur de
soi », Proposrecueillispar.D.Othenin-Girard,groupeaccueil réfugiés,LaChaux-de-Fonds,Vivreensemble,
n° 112,avril 2007, p.9.
30 Le reportage Les martyrs du golfd’Aden de Daniel Clémentquia passédans l’émissiondeFrance 3
Thalassale 3.03.2007enest unedesmultiplesillustrations.
31 Un slogan surune pancartedansune manifestationest unexemple d’un travailde réflexionà ce propos :
«Exploités puis jetés !!! Défendons nos droits». Un film rendcompteaussidela peur,del’isolement dont
Arendtadécritqu’ils faisaientpartiedela superfluitéhumaine:Bruneau S.,RoudilM.-A.,Ils ne mouraient
pastous,maistousétaientfrappés,AlterEgoFilmset ADRProduction, 2005,80’.
32 On penseauxTziganes, peuple quia été unedesciblesdel’exterminationnazieet dontle sortaujourd’hui
en Europeest trèspréoccupant. Voir Gauss K.-M.,Mangeurs de chiens, voyage chez les Tziganes de
Slovaquie,éd.l’Espritdespéninsules, 2006.
2233
précédent», écrit-elle, quia introduitune fracture, une rupturehistorique au XXe s..
Lanotiondehuman superfluityen rendcompte philosophiquementetpolitiquement.
34
Les événements du XXe s. ont déplacé, bousculé les démarches de témoignage ,
de connaissance, d’écriture, de parole (sciences exactes, sociales,humaines,
35 36 37 38 39
philosophie , théologies chrétiennes ,juives , penseurs,écrivains , poètes ),en
posant la questiondustatut de la haine, de la violence y compris dans le travail
40 41 42
intellectuel ,dela survivance ,dela résistancedel’humain . Desréflexions autour
43de l’utopie ,dela résistance, de la révolution,delacréationhumaine, de la
redécouvertedela«démocratie radicale» (Castoriadis) ontsuivi.Cesquestionssont
brûlantes en ce début de XXIe siècle. Depuisquelques années,onobserve une
résurgencedeconflits fondamentaux autour de la traditiondes Lumières(Révolutions
anglaise, française, Mendelssohn, Kant,etc.). Dès le XVIIIe siècleettout au long des
deux cents dernières années,aux côtés du développement d’un travailde pensée sur la
44révolution, l’utopie, s’est édifiée une traditiondes anti-Lumières . Il s’agit alors
d’évaluer lestravauxd’Arendtà partirde travaux récentsdansl’histoiredesidéesetles
enjeux pour aujourd’huien relationavec desthéories et despratiquespolitiques
concrètes(conservatismes et néo-conservatismes, travaux sur le racisme,ladémocratie,
l’utopie,etc.). Dans lesrecherches et les débats sur le racisme en particulier,on
constatedes modifications du champ d’analyseàconsidérer à partir destravaux
d’Arendt en rapport avec d’autres recherches autour destransformations des
mouvements sociaux en divers endroits de la planète,du conflit
Lumières/anti45Lumières et destravaux récents sur la xénophobie, le racisme,les
néoconservatismes,etc. La rupturehistorique« sansprécédent»du XXe siècledécrite par
Arendt implique une reconsidérationdel’histoire(périodisation, ruptures) et de
l’espacemondialisé, undéplacementphilosophique, épistémologique radical de la
positiondans le travail scientifiqueet la vie civique. Elle faitpartie despréoccupations
46
d’une philosophiealtermondialisteaujourd’hui .
33TraversoEnzo,Le totalitarisme.LeXXe siècleendébat,Essais-Points,Paris, 2001.
34DelboChristine, Aucundenous ne reviendraI ; Uneconnaissanceinutile II ; Mesuredenos jours III,
Paris,Minuit, 1970; AntelmeRobert,L’espèce humaine, Paris,Tel-Gallimard, 1957; Levi Primo, Si c’est un
homme,Paris,Presses Pocket, (1958)1987; Coquio C.,L’histoire trouée. Négationettémoignage,Nantes,
L’atalante, 2003.
35Voir notamment,Ricoeur et al,Philosophie n° 67,La philosophiedevant la Shoah, Paris,éd. deMinuit;
FayeE.,L’introductiondunazismedanslaphilosophie,Paris,AlbinMichel, 2005.
36 Jonas Hans,Le concept de Dieu après Auschwitz,Paris,Rivage, 1984; Levinas Emmanuel,Quelques
réflexionssurlaphilosophiedel’hitlérisme,Rivagespoche, 1997.
37On penseaux travauxdeScholem.
38Améry Jean,Essai pour surmonter l’insurmontable, Paris,Babel, 1977; Kertész Imre, Etre sans destin,
Paris,ActesSud (1975), 1998, parexemple.
39CelanPaul,La rosedepersonne,Paris,J.Corti, (1963), 2002.
40BalibarEtienne,«Violence:idéalitéetcruauté»,inF.Héritier,Dela violence,Paris,OdileJacob,1996, p.
55-89; Kullashi M.,Humanisme et haine.Les intellectuels et le nationalisme en ex-Yougoslavie,Paris,
L’Harmattan, 1998.
41AlthounianJanine,La survivance.Traduirele traumacollectif,Paris,Dunod, 2000.
42ZalzmanNathalie,La résistancedel’humain,Paris,PUF, 1999.
43Voirnotamment,Mouvements,n°45/46,Lenouvelespritutopique,éd. LaDécouverte.
44SternhellZ.,Lesanti-Lumières,Paris,Fayard, 2006.
45Voirnotamment,BalibarEtienne,«Laconstructionduracisme»,ActuelMarxn° 38, 2005, p. 10-38 (oùil
abordecertainstravaux surl’œuvred’Arendtdansune perspectivecomparativistedesmouvements sociaux.
46Sestravaux fontpartie, par exemple,d’une écoledoctorale sur la philosophiealtermondialisteen
20062007 (Paris).
23Atelier2.Pouvoir,scienceettechnique,violence,guerretotaleetd’anéantissement
Le deuxième atelier aétéintroduitpar François Rigaux (droit international,
Bruxelles),Hannah Arendt,la violence, la bombe atomiqueet la guerre. Lestextesdes
participant.e.s à l’atelier n°2 de Gilbert Merlio (histoiredes idées,Allemagne),
Hannah Arendt faceà la guerreatomique, de MoniqueChemillier-Gendreau(droit
international, Paris), Lesrapports contemporains entrela violenceet le droit
international àlalumièredelapensée d’Hannah Arendt, de Karim Abboub
(psychanalyse, Paris),Uneguerreanomique, sans nom.Pou rquoi la guerrecivile en
Algérie?, de YolandaGampel (psychanalyse, TelAviv,Israël), La guerre totale
détruira-t-elle «le jardinaux sentiers quibifurq uent?»,de LiberoZuppiroli (science
des matériaux,Lausanne),Scienceettechnologiecomme auxiliaires d’une nouvelle
violence, de GérardToulouse, Hannah Arendt et la science, d’AlainBrossat
(philosophie, Paris), Demandez le programme. Quelquesréflexionssur le
«extraordinary renditionprogram», de Kamil Majchrzak (journalisme
d’investigation, Varsovie,Pologne),La démocratie en guerre. L’impérialisme etsa
légitimation, de PierredeSenarclens(science politique, Lausanne), La question
nationaleet la violence, ont étéélaboréssous desrecherches,angles,expériences
divers en partant de questionsquileur ont été posées lors de la préparationdu colloque
etqueje rappellebrièvementici.
Aujourd’hui, comments’interroger,à partir de l’œuvred’Arendtsituée dans le
court XXe siècle, sur le pouvoir humain comme destructionet désir de libertéinfinie
s’exprimantpar la curiosité scientifique sans borne quia du malà s’épanouir dans les
institutions officielles dusavoir? Commentpenser après l’expériencedelaguerre
47« totale» àlaguerreactuelle alors qu’il n’est plus possible de penser en terme
d’équilibredes forces etpeut-être plus non plus en terme de«dissuasion»? Comment
menerune telle réflexionaprès le constat de la possibilitéd’anéantissement« total»de
l’humanitéet de la nature (Première, Deuxième guerremondiale, camps
d’extermination, Hiroshima ouvrant l’èrenucléaire au XXe siècle, exemplesqu’évoque
Arendt dansson oeuvre)? En se plaçantsur le fil de l’histoire, commentréfléchir aux
pratiques de domination tyranniques,dictatoriales, totalitairesvisibles dans le
développement d’un systèmemilitaro-industrielet de gouvernancede«biopouvoir »
48(Foucault) ?
Cesquestionssont-elles desquestionspolitiques, scientifiques, techniques,en
clair desquestions de citoyenneté plus quedesquestions métaphysiques intéressantàla
49
fois les conditions de la pratique professionnelle desscientifiques et chaqueêtre
humain aujourd’hui? En quoi les réflexionssur les catastrophes du XXe siècle
sont47«Ils(les nazis) banalisèrent ouvertementtoutessortes de crimes et la guerreétait l’und’eux», Arendt
Hannah,TheHistoryof theGreatCrime, p. 302.
48 Foucault Michel, Il faut défendrela société (en particuliercoursdu17mars 1976),Paris,Gallimard-Seuil,
1997.
Arendtparlait en cestermes desscientifiques au moment de la bombed’Hiroshima. Parlerait-elle dans les
mêmestermes desscientifiques au XXIe siècle?«Ilest certainement assez ironique qu’ils(les hommes de
science)(…)soient finalement lesseulsqui sachent agir et agir de façonconcertée. Leurspremières
organisations, qu’ils fondèrent au XVIIe siècle, pour conquérirlanatureet dans laquelleilssedonnèrent des
règles morales etuncoded’honneur,n’ontpasseulementrésistéà toutes lesvicissitudes de l’époque
moderne; elles forment aujourd’huidans leur ensemblel’undes groupes énergétiques lesplus puissants de
l’histoire universelle» (Arendt Hannah, Conditiondel’homme moderne,Calmann-Lévy,Agora, 1983, p.
365).
24ellesutiles ou alors dépassées? En quoi nous obligent-ellesà unapprofondissement,à
50undéplacementradical,despositions,des choix nouveaux concernantlacroissanceet
la décroissance pour sauvegarderàlafois la curiositéet la libertédans la connaissance
et la survie de la planète? La proximitédel’Ecole polytechniquefédéraledeLausanne
(EPFL),du CERN,d’institutions internationalestravaillantsur la guerreet la paix à
Lausanne et Genèveest l’occasionde croiser expériences etréflexionstout en relisant
Arendt.
Des chercheurs(physiciens, politologues,historiens, psychanalystes,
psychologues, sociologues,économistes,médecins,journalistes etc.) du XXe siècle
émettent la thèse quele passageà l’âgeatomiqueest une ruptureà plusieurs égards en
51
partant du faitque«le risque zéron’existe pas » etquelechoix dutout-nucléaire
balaie le questionnementsur les limites de la croissance. Si cetteguerre-là se
52
concrétisait,«l’homme seraitprivédemonde », écrit Arendt . Que penser de sa
thèse ?
Aujourd’hui, le risquenucléairemilitaireet civil existeàcôtédenouveaux risques
dans la production scientifique, technique, commerciale, financière, notamment des
armes dansuncontexteoù les guerres ne se passentplus seulementsur les champs de
53 54bataille. Hiroshima reste unnoyau opaquedans l’histoire queles hibakusha
55
rappellentpar leur présence. Tchernobyll’aaussi montré . L’actualiténe peut se
réduireà undébatsur le risque nucléaireausens techniqueétroit,ni sur les limites de
56
l’erreur humaine . Lesquestionsprennentune ampleur àlafoisphilosophique,
57politique,decivilisation,d’éducation,decitoyenneté.
Aujourd’huibriser le tabou nucléaire poury élargirune réflexion philosophiqueà
partir des conséquencespréoccupantes(réchauffement climatiqueet après Kyoto, etc. )
des innovations,despratiquesscientifiques, professionnelles et citoyennes depuis le
XXe siècle reste un symbole. Le Japon ouvre undébatsur son armement nucléaire
(après l’Iran,laCorée, le Pakistan quiontsuivi les Etats-Unis,laRussie,Israël,la
France, etc.) en changeantsaconstitution. La Chineannonce une haussede 17,8% de
sonbudget militaire pour 2007 qui s’inscrit dansune décennied’augmentationannuelle
de deux chiffres. Les efforts de 36 anspour empêcher la proliférationdel’arme
50VoirnotammentenSuisse,Rens I,JakubecD.,Radioprotectionetdroitnucléaire,Genève,Georg, 1998.
51J.B. Chérié,Arte, 18avril 2006,lors d’une soirée«L’Europeet Tchernobyl»àl’occasiondes20 ans de
Tchernobyl.
52ArendtHannah,Qu’est-cequelapolitique?Paris,Seuil, 1993, p.45.
53Le colloque prendraencompteles travaux d’Arendt et d’unchercheur quia influencé sesréflexionssurla
bombeet le surarmement,G. Anders. Voir notamment en français,Anders G.,«Les morts. Discourssur les
trois guerresmondiales», Esprit,mai 2003, p. 127-156. Voiraussi,AndersG.,Hiroshimaestpartout,Seuil,
2006 ;La menacenucléaire, LeSerpentà plumes, 2006.
54En japonaishibakusha signifieàlafoissurvivantetsouffrant. Leshibakusha sontlesrescapésdesbombes
atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki (6 et9août 1945). Uneexpositionde photographies du Musée
internationaldelaCroixRougeencirculation (2007) rappelleleurexistence.
55 Voir notamment,Alexievitch S.,La supplication. Tchernobyl, chroniquedu monde après l’apocalypse,
Paris,J’ailu, 1997.
56«Lenucléairemilitaire, c’était Hiroshimaet Nagasaki; le nucléairecivil,c’était l’électricitédanstoutes
les maisons. Personne n’avait imaginé un seulinstantqueles deux étaient jumeaux,complices(…)… la
conscience humainea capitulé devant cettecatastrophe. Tchernobylest devenu le cataclysme de la
conscience. Tout l’univers de nosvaleurs et de nosreprésentationsaexplosé, écritpar exemple,Svetlana
Alexievitch,LeMonde,25.4.2006.
57 Voirpar exemple les actions du PUGWASH (prés. Robert Hinde) en Grande-Bretagne
(http://www.pugwash.org/UK;pugwash.org/uk/projects.htm).
25atomique sontvraiment malen point. C’est unnouvel âgeangoissant. Le rapport aux
richesses de la planète, l’augmentationabyssaledes inégalités montrent les nouveaux
visagesdelaguerreetleslimitesdesthéoriesdudéveloppement.
58Dans Conditiondel’homme moderne (Humancondition) ,Arendt décrivait le
rêvedes humains du XXe siècled’échapperàlaconditionhumaine terrestregrâce au
59progrès de la science et de la technique . Elle décrivait unconflit entre technique,
langage etparole. Elle méditaitsur lestransformations de la conditionhumaineet dela
politique, sur la «fragilitédes affaires humaines». Bousculée par l’histoiredu XXe
siècle, l’évolution de la science, de la technique, de la guerre, Arendta réfléchià la
60spécificitéontologiquedelamodernité ,à la «domination totale»,à la «guerre
61
totale» ,à la violenceextrême, après avoir engagé le processus de«compréhension»
des camps d’exterminationet dansune moindremesuredelabombe. Influencée par K.
62 63 64
Jaspers ,M. Heideggersur l’essence de la technique, H. Jonas ,G. Anders ,elle
65s’estinterrogée surHiroshima ,la transformationdesconflitsfuturs.
Comment Arendt en discussionavec d’autres chercheurs de son époque quiont
66élargi l’interrogation sur la généalogie européenne de la violence après l’expérience
de la guerre totaleet d’anéantissement,lacohabitationenEurope (passeulement dans
67 68l’Allemagne nazie) entrecivilisationet barbarie (EcoledeFrancfort,Oé ,Traverso ,
etc.) pense-t-elle la place de l’homme,la survie dela planèteenface du nucléaire
militaireet civil, du développement de la science et de la technique, des nouvelles
69
formes de violence ?A partir desréflexions d’Arendt et d’autres chercheurs au XXe
siècle prolongéespar de nouvellesrecherches interdisciplinaires, que pouvons-nous
direau XXIe siècle sur l’approche philosophique s’interrogeantsur le noyau opaque
58ArendtHannah,Conditiondel’hommemoderne,Paris,Poche, (1961), rééditionsen poche.
59Aceniveau,elleadonné destravaux,comme par exemple,Cooper,Barry ‘Actionintonature: Hannah
Arendt’sreflections on technology’ in Day/Beiner/Masciulli,eds,Democratic theory and technological
society, 1988, 316-35.
60VoirBaumanZ.,Modernitéetholocauste,Paris,Lafabrique, 1989.
61 Arendt H.,Qu’est-cequelapolitique? Paris,Seuil (existeen poche, sans le commentaire de U. Lutz),
1993.
62 Jaspers Karl, La Bombeatomiqueet l’avenir de l’homme.Conscience politiquedenotre temps,
Buchet/Chastel, (1958), 1963.
63 Jonas Hans,Le principe de responsabilité. Uneéthiquepour la civilisation technologique, Paris,Cerf,
1999;MarientrasRichard,«Technologieetresponsabilité»,Esprit,vol.42,n°438, 1974, p. 185-190 .
64G. Andersaétéle premier marideH. Arendt,avec quielle est restée en contact. Voir,Anders G.,De la
bombe et de notreaveuglement faceà l’apocalypse, Paris,Titanic, 1995 ; L’obsolescence de l’homme.Sur
l’âmeà l’époquedeladeuxième révolutionindustrielle,Paris,Ivréa, 1956; Etsije suis désespéréque
voulez-vous quej’y fasse? Paris,Allia, 2001; Sur la pseudo-concrétude de la philosophiedeHeidegger,
Paris,Sens&Tonka éd.(sens.tonka@wanadoo.fr), 2003;«Günter Anders,le surarmement et lestroisguerres
mondiales», Esprit,mai 2003, 2003, p. 123-187; La menacenucléaire. Considérationsradicalessur l’âge
atomique, Paris,éd. Le serpent à plumes, 2006;(2002) : Mas alla de los limites de la conciencia.
Correspondencia entreelpilotodeHiroshima Claude Eatherlyy Günter Anders,Barcelona,Paidos(existe
enanglais,maispasenfrançaisaprèsune premièreéditionjusteaprèslaDeuxièmeGuerremondiale).
65Voir notamment,Arendt Hannah, «Europ and the Atom Bomb,Commonweal, 60/24, 1954, 578-580;
«L’Europeet l’Amérique»,«La guerrefroide et l’Occident », in HabibClaude,Penser l’événement,Paris,
Belin, (1954), 1989, p. 177-208.
66 Ricoeur Paul,«Pouvoir etviolence»,Hannah Arendt,Ontologieet politique, Tierce, 11, 1989, p.
141173.
67Oé,NotessurHiroshima,Gallimard, 1965.
68TraversoEnzo,La violencenazie unegénéalogieeuropéenne,Paris,Lafabrique, 2002.
69HéritierFrançoise,Dela violence, tomeIet II,Paris,OdileJacob, 1996.
26introduit dans la conditionhumaineetpolitique par lesrécentes innovations
scientifiques ettechniques(transformationdu langage,dela pensée, durapport au
monde, doncdelaconnaissance, de la politique), sur le rapport entremarchandisation,
développement dessciences et destechniques, réarmement dans lesrelations
70 71
internationales etsurvie de la planète à propos du nucléairemilitaireet civil, sur les
nouvelles armes,les innovationstechniques,d’une alternativeàla guerreet aussides
politiquesditesdudéveloppementdansuncontextedemondialisation ?
Lesréflexions duXXe siècle sont-elles dépasséespar l’ampleur des nouveaux
développements scientifiques ettechniques et ceux-xi représentent-ilsune nouvelle
rupture qu’il nous faut appréhender avec d’autres catégories,outils, positions
philosophiquesetéthiquesquecellesdel’époqued’Arendt?
Atelier3.Pouvoir,manquedepensée(banalitédumal),«pensercequenousfaisons»
Le troisième atelieraétéintroduitparunexposédeRaphaël Celis(philosophie,
Lausanne),Pensée, volontéet jugement,quia introduit le livreimportant de Hannah
Arendtsur la pensée, La vie de l’esprit.Lestextes desparticipant.e.sàl’atelier n°3 de
BaptistedeCoulon (géographie, Neuchâtel),Géographieetbanalitédu mal. Réflexions
pour une priseenconsidérationdestravaux d’Arendt en géographie,deNilima
Changkakoti (psychologie clinique,Genève), D’étincelle àétincelle:l’obligation
d’humanitédu (dela thérapeute) face aux rescapé.e.s de l’impensable, de Aurélien
Buffat(science politique, Lausanne),Trajectoirebiographiqueet habitus politique:
réfléchirsociologiquementàlapensée de Hannah Arendt,de Christiane Vollaire
(rechercheenactionhumanitaire, Paris),Penser l’actionhumanitaire, de PierreHazan
(journalisme d’investigation, Genève),De la banalitédu malà la banalitédu bien,de
Valérie Gérard (philosophie, Paris),Penser ce quel’on (nous)fait.Eléments pour une
pensée politiquedelamorale,deMehdiLahlou(économie,Rabat,Maroc),La violence
faiteaux migrants,les humainssuperflus aux frontières de l’Europe,de Christophe
Tafelmacher(droit,Lausanne),Manquedepenséeetdroit:plaidoyerpour uneattitude
de désobéissanceencestemps difficiles,de Michel Schweri (journalisme,Genève),
Médias et politique: réalitéet leurreau XXe et XXIe siècle abordentsous une grande
diversitéd’expériences,d’angles,de positions,la questiondu lienentrele pouvoir et la
penséeen partantde questionsquileurontété poséeslorsdela préparationducolloque
etqueje rappellebrièvementici.
72
«Vivre, c’est penser »,aécrit Arendt tout au long de sa vie. Sa démarche de
73pensée, d’écriturefaitl’objet denombreux travaux ,montrantqu’ilexiste unlienétroit
70 Selonl’Institut internationaldela recherche pourla paix(SIPRI)danssondernierrapportdejuin 2005,les
dépenses militaires ont atteint1.035milliards de dollars (haussede8%parrapportàl’année précédente);
47% des dépenses militaires mondialessont le fait des USA. Ledeuxième groupe sont les Etats occidentaux
qui restructurent leurs forces armées avec le soutiendel’OTAN. Le troisième groupeest ungrouped’Etats
appuyé par les USAdans la luttecontrele terrorisme (Asie du Sud-Est (Inde,Chine),augmentationde
14,3%; la Chinea augmenté son budget militairede plus de 150% depuis1995). La situationactuellen’est
plus une courseà deux,mais la tentatived’impositiond’hégémonied’une seule puissance dont l’issue
demeureincertaine, soulignele rapport.
71 A titred’exemple de ce typede préoccupations, voir les Entretiens du XXIe siècleorganiséspar
l’UNESCO en coopérationavec le ConseilInternationaldela philosophieet dessciences humaines le9mai
2006àParissousle titre suivant:Tout peut-ildisparaître?Espèces,langues,cultures, valeurs.
72 Voir notamment,Young-BruehlElisabethReflections on Hannah Arendt’s Life of the mind (reprinted in
Hinchman&Hinchman, ed,HannahArendt:Critical Essays,SUNY, 1994; Heller Agnes"HannahArendt
27entrel’objet(le monde, penser) et le sujet(pensant),entrela pensée et le langage. Pour
avoirun rapport possible au monde (cosmos),à une «communauté politique
organisée », à soi-mêmeet aux autres,nous dit Arendt,l’activitéde penser
accompagnant l’agir est indispensable. Son œuvreenest une remarquable illustration
du faitquela penséeaété unmoyende résistance, de survie,decréationdansun siècle
tragique. Le pouvoirtotalitairea non seulement détruit les moyens d’une vie en
commun, tout espace public,fait laguerre totaled’anéantissement,organiséles camp s
d’extermination, mais ilaattaqué la facultéde penser des individus. Aujourd’hui, dans
unautrecontexte, sous d’autres modalités,lacapacitéde pensers’appuyantsur la
libertéetla pluralitéestendanger.
74
«Sanspensée, il n’ya pas de vérité»,écrivait Arendt . Le pouvoir est souvent
(toujours?) en conflit avec la pensée, souligne-t-elle encore sansthématiser de manière
approfondiele rôledela technique. La pensée, son déficit, sadestruction, pour Arendt
75ontunlienétroità tous les niveaux de la hiérarchie avec le pouvoir « total». La
créationet la destructiondelacapacitéde penser dans l’agir,l’autonomie,la
responsabilité, la véritéet le mensonge,l’obéissance ou la désobéissance ont donc un
76
lienavecle,la politique .Maiscomment?Dansquelleslimites?
Arendt est partie du constat,à son corps défendant, quedesspécialistes deszones
grises dupouvoir de domination« totale» pratiquant le manquede pensée (ou
77«banalitédu mal» ) ont faittourner la machine totalitaired’unEtat criminel
responsabledegénocide,decrimecontrel’humanité.
Peut-êtreconvient-ilde partir d ’unlieud’oùparleArendtausortirdelaDeuxième
Guerremondialeet dans la périodedechangementquenous vivons. «…il
conviendraitsans doutede remarq uer quel’appeldelapensée sefit entendredans
l’étrange entre-deux qui s’insère parfois dans le temps historiqueoù non seulement les
on the VitaContemplativa" in Hannah Arendt:Thinking, Judging, Freedom,ed. G. Kaplan& C. Kessler
(Sydney:Allen&Unwin, 1989.
73Voirnotamment,DelmasCh.,HannahArendtUnepensée trinitaire,Paris,l’Harmattan,
2006;BrudnyM.I.,Hannah Arendt.Essai de biographieintellectuelle, 2006. Je penseaux travaux sur sa penséeduparadoxe
aussi.
74ArendtHannah,Journaldepensée,Paris,Seuil, vol.2, 2005, p.816.
75Il existedenombreuses études historiques etsociologiquesàce propos. Depuis les années1980,les
travaux de chercheurs américains(R. Hilberg, Ch. Browning),israéliens,allemands(Dieter Pohl,Götz Aly,
Peter Hayes), suisses(PhilippeBurrin),ont examinéles faits et lesresponsabilités en élargissant les
perspectives. L’historienR. Hilberg par ex.déclairaitrécemment,à proposdela responsabilitédel’ensemble
desprofessionnels de la bureaucratie nazie:«En presque soixanteans de recherches,je peux vous assurer
quej’ai vu trèspeu de directives. On s’imagine qu’en régime totalitaireles individus passent leur temps à
recevoir des ordres etàdevoiryobéir. C’est faux. Danstoutebureaucratie,les gensprennent beaucoup plus
d’initiativesqu’on ne croit. Ilssedemandent ce qu’ils doivent faire pour seconformeràce qu’ilssupposent
êtrela volontédeleurssupérieurs hiérarchiques. Le problème de destruction résultedecette sorte
d’émulation»,R.Hilberg,LeMonde, 20.10.20086. La thèsemériteexamenàlalumièred’une relecturedela
«banalitédumal»d’Arendt.
76 Elle écritàK. Jaspersà propos de la polémiqueautour de l’affaireEichmann:«doit-on, a-t-onledroit de
dire simplementla véritéen politique?», LettreàK.Jaspersdu25.7.1965.
77On penseà sonlivre surl’affaireEichmann quia serviaufilm:BraumanR.,SivanE.,Le spécialiste.Film
sur le procès Eichmann, Paris,éd. Le Pommier, 1999. Voir aussi, Eatherly C.,Anders G.,Avoir détruit
Hiroshima,Paris,Laffont(entretienavec le pilote quia lancélabombe), 1966. Voir aussi, Ophir Adi
"BetweenEichmannandKant:ThinkingonEvilafterArendt"HistoryandMemory, vol.8,no2, 1996,
p.89136; Vetlesen Arne ‘HannahArendt on conscience andevil’ Philosophy and SocialCriticism vol.27 no 5
2001, p. 1-33 ; RingJennifer ‘HannahArendt and the Eichmann controversy:cultural taboos against female
anger’WomenandPolitics vol.18,no4, 1997, p.57-79.
28historiens mais les acteurs et lestémoins,lesvivants eux-mêmes,prennent conscience
d’unintervalle dans le temps quiest entièrement déterminé par des choses quine sont
78
plusetpardeschosesquine sontpasencore » .
En lienavec ses analyses dusystèmeet de la guerre totalitaire, Arendt était
préoccupée par l’irréflexion, l’effondrement de la conscience de soi,la perteassumée
de la moralecommune,leconsentement,l’alignement aveugle voirela collaboration
aux actions d’unEtat criminel,dont le crimeest uncrimecontrel’humanité. Comment
peut-onaccomplir le mal politique extrême, sanspenserqu’on le fait?
sedemandaitelle. Comment des hommes normaux peuvent-ils devenir en toutelucidité, sans
mauvaiseconscience, des bourreaux,des criminels extrêmes? Quelle est la différence
entre véritéet idéologie?sedemandait-elle quand elle accordait beaucoup
d’importance au conformisme,aux préjugés freinant l’activitéde penserqui
accompagne l’agir humain. En quoi le courage politiqueavec la figuredeSocrate, la
responsabilité, ont-ilsà voir avec la pensée (et aussil’agir)? Plus tard, elle parle de
«banalitédu mal» (manquede pensée, précise-t-elle)pour caractériser l’attitude d’un
criminel contrel’humanité (A. Eichmann). Elle continue sa réflexiondix ans aprèssa
79
dureexpérienceduprocès Eichmann dans La vie de l’esprit,où elle caractérisela
penséecomme une activitébasée sur l’exercicedelalibertéetdela pluralité.La pensée
permet d’éviter le«mal», de réfléchirsur lui, affirme-t-elle. Sestravaux ont-ils euune
pertinence, un sensà sonépoque?Etaujourd’hui ?
On constate qu’Arendtredéfinit la pensée, le travail intellectuel en tantqu’activité
foncièrement démocratique (c’est l’affairede tous),liéeàl’autonomie,la
responsabilité. Dans la résistanceet l’actionindividuelle et collective, l’activitéde
penser est essentielle pour sauvegarder l’intégrité personnelle,l’individuation,
l’autonomie face aupouvoir,combattrel’insouciance, le conformisme,labêtise, la
fuitedevant la réalité, le refus de distinguer entrefait et opinion, la compromission, la
monstruositédes actes et le manq uede pensée, le poids de l’idéologie raciste, le
80meurtre demasse,lemalpolitiquedansuncontextede violence,deguerre.
L’interrogationd’Arendt, salecturedela«banalitédu mal» (manquede pensée)
doivent être situées en lienaux questions,aux intérêts en causedans la circulationdu
81
débat . Elles doivent êtreinterrogées,enrichiesà partir de recherches contemporaines
en philosophie, psychologie, psychanalyse, sciences de l’éducation sur l’interface entre
pouvoir, technique, outils, systèmedes médias,et faculté, capacitéde penser en
82agissant. La place de l’imagination dans la pensée ,laconstructiondel’action
réfléchissante, de la conscience et de la responsabilité, l’activitéde penser dans l’agir
méritent d’être situées aujourd’huidans l’état des connaissances,lespolitiques de la
science,del’éducationetdansla viecivique.
78ArendtHannah,Lacrisedelaculture (préface),Paris,Idées/Gallimard, 1972, p. 19.
79Sonlivrea donné lieuà une polémiqueimportante. Le septième du Fonds Arendt de la bibliothèquedu
CongrèsàWashingtonestoccupé parl’affaireEichmann.
80AbécassisE.,Petitemétaphysiquedu meurtre,Paris,PUF, 1998.
81On peut notammentsedemanderpourquoi ce débat apparaît en lienàl’actionhumanitaire, croiséavec le
conflitduMoyen-Orient.
82Voirnotamment,CastoriadisC.,L’institutionimaginairedela société,Paris,Seuil, 1975.
29Atelier4.Pouvoir,révolution,activitécréatrice,jugementpolitique
L’atelieraétéintroduitpar Urs Marti (philosophie, Zurich),La républiquedes
conseils, utopieou alternative réaliste. Lestextes desparticipant.e.sàl’atelier n°4de
BarnitaBagchi (sciences de l’éducation, Calcutta), L’éducation, l’actionet la
désobéissancecivique: trois écrivaines indiennes en dialogueavec Hannah Arendt,de
Jean-Claude Métraux (médecine, psychiatrie,Lausanne), Concevoir la facultéde
jugement comme uneactivitécréatrice, de MichaëlBusset,Basile Desplands,Simon
Dubois et Marco Motta (anthropologie, sociologie, sciencespolitiques,Lausanne),De
la violencedans la procédured’asile vuedepuisunelectured’Arend t,de Eric Decarro
(syndicalisme,mo uvement altermondialiste, Genève),Globalisation totalitaire, rupture
et changement,d’Anne-LiseChappuis,Estelle Picard, ChristineWyss (travail social,
Neuchâtel), Créer l’espacepublic, se rendre visible pour exister, de Guillermo
Almeyra (philosophe,militant altermondialiste, Mexique),Révolution, pouvoir,liberté.
L’expériencedel’APPO (Oaxaca), d’Antonio Carretero (philosophe, syndicaliste,
Espagne),Autogestiondusavoir et dissolutiondu pouvoir,de Grazziella de Coulon
(mouvement d’asile,Lausanne),Penser avec Hannah Arendt dans la luttepour la
défensedu droit d’asile, ont eux aussiétéélaborés à partir de recherches,
d’expériences,de positions diverses,en partant desquestionsquileur ont été posées
lorsdela préparationducolloqueetqueje rappelleici.
En 1959, Arendt formulait la question suivante: «La politiquea-t-elle encore un
83
sens? ».Elle répondaitdansle même texte que«le sens dela politiqueestlaliberté»
84et dansunautre texte, que«la politique repose sur unfait:la pluralitéhumaine » .
Elle définissait l’actionen termede puissance de l’agirpour «commencerquelque
chosedeneuf». Contrairement à la tradition philosophiquedansson courant dominant
pour lequel la mort est le centre de toute réflexion philosophique, elle accordeàla
naissance une valeur ontologique. Elle aélaboré une réflexionimportante sur la
85
«révolution» ,ledépassement de l’Etat-nationen tantqu’Etatsouverain par le
86systèmedes Conseils . Elleadéveloppé unaxede réflexion très importantsur la
87
révolutionet le jugement ,en parlant des motivations morales dans les mouvements
étudiants contrelaguerredu Vietnamet la discriminationdes Noirs aux Etats-Unis,
88
plus puissantesselonelle quecellesdupouvoiretdel’intérêtdansl’action politique.
A propos dusoulèvement de la Hongrie dont nous fêtons le cinquantième
anniversaire, du mouvement étudiant des années1960,del’oppositionà la guerreau
Vietnam, Arendt écrivaitqu’il existaitune tradition politique, une expérience, une
réserveintactedeconfiance «quant àla possibilitédechanger le monde par
89l’action» . Elle concevait la politiquecomme l’activitédecitoyens autonomes,libres
et interagissant entreeux et avec le monde. Tout en s’inscrivant comme beaucoup
83ArendtHannah,«Fragment3a»,Qu’est-cequelapolitique?,Paris,Seuil, 1993, p.47.
84ArendtHannah«Fragment1 »,Qu’est-cequelapolitique?,Paris,Seuil, 1993, p. 31.
85ArendtHannah,Essai surla révolution,Paris,Tel-Gallimard (1967), 1985.
86Arendt Hannah, «Politiqueetrévolution»,Du mensongeàla violence, Paris,Presses-Pocket, (1970),
1972, p. 209-241.
87Voiràce propos,AmielAnne,Lanon-philosophiedeHannahArendt.Révolutionetjugement,Paris,PUF,
2001.
88 Voir notamment,Arendt Hannah,«Politiqueetrévolution»,Du mensongeàla violence,
Paris,PressesPocket,1972, p. 209etsuiv.
89ArendtHannah,Reflexionen überdieGewalt,12,19.
30d’auteurs du XXe sièclemarquéspar Auschwitz et Hiroshima,dansune « utopie
négative» (commentrécupérer la confiancedans la société, les autres,la vie
politique ?),après avoirrevisitéles expériences desrévolutions françaises et
américaines,Arendtamis l’accentsur la révolution, l’événement,lacréativité par
l’action, des formes d’action politique par le bas (conseils), quiévoquent des
expériences actuelles(mouvementsociald’Oaxaca auMexique par exemple). En quoi
90
sesréflexionsrejoignent-ellescellesd’autresformesdeluttesaujourd’hui ?
Avec l’action, Arendtadoncmis enavantla facultédejugementqu’elleconsidère
91 92
comme une activité politiqueliéeàla révolution,à la responsabilité politique .
Quelle est la capacitédejugement d’unindividu,d’ungroupedansunmonde où les
93
jugements moraux ont étébrisés ,où le système politiqueest basé non seulementsur
le« tout est permis», maissur le« tout est possible », etpour lequel le mal politique
extrêmeestdevenuindifférent?
Comment ces notionspeuvent-elles nous être utilesàl’èredelaglobalisationdu
XXIe siècleoù «l’archaïqueest au cœur de l’extrêmemodernité»,à l’èrede
l’intégrationdespouvoirs capitaliste, étatique, militaireet médiatique (Rancière) dans
le nouveau désordreinternational quenous peinonsànommer? Quel lieny a-t-ilentre
lesréflexions d’Arendtsur l’action, le jugement et d’autresrecherches actuellessur la
démocratie (comme nouvelle radicalité– C. Castoriadis,J. Rancière, Ch. Mouffe,J.
Butler,etc.) ?
Pour Arendt,ilfaut alors penser,dans le cadred’une pensée dynamiqueet
ouverte, le pouvoir entredestruction, nihilisme etrésistance, créativitéenEurope, aux
94
USA, dans d’autres continents oùdominent des oligarchies,desploutocraties ,des
95dictaturesquidétournent,banalisent,haïssent la démocratie (comme régime, projet,
imaginaire selon Castoriadis),endétruisant la pensée, le politique, l’Etat et les droits
desvaleurscommelaliberté,la solidarité.
En quoi le contextedu XXIe siècle transforme-t-il notreapproche de l’œuvre
d’Arendt,l’épistémologie dessciences exactes, sociales,humaines,lespositions
construitesdansle travail psychique,intellectueletcivique ?
Atelier5.Pouvoir,crisedel’éducation,activitédeconstructiondusavoir,desoi
danslaCité
L’ateliersur l’éducationa étéintroduitpar WolfgangHeuer(philosophie,
éducationdes adultes,Berlin),Hannah Arendt:Educationpour unmonde commun.
Lestextes desparticipantsàl’atelier n°5deSonia Vargas(Sciences de l’Education,
Brésil),Pluralité, égalitéet droits de l’homme:l’éducation des jeunes et des adultes
au Brésil, de MargaritaSanchez-Maza (psychologie sociale,Genève) et d’Isabelle
90Voirpar exemple,Tumultes no 27 novembre 2006,Vacarme no 38, hiver2006 (mouvement des femmes
sanspapiers).
91VoirAmielop.cit.
92ArendtHannah,Responsabilitéetjugement,Paris,Payot, 2005;«La responsabilitécollective»,Ontologie
etPolitique.HannahArendt,Tierces-Littérales II, 175-184.
93Roviello A.-M.(1989):«Les intellectuels modernes. Une pensée an-éthiqueetprétotalitaire»,Ontologie
etpolitique.HannahArendt,Tierces-Littérales II,Paris, p. 225-237.
94 Le terme est empruntéà Jacques Rancière. Voir,«De la guerrecomme forme suprêmedu consensus
ploutocratiqueavancé»,Lignes,no 12,octobre 2003.
95RancièreJacques,Lahainedeladémocratie,Paris,Lafabrique, 2005.
31Kolly-Ottiger(travail social, Genève),Se montrer ouseprésenter?Une distinction
arendtienne pour penser la formationet l’action, de Farinaz Fassa (anthropologie de
l’éducation, Lausanne),Comment pensersans inscription? Educationetresponsabilité
du monde dansuncontexteliquide, d’AlexandraHarley(éducationet action
humanitaire, SanFransisco,USA),Enseigner l’impen sable: questions de natalité, de
violenceet de pouvoir en matière d’éducation, de YaëlHirsch (philosophie, Paris),
Immigrants etréfugiés:les oubliés de l’éducationdans la pensée de Hannah Arendt,
d’Antoine Chollet (science politique, Paris), Autoritéet éducation: le temps chez
Hannah Arendt, de Charles Heimberg (histoire, sciences de l’éducation, Genève),
L’école la crise etson horizon d’attente, de Jean-PaulPayet(sociologie, sciences de
l’éducation, Genève),La banalitédu malaprès Eichmann:contextes ordinaires et
modalités contemporaines, de Marianne Ebel (philosophie, éducation, Neuchâtel),
Crise, école et politique, ont étéélaborés à partir de recherches,de pratiques,
d’expériences,de positions diverses en partant de questionsquileur ont été posées lors
dela préparationducolloqueetqueje rappelleici.
Arendta parlé de la crisedelacultured’où est tirée la citationci-dessus. Elle a
96
aussidessinédes facettes de la crisedel’éducationdans destextesprécis où
reviennent desthèmesrécurrents de l’œuvre (traditionet modernité, autorité, natalitéet
liberté, temporalité). Quel sens donneràlacrise qu’elle évoque? Les deux sont liés à
l’époqued’Arendt(XXe s.) et aujourd’hui (XXIe s.) aux débats autour des
changements, réformes,dispositifs,outils,etc.(Pise, Bologne,etc.). Que pensait
Arendt de l’éducation, de l’apprentissage, de la pédagogie, du droitàl’éducation ? En
quoi son oeuvre peut-elle apporterunéclairage utile sur lesquestionsque se posent les
professionnels de l’éducationet de la rechercheenéducationenEuropeetailleurs? On
saitquelamèred’Arendtse passionnaitpour les nouvellesthèses et essais
pédagogiquesqui préconisaientàl’époque (années1920)de respecterl’individualité,le
rythmedes enfants au lieu d’écraser leur personnalitéen préconisantune obéissance
aveugle.
Un texted’Arendt aété spécialement dédiéà l’éducationaux Etats-Unis,
97Reflexions on LittleRock . Il concerne la place des Noirs en lienà l’égalitécitoyenne.
En 1957,legouvernement Eisenhowervoulut faire respecter la nouvelle législation
fédérale, s’opposeràlaloi anticonstitutionnelle de l’Arkansassur la ségrégation raciale
et envoyadestroupes fédéralesàLittle Rock (Arkansas).Acontre-courant de certains
courants du débat de l’époque, Arendts’est opposéeàl’instauration par la force d’un
systèmeéducatif quiallait contrela volontédes citoyens du Suddes Etats-Unis etàla
politisationd’une questionéducativeoù les enfants devaientporter le poids de
98
décisionspolitiquestouchant la ségrégation raciale qui s’étendaitàl’ensembledela
sociétéet nonaux seules écoles.Acetteoccasion, la revue Commentary commandeà
Arendtune réflexion,à partir des événements de Little Rock sur l’applicationdelaloi
sur les droits civils aux Etats-Unis, qui rendjuridiquement obligatoirela
96VoirArendtHannah,Lacrisedel’éducation,Folio-poche philosophie, (1972), 2007.
97En français,ondisposedésormais de deux versions de cet article,la premièreen traduction, et la plus
récentefigurantdansle volumedeJ.Kohn,Responsabilitéetjugement,oùl’auteurachoisidefaire précéder
lecorpsdel’articled’une réponseauxcritiques.Précisionapportée parM.H.Brudny(2006, 204).
98 Malgré son déplacement de la question socialeàla question politique, Arendt n’a pas développé une
réflexion surla signification politiquedesmouvementsanti-ségrégationnistesauxEtats-Unis.VoirAckerman
D.,Aunomdupeuple.Lesfondementsdeladémocratieaméricaine,Paris,Calmann-Lévy, 1998.
32«déségrégationdans les écolespubliques». Arendt élabore une réflexion quiarticule
discrimination, ségrégation sociale et législation racialeendonnant la prioritéàla
sphère politique (citoyenneté, appartenance politique)sur les droits sociaux dont fait
99 100partieledroitàl’éducationausensstrict .Elleyrevientdansunautre texteencore .
Par ailleurs,dansson oeuvre, toujours en rapport avec le politique,elle aborde la
questiondel’émergencedusystème totalitairecomportant notamment une ruptureavec
101
la tradition, la domination« totale », la tyrannieàl’opposédel’autorité (qu’elle
distinguedusystème totalitaire),la disparitiondela pensée et dujugement. Dansso n
œuvrede reconstruction, elle montrel’importance del’action, de la pensée, de la place
de la tradition, durécit,del’espace privéetpublic,etc. La crisedel’éducation, vueà
partir du mouvement central de l’ensembledel’œuvreimpliquerait alors plutôt de
réfléchiràl’histoireet aupouvoir,aux conditions de l’action, de l’activitéde pensée et
de jugement,del’autorité, de la responsabilitédel’ensembledes acteurs(enfants,
parents, systèmeéducatif, système politique),à la fragilitédela vie en sociétéetàla
traductiondecesquestionsdanslechampéducatif.
En poursuivantsadémarcheen partie présentedansson textedeLittle Rock et
aussidanssacomparaison entrelesrévolutions françaiseet américaine où elle oppose
politique et social pour réfléchir àl’éducation, on peut soitsecentrersur un
cheminement,desremarquesspécifiquessur l’éducationformulées en relationavec un
momentprécisdel’histoireaméricaine, soit,en se situantdanslesdéfisduXXIe siècle,
s’inscriredans desthèmes centraux ettransversaux de l’œuvreendégageant des
orientationspour l’éducation, lessciences de l’éducation, la pédagogie,
102
l’apprentissage ,le rapport aux outils,aux méthodes,à l’évaluation,aurapport
maître-élève,etc.
103
Al’égal de ce qu’elle disaitsur Kant ,on peut alors penserquela questionde
l’éducationne se trouve pas forcément dansun texteconjoncturel sur la discrimination
des Noirs aux Etats-Unis où Arendtparle explicitement d’éducation. Quel’on partede
l’une et/oude l’autredémarchedelecture, que peutnousapporter Arendtpour réfléchir
àl’éducation,àlacrisedel’éducation,àlaconditiondes enseignant.e.s,à la diversité
des courants pédagogiques,à la difficultéd’enseigner,à l’apprentissage,àladiversité
culturelle,auxdébatsactuelssurl’éducation ?
Réflexionsàl’issueducolloquesuruneexpérimentationcollectivepublique
J’en arriveà partager mesréflexionssur l’expérimentationdu colloque. Les60
textes montrentquela (re)lecturedel’œuvred’Arendtaétéancrée dans l’histoire et le
présent etqu’elle s’est installée sur des frontières multiples(géographie, géopolitiques,
99 Après destergiversations avec Commentary,elle publie finalementson article dans Dissent,no 611 en
1959 (repris en français,«Réflexionssur Little Rock », in HabibC.(éd.),Penser l’événement,Paris,Belin,
1989.
100 Arendt Hannah,«Politiqueetrévolution»,Du mensongeàla violence, Paris,Presses-Pocket, 1972, p.
233etsuiv.
101 Arendt H.(1972, 1989):«Qu’est-ce quel’autorité?», in La crisedelaculture,Paris,Folio-Essais,
121185.Voiraussi sestextessurlanaturedutotalitarismeà proposdel’autorité.
102 Voiràce propos,Hellekamps S.,«HannahArendtüber dieKriseinder Erziehung- wiedergelesen »,
ZeitschriftfürEducationWissenschaft vol.9,no 3, 2006, p.413-423.
103 La philosophie politiquedeKant ne se trouve pasdans la premièreCritique sur la raison pure où il parle
de politiqueetd’action,maisdanssa troisièmeCritique surlejugementesthétique,écrivait-elle.
33institutions,habitudes mentales, pratiques, professions,générations, secteurs de la vie
en société, etc.) pour engagerune (re)lecturecritiqueet créatricedel’œuvred’Hannah
Arendt en la situant dans le XXe siècleà partir de questionsquenous poseleXXIe
siècle.
Lestextespubliés,comme on le voit en lesparcourant, sontundes résultats d’un
travailde (re)lectureeffectué par desspécialistespointu.e.s,des professionnel.e.s,des
militant.e.s,des personnes d’hori zons,decontinents divers qui se sont atteléesà une
démarchede réflexion, de débat en partant de leurs expériences,compétences, statuts,
position(s),domaines disciplinaires, travaildecitoyenneté. Soulignonsquelecolloque
s’est attachéà unéquilibreentre les femmes et les hommes,à la présence de diverses
générations,à uneouvertureinternationale diversifiée dans la mesuredes moyens
disponibles. Une place spécialeaétéfaiteaux jeunes engagé.e.s dans la rechercheet
d’autres activités(étudiant.e.s,jeunes chercheurs,jeunesprofessionnels,jeunes des
mouvements sociaux).
Lestextessont doncdenaturediverseet méritentune lectureàdivers niveaux,en
sedéplaçant avec desquestionspermettantquedes démarchespuissent être perçues, se
croiser et même interagir entreelles. De plus,lesstatuts sontsouvent imbriqués entre
chercheurs, professionnels et militants; lespositionssont diverses et la description par
catégorie qui viseàmettreenlumièredes accents ne rend pas comptedelacomplexité
dessituations.
Mis en lienavec les objectifs ducolloqueet avec le typededémarchechoisi, que
nous apprennent d’original lestextes desspécialistes de l’œuvre parrapport aux
interprétations existantes de l’œuvred’Arendt? Comment lesspécialistes de l’œuvre
ont-ilspu intégrer(ou non) des faits,des expériences apportées au colloque qui sont
souvent étrangères autravailacadémique? Leur travaild’interprétationen sort-il
104transformé (ou non)? Qu’ont-ils fait alors dans leur travaild’interprétationdans ce
colloqueàladifférencesd’autrescolloquesinternesentre spécialistesdel’oeuvre ?
Comment desprofessionnels aussi divers queChristianeVollaire (action
humanitaire),StéphaniePrezioso, Jean Batou(histoire),François Rigaux,Monique
Chemillier-Gendreau,Vincent Chetail, Raphaëlle Nollez-Goldbach (droit
international),PierredeSenarclens,WilliamOssipow,Alain Brossat,Gilbert Merlio
(science politique, théorie politique),LiberoZuppiroli, GérardToulouse (science),
YolandaGampel,Jean-Claude Métraux,Karim Abboub, NilimaChangkakoti
(médecine, psychanalyse, psychologieclinique),Bap tistedeCoulon (géographie),
Farinaz Fassa, MargaritaSanchez-Mazaet Isabelle Kolly-Ottiger,Marianne Ebel,
SoniadeVargas,Jean-PaulPayet,Jaël Hirsch,AlexandraHarley,BarnitaBagchi
(éducation),Michaël Busset,Basile Desplands,Simon Dubois,Marco Motta
(anthropologie), quiont(re)lu l’œuvreà partir de leurs compétences,expériences
particulières,langages,habitudes,lieux de la planète très divers,ont-ils fait leur travail
de (re)lecture? Quelles difficultés ont-ilsrencontréespour partager leur expérience
aveclesautresetaveclelecteurdesActes?
104Je peux donner l’exemple de ma propre pratiqued’interprétationdel’œuvred’Arendt. Le contextedes
politiquesd’immigrationetdudroitd’asiledepuislesannées1980m’aguidée versl’œuvred’Arendtpouren
effectueruneinterprétationà partirdessans-Etatetde troisfilsrougesentrecroisés:leshumainssuperflus,le
droit d’avoir des droits et la citoyenneté. Arendt Hannah, Lessans-Etat dans la philosophied’Hannah
Arendt.Leshumainssuperflus,ledroitd’avoirdesdroitsetlacitoyenneté,Payot,Lausanne, 2000.
34Comment des militant.e.s de la citoyennetéont-ils de leur côtéeffectué
l’expériencede (re)lecturedel’œuvred’Arendt etquelsrapports lesparticipant.e.s
ontils établis entreeux durant le colloque? Le parcours destextes d’Eric Decarro
(mondialisationet mouvements sociaux),deAlmeyraGuillermo (expérienced’Oaxaca,
Mexique),d’Antonio Carretero (savoir etpratique syndicale),deNicolas Wuillemin
(fermetureet délocalisationd’usine,chômage) ou encoredeJocelyne
Haller,AnneLiseChappuis,Estelle Picard, ChristineWyss) (restrictiondes droits sociaux,de
l’assistance, transformationdes cahiers des chargesprofessionnels),deMehdi Lahlou
(Ceutaet Melilla,morts aux frontières de l’Europe),deGrazziella de Coulon, de
Christophe Tafelmacher,Kamil Majchrzak (démantèlement du droit d’asile,du droit),
MarcBerman, PierreHazan,Michel Schweri (changementstructurel dans les médias et
professiondejournaliste),apporte unfoisonnement de questions concernantàlafois
l’exercicede (re)lectureetle thèmeducolloque.
Tout au long de la préparation quia été une vraieaventure, les conditions et le
processus même de la production scientifiquedans les milieux académiques mis dans
uncadredifférentrévélaient des aspects souterrains dutravailautour de l’œuvre
105
d’Arendt ,des conditionssouvent nondites et de nouvelles facettes de l’activité
académique (la précaritédes jeunes chercheurs,la place des femmes et les conditions
de productiondespublications, par exemple). Par ailleurs,lespersonnes engagées dans
des expériencesprofessionnelles et de citoyenneté diverses m’ont ditqueleur réflexion
à partir d’Arendt les avait aidéesà penser,à résister,à «penser debout», selon la
106formule de Georges Canguilhem . Maisqu’ont-elles fait exactement dans cette
activité théorique? Cesquestions me poursuivent,me passionnent depuis de longues
années. Le fait de ne pastrouver de solutionspolitiques,épistémologiques,
méthodologiques, pratiques n’implique pasqu’il faille abandonner la positionde
107rechercheouverte,d’inconfort qu’ellesimpliquent.
Faut-ilautomatiquement classer lestextes en textes de spécialistes de l’œuvre
patentés,en textes académiques,professionnels et en textes de« témoignage»ce qui
établit fatalementun tri, unclassement, une divisionentrelestextes légitimes et
illégitimes en participantàl’insertiondutravailde pensée dans la hiérarchie,lefossé
108
théorie-pratique qu’Arendtrécuse, critique ? Il faut dire quelahiérarchie entrela
théorie et la pratique quia tantpréoccupéArendtquandelle évaluait la tradition
philosophique, contrelaquelle elle s’est élevéeà propos durapport entre politiqueet
philosophieet dont nous parlent sous des angles divers notamment,Anne Amiel,
Miguel Abensour,Anne-Marie Roviello,Raphael Celis,WolfgangHeuer,Jean-Claude
105On pourrait faire unexercice de sociologiedelacirculationdestravaux sur Arendt notamment en
observant,enanalysant dans les divers circuits lestextesqui secitent entreeux en boucledans les divers
univers linguistiques de spécialistes,lestextes ignorés,les interprétations illégitimespour desraisonsqui
tiennentàdesdébats politiquesetphilosophiquesautourdel’oeuvre,etaussilesanalysessurArendtquihors
decescerclestravaillent,discutentsurl’oeuvre.
106LecourtDominique,GeorgesCanguilhem,PUF,Que sais-je ?, 2008.
107«Nejamais consentiràêtre toutàfaitàl’aiseavec sespropres évidences. Ne jamais les laisser dormir,
maisne pascroirenon plus qu’unfaitnouveausuffiraàlesrenverser;ne pasimaginerqu’on peutleschanger
commedesaxiomesarbitraires, se souvenirque, pourleurdonnerl’indispensablemobilité,ilfaut regarderau
loin,mais aussi tout près ettout autour de soi », écrit MichelFoucault,Dits et écrits, tomeIV, Paris,
Gallimard, 1979, p. 787.
108La questionadesincidencesmatériellesconcrètes,dans la mesureoù elle se traduiten statuts,enéchelles
de salaires,en positionsdanslesinstitutions.
35Poizat,Katrin Meyer,Valérie Gérard, AurélienBuffat,Antoine Chollet,dans leurs
textes,estbien présentedanslesliensentrel’Universitéetla société.
Organiserun tel colloque révèle uncertain typede séparationentre théorie et
pratique, non seulementdanslesconditionsde productionetdecirculationdesdiscours
mais aussidans la séparationdes tâches manuelles et intellectuellespour l’organisation
pratique. Si le colloquea permis unéchange intergénérationneletune participation
notable de femmes,dejeunes chercheurs,j’ai pu constater combienilm’aétédifficile
d’installer la parité sexuelle dans les exposés(à tous les niveaux). J’ai pu constaterque
le Comitéd’organisationchargé destâchestrès matérielles d’organisationa été
composéessentiellement de femmes. Deux jeunes chercheurs hommes,impressionnés
par l’ampleur dutravail, ontproposéde s’adresserà une entreprise spécialisée pour
l’organisationdu colloque. Mais ils n’ontpas envisagé quedes hommesprennent en
chargelestâches.
Expérimenter,interrogerlefosséentrepraxisetthéorie,repérerdesdifficultés
Les modes de (re)lectureont étéaussidivers quel’ont étélesparticipant.e.s qui
avaientune caractéristiquecommune:leur tolérance, leur intérêtvis-à-vis du mode de
convocationet leur engagement dans ce qu’ils faisaient. Lestextesvenus de pratiques
externesàl’oeuvreontposé undéfià la démarche,àla positionacadémique,àla
supérioritédel’Université sur d ’autres domaines dela vie sociale. Lors du colloque, de
fins connaisseurs de l’œuvreattachés àla rigueur académiqueontréagià des
interprétationsde notionsdel’œuvred’ArendtsituéesdanslecontexteduXXe siècleet
mises en rapport avec dessituations contemporaines aux frontières du laboratoire
Schengen, faceàdes mesurespolicières. Ilsse sont interrogéssur la pertinence de
l’usagedeconcepts arendtienspo ur interpréter la transformationdu marchédutravail,
despolitiques éducatives,despolitiques d’immigration, du droit d’asile,des
transformationdurapport capital-travail, de la mondialisation, etc. Par ailleurs,des
professionnels,despersonnes engagées dansun travaildecitoyennetéontréagicontre
unacadémisme, une neutralité scientifique qui tendaità séparer la théorie despratiques
sociales. Il est vrai queles angles de lectureétaientàlafois de natures,deniveaux,de
positions,d’expériences,d’âges,delieux divers. Cesrésistances,cestensions,ces
contradictions,ces frustrations étaient attendues. Elles ont faitpartie de l’expérience,
de sespotentialités,de seslimites.Ellesrestentàinterroger.
Est-il possible,légitimed’aborder,delire, de (re)lire une œuvreà partir de ces
divers points de vue, de ces compétences hétérogènes et dans certains cassanssortir
d’undiscours académiqueétroit, ou alors sans dépasserune lecturede«culture
générale» de l’œuvred’Arendt comme le dit Jocelyne Haller,ou même sansvenir
partagerune expériencede violenceéconomiqueetpolitiqueen postulantquedes faits
décrits permettentune confrontationentreces faits et le travailde (re)lectureenle
transformantpar la prisede paroleet la force duréel (positiondeNicolas Wuillemin)?
Les faits sonttêtus… La recherchemontre qu’on ne peut pas les cueillir comme des
fleurs,a dituncélèbrechercheur. Commentlescueilliren pensantce quel’onfait? Par
ailleurs,est-cele rôled’une Université publiquedefaire un tel travail? Est-ce quenos
impôts destinésàl’éducation universitaire peuventservirà une telle expérience? Ces
questionspeuvent être reformulées en cestermes:est-il possible quechaqueêtre
humaindisposed’unfragileespace public pour (re)lire uneoeuvrede philosophie, faire
36de la théorie en réfléchissantà sa pratiqueavec d’autrestout en tentant de comprendre
pourquoi il est sidifficile de le faire? On pourraitpenserquel’exercice est
inapproprié, quel’œuvred’Arendt,les couchessuccessives des interprétationspointues
antérieures dans divers endroits du monde sont d’une qualité quinedevraitpassortir
du cercledesspécialistes de l’œuvredela philoso phe aurisquede la vider de toute
substance. Nous avonspris le risquedel’ouverture,del’exploration, de
l’expérimentationà partir du constat de ruptureétabli par Arendt entre pratiqueet
théorie,entreagir etpensée et des conséquencesqu’ellea signaléessur la trahison des
intellectuels,lelargeconsentementdespopulationsausystème totalitaire.
Dansuncolloque académique universitaire«normal», certainstextes n’auraient
pas été retenus.Ils n’auraientpas leur place dans des Actes. Ils auraienttout auplus eu
une place circonscritede témoignage momentané, oral,avec le risqueden’êtrealors
quedes lucioles fugaces,des alibis du«réel»hors les murspar des académiquesqui
les écoutent dansune posturede supérioritéet des invité.e.s confiné.e.s dans leur
situationdemoindre pouvoir,de parolemomentanée, de silenceimposé, de mémoire
effacée. Une telle forme de travailde pensée quandelle peutexisterpubliquementn’est
pas forcément lisible aupremier degréenlisant l’hétérogénéitédestextes etplus
spécialement ceux qui seraient facilement classés dansune rubrique témoignages.La
démarche théorique, épistémologiq ue pasvisible aupremier abordne veut pas
forcément dire qu’une (re)lecture de l’œuvred’Arendt n’aitpas lieuàdivers niveaux,
par de multiples cheminsquine sontpastous connus. Ce fait dérangeant nous renvoie
en partie aux questionsredoutables de la philosophe présentées dans l’exposéd’Anne
Amiel. Les difficultésàenrichir des interprétations de divers niveaux,à conjuguer
praxis etthéorie sont complexes. Elles nous conduisent à revenir aussiaux exposés
d’AndréTosel,deBertrandOgilvie, de MajaWicki-Vogtpour mieux cerner les
difficultés.
Laglobalisationmetendangerlapolitiqueetlaphilosophie
Après l’invention totalitaire quiaété unéchec historique, quine peut se répéter
mécaniquement maisqui reste une potentialitéouverte, tout le monde sur la planète à
desdegrésdiversestconfrontéàdesformesde violenceextrême.AndréToseldansson
texte repèreà partir d’Arendt miseendialogueavec Gramsci l’émergenced’une
nouvelle figuredel’humain superflu,dontparle la philosophe elle-même, la figurede
l’homme sanstravaildans le capitalisme mondialisé, remplacé par le consommateur.
Ce fait met en causel’autonomie,la résistance, la capacitéinsurrectionnelle des
«nonayants droit» tout en transformant les exigences d ’un projetrévolutionnaire. Bertrand
Ogilvie, quant àlui, dansson texte sur la «dé-mondialisation» caractérisant la
109
modernitéet dansun texteantérieur sur «l’homme jetable » ébauche une autre
forme de violenceextrêmeliéeàcelle quedécrit AndréTosel, parmi lesplus
insidieuses,lesplus dangereuses:l’attaquedela pensée elle-même, de la possibilitéde
110la symbolisation,de se représenter le monde, sa vie (les imaginer,lespenser,les
109Ogilvie Bertrand,«Violenceetreprésentation. La productiondel’hommejetable», Lignes,no.26, 1995,
p. 113-142.
110 Ce qu’ont montrénotamment d’autrespsychanalystesà proposdela tortureet del’inventiondelabombe
nucléaire. Voir,Ulricksen Maren,VignarMarcelo,«La torture, meurtreetsymbole»,Lignes,no 26, p.
14237juger). Ces deux formes de violencematérielles obligentà repenser la fragilitédela
pensée, du jugement,del’espace public etses conditions de possibilité. Sur cespoints
l’approche phénoménologique, d’anthropologie politiqued’Arendt(sur le cas A.
Eichmann, sur la HumanCondition)aouvert des brèchesà propos du «manquede
pensée », de la pensée, du jugement,durécit,del’espace public. Ces deux textes
prolongent desquestionnements centraux d’Arendt en ouvrant de nouvellesvoies de
réflexion.
Le pari, l’originalitédu colloqueaétéde partir d’undoublefaità partir de là :
d’une part,laglobalisationéconomique provoque unedéshumanisation, une expulsion
de millions de gens hors de la vie sociale,dela politiqueet attaq uela pensée sous
111
toutessortes de formes ,d’autre part la théorie n’est pas une chassegardée. Tout
travailde (re)lecture part de questions:commentrécupérer individuellement et
collectivement l’activité de pensée? Qu’est-ce quela théorie? Comment en faire? À
qui,à quoi sert-elle? En partant de là,ildevient impératif de faire se rencontrer des
pratiques diverses de (re)lecture, desrapports à une œuvre pour un travail
« théorique», unapprentissage réciproque, undébat commun. La démarche
d’expérimentation, sesrésultats fontpartie d’unmêmeensemble. Le modèle
scientifique, pédagogiquedu colloqueaexigé quechaqueacteur social sedéprenne d e
son image, de ses habitudes,de samanièrede travailler,de son mode de pouvoir,de
sesrituels,dustatut et du lieudans lequel il avait l’habitude de vivre, de travailler,de
discuter, qu’il acceptel’inconnud’une déstabilisation, d’une décentration, d’une p rise
de distance pratiqueavec son image, sespréjugés,son statut, son âge, son sexe, ses
contraintes,etc. Le décloisonnement,les modes de transmission qui transgressent les
frontières établies,ledébatpeuvent continuer aveclalecturedes Actes. C’est unenjeu
important du colloqueà unmoment historiquede transformationdel’économie, des
institutions,despolitiques,del’Université, des attaques de la subjectivation, de la
pensée, des espacespublics de jugement. La démarcheest exploratoire, ouverte. Elle
est sujetteàévaluation,àamélioration.
Alors,toutlemondeestphilosophe ?
Le modèle de convocationdu colloque s’inspirant de l’œuvred’Arendt,de son
anthropologie démocratique qui postulaitàla suitedeKantque« tout humain est
philosophe », qui visaità renverserun rapport hiérarchique théorie/pratique,à remettre
en causeladivision socialedutravail,amisd’unecertaine manièreenexergue que tout
travailintellectuel de tout humain,individuel, partagéimpliqued’expliciterson rapport
112
àla violenceet aupouvoir,à l’hégémonie ,maispas n’importe quelle violence, pas
n’importe quel pouvoir, pas n’importe quelle hégémonieaujourd’huicomme on l’a vu
165 ; Exil ettorture,Denoël, 1989:Amati-SasSilvia,«Mégamorts, unitédemesureoumétaphore?»,Bull.
delaSté suissedepsychanalyse,no 18, p. 11-19.
111L’étudedecefaitadépassélesobjectifsducolloque,maisilétaitprésent.
112 Le concept vient de Machiavel et Gramsci:«Il n’ya pas de domination, en tantqu’elle cristallise un
rapport de forces(en particulierun rapport de classes) dansune sociétédonnée, quine soit fondée sur la
combinaison de deux modes d’exercice dupouvoir:laforce et le consensus,ou la contrainte physiqueet
l’intelligence (la« ruse»,la«culture»). Maisaussi:iln’ya pasd’exercicedecesdeuxmodessansporteurs
spécialisés de l’unet de l’autre, etsans institutions correspondantes:des appareils de contrainteet
d’hégémonie, des«forces de sécurité»et des«clercs»»,Balibar Etienne,«La violencedes intellectuels»,
Lignes,no 25,mai 1995, p. 15.
38avec AndréTosel,BertrandOgilvieetavec pratiquementtouslesauteursde texte.Tout
travailintellectuel s’inscrit forcément dans la dialectiquedel’hégémonie par la (non)
prise, l’usagedela parole, la (non) circulationdes mots,des idées et aussidessavoirs.
«Il s’agit de faire taireet de faire parler:ilyades mots pour réduireausilence, mais
aussides mots po ur contraindreà l’aveuouàla professiondefoi,et c’est ici que prend
corps la violence symbolique» (Balibar, 1995, 14). Au-delàduproblème des liens
entre pensée, langage et monde techniqueévoqué par Arendt dans Conditionde
l’homme moderne,c’est dupassagedusilenceàla paroleetàla pensée,àla paroleet à
la pensée publique qu’il s’agit. Ce queMarxaappeléladivisionentrele travailmanuel
et le travailintellectuel inscrit dans la reconfigurationdesrappo rts des classes,
prolongé par la divisiondessexes installe une« parole unilatérale », une«masculinité
del’intelligence »,écritEtienneBalibar.
Si Arendt nous montrebienl’exigence de liberté, de pluralitéintrinsèqueau
travailde pensée partagé par la paroledans l’espace public, par le récit,elle n’aborde
pasexplicitementquandelle penseàl’espace publicla questiondesrapportsdeforceet
du conflit dans le travailintellectuel.Elleévoquela trahisondesintellectuelsplutôtque
leur rôledemédiationdans le refoulement ou alors le déplacement du conflitpouvant
amenerà une métamorphosedela violenceenétant liéàdespratiques de résistance,
d’insurrection pour le«droit à la parole». L’expérience philosophiqueimpliquant une
dialectiqueentre violenceet droitàlaparoleliéàlaconditionde la pensée (débattre
de la vérité, de la justiceen public)quidepuis Marx,Kant,Gramsci,Arendt,
Castoriadis,Rancièreet bien d’autresphilosophes est l’affairede tout le mondeest
foncièrementliéeàlacréationdémocratiqueetàlaconstructiondusavoir.
Précisons encorela question. Dans lesrapports de pouvoir,celles et ceux qui sont
en positiondemoindre pouvoir,les oppriméssont dansune position particulièreence
quiconcerne la productionintellectuelle. Ils connaissent la théorie parson langage
obscur, sesrituels académiques,sa rhétoriquemondaine, son vocabulaireétrange. Ils
méconnaissentparfois les contraintes,ce qu’exige la rigueur dutravailde recherche.
En face de la théorie,ils ontso uventune «colère», une positionambivalente, de
méfiance, voiredehaine, parce q u’elle est le fait de ceux quidominent la société, qui
«disposent de la force (des outils,des armes,de la police, de l’armée) et de la
nourriture (salaire, terre, biens)»comme l’expliquebienla sociologueColette
113
Guillaumin .
Depuis le mondeacadémique, la méconnaissance, la méfiance, lespréjugés ne
114
sontsouventpas moindresvis-à-vis dutravaild’invention ou alors de l’usage
heuristiquedeconcepts existants dans la théorie politique, pour tenter de décrire des
115
faits sansprécédent,desprocessus difficilesànommer ,des contraintes matérielles
113 GuillauminColette,«Femmes etthéories de la société: remarquessur les effets théoriques de la colère
desopprimés»,Sexe,RaceetPratiquedupouvoir.L'idéedenature,Paris,Côté-femmes, 1981, p. 219.
114Quel’on peut observerpar exempledans l’inventiondenotions,deconceptsdescriptifs,interprétatifs,de
faits observésqui serventàlafoisàconnaîtrele réeletàlui résister.Je pense, parexemple,àl’émergencede
ce quia étéappeléla«démocratie sécuritaire» et, plus récemment,dela«disparitionadministrative
forcée» pour désignerune nouvelle étapede restructurationdel’aide d’urgenceà desrequérants d’asile
déboutés impliquant de lessortir des fichiers du Servicedecontrôledes habitants (exemple du canton de
Vaud signalé parSOS-AsileVaud,bulletinno.86,lertrimestre 2008).
115On penseà l’usagedu concept d’«apartheid» pour qualifier lespolitiques d’immigrationdans les
sciencespolitiques(voir Monnier Laurent,«L’apartheid ne sera pas notre passé, ilest notreavenir»,
CalozTschopp Marie-Claire (éd.),Le devoir de fidélitéà l’Etat entre servitude,liberté, (in)égalité, L’Harmattan,
39des luttessociales,dont l’urgenceet l’aggravationdes atteintes aux droits
116fondamentaux ont été palpables dans la (re)lectured’Arendt,la présentationdefaits
et dans l’angoisse, la désespérance expriméespubliquement durant le colloqueetqui
sontpourtantun réel problèmeépistémologique.
117
En effet,dans l’œuvred’Arendt,certaines de ses notions ontune plasticité qui
inciteà undynamisme, une fluiditédela pensée maisquicrée uninconfort, voire une
insécurité. Comment identifier, situer,évaluerune telle caractéristiquedel’œuvreet de
certaines notions d’Arendt? L’évaluationestàla foisphilosophique, épistémologique,
118
techniqueetpolitique. N’est-ce pas la coursedu cheval quenous vo ulonssaisir? Et
n’est-ce pas l’identitédu cavalierquinous intéresse? S’il faut craindreles mésusages,
une pensée par clichés, s’il faut chercher la rigueur, s’il faut savoir commentpenser
avec des notions caractériséesparune ambiguïté substantielle (passeulement de
l’œuvred’Arendt d’ailleurs), selon le terme d’EnzoTraverso (à propos du
totalitarisme),ilconvientde resterattentifsautravaildecréationdel’imagination,dela
pensée,àdes notionsqui sont autant d’outils exploratoirespour tenter de nommer,de
décrire un réel quinous échappe. On peut poser la thèse qu’une telle ambiguïtén’est
pas étrangèreàl’émergencedupouvoirtotalitaire« sansprécédent»et aux
transformations depuissalongue genèseet depuisson avènement de la violenceet du
pouvoirsurla planète.
Lestextesprésentés nous invitent doncàexpérimenterànotre tour de multiples
manières destâtonnements,desrisques,des inconfo rts de la production théorique
119quandcelle-ci tentededevenirréelle etpasseulementformelle .Oùquenous soyons,
comme le dit Arendt,il s’agit de construire, de tenirune positionouverte, exploratoire
pour pouvoir«penser ce quenous faisons». Toute lectrice, tout lecteur des Actes est
invité.eàcontinuer le travailde tissage théorique étroitement liéàl’exercice de la
démocratie«radicale»,à la mésententedessans-part,à ces conflits dont nous parlent
Nicole Loraux,Cornélius Castoriadis,Jacques Rancière, Chantal Mouffe,etc. L’enjeu
Paris, p. 207-221),àlanotionde«banalitédu mal» ou encored’«humainssuperflus»d’Arendt dans
d’autrestravaux quin’ontpasla prétentionde plaquerdemanièreanalogiquela réalitédutotalitarisme surla
situationactuelle,maisde penseràl’aided’outilsexploratoiresla situation présente qu’ona vusnotamment à
l’œuvredurantlecolloque,ce quiméritedesdébatsépistémologiquesapprofondis.
116Dans des cas de terrainsparticulièrement difficiles dans ledroit d’asile, l’assistance,l’actionhumanitaire
notamment, par exemple,dans le cas de ce quiest appeléenSuisselecas des«Non entrée en matière »
(NEM),c’est-à-dire une procédured’exclusionadministrative radicaledecertains étrangers quiont étéjugés
comme inconstitutionnels,lessituationsde violence,d’urgenceontpesé sifortementqu’ilaétéimpossible à
despersonnes dont l’interventionaété très appréciéedurant le colloque, d’écrire.Le travailde préparation
des Actesa permisdemesurerl’impact decessituationsmatériellessurleslimitestrèsconcrètesd’un travail
de prisededistance,de réflexion,d’écriture pourtantindispensableauxluttessociales.
117Je penseà la remarqued’unhistoriendécrivant la qualitéd’«ambiguïté substantielle»du concept de
« totalitarisme»accompagnant des débats hétérogènes,complexes(ce quin’est passanssignificationdu
point de vuedece régime qualifiéde« sansprécédent» parArendt,donc sansappui possible surlesthéories
existantespourledécrire).TraversoEnzo,Le totalitarisme,Points-essais,Paris, 2000.
118«Nous utilisons cestermes,comme uncheval quigalope utilisedesplages dusol; ce ne sontpas ces
plages,c'est le galopquiimporte. Qu'ily aitsol ettraces,est conditionet conséquence de la course; mais
c'estlacourse quenous voudrionssaisir.Apartirdestracesdessabots,on peutéventuellementreconstituerla
directiondu cheval, peut-être sefaire une idée de sa vitesseet dupoids du cavalier; non passavoirquiétait
celui-ci,ce qu'il avait dans la têteets'il couraitvers son amour ouvers samort», Castoriadis Cornélius,
L'institutionimaginairedela société,Paris,Seuil, 1975, p. 377.
119Je penseiciauxconditionsdeschercheursetauxexigencesquantitativesdespublicationsscientifiques,où
undesproblèmesestdedistinguerentre travail réelettravailformel.
40essentielest peut-être quele travailde (re)lecture puisse rester ouvert,fragile, toujours
provisoireavec desquestionsspécifiquesàchaque typed’acteur,à chaque typede
lecture,àchaque typede situation, mais aussi qu’émergent desquestions communes
dans le parcours d’une étapedont font état dans les Actes lestextes de synthèsede
MarceloVignaretdechaqueatelier.
Etrelàounerienfaire:lepouvoirduchoix
120
Dansun textede conclusionEtrelàou ne rienfaire ,écritàl’issue du colloque,
MarceloVignar(médecine, psychanalyse, Montevideo, Uruguay) abien rappelé
implicitement ce qu’Arendtamontréà propos de l’action, de la révolution, de la
pensée, du jugement:ilya toujours le choixouvert de la présenceà soi,aux autres,au
mondeou alors de ne rienfaire, de glisser dans l’apathie, l’impuissance, voirela
soumission. Le choixquiconduitàdes décisions est la puissance d’exister,d’agir des
hommes. Unedes modalités dupouvoir bien mis en valeur par Arendt. C’est un
pouvoirde vieimpliquantrisqueetresponsabilitéetdemandantl’appuidela pensée,de
la parole, du jugement dans l’espace public. Le psychanalyste uruguayiena souligné la
densité théoriquedes apports dansun vécu oùaétéexpérimentée la rupturedes
frontières disciplinaires,géographiques,culturelles etsymboliquesquinous sont
familières. Le parcourspersonnel qu’ilafait en écoutant les exposés généraux et en se
promenant dans les divers ateliers apporteà la lectrice, au lecteur des Actes le regard
d’un«promeneur»ausens de Walter Benjamin, un p romeneur attentifàlafoisàla
diversité,aucontenu,auxenjeux,àladynamique,aux résultatsducolloque.
Les cinqtextes de conclusionde chaqueatelierquifigurentàlafin de chaque
partie les concernant,deChristo phe Platel (atelier no.1),deMarcAudédat et de
Claude Joseph (atelier n° 2),d’AurélienBuffat(atelier n° 3),deValeria Wagner
(atelier no. 4),deCharles Heimberg (n°5) apportent des éléments d’appréciation
concrets duprogramme,des enjeux duthèmeàlafois général etspécifiquedutravail
des ateliers qui permet de situer le thème,les difficultés de miseen œuvredelagrande
diversitéde registres de parole et d’expériencedans le travail, et des apports de chaque
atelier. Dans la démarchedes ateliers, siladiversitéainduit des difficultés dans la
(re)lecture, uncertain«flou conceptuel dans la manièrede réfléchir », elleaaussi
permisune (re)lecturecréative, avec unenrichissementthéoriquedel’interprétationde
l’œuvred’Arendt(notammentsur l’action, la révolution, la pensée, l’éducation)àla
lumièredela réinterprétationde l’œuvre, de liens avec des faits contemporains et aussi
avec la créationfragile d’unespace public de débat et de recherche. La remarque
d’AurélienBuffat(UNIL-IEPI, Lausanne),à propos del’ateliersur la pensée, «au
final, cet atelieramontré qu’une relecturedel’œuvred’Arendtàl’aune dessituations
contemporaines du XXIème siècleest une tâchearduebien quefondamentalement
nécessaireeturgente»pourraitêtreappliquéeàl’ensembledutravaildesateliers.
En conclusion, lesrésultats du colloquenefigurentpasseulement danssestraces
121écrites des Actesprésentés ici . Uneévaluationcomplèteimpliquerait d’inclureles
120Le titreestdel’éditrice.
121 Parmilesrésultatsnonattendus,on peutciterladécouvertedel’œuvred’Arendtparunejeunechercheuse
de Calcutta quia été une conséquence du colloque. Voir,BagchiBarnita, Hannah Arendt,Educationand
Liberation: AcomparativeSouthAsianFeminist Perspective, Working Paper no 35, University of
Heidelberg,January 2007.
41traces d’un travailcollectif de pensée active, lesrésultats des échanges,des débats,de
l’ouvertured’unespace public temporairede réflexion,de sessuites.
Ces actes ont été une étapemodestedansunlong travailcollectifde plus de trente
annéesquia donné lieu,ilya plus de vingt ans,à la miseen place d’un réseau,le
122
GroupedeGenève, Violence et droit d’asile en Europe etàdiverses activitésqui,
étapeaprès étape, tentent d’articulerun travailacadémique solide, des activités de
terrain, de citoyennetéaux frontières de la démocratie en Suisse, enEuropeet ailleurs.
Le colloque s’est inscrit doncàla fois dansun so uci de continuité,demémoire
historique, d’inscriptiondans le présent,de projectiondans l’avenir(en accordant un
poidsspécial autravailintergénérationnel). HannahArendt nousaapprisqu’être
contemporains dumondeimpliquait de connaîtrece q u’elleaappeléladomination
totaledu XXe siècle, les formes actuelles de domination, de violenceet de
(re)découvrir le pouvoir en tantqu’actionen réintégrant l’activitéde pensée et de
jugement dans l’ensembledes actions humaines. L’avenir est incertain. Un fragile
espacede réflexion public s’estouvert un peuplus.
Le colloque, les Actes apportent de nouvelles armes dont nous connaissons malla
natureet la puissance, dont nous avons expérimentélespotentialitésetaussileslimites.
Des aventures de (re)lecturedel’œuvred’HannahArendttout en réfléchissantsur le
monded’aujourd’hui se sont engagées ailleurs dans le mondeet aussidans les deux
colloques(de Genève, puis de Lausanne) ces dix dernières années. Lestentatives de
(re)lecturecontinuent, se renouvellent dans desperspectives diverses,foisonnantes.
L’expériencedel’UniversitédeLausanneacontribuéàfaireàlafois(re)vivre une
œuvre,àlafaireanalysersous des facettes inédites et aussià la fairedécouvriràde
nouveaux lecteurs et chercheurs. Faceà une violence, une guerre qui semondialise,
nous avons apprisquela résistance senourrit du désir,duplaisir de connaître, de la
capacitéà récupérer la facultéde penser,dejuger et de sebattre pour la libertéet la
justice.Ledésirdecontinuerestpeut-êtrele résultatle plusnotable.
Pour la lecture techniquedestextes,les auteurssontresponsables de la qualitéet
de la précisiondeleursréférences bibliographiques,des notes et de la manièredont ils
se sontprésentés en nous envoyant leur texte. En annexe, nous avons intégréles noms
et les courriels des auteurspour d’éventuels contacts pour des demandes de précisions
dela partdeslectricesetlecteurs.
Remerciements
Je tiens à remerciertout particulièrement l’Institut d’Etudes Politiques
Internationales(IEPI) de l’UniversitédeLausanne, son directeur le professeur Dietmar
Braun, plusieurs de mes collègues(professeurs,doctorant.e.s,étudiant.e.s)pour l’appui
trèsprécieux (académique, financier,logistique, humain)etleur participation.Je tiens à
remercier en particulier le Doyen de la FacultédeSciences Sociales et Politiquede
l’UNIL, BernardVoutat et lesprofesseurs Bianca Maria Fontana, Jean Batou et
RaphaëlCelisdel’UNIL pourleurappuiauprojet.
Le colloquen’auraitpaspuvoir le jour sans les appuis financiers supplémentaires
du Fonds national suissedela recherche scientifique (FNSRS) et de l’Universitéde
122 Caloz-Tschopp Marie-Claire, Clévenot Axel (eds),«Asile, Violence,ExclusionenEurope. Histoire,
analyse, prospective». Genève, Co-éd.Cahiers de la Sectiondes Sciences de l'Education,Universitéde
Genèveet GroupedeGenève, "Violenceetdroitd'asileenEurope", 1994.
42Lausanne (Rectorat fonds du 450e, de la FondationPréventionet Santé, Colombier
(Neuchâtel) du Centrehospitalieruniversitaire vaudois(Département de psychiatrie),
de la Société suissede psychanalyse, de Solidarités Sans Frontières(Berne),
d’Appartenances(Vaud),delaSectiondeFormationcontinuedelaHES-SOde
Lausanne et aussi d’une violoniste anonyme pour le concertodela soirée publique
intitulé Bagdad brûle interprété par la compositrice/pianisteLiz Magnes (New York)
surlabased’untémoignaged’unefemmedeBagdad.
En outre unappui de la Ville de Lausanne,despartenariats avec des librairies
(Basta, Lausanne,BoulevarddeGenève),Solidarité sans Frontières,Berne,lejournal
Le Courrier (Genève),Appartenances(Vaud),la Société suisse de psychanalyse, la
FundacionUraba (Colombie),leRomandie,lagaleried’art HumusàLausanne ont
aussiété trèssatisfaisants. Un étroit et excellenttravaildecollaborationa étéétabli
avec MarcBerman, de la RadioSuisseRomande (Espace 2),lui-même philosophe,
connaisseur de l’œuvredeHannahArendtquia été undes éléments importants de
diffusiondel’informationauprès dupublic de SuisseRomande (avec diffusionà
l’étranger,notammentparunCDavec des interview d’intervenants et destraces du
processus du colloque). Je tiensà remercier les artistesqui se sont jointsànotre
expérience: la compositriceet interprèteLiz Magnes(New York) et YvetteThéraula z
quia lu le textedu concertode Bagdad,lespeintres Marie-ThérèseDelpretti
(Lausanne),AndréClette (Bruxelles) et MartialLeiter(Lausanne), (ce dernier exposéà
lagalerieHumusouverteaupublicdurantlecolloq ue),
Je tiensà remercier,en particulier,NicoleFerrari (secrétariat de l’IEPI),Nadine
Richon (presse),Sarah Schlatter (site),Evelyne Bonjour (salles),Jean-PaulDutoit
(logistique),les autres membres du Comitéd’organisation (Giosia Berri, Thierry
Gutknecht) ettout particulièrement ChristineWyss,VérénaClausen et VioletaAraujo
des amiesquiont étédespiliers de l’organisation, ainsi queClaude Pahud, Isabelle
Henchoz,DavideDoillondes éditions Antipodespour leur appuiautravailde
préparationdu manuscrit. Je remercieles membres du Comité scientifiqueettout
particulièrement les Professeurs AndréTosel,Marcelo
Vignar,MoniqueChemillierGendreaupourleurcollaborationdansl’élaborationduprojet.
Finalement les Actespeuventvoir le jour grâce àl’appuifinancier de la
SchweizerischeIsraelitischeEmanzipation-Stifung, des Fondations J.-J. Van Walsem,
Omina-Freundeshilfe, Chuard-Schmid,delaSociétéAcadémiqueVaudoise, du Bureau
del’égalitédel’UniversitédeLausanne.
43I.ExposésintroductifsLireHannahArendtaujourd’hui
depuislaviolencetotalitaire,leshumainssuperflusActualitédeHannahArendtàl’aubed’unsièclemalparti
Victor-YvesGhebali,
Professeuràl'Institutuniversitairedehautesétudesinternationales(Genève)
Le siècle quiest le nôtreadéjàdépassé son premier lustre: pour utiliserun
langage hugolien, il amaintenantsept ans. Il est àespérerqu'il seramoins
èmecrépusculaire quele saeculumhorribile quefut le 20 siècle– celuidu mal
ontologiqueabsolu(le génocide),delanévroseidéologique (fascisme,nazisme,
communisme) et durisqued'une apocalypsenucléaireEst-Ouest. Le siècle qui vient de
lui succéder ne semble pas avoirpris le meilleur des départs,encore qu'àce stade
préliminairenulle tendancelourde ne semble s'imposer avec certitude. Dans ce
contexteflou,la penséearendtienne peut-elle servirde grilledelecture?Silesécritsde
HannahArendt ne constituentpas uncorpus systématiqueouun systèmede pensée
achevé, leurs éléments n'en offrentpas moinsun terrainfécond de réflexion. Pour
illustrer l'actualitédela penséearendtienne en ce sièclenaissant,on se propose de
revisiter le concept de totalitarisme et l'idée de la "banalitédu mal" entrelesquels il
existed'ailleursunliendirect du faitque, pour HannahArendt,le totalitarisme
représentaitle "mal radical".
I.L'actualitéduparadigmetotalitaire
Le totalitarismeaconstituél'une despréoccupations centrales de la réflexion
123politico-philosophiquedeHannahArendt . Celle-cia bien montré queles régimes
totalitaires ontpour essence la terreur etpour principed'action (ausensque
Montesquieu donnaitàceconcept) l'idéologie. Elleadéfinil'idéologiecomme la
"logiqued'une idée" dont la particularitéest de s'affranchir de l'expérience (par le rejet
de tout fait empiriqueencontradictionavec ses dogmes) aussibien quedela réalité (à
124
travers la fabricationd'une réalitéautonomeexcluanttouteimprévisibilité) .
Prétendant aussietsurtout représenterun système d'explication totaledupassé, du
125
présent et de l'avenir, l'idéologie totalitaire viseàmodeler l'êtrehumain
conformémentà une loi prétendument dictée par la finalitédelaNature (la luttedes
racespour le nazisme) ou la finalitédel'Histoire (la luttedes classesselon la vulgate
communiste). Aux fins de cet objectif,l'Etattotalitaire recourt de manière systématique
126
àla terreur dont l'outil suprêmeest les camps de concentration . Du fait de la
propagande,del'endoctrinement et du cultedu chef,la terreur aboutitàl'absorptionde
123 Cf.TheOrigins of Totalitarianism (1951; Le système totalitaire, Paris,Seuil, 1972) et la conférence "On
the NatureofTotalitarianism:An Essayin Understanding"(Essays in Understanding, 1930-1954, 1994 ; La
naturedutotalitarisme. Paris,Payot, 1990). On trouveégalement de nombreuses allusions autotalitarisme
danslesdeux volumesduJournaldepensée (Paris,Seuil, 2005, 1325 p.).
124Le système totalitaire,op.cit., pp. 215-220.
125Ibid., pp. 216-218.
126 "Aucun régime totalitairene peut existersansterreur et aucuneformede terreurne peut êtreefficace sans
campsdeconcentration"(Lanaturedutotalitarisme,op.cit., p. 142).la sociétécivile par l'Etat. Celui-ci étendalors sadomination surtous lesplans
(économie, médias,culture, morale, etc.),aupoint de veilleràcontrôler lespensées
aussibien queles actions de ses citoyens,et même de réprimer les crimes présumés de
127ces derniers . La dissolutionde toutes lesstructuressociales génère une société
atomisée dans laq uelle chacun "vit sans avoirriende commun, sans avoiren partage un
128quelconquedomaine, visible ettangible, du monde" . Il n'ya plus alors quedes
"hommes de masse" isolés lesuns des autres,asservis, terrorisés, sansrepèrespropres
ni libertéintérieureet en conséq uence tous plongés dansunétat de "désolation"
129
(loneliness) . En somme,dans un régime totalitaire, "la toute-p uissance de l'homme
130correspondàla superfluitédeshommes" .
Tout en reconnaissant les mérites de la problématiq uearendtienne,historiens ou
politologues n'en ontpas moinsrelevéles faiblesses ou lacunes de celle-ci. François
Furet n'a pas hésitéà qualifier l' opus magnum arendtien (Le système totalitaire)
131d'ouvrage "décousu" et"confus" aussibien que "péremptoire" et"contradictoire" .
Sur le plandelaméthodologie,ila été reprochéàHannahArendt de n'avoirproposé
qu'unconceptà valeur "descriptive"(Raymond Aron), "aux contours imprécis" (Léon
132
Poliakov) outout bonnement"flou" (AnnieKriegel) . Le fait est queHannahArendt
s'est abstenuede touteexplication d'ordrecausal et,même, de toutedéfinition précise
du concept. Quant au fond de la thèsearendtienne,ila suscité uncertainnombre
d'objectionsrelativesàl'absencedecritères distinguant le totalitarisme desrégimes
anciens de tyrannieet des dictatures modernesà parti unique (àcommencerpar le cas
133de l'Etat fascisteitalien) ,à la réductiondutotalitarisme aux phénomènes exclusifs
du nazisme et du communisme,à l'apparentement nazisme/communisme et, parvoiede
conséquence,àlanon-différenciationentrele systèmeexterminatoirenaziet le Goulag
134
,etc. En fait,la pensée contemporaine dominante tendà considérer le totalitarisme
avanttout comme unidéal-type wébérien, une constructionabstraiteoffrantune
127 La naturedutotalitarisme,op. cit., p. 99. Dansson anatomie du communisme,François Furet convient
aussi quele totalitarisme est "un systèmefermé quidénie tout sensàl'actioncréativedel'homme"(Le passé
èmed'uneillusion.Essai surl'idéecommunisteau20 siècle.Paris,Laffont/Calmann-Lévy, 1995, p.500).
128Lanaturedutotalitarisme,op. cit., pp. 105-106.
129Le système totalitaire, op. cit., p. 225. Le concept de "désolation" n'est passansprésenter certaines
analogiesavecceuxdeHilflosigkeit (Freud),Geworfenheit (Heidegger)oude "déréliction"(Sartre).
130Journaldepensée,op.cit., vol 1, p. 67.Danslamêmeoptique,FrançoisFuretadéfinila sociététotalitaire
comme "unagrégat d'individus isolés lesuns des au tres, privés non seulement du liencivique, mais même
dessolidaritésdeclasse,etn'ayantpourlesunirquela pureforcedunombre,autourd'émotionsélémentaires,
investiessur undémagogue"(Lepasséd'uneillusion,op.cit.,p.499).
131Furet,op.cit., pp.497et501.
132PréfacedeMichelle-IrèneBrudny-deLaunay àLanaturedutotalitarisme,op.cit., p. 22.
133 Il est surprenantqueHannahArendt n'ait guère pris en considérationlecas de Sparte, dont le régime
politiquecomportait des éléments relevant de la problématique totalitaire: la Cité spartiateconsidéraitque
seuls étaient dignes d'êtregardés en vie les enfants dépourvus d'infirmitésphysiquesrédhibitoires; dès l'âge
de7 ans,les enfants "sains" quittaient leur famille pour une caserne collectiveoù ils étaientsoumisà un
dressageintégral etrigoureux,àdes fins essentiellement militaires; jusqu'à 60 ans,leSpartiatedemeurait
sous l'emprised'unEtat militaireauquel il devaitune totaleobéissance. Pour plus de détails,cf. l'ouvrage
ancien,maistoujoursutile, de H. Michell : Sparteet les Spartiates. Paris,Payot, 1953, 261 p. Pour une
analyse plus récente, cf. Edmond Lévy : Sparte: histoirepolitiqueetsociale jusqu’àlaconquête romaine.
Paris,EditionsduSeuil, 2003, 370 p. ("PointsHistoire",H329)etPaulA.Cartledge:Spartaand Lakonia. A
Regional History1300-362BC.London,Routledgeand KeganPaul, 1979,410 p.
134Aprèslachuteducommunisme,ledébatsurlanature totalitairedel'URSSfut relancé parleLivrenoirdu
communisme. Paris,Laffont, 1997,846p. Pour une analysefinedu même thème,cf. Edgar Morin : De la
naturedel'URSS.Complexe totalitaireetnouvelempire.Paris,Fayard, 1983, 275 p.
50interprétationexplicatived'un phénomène dont aucune forme puren'existedans la
135réalité .
Initiales ourétrospectives,les critiques n'invalidentpas la thèsecentrale
arendtienne du caractère suigeneris dutotalitarisme. L'apport fondamental de Hannah
Arendt fut en effet de poserqu'untel phénomène avait fait éclater la distinction
classique sur laq uelle reposaient les définitions del'essence des gouvernements depuis
136
les débuts de la pensée politique occidentale . Le totalitarismea constituéle
137"phénomène limite de la politique" – une rupturegénératricede rienmoinsque "la
138
destructiondenos catégories de pensée et de nos critères de jugement" . En tantque
tel,ila généré le "mal radical" (radikalBöse),concept kantien qu'elle redéfinità sa
manièrecomme "le fait de rendrel'homme superflutout en conservant le genrehumain
139dont on peutà tout moment éliminer desparties" . Cette thèse repose sur deux
arguments. Le premiera trait à la négationdelapluralitédel'espèce humaine: en se
fixantpour but de produire une humanitéhomogène sur le plan "racial" ou bien social,
le communisme et le nazisme ont,ontologiquementparlant, tentéde réduirelemultiple
àl'un par le sacrificedes individus auprofit del'espèce. Le second argumentestliéàla
déshumanisationdel'individu. Lestotalitarismes naziet communisteontreprésenté
140"une tentativededomination totale pour dérober à l'homme sanaturemême" . La
terreur systématiqueet les exterminations de masseont aboutià l'oblitérationdela
distinction traditionnelle entre le bien et le mal. Elles ont entraîné les individus à
141
rempliràlafois la fonctionde victimeet de bourreau . Délestéde saconscience
morale, l'individuaété pathologiquement acculé et asservià la "banalitédu mal"– soit
à une indifférence au malau final plus perverse qu'une barbarie
consciented'ellemême. En somme,le totalitarismeafaitpeserune menace pour la Raison dans la polis
(c'est-à-direladémocratie) et,de manière plus générale, pour la conditionhumaine
elle-même. Une telle conclusionétait naturelle de la part d'une philosophe pour quila
libertéest la quintessence de la conditionhumaine et la justicecelle de la vie en
142société .
Vusous cet angle, le totalitarisme relèvedelacatégorie despérils"damocléens
143" . Il n'est pastotalement absent dusiècle qui vient de commencer. Etant donné que
144
touteidéologie contient, par essence, des éléments totalitaires ,ilest clairqu'en ce
ème21 sièclenaissant,le paradigme totalitairen'a perdu ni de sa pertinence ni de son
actualité.Al'heureactuelle,l'esprit dutotalitarisme semanifestededeux manières
particulières,d'une part,à travers les idéologies fondamentalistes(en particulier celle
135Pour une bibliographieetune anthologiedes écrits majeurssur le totalitarisme,cf.Le totalitarisme.Le
èmeXX siècleendébat, op. cit., pp. 897-909et Marie-ClaireCaloz-Tschopp : Les Sans-Etat dans la
philosophiedeHannah Arendt.Les humainssuperflus,ledroit d'avoir des droits de citoyenneté. Lausanne,
Payot, 2000, pp.460-465.
136Lanaturedutotalitarisme,op.cit., 2006, p.84.
137Journaldepensée,op.cit., vol 1, p.84.
138Lanaturedutotalitarisme,op.cit., p.47.
139Journaldepensée,op.cit., vol 1, p. 32.VoiraussiMarie-ClaireCaloz-Tschopp,op.cit., pp.93etss.
140Lanaturedutotalitarisme,op.cit., p.58.
141Le système totalitaire,op.cit., p. 215.Le totalitarisme représente "lanégationla plusabsoluedelaliberté"
(La naturedutotalitarisme,op. cit., p. 55). Dans le même sens,François Furetaconcluque "l'homme
totalitaire sortdel'ordrehumain parlanégationabsolue qu'elleenconstitue"(Furet,op.cit., p.499).
142Lanaturedutotalitarisme,op.cit., pp.58-59.
143EdgarMorinetBrigitteKern:Terre-patrie.Paris,EditionsduSeuil, 1993, p. 111.
144Le système totalitaire,op.cit., p. 218.
51de l'islamisme) et d’autre partà travers la corruptionduprincipedeladémocratie en
Occident. Ces deux éléments ne sont d'ailleurspas étrangers l'unà l'autre: l'islamisme
a pour cible privilégiée lesrégimes démocratiques occidentaux; inversement,les
moyensutiliséspar cesrégimes-là pour combattrel'islamisme sont largement
responsablesde lacorruptiondeladémocratieauseindelapolisoccidentale.
1.Lesidéologiesfondamentalistes–lecasparticulierdel'islamisme
Le fondamentalisme représente une démarche qui prône un retour aux fondements
originels de la religionà partir d'une lecturelittéraledestextes sacrés excluant
l'exégèse. Il va de pair avec l'intégrisme quiest un refus d'adaptation, plus ou moins
total,à la modernité. Le fondamentalisme n'est pas l'apanaged'une religion particulière.
Il affecte toutes lesreligions majeures comme le prouvelehassidisme juif,l'intégrisme
catholique, l'évangélisme protestant aux Etats-Unis et l'islamisme. Parmi tous ces
fondamentalismes,l'islamisme (qui semanifesteauseindu chiisme comme du
sunnisme) mérite une attention particulière, car il est associéà une forme extrêmede
terrorisme.
Les attentats terroristes du11septembre 2001 contredes ciblessymbolisant la
puissance économiqueet militaire américaines ont inauguréle troisième millénaire
145sous le qualificatif d'"hyper-terrorisme" . AttribuésàAl-Qaida, une organisation
dont l'islamologueGilles Kepel a estimé qu'elle "n'a[vait]d'existence quecathodiq ue"
146,ilsreprésentaient en effetune forme de terrorisme sansprécédent–de par leur
objectif de destructionmassiveet leur idéologie théologico-politique. L'analysede
celle-ci peut êtreentrepriseà partir d'uncertainnombrede textes(imprimés oudiffusés
sur Internet)–émanant du Saoudien OssamaBen Laden, du PalestinienAbdullah
147Azzam,del'égyptienAymanal-ZawahirietduJordanienAbouMoussabal-Zarkawi .
L'élément central de l'islamisme est le jihad (lutte) contre un "ennemi intérieur" et
148un "ennemi extérieur" . Le qualificatif d'ennemi intérieur est appliquéaux régimes
arabes"apostats" et"impies" qui ne gouvernentpas selon lespréceptes de la loidivine
149etqui, de surcroît, sont inféodés aux Etats-Unis . Quantàl'ennemi extérieur,il est
représentéaupremier chef par l'Occident et,accessoirement, par la Russie (en raison
duproblèmedelaTchétchénie)etl'ONU (institutionaccuséed'être uninstrumentgrâce
auquel les Occidentaux perpétuent leur domination sur le mondemusulman et
145 Dansun texte polémique, Jean Baudrillardexpliqua ces attentats sans compassionaucune par le faitque
"la montée en puissance de la puissance exacerbe la nécessitédeladétruire"("L'esprit duterrorisme",Le
Monde,3novembre 2001).
146Al-Qaidadansle texte, présenté parGillesKepel.ParisPUF, 2005, p. 304n 72).Lemotarabe "Al-Qaida"
signifieà la fois"base"territoriale (référence autremplinmilitaireconstituélors de la guerremenée contre
lesSoviétiquesen Afghanistan)et"règle"(celleconformeàlaloidivine) :ibid., p. 34etp.296n46.
147Gilles Kepel (Al-Qaidadans le texte,op. cit., p. 4) note queles déclarations de BenLaden sont
dépourvues de profondeur théorique, quela pensée théologiqued'AbdullahAzzam (assassinéen 1989) est
axée surla luttearméeet la culturedu martyre, qu'Aymanal-Zawahiri (le principalidéologuedel'islamisme,
tuéenIraqen 2006etauteurdedeuxgrandsécrits :Cavaliers sousl'étendardduProphèteetL'allégeanceet
la rupture)used'une rhétoriquemessianiquecomparableàcelledesmillénaristesprotestantsoudesBrigades
Rouges et,enfin, queles écrits d'Abou Moussab al-Zarkawi (tuéenIraq en 2006) sontpleines de diatribes
anti-chiites.
148Azzamfutle premieràconceptualiserlanotiond'unjihad tousazimuts(ibid., pp. 134, 137et147).
149Ibid., pp.53et93(BenLaden)etpp. 245, 335et345 (al-Zawahiri).
52150 151
combattent l'islam) – soit,enfait,l'ensembledu mondenon-musulman . Démon
obsessionneldel'islamisme,comme l'avaient étéles juifspour les nazis,l'Occident est
perçuà travers le fantasme d'une alliancede "judéo-croisés" dirigée contrelemonde
musulman sous l'égidedes Etats-Unis. Ces derniers sontspécifiquement accusés de
souiller(par la présence de leurs troupes en Arabie saoudite) les deux lieux lesplus
saints de l'islam,d'avoir agressé et détruit l'Iraq,demassacrer les musulmansà travers
le monde, de piller lesressources despays arabes,de soutenir Israëlet de secomplaire
152dansle péché .
Le jihad est conçu en vue d'une finalité suprême passantpar deux étapes
intermédiaires et parallèles. L'une de ces étapes est le renversement desrégimes en
place auprofit degouvernements authentiquement islamiques–acted'autantplus
nécessaire quelenationalisme de telsrégimesperpétuelafractured’une communauté
sans frontières nationalesquidevrait idéalementregroupertous les musulmans du
monde (l'oumma). L'autreétapeest l'expulsiondes infidèles desterresqui furentun
jour musulmanes,du Turkestan oriental (Xinjiang, régionabritant les Ouigours
musulmans)àl'Espagne–etqui sont"comme un seul pays",d'oùunappelàla
reconquêtedu Cachemireindien, du Tchad (pays composéde 60% de musulmans),des
Philippines(qui sont confrontées auséparatisme d'unFront islamiquedelibération),de
la Birmanie, ainsi quedecertainesvilles d'Asie centrale (Tachkent et Boukhara) et de
153l'Andalousie ; jusqu'àcette reconquête, le jihad demeurera une obligationdemême
154
nature quecelle de la prièreet du jeûne . Renversement desrégimes arabes et
reconquêtede territoiressont censéspermettrela réalisationd'unobjectif fondamental :
155
la restaurationd'uncalifatenglobanttouslescommunautésdel'oumma .
L'islamisme ne cache passon rejet farouchedeladémocratie.Al'instar d'un
JosephdeMaistre, son aversion vis-à-vis de celle-ci procèdedupostulatquele pouvoir
politiquen'appartientqu'àDieu et ne peut êtreexercé qu'en conformitéavec la loi
révélée. En tirantsalégitimité des masses,ladémocratie confèreaupeuple–de
156manièreidolâtreet impie–ledroit et les attributs de Dieu lui-même . Comme
l'islamisme affirme vouloir détruireladémocratie occidentale par la violence terro riste,
il est généralementperçu en Amériquedu Nordet en Europe (quicomptemaintenant
quelque 15millions de musulmans) comme une menace qualifiée par d'aucuns d'
"islamo-fascisme". Si cetteétiquetteinfamante quiconfond islamet islamisme est à
rejeter,ilne paraîtpas incongru de sedemandersil'islamisme ne peut pas être
150En mai 2004, dans l'une desses déclarations,Ben Laden promit dix kilos d'orà qui tuerait Kofi Annan
(Al-Qaidadans le texte,op. cit., p. 346,n 138). Pour sa part,al-Zawahiria fait griefà l'ONUde pratiquerla
règledémocratiquedelamajorité, d'avoirunConseilde sécuritédominé par"cinq desplus grandscriminels
de ce monde",ainsi qued'êtrel'instrument grâce auquel les Occidentaux sontparvenusàfixer des frontières
artificielles,légitimer desrégimes inféodésàl'Occident etàformulerundroit internationalcontraireaux
principesdel'islam (ibid., pp. 346-347).
151Il est quelque peutroublantqued'autrespeuplesvictimesdel'Occident(notamment ceuxd'Afriquenoire,
quiontsubi l'esclavage, la colonisationet l'apartheid) ne croientpas devoir,eux, utiliser la voiedu
terrorisme.
152Ibid., pp.51, 63, 65, 75,83et85 (BenLaden).
153Ibid., pp. 135, 136, 147, 149, p. 164n54, 165et286n8 (Azzam) etpp. 335et286n7 etn8
(alZawahiri).
154Ibid., pp.149, 175, 177 (Azzam).
155 Ibid., pp. 297 et309 (al-Zawahiri). Il ne s'agitpas du califat aboli par Ataturk, mais de l'institution qui
èmerégitlemondemusulmandelamortduProphètejusqu'au7 siècle.
156Ibid., p.93(BenLaden)etpp. 267, 273et277 (al-Zawahiri).
53considérécomme une catégorie dutotalitarisme tel quedéfinidemanièreétroite par
HannahArendt,c'est-à-dire parréférenceaunazismeetaucommunisme.
La réponseà une telle interrogationest négative. Nazisme et communisme
représentaient chacun un totalitarisme d'Etat, par ailleurs fondé surune idéologie
séculièreanti-religieuse. Or,aucundeces deux éléments ne se retrouvedans
l'islamisme. L'actiondecelui-ci n'est pas le fait d'unEtat,mais d 'organisationssans
assise territoriale bien déterminée. De plus,l'islamisme ne préconise pasun paradis de
typefuturistemaisarchaïque (le retouràl'âged'orducalifat).
En revanche, poséedans l'optique de la définitionlarge dutotalitarisme (celle qui
en faitunidéal-type wébérien),lamême questionappelle une réponsedifférente: il y a
bien un totalitarisme islamiste po rteur de deux des éléments majeurs de la
problématique totalitaire: l'idéologieet la terreur. En tantqu'idéologie, l'islamisme
157
s'inscrit dans le contextedela pensée totalitaire . S'il n'invoque pasune Loidela
Natureou de l'Histoire, il n'en professe pas moinsune véritéaxiomatique: dernièreen
datedes grandesreligions monothéistes,l'islamindiquel'unique voie vers le divin et
158exigela soumissionde touslesêtreshumainsà saloi .Quantàla terreur liée,elle ne
comportecertespas ce queHannahArendt considérait comme "la plus importante
159institutiondurégime totalitaire":les camps de concentration . Iln'en reste pas moins
quele terrorisme islamistechercheàinfliger,aux musulmans impies comme aux
160Occidentaux,lemaximumde pertes possibles – toutendéniantun statutd'innocence
aux "futurssoldats"que sontlesenfants.
Trois facteursprincipaux ont contribuéau développement de l'islamisme. Le
premier est l'échec dusocialisme et dupanarabisme, voiesà travers lesquelles certains
pays arabes avaient espéré réaliser leur développementsansréférence au modèle (haï,
maissecrètement admiré) du libéralisme occidental; la désillusionissuedeces
expériences généra un videidéologique quela religion, référence identitaireholistique
etrassurante par excellence, vint combler de manière pour ainsidirenaturelle. Le
deuxième facteur est lié aux frustrationssuscitéespar la politiqueoccidentale
(essentiellement américaine)vis-à-vis du conflit israélo -arabe; la partialité persistante
de cette politiquea puissamment alimentéles brasiers de la colèreislamiste. Le
troisième facteur, sans doutele plus crucial, tient aux problèmes d'adaptationdel'islam
aux conditions du mondemoderne. L'histoiredu faitreligieux révèle quelesreligions
émergentsouvent comme une forme de spiritualitéfraternelle ouverteavant de se
cristalliser autour de dogmes intolérants et, unjo ur,de se résoudreàcertains
accommodements avec la modernité.Pour desraisons qui tiennentsurtoutàl'absence
d'une autorité religieusecentralegaranted'orthodoxie,l'islamn'a pasàcejour réalisé
sonaggiornamento .
SelonOlivier Roy,l'islamisme traduiraitune certaine adaptationà la
mondialisationet donc, belet bien,à la modernité, maisune adaptationde type
dysfonctionnelcar liée (comme tout fondamentalisme)à undécouplage entre religion
157PierreHassnery voit"un totalitarisme religieux et guerrier" ("La revanchedespassions",Commentaire,
n° 110,été 2005, p. 307).
158Enoutre,la visiond'unecommunautédel'ensembledesmusulmansfondée surune symbiosedupolitique,
de l'économique, dusocialet dureligieux,n'est guère très différentedel'"Etattotal" inhérent aux régimes
totalitaires.
159Le système totalitaire,op.cit., p. 177.
160Al-Qaidadansle texte,op.cit., pp. 305et307 (Aymanal-Zawahiri).
54et culture. Il représenteraitun phénomène de déculturationdel'islam traditionnelbasé
surune redéfinitiondela religionà partir de critèrespurementreligieux et dénués de
161
toutlienavec unecultureouun territoire spécifiques .
Cela étant,denotre point de vue, l'islamisme ne justifie pas la formule apocryphe
ème
(attribuéeàMalraux) prophétisant que "le 21 siècle sera religieux ou ne sera pas".
Comme l'afait observer Edgar Morin, le siècle précédentfut "fanatiquementreligieux",
notammentà travers la religionde salut terrestre que représentale communisme, tout
162en restant inconscient"de la nature religieusede ses idéologies" . Le vrai problème
auquel se trouve confronténotre sièclenaissant n'est pas celuid'un regaindusentiment
religieux,mais dela religiosité.Celle-ciest avanttout une "réinventiondelanorme" –
une démarche qui privilégielanorme littéraleaux dépens du message et desvaleurs de
la religion. Elle illustrele triomphe dusigne extérieur de la religion, comme le montre,
163
parexemple,l'importance prise parla questionduvoileislamisteenOccident .
L'islamisme n'est qu'une forme dévoyée etpathologiquedusentimentreligieux
qui, en fait,nie lesvaleurs communesà toute spiritualité religieuse. Il se réclamed'une
religionanachronique, dépouilléede son humanisme etsoumiseàdelaborieux
bricolagesthéologiques–comme, par exemple,celui recommandant
des"opérations164martyrs" pourjustifierle suicide que prohibe pourtantl'islam .
Quelle que soit la réalitédu découplage entre religion et culture, l'islamisme ne
constitue pas davantage une preuveenfaveur de la nocive théorie du"choc des
civilisations" qui, conceptuellement,n'apporte (selonl'aphorisme de Lautréamont)
qu'une "quantiténotable d'importance nulle". Si choc il y a, c'est celuides
fondamentalismes de tous bords et de toutenature (islamistes,intégristes catholiques,
évangélistesprotestants,néo-conservateurs, ultra-libéraux,etc.), soittous les
promoteurs de la pensée unique. Lesreligions demeurent l'une des forteresses lesplus
protégées de celle-ci. La raison en est quelestroisgrandesreligions monothéistesne se
165
ne se sont jamaisreconnues comme égales . Si le principedel'égalité prédomineau
seindel'anthropologie,delalinguistique, du droit internationalet de bien d'autres
domaines,ilest interdit de séjo ur dans le mondedesreligions oùprévaut ce quel'on
pourrait appeler le primat de la voieparrapportàladestination–celuidu moyen
d'accèsaudétrimentdel'arrivéeaudivin.
Encorefaut-il reconnaître que, par delà leur sectarisme,les fondamentalismes
peuvent occasionnellement converger dans l'aversion vis-à-vis de l'avortement,de
161 Olivier Roy: "IslamenEurope. Choc desreligions ou convergencedesreligiosités?",Conditions of
European Solidarity. Edited by Krzysztof Michalski, vol. II: Religionin the New Europe. Budapest,New
York,CentralEuropeanUniversityPress, 2006 (http://www.eurozine.com/articles/2007-05-03-roy-fr.html)
162EdgarMorinetBrigitteKern:Terre-patrie,op.cit., p. 206.
163OlivierRoy,op.cit.(http://www.eurozine.com/articles/2007-05-03-roy-fr.html).OlivierRoysoutientque,
partout dans le monde d'aujourd'hui, la religiositél'emporte sur la foi religieuseence sensque "le retour de
religiosité sefaitcontrela religion".
164En 1996,Ben Ladenaffirma queles militants islamistes"aiment autant la mort que vous [Occidentaux]
aimez la vie"(Al-Qaidadans le texte,op. cit., p. 55). Sur les"divines faveurs accordées aux martyrs",cf.
ibid., pp. 136, 170n89, 171 (Azzam) etp.304n 71 (al-Zawahiri) et, pour plus de détails,Farhad
Khosrokhavar :Lesnouveauxmartyrsd'Allah.Paris,Flammarion, 2002.
165Sur cette question, voir le remarquable commentairedeSamir Amin: "Judaïsme,christianisme,islam:
réflexionssurleursspécificitésréelles ouprétendues(visiond'unnon-théologien)",SocialCompass, vol.46,
No4, 1999, pp.545-561.
55166
l'euthanasie ou de l'émancipationdes femmes . Exemplaireà cet égard (et jusqu'àla
caricature) est l'ouvrage que vient de publier DineshD'Souza, unnéo (outhéo)
ème
conservateur américain. Ce livreaffirme quelagrande question qui se poseence 21
siècleest celle de l'antagonisme entredeux types de morale: l'une "traditionnelle",car
conforme à unord reéternel transcendantquidélimitecatégoriquement les aires
respectives du bien et du mal, et l'autre "libérale"qui, en permettantàl'individude
définir de manièreautonomelechamp dubienetdumal, favorisedes valeursnégatives
tellesque "la laïcité, le féminisme,l'homosexualité, la prostitution et la pornographie".
L'auteur conclut queledevoir de l'Etat américainest de promouvoir la morale
traditionnelle et celuides citoyens américains de s'y conformerpleinement. Dépassant
toutemesure, il vajusqu'à reconnaîtreàl'idéologie islamistelemérited'attirer des
croyants moralementsupérieurs aux libéraux athées,agnostiques ou laïques,ainsi que
de générer des militants disposés au martyreau nomdeleur foi. Dans cetteoptique,
l'auteur admet même queBen Ladenn'avait guère tort de reprocheràl'Amériquelaïque
167
d'être unecivilisationen rébellioncontreDieu …
2.Lacorruptionduprincipedeladémocratieoccidentale
Auseindu mondeoccidental,le péril de l'hyper-terrorismea réouvert le débat
philosophique sur la finet les moyens. En effet, pour assurer la protectiondeleurs
institutions,lespays occidentauxont adoptédes mesuresàmaintségardsattentatoires à
la démocratie etàl'Etat de droit–illustrant ainsila remarquedeMontesquieuselon
laquelle la corruptiondechaque typegouvernement commence par celle de ses
168principes .
Acejour,cettecorruptionduprincipedémocratiquen'est sans doutenulle part
alléeaussiloin qu'aux Etats-Unis. Dans ce pays,dessignes de ce quel'on pourrait
appelerun "pré-totalitarisme"(entendonspar là certains aspects caractéristiques de la
pensée et despratiquestotalitaires) ont fait leur apparition. Si les attentats du11
septembren'ontpas directement générécette tendance, ilsse sont néanmoinsproduits
surun terrainfertile. Comme rap pelé par PatriceHigonnet,à côtéd'une Amérique
tocquevillienne etpost-moderniste, ilyaaussicelle dont le faciès est modelé par des
169opposants farouches au libéralisme "efféminé" etàlamodernitécorruptrice . Cette
Amérique-là se trouvaitparfaitement incarnée par l'administrationBushJr dont l'aile
dirigeanteétait constituée de néo-conservateurs et de fondamentalistesreligieux soudés
parunagendacommun. Les attentats fournirentàcettecoalitionl'occasion rêvée de
166Surcedernierpoint, rappelonsle texte sacré suivantdûà saintPaul: "Toutefemme qui prieouprophétise
têtenuefait affrontà son chef; car c'est exactement comme sielle étaitrasée. Si la femme ne porte pas de
voile, qu'elle sefasse tondre!Maissic'est unehonte pour unefemmed'être tondueourasée, qu'elle porte un
voile!L'homme,lui, ne doitpasse voiler la tête: il est l'imageet la gloiredeDieu; mais la femme est la
gloiredel'homme. Car ce n'est pas l'homme quia été tirédelafemme,mais la femme de l'homme. Et
l'homme n'a pas étécréé pour la femme,mais la femme pour l'homme. Voilà pourquoi la femmedoitporter
sur la tête une marqued'autorité (…)",La Bible, traductionœcuménique (TOB):Premièreépîtreaux
Corinthiens,XI, 6-10.
167 TheEnemy at Home.The Cultural Left and Its Responsibility for 9/11. NewYork, Doubleday, 2007, 333
p.
168De l'esprit des Lois,VIII.1. Montesquieu avait établi une distinctionfondamentaleentrela structuredu
gouvernement- "ce quilefaitêtre tel"-etle principedecelui-ci, "ce quilefaitagir" (ibid.,III.1).
169 erPatriceHigonnet: "Le triomphedufondamentalismeaméricain",Libération, 1janvier2004.
56mettreen œuvre une politiqueinspirée de l'idéologiedeCarlSchmitt et d'une certaine
récupérationdela pensée philosophiquedeLeoStrauss.
De l'idéologiedeCarlSchmitt,l'équipeaupouvoir a repris les éléments
fondamentaux que sont la dichotomie ami/ennemi,le rejet de toute règle du jeu
internationale et la nécessitéd'unpouvoir exécutif tout-puissant empiétantsur les
170prérogatives du législatif et du judiciaire . Les emprunts à LeoStraus (1899-1973)
171
quifut l'élèvedeCarlSchmitt sont discernables avec moins de précision . La pensée
complexedece philosophe juif allemand, qui s'installa aux Etats-Unis en 1944 et
enseigna pendant longtempsàl'UniversitédeChicago, est en effetriche de
sousentendus ou de non-dits qui prêtentà une grande diversitédelectures.
Réflexionantimodernisteet anti-libérale sur lesrapports opposant la loiau droit naturel et la raison à
la religion, l'œuvredeLeo Strauss(fondée surune relecture subversivedestextes de la
philosophieclassique) développait l'idée de la sauvegarde destraditionspar la religion
172etcelledu"mensongenoble"desgouvernantsàl'égarddesmassesnon-éclairées .
Sur le plandesrelations internationales,l'administrationBusha clairement fait
sienle paradigme central de la vision schmittienne,à savoirqu'une nationne réalise sa
destinée manifeste qu'à travers l'identificationd'unennemiàanéantir dansuncombat
mené sans autre règle quecelle delaloi duplus fort. L'invasiondel'Iraq en représenta
la premièredémonstration pratique. Loin d'être une réponseà une menace réelle contre
les Etats-Unis,elle procédad'unecertaine combinaison complexedemotivations
spécifiquesd'ordrespsychologique,économiqueet idéologique.
En premier lieu,l'interventionmilitairefut unétalagenarcissiquedeforce motivé
parun traumatisme tout aussinarcissique: pour rétablirson prestigeaprès les attentats
du11septembre, les Etats-Unis avaient besoindefaire "payer la noteà quelqu'un",en
173
l'occurrenceà un régimeodieux . Il était aussi psychologiquement crucial qu'une
interventionmilitairedegrande envergureenIraqsoit menée sans l'aval de l'ONU, de
manièreàdissuaderune nouvelle attaque terroristeet,enmême temps,à confirmer la
déterminationdeWashington àne tolérer l'émergenced'aucun rival sur la scène
internationale. De surcroît, une victoiremilitairefacile etretentissanteétaitunmoyen
opportundefaciliter la réélectionde G.W. Bushdansune société qui se vitsur le mode
d'uneffetspécial permanent.
170 èmeCatholiqueallemand quiadhéraau nazisme dès1933 et devint le juristedu3 Reich,CarlSchmitt
(1888-1985)se réclamaitdela traditiondeThomasHobbes.Portantsurledroitconstitutionnel,ainsi que sur
la philosophiedu droit,del'Etat et desrelations internationales, son œuvrefoisonnantefut avanttout celle
d'unidéologuedespouvoirs d'exception, de la souverainetéabsolueet durejet de normes de conduite
universelles auplaninternational.:cf. notamment La notiondu politique (Paris,Calmann-Lévy, 1988, 336
p.),Parlementarisme et démocratie (Paris,Seuil, 1988),La dictature (Paris,Seuil, 2000); Du politique.
Légalitéetlégitimitéetautresessais (Paris,Pardès, 1990)etThéoriedelaConstitution(Paris,PUF, 1993).
171 Les écrits de LeoStrauss incluent Penséessur Machiavel (Paris,Payot, 1982),Droit naturel et histoire
(Paris,Plon, 1954),Dela tyrannie (Paris,Gallimard, 1983),LaCitéetl'homme (Paris,PressesPocket, 1987),
Le libéralisme antiqueet moderne (Paris,PUF, 1990),La philosophiepolitiquedeHobbes (Paris,Belin,
1991),Qu'est-cequelaphilosophiepolitique? (Paris,PUF, 1992) et Nihilisme et politique (Paris,Rivages,
2001).
172LeoStraussainterprétédanssa propreoptiqueanti-libéralel'expression "noblemensonge"quifiguredans
la République de Platon (414c). Sur la récupérationdeLeo Strausspar le néo-conservatisme,cf. Anne
Norton : LeoStrauss et la politiquedel'empireaméricain(Paris,Denoël, 2006) et Shadia B. Drury : Leo
Strauss and the American Right (London, Macmillan, 1997) et ThePolitical Ideas of LeoStrauss.(New
York,PalgraveMacmillan, 2005).
173 En fait,depuis les années 90, tout ungroupedenéo-conservateurs(précisément ceux quiallaient
constituerl'administrationBush)cultivaitl'obsessionde renverserle régimeirakien.
57En deuxième lieu,l'invasiondel'Iraq avaitpour objectif lesressources du
deuxième producteur mondialde pétrole (dont la mainmise permettait de réduirela
dépendanceaméricaine vis-à-vis de l'Arabie saouditeet de disposer d'une carte
appréciable faceàlamontée en puissance de la Chine),ainsi quel'installationdebases
militaires dans le voisinagedel'Iran et despays d'Asie centrale riches enénergie– sans
compter le pactolefinancier dont bénéficieraient lessociétéspétrolières américaines et
lescompagniesprivéeschargéesdela reconstructiondel'Iraq.
En troisième lieu,laguerrefut conçuedans le cadred'une stratégie visantàcréer
unnoyaudedémocratie qui,à partirdel'Iraq, s'étendraitàl'ensembled'une régionoùle
terrorisme internationalavaitson berceau–ineptiemonumentalecar,contrairement à
la dictature, la démocratie n'est pas exportable et ne peut résulter qued'un processus de
conquêteendogène.
Lesprétextes officiels invoquéspour justifier l'invasion (acquisitiond'armes de
destructionmassive par le régimeirakienet collusiondecedernier avec Al-Qaida)
ayant étécontrouvés et l'occupationdel'Iraqtournant au fiasco,l'administration
américaine changeade registreendéclarantune "guerrecontrela terreur"qu'elle
présentacomme uncombat idéologiquecomparableàceluimenéautrefois contrele
174communisme et le nazisme . Les impératifs de cetteguerre sans finà unennemi
insaisissable fournirent àl'administrationl'occasiondemettreen œuvre, auplan
intérieur, unélément important del'idéologie schmitienne:l'accroissement dupouvoir
exécutif.
Partisan d'undroit d'exceptionextrême, CarlSchmitt professaitquela sauvegarde
de l'ordreconstitutionnelen situationde péril habilitait l'exécutifà tous les abus de
pouvoir,y compris le contrôlede l'appareiljudiciaireet dupouvoir législatif,ainsi que
la dérogationaux libertés civiles fondamentales. Dans cet ordred'idées,on signalera
l'abus de la pratiqueconstitutionnelle des"signing statements",déclarations de
promulgationapposées aux lois émanant du Congrèspermettant auPrésident des
EtatsUnis de ne pas appliquer celles-ci. Faut-il rappelerque, dansun régime totalitaire
ème
comme celuidu3 Reich, la loin'était censée être quel'expressionde la volonté
personnelle du Führer? On citera aussila propension de l'administrationà utiliser le
175
Département de la justiceet l'ap pareiljudiciaireàdes finspolitiquespartisanes .
L'expansiondupouvoir exécutif atteignitun summumavec l'adoptionbâclée (parun
Congrès manifestantune complaisance rareendémocratie) duPatriot Act de 2001. Ce
textede quelque 340pages institua undispositif demesures anti-terroristessans
précédent incluant notamment la surveillancedes conversationstéléphoniques et du
courrier électroniqueet l'accès aux dossiers médicaux et comptes bancairessans
autorisationjudiciaire, sur la basede simples"National Security Letters". Le dispositif
était destinéàla préventionet àla répressionduterrorisme "domestique" et
international (ce qui visait l'ennemi intérieur autantqu'extérieur),ainsi que– de
176manièreinquiétante–àd'autresfins("otherpurposes")indéterminées .
174Certains néocons,notamment James Woolsey(ex-directeur de la CIA),considéreront même la guerre
contrele terrorismecommela "quatrièmeguerremondiale"–la troisièmeayantétélaguerrefroide.
175Par ailleurs,lestentatives d'assurerpartous les moyens la suprématie durable desrépublicains allaient
dansle sensd'unmonopartismedefait.
176 Intitulée "TheUnitingand Strengthening Americaby ProvidingAppropriateTools Required toIntercept
andObstructTerrorismActof 2001 ",laPublicLaw107-56communémentappeléePatriotActfutadoptéele
11 septembre 2001 par le Congrès et confirmée par le Président Bushle 26 octobre suivant. La loifut
58L'érosiondel'Etat de droitquiaffecteaujourd'huiladémocratie américaine ne se
limite pasàla violationdela séparationdespouvoirs, principefondamental queles
pères fondateurs de la Constitutiondupays avaientprécisément conçu comme un
rempartcontrela tyrannie.Elle semanifesteaussi souslesdiversesformessuivantes :
-Subversiondu langage politique. HannahArendt avaitrelevé queles régimes
177
totalitaires ne pouvaientse passer de la pratique du mensonge politique . Pour
sa part,George Orwellavaitsignalé,dansun texte de 1946, quelelangage
politique "is designed tomake liessound tru thfuland murder respectable, and to
178give the appearance of solidity topure wind " . Dans l'optique de la conception
straussienne du mensonge nécessaireou"noble",onne peut que reconnaîtrela
virtuositédont l'administrationBusha faitpreuveenmatièrede subversion
linguistique. Signalons àcet égard, entreautres,laformule "techniques
d'interrogation renforcées" (justificatricedela torture) et certaines législations
dont le contenu est àl'opposédeleur intitulé –comme le Healthy Forest
RecreationAct (quiautorisel'industrie du boisàexploiter le parcforestier du
pays),la Clear Skies Legislation(qui rabaisseles exigences normatives en matière
de pollutiondel'air) ou encorele Military CommissionsAct (quiassureauxagents
du gouvernement l'immunitéàl'égardde poursuites pour crimes de guerre).
Relevons aussi quel'administration prétendit être intervenueenIraqpour "libérer"
celui-ci au nomdel'impératif démocratique, oxymoreimpliquantqu'il y aurait
doncdes …"agressions démocratiques"!Faut-il rappelerque, lors de la guerre
froide,les Soviétiques envahissaient despays de leur propreblocau nomdel'
"internationalisme prolétarien" et de la "défensedes"acquis du communisme"?
Dans le contexte plus général de la "guerrecontre la terreur",l'administration
américaine ne cessed'invoquer les leitmotivede "liberté" et de "démocratie".
Cette rhétorique (dont le formalisme ne diffèreguèredeceluidesslogans
soviétiquessur la "libérationdespeuples colonisés" et le "communisme radieux")
subvertit le vocabulairedel'idéalisme wilsonien pour justifierune politique
179dédaigneusedudroitinternational,desdroitsde l'hommeetdumultilatéralisme .
-Dénidela réalité. RappelonsqueHannahArendt avait bien mis en évidencela
prétentiondel'idéologiededisqualifieràlafois l'expérienceet la réalité.Ce déni,
propreà touteidéologie quel que puisseêtre son contenu,a connuson apogée
avec la singulièredéclarationdans laquelle unconseiller direct du Président Bush
affirma quel'administrationn'avaitquefairedela réalitéapparentedumonde pour
la simple raison quel'empire qu'étaient désormais devenus les Etats-Unis avait les
180
moyens de créersa propre réalité! En clair:la réaliténe pouvaitplus être que
renouvelée en mars 2006 avec des dispositions introduisant certaines"sauvegardes" relatives aux libertés
civiles,maislePrésidentBushyapposaaussitôtun "signing statement"restricitf.
177Le système totalitaire,op.cit., p. 143.
178PoliticsandEnglishLanguage (1946,http://www.mtholyoke.edu/acad/intrel/orwell46.htm).
179Au moment del'invasiondel'Iraq,l'administration professaitquela "missiondoitdéterminerlacoalition"
ou,autrement dit, quelemultilatéralisme n'était acceptable que sur la basedecoalitions de circonstance
(coalitionsof the willing)etnon pasd'institutionspermanentestellesquel'ONU.
180''We'reanempirenow,and when weact, wecreateourown reality. And while you're studying thatreality
-judiciously,asyouwill- we'll act again, creatingother newrealities, which you can studytoo, and that's
howthingswill sort out. We'rehistory's actors... and you,all of you, willbelefttojuststudywhatwedo''
59l'effet d'actes justifiant,à titre rétrospectif,la pertinence des décisionsprises dans
lecadred'une politiqueimpériale.Décréterquela réalitédoitconfirmerl'idéologie
(et nonl'inverse)revientpourtantà s'enfermer dansune logiquecirculaire. C'est
bien une telle logique qui permetàl'administrationaméricaine de soutenirsans
cessele raisonnement aberrantsuivant:la réalité d'unfront centraldeluttecontre
le terrorisme internationalenIraqaétédémontrée par … l'invasiondecelui-ci –
alors quecetteinvasionavait elle-même généréle terrorisme (et le
fondamentalisme) dans le pays. Ce schémamental est àbiendes égards
comparableàceluidel'URSSbrejnévienne.
- Subordinationde la scienceàl'idéologie. L'administrationBusha déployé une
stratégie visant à récuser le darwinisme (auprofit du créationnisme),le
réchauffement climatiqueet la recherchemédicale sur les cellulessouches,ainsi
qu’àcontrer lesprogrammes onusiensrelatifs auplanning familial. La promotion
du"créationnisme" fait immanquablementpenser au"lyssenkisme" de l'ère
181
stalinienne ?
- Intimidationdes médias. Bien quebénéficiant dusoutiend'un réseaupuissant et
agressif de médiasultra-conservateurs ou fondamentalistes,l'administrationn'a
guèrehésitéàfaire pression sur les médias indépendants ouàles intimider(au
nomdupatriotisme). La gravitédeladésinformation quiena résulténe saurait
être sous-estimée pour une raisonévidente:alors quela propagandeofficielled'un
régime totalitairenefaitsouvent guèreillusionauprès des citoyens asservis,les
informations déformées ou mensongères circulant au seind'une société
démocratiqueonttendanceàêtreacceptéescomme véridiques parle public.
- Etablissement d'un système carcéral planétaire. L'administrationBusha créé un
réseauqui, outredesprisons classiques,comprenddes centres de détention
itinérants sur des navires géréspar la CIA. Le réseaus'étenddes Caraïbes au
Proche-Orient et de l'Europeà l'Asie. Ses centres nerveux connus se trouvent aux
Etats-Unis,à Cuba (Guantanamo),en Iraq,enAfghanistan (basedeBagram,dite
"Salt Pit")– sans compter dessitessuspects en Thaïlande, Algérie,Ouzbékistan,
Qatar,Zambie, DiegoGarcia, etc.Sans avoir l'ampleur du Goulagou des camps
de concentrationnazis,le systèmen'en est pas moins condamnable parses
pratiques de détentionindéfinie de suspects sans charge ou inculpationlégales,de
maintienausecretsans aucune communication possible avec le mondeextérieur
et, surtout,de tortureet autres traitements cruels,inhumains ou dégradants. Avec
ces bagnes, une certaine conception de la démocratieaméricaine et même
occidentaleest en traindemourir. Faut-ilencore signalerqueladirectiondu
Département de la Justiceaméricainest confiéeàl'homme quia forgé des
182justificationsprétendument juridiquesàl'usagedela torture ? Faut-ilégalement
rappeler le rapport du Parlement européen établissantqu'entre 2001 et2005des
avions de la CIAauraient faitsecrètement escaledans les aéroports de divers pays
(interview d'unconseiller,non identifié,du Président Bush recueillie par RonSuskind dans le New York
Timesdu17octobre 2004).
181Auteur d'une théorie pseudo-scientifique rejetant la génétiquemendélienne comme "réactionnaire",
TrofimLyssenko prétenditpouvoirmodifierlesgènesdesplantesà partird'uneaction surl'environnementde
celles-ci.
182Pour mesurer l'étenduedes atteintesportées aux libertés fondamentales,cf. la "Must-Do List" minimale
proposée parleNew YorkTimesdu4mars 2007en vuedela restaurationdel'EtatdedroitauxEtats-Unis.
60de l'Unioneuropéenne avec,àleur bord, dessuspects kidnappésàl'étranger aux
fins de leur acheminementàGuantanamoou de leur restitution (procéduredes
"extraordinary renditions") àleurspays d'origineoù la tortureest pratique
183courante ? . Il est regrettable de constaterquede tellesviolations étaient
inconcevablessans la complicitéau moinstacitedesservices du Haut
Représentantpour la politiqueétrangèredel'Union européenne et du
184
coordonnateureuropéendelaluttecontrele terrorisme .
Les Etats-Unis n’ont certespasrompu avec la démocratie. Ils ne confirmentpas
tous les éléments dutableau cauchemardesqueimaginé par Sinclair Lewis dans le
185
roman It Can't HappenHere (1935) . Il n'en reste pas moinsqu'une administration
inspirée par la conviction quelafin doit justifier les moyensainstitué un régimeaux
tendancesorwelliennes.
II.L'actualitédelabanalité(etdelanormalité)dumal
La relégationdestotalitarismes naziet communisteau musée de l'histoiren'a
nullement affectéle statutphilosophiquedela réflexion sur la "banalitédu mal"que
HannahArendt formulaà partir de l'observationdirecteduprocèsd'AdolfEichmannen
186 èmeIsraël . En ce début du21 siècle, cette réflexiongarde pleine validité tout en
appelantcertainesclarifications quantà sonobjet réel, sajustificationetsa portée.
Il ne fait nuldoute quel'idée à la basedecette réflexion profondeaétéexprimée
d'une manière peu heureuse. La formule "banalitédu mal" ne concerne pas le malen
tantquel (quine saurait être qualifié de banalétant donné qu'il s'agit icide sa forme
suprême),mais les agents humains du mal. Plus précisément,elle viselabanalité
(entendueausens de non-anormalité) de la personnalitédeces agents parrapport à la
naturemonstrueusedeleurs forfaits. Déroutée parun tel gouffre, HannahArendtaen
outreestimé, plutôt malencontreusement, que "ce quiest horrible peut non seulement
être ridicule,mais aussifranchement comique",car"tout le monde pouvaitvoirquecet
homme [AdolfEichmann] n'étaitpasunmonstre [etqu']ilétaitvraiment difficile de ne
187
pasprésumerquec'étaitunclown" .
Par ailleurs,HannahArendtaconsidéré quelabanalitéen questiondécoulait de
"l'absence de pensée"provoquée par l'obéissance aveugleaux impératifs de l'ordre
183Cf.TrevorPaglenet AdamClayThompson :Leschartersdela torture.Paris,Saint-Simon, 2007, 144 p .
184 Cf. le Rapport de Giovanni ClaudioFava sur"L'utilisationalléguéede pays européenspar la CIA pour le
transport et la détentionillégale de prisonniers"(Parlement européen,document A6-0020/2007 du31 juillet
2007. Le rapport épingle unedouzainede paysdel'Unioneuropéenne (dont leRoyaume-Uni, l'Allemagneet
l'Italie),avec une mention particulière pour la Roumanieet la Polognefortementsoupçonnées d'avoir
hébergé desprisonssecrètes de la CIA. Voir aussileRapport de Dick Martysur les"Allégations de
détentionssecrètes et de transferts interétatiques illégaux de détenus concernant des Etats-membres du
Conseildel’Europe"(Assemblée parlementaireduConseildel’Europe,Doc.10957du12juin 2006).
185 Le roman décrit l'avènement d'unPrésidentqui,à partir de la manipulationdupatriotisme américainet
avec l'appuideladroite religieuseet des milieux d'affaires, parvientàmonopolisertous lespouvoirs,créér
descampsdeconcentrationdans le pays et entreprendre sousdefaux prétextesuneguerrecontreleMexique
voisin. JoeConasonaadaptéce scénarioàla présente réalitédans It CanHappenHere. AuthoritarianPeril
in theAgeofBush(NewYork,ThomasDunneBooks/StMartin'sPress, 2007, xiii-238 p.).
186HannahArendt : EichmaninJerusalem:A Report on the Banality of Evil (1963,EichmannàJérusalem.
Rapport surlabanalitédu mal,Paris,Gallimard, 2002,522 p., "Foliohistoire", 32).
187Ibid., pp. 116et126.
61188
totalitaire . La pertinence du fond de l'argument est,làaussi, affectée parsa
formulation. L'adhésionà une idéologieentraîne,certes, une renonciationà l'esprit
critique. Toutefois,la substitutiondesprésupposés de l'idéologieà la réflexion
individuelle favoriseaussi uncertaindélirelogique qui secaractérisemoinsparune
"absence"que par un surplus de pensée. Il s'agit ici d'une absence de moraleet de
remords, plutôtquede pensée.
Enfin, bien quedéduitedel'expériencedutotalitarisme,l'expression "banalitédu
mal"relèved'une problématiquegénéraleautrement plus vaste. Elle implique une idée
lourde de conséquences:celle de la normalité du mal. HannahArendt avait bien
conscience du lienentrelemal absolu et ce qu'il est convenu d'appeler la nature
humaine. Dansses Cahiers de pensée,elle avait noté que "le mal radical existe, mais
189paslebien radical" .Toutefois,elle n'est pasalléejusqu'auboutdecette remarque sur
l'impossibilitéd'une définition pratiquedu bien absolu, remarquedont la logique
pouvait meneràlaconclusion pessimistedelanormalitédu mal. En d'autrestermes,
190
ellea voulu ignorerquel'êtrehumain étaitàlafois homo sapiens et homodemens .
Susceptible d'altruisme,de solidarité, de créativitéet de rationalité, l'homme est en
même temps extraordinairementsolipsiste, cruel,destructeur et irrationnel, aupoint
d'utiliser les catégories de sa raison pour justifierses actes lesplus monstrueux. La
malédictionde sapiens demens ne tientpastantàl'existence decettedualitémême
qu'audéséquilibre persistantentrelesdeuxélémentsdecelle-ci:de tous temps,demens
l'aemporté sur sapiens.Trois éléments de confirmation peuvent êtreavancés dans ce
sens.
Le phénomène de la guerre, de Sumer ànos jours,fo urnitune première
confirmation. Dansune page saisissantede La citéantique,Fustel de Coulanges avait
constaté que, dans l'Antiquité, "il n'y avaitpas l'idée d'undevoir, quel qu'il
soitvis-àvis de l'ennemi (...). On ne faisaitpasseulement la guerreaux soldats:onlafaisaitàla
population tout entière, hommes,femmes et enfants,esclaves. On ne la faisaitpas
seulement aux êtres humains; on lafaisait aux champs et aux moissons(...). On
exterminait les bestiaux (...). Une guerre pouvait fairedisparaîtred'un seulcoup le nom
191et la race de tout un peuple ..." . L'Antiquitéfut bien régie par ce quel'on pourrait
appeler la "loideXénophon",envertu de laquelle le vainqueur pouvait disposerà sa
guisedespopulations,des biens etdesterritoiresdupeuple vaincu.Xénophonavaitfait
tenir auroi Cyrus,alors sur le point de conquérir Babylone,lediscourssuivant: "C'est
une loi universelle et éternelle que, dansune ville prise sur des ennemis en état d e
guerre, tout,et lespersonnes et les biens,appartiennent aux vainqueurs. Vous ne
commettez donc pas d'injusticeendétenant les biensque vous avez,et c'est pure
192
humanité, si vous ne leur prenezpastout et leur laissezquelquechose" . Bien des
188 Ibid., p. 495. Denis de Rougemont estimait aussi que "l'absence de pensée est plus dangereuse que
n'importe quelle penséefausse"(Lettressurlabombeatonique.Paris,Gallimard, 1946, p.58).
189 Journal de pensée,op. cit., vol 1, p. 371. Pour elle,lemal radical est "le fait de rendrel'homme superflu
tout en conservant legenrehumain dont on peutà tout moment éliminerdesparties" (ibid., p. 32). Dansune
remarque sur la pensée de Marx,HannnahArendt faitréférence aux phénomènes de "la déshumanisationde
l'hommeet[de]ladénaturationdelanature", soitdugénocideetdel'écocide (ibid., p. 73).
190Edgar Morin : Le paradigmeperdu. Paris,Seuil, 1973, pp. 107-127. Voir aussi Terre-patrie,op. cit., p.
167.
191FusteldeCoulanges :Lacitéantique.Paris,Flammarion ("Champs", 131), 1984, pp. 243-244.
192Xénophon: Cyropédie,livreVII, chapitreV (Œuvres complètes. Paris,Garnier/Flammarion, 1967, p.
262).
62