Politiques de Thomas Sankara et de Blaise Compaoré

-

Livres
506 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Du 7 novembre 1982 au 31 octobre 2014, de jeunes officiers ont instauré un régime de terreur au Burkina Faso. C'était le même esprit du mal qui animait les responsables : les "quatre chefs historiques", ensuite Thomas Sankara et après, Blaise Compaoré. Ces responsables étaient influencés par l'idéologie marxiste-léniniste sous la conduite du Parti Africain de l'Indépendance (PAI). Au cours de ces trente-deux ans, ils ont violé les droits humains, commis des crimes économiques, menti au peuple... Cet ouvrage est l'expression, pour l'auteur, d'un devoir de vérité et de mémoire, c'est aussi un acte de foi et un engagement dans la nouvelle évangélisation.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2015
Nombre de visites sur la page 146
EAN13 9782336387314
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
André RochCOMPAORÉ
POLITIQUES DE THOMAS SANKARA ET DE BLAISE COMPAORÉ
Et enseignements de l’Église catholique
BURKINA FASO
Politique et dynamiques religieuses en Afrique
Politiques de ThomasSANKARAet de BlaiseCOMPAORÉEt enseignements de l’Église catholique
André Roch COMPAOREPolitiques de ThomasSANKARAet de BlaiseCOMPAORÉEt enseignements de l’Église catholique L’Harmattan
© L'Harmattan, 2015 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN :978-2-343-06840-4EAN :9782343068404
Dédicace Je dédie ce livre à mes parents qui m’ont transmis la foi chrétienne, à mon épouse Cécile, à nos quatre fils auxquels mon épouse et moi avons transmis la foi chrétienne reçue de nos parents respectifs, et qui ont tous été la risée de tant de concitoyens lors de mon procès inique en 1984 et de mes détentions au camp militaire et à la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO). Je dédie ce livre à mes frères et sœurs et aux familles alliées qui nous ont soutenus lors de nos épreuves. Je dédie aussi ce livre à toutes les familles burkinabé qui ont perdu un fils ou une fille ou dont les membres ont été injustement détenus dans les centres de tortures, jugés, condamnés, emprisonnés, ou déportés à Pô et à Dori au cours des trente-deux (32) dernières années (du 7 novembre 1982 au 31 octobre 2014) de l’histoire de notre pays. Je dédie ce livre aux centaines de veuves, orphelins et orphelines que la Nation et les hommes politiques continuent d’oublier, de mépriser et dont les droits fondamentaux sont violés, notamment ceux concernant la vérité sur les circonstances de décès de leurs époux et pères alors même qu’on s’entête à protéger les assassins de ces derniers. Je dédie ce livre enfin aux milliers de fonctionnaires (civils et militaires) qui ont vu leurs carrières illégalement brisées et dont les enfants n’ont pas pu poursuivre leurs études par manque de soutien financier.
« Tu nous as donné ton Esprit, Seigneur Dieu, afin qu’il agisse en nous : fais qu’il nous porte au combat pour la justice et la vérité» (Prière du Temps Présent, Cerf/Desclée, p. 257). « Dieu qui montres aux égarés la lumière de ta vérité pour qu’ils puissent reprendre le bon chemin, donne à tous ceux qui se déclarent chrétiens de rejeter ce qui est indigne de ce nom et de rechercher ce qui lui fait honneur »(oraison du 15e dimanche du Temps ordinaire inPrière du Temps Présent, Cerf/Desclée, p. 564).
Préface L’Église catholique nous enseigne que «la puissance de Satan n’est pas infinie. Il n’est qu’une créature, puissante du fait qu’il est pur esprit, mais reste toujours une créature : il ne peut empêcher l’édification du Règne de Dieu. Quoique Satan agisse dans le monde par hainecontre Dieu et son Royaume en Jésus-Christ, et que son action cause de graves dommages – de nature spirituelle et indirectement même de nature physique – pour chaque homme et pour lasociété, cette action est permise par la divine providence qui, avec force et douceur, dirigel’histoire de l’homme et du monde. La permission divine de l’activité diabolique est un grand mystère, mais ‘‘nous savons que Dieu fait tout concourir au bien de ceux qui l’aiment’’ » (Rm 8, 28) (Le Catéchisme de l’Église catholique, Éditions MARME/PLON, 1992, § 395, p. 89). Combien de chrétiens ou d’hommes de bonne volonté prennent au sérieux cette interpellation ? Combien de Burkinabé pensent que Satan est impliqué dans les événements douloureux qu’ils ont vécus depuis plus de trois décennies ? Il est conseillé de ne pas voir Satan partout, mais il est aussi dangereux de ne le voir nulle part. On parle plus souvent de l’emprise du démon sur les hommes (tentation, infestation, séduction, liens, obsession ou oppression, possession) et sur les lieux. Le degré de l’emprise démoniaque est défini par un théologien ou un exorciste nommé par un évêque. Lesdommages graves l’action de Satan sur la de société sont moins évoqués. Dans les enseignements pontificaux sur la Franc-maçonnerie, les autres sectes, les sociétés secrètes (communisme et Franc-maçonnerie) sont souvent qualifiées de perfides, ainsi que leurs actions perverses qui causent de graves dommages dans les sociétés. Lediabley est considéré comme le principal instigateur de ces actions néfastes contre l’Église et la société civile. « Vaincre en eux (les membres des sociétés secrètes) le démon, leur maître »