//img.uscri.be/pth/89a1000225a001ac062d096be6902356f95d3106
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,50 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Prospective d'un monde en mutation

De
221 pages
L'enjeu de nos sociétés est de parvenir à dégager des stratégies créatives qui allient vision et action pour construire un avenir meilleur. Dans ce sens, ce livre s'adresse à l'ensemble des parties prenants, que ce soit les Etats, les entreprises ou la société civile qui se posent la question du devenir planétaire. Il propose une série de contributions d'auteurs venus de divers horizons, tous amis du Club de Budapest, oeuvrant chacun à leur façon pour la conscience planétaire, ils ont à la fois un nouveau regard et une vision originale.
Voir plus Voir moins

Sommaire Remerciements ..................................................................................... 9 Avant-propos...................................................................................... 11 Le virage global et lévolution de la conscience, Ervin Laszlo.......... 15 La Voie, Edgar Morin........................................................................ 21 Penser le XXIe siècle, Jacques Lesourne ........................................... 41 Science et quête de sens. La Rencontre entre les connaissances les plus récentes et des intuitions millénaires, Jean Staune ......... 49 Futur des civilisations, civilisations du futur, Michel Saloff Coste.... 71 Prospective culturelle de nos sociétés, Carine Dartiguepeyrou ........ 97 LEsprit des peuples. Comment les mentalités influencent le développement des sociétés, Jean-Éric Aubert ..................... 121 Neurosciences et méditation, Matthieu Ricard ................................ 137 Éduquer à la joie, Antonella Verdiani .............................................. 143 Sorienter dans un monde chaotique, Bruno Marion ....................... 157 Vision dunité : témoignage dun homme intégral, Tristan Lecomte ..................................................................... 175 Conclusion : Pour une empreinte intégrale de nos actions, Carine Dartiguepeyrou.......................................................... 183 Les auteurs ....................................................................................... 187 Annexes............................................................................................ 199 Le Manifeste de la conscience planétaire..................................... 201 La déclaration « Worldshift 2012 » détat durgence global ....... 207 L'État d'urgence global................................................................. 209 Le Club de Budapest France ........................................................ 213 Les journées de lUniversité intégrale (2008-2009)..................... 215 Index .............................................................................................. 219

Remerciements Cet ouvrage est loccasion de remercier dabord mes amis membres du comité exécutif du Club de Budapest en France avec qui nous oeuvrons 1 depuis douze ans . Nous essayons de nous donner des règles de gouvernance pour progresser et avancer dans notre différence. Cest un beau laboratoire dhumanité comme nous aimons nous le rappeler régulièrement. Cest grâce à Ervin Laszlo fondateur du Club de Budapest mais aussi grâce à Yves Fisselier, Caroline Guidetti, Michel Saloff Coste que le Club sest créé en France. Ce sont donc ces quatre piliers très actifs du Club à qui nous devons son existence : à Ervin pour sêtre intéressé à la France, à Michel pour avoir assemblé léquipe originelle, à Caroline pour avoir créé et mené les soirées des amis pendant plusieurs années, à Yves pour avoir présidé les dix premières années du Club en France. Il y a les membres dhonneur les plus fidèles comme Marcel Boiteux qui a été jusquà cette année président du Comité dhonneur. Il y a nos membres dhonneur et membres créatifs, dont Jean-Éric Aubert, Tristan Leconte, Jacques Lesourne, Edgar Morin, Matthieu Ricard et Jean Staune qui contribuent à cet ouvrage. Nous sommes vraiment honorés que malgré leurs engagements, ils aient accepté de contribuer à nos activités. Et puis il y a en particulier Michel Saloff Coste et Bruno Marion qui ont lancé en mars 2008 la première journée de lUniversité intégrale avec lobjectif dapprofondir les soirées des amis en journée de recherche-action. Nous avons organisé six journées depuis le lancement de lUniversité intégrale et celles-ci sont décrites et commentées à la fin de ce livre. Et puis tous mes remerciements à Philippe Durance, directeur de la collection « Prospective » des éditions LHarmattan, qui ma accompagné dans ce projet, ainsi quà Damien de la Fontaine et à Françis Dartiguepeyrou pour la relecture du manuscrit. Merci à vous tous pour votre soutien et votre contribution. Carine Dartiguepeyrou Présidente, Club de Budapest France Septembre 2009

1

Membres du comité exécutif par ordre alphabétique : Christophe Bidot, André Copain (Trésorier), Yves Fisselier, Bénédicte Fumey, Caroline Guidetti, Patrick Marant, Dominique Marty, Michel Saloff Coste, Charlotte de Silguy (Vice Présidente).

Avant-propos
La crise globale à laquelle l'humanité fait face aujourd'hui affecte toutes les personnes et toutes les sociétés. Si nous continuons au rythme actuel, au milieu de ce siècle, notre Terre pourrait devenir en grande partie inhabitable pour l'humain et la plupart des autres formes de vie. Ervin Laszlo, Déclaration d'Etat d'Urgence Global, Club de Budapest International, le 30 Octobre 2008. Demain ne sera pas comme hier. Il sera nouveau et il dépendra de nous. Demain est moins à découvrir quà inventer. Gaston Berger, « Lidée davenir », Les Annales, 1960. Nos problèmes ont été créés par lhomme et nous pouvons donc les résoudre. Nos possibilités ne connaissent pas de limites. Aucun problème humain ne va au-delà nos capacités. John Fitzgerald Kennedy, discours à luniversité de Washington, 10 Juillet 1963.

Lidée de ce livre mest venue de manière très naturelle. Je cherchais à rassembler des pionniers de la réflexion prospective autour des thématiques de durabilité. Et puis soudain, voyant la richesse de nos Soirées des amis et des Journées de lUniversité intégrale, la fidélité de nos premiers membres dhonneurs et créatifs, la générosité des nouveaux membres dhonneur et créatifs à nous rejoindre malgré leurs activités et la constellation dun petit groupe damis du Club de Budapest, chercheurs et intervenants réguliers, il mest apparu comme une évidence que nous devions commencer par là : retranscrire, partager et transmettre ces formidables sources dinspiration et denthousiasme dans un monde qui se cherche. Cétait également loccasion, pour moi qui signait à nouveau pour deux ans ma contribution en tant que Présidente du Club de Budapest en France, daider léquipe à aller plus loin quelle ne lavait fait jusqualors dans la matérialisation de nos réflexions et notre contribution sociétale aux questions sur les mutations profondes que nous vivons. Ce livre propose une série de contributions de différents auteurs venus dhorizons divers, à la fois en terme de discipline, de type dactivités, de personnalités. Et puis cest loccasion de rendre hommage à des individus très créatifs et qui oeuvrent chacun à leur façon pour la conscience planétaire. Tous ont été choisis parce quils ont à la fois un nouveau regard ou une vision originale sur un sujet essentiel à la transformation planétaire et cherchent à mettre en uvre les idées quils défendent. Il y a bien sur ceux qui sont plus intellectuels et contemplatifs, et ceux qui sont plus tournés vers laction, mais dans lensemble tous partagent cette quête de penser pour agir en cohérence. Tous les membres dhonneurs, membres créatifs ou amis du Club de Budapest se retrouvent dans le formidable texte « Le manifeste de la conscience planétaire » rédigé par Ervin Laszlo en collaboration avec le Dalai Lama qui se trouve à la fin de livre. Cet appel à la sagesse, écrit en 1996, reste davant-garde en anticipant les changements en cours tels que la

12

Prospective dun monde en mutation

mondialisation, le développement durable et limportance de conscientiser les autres cultures, le vivant, lensemble de la planète. Aujourdhui ces thèmes sont plus relayés mais le chemin est encore long vers la voie de laction globale. Trois objectifs soffrent à nous : regarder plus profond, plus large et 2 plus loin . Regarder plus profond Nous nous tournons vers le futur, nous sommes le futur que nous créons. Nous sommes invités à nous projeter, à développer de nouvelles utopies, à libérer nos énergies créatives tout en ne laissant pas passer la malveillance, linjustice et le totalitarisme. « Lavenir appartient à ceux qui ont une longue mémoire » disait Nietzsche. Cest pourquoi nous devons aussi ancrer nos réflexions, écouter nos ancêtres et lhistoire de nos civilisations pour mieux comprendre doù nous venons, nous rappeler nos succès comme nos échecs. Les travaux de Jared Diamond sur les civilisations sont en ce sens fort utiles. Dans une ère informationnelle où la désinformation et la surinformation dominent largement les médias, il faut savoir faire la part du juste et du faux, remonter aux données premières et à lessentiel (ou à la « racine carrée des choses » pour reprendre lexpression de Philippe Starck), croiser les sources dinformation en favorisant la diversité. En terme culturel, nous sommes amenés à prendre une posture épistémologique en essayant de décrypter le système de représentation de lautre. Regarder plus profond, cest aussi dépasser le cadre qui nous est donné, chercher à comprendre qui la formaté ou doù il vient. Cest donc développer son esprit critique et élaborer son propre sens. Regarder plus large Il en est de même avec ce qui se passe sur la planète. Nous devons faire des efforts pour comprendre nos différences, nos altérités et nous inscrire dans une démarche positive et constructive vis-à-vis de lautre. Mais nous devons également peut-être plus que jamais nous rassembler autour de valeurs communes pour bâtir lunité. Cest bien lenjeu de « lunité dans la diversité » quil faut appliquer à la planète. Il nous fait regarder plus large, avec une curiosité bienveillante,
2

Dans un article séminal écrit en 1959, Gaston Berger propose comme principes de lattitude prospective : « voir loin », « voir large » et « analyser en profondeur » (cf. « Lattitude prospective », in Berger (Gaston), Bourbon-Busset (Jacques, de), Massé (Pierre), 2008, De la prospective. Textes fondamentaux de la prospective française, LHarmattan, collection « Prospective », 2ème édition.

Avant-propos

13

lautre qui diffère culturellement de nous, lautre qui nest pas humain mais animal ou végétal, lautre qui nest pas planète mais cosmos. Ce qui « enfantera la poésie future » écrivait Sri Aurobindo, « cest le choc des deux mentalités occidentale et orientale, dun côté ce mental large, spirituel, ce regard intérieur tourné vers le moi et les réalités éternelles, et, de lautre, cette libre quête de la pensée, ce courage de lénergie de vie partant à 3 lassaut de la terre et de ses problèmes » . Regarder plus loin Lenjeu est de reconnecter avec notre curiosité, avec cette envie daller vers linconnu, daffronter le vide et de conscientiser les « futurs possibles » avant de faire des choix. Il ne faut pas céder à la pression du court terme en prenant également du temps pour regarder plus loin au-delà de trois à six mois. La prospective est là pour nous rappeler quelle concerne les horizons de plus de dix ans au moins. Lorchestration des différents rythmes (court, moyen et long termes), significativement accélérée par lusage des technologies de linformation et de la communication, est un des enjeux majeurs à venir. Cest une conception peut-être romantique des choses, mais il faut retrouver des rythmes écologiques, biologiques où nous soyons plus en lien avec le reste de la nature. Il ne faut pas céder au risque de notre propre instrumentalisation, libérer notre intuition et ouvrir notre cur. « Ce nest pas dun tête-à-tête ni dun corps-à-corps : cest dun cur-à-cur dont nous avons besoin » disait 4 Pierre Teilhard de Chardin .

3 4

Sri Aurobindo, La poésie future, Buchet/Castel 1996, p. 416. Pierre Teilhard de Chardin, Lavenir de lhomme, Editions du Seuil, 1959, p. 90.

Le virage global et lévolution de la conscience Ervin Laszlo
**

*

En cette première décennie du XXIe siècle nous vivons en tant quêtre humains, mais aussi en tant quespèce humaine, une nouvelle réalité. Cest une réalité incertaine, car nous avons créé un monde instable et qui nest plus durable. Mais cest également une réalité excitante, car nous avons le choix de faire de cette décennie la fin dun monde obsolète qui se meurt ou den faire la première dun monde nouveau et viable. Notre situation est radicalement nouvelle. Nous sommes en train de vivre des chocs de plus en plus fréquents et de plus en plus grands qui ne proviennent pas uniquement de notre aveuglement et de notre ignorance. Cest notre réalité qui est nouvelle ; le monde dans lequel nous vivons est en train de basculer. Comme le souligne léconomiste Kenneth Boulding, « le futur nous surprendra toujours mais nous ne devons pas le laisser nous surprendre ». La nouvelle réalité est une réalité surprenante. Rien ne continue comme avant, tout bifurque. Cette expression qui à lorigine vient des mathématiques et de la théorie du chaos indique que le chemin du développement dun système connaît un changement rapide et non envisagé. Nous vivons à une ère de bifurcation : nous sommes dans une transformation fondamentale de notre monde, une rupture. De manière intéressante et importante, la carte du monde est également en train de changer : la science elle-même connaît un changement de paradigme. Le nouveau paradigme nous offre une compréhension plus profonde de la nature du changement actuel car de semblables ruptures opèrent dans lévolution de systèmes complexes. Ces systèmes névoluent pas progressivement, leur développement est tout à fait non linéaire. Les espèces biologiques, par exemple, évoluent étape par étape jusquà un certain point, se stabilisent puis disparaissent ou bifurquent. Cest également le cas de lévolution des étoiles, à un certain point soit elles explosent comme une supernova et expurgent la matière qui deviendra la poussière de la prochaine génération détoiles soit elles disparaissent dans un trou noir. Et cest la même chose pour les civilisations. Elles aussi évoluent ou sombrent comme lexpérience du monde communiste nous la montré pendant lhiver 1989-1990. Est-ce que cela signifie que lhumanité pourrait séteindre en tant quespèce ? La manière dont lhumanité vit et agit sur cette planète semble

* **

Texte original en anglais. Traduction : Carine Dartiguepeyrou. Fondateur et Président du Club de Budapest.

16

Prospective dun monde en mutation

avoir atteint ses limites et est amenée à changer. Mais notre mort en tant quespèce, si elle ne peut être exclue, nest pas du tout certaine. Nous avons dénormes ressources, parfois inexploitées, qui peuvent nous aider à faire face aux enjeux auxquels nous sommes confrontés. Nous avons toute une série de technologies nouvelles et sophistiquées à notre disposition et de nouvelles découvertes véritablement radicales sont en train démerger dans le domaine scientifique. La véritable innovation ne vient pas de la technologie. Cest la confirmation dune intuition qui a toujours été présente mais sans pouvoir en donner une explication : celle de notre étroite connexion entre espèces et au cosmos. Jusquà ces dernières décennies, les scientifiques et les esprits scientifiques considéraient comme une illusion les sentiments dinterconnexion. Mais lévidence devient apparente. Un nouveau regard dans le cadre des nouvelles sciences, à commencer par la physique quantique, permit de révéler que le sentiment d« unité » que les personnes expérimentaient nétait pas illusoire et que cette explication entrait bien dans le cadre des sciences. Au même titre que les atomes et les molécules peuvent se connecter instantanément dans lespace, et dans le temps, les organismes vivants, et plus particulièrement le cerveau et le système nerveux dorganismes peuvent se connecter instantanément avec dautres organismes et avec la nature dans son ensemble. Ceci est important car les connexions que nous avons entre nous et avec la planète sont source dinspiration en matière de solidarité, et cest de cela dont nous avons besoin pour vivre en harmonie les uns avec les autres ainsi quavec la biosphère. Loracle de Delphes conseillait : « Connais-toi toi-même ». Nous devrions compléter ce dire par : « Connais-toi toi-même comme partie dun monde interconnecté et changeant rapidement ». Cet enseignement, qui saccompagne dune sagesse pratique, est devenu une condition nécessaire au maintien de notre civilisation et même à la survie de lespèce humaine. Le besoin dune nouvelle vision En cette première décennie du XXIe siècle, nos valeurs et nos croyances sont devenues dangereusement obsolètes. Nous avons besoin dune nouvelle vision de nous-mêmes, du monde, et de notre place et rôle dans le monde. La vision que nous souhaitons peut être, et doit être, ancrée dans ce quil y a de mieux de la nature humaine, et dans la nature à laquelle notre humanité appartient. La vision dans laquel nous plaçons notre confiance est celle que nous croyons scientifique. La vision est basée sur la philosophie de Descartes, la physique de Newton, la biologie de Darwin, et la pyschologie de Freud. Cependant ces conceptions ont été dépassées par de nouvelles découvertes. Aujourdhui la réalité napparaît plus segmentée entre deux niveaux

Le virage global et lévolution de la conscience

17

radicalement différents, le res cogitans et le res extensa. Lunivers physique, en tant que res extensa nest pas un agrégat sans vie de matière inerte ; au contraire, il ressemble à un organisme vivant. La vie nest pas un accident par hasard et les motivations de lesprit humain et de sa conscience dépassent largement le sexe et lauto-gratification. La matière, la vie et lesprit sont des éléments faisant partie dun système globalement très complexe, cohérent et au design harmonieux. Lespace et le temps sunissent pour consituer le mileu dynamique de lunivers. La matière disparaît en tant quexpression fondamentale de la réalité, rejetant de lénergie ; des champs continus remplaçent les particules discrètes comme éléments de base dun cosmos inondé dénergie et rempli dinformation. La réalité que nous appelons lunivers est un trou évoluant deons du temps cosmique et produisant les conditions pour que la vie, puis lesprit et la conscience puissent émerger. Cest une vision différente dun monde matérialiste et mécaniste conduisant inexorablement vers lultime « chaleur-mort » tandis que rien de nouveau ne succéderait ; dans un monde où tous les processus auraient été essayés et toutes les énergies auraient été dépensées. Ceci diffère de la vision dun monde où les choses peuvent être manipulées comme on manipule une machine, un monde où les hommes vivent loin les uns des autres et ninteragissent que dans leur environnement proche. Comment pouvons-nous dépasser notre vision obsolète et provoquer une transition vers une vision qui intègre lhumain et lenvironnement planétaire en tant quunité organique ? Dans les sociétés contemporaines, un certain nombre de facteurs rende difficile cette transition. La façon dont nos enfants sont élevés réduit leur capacité dapprentissage et de créativité ; la manière dont les jeunes se battent pour leur survie matérielle entraîne de la frustration et du ressentiment. Chez les adultes, cela se traduit par une variété de comportements compensatoires, addictifs et compulsifs. Cela résulte en la persistance de hiérarchies sociales et politiques, la concurrence sans frein pour laccès aux ressources et aux marchés, lintolérance culturelle, le crime et lindifférence vis-à-vis de lenvironnement. Afin de vivre les uns avec les autres, et non les uns contre les autres, de vivre de telle manière que lon ne vole pas la chance de lautre ; afin de prendre en considération ce qui arrive aux pauvres et aux sans pouvoirs, nous navons pas le choix, il sagit dune nécessité vitale. Les dix commandements dune nouvelle vision Nous devons adopter une nouvelle vision de notre planète sans nous détruire. La délicate toile de la vie peut se résumer à dix « commandements ».

18

Prospective dun monde en mutation

1. Vivre de telle manière que la satisfaction de mes besoins ne nuise pas à la possibilité que doivent avoir les autres de satisfaire les leurs. 2. Vivre en respectant le droit de vivre, le développement économique et culturel de tous, où quils vivent et quelle que soit leur origine ethnique, leur sexe, leur nationalité, leur situation sociale, leur système de pensée. 3. Vivre de manière à préserver le droit intrinsèque de la vie et de lenvironnement qui permet à la vie de se développer sur Terre. 4. Chercher le bonheur, la liberté et lépanouissement personnel en harmonie avec lintégrité de la nature et dans le respect de ceux qui poursuivent ces mêmes buts. 5. Exiger de son gouvernement quil traite les autres nations et les peuples dans la paix et dans un esprit de coopération, en reconnaissant les aspirations légitimes pour une meilleure vie et un environnement sain pour les peuples de la famille humaine. 6. Exiger des entreprises avec lesquelles on fait affaires quelles se conduisent de manière responsable vis-à-vis de lensemble des parties prenantes ainsi que vis-à-vis de lenvironnement. Demander à ce que les produits et les services quelles offrent satisfassent la demande sans diminuer les chances des nouveaux entrants plus petits ou moins privilégiés. 7. Exiger des médias publics quils offrent une programmation régulière dinformations fiables sur les évolutions et quils fassent en sorte que nous soyons informés des décisions susceptibles daffecter nos vies et notre bien-être. 8. Consacrer du temps à aider les moins privilégiés à vivre une vie digne, libre de conflits et des humiliations propres à linsoutenable pauvreté. 9. Encourager les jeunes adultes et les personnes ouvertes desprit à tout âge à développer leur esprit de manière à prendre des décisions éthiques pour eux-mêmes, pour leur futur et pour celui de leurs enfants. 10. Travailler avec les autres pour préserver et restaurer les équilibres essentiels de lenvironnement en faisant attention à leurs voisins, à leurs pays et région, et à toute la biosphère. La promesse dune nouvelle culture Une nouvelle culture pleine despoir est en train de faire surface dans plusieurs sociétés. Cette nouvelle culture est faite de personnes qui repensent leurs préférences, priorités, valeurs et comportements, faisant évoluer leur consommation de la quantité vers plus de selectivité et de qualité

Le virage global et lévolution de la conscience

19

respectueuse de lenvironnement, vers la durabilité et vers une éthique de la production et des usages. Les modes de vie qui étaient jusqualors orientés sur la consommation outrancière de matière et dénergie sont en train de se transformer en modes de vie basés sur la simplicité volontaire et sur la quête dune nouvelle moralité et harmonie avec la nature. Ces changements de valeurs et de comportements, souvent non reconnus ou sous-estimés, sont à la fois rapides et révolutionnaires. Ils touchent tous les segments de la société mais de manière plus marquée les marges de la société. Un certain nombre de mouvements populaires sont en train de devenir des courants dominants et de se reformer. Ces groupes sont à peine visibles car dans la plupart des cas leurs membres mènent leurs actions sans essayer de convertir les autres ou de demander quon leur porte attention. Ils sous-estiment leurs nombres et manquent de cohésion sociale et dorganisation politique. Les cultures les plus sérieuses et sincères méritent la reconnaissance. Contrairement aux sectes ésotériques, les membres de ces cultures ne sengagent pas dans des activités anti-sociales, ni dans le sexe ou lisolation. Ils cherchent à repenser les systèmes de croyance, les valeurs et les modes de vie et ils essayent détablir de nouvelles attitudes comportementales et sociales. Ce changement de culture doit être pris au sérieux. Disqualifier et rejeter les personnes qui nacceptent pas le système actuel dans ses valeurs, dans ses systèmes de pensée et ses modes de vie est naif. Il est vrai que certaines cultures alternatives fuient les réalités, sont introveries et narcissiques mais les plus sérieuses ont un système de valeurs et de priorités qui est très prometteur en terme de changement. Les rejeter serait comme jeter le bébé avec leau du bain. Aller plus loin dans lévolution de la conscience Le développement rapide dune conscience en évolution est crucial pour notre avenir commun. Notre conscience nous conduira soit à un effondrement irrévocable, soit nous prendrons un nouveau chemin qui conduira à une nouvelle culture et civilisation. Il est difficile de savoir comment la masse critique de personnes dans nos sociétés modernes dégagera suffisemment de motivation pour amener un changement fondamental de nos valeurs, perceptions et comportements à moins que notre vision, nos valeurs et ainsi que notre conscience ne se révolutionnent. Comment les peuples pourraient-ils déployer la volonté de sunir pour faire face aux menaces communes, comment élire des leaders qui soutiendraient une coopération économique et une solidarité interculturelle, comment adopter des stratégies business où la poursuite du profit et de la croissance seraient tempérées et nourries par la recherche dune responsabilité sociale et écologique ? Comment sassocier avec des

20

Prospective dun monde en mutation

organisations gouvernementales et non-gouvernementales impliquées dans les biens publics pour aider à restaurer la paix dans les régions en conflits et assurer une offre suffisante en termes deau et de nourriture pour tous ? Sans conscience plus évoluée, la motivation aurait à entreprendre des actions drastiques. Il lui faudra peut-être attendre dautres crises et dans un monde dirrévocables bifurcations, cest une stratégie dangereuse. Nous avons besoin dun temps de conscience plus étendu pour apporter un changement durable à la culture dominante et à la civilisation actuelle. Déjà en 1991, Vacla Havel, alors président de la Tchécoslovaquie, ennonca le lien entre la conscience et la civilisation. Dans son discours dune session au Congrès américain, Havel dit : « Sans une révolution globale dans la sphère de notre conscience humaine, rien ne changera pour le meilleur Et la catastrophe écologique, sociale, démographique ou de leffondrement de notre civilisation, vers laquelle le monde se dirige est inévitable ». Largument dHavel est pertinent mais ce nest pas une raison pour désespérer : la conscience humaine peut évoluer. Elle est déjà en train dévoluer à la périphérie innovante de la société. Cette évolution représente notre meilleure chance daccomplir un futur paisible et durable. Margaret Mead, lanthropologiste très réputée nous dit : « Ne doutez jamais du pouvoir dun petit groupe à changer le monde. Rien dautre ne la fait ». Les petits groupes de personne avec une conscience plus évoluée peuvent changer le monde sil parvienne à constituer une masse critique. Il ny a pas de plus noble et de plus important but aujourdhui que de faire advenir cette évolution.

La Voie Edgar Morin Sparsa colligo
La grande Voie na pas de porte. Des milliers de routes y débouchent. Proverbe zen. Il y a ceux qui voudraient améliorer les hommes et il y a ceux qui estiment que cela ne se peut quen améliorant dabord les conditions de leur vie. Mais il apparaît que lun ne va pas sans lautre et on ne sait par quoi commencer. André Gide, Journal 1942-49. Les forces « extérieures » du monde sont les mêmes que celles qui nous agitent intérieurement ; ses drames, ses tentations, ses lâchetés, ses cruautés pour peu quon ait loccasion, la volonté, la franchise, lintelligence de les voir, de leur résister, de les combattre en soi-même procèdent aussi de la vie intérieure de tous les autres êtres humains Les cruautés des tyrans leur viennent dune vie intérieure qui nous est commune à tous. Pierre Guyotat. Il faudrait voir dune part si le projet humain réalisé durant ces six millénaires par lhomo historicus est le seul projet humain possible et dautre part voir sil ne faudrait pas faire aujourdhui quelque chose dautre. Raimundo Pannikar. Si le domaine des idées est révolutionné, la réalité ne peut demeurer telle quelle est. Hegel. Nous continuons à chercher des dépanneurs de la planète alpha, alors que nous sommes sur la planète beta, où seuls les questionneurs peuvent nous aider. Ph. Caillé. Je ne cesse davoir de nouvelles preuves quun grand potentiel de bonne volonté sommeille en nous. Celle-ci nest quatomisée, intimidée, piégée, paralysée et désemparée. Dans cette situation, il est du devoir des hommes politiques de ramener à la vie ce potentiel timide et sommeillant, de lui proposer une voie, de lui frayer un passage, de lui redonner assurance, possibilité de se réaliser, bref espoir. Vaclav Havel. Notre temps nest pas assez mûr pour cela, disent-ils toujours. Est-ce une raison pour y renoncer ? Friedrich Schlegel.
*

*

Membre dhonneur du Club de Budapest International.

22

Prospective dun monde en mutation

La difficulté de penser le présent No sabemos lo que pasa y eso es lo que pasa. Ortega y Gasset. Il y a toujours retard de la conscience par rapport à limmédiat. Il y a la rapidité des processus en cours. Il y a la complexité propre à la globalisation : inter-rétro-actions innombrables entre processus extrêmement divers (économiques, sociaux, démographiques, politiques, idéologiques, religieux, etc). Il y a nos carences cognitives : a) les cécités dune connaissance qui, compartimentant les savoirs, désintègre les problèmes fondamentaux et globaux qui nécessitent une connaissance transdisciplinaire ; b) loccidentalo-centrisme qui nous situe sur le trône de la rationalité et nous donne lillusion dêtre dans luniversel ; ainsi ce nest pas seulement notre ignorance, cest aussi notre connaissance qui nous aveugle. De la mondialisation à la globalisation Le processus de mondialisation commence à la fin du XVe siècle avec la conquête des Amériques et la circumnavigation autour du globe. La globalisation commence en 1989 avec leffondrement des économies dites socialistes, luniversalisation du marché et du capitalisme, la constitution dun réseau de télécommunications immédiates sur tout le globe (fax, téléphone portable, Internet). Cette globalisation opère une unification techno-économique occidentalisante croissante sur la planète. Cette globalisation a comporté, suite à leffondrement de lURSS et léchec du maoïsme, une vague démocratisante en diverses parties de la planète, une valorisation des droits de lhomme et des droits de la femme, dont les effets sont demeurés incertains et limités. Elle a compris également trois processus culturels à la fois concurrents et antagonistes, dune part, un processus dhomogénéisation et de standardisation selon les modèles nordaméricains, dautre part, un contre-processus de résistances et de refloraisons de cultures autochtones, et, en même temps, un processus de métissages culturels. Enfin, la globalisation a produit comme une infra-texture dune société-monde. Une société nécessite un territoire comportant de permanentes et dinnombrables intercommunications, ce qui est arrivé à la planète. Elle nécessite sa propre économie, ce qui est le cas de léconomie mondialisée, mais il lui manque le pouvoir de contrôle de léconomie. Il lui manque les autorités légitimes dotées de pouvoirs de décision. Il lui manque la conscience dune communauté de destin, encore marginale et dispersée, mais indispensable pour que cette société devienne Terre-Patrie. Aussi, ce ne sont pas seulement les souverainetés absolues des États-Nations, cest aussi