Voyager en toute sécurité

-

Livres
255 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

S'adressant tant aux voyageurs touristiques qu'aux professionnels appelés à séjourner à l'étranger, ce guide permet de se prémunir au maximum contre les principaux risques encourus , qu'il s'agisse de risques liés à la criminalité ou à l'espionnage industriel ou de risques majeurs comme les enlèvements, prises d'otage ou attentats ; la connaissance d'un environnement culturel spécifique étant une clef significative pour l'assurance d'un séjour en toute sécurité.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 septembre 2006
Nombre de lectures 193
EAN13 9782336263878
Langue Français
Signaler un problème

Voyager en toute sécurité
Vade-mecum de la sûreté du voyageur et de l'expatriéCollection CULTURE DU RENSEIGNEMENT
Dirigée par Eric Denécé
La collection CULTURE DU RENSEIGNEMENT est consacrée à
l'ensemble des domaines dits de la "guerre secrète" (renseignement et
contreespionnage, actions clandestines et opérations spéciales, interceptions et
décryptement, guerre psychologique et mystification) et à leur impact sur les
sociétés, les systèmes politiques et les relations internationales.
. Gilbert Bloch, Renseignement et intoxication durant la Seconde Guerre
mondiale: l'exemple du débarquement, L'Harmattan, 1999.
. Jean Deuve, Le service de renseignement des Forces françaises du Laos,
1946-1948, L'Harmattan,2000.
. Centre d'études d'histoire de la Défense, Des réseaux et des hommes,
publication des conférences 1999/2000 de la Commission "Histoire du
renseignement" du CEHD (2000), L'Harmattan, 2000.
. Thierry Vareilles, Encyclopédie du terrorisme international, L'Harmattan,
2001.
. Frédéric Moser et Marc Borry, Intelligence stratégique et espionnage
économique, côtés pile et face de llinformation, L'Harmattan/Luc Pire
éditions, 2002.
. Sous la direction de Sophie de Lastours, Le chiffre, le renseignement et la
guerre, Actes du colloque de IlHistorial de Péronne, L'Harmattan, 2002.
. Gérald Arboit, Fragments de la vie de Charles Schulmeister de Meinau : un
mémoire inédit de llespion de llempereur Napoléon 1er, LIHarmattan, 2003.
. Alain Charret, Ecoutes radioéléctriques et renseignement, LIHarmattan,
2006.Serge BAYART
Voyager en toute sécurité
Vade-mecum de la sûreté du voyageur et de l'expatrié
Préface d'Éric DENÉCÉ
L'Harmattan
5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris
FRANCE
Espace L'Harmattan Kinshasa L'Harmattan Italia L'Harmattan Burkina FasoL'Harmattan Hongrie
Fac..des Sc. Sociales, Pol. et Via Degli Artisti, 15 1200 logements villa 96Konyvesbolt
; BP243, KIN XI 10124 Torino 12B2260Adm.
Kossuth L. u. 14-16
Université de Kinshasa RDC ITALIE Ouagadougou 12-1053 Budapestwww.Iibrairieharmattan.com
harmattan 1@wanadoo .fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
(QL'Harmattan, 2006
ISBN: 2-296-01282-5
EAN: 9782296012820PRÉFACE
Depuis le début des années 1990, en raison de la désagrégation de l'Union
soviétique, le monde est devenu désordonné, instable et imprévisible. La
disparition de l'ordre bipolaire a laissé la voie libre à l'expression de
nombreux antagonismes, longtemps contenus ou contrariés par la Guerre
froide: ambitions de puissance d'acteurs régionaux, résurgence de
nationalismes, affrontements interethniques, développement des trafics de
toute nature, prolifération nucléaire, terrorisme islamique, etc. Le nouveau
désordre international se caractérise par un accroissement de l'insécurité
internationale et la multiplication des conflits infra étatiques.
Cette évolution est allée de pair avec un recul généralisé du rôle et des
moyens des Etats, partout dans le Tiers-monde. En Afrique, en Amérique
latine, en Asie du Centre ou du Sud-est, beaucoup de gouvernements ne sont
plus capables de contrôler l'évolution des événements sur les territoires dont
ils ont la responsabilité. D'autant que la réduction drastique des crédits de
coopération militaire des pays occidentaux les amène à devoir affronter seuls
leurs complexes problèmes de sécurité.
Cette faillite des Etats a entraîné l'augmentation de l'insécurité dans le
Tiersmonde, ainsi que la multiplication de "zones grises", espaces à risque hors de
tout contrôle du droit international. Les entreprises occidentales qui ont
choisi les régions émergentes pour leur développement international ne
peuvent plus y travailler sereinement car elles doivent y faire face à la
multiplication des menaces. En conséquence, depuis le début des années
1990, de nombreux acteurs économiques occidentaux intervenant dans les
pays en voie de développement se retrouvent de plus en plus fréquemment
dans des situations où ils doivent assurer eux-mêmes l'essentiel de leur
sécurité. Deux dangers principaux sont aujourd'hui particulièrement
préoccupants: les enlèvements et les attentats terroristes.
On observe une croissance exponentielle du nombre d'enlèvements dont les
motifs sont généralement crapuleux. Selon l'assureur Lloyd's, le nombre
d'enlèvements dans le monde a augmenté de 70% en huit ans et l'on estime
leur nombre entre 20 000 et 30 000 par an. Ce phénomène de type mafieux
s'étend très largement. Le différentiel de croissance et de richesse qui ne
cesse de s'accentuer entre les pays du Nord et du Sud, entre pauvres et
riches, est aujourd'hui qu'un prétexte commode d'extirper directement de
l'argent aux représentants du monde des nantis par le biais du kidnapping.
7On assiste par ailleurs à une mutation du terrorisme islamique qui a inscrit
les activités touristiques, les entreprises occidentales et leurs représentants
parmi ses cibles préférentielles. Les attentats de New York et de Washington
ont été l'occasion pour beaucoup d'acteurs économiques de prendre
conscience de la vulnérabilité de leurs sites et de leurs activités à l'étranger,
face à l'acuité de la nouvelle menace terroriste anti-occidentale.
Les entreprises opérant à l'international sont ainsi confrontées à de nouveaux
risques qualifiés de « non conventionnels» ou « spéciaux» parce qu'ils ne
relèvent pas de la sphère traditionnelle du management. Ils sont de plus en
plus fréquemment désignés sous le vocable anglais de Security Risk
Management (gestion des risques liés à la sûreté). Ce sont des risques
intentionnels et organisés, à la différence des risques classiques que
l'entreprise sait gérer et que les assureurs savent évaluer.
La France reste, dans ce domaine particulier du management, en retard sur
les pays anglo-saxons. Les acteurs économiques d'outre-Atlantique et
d'outre-Manche intègrent davantage la sûreté et la gestion des risques dès la
conception d'un projet, quel qu'il soit. La sphère de préoccupation de nos
entreprises doit donc prendre en considération de nouveaux paramètres
susceptibles de perturber leur développement international, d'attenter à leurs
activités et à la sûreté de leurs collaborateurs.
Telle est l'ambition du remarquable travail réalisé par Serge Bayart : apporter
des éléments d'information sur ces nouveaux risques internationaux, afin
d'aider les entreprises à mieux mesurer les impacts possibles sur leurs
activités et à prendre les mesures adéquates pour s'en prémunir.
Nul n'était plus qualifié que lui pour aborder ces nouvelles problématiques
du risque, car il bénéficie d'une très grande expérience des situations de
crise, acquise au cours des trois dernières décennies, aussi bien dans le cadre
des armées qu'au service des entreprises internationales. Ancien officier des
forces spéciales et du renseignement, Serge Bayart a participé à de
nombreuses missions sur des théâtres de crises (Allemagne de l'Est, Afrique,
Bosnie, Cambodge, etc.), avant de rejoindre le secteur privé de la sécurité,
notamment dans le milieu industriel pétrolier en Afrique et en Asie du
SudEst. Cette expérience riche et variée fait de lui un expert reconnu en sûreté et
en gestion de crise. Il dispose de toutes les compétences pour apporter aux
entreprises un vrai guide opérationnel de la sûreté à l'étranger.
Voyager en toute sécurité a pour but d'aider les voyageurs et les expatriés à
se protéger lors d'un séjour à l'étranger, aussi bien dans le cadre d'une
8activité professionnelle que dans leur environnement privé. En effet, une
mauvaise préparation du voyage, la méconnaissance du terrain ou
l'insuffisante prise en compte des aléas possibles constituent autant de
paramètres favorables à l'émergence de situations problématiques.
Le livre de Serge Bayart est un guide pratique regorgeant de conseils utiles.
Quels que soient la formule (vivre ou voyager), le type de danger rencontré
(terrorisme, enlèvement, criminalité), le milieu culturel considéré (Afrique,
Asie, Islam), ou le mode de transport utilisé (aérien naval, routier), il apporte
aux candidats au départ ce qu'il faut savoir et ce qu'il convient de faire afin
d'éviter les situations dangereuses qui peuvent survenir lors d'un séjour à
l'étranger.
L'information étant la première des précautions, les lecteurs trouveront dans
les pages qui suivent une foule de conseils pertinents quant aux
comportements à adopter en de multiples circonstances: connaissance des
cultures locales, respect des recommandations sanitaires, réaction face à
l'arbitraire, etc. Autant d'éléments qui permettront de diminuer
significativement les risques au cours d'un séjour à l'étranger. Les
informations réunies dans cet ouvrage constituent une aide indispensable au
voyageur et à l'expatrié en leur permettant de mieux appréhender les aspects
sécuritaires de leur vie quotidienne et de faire face à des situations critiques,
voire dangereuses. Appliquées et suivies avec bon sens, elles se révéleront
dissuasives face aux différentes formes de dangers potentiels.
On est en droit de s'interroger pourquoi il n'existait jusqu'alors aucun
ouvrage de ce type en langue française. Car les dangers qui menacent les
hommes d'affaires ou les expatriés ne datent pas du Il septembre 2001. Mais
les cibles des premiers attentats étaient trop ouvertement américaines pour
que cela soit pris en considération dans l'hexagone. Il faudra attendre les
tristes événements de mai 2002 au Pakistan pour qu'une véritable prise de
conscience ait lieu.
Le 8 mai 2002, à Karachi, une voiture piégée explose alors que des
techniciens de la Direction des Chantiers Navals de Cherbourg montaient à
bord du bus qui devait les mener sur leur lieu de travail, faisant Il morts. Si
la DCN a été frappée en cette occasion, c'est en réalité la France qui était
visée à travers une de ses entreprises. Cet attentat a connu un retentissement
particulier: des salariés et un contrat d'Etat devenaient la cible d'une
agression terroriste. Le poids des médias, les revendications des employés,
des familles et des syndicats ont contribué à la prise de conscience.
9Depuis ces événements, les acteurs économiques français ont pris conscience
que tous les pays musulmans pouvaient être considérés comme dangereux
pour leurs expatriés. Les événements de Madrid en 2004, Londres et Charm
el Cheik en 2005 ont également marqué les esprits et justifient d'autant plus
de redoubler de prudence lors de déplacements ou séjours à l'étranger.
La publication d'un ouvrage sur la sûreté du voyage et de l'expatriation
résulte d'une double évolution. Son côté positif est que l'économie française
se mondialise chaque jour davantage et que nos entreprises
s'internationalisent, exportent, s'implantent à l'étranger, participent à des
projets internationaux avec succès. De plus, les progrès des transports et du
tourisme conduisent davantage de Français à voyager et à aller à la rencontre
de civilisations ou de terres étrangères. L'aspect négatif de cette évolution
est que salariés, hommes d'affaires et touristes sont de plus en plus
fréquemment soumis à des agressions, des attentats, des tentatives
d'enlèvements dans des pays où l'insécurité s'accroît, où les autorités locales
sont incapables d'assurer l'ordre sur les territoires dont elles ont la charge.
Il est donc indispensable, devant le développement simultané de
l'internationalisation de l'économie et de l'insécurité mondiale, que tous
ceux qui sont amenés à voyager ou à s'installer à l'étranger soient
correctement informés et préparés afin d'être à même d'assurer pleinement
leur sécurité dans un environnement international de plus en plus dangereux.
Eric Denécé
Directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R)
10AVANT-PROPOS
Ne pas prévoir c'est déjà gémir!
Leonard De Vinci.
C'est une réalité incontestable, surtout depuis les attentats de New York, le
monde est de plus en plus dangereux. Quelle que soit la destination, tant
dans les pays instables ou les zones hostiles que dans les endroits
traditionnellement fréquentés par les étrangers comme les lieux touristiques.
De nos jours, nul ne peut concevoir de partir en voyage en faisant abstraction
des dangers qui le guettent. Qu'il soit touriste, homme d'affaire ou résident à
l'étranger, le voyageur est de plus en plus exposé à toutes sortes de dangers
et de nouveaux risques devenus omniprésents et particulièrement inquiétants,
comme le terrorisme. «Voyager en toute sécurité» met en lumière ces
risques et ces menaces, et donne les parades pour mieux les anticiper, les
éviter ou au moins les réduire au maximum. S'il est important de bien
appréhender ces risques pour pouvoir les affronter, le voyageur ou l'expatrié
ne peut cependant faire abstraction du décor qui l'entoure et des réalités
locales. C'est pourquoi il sera également question des aspects culturels et
spécifiques de certaines communautés. Il paraît en effet important de bien
connaître le milieu environnant afin, d'une part, de pérenniser son séjour à
l'étranger en favorisant la qualité des rapports humains, et d'autre part,
d'éviter des désagréments relationnels dus à d'éventuelles maladresses
commises à l'encontre de la population locale fréquentée et côtoyée.
Une première partie présente les principaux risques encourus lors d'un
déplacement ou d'un séjour à l'étranger. Il peut s'agir de dangers liés à la
criminalité locale, de risques d'enlèvements et prises d'otages, de risques
plus localisés comme la piraterie maritime, ou plus professionnels comme
ceux relevant de l'espionnage industriel, ou encore de ceux inhérents aux
pays instables ou zones de crises. Pour faire face à ces menaces, sont ici
proposées des recommandations en terme de prévention ou des parades
appropriées. Il sera également question de la menace terroriste, exposée ici
sous tous ses aspects, ses effets et ses conséquences. Cette menace constitue
actuellement et sans aucun doute, le risque majeur partout dans le monde.
Les attentats de New York en 2001, puis plus récemment ceux commis en
Europe à Madrid et à Londres, et en Egypte à Charm el Cheikh, ont marqué
Illes esprits occidentaux et justifient d'autant plus, dans ce contexte
international délicat, de redoubler de prudence et de vigilance lors de
déplacements ou séjours à l'étranger.
La seconde partie présente des recommandations sur les réflexes ou
comportements à adopter en toute circonstance en terme de sécurité pour
chaque configuration du voyage ou du séjour à l'étranger. Elles concernent
aussi bien la préparation que les déplacements, la vie sur place au quotidien
ou encore les risques inhérents aux voyageurs professionnels comme ceux
appelés à faire un long séjour à l'étranger. Ces recommandations constituent
une aide indispensable au voyageur ou à l'expatrié en lui permettant de
mieux appréhender les aspects sécuritaires de sa vie quotidienne et de faire
face à des situations critiques, voire dangereuses. Appliquées et suivies avec
bon sens, elles peuvent se révéler dissuasives face à toute forme de
criminalité. De même que méconnaître, négliger ou ignorer certaines règles
élémentaires peut engendrer une réelle vulnérabilité pour le voyageur et
mettre en cause sa sécurité propre, mais aussi celle de ses proches, de son
entourage ou de sa société.
Si cet ouvrage est avant tout destiné à présenter la menace et donner les
recommandations qui s'imposent, la sécurité d'un voyageur dépend aussi de
sa capacité à comprendre et s'adapter à son nouvel environnement Cette
adaptation passe par la qualité des relations humaines, et exige donc une
parfaite connaissance du milieu dans lequel on évolue ainsi que ses modes
de fonctionnement. Telle est donc la finalité de la troisième partie, qui traite
de différents environnements communautaires. Il existe en effet, comme
chacun sait, des différences notables au sein d'autres communautés:
peuples, religions, cultures, traditions et philosophies sont autant de
différences réelles, et que parfois, tout oppose. Il sera essentiellement
question des milieux africains, asiatiques et islamistes, tant il est vrai qu'il
s'agit des continents ou milieux dont les cultures et les modes de vie
diffèrent le plus des usages occidentaux. Quel que soit le milieu dans lequel
on évolue, il paraît important de mieux connaître pour mieux communiquer
afin de mieux s'intégrer, tout en évitant des erreurs qui peuvent s'avérer
préjudiciables au point de compromettre un séjour, un contrat de travail ou
un marché en cours de négociation. Dans cette dernière partie, certains
exemples et certains pays ont été choisis pour leur pertinence et ne sauraient
en aucun cas constituer une sorte de «guide des continents» complet et
exhaustif. Il s'agit avant tout d'un ouvrage à destination des publics
voyageurs ou expatriés qui cherchent des réponses pratiques aux
interrogations que peut susciter un dépaysement géographique et culturel.
12A l'évidence, le sujet traité ici, tout au long des chapitres, est plus que jamais
d'actualité. C'est pourquoi, afin d'en appréhender tous les aspects, il est
conseillé au lecteur de lire l'ouvrage dans son intégralité. Il pourra ensuite
éventuellement le parcourir aisément comme un guide à emporter et
consultable à tout moment, avant et pendant le séjour.
A la lecture de ce livre, d'aucuns trouveront peut être que ces conseils
sécuritaires relèvent plutôt du bon sens et qu'il n'est pas utile d'y attacher
autant d'importance. Ceux qui ont déjà l'expérience de l'étranger peuvent
témoigner de la pertinence de ce qui peut être pris comme du bon sens, qui
ne le devient effectivement - hélas - qu'au prix de mauvaises expériences. Il
est prouvé que confronté aux événements, on ne pense pas forcement à ce
qu'il convient de faire. Enfin, le sujet n'est destiné ni à rassurer, ni à faire
peur. Son objet est simplement de mettre les voyageurs en garde contre les
dangers et autres déconvenues réels qu'ils encourent. Les récents
événements à Londres et en Egypte sont la sinistre illustration que l'heure,
sans être au pessimisme ou à l'alarmisme sans bornes, est tout du moins à la
mise en garde, selon le vieil adage populaire « il vaut mieux prévenir que
guérir» .
Ce livre tient compte des enseignements issus d'expériences personnelles et
professionnelles vécues à travers le monde par l'auteur.
13PREMIÈRE PARTIE
TYPOLOGIE DES RISQUES ET MENACES
À L'ÉTRANGERChapitre 1
Les risques liés à la criminalitéLES RISQUES DE VOL ET D'AGRESSION AVEC VIOLENCE
La délinquance et la criminalité sont en progression constante partout dans
le monde. Il faut cependant reconnaître que les risques sont plus importants
pour quelqu'un qui voyage. Ne serait-ce qu'en France, il suffit de constater
le nombre de touristes étrangers victimes chaque jour de pickpockets et vols
en tous genres, parfois avec agression.
Les voyageurs, en tourisme ou en expatriation, sont des cibles idéales parce
qu'ils sont généralement plus vulnérables que les habitants du pays. Ils sont
plus repérables et possèdent souvent sur eux de l'argent cash, des cartes de
crédit, des bijoux, montres et autres objets de valeur. Si en France ou dans
d'autres pays d'Europe, ces vols se pratiquent sans trop de violence, ce n'est
pas le cas partout. Dans certains pays et en particulier dans les grandes
métropoles, les malfrats hésitent de moins en moins à menacer leurs victimes
avec des armes blanches ou des armes àfeu et -pire - ils n 'hésitent pas à en
faire usage.
~ Criminalité urbaine
Un risque quotidien et une réalité universelle
Cette forme de criminalité se pratique essentiellement dans les mégalopoles.
A certains endroits, la situation devient très préoccupante car elle touche les
touristes peu au fait de cette réalité. Les agences de voyage mettent
davantage en valeur soleil, cocotiers et mer chaude toute l'année mais ne
font guère état des risques en terme de sécurité.
Par exemple, des destinations comme Rio au Brésil, attirent chaque année
plus de deux millions de visiteurs, pour la plupart des touristes. Un nombre
considérable d'agressions physiques violentes dont le motif est le vol sont à
déplorer au quotidien. Les étrangers sont particulièrement concernés avec en
moyenne 12 agressions graves par jour. Ce sont bien souvent des attaques
par des bandits armés qui cherchent bijoux, argent, appareils photos
numériques, carte bleue, etc. Parfois, ces agressions sont violentes, gratuites
et tournent mal lorsque la victime cherche à opposer une résistance
maladroite.
19Dans d'autres grandes villes comme New York, même si la criminalité a
fortement baissé ces dernières années grâce à la politique dite de « tolérance
zéro »1 instaurée par son ancien maire Rudolph Giuliani,2 elle n'a pas pour
autant disparu. Au contraire, les recommandations faites aux étrangers sont
strictes, tant pour la prévention que pour la protection.
Dans beaucoup de pays du tiers monde, où le modernisme des villes
dissimule mal la pauvreté, voire la misère, les risques sont exacerbés. Les
forces de l'ordre parviennent difficilement à contenir la délinquance et la
criminalité tant en termes de prévention que de répression. Cette situation
génère davantage de risques pour le voyageur qui le rendent plus vulnérable.
Il est en effet facilement repérable et donc plus exposé que les gens du pays.
Les risques de vols en milieu urbain et les modes opératoires
Le vol à la tire
Le vol à la tire - terme policier désignant les méthodes utilisées par les
pickpockets - est une pratique universelle.3 Délinquance aux multiples
visages, le vol à la tire est aussi bien pratiqué par les voleurs d'occasion
possédant peu de technique que par des professionnels aguerris. Les plus
nombreux font preuve d'un manque de technique qui les pousse à voler des
sacs laissés sans surveillance ou à commettre des tentatives maladroites,
pouvant dégénérer en vols avec violence. Les vrais professionnels, quant à
eux, agissent souvent par équipe de deux ou trois. Leurs méthodes varient en
fonction du lieu où ils opèrent.
Dans les transports en commun, comme par exemple le métro à New York,
Londres, Tokyo ou ailleurs,4 les pickpockets profitent de la cohue provoquée
par la montée et la descente des voyageurs. Ceci leur permet également de se
ménager une possibilité de fuir. Dans les escalators du métro, l'un d'eux fera
office de « bloqueur », dans le but de gêner la victime et créer une diversion.
Dans les restaurants, la pratique du « dos à dos» consiste à faire les poches
de la personne installée derrière soi.
1
Politique sécuritaire qui consiste à réprimer tous les signes d'atteinte à l'ordre de
la société.
2
Maire de New York pour deux mandats consécutifs de 1993 à 2001, rendu
populaire grâce à une politique efficace menée contre l'insécurité dans le centre
ville.
3
A titre indicatif20% des délits commis sur la voie publique en France.
4
60% des faits constatés dans le métro parisien.
20Une autre méthode utilise un mélange de vol à la tire et de vol par ruse: les
malfaiteurs, se faisant passer pour des policiers des stupéfiants, fouillent les
sacs de touristes étrangers et en profitent pour subtiliser les devises.
Le vol à l'arraché
Il s'agit de vol avec violence perpétré par un ou plusieurs individus. Action
qui consiste à prendre de force ou arracher des mains de la victime, un objet
convoité (sac à main, téléphone portable, carte bleue, lunettes de marque,
etc.). A l'étranger, ce type d'agression peut entraîner bien des désagréments
si l'on ne prend pas de précautions préventives, voire des conséquences
beaucoup plus graves si l'on ne réagit pas avec bon sens et sang froid en cas
de tentative.
Les "arracheurs" peuvent être à pied ou motorisés (moto, scooter). Les vols à
l'arraché en véhicule à deux roues sont très répandus. C'est plus sportif,
mais néanmoins efficace et sans doute moins risqué pour les agresseurs qui
peuvent ainsi s'enfuir rapidement sans être inquiétés.
Ce genre d'individus n'hésite pas s'attaquer aux cibles plus vulnérables
(femmes ou personnes âgées) en pleine journée et dans des artères très
fréquentées. Mais, il ne faut pas s'y méprendre, ils s'attaquent généralement
à toute personne susceptible d'avoir quelque chose qui peut les intéresser. En
général l'argent est bien entendu très prisé, mais il y a aussi les téléphones
portables et autres objets de valeurs.
C'est la tentation qui pousse le voleur à agir. Plus on lui simplifie la tâche,
plus grand est le risque de devenir une victime.
Le fait de se trouver dans une rue bondée ne met pas pour autant à l'abri,
bien au contraire. Sachant aussi que par les temps qui courent, et c'est
davantage vrai à l'étranger, il y a très peu de chances qu'une tierce personne
vienne en aide de la victime.
Certaines bandes organisées composées de plusieurs individus (de 5 ~ 10 et
même plus), n'hésitent pas à s'attaquer à personnes à la fois. Dans
ces cas là, les badauds ne sont que des observateurs impuissants et craintifs.
Menace par des individus armés
N'importe qui peut un jour devenir victime d'individus armés n'importe où
et n'importe quand. La menace existe dans la rue, mais elle peut se
manifester également à domicile. De plus, les voleurs n'hésitent pas à opérer
en plein jour et peuvent pénétrer de force à l'intérieur d'une propriété pour
21cambrioler. La nécessité d'être suffisamment protégé prend alors tout son
sens.
Quel que soit l'endroit, dans les pays occidentaux ou ailleurs, il ne faut
jamais ignorer que même s'ils ne sont pas armés, les agresseurs n'en sont
pas moins dangereux et n'hésitent pas à frapper violemment leurs victimes.
Les cas d'agressions mortelles sont de plus en plus fréquents. Il est inutile de
risquer sa vie pour un appareil photo numérique ou un caméscope.
Fait réel: un cas d'a/lreSS;OII avec viol en Afrilllle
Un couple de rekfJ!!JYJrtislsants françtlis qui résidait dans un pays t!'Ajriqlle de
l'Ollest en 1994, a été victime d'ulle agression avec violence un soir à la
sortie d'lll'l rekftaural1.t de la capitale. Des bandits armékf les attel'ldaient
dan!;~le but de voler leur véhicule stationné en face de l'établi!!J~semellt. Le
propriétaire du véllicule a été frappé par les agresseurs au moment où il
ouvrait ..faportière. Son épouse a été emmenée de force, puis abandonnée
plus loill au bord de la route après avoir été violée par !!J'es tlgresseurs qui
ont ensuite disparu avec le véhicule. Le couple, extrêmemellt choqué, a été
rapatrié aUkfsitôt. On peut il1'laginer les séquelles d'lin tel acte crimi'lel sur
le plan pllysique... et psychologique...
Les risques d'agression en voiture ou le « carjacking»
Si le vol de voiture est une activité criminelle majeure partout dans le
monde/ le fait d'être au volant de sa voiture ne met pas pour autant à l'abri
de ce type de risque, bien au contraire. En effet, si les pirates de la route ont
toujours existé, les attaques semblent plus nombreuses aujourd'hui que par le
passé. C'est ce qu'on appelle communément le «carjacking ». Ce mot
anglais est très répandu à l'étranger. Il signifie: «vol de voiture sous la
menace d'une arme ». Cette pratique est devenue courante.
De plus en plus fréquemment, le carjacking !!J~e pratique ell pleine
circulation, généralement à des endroits où les véhicules ralentissent et
s'arrêtent, en particulier aux carrefours. Pour ce faire, sous la menace de
leurs armes, le ou les bandits forcent le conducteur à descendre de son
véhicule pour le lui voler. Parfois ils montent dans une voiture de force et se
débarrassent du chauffeur dans une zone éloignée.
1 2èmecf partie. Chapitre 3. Conduire à l'étranger.
22Même non armés, les agresseurs peuvent se montrer extrêmement violents,
comme c'est le cas en Europe ou aux Etats-Unis. Certaines images vidéo
diffusées par la presse son édifiantes.
Il existe une autre technique courante pour voler un véhicule: il s'agit de la
technique de III « voiture tampol1 » qui consiste à heurter volontairement le
véhicule convoité. L'agresseur heurte le pare-choc arrière de la cible. La
victime descend alors de son véhicule pour constater les dégâts
(généralement sans couper le moteur), et c'est le moment que choisit un
complice pour s'en emparer.
Par ailleurs, les voleurs peuvent pénétrer de force à l'intérieur d'une
propriété pour s'emparer d'un véhicule en menaçant de leurs armes gardiens
et propriétaires. Des cas de vols de voitures à l'intérieur des propriétés par
des individus armés ont déjà été rapportés.
V Que faut il faire pour prévenir les incidents et comment réagir en
cas d'agression?
Les précautions préalables
La sécurité doit être prise en compte de façon globale, et commence bien en
amont avec la préparation du voyage et {lu séjour. Les conseils pratiques
pour la préparation de ses papiers, argent, cartes de crédit, objets de valeur,
bagages, etc., permet d'éviter d'éventuels désagréments.
Les risques se réduisent si le voyage est organisé dans ses moindres détails.
Le fait de prévoir un accueil à l'aéroport, de choisir à l'avance une
compagnie de taxi réputée et sûre, de sélectionner des hôtels de bonne
réputation en termes de sûreté, sont autant de facteurs favorisant une
meilleure sécurité.
Amené à résider à l'étranger, la protection de la résidence, l'appartement ou
de la villa individuelle doit répondre à des normes de sécurité adaptées aux
risques potentiels: mur d'enceinte, protection des accès, personnels de
1sécurité, etc.
1 cf2ème partie. Chapitre 2 La sécurité à son domicile.
23I
Les parades lors des déplacements en ville
A l'étranger, que l'on soit touriste ou professionnel, de passage ou résident
permanent, il faut rester constamment vigilant. Que ce soit lors des
déplacements à pied en ville, dans la rue ou les lieux publics, comme lors
des en voiture, tout doit être pensé pour anticiper les vols ou
tentatives de vols en s'exposant le moins possible.
Eviter les endroits les plus exposés tels que:
o Les lieux publics (marchés, commerces, etc.) aux heures
d'affluence;
o Les lieux de distraction de nuit (bars, night-clubs, discothèques,
etc.) ;
o Les lieux pouvant servir de cibles emblématiques, certains hôtels,
restaurants, lieux de cultes, etc.
o Les lieux de rassemblements, manifestations de tout type et les
attroupements.2
Tenir compte des conseils de prudeltce donnés par les autorités locales.
La ville de New York, par exemple, fait les recommandations suivantes aux
étrangers: préparer ses déplacements, éviter les déplacements solitaires la
nuit, s'enfermer à clé, ne pas monter dans les rames de métro vides, ne pas
laisser d'objets dans les chambres d'hôtel y compris les coffres, etc.
Pour sa sécurité au quotidien, il convient de respecter des règles de
comportelnents élémelttaires telles que:
o Eviter de porter sur soi des objets trop ostentatoires, que peut
convoiter un voleur potentiel (bijoux, montres, portefeuille avec une
somme trop importante d'argent, objets de valeurs, etc.) ;
o Eviter les attitudes provocatrices et adopter une attitude neutre;
o Eviter les tenues provocantes -pays musulmans -.
1cf2ème partie. Chapitre 3. Se déplacer en sécurité à l'étranger.
2 partie. 3. Conduite à tenir en cas d'accident.
24D'une façon générale, respecter les us et COlltumes du pays}.
Les règles de comportements à adopter pour soi sont à inculquer également à
sa famille, ses proches, ses enfants...
Prévenir les vols à l'arraché
Les groupes organisés ne sont pas difficiles à repérer. Il s'agit bien souvent
de jeunes entre 7 et 18 ans. Ils se regroupent et sont à l'affût de victimes
idéales.
Se montrer un minimum attentif en observant ce qui se passe autour de soi.
Si l'on repère un groupe de jeunes, il faut le contourner. Si malgré cela ils
suivent, ne pas hésiter à entrer dans un magasin le plus proche et faire
prévenir la police.
Eviter de téléphoner en marchant. Si l'on reçoit un appel, il faut s'arrêter en
ayant le réflexe de s'adosser contre un mur pour éviter de se faire surprendre
par derrière.
Protéger ..sesaffaires. Porter son sac à main ou attaché-case toujours du côté
du mur et jamais du côté de la route. À l'approche d'une moto ou d'un
scooter circulant sur le trottoir, il convient de se mettre aussitôt le plus prêt
possible du mur.
Garder son argent sur soi, dans une poche de pantalon plutôt que dans son
sac à main. Il en est de même pour les choses de valeur (carte bleue,
chéquier, téléphone, etc.). Privilégier les poches - avant pour dissuader les
pickpockets éventuels.
Un voleur peut devenir extrêmement dangereux si la victime lui résiste: Il
existe malheureusement encore trop de cas de personnes qui, lors d'une
agression, tentent de résister.
Par exemple, il a été constaté que des femmes ou des personnes âgées ont été
traînées sur plusieurs mètres et rouées de coups par leurs agresseurs parce
qu'elles ne voulaient pas lâcher leur sac à main. Parfois, celles-ci croient bien
faire en nouant leur sac autour de la taille, pensant ainsi qu'un éventuel
voleur ne pourra pas leur arracher. C'est une erreur car ceci ne dissuade pas
les voleurs pour autant.
1cf Troisième partie. Les environnements culturels spécifiques.
25C'est donc avant le vol qu'il faut tenter une échappatoire. Lorsque le vol se
produit, c'est trop tard: il vaut mieux laisser faire sans opposer de résistance.
Il faut toujours penser qu'un sac à main ou tout autre objet de valeur ne doit
jamais justifier une prise de risque d'aucune sorte.
Toujours partir du principe que les voleurs sont généralement déterminés.
Réactions face à une agression avec violence
Les incidents arrivent généralement au moment où l'on s'y attend le moins.
Le moindre relâchement peut être propice à une tentative de vol avec
violence. Les agressions se déroulent généralement de manière soudaine.
Dans certains endroits de la planète, aux yeux des malfrats, une vie ne vaut
pas grand chose. Ils ne s'en prennent généralement qu'aux biens mais s'ils
rencontrent la moindre résistance ou s'ils se sentent piégés, ils n'hésitent pas
à tuer.
Une règle s'impose dans ce cas et elle peut avoir des conséquences fatales si
elle n'est pas appliquée:
Fait réel: une française victime d'un meurtre en Afriaue
A titre d'exemple, une Française a été assassinée en 2003 dans son
appartement en plein jour après avoir surpris un intrus chez elle.
L'enquête a révélé qu'il s'agissait d'un cuisinier travaillant pour une
famille du même immeuble.
Sans préjuger des circonstances exactes de ce meurtre, il est
recommandé, dans un cas comme celui-ci de réagir avec calme et sang
froid, en tentant de dédramatiser la situation auprès de l'intrus, en lui
expliquant qu'il n'y aura pas de poursuites, et en ne manifestant aucune
violence physique ou verbale.
Les parades face aux risques de « carjacking»
La vigilance en voiture est plus difficile à respecter car il faut aussi rester
concentré sur la conduite. Cela vaut également pour sa sécurité vis à vis des
dangers que l'on vient d'évoquer.
26Lors des déplacements, il est préférable de se faire accompagner par une
personne du pays qui connaît les lieux et l'environnement.
Par précaution, il est conseillé de :
o Eviter la routine;
o les horaires trop réguliers;
o Utiliser des itinéraires variés pour une destination courante.
Se montrer vigilant en permanence:
o Avant de monter dans son véhicule;
o Pendant les trajets;
o Lors des stationnements.
Se montrer également attentif vis-à-vis d'un comportement visiblement
inhabituel, et prendre l'habitude d'observer les alentours. Même passager à
bord d'un véhicule, il ne faut pas hésiter à observer aussi afin d'accroître la
vigilance.
N'importe qui peut faire signe d'arrêter son véhicule. Attention de prendre
garde qu'il ne s'agisse pas d'une ruse pour commettre une agression ou un
vol.
Se méfier aussi d'un agresseur en apparence seul et sans arme. Il peut avoir
des complices cachés.
Face à des agresseurs armés voulant voler une voiture, il est inutile de
résister ou de les provoquer. S'ils sont armés, ce n'est pas seulement pour
faire peur. Dans certains pays, ils n'hésitent pas à tirer, y compris sur les
forces de l'ordre.
En voiture le risque d'enlèvement existe aussi. D'après les statistiques, 70%
des enlèvements ont lieu lors des déplacements en voiture (cf. « les risques
d'enlèvements et prises d'otages»).
En toute circonstance, il convient de garder son sang froid, (encore une fois)
sans se faire justice soi-même, mais sans non plus céder à la panique.
27