//img.uscri.be/pth/357a73c6eaa8d150655aaab15012120cd6da7dcd
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Rendre justice aux enfants - Un juge témoigne

De
272 pages

Un rapport sexuel entre un adulte et une enfant de 13 ans est-il un viol ? Quelle attitude adoptons-nous vis-à-vis de la violence qu'exercent les enfants comme de celle qu'ils subissent ? Leur emprisonnement est-il justifié ou est-il une erreur ? Comment comprendre notre comportement face aux enfants de migrants ? Mais aussi, faut-il légaliser la GPA ? Comment s'y retrouver dans la grande mutation des filiations ?


Jean-Pierre Rosenczveig a vu passer des milliers de mineurs dans son cabinet de juge des enfants. Pionnier, notamment au sein du Syndicat de la magistrature, il a milité sans relâche pour que leur parole soit enfin entendue devant les tribunaux. Avec eux, il a dû faire face à ces mille questions auxquelles notre société peine à répondre.


Autant d'histoires individuelles, édifiantes ou savoureuses, qui posent des questions sociétales essentielles, et que son expérience et sa réflexion permettent d'aborder avec intelligence et humanité. " Si la justice et le droit, prévient-il, sont capables d'être les leviers de changement de la société, il est temps qu'ils jouent leur rôle à nouveau aujourd'hui. "





Jean-Pierre Rosenczveig est une figure politique et médiatique de la justice des enfants. Auteur de nombreux ouvrages, il a présidé pendant vingt-deux ans le tribunal pour enfants de Bobigny.


Voir plus Voir moins
rendre justice aux enfants
JEANPIERRE ROSENCZVEIG avec la collaboration de SONYA FAURE
rendre justice aux enfants
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd RomainRolland, Paris XIV
isbn978-2-02-138261-7
©ÉDITIoNS DU sEUIl,màI 2018
LE coDE DE là pRopRIéTé INTEllECTUEllE INTERDIT lES CopIES oU REpRoDUCTIoNS DESTINéES â UNE UTIlISàTIoN CollECTIvE. toUTE REpRéSENTàTIoN oU REpRoDUCTIoN INTégRàlE oU pàRTIEllE FàITE pàR qUElqUE pRoCéDé qUE CE SoIT, SàNS lE CoNSENTEmENT DE l’àUTEUR oU DE SES àyàNTS CàUSE, EST IllICITE ET CoNSTITUE UNE CoNTREFàçoN SàNCTIoNNéE pàR lES àRTIClES L. 335-2 ET SUIvàNTS DU coDE DE là pRopRIéTé INTEllECTUEllE.
www.SEUIl.Com
iNTRoDUCTIoN
LES ChàRgES poRTéES CoNTRE moI N’éTàIENT pàS mINCES. LE TRIbUNàl mE poURSUIvàIT poUR « làXISmE » ET « àbSENCE DE NEUTRàlITé ». L’àCCUSàTIoN éTàIT FàCIlE : JUgE DES ENFàNTS pENDàNT pRèS DE qUàRàNTE àNS, mIlI-TàNT DU syNDICàT DE là màgISTRàTURE, gRàNDE gUEUlE méDIàTIqUE qUI RàppElàIT DèS qU’EllE lE poUvàIT qUE lES gàmINS, EUX àUSSI, àvàIENT DES DRoITS… J’éTàIS l’époUvàN-TàIl IDéàl poUR ToUS CEUX qUI RêvàIENT D’UNE JUSTICE SàNS éTàT D’AmE. uN mINISTRE DE l’iNTéRIEUR màl RENSEIgNé, nIColàS sàRkozy poUR NE pàS lE NommER, N’àvàIT-Il pàS JUgé lE TRIbUNàl poUR ENFàNTS qUE JE pRéSIDàIS â BobIgNy 1 TRop ComplàISàNT àvEC lES JEUNES DélINqUàNTS , SUSCITàNT
1. apRèS qUE lE pRéFET DE sEINE-sàINT-dENIS S’EST plàINT DE moN « DogmàTISmE » DàNS UN CoURRIER àU mINISTRE DE l’iNTéRIEUR, nIColàS sàRkozy àvàIT pUblIqUEmENT TàXé NoTRE TRIbUNàl poUR ENFàNTS DE làXISTE, l’àCCUSàNT DE N’àvoIR pàS « pRoNoNCé UNE SEUlE pEINE D’EmpRI-SoNNEmENT » àpRèS lES émEUTES DE 2005. cE qUI éTàIT bIEN évIDEmmENT FàUX. MàIS DàNS ENvIRoN 45 % DES CàS DE mINEURS mIS EN CàUSE, NoUS
7
r e n dr ej us t i c eau xe n fa n t s
UN ImpoRTàNT moUvEmENT DE SolIDàRITé DU tGi EN mà FàvEUR ? QUElqUES polICIERS, DàvàNTàgE FRàppéS pàR mà moUSTàChE blàNChE ET moN EmboNpoINT qUE pàR mES DéCISIoNS DE JUSTICE, NE m’àvàIENT-IlS pàS àFFUblé DU pETIT SobRIqUET DE « JUgE pèRE noël » ? j’éTàIS lE « gàUChISTE » 1 pàR EXCEllENCE … MàIS çà N’éTàIT pàS SI SImplE. cE pRoCèS SERàIT lâ poUR lE DémoNTRER. dE moN « boX », J’ENTENDàIS lE pRoCUREUR, jEàN-clàUDE KRàUSS, àNCIEN ChEF DE SECTIoN mINEURS DU pàRqUET DE BobIgNy, ToNNER, EN pRovoqUàNT l’hIlàRITé DàNS l’àUDIToIRE : « népoTISmE, voloNTé DE ToUT CoNTRô-lER, àppéTIT DE poUvoIR, CUmUlàRD ! » j’éTàIS poURSUIvI poUR « pRéSIDENTIàlITé àggRàvéE » ET « pRéSENTITUDE RéCI-DIvàNTE ». LE pRoCUREUR m’àCCUSàIT D’êTRE pàRToUT, ToUT lE TEmpS, DàNS lES méDIàS NoTàmmENT, poUR pRomoUvoIR lE DRoIT DES mINEURS. HEUREUSEmENT, â là bàRRE SE SoNT àUSSI SUCCéDé lES TémoINS vENUS mE SoUTENIR. Là gàRDE DES sCEàUX chRISTIàNE tàUbIRà D’àboRD. LàURENCE roS-SIgNol, SECRéTàIRE D’ÉTàT ChàRgéE DE là fàmIllE. eT rémy HEITz, lE pRéSIDENT DU TRIbUNàl DE gRàNDE INSTàNCE DE BobIgNy, qUI FINIT pàR mE DéCRIRE CommE UN màgISTRàT « RIgoUREUX, SévèRE, làISSàNT ToUTE IDéologIE DE CôTé ». « VoUS êTES RESTé UN vRàI JUgE, CoNClUT-Il, ET NoN, àvEC
àvoNS Dû RElàXER lES pRévENUS, lES pRoCéDURES NE TENàNT pàS là RoUTE (lE TRIbUNàl CoRRECTIoNNEl FIT D’àIllEURS DE mêmE poUR lES màJEURS). 1. L’UN DES TRoIS màgISTRàTS,dixitLe Point, qUE nIColàS sàRkozy DéTESTàIT lE plUS. dEpUIS, FoRCE EST DE CoNSTàTER qU’Il S’EST TRoUvé D’àUTRES pàRTENàIRES DE JEU JUDICIàIRE bIEN plUS pRéoCCUpàNTS poUR lUI.
8
i n t roduc t i on
voUS, JE N’àI pàS vU lE pèRE noël. » aU boUT DE DEUX hEURES, lE JUgEmENT Tombà : UNE CoNDàmNàTIoN CERTES, màIS àvEC DISpENSE DE pEINE ET oblIgàTIoN DE CoNTINUER â mIlITER. cE pRoCèS, bIEN SûR, N’éTàIT qUE FICTIF. eN CETTE FIN JUIN 2014, J’éTàIS CoNTRàINT DE pRENDRE mà RETRàITE, àpRèS qUàRàNTE-qUàTRE àNS pàSSéS DàNS là màgISTRàTURE. uN ComblE : êTRE oblIgé DE FàIRE vàloIR SES DRoITS qUàND oN 1 SE bàT poUR lES DRoITS DES àUTRES . jE N’àvàIS pàS ENvIE D’UN poT DE DépàRT ClàSSIqUE, DISCoURS EN FoRmE D’oRàI-SoN FUNèbRE INClUS. jE mE SUIS SUFFISàmmENT ENNUyé DàNS CEUX DES àUTRES poUR EN CoNNàîTRE là mUSIqUE. PUISqU’Il FàllàIT bIEN màRqUER lE CoUp – ET pEUT-êTRE àUSSI poUR êTRE FIDèlE â mà RépUTàTIoN DE mégàlo –, J’àI oRgàNISé moN FàUX pRoCèS. LES pRoCUREURS éTàIENT DES àmIS, ET DES mINISTRES m’àvàIENT FàIT l’hoNNEUR DE JoUER lE JEU. dEvàNT 300 pERSoNNES, DàNS lE SàloN D’hoNNEUR DE là màIRIE DE BobIgNy, NoUS àvoNS FàIT lE pRoCèS DES CombàTS ET DES ESpoIRS qUI àvàIENT éTé lES mIENS, lES NôTRES. LE pRoCèS, EN SommE, DE mà géNéRàTIoN àmENéE â pàSSER là màIN. j’àI pRIS moN pREmIER poSTE àU TRIbUNàl DES ENFàNTS DE VERSàIllES EN 1974. L’ESpRIT DE MàI 68 éTàIT ENCoRE vIbRàNT. j’éTàIS mEmbRE DU syNDICàT DE là màgISTRàTURE,
1. VoloNTàIRE poUR CoNTINUER, J’àI DIT â là mINISTRE CombIEN JE RàgEàIS DE DEvoIR pàRTIR qUàND 500 poSTES DE màgISTRàTS éTàIENT vàCàNTS ET qU’Il FàUT ENTRE UN àN ET DIX-hUIT moIS poUR obTENIR UNE pREmIèRE àUDIENCE EN DIvoRCE â BobIgNy.
9
r e n dr ej us t i c eau xe n fa n t s
pREmIER SyNDICàT (ET DE gàUChE !) DàNS UNE pRoFESSIoN JUSqU’àloRS pEU poRTéE SUR l’INTERpEllàTIoN polITIqUE. À l’époqUE, là JUSTICE DES mINEURS àvàIT UNE pRIoRITé : pRo-TégER lES ENFàNTS EN DàNgER. QUàNT àUX JEUNES DélIN-qUàNTS, JàmàIS lE SoUCI DE FàIRE pRévàloIR l’éDUCàTIoN SUR là RépRESSIoN N’àvàIT SEmblé SI FoRT. noUS NoUS bàTTIoNS poUR oUvRIR lES gRIllES DE l’éColE. noUS pENSIoNS qUE C’éTàIT lE SENS DE l’hISToIRE, qUE ChàqUE àvàNCéE SERàIT DéFINITIvE. j’éTàIS DEvENU JUgE UN pEU pàR hàSàRD. MoN pèRE, vENU DE HoNgRIE EN 1919, éTàIT vENDEUR DE RoUlEmENTS â bIllES, àvàNT DE FERmER boUTIqUE àpRèS là CRéàTIoN DU màRChé CommUN. Mà mèRE D’oRIgINE poloNàISE, NéE RUE DES roSIERS, éTàIT méCàNogRàphE â là sncf. jE N’àI JàmàIS CoNNU mES gRàNDS-pàRENTS NI ENTENDU pàRlER D’EUX poUR DES RàISoNS… hISToRIqUES oU àUTRES. ON NE pàRlàIT pàS DE CETTE péRIoDE â là màISoN. j’àI DéCoUvERT pRESqUE pàR INàDvERTàNCE, EN DéCoUvRàNT DES phoToS DàNS UN TIRoIR, qUE moN pèRE àvàIT éTé ffi pENDàNT là gUERRE. noUS vIvIoNS moDESTEmENT, màIS TRèS CoRRECTEmENT, DàNS UN pETIT àppàRTEmENT DU 20, RUE chàUDRoN, DàNS lE E 10 àRRoNDISSEmENT DE PàRIS. j’àvàIS lE ChoIX ENTRE DoRmIR àvEC mES pàRENTS, CommE JE l’àI FàIT DURàNT DES àNNéES, oU DàNS lE SàloN, où moN FRèRE, DE TREIzE àNS moN àîNé, TRàvàIllàIT ToUTES lES NUITS â pRépàRER l’INTERNàT, oU ENFIN DàNS CE qUI lUI SERvàIT DE ChàmbRE, ET DoNT J’héRITERàI â SoN màRIàgE, EN pRéSENCE D’UN SqUElETTE DoNT lE CRANE FàISàIT oFFICE DE CENDRIER… MoN ChoIX éTàIT vITE FàIT. PàS
10